Récit de grève : une victoire à l’hôpital du Rouvray


Texte inédit pour le site de Ballast

Sotteville-lès-Rouen, en Seine-Maritime. 30 000 habi­tants et un centre hos­pi­ta­lier psy­chia­trique au bord de l’ex­plo­sion : manque de moyens, capa­ci­tés d’ac­cueil en réduc­tion, patients entas­sés, dimi­nu­tion du nombre de lits, soi­gnants à bout… Un mou­ve­ment, les Blouses noires, s’est for­mé au début de l’an­née 2018 pour mettre au jour cette situa­tion inte­nable. Noires comme le deuil. Mi-mars, les agents hos­pi­ta­liers déclen­chèrent une grève illi­mi­tée en inter­syn­di­cale ; deux mois plus tard, une par­tie d’entre eux se mirent en grève de la faim face au silence de la direc­tion et de l’Agence régio­nale de san­té. Leur reven­di­ca­tion ? « faire cor­rec­te­ment leur tra­vail ». Forte de la soli­da­ri­té des tra­vailleurs — che­mi­nots, dockers — et en dépit d’une faible cou­ver­ture média­tique, la bataille fut en grande par­tie rem­por­tée au début du mois de juin. L’Association des usager·e.s et du per­son­nel de la Santé a ren­con­tré ces Blouses noires : récit d’une grève victorieuse.


L’hôpital du Rouvray, c’est prin­ci­pa­le­ment 20 uni­tés d’hospitalisation. Dans cha­cune de ces uni­tés tra­di­tion­nelles, on est en géné­ral deux infir­miers et par­fois un aide-soi­gnant. Il n’y a pas tou­jours de méde­cin — ceci pour 25 à 30 patients par uni­té, en moyenne, toutes patho­lo­gies psy­chia­triques confon­dues. Cela signi­fie qu’il peut y avoir un schi­zo­phrène, un toxi­co­mane, un dépres­sif, un alcoo­lique, une per­sonne âgée ou un ado­les­cent dans la même uni­té… Le patient va dans celle qui est rat­ta­chée à son sec­teur géo­gra­phique d’habitation (il y en a dix, et deux uni­tés pour cha­cun). À cela s’a­joute l’Unacor, les urgences psy­chia­triques, ain­si qu’une uni­té spé­ci­fique « enfants », nom­mée Rimbaud. Celle-ci com­porte envi­ron 15 lits, nor­ma­le­ment des­ti­nés aux enfants de 3 à 16 ans. Mais il y a des ado­les­cents très dif­fi­ciles qui ne peuvent pas se retrou­ver avec des plus jeunes. Ils vont, du coup, dans des ser­vices pour adultes, mais leur prise en charge est plus dif­fi­cile : confron­tés à des adultes malades, ils peuvent connaître des expé­riences qu’ils ne devraient pas vivre… Il y a déjà eu des viols et de la drogue dans l’hôpital. On ne peut pas être par­tout. C’est vrai­ment dur, quand on n’est que deux pour 30 patients, d’être tou­jours vigi­lant… Enfin, il y a Badinter, l’unité car­cé­rale. La dif­fé­rence avec la nou­velle uni­té pour déte­nus, c’est que Badinter est réser­vée aux séjours courts ou aux petits pas­sages (une crise sui­ci­daire ou un état déli­rant, par exemple). On a aus­si une spé­ci­fi­ci­té « addic­to­lo­gie », pour les addic­tions en tout genre.

« Installer des patients de 80 ans atteints de la mala­die d’Alzheimer dans des lits de camp, dans des bureaux où il n’y a pas de toi­lettes ni rien, c’est juste inadmissible ! »

Depuis quelques années, l’hôpital s’est dégra­dé. On a déjà fait une grève, il y a deux ans, où on deman­dait plus de postes. La direc­tion a pro­po­sé de créer un pool de rem­pla­ce­ment, mais à par­tir d’embauches déjà exis­tantes : c’est-à-dire qu’ils ont pio­ché des soi­gnants dans divers ser­vices au lieu de faire de nou­velles embauches… En 2017, il y a eu pas mal de départs en retraite ou de mises en dis­po­ni­bi­li­té qui n’ont pas été rem­pla­cés. On a vu les effec­tifs bais­ser, les condi­tions de tra­vail se dété­rio­rer : de moins en moins de moyens, de plus en plus de bou­lot admi­nis­tra­tif. Ceci au détri­ment des prises en charge humaines. D’où ça vient ? Ils infor­ma­tisent tout et ils essaient de tout tra­cer. On est donc for­cés de tout « che­cker » : quand on donne un médi­ca­ment on le check, quand on fait des soins on les check. On tra­vaille en quart (du matin, d’après-midi, ou de nuit) et, à chaque fin de quart, il faut qu’on fasse une trans­mis­sion infor­ma­tique sur tous les patients puis une trans­mis­sion orale aux col­lègues du quart d’après. On en a eu assez. Les majo­ra­tions de trai­te­ment séda­tif, parce qu’on va pas pou­voir pas­ser sou­vent ; l’im­pos­si­bi­li­té récur­rente de ras­su­rer le patient angois­sé, parce qu’on n’a pas le temps ou qu’on est que deux pour 30 et qu’on a trois entrées qui arrivent… « On va vous don­ner 100 gouttes de Loxapac [un anxio­ly­tique, ndlr] en plus, et on ver­ra plus tard. » L’autre pro­blème, c’est la sur-occu­pa­tion — ça, c’est dans tous les hôpi­taux. Installer des patients de 80 ans atteints de la mala­die d’Alzheimer dans des lits de camp, dans des bureaux où il n’y a pas de toi­lettes ni rien, c’est juste inad­mis­sible ! Ce qui devrait chan­ger à l’hôpital, c’est que ceux qui ont le por­te­feuille se rendent compte du bou­lot qu’on fait. Qu’on arrête d’être gérés comme une entre­prise, mais comme un vrai hôpi­tal avec de vrais gens.

La for­ma­tion des Blouses noires remonte à jan­vier 2018. On s’est dit : « L’hôpital va mal, il n’y a pas assez de per­son­nel, on ne tra­vaille pas dans de bonnes condi­tions. » Un soir, on a déci­dé qu’il fau­drait faire quelque chose. Plus per­sonne n’écoute les syn­di­cats : ils uti­lisent de trop anciennes méthodes. On a com­men­cé à quatre puis on en a par­lé autour de nous. À la base on vou­lait res­ter ano­nymes, faire des actions un peu secrètes pour mon­trer notre mécon­ten­te­ment ; fina­le­ment, on s’est vite ren­dus publics et le groupe, sur­tout consti­tué de per­son­nel para­mé­di­cal (aide-soi­gnants et infir­miers), a gran­di petit à petit. Puis on s’est retrou­vés confron­tés à nos col­lègues. Quand on a vou­lu expli­quer notre mou­ve­ment, on a eu droit à des « Ah ouais, mais non, de toute façon vous le faites pour vous ». Ou encore « Ben non, moi je suis plu­tôt contente : comme j’ai un bou­lot, ça me va… » D’accord, mais la conscience pro­fes­sion­nelle elle est où, alors ? On ne peut pas dire qu’on fait un bou­lot cor­rect dans des condi­tions pareilles, c’est impos­sible. C’est vrai que par­mi les pre­miers membres des Blouses noires, on était tous plus ou moins mili­tants. Mais on a expli­qué notre point de vue : on n’est pas un syn­di­cat, on est ouverts à tous. Tout le monde peut se reven­di­quer « Blouse noire » s’il le sou­haite : soi­gnants, soi­gnés, famille, der­rière une même ban­nière. Les Blouses noires, ce sont des blouses blanches en deuil. Voilà ce que ça signifie.

©AS/Normandie-Actu

On a fait de petites assem­blées géné­rales locales, beau­coup de com­mu­ni­ca­tion, beau­coup de ban­de­roles qu’on dis­sé­mi­nait un peu par­tout pour ral­lier les gens. À par­tir du 22 mars [2018], on s’est mis en grève illi­mi­tée. Il y avait alors trois groupes qui entraient en lutte au Rouvray : les quatre syn­di­cats (la CGT, la CFDT, SUD et la CFTC), le comi­té de grève (qui regrou­pait les per­son­nels ne vou­lant rejoindre ni les syn­di­cats, ni les Blouses noires) et nous. Dans notre hôpi­tal, l’initiative Blouses noires n’a pas été très bien accueillie par les syn­di­cats — ce n’é­tait pour­tant pas incom­pa­tible ; au contraire : dans notre groupe, il y a des syn­di­qués. Les orga­ni­sa­tions ne se retrou­vaient pas vrai­ment dans les modes d’action pro­po­sés. Au début du mou­ve­ment, elles nous ont fait mau­vaise presse : on s’est fait cata­lo­guer comme « anar­chistes » ou assi­mi­ler aux tuniques noires de Mussolini… C’est allé loin ! Il a fal­lu défendre notre image jour après jour. L’aide des syn­di­cats est venue plus tard, quand ils ont vrai­ment com­pris qu’on n’était pas là pour mar­cher sur leurs plates-bandes. Qu’on était là en plus et non pas contre. Aujourd’hui, notre rela­tion est assez miti­gée, mais ils semblent dans l’ensemble recon­nais­sants de ce qu’on a appor­té au mou­ve­ment — même si quelques-uns pensent encore qu’on n’est que des « gugusses anar­chistes » ! On a été très éton­nés de voir le nombre de per­sonnes qui sont venues à notre ren­contre pour nous remer­cier et nous dire que, sans nous, ils n’auraient jamais pris part à ce mou­ve­ment. Nous avons réus­si à fédé­rer beau­coup de monde durant cette grève ! Notre toute pre­mière action a été d’écrire une lettre ouverte, la « Lettre à ma nièce » : une tante répond à sa nièce qui lui dit qu’elle veut deve­nir infir­mière en psy­chia­trie et lui explique les condi­tions de tra­vail. On ne vou­lait pas faire un tract avec une suc­ces­sion de chiffres ; on vou­lait quelque chose qui soit plus digeste et vivant, qui parle aux gens. On l’a envoyée par cour­rier dans toutes les uni­tés de notre hôpi­tal, dans toutes les boites mails des secré­ta­riats des syn­di­cats. Dans le même temps, on a créé une page Facebook : on y a invi­té un grand nombre de per­sonnes, d’abord de l’hôpital, ensuite des hôpi­taux des envi­rons, puis on a dif­fu­sé la lettre. C’était assez impres­sion­nant : les gens se sont mis à écrire des témoi­gnages, des lettres dans les com­men­taires ; ils se sont vrai­ment pris au jeu. Un infir­mier en psy­chia­trie a écrit une lettre très tou­chante mon­trant l’évolution de la psy­chia­trie tout au long de sa carrière.

« Cette grève de la faim a été com­men­cée par sept — puis huit — de nos col­lègues. Elle a été déci­sive pour la lutte. »

Le mode de com­mu­ni­ca­tion du tract, avec plein de phrases bateaux et de chiffres illi­sibles, c’est pas du tout notre truc. Notre mode de com­mu­ni­ca­tion est plu­tôt visuel. Pour nos pre­mières actions, on a choi­si des ban­de­roles, des draps noirs avec des écri­tures blanches. On ne voit que nous comme ça ! Dans les pre­mières manifs fil­mées, les gens ont tiqué : « Tiens, pour­quoi ils font des ban­de­roles noires ? » Ensuite, on a ten­té quelques actions coup-de-poing, comme blo­quer les urgences psy­chia­triques pour évi­ter la fac­tu­ra­tion et donc tou­cher au por­te­feuille de l’hôpital, mais ça n’a pas été un suc­cès : les patients n’ont pas bien vécu le fait de ne pas pou­voir pas­ser par les urgences et ça a géné­ré de l’angoisse chez eux. On a donc rapi­de­ment arrê­té. On a pen­sé à ne blo­quer que le bureau des entrées, mais nos col­lègues qui y tra­vaillent sont contrac­tuels et le risque était trop grand pour eux… Il y a eu ensuite une ren­contre avec des habi­tants sur la place du mar­ché, le 29 mars, et un die-in [mani­fes­ta­tion consis­tant à s’allonger sur la voie publique en simu­lant la mort, ndlr] au palais de Justice. C’est la pre­mière action à avoir été vrai­ment média­ti­sée loca­le­ment. Le 5 avril, lors de la venue de mon­sieur Macron au CHU, on était là et on a pu, avec l’intersyndicale, ren­con­trer le direc­teur d’agence de la ministre de la Santé. Mais rien de concluant n’en est sor­ti ; il nous a invi­tés à prendre contact avec l’Agence régio­nale de san­té, l’ARS. Le 17 avril, on a été reçus en délé­ga­tion par la direc­trice de l’ARS Normandie, qui nous a expli­qué qu’elle ne pou­vait rien faire et nous a conseillés de nous tour­ner vers le minis­tère… Une blague ! On a donc déci­dé d’investir les locaux de l’ARS, jus­qu’à être délo­gés sans vio­lence par la police. Il est vrai que cette suc­ces­sion de portes fer­mées a été dif­fi­cile… Le 1er mai, on était de nou­veau dans les rues de Rouen. Le 15, on est allés à Paris pour la « Marée blanche » orga­ni­sée par Sud Santé-sociaux. On a ren­con­tré beau­coup de per­sonnes qui nous ont deman­dé qui nous étions, ce qu’é­tait le col­lec­tif. Ensuite, il y a eu la grève de la faim le 22 mai. Le 29, on a accueilli mon­sieur Hamon, qui allait ensuite relayer ce qu’il se pas­sait dans notre hôpi­tal sur les radios natio­nales. Au dixième jour de la grève de la faim, le jeu­di 31, on a déci­dé avec l’intersyndicale d’investir les locaux de l’administration pour inter­pel­ler et mar­quer le coup. L’impact média­tique n’a pas vrai­ment été au ren­dez-vous, mal­heu­reu­se­ment. On a quit­té les lieux dimanche…

Cette grève de la faim a été com­men­cée par sept — puis huit — de nos col­lègues. Elle a été déci­sive pour la lutte. Il n’y avait pas de Blouses noires dans les gré­vistes de la faim : aucun de nous ne se sen­tait vrai­ment de le faire… Tandis qu’ils pre­naient pos­ses­sion du hall d’accueil de l’administration, y ins­tal­lant leur tente et le néces­saire vital, nous et tous les autres gra­vi­tions autour des gré­vistes pour les sou­te­nir. On a tous pris conscience, peu à peu, qu’il fal­lait les pro­té­ger et ne rien lâcher pour écour­ter cette grève : des méde­cins, des tours de garde, des réfé­rents logis­tiques… Tout le monde avait son rôle à jouer. Nous, Blouses noires, notre truc c’est la com­mu­ni­ca­tion ; alors on a com­mu­ni­qué. On est allé à la « Marée popu­laire » le 26 mai, à Rouen, pour sen­si­bi­li­ser la popu­la­tion et invi­ter un maxi­mum de monde au Café soli­daire orga­ni­sé le len­de­main, sur le par­vis de l’administration. Sans cette grève, sans cette cohé­sion, on ne serait pas allés aus­si loin. Mais il aura tout de même fal­lu attendre dix jours avant d’attirer l’attention sur la situa­tion, et encore huit de plus pour abou­tir à quelque chose de concret. C’est un peu notre slo­gan, mais c’est vrai : « Notre force, c’est notre nombre. » Les syn­di­cats avaient la logis­tique ; nous, le nombre !

© 76actu

Il y a éga­le­ment eu des actions de conver­gence avec les che­mi­nots de Rouen. Le délé­gué CGT des che­mi­nots est venu ren­con­trer la CGT du Rouvray, puis des liens se sont créés avec nous car on était pré­sents à leurs assem­blées géné­rales et leurs actions pour les sou­te­nir. Avec eux, on a blo­qué des bou­le­vards, des péages. Et c’était pour leurs luttes ! En retour, ils sont venus au Rouvray. Par exemple, le jour des négo­cia­tions, on a accueilli l’ARS avec une haie d’honneur qui alter­nait un soi­gnant, un che­mi­not, un soi­gnant, un che­mi­not… On a aus­si été en lien avec les dockers. Ils nous ont don­né pas mal de tuyaux pour les négo­cia­tions. Ils nous ont beau­coup aidés. Maintenant que la grève est ter­mi­née au Rouvray, on conti­nue de sou­te­nir acti­ve­ment les che­mi­nots. C’est impor­tant. La bataille du Rouvray l’a prou­vé : la conver­gence des luttes est une force. Médiatiquement par­lant, les che­mi­nots sont beau­coup moins cen­su­rés que nous ; au Rouvray, quand on voit le nombre de camé­ras qui sont venues nous voir, et le nombre de repor­tages qui en est res­sor­ti… C’est insi­gni­fiant ! Une équipe de M6 est venue nous trou­ver le 8 juin, lors­qu’on a signé l’accord, en nous disant qu’elle ne savait pas si leur direc­tion accep­te­rait de dif­fu­ser le repor­tage : « On cherche du conflit social, là, vous avez gagné, ce n’est pas ter­rible ! » Finalement, on a été dif­fu­sés, mais c’est quand même dur d’entendre ce genre de discours !

« Les dockers nous ont beau­coup aidés. Maintenant que la grève est ter­mi­née au Rouvray, on conti­nue de sou­te­nir acti­ve­ment les che­mi­nots. La bataille du Rouvray l’a prou­vé : la conver­gence des luttes est une force. »

On a beau­coup été en contact avec les RG. Ils sont venus nous voir direc­te­ment, dès qu’on a ins­tal­lé le piquet de grève à l’entrée de l’hôpital. Le pre­mier, celui avec qui on a beau­coup échan­gé, s’est pré­sen­té comme tel direc­te­ment : « Voilà ma carte, je suis des Renseignements géné­raux : qu’est-ce qui se passe ? » Il a joué franc-jeu. Les autres, ceux qui sont venus après — il y en a eu plu­sieurs — étaient moins sym­pas… Ils nous aiguillaient un peu. Ils nous ont mis la pres­sion, en disant : « Faites atten­tion à ce que vous allez faire, si vous pré­voyez telle ou telle action. » C’était à croire qu’ils nous écou­taient : ils étaient tou­jours un peu dans le vrai. Et c’est eux qui nous ont infor­més qu’on avait un ren­dez-vous avec la pré­fète le 7 juin ; on n’é­tait au cou­rant de rien ! Le mou­ve­ment les intri­guait car, rapi­de­ment, on a eu pas mal d’amis sur Facebook. Il faut être franc : les rares fois où on a été confron­tés aux forces de l’ordre, elles n’ont vrai­ment pas été désa­gréables. Elles nous ont rapi­de­ment dit qu’elles trou­vaient nos reven­di­ca­tions justes. Aussi, voir un repré­sen­tant de l’ordre vio­len­ter une blouse blanche, ce ne serait pas très bien accueilli par l’opinion publique…

Nous avons eu un pre­mier ren­dez-vous avec l’ARS avec l’aide de nos méde­cins, qui ont envoyé une demande de ren­dez-vous pour nous en signe de sou­tien. Nous leur avions deman­dé d’être pré­sents phy­si­que­ment si nous obte­nions cette ren­contre. Ça a été très dur d’être à la table des négo­cia­tions avec l’ARS car on n’a pas le même dis­cours, on ne parle pas le même lan­gage. Vraiment pas. On est allés à la pre­mière réunion, mar­di 5 juin au soir, avec l’idée d’écouter ce que la direc­trice vou­lait nous pro­po­ser. Les Blouses noires n’é­taient pas repré­sen­tées : on y est allés en tant que comi­té de grève. Nous avons été reçus à 18 heures, accom­pa­gnés d’un méde­cin, pré­sident de la Commission médi­cale d’établissement. La direc­trice nous a accueillis en nous disant : « J’ai de très bonnes nou­velles pour vous, c’est génial, vous allez voir… » Nous l’avons infor­mée que tout ce qu’elle nous pro­po­se­rait devra être voté en assem­blée géné­rale, le len­de­main à 14 heures, avec l’en­semble du per­son­nel de l’hôpital. Elle a acquies­cé et nous a pro­po­sé deux pro­jets, en met­tant des formes poli­ti­ciennes… Il s’agissait de créer deux uni­tés : l’unité ado et l’unité des déte­nus, avec le per­son­nel néces­saire. Ces pro­jets étaient déjà pré­vus pour l’hôpital depuis deux ans. Donc, en clair, elle nous offrait dix postes de pédo­psy­chia­trie et dix autres pour les déte­nus — ce qui cor­res­pon­dait à l’effectif néces­saire aux deux uni­tés —, soit un effec­tif déjà acté avant les négo­cia­tions… Ensuite, elle nous a expli­qué vou­loir trans­fé­rer les patients de l’unité d’addictologie au Centre hos­pi­ta­lier uni­ver­si­taire de Rouen pour récu­pé­rer une uni­té vide, et le per­son­nel qui allait avec. Donc aucune créa­tion de postes pour ren­for­cer les équipes exis­tantes ! On a sou­mis cette pro­po­si­tion à l’AG du len­de­main : elle a voté contre à l’unanimité. Elle a aus­si voté l’ab­sence du pré­sident de la CME à la pro­chaine négo­cia­tion — du fait de diver­gences de points de vue, nous trou­vions que ces négo­cia­tions devaient se faire sans pré­sence médi­cale : il a été infor­mé, il était d’accord.

© Jean-Pierre Levaray

On y est retour­nés le mer­cre­di 6 juin au soir ; là, ce n’était plus du tout la même ambiance ! La direc­trice de l’ARS était très fer­mée, cam­pée sur ses posi­tions, ne vou­lant plus nous entendre. Et le pré­sident de la CME était pré­sent, sur demande de la direc­trice de l’ARS. Elle a refu­sé qu’il sorte ! On a pris la déci­sion de quit­ter la salle après 20 minutes. Le blo­cage des grands axes de Rouen était pro­gram­mé au len­de­main, avec l’aide des che­mi­nots et des dockers cen­sés nous rejoindre si le mutisme de l’ARS conti­nuait. Face à ça, il n’a pas fal­lu long­temps pour obte­nir un ren­dez-vous avec la pré­fète de région et la direc­tion géné­rale de l’ARS ! Les négo­cia­tions ont repris le jeu­di : 7 heures non-stop ! Et encore le len­de­main matin, de 10 à 14 heures. C’était très éprou­vant. Finalement, 30 postes ont été obte­nus ain­si que la fina­li­sa­tion des deux pro­jets d’u­ni­tés pré­vus au départ. Si on se base sur les audits qu’on avait eus en 2016 et 2017, il nous man­quait 56 postes ; on en a deman­dé 52. Mais on savait que 52 postes, c’était « uto­pique ». C’est tout de même his­to­rique d’avoir 30 postes en quelques jours de négo­cia­tions, en une seule bataille. Nous sommes très fiers d’en être arri­vés là ! La direc­trice de l’ARS a fait son annonce à 15 heures sur le piquet de grève : les gré­vistes ont arrê­té leur grève de la faim et nous, on a arrê­té notre grève. Ça a été le sou­la­ge­ment, après 2 mois et demi de bataille, 2 mois et demi d’appels sans réponse. On ne pou­vait pas ima­gi­ner devoir en arri­ver jusque-là pour être entendus !

« C’est tout de même his­to­rique d’avoir 30 postes en quelques jours de négo­cia­tions, en une seule bataille. Nous sommes très fiers d’en être arri­vés là ! »

Mais la bataille n’é­tait pas ter­mi­née. Lundi 11 juin, on est allés à Tours pour l’assemblée géné­rale des hôpi­taux en lutte et le len­de­main au Havre, pour l’assemblée géné­rale publique des gré­vistes. On conti­nuait, on ne lâchait rien. Si les erreurs qu’on avait faites et les choses qui nous avaient été béné­fiques pou­vaient ser­vir à d’autres, on y allait à fond. Épuisés, mais à bloc. Il y avait des Blouses noires qui com­men­çaient à émer­ger dans plu­sieurs hôpi­taux : à celui, psy­chia­trique, de Saint-Étienne, les soi­gnants ont teint leurs blouses en noir, c’é­tait génial ! Au Havre, à l’hô­pi­tal psy­chia­trique Pierre Janet, la grève venait d’être déclen­chée. Le ven­dre­di 15 juin, ils ont inves­ti le CHSCT [Comité d’hy­giène, de sécu­ri­té et des condi­tions de tra­vail] : c’était par­ti, l’intersyndicale était lan­cée ! Eux aus­si, ils ont fait leurs Blouses noires ; ils n’avaient plus vrai­ment besoin de nous. On a eu l’impression de nous revoir à nos débuts ! Leur direc­teur a dit qu’il ne com­pre­nait pas pour­quoi ils fai­saient une grève car il avait visi­té les urgences et avait trou­vé que ce n’é­tait pas si dra­ma­tique que ça. Nous, on a vu les pho­tos des urgences : c’était inad­mis­sible. Des mate­las par terre, dans des coins de portes, devant des sor­ties de secours… Ils ins­tal­laient des mate­las comme ça, ils fai­saient des lits de for­tune dans des salles d’attente. Une honte. Le direc­teur, appa­rem­ment, ne l’a pas vu… Il a dit que si les condi­tions d’accueil étaient ain­si, c’était « parce qu’il y a de la sur-occu­pa­tion, qu’il n’y a pas assez de lits, mais qu’il y a assez de soi­gnants ».

Sa solu­tion : redi­ri­ger les patients qui se pré­sen­taient aux urgences psy­chia­triques vers les struc­tures extra-hos­pi­ta­lières du type des Centre médi­co-psy­cho­lo­gique ou hôpi­tal de jour… Le 11 juin, ils ont fait une action : ils ont enva­hi un gros centre com­mer­cial du Havre avec les che­mi­nots, quelques-uns du Rouvray et d’autres hôpi­taux de la région. Le train était en marche ! Plus tard, on a essayé d’aller à Guingamp pour lut­ter contre la fer­me­ture de la mater­ni­té… On ver­ra où le vent nous porte. De toute façon, on a tou­jours cette épée de Damoclès au-des­sus de notre hôpi­tal : il faut qu’on soit vigi­lants quant au deve­nir de ces fameux postes. Le groupe de négo­cia­teurs a signé le pro­to­cole de fin de crise mais ça va être un bou­lot à part entière car notre direc­tion reprend déjà tous ses anciens ordres du jour. C’est un peu comme si les 2 mois et demi de conflit n’a­vaient jamais exis­té. Il va fal­loir res­ter sur nos exi­gences. Mais ça, c’est main­te­nant le tra­vail des syn­di­cats, qui peuvent par­ti­ci­per aux ins­tances. Nous, Blouses noires, on se tient prêts. S’il faut conti­nuer de se battre, on sera là !


REBONDS

☰ Lire notre témoi­gnage « Montrer que la lutte paie » (Gaël Quirante), juillet 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Prendre soin de nos anciens » (Anne-Sophie Pelletier), mai 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Pas de train aujourd’hui pour qu’il y en ait demain » (Laura V.), mai 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Sabrina Ali Benali, « La ministre de la Santé met en place une poli­tique du McDrive hos­pi­ta­lier », jan­vier 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Chahr Hadji : « Remettre en ques­tion ce que peut sup­por­ter une socié­té », février 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Claude Poirson : « Des ouvriers en lutte qui relèvent la tête », novembre 2016
☰ Lire notre article « Théâtre social : quand Philippe Durand raconte les Fralib », juin 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Françoise Davisse : « Décider ensemble, c’est tenir ensemble ! », mars 2016

Sur le même sujet :
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.