Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Santé, vaccin et pass : discussion avec le médecin urgentiste Christophe Prudhomme


Entretien inédit pour le site de Ballast

Sans sur­prise, le gou­ver­ne­ment fran­çais vient d’an­non­cer qu’il se don­nait la pos­si­bi­li­té de pro­lon­ger le recours au pass sani­taire jus­qu’à l’é­té 2022. Au moment de son exten­sion à l’en­semble de la popu­la­tion (police excep­tée, bien enten­du), la Défenseure des droits avait aler­té l’o­pi­nion, au mois de juillet der­nier, sur la toxi­ci­té d’un tel dis­po­si­tif : en vain. En san­té comme ailleurs, l’ap­pa­reil macro­niste mal­traite les liber­tés publiques et cogne les tra­vailleurs — plu­sieurs mil­liers de soi­gnantes et de soi­gnants ont déjà été sus­pen­dus. Si Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des méde­cins urgen­tistes de France, urgen­tiste au Samu de Bobigny et syn­di­ca­liste CGT, a dénon­cé la ges­tion à la fois auto­ri­taire et cala­mi­teuse de la pandé­mie de Covid-19, c’est à une réflexion plus glo­bale qu’il nous convie : com­ment sommes-nous arri­vés à pareil déla­bre­ment de l’hô­pi­tal public ? Et le soi­gnant, « fervent par­ti­san de la vac­ci­na­tion », de reve­nir sur le long et métho­dique tra­vail de sape capitaliste.


On vient d’ap­prendre que 5 700 lits ont été fer­més dans les hôpi­taux fran­çais en 2020. Que doit-on en conclure du gou­ver­ne­ment Macron ?

D’abord, qu’Emmanuel Macron et Olivier Véran, le ministre de la Santé, ont men­ti dans toutes leurs décla­ra­tions. À la fois devant la popu­la­tion et la repré­sen­ta­tion natio­nale. Monsieur Véran avait pro­mis l’ou­ver­ture de lits pour répondre aux dif­fi­cul­tés que ren­con­traient les hôpi­taux pour hos­pi­ta­li­ser les patients. Une des rai­sons de l’in­ten­si­té de la crise liée à l’é­pi­dé­mie du coro­na­vi­rus, ce n’est pas tant le nombre de malades — qui est impor­tant mais n’a­vait rien de catas­tro­phique — que l’i­na­dé­qua­tion en termes de capa­ci­té hos­pi­ta­lière. Si nous avions dis­po­sé de 10 000 lits de réani­ma­tion — un chiffre qui n’a rien d’ex­tra­or­di­naire au regard des com­pa­rai­sons avec d’autres pays euro­péens — et non de 5 000, le choc aurait été moins rude. Nous avons été obli­gés de concen­trer toute notre acti­vi­té pour les malades atteints du coro­na­vi­rus, au détri­ment des autres malades, majo­ri­taires. On a lais­sé tom­ber ces der­niers et on com­mence déjà à payer les consé­quences que ça a eu sur leur san­té. On risque de les payer encore plus cher : dépis­tages des can­cers, retards d’un cer­tain nombre d’in­ter­ven­tions chi­rur­gi­cales, etc. Si le gou­ver­ne­ment conti­nue de fer­mer des lits, c’est qu’il veut réduire à tout prix les capa­ci­tés hos­pi­ta­lières car ça coûte cher. Leur objec­tif est finan­cier. Et, de façon plus cachée, il s’a­git de faire place nette afin que le sec­teur pri­vé lucra­tif en vienne, face aux dif­fi­cul­tés du public, à prendre en charge les acti­vi­tés les plus ren­tables. Et donc pros­père. L’exemple le plus fla­grant est les États-Unis, et c’est aus­si le modèle de Macron. Aux yeux de ces gens, la san­té est, pour la par­tie sol­vable de la popu­la­tion, un ser­vice mar­chand comme un autre. On doit lais­ser la place à des inves­tis­seurs dans l’offre de soin et l’offre assu­ran­tielle. De nos jours, on ne dégage plus des marges dans l’in­dus­trie mais dans les ser­vices : et c’est jus­te­ment dans la san­té que les marges sont les plus impor­tantes. On ne compte pas pour la san­té : les gens sont prêts à vider leur livret d’é­pargne pour se soigner.

Dans un texte, vous fai­siez remon­ter le début de la mise à mort de l’hô­pi­tal public en 1983, c’est-à-dire le « tour­nant » libé­ral de Mitterrand.

« Emmanuel Macron et Olivier Véran ont men­ti dans toutes leurs décla­ra­tions. À la fois devant la popu­la­tion et la repré­sen­ta­tion nationale. »

En effet. Tout ça vient de loin : c’est la revanche des libé­raux. Ils ont théo­ri­sé leur modèle dès 1947, via l’École de Chicago et la Société du Mont-Pèlerin. Les libé­raux n’ont jamais accep­té que deux sec­teurs de la socié­té — la san­té et l’é­du­ca­tion — échappent au mar­ché. Après la guerre, les poli­tiques key­né­siennes ont per­mis le déve­lop­pe­ment des ser­vices publics, mais les libé­raux ont repris les manettes avec Thatcher, Reagan et Bérégovoy. Leur stra­té­gie est par­fai­te­ment orga­ni­sée. Macron n’est jamais qu’une cari­ca­ture de bon petit sol­dat libéral.

Il y a dix jours, on a vu, à Tarbes, un cer­tain nombre d’ur­gen­tistes mena­cer de démis­sion­ner face aux manques de moyens. Il y a deux jours, le chef de ser­vice du Centre hos­pi­ta­lier inter­com­mu­nal Marmande-Tonneins a cla­qué la porte. Que ferait un gou­ver­ne­ment res­pon­sable pour faire face à l’effondrement ?

Nous sommes dans une situa­tion de sous-effec­tif. Pourtant, on fait tout pour faire fuir le per­son­nel de l’hô­pi­tal de public. Prenez le der­nier décret en date : il modi­fie les moda­li­tés d’au­to­ri­sa­tion d’ou­ver­ture d’un ser­vice d’ur­gence. On peut désor­mais ouvrir des antennes de méde­cine d’ur­gence, mais uni­que­ment en jour­née. C’est la porte ouverte à la mul­ti­pli­ca­tion des ser­vices pri­vés : ils vont ouvrir des antennes pour prendre en charge les patients dont l’é­tat n’est pas très grave et les méde­cins du public — qui subissent des rythmes de tra­vail épui­sants — iront tra­vailler dans ces nou­velles struc­tures. Vous com­men­ce­rez à 8 heures et vous ter­mi­ne­rez à 20 heures, vous n’au­rez plus de garde de nuit, vous aurez vos week-end : évi­dem­ment, vous quit­te­rez le public. Le Ségur de la san­té [mai-juillet 2020, ndlr] n’a abso­lu­ment rien réglé. Sa mesure emblé­ma­tique a été l’aug­men­ta­tion de 183 euros des salaires. Quand on prend le salaire moyen de l’hô­pi­tal fran­çais, cette aug­men­ta­tion ne cor­res­pond qu’à la com­pen­sa­tion de la perte de pou­voir d’a­chat accu­mu­lée depuis 2010. Avant le Ségur, les infir­mières fran­çaises avaient une rému­né­ra­tion qui cor­res­pon­dait, en pari­té de pou­voir d’a­chat, au 22e rang du clas­se­ment des pays de l’OCDE. Depuis le Ségur, elles sont pas­sés au 18e rang ; autre­ment dit, les infir­mières mexi­caines sont mieux payées, en termes de pou­voir d’a­chat. Et on s’é­tonne qu’on ait du mal à recruter ?

[Un citoyen brésilien vacciné par un vaccin de confection chinoise, le 22 mars 2021 | Lucio Tavora | Xinhua | Redux]

Nous fai­sons face à un aban­don du métier — un métier essen­tiel­le­ment fémi­nin. Si on prend la four­chette basse, nous avons, en France, entre 150 et 180 000 infir­mières diplô­mées qui n’exercent plus leur métier ! Soit elles ont arrê­té de tra­vailler, soit elles ont com­plè­te­ment chan­gé de métier. Si on ajoute à ça les 40 000 pro­fes­sion­nels de san­té — essen­tiel­le­ment des infir­mières — qui, chaque jour, vont tra­vailler en Belgique, en Allemagne, en Suisse ou au Luxembourg, ça nous fait envi­ron 200 000 pro­fes­sion­nels de san­té qui manquent dans nos hôpi­taux. Et c’est une pénu­rie orga­ni­sée. Dans les années 1990, on a fer­mé les lits et les hôpi­taux au motif qu’il fal­lait fer­mer les petites struc­tures car elles seraient dan­ge­reuses pour les patients. On avait, dans les années 1970, 1 600 mater­ni­tés ; aujourd’­hui, on en a un peu plus de 400. Vous vous ren­dez compte ? On a fer­mé 100 000 lits en vingt-cinq ans. Résultat, en psy­chia­trie, la majo­ri­té des patients ne sont plus pris en charge. Soit ils sont dans la rue, soit ils sont en pri­son. Et voi­ci qu’on place les toxi­co­manes dans des camps. Ce sont là les consé­quences des poli­tiques libé­rales menées depuis Bérégovoy et lar­ge­ment accé­lé­rées par Macron. Notre sys­tème sani­taire est à la limite de la rup­ture. Heureusement, des luttes ont été menées ces der­nières années. Mais si on a encore Macron pen­dant cinq ans, ça sera très dur de résis­ter. On atteint ce que les socio­logues nomment un « effet seuil » : on tire sur la corde, les gens se mobi­lisent, ça tient comme ça peut et puis, à la fin, ça craque. Tout s’ef­fondre sous nos yeux. Voyez les plans blancs à Aulnay, à Mulhouse, voyez les démis­sions ou les menaces que vous évo­quiez. On fait fuir le per­son­nel puis on jus­ti­fie les fer­me­tures au pré­texte que les ser­vices manquent de bras !

C’est dans ce contexte que vous avez fait savoir que le ren­voi des soi­gnantes et des soi­gnants non vac­ci­nés était « catas­tro­phique » — même si vous étiez favo­rable à leur vaccination.

« On tire sur la corde, les gens se mobi­lisent, ça tient comme ça peut et puis, à la fin, ça craque. Tout s’ef­fondre sous nos yeux. »

Je suis un fervent par­ti­san de la vac­ci­na­tion, mais il y a un prin­cipe de réa­li­té. Ce gou­ver­ne­ment fait voter une loi mais cer­tains dépar­te­ments ne l’ap­pliquent pas — la Guadeloupe et la Martinique. Car si, là-bas, la loi s’ap­plique, les hôpi­taux ferment. On a sim­ple­ment deman­dé que s’ap­plique, ici aus­si, ce prin­cipe de réa­li­té. Les soi­gnants sus­pen­dus sont au nombre de quelques milliers1. C’est assez peu, mais ils sont indis­pen­sables au regard de la pénu­rie pré­exis­tante. Sans eux, des équipes pour­ront s’ef­fon­drer. C’est d’ailleurs ce qu’il s’est déjà pas­sé dans le bloc opé­ra­toire de Montélimar ou en neu­ro­lo­gie à Soissons. Sur le ter­rain de la san­té publique, on doit ana­ly­ser le rap­port bénéfices/inconvénients de cette mesure. Au regard de la situa­tion qu’on connaît, quel était le pire ? Laisser tra­vailler des soi­gnants non vac­ci­nés qui, dès lors qu’ils se pro­tègent, pré­sentent un risque de trans­mis­sion tout à fait minime ou ren­voyer des patients car on n’a plus les moyens humains de les prendre en charge ? Il n’y a pas pho­to. On devait main­te­nir le per­son­nel en poste.

Doit-on entendre cet auto­ri­ta­risme sani­taire dans le cadre, plus large, d’une gou­ver­nance en tout point auto­ri­taire ?

Les libé­raux sont très auto­ri­taires : c’est même dans leur ADN. Vous savez, quand les résul­tats sont au ren­dez-vous, en matière de san­té, la popu­la­tion accepte. Quand elle a confiance, elle suit les mesures énon­cées — quand bien même le régime ne serait pas démo­cra­tique. Le gou­ver­ne­ment Macron est inca­pable de la moindre auto­cri­tique. Il se braque, il sort le gros bâton ; c’est par­fai­te­ment contre-productif.

[New Dehli (Inde), avril 2021 | Adnan Abidi | Reuters]

Comment com­prendre, mal­gré les recom­man­da­tions de l’OMS en matière de péda­go­gie sani­taire quant au vac­cin, que le gou­ver­ne­ment Macron ait opté pour la coer­ci­tion ?

Il pense qu’il peut en tirer un béné­fice poli­tique. Macron s’ap­puie sur une par­tie de la popu­la­tion, mino­ri­taire, mais c’est celle qui vote et qui vote­ra. Il a été élu par 18 % du corps électoral2 et la moi­tié de la popu­la­tion, aujourd’­hui, ne vote plus.

En Espagne ou au Portugal, les per­sonnes de plus de 80 ans sont toutes vac­ci­nées. En France, le taux n’é­tait, le 3 sep­tembre, que de 85 %. Pourquoi un tel écart ?

Le gou­ver­ne­ment n’a joué que sur le paraître. L’ouverture des vac­ci­no­dromes, et en par­ti­cu­lier celui du Stade de France, a été une opé­ra­tion média­tique. Mais elle a été contre-pro­duc­tive sur le ter­rain de la san­té publique. La semaine de l’ou­ver­ture du vac­ci­no­drome du Stade de France, les livrai­sons de vac­cins étaient insuf­fi­santes ; on a donc dimi­nué de moi­tié les livrai­sons de vac­ci­na­tions des­ti­nées à la Seine-Saint-Denis pour tout concen­trer au stade. Il fai­sait, dans un pre­mier temps, 1 000 à 1 500 injec­tions par jour ; or, quand on ouvre un espace de cette taille, c’est pour vac­ci­ner 10 000 per­sonnes par jour ! Cette débauche de moyens était inadap­tée à la situa­tion. Pourquoi n’a-t-on pas vac­ci­né tous les plus de 80 ans ? Car on ne s’est pas don­nés les moyens, contrai­re­ment au Portugal, d’al­ler vac­ci­ner les gens à leur domi­cile. À cet âge, la mobi­li­té est réduite. En France, on a payé gras­se­ment les méde­cins pour se rendre dans les centres, à savoir 800 euros la jour­née en for­fai­taire : com­ment vou­lez-vous qu’ils aient envie, ensuite, de vac­ci­ner à domicile ?

On vient d’ap­prendre l’ex­ten­sion du pass sani­taire aux ado­les­cents de 12 à 17 ans et son pro­lon­ge­ment pour l’en­semble de la popu­la­tion, jus­qu’à, pos­si­ble­ment, l’é­té pro­chain. Ce pass a‑t-il une quel­conque effi­ca­ci­té en matière sanitaire ?

« Le pass est une mesure poli­tique auto­ri­taire dont l’ef­fi­ca­ci­té est contestable. »

Le pass est une mesure poli­tique auto­ri­taire dont l’ef­fi­ca­ci­té est contes­table. Il vaut mieux être péda­gogue, il faut expli­quer les risques, il faut insis­ter sur le port du masque en inté­rieur. Le risque de pro­pa­ga­tion de l’é­pi­dé­mie est direc­te­ment lié à la cir­cu­la­tion des per­sonnes : aux Antilles, qui a ame­né le variant del­ta ? Les tou­ristes, les « métros ». Car on a pri­vi­lé­gié l’ac­ti­vi­té éco­no­mique. Chez les enfants, il n’y a qua­si­ment aucun mort3 — pas plus, en tout cas, que pour une grippe clas­sique. Les jeunes enfants décé­dés avaient déjà des patho­lo­gies. Qu’on les vac­cine, d’ac­cord, mais limi­ter leur acti­vi­té sociale s’ils ne sont pas vac­ci­nés, c’est une catas­trophe. Cette acti­vi­té est essen­tielle d’un point de vue édu­ca­tif. Nous allons faire face à une explo­sion des troubles psy­cho­lo­giques. On le paie­ra dans les années qui viennent.

Qu’il s’a­gisse de liber­tés publiques et de san­té, il faut donc abo­lir ce pass ?

Oui. Le pass, comme toutes les mesures coer­ci­tives, a peu d’ef­fi­ca­ci­té. Les gens doivent être convain­cus par les bonnes pratiques.

Des oppo­sants au pass ont dénon­cé la tié­deur des syn­di­cats, CGT com­prise. Que répond le syn­di­ca­liste que vous êtes également ?

Que la CGT s’est mon­trée offen­sive ! Ce sont les anti­vax qui nous reprochent ça, et non les seuls oppo­sants au pass. Maintenant, que devons-nous reven­di­quer ? Parler uni­que­ment du pass ou s’en­ga­ger en faveur de plus de moyens et d’une vie sociale nor­male ? Cette nor­ma­li­té passe par l’embauche de per­son­nel hos­pi­ta­lier. Les syn­di­ca­listes s’en­gagent béné­vo­le­ment et le paient sou­vent chè­re­ment en termes de pro­gres­sion de car­rière : c’est bien facile de les critiquer…

[La police française contrôlant les auto-attestations de sortie de la population confinée, octobre 2020 | AFP]

Ce qui a frei­né cer­tains mili­tants syn­di­qués, c’est la puis­sance, en face, du dis­cours d’ex­trême droite ou libertarien.

Bien sûr. Toute crise conduit à des dis­cours irra­tion­nels, l’Histoire est là pour le confir­mer. Vous savez, on peut faire dire abso­lu­ment ce qu’on veut aux chiffres. J’aime dire ça, aux anti­vax que je connais : « Avec des amis, on boit l’a­pé­ro chaque soir et, au sein de notre groupe, on dénombre moins de cas de coro­na­vi­rus que dans un deuxième groupe, qui, lui, ne boit pas. Et je peux en effet le prou­ver sta­tis­ti­que­ment. Puis en conclure qu’il faut boire l’a­pé­ro pour contrer le virus… » Je ne les dia­bo­lise pas, je ne les insulte pas, je dis­cute — bon, j’ar­rête la dis­cus­sion à un moment, quand tout a été dit de part et d’autre. J’ai été, dans un pre­mier temps, favo­rable à la vac­ci­na­tion des seules per­sonnes âgées ; puis, face aux résul­tats et au large consen­sus médi­cal, j’ai approu­vé son extension.

Quid de la troi­sième dose ?

« Toute crise conduit à des dis­cours irra­tion­nels, l’Histoire est là pour le confir­mer. Vous savez, on peut faire dire abso­lu­ment ce qu’on veut aux chiffres. »

L’intérêt est petit et les études ne sont pas probantes4. Il est avant tout celui des labo­ra­toires phar­ma­ceu­tiques : le PDG de Pfizer est le pre­mier à avoir pro­po­sé cette troi­sième dose [en avril 2021, ndlr]. Il vend ses pro­duits à des tarifs hon­teu­se­ment éle­vés au regard des coûts de pro­duc­tion et, le len­de­main, les actions de sa socié­té ont grim­pé en Bourse. Évidemment, ça ali­mente les antivax.

Pour en finir avec cette ques­tion des pro­fits, il n’y a que la levée des bre­vets…

Et on la porte. Mais c’est une bataille inter­na­tio­nale. La CGT fait par­tie de tous les groupes et les ras­sem­ble­ments sur le sujet. Le point posi­tif est idéo­lo­gique : les libé­raux sont désor­mais en dif­fi­cul­té sur un cer­tain nombre de ques­tions sani­taires. On doit pous­ser. L’idée que cer­tains ser­vices sont essen­tiels et ne doivent pas rele­ver du sec­teur mar­chand était inau­dible il y a trente ans : « Vous vou­lez reve­nir à l’URSS ? Vous avez vu ce que ça a don­né ? » Aujourd’hui, cette idée est dans le pay­sage. Et c’est aux libé­raux de se jus­ti­fier. Il en va de même, d’ailleurs, sur la ques­tion de l’énergie.

La vac­ci­na­tion est une ques­tion mon­diale, et vous avez déplo­ré que nous ayons le regard à ce point bra­qué sur la France. Vous l’a­vez dit tout à l’heure : le virus cir­cule via les dépla­ce­ments inter­na­tio­naux. Sauf à vac­ci­ner la Terre entière, ce qui n’est pas prêt d’ar­ri­ver, on voit mal com­ment endi­guer les nou­veaux variants…

Pour essayer de limi­ter le risque d’é­mer­gence de nou­veaux variants, la seule solu­tion est de vac­ci­ner l’en­semble de la popu­la­tion mon­diale. En l’état, c’est impos­sible du fait de la cap­ta­tion des vac­cins par les pays riches. On a la chance que les variants actuels ne soient pas par­ti­cu­liè­re­ment agres­sifs, avec des vac­cins qui res­tent glo­ba­le­ment effi­caces, mais c’est un vrai pro­blème. Voyez les taux de vac­ci­na­tion des pays pauvres. J’ai eu des contacts avec des Tunisiens : ils vou­laient des vac­cins. Il faut une poli­tique de san­té publique mon­diale, ou ce sera la catas­trophe. Il n’y a pas d’autre choix.

[« Les Afro-Américains meurent du Covid-19 trois fois plus que les Blancs » | distribution de masques à Harlem, mai 2020 | Bebeto Matthews | AP]

Vous avez appe­lé à « rai­son gar­der ». Tout ce déchaî­ne­ment — la bru­ta­li­té des macro­nistes et de cer­tains oppo­sants aux vac­cins — vous a‑t-il sur­pris ?

Non, pas plus que ça. Je vous par­lais des crises et de l’Histoire. Après tout, la méde­cine existe depuis Hippocrate, et même avant ! Vous ne l’a­vez pas connu, mais le XXe siècle, c’é­tait la grande poli­tique hygié­niste. Moi, je fais par­tie de ces gamins qui, à l’é­cole, ont été vac­ci­nés en file indienne dans la classe, en slip, par une infir­mière qui ne deman­dait rien aux parents. On n’a­vait pas le choix. C’est une autre époque, mais c’est une époque de confiance dans la méde­cine. Des gens de ma géné­ra­tion ont des séquelles de la polio. Certains en sont morts. Dans toute fra­trie, jus­qu’à la fin des années 1950, un gamin mour­rait en bas âge d’une mala­die infec­tieuse. Les suc­cès de la vac­ci­na­tion et l’é­lé­va­tion de la qua­li­té de l’eau ont, alors, convain­cu tout le monde de se faire vac­ci­ner. Mais on a oublié.

Comment l’ex­pli­quez-vous ?

« Pour nous, méde­cins, c’est la pre­mière fois, grâce aux moyens infor­ma­tiques, que nous pou­vons suivre une épi­dé­mie au quo­ti­dien et dans le monde entier. »

C’est, entre autres choses, une des tares du libé­ra­lisme. Il pri­vi­lé­gie l’in­di­vi­du sur le col­lec­tif. L’individualisme éman­ci­pa­teur a été cap­té par les libé­raux, qui en ont fait un « cha­cun pour soi ». C’est Tapie et Montand dans les années 1980. Quand je dis­cute avec des cama­rades anti­vax, je leur dis : « On pri­vi­lé­gie quoi, nous ? Le col­lec­tif. La liber­té indi­vi­duelle doit donc trou­ver cer­taines limites quand ça nuit au col­lec­tif. » La preuve a été four­nie que le vac­cin pré­sente plus d’a­van­tages que d’in­con­vé­nients ; alors, bien sûr, quand on vac­cine des mil­liards de per­sonnes, il y aura un cer­tain nombre d’ef­fets secon­daires. Et même des morts. Comme pour tout médicament.

Certains ont pu les pas­ser sous silence en vou­lant contre­car­rer les oppo­sants à toute forme de vac­ci­na­tion. Ce qui est une erreur, dites-vous. 

Bien sûr. Le pro­blème, aus­si, c’est que, lorsque la vac­ci­na­tion est obli­ga­toire, l’État vous doit entière répa­ra­tion en cas d’en­nuis. Lorsque la vac­ci­na­tion n’est que recom­man­dée, c’est à vous de vous retour­ner contre l’en­tre­prise. Voilà qui change la donne. Il faut donc être très clair : même lorsque vous pre­nez du para­cé­ta­mol, celui-ci peut, chez cer­taines per­sonnes dotées d’un cer­tain méta­bo­lisme, pro­vo­quer une hépa­tite ful­mi­nante et, si on ne vous greffe pas un foie, vous allez mou­rir. Et c’est en vente libre. Ne le nions pas. Et, évi­dem­ment, ne géné­ra­li­sons pas quelques cas. Pour nous, méde­cins, c’est fan­tas­tique : c’est la pre­mière fois, grâce aux moyens infor­ma­tiques, que nous pou­vons suivre une épi­dé­mie au quo­ti­dien et dans le monde entier. On peut magouiller l’in­for­ma­tion dans cer­tains pays mais, au final, ça sort. Mais cette cir­cu­la­tion des don­nées a pour défaut de rendre acces­sible des fausses infor­ma­tions ou des infor­ma­tions par­tielles, les­quelles prennent une place abso­lu­ment déme­su­rée. Oui, sur la quan­ti­té de per­sonnes vac­ci­nées, cer­taines sont mortes5. Mais, toute pro­por­tion gar­dée, pre­nez les homi­cides volon­taires : tous les études attestent que, depuis la Seconde Guerre mon­diale, ils n’ont pas ces­sé de dimi­nuer. Jamais nous n’a­vons vécu dans une socié­té à ce point peu vio­lente ! Or à chaque agres­sion mor­telle, la presse tourne en boucle : résul­tat, les gens ont l’im­pres­sion que nous vivons dans une socié­té très brutale.

Le fait de licen­cier des tra­vailleurs au seul motif qu’ils ne sont pas vac­ci­nés, ça, c’est nou­veau dans l’Histoire, non ?

En effet. Car c’est la pre­mière fois que l’o­bli­ga­tion vac­ci­nale est contes­tée à un tel niveau. Comme est tout à fait nou­velle ce type d’ins­tru­men­ta­li­sa­tion d’une ques­tion sani­taire par un gou­ver­ne­ment, en l’occurrence celui de Macron.


  1. Si Olivier Véran a annon­cé, à la mi-sep­tembre 2021, la sus­pen­sion de 3 000 soi­gnants non vac­ci­nés, ce chiffre est en réa­li­té « très sous-esti­mé » [ndlr].
  2. Emmanuel Macron a récol­té 24 % des suf­frages expri­més au pre­mier tour de l’é­lec­tion pré­si­den­tielle de 2017, mais seule­ment 18 % des ins­crits sur les listes élec­to­rales [ndlr].
  3. Fin août 2021, on dénom­brait sept enfants de moins de dix ans décé­dés du Covid-19 en France. Sur l’en­semble des mineurs, on comp­ta­bi­li­se­rait une dizaine de décès début juillet 2021 [ndlr].
  4. Le 18 août 2021, la scien­ti­fique en chef de l’OMS Soumya Swaminathan décla­rait : « Nous pen­sons clai­re­ment que les don­nées actuelles n’in­diquent pas que les rap­pels sont néces­saires », expli­quant que d’un point de vue « moral et éthique », l’in­jec­tion d’une troi­sième dose pour les habi­tants des pays riches n’é­tait pas sou­hai­table « quand le reste du monde attend sa pre­mière injec­tion ». Elle a pré­ci­sé, qu’il était néces­saire d’« attendre que la science nous dise quand les rap­pels sont néces­saires, quels groupes de per­sonnes et quels vac­cins ont besoin de rap­pels » [ndlr].
  5. Au 24 août 2021, l’Agence natio­nale de sécu­ri­té du médi­ca­ment (ANSM) recen­sait 65 cas de throm­boses, dont 14 décès, pour 4 375 215 de doses injec­tées du vac­cin d’AstraZeneca. Sur les presque 100 mil­lions de doses injec­tées, aucun décès lié aux vac­cins Pfizer, Moderna et Janssen n’a été rele­vé par l’ANSM [ndlr].

REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Thomas, infir­mier : « Personne ne veut d’un tel sys­tème de san­té », mai 2021
☰ Lire notre entre­tien avec Kali Akuno : « Nous n’allons pas mou­rir pour les riches », novembre 2020
☰ Lire notre entre­tien avec CADTM Belgique : « La ges­tion des biens com­muns par le pri­vé est un crime », octobre 2020
☰ Lire notre entre­tien avec le col­lec­tif La san­té en lutte : « Le déla­bre­ment des soins de san­té a été pré­pa­ré », sep­tembre 2020
☰ Lire notre témoi­gnage « On veut être res­pec­tés : faire grève en pleine pan­dé­mie », avril 2020
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.