Marc Ona Essangui : « Des prédateurs sont à la tête des gouvernements ! »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Au Gabon, pays posé sur l’équateur et consti­tué à 80 % de forêts, se pré­pare la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui débu­te­ra en jan­vier. Une célé­bra­tion du foot­ball — spon­so­ri­sée par l’entreprise fran­çaise Total — contes­tée par une par­tie de la popu­la­tion au point d’avoir entraî­née une impor­tante cam­pagne de boy­cott. Pour quelles rai­sons refu­ser un tel « hon­neur » ? C’est qu’en août der­nier, l’élection du nou­veau pré­sident pris une ampleur tra­gique : Jean Ping, l’ancien ministre incar­nant aujourd’hui l’opposition, rem­por­ta les élec­tions dans les urnes. Et Ali Bongo, à l’instar de son père Omar Bongo (42 ans de règne à la tête du pays) frau­da aux yeux de son peuple et des com­mis­sions inter­na­tio­nales en pré­sence. Une fraude qui, à l’ère des réseaux sociaux, lais­sa le roi nu mais ne le désar­ma pas. Ne lui res­tait alors que la pos­si­bi­li­té de cou­per Internet (au len­de­main des élec­tions) et de tirer sur les réfrac­taires, à balles réelles. Des mil­liers d’arrestations eurent lieu les semaines qui sui­virent. La France, liée par une vieille ami­tié éco­no­mique, fit le choix de ne frois­ser per­sonne. De pas­sage à Paris, nous avons ren­con­tré l’écologiste Marc Ona Essangui, figure de la socié­té civile gabo­naise (à l’initiative du mou­ve­ment citoyen Ça suf­fit comme ça) et fon­da­teur de Brainforest, ONG de sau­ve­garde de la forêt. Un homme qui, loin des cor­rup­tions rituelles, s’acharne depuis de nom­breuses années à viser droit dans les rouages de son gou­ver­ne­ment.


Ali Bongo Ondimba n’en était qu’à son pre­mier man­dat. Il aurait pu accep­ter les résul­tats et par­tir avec son héri­tage et les hon­neurs du vain­cu, sans for­cé­ment res­ter dans le sillon de son père. Pourquoi se main­te­nir au pou­voir ?

Ali Bongo se pense comme un monarque et il est d’ailleurs très ami avec le roi du Maroc. Il voit le pays comme si c’était un « Bongoland ». Cette terre est son héri­tage, il a donc héri­té des biens [l’héritage fami­lial est esti­mé à hau­teur de 450 mil­lions d’euros, ndlr], comme il a héri­té du pays. Ici la terre appar­tient à l’État. Alors le Gabon lui appar­tient. Les ins­ti­tu­tions éga­le­ment : l’Assemblée natio­nale, la Cour consti­tu­tion­nelle, etc. Mais en s’accrochant ain­si, ces diri­geants creusent leur propre tombe. La famille Bongo risque de dis­pa­raître à terme, car le désa­mour — la haine — est en train de s’installer. Les gens se sentent pris en otage. C’est dan­ge­reux ! Pas pour le peuple, mais pour eux : ils l’oublient.

« La vio­lence, c’est quand un Président refuse le suf­frage uni­ver­sel, fal­si­fie les pro­cès ver­baux et sort l’armée pour tirer sur son peuple. »

Mais qui sont les marion­net­tistes ?

Ceux qui tirent les ficelles, ce sont ceux qui exploitent le pays comme une vache à lait : ce sont les lob­bies amé­ri­cains, fran­çais… Et le Maroc qui pompe l’or du Gabon frau­du­leu­se­ment. C’est Mohamed VI qui pos­sède des terres de manière illé­gale et qui tient tout le réseau ban­quier avec son fond d’investissement per­son­nel et royal. Lui fait un lob­bying fort ! Mais nous ne nous lais­se­rons pas faire ! Ceux qui tiennent le pays, ce sont aus­si les hommes d’affaires. Le bien-être des popu­la­tions n’intéresse pas ces gens-là. Regardez l’éducation : il n’y a plus d’écoles, plus d’universités et on pré­fé­re­ra orga­ni­ser la Coupe d’Afrique pour faire jouer et dan­ser la popu­la­tion. Or les CAN sont accep­tées par tout le conti­nent, mais les Gabonais sont conscients que c’est le jouet du seul Ali Bongo. Mettre tout l’argent du pays dans un tel évé­ne­ment pour une affaire d’image et de com­mu­ni­ca­tion, alors que ça ne pro­fite à per­sonne… Un géno­cide cultu­rel se passe : on tue l’école. Il n’y a pas d’écoles ! Et quand il y en a, on peut voir jusqu’à 150 élèves dans une salle de classe ! L’école n’a pas eu sa ren­trée et il y a une grève géné­rale illi­mi­tée des syn­di­cats de l’éducation natio­nale. Tout est KO debout.

Il y a eu une vaste cam­pagne pour le pas­sage au bio­mé­trique avant les élec­tions. Technique qui fut par­fai­te­ment inutile au pro­ces­sus élec­to­ral. Pourquoi ?

Êtes-vous au cou­rant que j’ai por­té plainte contre l’entreprise GEMALTO [« Leader mon­dial de la sécu­ri­té numé­rique », ndlr] ? Le juge d’instruction vient d’être dési­gné. Avec d’autres asso­cia­tions, nous esti­mons qu’on ne peut pas avoir dépen­sé 40 mil­liards de francs CFA pour la bio­mé­trie, et qu’il n’y ait eu aucune authen­ti­fi­ca­tion le jour du vote. C’est le véri­table scan­dale de ces élec­tions ! Qui est der­rière cette arnaque ? C’est aus­si un lobby fran­çais ! Mais Ali Bongo a per­du, avec ou sans bio­mé­trie. On n’a pas pu comp­ta­bi­li­ser les votes avec le bio­mé­trique, alors nous avons comp­té à l’ancienne. Et il a échoué. Les obser­va­teurs inter­na­tio­naux l’ont attes­té, mais il les a mena­cés et accu­sés… de men­songe.

La vio­lence a fait par­tie du quo­ti­dien des Gabonais, suite aux résul­tats des élec­tions…

Il ne faut pas tant s’attarder sur les consé­quences que sur les causes de la vio­lence : com­ment est-il pos­sible de l’éviter avec toutes les frus­tra­tions qui s’accumulent ? La vio­lence, que l’on soit clair, est du côté du pou­voir en place, qui l’utilise à tous les niveaux. En pre­mier lieu, quand on refuse le suf­frage uni­ver­sel, quand on fal­si­fie les pro­cès ver­baux et quand on sort l’armée pour tirer sur son peuple. Les mili­taires eux-mêmes ont pillé les maga­sins. Les mani­fes­ta­tions, elles, étaient non-vio­lentes ; les gens n’étaient pas armés et on leur a tiré des­sus ! Manifester est pour­tant une expres­sion démo­cra­tique. Ces morts se comptent par cen­taines.

Photographie : Maya Mihindou

Internet a été cou­pé (ain­si qu’une par­tie de l’accès aux ser­vices de télé­pho­nie) au len­de­main des élec­tions, afin de fra­gi­li­ser la com­mu­ni­ca­tion entre les gabo­nais et ceux de la dia­spo­ra, lais­sant libre cours à la cir­cu­la­tion d’informations impré­cises et invé­ri­fiables, notam­ment sur le nombre de morts et de dis­pa­rus. Quel est-il, fina­le­ment ?

Selon nos enquêtes, il y a eu 27 morts lors de l’assaut au quar­tier géné­ral de Ping. Sans comp­ter les dis­pa­rus et les bles­sés par cen­taines. À l’échelle du pays, on parle de 200 morts dans le mois qui a sui­vi la pro­cla­ma­tion de la fraude.

Comment le pré­sident du Parti démo­cra­tique gabo­nais (PDG) a-t-il jus­ti­fié cet assaut mili­taire dans le quar­tier géné­ral de son prin­ci­pal rival ?

Le pré­sident a jus­ti­fié l’assaut en affir­mant que des armes cir­cu­laient au QG et que c’était un repaire de ban­dits.

Vous diriez-vous encore « acteur de la socié­té civile » ?

Bien sûr. Je n’ai jamais été encar­té, je ne me suis pré­sen­té à aucune élec­tion. Je suis en lien avec d’autres acteurs des socié­tés civiles afri­caines. Nous avons créé « Tournons la page » pour mettre fin aux dic­ta­tures en Afrique : c’est un mou­ve­ment pan­afri­cain.

Observez-vous une plus grande conscience de ces enjeux par­mi la jeune géné­ra­tion ?

« Au Gabon, les jeunes sont des cabris morts : on fabrique des gens qui n’ont plus peur du cou­teau. »

Ceux qui défendent leurs inté­rêts coûte que coûte sans tenir compte de la démo­cra­ti­sa­tion de l’Afrique fini­ront par tout perdre. Il y a une lutte contre le ter­ro­risme, mais le ter­ro­risme ne naît que de frus­tra­tions. Maintenir ces frus­tra­tions et ces inéga­li­tés signi­fie qu’on ne cherche pas à libé­rer les esprits, mais à les conte­nir. La France et les autres puis­sances doivent actua­li­ser leur logi­ciel. Ils sont res­tés blo­qués sur la vision d’une Afrique des années 1960. Mais les géné­ra­tions actuelles balayent tout ça. Au Gabon, les jeunes (c’est à dire 75 % de la popu­la­tion) sont des « cabris morts » : on fabrique des gens qui n’ont plus peur du cou­teau.

La France devrait actua­li­ser son logi­ciel… Mais il y a par ailleurs une tra­di­tion très patriar­cale et cla­nique du pou­voir au Gabon, dans laquelle le citoyen est éter­nel­le­ment main­te­nu au second plan.

Ce ne sont pas les Africains qui ont ins­tau­ré cette vision ! Il est évident que tout cela est entre­te­nu par les puis­sances occi­den­tales. Ce sont ceux que nous évo­quions : pour des affaires d’intérêts, ils main­tiennent et appuient cet ancien sys­tème. Qui a mani­pu­lé Bokassa pour qu’il devienne empe­reur ? Tournons-nous du côté d’une ancienne colo­nie belge : le géno­cide rwan­dais, et plus lar­ge­ment la guerre entre eth­nies Tutsis et Hutus, furent ini­tiés par qui ? Chez nous, les Français ont pré­sen­té l’ethnie Myènè, à la peau claire, comme étant plus proche des Blancs, mais ça n’a pas pris. Mais pour ces rai­sons, ils esti­maient être supé­rieurs aux autres ! Il y a eu une résis­tance pour que les Myènès ne prennent pas la grosse tête, et heu­reu­se­ment ! Il y a des sté­réo­types qu’on a mis dans la tête des peuples afri­cains. Ce qui est arri­vé aux Tutsis et aux Hutus aurait pu nous arri­ver. Ouvrons un autre débat, celui des langues. On parle de « dia­lectes » pour évo­quer les langues afri­caines, mais il n’y a pas de « dia­lectes », il y a seule­ment des langues ! À par­tir du moment où l’on s’exprime dans une langue, elle existe. Je parle le fang cou­ram­ment. À pré­sent, le fang peut s’écrire et on en fait des dic­tion­naires. Donc c’est une langue ! Les Européens tiennent à tout caté­go­ri­ser de leur point de vue.

Photographie : Maya Mihindou

Le fait d’avoir une telle diver­si­té lin­guis­tique ne consti­tue-t-il pas, dans une cer­taine mesure, un fac­teur de divi­sions ?

Non ! Nous ne sommes pas le seul pays qui soit plu­ri­lingue. Pourquoi ce pro­blème ne se pose pas dans l’Afrique anglo-saxonne ? Au Nigéria, com­bien y a-t-il de langues ? Peu de gens parlent l’anglais mais tous parlent leur langue, et ça n’a jamais été une source de divi­sion ou de sous-déve­lop­pe­ment, mais une richesse. Ceux qui se marient épousent aus­si la langue de l’autre. Pourtant, ma femme est mpongwè et je suis fang et aucun de nos enfants ne parlent ces langues. À cause de ce com­plexe — mar­te­lé depuis l’époque colo­niale — qui sup­pose qu’il ne fau­drait pas les trans­mettre à nos enfants. Il y a une honte là-des­sus. Nous sommes aus­si res­pon­sables de cette situa­tion : on a cédé aux caprices du colon, qui nous a cho­si­fiés. Un Sénégalais n’aurait jamais honte de par­ler le wolof au Sénégal. Au Mali, on parle le bam­ba­ra à l’université !

« Les chefs d’Etat fran­çais se suc­cèdent et se res­semblent concer­nant les poli­tiques afri­caines », avez-vous dit dans un entre­tien. Nous obser­vons qu’aucun des « gros » can­di­dats n’a remis en cause les liens com­plexes entre­te­nus par la France avec le Gabon. Après les résul­tats, de nom­breux gabo­nais ont som­mé la France d’ « inter­ve­nir ». D’autres se sont invi­tés dans des mee­ting de Nicolas Sarkozy. L’association fran­çaise SURVIE dénonce, quant à elle, les inté­rêts éco­no­miques qui, à ses yeux, étouffent le déve­lop­pe­ment du pays. Comment gérez-vous ces ques­tions ?

« Je ne suis pas indé­pen­dant. Je dépends de la conscience popu­laire. »

Nous l’avons vu, la France a une part de res­pon­sa­bi­li­té dans ce que nous vivons au Gabon. 80 % de l’économie du Gabon est entre les mains d’entreprises fran­çaises ! La France pré­lève encore un pour­cen­tage sur le franc CFA (et pré­lève tous les ans, dans chaque banque cen­trale afri­caine, un pour­cen­tage à ver­ser au Trésor fran­çais). Ce n’est pas le cas par­tout ; tous les pays n’ont pas leur ancienne mon­naie colo­niale : le Nigéria, le Ghana… La France main­tient des rela­tions « puta­tives » avec ses anciennes colo­nies afri­caines. Si Bongo n’avait pas été sou­te­nu, il n’aurait pas été 42 ans au pou­voir. « Delta syner­gy » (une hol­ding finan­cière appar­te­nant à la famille Bongo qui détient une part impor­tante de l’activité éco­no­mique du pays, comme l’a révé­lé Médiapart) ne serait pas deve­nue une telle pieuvre sans l’aide de gros groupes fran­çais. Les accords de coopé­ra­tion entre la France et le Gabon, c’est avant tout pour défendre une famille au pou­voir. Et ce n’est pas un hasard si la mai­son de Bongo est mitoyenne du Camp de Gaulle ! Il est ain­si tout près de l’armée fran­çaise. Quand les Gabonais demandent à ce que les choses changent et que la France se mette aus­si face à ses res­pon­sa­bi­li­tés, ce n’est pas de la men­di­ci­té.

Avec votre orga­nisme Ça suf­fit comme ça, vous, ain­si que d’autres acteurs de la socié­té civile gabo­naise (à l’instar de la cher­cheuse Laurence N’dong) avez sou­te­nu Jean Ping. Vous ral­lier ouver­te­ment à un par­ti n’est-il pas fra­gi­li­sant pour votre indé­pen­dance ?

Mais je ne suis pas indé­pen­dant. Je dépends de la conscience popu­laire. Je dépends de la volon­té du peuple. J’ai la place de lea­der d’opinion. Cela signi­fie que je dois sculp­ter l’opinion publique, inter­ro­ger ce que pense l’opinion géné­rale. La seule influence que j’ai ne vient pas d’hommes poli­tiques, mais de la masse popu­laire.

Donc si demain Bongo est adou­bé, vous adhé­re­rez ?

Je m’alignerai, oui. C’est le mes­sage que je passe : celui de la démo­cra­tie, donc celui de la volon­té du peuple. Et je dis ça sans être pro-Ping. Pendant la cam­pagne, je m’opposais à lui. Mais quand la majo­ri­té a vou­lu un can­di­dat unique pour ren­for­cer l’opposition, je me suis ali­gné sur sa logique. Aux États-Unis, on vient d’élire Donald Trump, et qu’on le veuille ou non, c’est un choix du peuple amé­ri­cain : il a voté, point barre. L’amour n’a rien à voir là-dedans. Nicolas Sarkozy vient d’être balayé par les Français ! Malgré sa fonc­tion de pré­sident des Républicains, ce sont ces mêmes Français qui l’avaient choi­si qui l’ont mis dehors. Et il est sor­ti, point. Pourquoi, en Afrique, on n’accepte pas ce genre de pos­ture ?

Photographie : Maya Mihindou

Avec votre coa­li­tion « Publiez ce que vous payez », vous récla­mez depuis des années la publi­ca­tion des salaires des diri­geants. On peine en effet à mettre la main sur des chiffres tan­gibles…

Tout pro­ces­sus qui va dans le sens de la trans­pa­rence ne pro­fite pas au pou­voir. Nos diri­geants sont à l’aise dans un sys­tème mafieux où tout est opaque. Ils peuvent ain­si faci­le­ment vio­ler la loi. Ils ont été virés du ITIE, du pro­ces­sus de Kimberley, et dans le cadre du FLEGT de l’Union euro­péenne, ils n’arrivent pas à fran­chir l’étape sup­plé­men­taire. Ils savent que l’exploitation du bois mise en place avec un sys­tème de tra­ça­bi­li­té ne leur pro­fi­te­rait pas.

En tant que fon­da­teur de l’ONG Brainforest, la pre­mière ques­tion que nous aurions dû vous poser est : quelles nou­velles de la forêt de votre pays ?

« Le Gabon va emboî­ter le pas de ces pays et suivre ceux qui ont bra­dés leur forêt au pro­fit du pal­mier à huile et de l’hévéa ! Oui, la forêt se porte mal. »

La forêt gabo­naise se porte très mal, les chiffres le confirment. On a l’impression qu’elle a été bra­dée comme le pétrole. Quand vous sor­tez les cartes fores­tières et minières et que vous faites la même chose pour les per­mis agri­coles, vous pou­vez consta­ter la part attri­buée à leurs exploi­ta­tions res­pec­tives et vous rendre compte qu’il ne nous reste que 10 % du ter­ri­toire. Ces 10 % sont recou­verts par des parcs natio­naux. Il n’y a plus d’espace pour faire autre chose. Le choix ne pro­fite pas à la popu­la­tion gabo­naise car il s’agit d’agro­bu­si­ness qui a été pré­fé­ré à l’agriculture d’auto-subsistance. Cela signi­fie que nos consom­ma­tions dépendent à plus de 80 % de notre voi­sin came­rou­nais. Le pays n’est pas capable de déve­lop­per une agri­cul­ture qui puisse nour­rir sa popu­la­tion ! Les choix des auto­ri­tés en matière d’exploitation fores­tière sont por­tés vers l’extérieur, et non pour la consom­ma­tion locale. Même si, depuis 2009, Ali Bongo com­mu­nique sur la trans­for­ma­tion de nos pro­duits fores­tiers, en réa­li­té ce n’est pas fai­sable. Il est effa­rant de voir les terres attri­buées à la com­pa­gnie OLAM (un rap­port sur les acti­vi­tés d’OLAM au Gabon, qui montre que la défo­res­ta­tion dépasse le seuil auto­ri­sé, vient d’être publié)… Dans sa poli­tique avec les auto­ri­tés gabo­naises, cette entre­prise vise à être le pre­mier pro­duc­teur afri­cain d’huile de palme. On connaît l’huile de palme, on a vu les expé­riences mises en place en Malaisie et en Indonésie : la défo­res­ta­tion y est consi­dé­rable. Le Gabon va emboî­ter le pas de ces pays et suivre l’exemple de ceux qui ont bra­dé leur forêt au pro­fit du pal­mier à huile et de l’hévéa ! Oui, la forêt se porte mal. Il faut aus­si évo­quer le bra­con­nage ter­rible. Les élé­phants, les buffles, les chim­pan­zés, etc., dis­pa­raissent. Ces espèces rares sont mena­cées, non pas par des bra­con­niers, mais par les choix de nos poli­tiques qui ne pri­vi­lé­gient pas la conser­va­tion de ces espèces.

Dans les années 1950, il y avait des élé­phants et des buffles par cen­taines de mil­liers…

Tous ces ani­maux sont des « espèces pro­té­gées » mais à pré­sent mena­cées par cette folie de l’exploitation de nos res­sources.

Mais alors, quelles solu­tions ? Faudrait-il pas­ser par des tech­niques d’agro-foresterie pour per­mettre une agri­cul­ture locale ?

On n’a pas le choix ! Le pro­jet « Graine » que les poli­tiques nous vantent, c’est un pro­jet de sub­sti­tu­tion, un pro­jet d’extension de cette même com­pa­gnie OLAM — le pro­jet est d’ailleurs com­pro­mis car la contre­par­tie gabo­naise ne vient pas. Toutes leurs coopé­ra­tives meurent parce qu’il n’y a pas de sui­vi. Ils pro­posent des per­mis attri­bués exclu­si­ve­ment pour le pal­mier à huile. Et ils étendent ain­si les plan­ta­tions sur tout le ter­ri­toire. Voici leur stra­té­gie : tuer à petit feu les pro­duits de consom­ma­tion — la banane, le manioc, le cacao —, pré­tex­tant que les popu­la­tions ne les gèrent pas cor­rec­te­ment et qu’elles pré­fé­re­ront être payées pour entre­te­nir les plan­ta­tions d’huile de palme. Ainsi le Gabon sera tout un ter­ri­toire entiè­re­ment cou­vert par l’huile de palme. Le voi­ci, le fameux pro­jet « Graine ».

Photographie : Maya Mihindou

Mais un pays comme le Cameroun, pour­tant fron­ta­lier du Gabon et ayant sen­si­ble­ment les mêmes condi­tions cli­ma­tiques, semble plus auto­nome concer­nant la culture vivrière…

« On vou­drait trans­for­mer les agri­cul­teurs gabo­nais en ouvriers agri­coles qui ne seront pas pro­prié­taires de leur terre ! »

Le Cameroun a mis l’accent sur l’agriculture d’auto-subsistance depuis long­temps et est dans une stra­té­gie de sécu­ri­té ali­men­taire — quand le Gabon est dans le busi­ness agri­cole. Notre pays s’ouvre aux agro-indus­triels à la recherche de terres, ven­dues à la criée ! Quand bien même ce qui sera pro­duit dans ces plan­ta­tions de pal­miers à huile ne ser­vi­ra qu’à ali­men­ter les usines de bio­car­bu­rant en Malaisie. Cette culture condui­ra à l’appauvrissement des terres. Autrefois, le Nord pro­dui­sait le cacao, le café. Ma propre famille m’a envoyé à l’école avec ce qu’ils avaient gagné en tant qu’agriculteurs. Le Woleu Nt’em est une pro­vince agri­cole. On n’a jamais uti­li­sé de pes­ti­cides chi­miques pour pra­ti­quer cette agri­cul­ture : le sol y est très fer­tile. On mange « bio » ! On creuse, on plante, et ça pousse, c’est aus­si simple que cela. Mais on vou­drait trans­for­mer les agri­cul­teurs gabo­nais en ouvriers agri­coles qui ne seront pas pro­prié­taires de leur terre ! Ils n’en per­çoivent qu’une part du ren­de­ment. Plein d’expériences dans le monde ont mon­tré que ces cultures étaient néfastes pour le sol. On tue le peu d’espace qui reste en dehors de l’exploitation fores­tière — qui occupe une place consi­dé­rable. Et on choi­sit une agri­cul­ture des­truc­trice pour le bien com­mun ! Aujourd’hui, avec l’agriculture chi­mique, on consomme toutes les patho­lo­gies qui cir­culent dans le monde dans nos fruits et légumes.

La pro­duc­tion du pétrole induit la créa­tion d’un déchet, le gou­dron. Dans un pays qui a vécu prin­ci­pa­le­ment de ses res­sources pétro­lières, il y aurait donc de quoi faire des routes pour relier les prin­ci­pales villes. Et pour­tant…

Nous sommes pro­duc­teurs de pétrole depuis 60 ans — voire plus. Le gou­dron qu’on uti­lise pour les routes est en effet un déchet du pétrole : c’est la matière vis­queuse et noire qui reste une fois le pétrole brut fil­tré et raf­fi­né. Et pour­tant, nous n’avons pas de routes pra­ti­cables en toutes sai­sons. C’est encore une preuve du refus poli­tique du déve­lop­pe­ment. Car c’est la base : pour se déve­lop­per, il faut des routes ! La Banque mon­diale avait encou­ra­gé la construc­tion de routes en tant que pays pétro­lier. Il y a un pro­blème de choix et on est en droit de se deman­der : que signi­fie le « déve­lop­pe­ment » dans la tête d’un diri­geant ? Ce mot a-t-il un sens, ou ne signi­fie-t-il que plus de « jouis­sance » ? Les villes qui pro­fitent de l’exploitation fores­tière sont des bour­gades.

Comment le peuple approche-t-il ces ques­tions ?

Le peuple a tou­jours consi­dé­ré la forêt comme son habi­tat. On ne badine pas avec l’héritage fon­cier. C’est dans la tête des gens. Ce n’est pas par tri­ba­lisme : c’est une façon de per­ce­voir le monde. Nos diri­geants aus­si viennent de vil­lages, mais ils n’ont pas ces notions, ces liens-là. Alors dans les vil­lages, c’est le Moyen Âge. Il n’y a presque pas de vie. 80 % de la popu­la­tion gabo­naise vit en ville ! Si les gens migrent tous vers les zones urbaines, c’est pré­ci­sé­ment parce qu’il n’y a pas de routes ! D’où la pénu­rie d’agriculteurs qui en découle. L’arrière pays est aban­don­né pour venir peu­pler la ville. Pourtant, si on pre­nait le temps de déve­lop­per cet arrière pays, notre pays gran­di­rait.

Comment pro­vo­quer une prise de conscience de l’importance des enjeux éco­lo­giques ?

« L’arrière pays est aban­don­né pour venir peu­pler la ville. Pourtant, si on pre­nait le temps de le déve­lop­per, notre pays gran­di­rait. »

Il y a un manque de conscience natio­nale sur ces ques­tions. C’est lié à la ges­tion autiste de nos diri­geants. Les pays qui se déve­loppent sont ceux qui appliquent une cer­taine régle­men­ta­tion et prennent des sanc­tions contre ceux qui violent la loi. Il y a un code de la forêt au Gabon. Il y a des arrê­tés minis­té­riels. Tout est régle­men­té. Ce même gou­ver­ne­ment qui déclasse com­pul­si­ve­ment a choi­si de créer la forêt clas­sée de la Mondah : un petit moi­gnon de forêt géré par ceux qui sont au pou­voir. Et puis il y a Akanda, pré­sen­tée comme ville modèle, et qui fut vic­time d’importantes inon­da­tions en pleine sai­son des pluies der­niè­re­ment : il n’y avait eu aucun plan d’urbanisation à Akanda ! C’est le gou­ver­ne­ment qui manque de vision, de tact. Ils tiennent à leur monde en désordre pour main­te­nir la cor­rup­tion. Et comme c’est un gou­ver­ne­ment de cor­rup­teurs… c’est la confu­sion géné­rale.

Avez-vous évo­qué ces sujets avec le « Président élu », Jean Ping ?

Le pro­blème envi­ron­ne­men­tal n’a pas de camp poli­tique. Les dégâts envi­ron­ne­men­taux n’ont pas de cou­leur poli­tique non plus. Nous avons fait des pro­po­si­tions aux gou­ver­ne­ments depuis des lustres. Je me suis bat­tu pour pré­ser­ver une par­tie de la forêt gabo­naise (la forêt de l’Ivindo). Mais nous l’avons dit : nous sommes face à une ges­tion autiste du pou­voir, donc rien n’est pos­sible. Ils sont dans leur logique de pré­da­tion, de vol, de cor­rup­tion.

Photographie : Maya Mihindou

Êtes-vous en lien avec d’autres acti­vistes éco­lo­gistes d’Afrique ?

Il y a écrit dans notre Constitution : « La terre appar­tient à l’État. » C’est éga­le­ment le cas dans d’autres pays d’Afrique cen­trale — du Congo au Cameroun. C’est un prin­cipe héri­té du colon. Cela induit que les pré­si­dents ou leurs ministres puissent dire : « C’est moi l’État. » On se retrouve avec des syn­di­cats de pré­da­teurs à la tête des gou­ver­ne­ments ! Pour répondre à votre ques­tion, il y a la coa­li­tion du bas­sin du Congo qui tra­vaille avec nous ; il y a l’obser­va­toire de la forêt d’Afrique cen­trale. Ça ne manque pas, mais il faut encore de la rigueur.

« La terre appar­tient à l’État »… Un concept à la hau­teur de Léopold II de Belgique qui avait natio­na­li­sé le Congo pour en faire « son jar­din » !

Exactement ! Prenons la Pointe Denis, cette petite île au large de Libreville : on y déguer­pit la popu­la­tion en un cla­que­ment de doigts pour y ins­tal­ler le roi du Maroc, grand ami d’Ali Bongo. Il y a de nom­breux « pro­jets » qui ont été ini­tiés, pro­met­tant de grandes réa­li­sa­tions. Mais quand on s’appelle Omar Bongo ou Ali Bongo, on s’installe sur les terres dudit pro­jet. Alors toutes les ini­tia­tives des acti­vistes échouent. Il n’y a pas de volon­té de faire des choses construc­tives.

« Les assiettes sont vides, il y a de l’eau par­tout sauf dans les robi­nets », dit-on. Mais pour­tant, le foot se porte bien. La CAN 2017 a lieu dans quelques semaines…

« Je suis à l’origine de ce boy­cott. Si Ali per­siste à vou­loir orga­ni­ser la Coupe d’Afrique des Nations, nous allons trans­for­mer les dif­fé­rents matchs en mee­tings. Nous irons au stade hur­ler « Jean Ping Président ». »

Comment conce­voir qu’un pays qui n’a pas d’eau cou­rante à l’hôpital géné­ral de Libreville — c’est-à-dire qu’il faut soi-même venir à l’hôpital avec des bidons d’eau, trans­for­mant lit­té­ra­le­ment la capi­tale en « bidon­ville » — puisse assu­mer une telle orga­ni­sa­tion ? Pourtant, il pleut presque tous les jours ici. Il pleut 10 mois sur 12 ! Il y a de l’eau par­tout au Gabon. Mais c’est encore le syn­drome de Peter Pan. Ali Bongo est un grand enfant : il aime les voi­tures et le foot­ball. Il n’hésitera donc pas à assu­mer deux édi­tions de la CAN en 2012 puis 2017. 1 000 mil­liards de francs CFA seront consa­crés au foot­ball, qui ne rap­porte rien. On construit des stades qui tombent en ruine… J’ai été dans le Haut-Ogooué : le stade construit en 2012 y est com­plè­te­ment aban­don­né. À quoi bon conti­nuer ? Tout ça est ini­tié par des joueurs, des jouis­seurs, pas des per­sonnes qui veulent le bien pour leur pays.

Il y a un mou­ve­ment qui prend de l’ampleur, qui invite à boy­cot­ter la CAN 2017…

Je suis à l’origine de ce boy­cott — et ça prend. Si Ali per­siste à vou­loir orga­ni­ser la CAN, nous allons trans­for­mer les dif­fé­rents matchs en mee­tings. Nous irons au stade hur­ler « Jean Ping Président ». Nous allons la lui faire dure ! Qu’il main­tienne la CAN et chaque jour, nous y ferons de grands mee­tings pro-Ping. On ira tous au stade vêtus de jaune pour hur­ler son men­songe. Ou alors, per­sonne ne devra s’y rendre. C’est le choix du peuple ! Je n’étais pas pro-Ping à la base. Mais la volon­té du peuple doit être res­pec­tée.

« Le pas­sé n’est jamais fer­mé. C’est un élé­ment en per­pé­tuelle refon­da­tion » nous disait il y a peu l’Argentin Miguel Benasayag. En d’autres termes : le pas­sé est un levier. Quel rap­port les Gabonais entre­tiennent-ils à leur his­toire ? Et notam­ment à l’histoire de leur dis­si­dence ?

Les noms de dis­si­dents cir­culent, oui. Mais le pou­voir en place est consti­tué d’hommes et de femmes qui n’ont pas de mémoire, et qui veulent abso­lu­ment faire oublier ces grands hommes. René Paul Soussate, Jean-Jacques Boucavel, Jean Hilaire Obame, Nyonda Makita… Leur his­toire n’existe pas. Leur patro­nyme ne seront jamais ensei­gné dans les écoles. Les noms de ceux qui se sont bat­tus contre les colons n’existent pas. La seule his­toire qu’on raconte, inlas­sa­ble­ment, est celle du Roi Denis Rapontchombo, le pre­mier à avoir été en contact avec les Français. Mais l’histoire de ceux qui les ont com­bat­tus, on l’a reti­ré des mémoires. Pourquoi l’histoire du Roi Denis est plus ven­ti­lée que celle de Nyonda Makita et des autres ? Pour vous répondre, le pas­sé n’est pas un levier chez nous, il ne per­met pas d’aller en avant. Mais il fau­dra écrire cette his­toire.

Photographie : Maya Mihindou

Tout porte à croire que le Gabon a, dans son sys­tème fami­lial, des valeurs fortes de par­tage et de « vivre ensemble ». Pourtant, il semble que ces valeurs fondent comme neige au soleil dès que l’on se rap­proche du poli­tique. Pourquoi un tel fos­sé, d’après vous ?

« S’ils veulent s’imposer par la force, qu’ils viennent, nous leur mon­tre­rons que nous sommes là. »

Avec un peuple ins­truit, les diri­geants frau­du­leux seraient balayés. Il est pré­fé­rable de fabri­quer une popu­la­tion de men­diants obli­gés de se sou­mettre au chef. Le prin­cipe de la poli­tique consiste, chez nous, à tout faire pour que la conscience col­lec­tive ne soit pas éveillée. Il n’y a plus de par­tage. Il faut que l’homme de pou­voir soit le seul centre d’intérêt. Et si je par­tage, je valo­rise l’autre — or l’égoïsme s’est ter­ri­ble­ment ins­tal­lé. L’Africain est plus égoïste que l’on pense ! Cet égoïsme est, à mon sens, à l’origine du sous-déve­lop­pe­ment de notre conti­nent. Même au sein de la soli­da­ri­té tra­di­tion­nelle qui nous carac­té­rise, à un cer­tain niveau, ces valeurs sont oubliées. Les gens n’ont pas d’utopies, ils ne rêvent pas : tout se fait au jour le jour. C’est pour ça que les reli­gions ont une telle prise chez nous. Tout le monde va à l’église ! « Dieu va aider, le Seigneur va aider ! » Les gens ne vont pas à l’église pour « l’âme »… mais pour que Dieu accorde des biens maté­riels ! D’où tous les excès. Ce sont de mau­vais signes que de croire que tout tom­be­ra du ciel : ça peut empê­cher de se battre vrai­ment. Si l’Afrique ne se déve­loppe pas — je suis caté­go­rique là-des­sus —, c’est à cause du fata­lisme. Il faut en sor­tir.

Comment croire qu’on pour­ra faire sor­tir le Président par la voie légale ?

En effet, les der­nières élec­tions furent une nou­velle démons­tra­tion que cette idée est un mythe. On a tout fait « léga­le­ment », et ce dès la can­di­da­ture d’Ali Bongo, qui s’est pré­sen­té avec pas moins de cinq actes de nais­sance… Mais il y a une résis­tance pré­sente et forte. C’est à pré­sent le peuple qui va impo­ser le chan­ge­ment dans notre pays, et non par les voies légales. Et il pas­se­ra, pour­quoi pas, par l’insurrection. J’ai vu des gens, au Gabon, qui n’avaient plus peur des fusils. J’ai vu les jeunes avan­cer dans les mani­fes­ta­tions vers les forces armées — les uns tombent, les autres avancent. S’ils veulent s’imposer par la force, qu’ils viennent, nous leur mon­tre­rons que nous sommes là.


Portrait et ban­nière : © Maya Mihindou


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Survie : « Il n’y a pas de bases mili­taires afri­caines en France », novembre 2016
☰ Lire notre article « Quand le Nord s’inspire du Sud… », Le Labo déco­lo­nial, sep­tembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec André Bouny : « Agent orange, le déni reste total », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Breyten Breytenbach : « On n’a pas net­toyé les caves de l’Histoire ! », juin 2015
☰ Lire notre article « Tuer pour civi­li­ser : au cœur du colo­nia­lisme », Alain Ruscio, novembre 2014
☰ Lire notre entre­tien avec Bruno Jaffré : « En tuant Sankara, on s’est débar­ras­sé de quelqu’un de gênant », novembre 2014

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.