Rwanda — recommencer à vivre


Texte inédit pour le site de Ballast

Le 7 avril 1994 débu­tait un géno­cide au Rwanda : en trois mois, c’est près d’un mil­lion de vic­times, à grande majorité tut­sie, qui seront exter­mi­nées. Deux décen­nies après, la res­pon­sa­bi­li­té des prin­ci­paux acteurs est connue. Les coupables ont été jugés par les « Gacaca », les tri­bu­naux popu­laires rwan­dais ; l’État fran­çais, qui n’a jamais assu­mé sa part de res­pon­sa­bi­li­té en dépit des preuves, conti­nue de faire figure de grand absent au tableau de la récon­ci­lia­tion. Cela n’a pas empê­ché le Rwanda de se rele­ver et de deve­nir l’un des pays les plus sûrs du conti­nent afri­cain. Gabriel avait 11 ans, alors : il est l’un des nom­breux civils ano­nymes res­ca­pés d’un car­nage qui conti­nue de nous han­ter. Nous l’a­vons ren­con­tré dans la pro­vince de Gisenyi, au bord du lac Kivu, à 500 mètres de la fron­tière avec la République démo­cra­tique du Congo. S’il res­pire la joie de vivre au quo­ti­dien, ses mains se crispent au moment d’évoquer ses sou­ve­nirs ; sa gorge se noue. Nous l’é­cou­tons.


Je suis né en 1983, de parents éle­veurs et culti­va­teurs. On était six gar­çons à la mai­son et on vivait en cam­pagne, ce qui signi­fie que, comme la majo­ri­té des Rwandais éloi­gnés des villes, on ne connais­sait rien à la poli­tique. À cette époque, 90 % des gens qui vivaient en zone rurale n’é­taient jamais allés à Kigali, la capi­tale. La grande majo­ri­té des Rwandais n’avait jamais vu la route béton­née. On était des « inno­cents », dont la seule pré­oc­cu­pa­tion était le tra­vail. À cette époque les Hutus et les Tutsis vivaient ensemble ; la seule dif­fé­rence entre les trois groupes1De nom­breux spé­cia­listes ont démon­tré que les Tutsis et les Hutus ne consti­tuent pas des eth­nies ou des tri­bus, ni même des castes (sources). Il faut rajou­ter éga­le­ment les Twa, lar­ge­ment mino­ri­taires dans le pays. se lisait sur la carte d’identité. L’époque colo­niale a mon­tré et mar­qué les dif­fé­rences entre les gens. Les dis­tinc­tions étaient basées sur des cri­tères éco­no­miques. Les Tutsis étaient des éle­veurs, les Hutus des agri­cul­teurs. Le nombre de vaches que chaque indi­vi­du pos­sé­dait déter­mi­nait son appar­te­nance. Cette clas­si­fi­ca­tion pou­vait évo­luer, dépen­dam­ment du nombre de vaches2Un Hutu s’enrichissant pou­vait deve­nir Tutsi. Des frères et sœurs pou­vaient être d’une eth­nie dif­fé­rente. Voir par exemple.. Pour autant, nous étions le même peuple. Il était impos­sible pour nous de faire la dis­tinc­tion. Les Belges3En 1919, le Traité de Versailles attri­bue le Rwanda et le Congo à la Belgique. En 1924, la Société des Nations « confie » à la Belgique un mandat de tutelle. Le Rwanda devient indé­pen­dant le 1er juillet 1962. ont alors com­men­cé à nous mesu­rer pour nous dif­fé­ren­cier afin que notre pré­ten­due eth­ni­ci­té n’évolue plus4Selon les règles éta­blies, la lon­gueur du nez pou­vait déter­mi­ner l’appartenance. De nom­breuses mesures mor­pho­lo­giques sont res­tées sans conclu­sion ; les cri­tères socio-éco­no­miques demeu­raient alors les seuls déter­mi­nants de l’ethnicité. 85–14‑1 (85 % de Hutus , 14 % de Tutsis et 1 % de Twa) devien­dra une suite numé­rique réci­tée par des géné­ra­tions de Rwandais : ces chiffres étaient dic­tés par le gou­ver­ne­ment, qui sous-esti­mait le nombre de Tutsis afin de les mar­gi­na­li­ser.. Tout ça a fixé le cadre d’un com­plexe d’infériorité pour une par­tie des Hutus.

« Le gou­ver­ne­ment avait déployé des mili­taires par­tout mais ils n’ont pas fait atten­tion à moi : j’ai pu m’échapper. J’ai dor­mi près d’un poste élec­trique. Au petit matin, j’ai com­men­cé à voir défi­ler le flot des réfu­giés. »

Je me trou­vais avec mon oncle quand le géno­cide a débu­té. Quand nous avons appris ce qu’il se pas­sait, nous avons ten­té de fuir, tout d’abord vers le Burundi, car nous vivions près de la fron­tière. Quand nous nous sommes aper­çus que c’était impos­sible, nous avons déci­dé de nous rendre vers la sous-pré­fec­ture avant que les géno­ci­daires n’arrivent jusqu’à nos vil­lages. On vou­lait ral­lier les bâti­ments offi­ciels car on n’i­ma­gi­nait pas que ces tue­ries étaient pla­ni­fiées par le gou­ver­ne­ment. Sur la route, des sol­dats nous ont deman­dé notre carte d’identité. J’avais 11 ans, je n’en avais pas. Mon oncle, oui. Même si sa mère était hutue et que son père tut­si, lui était tut­si au regard du gou­ver­ne­ment rwan­dais. Et dès qu’ils arrê­taient des Tutsis, ils les frap­paient sys­té­ma­ti­que­ment. Quand ils ont vu la carte d’identité de mon oncle, ils ont com­men­cé à le frap­per et à le tor­tu­rer en lui enfon­çant des clous dans les pieds afin qu’il ne puisse pas s’enfuir. Je me sou­viens qu’ils criaient que nous étions des traîtres, des espions. Ils m’ont dit : « Toi tu es un enfant, on te tue­ra après. » Je pen­sais qu’ils feraient du mal à mon oncle, mais pas qu’ils le tue­raient. Le gou­ver­ne­ment avait déployé des mili­taires par­tout mais ils n’ont pas fait atten­tion à moi : j’ai pu m’échapper. J’ai dor­mi près d’un poste élec­trique. Au petit matin, j’ai com­men­cé à voir défi­ler le flot des réfu­giés. Tous fuyaient. Parmi eux, il y avait beau­coup de jeunes filles, qui seront vio­lées par les mili­taires avant d’être tuées. J’étais ter­ri­fié, parce que j’étais seul, mais peut-être que ça a été aus­si une chance : per­sonne ne fai­sait trop atten­tion à mes faits et gestes. J’ai déci­dé de par­tir pour rejoindre la mai­son de mes parents. Je ne com­pre­nais pas bien ce qu’il se pas­sait à ce moment, comme beau­coup de monde. Mais le chant guer­rier « Iyeee tubat­sem­batse iyee tuba­gan­da­gure » (« On va les exter­mi­ner »), repris par les milices, nous a fait rapi­de­ment com­prendre ce qu’il se pas­sait.

Nos voi­sins étaient nos amis, je pen­sais que je serais en sécu­ri­té là-bas. Mais je ne savais pas quel che­min je devais prendre : les hommes armés étaient par­tout, et cer­tains trans­por­taient des cadavres san­gui­no­lents. J’étais un enfant encore naïf, je pen­sais que mon oncle était en vie, alors je deman­dais à tous les gens que je croi­sais s’ils savaient quelque chose. Ces moments étaient par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­ciles, les routes étaient par­se­mées de cadavres, les chiens rôdaient autour… Rapidement, j’ai déci­dé de ne plus m’adresser aux hommes, ils me fai­saient peur. J’ai ren­con­tré sur mon che­min une femme, et je lui ai posé des ques­tions. Elle s’est mise à pleu­rer et m’a deman­dé de ne jamais dire que j’étais tut­si, qu’on me tue­rait sans aucune pitié. Alors que le géno­cide avait débu­té depuis plu­sieurs jours à Kigali, nous n’en étions qu’au deuxième dans ma région. J’ai abor­dé une deuxième femme, qui m’a dit d’aller rejoindre une famille tut­sie qui était un peu plus loin, afin d’être exé­cu­té avec eux. J’avais faim, j’avais peur, et quelque chose venait de chan­ger pour moi : je com­pre­nais que je ne pour­rais pas ren­trer chez moi.

Avant que je sois sépa­ré de mon oncle, il m’avait don­né de l’argent, pen­sant que ça me sau­ve­rait peut-être la vie. Et il a eu rai­son : une dame a accep­té de me prendre chez elle. Quand je suis arri­vé à son domi­cile, j’ai vu son mari avec une machette et du sang sur ses vête­ments. Il a deman­dé immé­dia­te­ment : « D’où viens-tu avec ce ser­pent ? » Son épouse lui a répon­du qu’elle ne savait pas, mais que j’avais de l’argent. Je por­tais un short kaki, je lui ai don­né l’argent que j’avais en poche. Il m’a dit que je pou­vais res­ter chez eux. J’y suis res­té une semaine. Le sang cou­lait par­tout dans le pays. Tout le monde avait chan­gé. Même celui qui était bon était deve­nu mau­vais. Un matin, l’homme qui m’hébergeait est venu me voir. Sur les 500 francs que je lui avais don­nés, il m’a ren­du 100 francs et m’a deman­dé de par­tir. Aussitôt dehors, j’ai vu un autre homme d’environ 25 ans se faire mas­sa­crer. Terrifié, j’ai fait demi-tour et je suis repar­ti vers la mai­son. Celui qui m’avait héber­gé a alors bran­di sa machette et m’a deman­dé de faire un choix que je n’ai jamais pu oublier : « Tu pars ou tu restes ? » Je suis par­ti.

« Le sang cou­lait par­tout dans le pays. Tout le monde avait chan­gé. Même celui qui était bon était deve­nu mau­vais. Un matin, l’homme qui m’hébergeait est venu me voir. »

J’ai déci­dé de me rendre dans l’église du vil­lage, pen­sant que j’y serais en sécu­ri­té. Je me suis ren­du compte qu’elle était rem­plie de cadavres. Devant le porche, j’ai vu un homme se sui­ci­der. La vio­lence de cet acte de déses­poir m’a pro­fon­dé­ment trau­ma­ti­sé — plus tard, j’ai éga­le­ment essayé de mettre fin à mes jours. En sor­tant de l’église, j’ai été arrê­té par des Bakiga5Les Bakiga sont une popu­la­tion qui vit au nord-ouest du Rwanda. qui étaient en train d’apprendre aux Hutus des vil­lages com­ment tuer. Ils m’ont lais­sé par­tir mais, plus loin, ce sont des mili­ciens qui m’ont arrê­té : ils se sont mis à me comp­ter le nombre de côtes, puisqu’il avait été ren­du public durant la colo­ni­sa­tion que les Tutsis avaient plus de côtes que les Hutus. Étant don­né que je niais en bloc, un des mili­ciens m’a mena­cé de me cou­per la jambe si je n’avouais pas. Un homme est arri­vé et il lui a deman­dé de me lais­ser : des adultes tut­sis devaient être exé­cu­tés plus loin. Même si j’ai été frap­pé et humi­lié, c’est un véri­table miracle que je n’aie pas été exé­cu­té. Plusieurs jours après, un homme m’a per­mis de ren­trer dans un quar­tier qu’on m’avait décrit comme moins dan­ge­reux. J’ai vu quelques enfants qui jouaient sur un ter­rain de foot­ball. Comme je m’approchais d’eux, ces der­niers m’ont dit de fuir, que leur oncle était un tueur. Je n’avais nulle part où aller, et dans ces vil­lages, tout le monde se connais­sait.

Après des jours inter­mi­nables, j’ai réa­li­sé que je ne pou­vais pas m’en sor­tir. Je ne vou­lais plus vivre, tout sim­ple­ment. Je suis allé à la bar­rière où il y avait un contrôle et j’ai dit que j’étais tut­si, et que je vou­lais mou­rir. Alors que j’avais toutes les chances d’être exé­cu­té sur-le-champ, à ma grande sur­prise, ces hommes m’ont répon­du qu’ils ne vou­laient pas me tuer et ils ont deman­dé à une dame de m’héberger. Elle a accep­té pour une nuit. Une nuit en sécu­ri­té, dans un lit, c’était comme une année pour moi. Son mari était un homme extra­or­di­naire. Je lui ai deman­dé si je pou­vais res­ter. Il m’a dit que non, qu’ils vien­draient tôt ou tard pour me tuer. Mais il a éprou­vé de la com­pas­sion pour moi, c’était la pre­mière per­sonne que j’ai réel­le­ment sen­ti tou­chée par ma situa­tion. Il a fini par me gar­der chez lui et par me confier la garde de ses vaches. Il aurait pu être tor­tu­ré et exé­cu­té pour avoir héber­gé un Tutsi. Pendant les semaines de ce géno­cide, il pleu­vait beau­coup. Je gar­dais ses vaches avec d’autres enfants du vil­lage. La radio nous infor­mait que les FPR pro­gres­saient et qu’ils allaient arri­ver dans les pro­chaines heures pour nous sau­ver et libé­rer nos vil­lages. C’est dans ce contexte que des tueurs ont fouillé toutes les mai­sons pour véri­fier qu’il n’y ait pas de res­ca­pés tut­sis. Alors que je com­men­çais juste à reprendre espoir, ils m’ont arrê­té avec une cin­quan­taine de per­sonnes.

Au bord du lac Kivu, qui fait office de fron­tière natu­relle entre le Rwanda et la RDC, Gabriel porte son regarde vers le Congo.

La nuit tom­bait. L’heure de notre exé­cu­tion arri­vait. Soudain, ils nous ont tiré des­sus. Tout le monde est tom­bé. Moi, j’étais der­rière des adultes. Ils me sont tom­bés des­sus et m’ont entraî­né dans leur chute. J’ai pas­sé la nuit au milieu des cadavres, cou­vert de leur sang. J’ai sur­vé­cu, mais une par­tie de moi est morte ce jour-là. Je suis retour­né chez les gens qui m’hébergeaient. Ils étaient tel­le­ment per­sua­dés que j’étais mort qu’ils ont pen­sé voir un fan­tôme. Le len­de­main, nous avons enten­du de très longues fusillades. Les FPR étaient arri­vées. Le géno­cide était fini. Vint l’heure des comptes. Et ils ont été ter­ribles pour moi. Mes parents et mes cinq frères avaient été tués. J’étais le seul sur­vi­vant. Plus tard, j’ai appris com­ment mon père avait été tué. Piégé, par des voi­sins de ses amis hutus.

« Et pour­tant, il fal­lait recons­truire. Et recons­truire, ça signi­fiait apprendre à vivre avec des indi­vi­dus qui avaient poten­tiel­le­ment exter­mi­né ta famille. »

Mon his­toire est aus­si celle de mil­liers d’autres enfants, deve­nus comme moi des orphe­lins du géno­cide. J’étais seul. Je ne connais­sais per­sonne. Des gens qui fré­quen­taient ma famille se sont alors mis à ma recherche. Mais il faut bien com­prendre le contexte : ils ne me cher­chaient pas seule­ment moi, ils cou­raient aus­si après les biens de mes parents. C’était davan­tage le pro­fit que l’amour qui les gui­dait. J’ai été rapi­de­ment emme­né dans un orphe­li­nat. C’est, même des années après, un sou­ve­nir très éprou­vant à racon­ter. Nous n’avions pas beau­coup à man­ger, beau­coup d’enfants por­taient des cica­trices du géno­cide… Mais nous, les enfants, nous n’étions pas le seul pro­blème : il y avait aus­si les veuves, sou­vent muti­lées, et toutes ces femmes qui avaient subi des viols… Si la paix règne au Rwanda main­te­nant, le pays revient de loin : notre nation était détruite, ses habi­tants étaient détruits, le sang cou­lait de notre terre. Et pour­tant, il fal­lait recons­truire. Et recons­truire, ça signi­fiait apprendre à vivre avec des indi­vi­dus qui avaient poten­tiel­le­ment exter­mi­né ta famille. Pendant les trois mois du géno­cide, 10 000 per­sonnes étaient tuées chaque jour. On n’a­vait pas le choix. Il fal­lait recom­men­cer à vivre sans esprit de ven­geance. Aujourd’hui, je sais qui a tué ma famille. Je les ai ren­con­trés. Si je m’étais ven­gé, ni mes parents ni mes frères ne seraient reve­nus. Trouver quelqu’un qui dit la véri­té peut même aider à la recons­truc­tion. Malheureusement, ça n’a pas été le cas pour moi. À part mon père, je ne sais pas où les autres membres de ma famille ont été enter­rés. Faire le deuil dans ces condi­tions est presque impos­sible.

Les Gacaca exis­taient même avant le géno­cide. C’était un tri­bu­nal local et popu­laire qui pla­çait les cou­pables face aux vic­times, et face à ce qu’ils avaient com­mis. Ils devaient recon­naître ce qu’ils avaient fait et deman­der par­don. Au Rwanda, après le géno­cide, ça parais­sait irréa­li­sable de juger tous ceux qui avaient par­ti­ci­pé aux crimes : on pense à ceux qui avaient tué, mais il ne faut pas oublier ceux qui avaient tor­tu­ré, exé­cu­té, vio­lé, pié­gé ou dénon­cé des Tutsis. Nous avions per­du près d’un mil­lion de per­sonnes. Le nombre de tueurs était presque inquan­ti­fiable. Le nou­veau gou­ver­ne­ment a alors pen­sé qu’il était mieux d’éduquer les gens pour prou­ver que l’époque colo­niale avait induit tout le monde en erreur : tous les Rwandais sont les mêmes. Il y a eu un gros tra­vail effec­tué sur la ques­tion du par­don : ce tra­vail, c’était d’apprendre à deman­der par­don, mais aus­si, pour les vic­times, d’apprendre à accep­ter ce par­don. Une fois que le FPR a pris le pou­voir, l’appartenance eth­nique a été de suite sup­pri­mée de la carte d’identité. Le FPR a mené une poli­tique d’unité et de récon­ci­lia­tion, en totale oppo­si­tion avec les anciens diri­geants qui pen­saient que le pays devait être seule­ment pour les Hutus.

Mémorial de Gisozi, à Kigali : une liste de noms, ceux de quelques-unes des vic­times du géno­cide

Il est acquis que la France a sou­te­nu les géno­ci­daires dès le début6Le 2 novembre 2015, l’association Survie a dépo­sé une pre­mière plainte contre X visant « les res­pon­sables poli­tiques et mili­taires fran­çais » en fonc­tion en 1994, pour des livrai­sons d’armes avant et pen­dant le géno­cide des Tutsis. « Dans le cadre des pre­mières inves­ti­ga­tions menées, le vice-pro­cu­reur de la République a audi­tion­né Hubert Védrine, secré­taire géné­ral de l’Élysée au moment des faits, en lui deman­dant notam­ment de s’expliquer sur ses décla­ra­tions pas­sées : Védrine avait recon­nu dans un écrit les livrai­sons au début du géno­cide, puis avait réité­ré cet aveu devant la com­mis­sion Défense de l’Assemblée natio­nale. La plainte a cepen­dant été clas­sée sans suite en sep­tembre 2016. » Voir leur site.. Mais pas seule­ment : elle a aus­si essayé par la suite d’évacuer les tueurs vers la RDC, qui était alors le Zaïre7Une « zone huma­ni­taire », offi­ciel­le­ment désar­mée, a été créée à l’issue du géno­cide à l’est du pays. Cette zone, inter­dite d’accès au FPR, est deve­nue un refuge pour les géno­ci­daires qui s’y étaient réfu­giés, de fac­to pla­cés sous la pro­tec­tion des mili­taires. Jusqu’au mois d’août 1994, cette zone ser­vi­ra de pas­se­relle vers le Zaïre pour de nom­breux tueurs, qui fon­de­ront là-bas l’Armée de libé­ra­tion du Rwanda (ALIR) et les Forces démo­cra­tiques de libé­ra­tion du Rwanda (FDLR).. Il faut que la France accepte le rôle qu’elle a joué dans ce drame et qu’elle recon­naisse que sans sa col­la­bo­ra­tion avec le pré­cé­dent gou­ver­ne­ment, le géno­cide n’aurait cer­tai­ne­ment pas pris les mêmes pro­por­tions. Les sol­dats fran­çais étaient là avant que le géno­cide com­mence. Et ils étaient tou­jours là pen­dant les tue­ries, cette fois-ci sous l’uniforme de l’ONU. Évidemment, les crimes ont été com­mis par les Rwandais eux-mêmes mais, durant ces quelques mois, l’humanité avait com­plè­te­ment dis­pa­ru. Nous n’étions plus des humains. En tant que res­ca­pé du géno­cide, je pense que la France doit, elle aus­si, deman­der par­don. Je ne peux qu’être recon­nais­sant envers les sol­dats du FPR, ain­si qu’envers notre pré­sident Paul Kagame. Sans eux, je ne serais pas là pour témoi­gner. Je serais cer­tai­ne­ment mort, d’une part, mais sans le tra­vail effec­tué après le géno­cide, je serais res­té un enfant de la rue, un vaga­bond. J’étais un enfant mal­heu­reux, comme tant d’autres, jusqu’à la fin des années 1990. Si ma vie a chan­gé, c’est grâce aux pas énormes qu’a fait le pays. J’ai pu étu­dier, apprendre l’anglais, le fran­çais… Le gou­ver­ne­ment rwan­dais a, à cette époque, pris la place de nos parents et de nos familles. Nous avons été éle­vés comme les enfants du Rwanda.

« Il faut que la France accepte le rôle qu’elle a joué dans ce drame et qu’elle recon­naisse que sans sa col­la­bo­ra­tion avec le pré­cé­dent gou­ver­ne­ment, le géno­cide n’aurait cer­tai­ne­ment pas pris les mêmes pro­por­tions. »

À quelques cen­taines de mètres d’ici [il désigne la République démo­cra­tique du Congo, qui appa­raît en toile de fond de l’autre côté du lac Kivu], il y a toutes ces per­sonnes qui sont par­ties vivre une autre vie. Je pense qu’elles doivent aujourd’hui reve­nir, afin de nous aider à soi­gner nos cica­trices et à recons­truire au lieu de conti­nuer à détruire. L’histoire de la sépa­ra­tion des Rwandais est déjà finie. Ceux qui ont com­mis des crimes doivent accep­ter d’être jugés et punis, et doivent reve­nir. Ils ont des enfants qui sont nés ici et qui sont en train de payer le prix des crimes de leurs parents. Mon sou­hait, c’est qu’ils reviennent. Pas qu’ils meurent dans les forêts. Cette his­toire n’est fina­le­ment pas seule­ment la mienne, mais plu­tôt celle de tous ceux à qui on a arra­ché leur enfance et leur famille. Mais, par­fois, en écou­tant les his­toires des autres, il m’arrive d’éprouver le sen­ti­ment de n’avoir rien vécu de grave. Tellement de femmes ont été tor­tu­rées, ont subi des viols col­lec­tifs, tel­le­ment de per­sonnes ont per­du une par­tie de leur corps… Malgré toutes ces atro­ci­tés, je pense que le Rwanda a un bon futur devant lui. Je suis opti­miste. Ceux qui étaient des orphe­lins comme moi ont construit une famille. J’ai une femme, trois jeunes enfants. Nous avons avan­cé. Mais je devrai un jour racon­ter à mes enfants mon his­toire, car elle est aus­si la leur. Celle de leur famille, mais aus­si celle de leur pays. Je devrai trou­ver les mots, pour ne pas qu’ils gran­dissent avec la haine. Ça sera une manière de les édu­quer. Parler, racon­ter, c’est dif­fi­cile. Mais celui qui est malade, c’est celui qui ne parle pas.


Propos recueillis par Laurent Perpiga Iban, pour Ballast — éga­le­ment auteur des pho­to­gra­phies.


REBONDS

☰ Lire notre car­net « Retour au Nigéria », Native Maqari, juillet 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Ndongo Samba Sylla : « Le franc CFA est la preuve de la sur­vi­vance des liens colo­niaux », mars 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Marc Ona Essangui : « Des pré­da­teurs sont à la tête des gou­ver­ne­ments ! », décembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Survie : « Il n’y a pas de bases mili­taires afri­caines en France », novembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Bruno Jaffré : « En tuant Sankara, on s’est débar­ras­sé de quelqu’un de gênant », novembre 2014

NOTES   [ + ]

1.De nom­breux spé­cia­listes ont démon­tré que les Tutsis et les Hutus ne consti­tuent pas des eth­nies ou des tri­bus, ni même des castes (sources). Il faut rajou­ter éga­le­ment les Twa, lar­ge­ment mino­ri­taires dans le pays.
2.Un Hutu s’enrichissant pou­vait deve­nir Tutsi. Des frères et sœurs pou­vaient être d’une eth­nie dif­fé­rente. Voir par exemple.
3.En 1919, le Traité de Versailles attri­bue le Rwanda et le Congo à la Belgique. En 1924, la Société des Nations « confie » à la Belgique un mandat de tutelle. Le Rwanda devient indé­pen­dant le 1er juillet 1962.
4.Selon les règles éta­blies, la lon­gueur du nez pou­vait déter­mi­ner l’appartenance. De nom­breuses mesures mor­pho­lo­giques sont res­tées sans conclu­sion ; les cri­tères socio-éco­no­miques demeu­raient alors les seuls déter­mi­nants de l’ethnicité. 85–14‑1 (85 % de Hutus , 14 % de Tutsis et 1 % de Twa) devien­dra une suite numé­rique réci­tée par des géné­ra­tions de Rwandais : ces chiffres étaient dic­tés par le gou­ver­ne­ment, qui sous-esti­mait le nombre de Tutsis afin de les mar­gi­na­li­ser.
5.Les Bakiga sont une popu­la­tion qui vit au nord-ouest du Rwanda.
6.Le 2 novembre 2015, l’association Survie a dépo­sé une pre­mière plainte contre X visant « les res­pon­sables poli­tiques et mili­taires fran­çais » en fonc­tion en 1994, pour des livrai­sons d’armes avant et pen­dant le géno­cide des Tutsis. « Dans le cadre des pre­mières inves­ti­ga­tions menées, le vice-pro­cu­reur de la République a audi­tion­né Hubert Védrine, secré­taire géné­ral de l’Élysée au moment des faits, en lui deman­dant notam­ment de s’expliquer sur ses décla­ra­tions pas­sées : Védrine avait recon­nu dans un écrit les livrai­sons au début du géno­cide, puis avait réité­ré cet aveu devant la com­mis­sion Défense de l’Assemblée natio­nale. La plainte a cepen­dant été clas­sée sans suite en sep­tembre 2016. » Voir leur site.
7.Une « zone huma­ni­taire », offi­ciel­le­ment désar­mée, a été créée à l’issue du géno­cide à l’est du pays. Cette zone, inter­dite d’accès au FPR, est deve­nue un refuge pour les géno­ci­daires qui s’y étaient réfu­giés, de fac­to pla­cés sous la pro­tec­tion des mili­taires. Jusqu’au mois d’août 1994, cette zone ser­vi­ra de pas­se­relle vers le Zaïre pour de nom­breux tueurs, qui fon­de­ront là-bas l’Armée de libé­ra­tion du Rwanda (ALIR) et les Forces démo­cra­tiques de libé­ra­tion du Rwanda (FDLR).
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.
Nous déménageons notre site ! Les commandes et abonnements sont temporairement indisponibles, nos articles restent accessibles.
+