Notre dixième numéro vient de sortir !
 

Paysageur : arpenter les territoires


Entretien inédit pour le site de Ballast | rubrique Relier

Tenir les fils entre les humains, les plantes, les ani­maux, les virus et les océans est la colonne ver­té­brale de la revue Paysageur. Une revue d’« huma­ni­té envi­ron­ne­men­tale » dont le pre­mier numé­ro a paru en 2018. À rebours des cartes pos­tales, elle entend pen­ser le pay­sage dans le pré­sent ; autre­ment dit : le sor­tir de ses repré­sen­ta­tions révo­lues — pein­tures figeant des espaces dépeu­plés —, le réan­crer, par la marche, dans un récit en mou­ve­ment. La revue a atti­ré notre atten­tion par son approche poli­tique, esthé­tique et éco­lo­gique : Claire Fau, pho­to­graphe et pay­sa­giste de for­ma­tion basée à Marseille, et Maxime Lancien, jour­na­liste vivant en Bretagne, l’en­cadrent. À ce jour, les librai­ries ont accueilli trois numé­ros ; un qua­trième est sur le feu (héber­gé par Wildproject), ain­si qu’une mai­son d’é­di­tion dont les pre­miers titres paraî­tront en 2021 (son nom ? Jacques dans le Vert1). Une dis­cus­sion avec la rédaction.


Arrêtons-nous sur votre nom : dans sa défi­ni­tion usuelle, d’o­ri­gine pic­tu­rale, le pay­sage est « une éten­due qui s’offre à la vue ». Vous êtes pour­tant « une revue qui pense avec les pieds » : qu’est-ce que le corps dit de plus que le regard ?

Claire : C’est notre moteur prin­ci­pal : l’arpentage. Nous vou­lions sor­tir d’un sys­tème de repré­sen­ta­tion où on ne touche pas, où on regarde — comme le pano­ra­ma et la contem­pla­tion. Pour nous, c’est l’inverse : on veut être dedans. On sait que le mot « pay­sage » pose ques­tion car notre culture a en effet inven­té ce mot dans un contexte pic­tu­ral. Et c’est com­pli­qué parce que nous avons évo­lué avec ce mot, alors que pour d’autres cultures il n’est pas néces­saire de le nom­mer, il n’y a jamais eu de mise à dis­tance. C’est tout sim­ple­ment le monde dans lequel nous évo­luons. Alors on l’a trans­for­mé : Paysageur, comme « arpen­teur » ou « mar­cheur ». Utiliser un terme de notre langue qui porte une conno­ta­tion datée du XVIe siècle, c’est aus­si lui don­ner une autre valeur et admettre que les mots évo­luent. C’est éga­le­ment notre pro­po­si­tion : faire de ce mot autre chose que ce rap­port dis­tan­cié au ter­ri­toire. Le temps que nous n’en ayons plus besoin !

« Nous décen­trer, c’est-à-dire arrê­ter de nous consi­dé­rer plus impor­tants que la baleine, la hyène ou le corail. »

Maxime : Ajouter le suf­fixe de l’action était évident. Les gens, par­fois, uti­lisent le terme « pay­sa­geur » à la place de celui de « pay­sa­giste ». C’est un lap­sus qui est amu­sant et qui en dit beau­coup. Il y a une dif­fé­rence de sens : dans « pay­sa­giste » il y a la notion de sachant : c’est celui qui aura fait des études de pay­sa­gisme. Le pay­sa­geur est plus empi­rique, plus explo­ra­toire. Il ne dépend pas d’une for­ma­tion ou d’une école. Et ça fonc­tionne pour beau­coup de choses : à titre per­son­nel, je n’ai pas fait d’école de jour­na­lisme — il n’y a pas for­cé­ment besoin de pas­ser par les bancs d’une école pour com­prendre et savoir ana­ly­ser. D’où notre volon­té de don­ner la parole à des bota­nistes, des pho­to­graphes, des scien­ti­fiques ou des phi­lo­sophes, tant que ça a trait au pay­sage. Notre force, c’est aus­si de venir de nulle part. Comme dans toute la presse indé­pen­dante, ce sont des convic­tions qui poussent à faire de la publication.

C’est de notre côté du globe qu’on a fait du monde une « fabrique de pay­sages », dont les « explo­ra­teurs » seraient les acteurs. Comment trai­ter cette question ?

Claire : Nous ne nous défi­nis­sons pas comme des explo­ra­teurs et nous ne sommes pas dans une démarche his­to­rique et scien­ti­fique, qui est plu­tôt celle de la revue Reliefs. Nous sou­hai­tons déco­lo­ni­ser notre regard sur le pay­sage par un décen­tre­ment pré­sent depuis le pre­mier numé­ro : l’article que nous avons publié de la juriste éco­lo­giste Valérie Cabanes résonne ain­si avec ce que nous sou­hai­tons défendre.

Maxime : « L’Homme pose son regard » : on sait que cette vision a ser­vi la construc­tion de fan­tasmes. On sou­haite en sor­tir en par­lant de l’humain et du reste des vivants. On observe d’ailleurs un bas­cu­le­ment anthro­po­lo­gique dans nos librai­ries, et c’est tant mieux : des noms comme Philippe Descola, Bruno Latour ou Vinciane Despret. Toute une galaxie de per­sonnes qui réflé­chissent de nou­veau aux mots « nature » ou « pay­sage ». Paysageur vient accom­pa­gner ces réflexions qui ont lieu dans des cénacles de l’élite — Sciences Po, le Collège de France — mais dont l’urgence est res­sen­tie par tout le monde. Le mot « pay­sage » nous a emmer­dés, pour par­ler gros­siè­re­ment, comme le mot « nature » nous emmerde. L’humain n’est plus au centre du monde pour regar­der, com­men­ter et dire ce qui est valable ou non. Nous décen­trer, c’est-à-dire arrê­ter de nous consi­dé­rer plus impor­tants que la baleine, la hyène ou le corail.

[Claire Fau]

Il existe un cer­tain nombre de revues liées à la ques­tion des ter­ri­toires et de l’é­co­lo­gie. Quel a été, plus pré­ci­sé­ment, le moteur de la créa­tion de Paysageur ?

Maxime : Claire vient de la pho­to­gra­phie, de la danse ; elle a étu­dié le pay­sage. De mon côté, j’ai étu­dié à l’école des langues orien­tales, avec une spé­cia­li­sa­tion en his­toire qui concerne l’Asie du Sud, avant d’arriver au jour­na­lisme. Claire et moi avons des par­cours dif­fé­rents et nous nous connais­sions depuis long­temps. Je suis pigiste et j’avais, dans mon métier, des dif­fi­cul­tés à relier l’écologie au pay­sage, à y trou­ver mon compte d’un point de vue édi­to­rial. Claire avait un pied dans le pay­sage et l’autre dans la pho­to­gra­phie. On a repris contact avec cette idée de revue — c’était en 2016. Nous étions tous deux sen­sibles à l’édition. Il a fal­lu creu­ser le concept édi­to­rial pour faire naître Paysageur. Mais, à l’origine, c’était sim­ple­ment le croi­se­ment de nos par­cours, à un âge où nous avons eu le temps de voir mûrir nos sensibilités.

« On crée cette pro­mis­cui­té étrange dans les musées et zoos alors qu’en réa­li­té, dans notre quo­ti­dien, on a per­du le lien avec le vivant. »

Claire : En pho­to­gra­phie, je me posais déjà beau­coup la ques­tion de la repré­sen­ta­tion que nous fai­sions du pay­sage, et de la nature dans notre culture. J’aimais beau­coup pho­to­gra­phier les dio­ra­mas et les mises en scène ani­males dans les muséums. J’étais intri­guée par le fait qu’on repré­sen­tait le vivant comme s’il était en action, en marche, mais de manière extrê­me­ment figée, voire mor­bide. On crée cette pro­mis­cui­té étrange dans les musées et zoos alors qu’en réa­li­té, dans notre quo­ti­dien, on a per­du le lien avec le vivant. Après l’observation par la pho­to­gra­phie, l’envie de « faire » s’est posée. Il y a d’a­bord eu quelque chose d’instinctif par rap­port à la marche, et, aujourd’hui, nous pou­vons mettre plus de mots sur ce que nous avons eu envie et besoin de faire. Nous sou­hai­tions rendre cette ques­tion du pay­sage de manière sen­sible, sans lais­ser de côté aucune approche — musi­cale, lit­té­raire ou encore jour­na­lis­tique… —, afin que cha­cun puisse y trou­ver une entrée. Nous avons un ami, Matthieu Becker, qui est gra­phiste et pas­sion­né de revues. Nous lui en avons par­lé, il était très moti­vé pour nous suivre dans la concep­tion graphique.

L’artiste Nicolas Floc’h tra­vaille sur les varia­tions de la cou­leur de l’eau. Dans vos colonnes, il y explique les liens entre la déser­ti­fi­ca­tion cau­sée par le réchauf­fe­ment cli­ma­tique et la pous­sière que ça engendre, qui, trans­por­tée par les vents, modi­fie à son tour la chi­mie, donc la cou­leur des océansQu’est-ce l’art ajoute à votre démarche ?

Claire : Il est très impor­tant pour nous. Ça rejoint ce que nous disions, notre volon­té d’ouvrir la revue à un large panel de gens. Son port­fo­lio peut inté­res­ser des per­sonnes qui ne sont pas sen­sibles a prio­ri aux ques­tions posées par l’urgence éco­lo­gique. Les mono­chromes que vous évo­quez sont com­po­sés d’une infi­ni­té de vivants, tout un maillon de notre chaîne : leurs cou­leurs apportent un grand nombre d’indications, comme le pH, la vie planc­to­nique, etc. Ce port­fo­lio nous donne à voir ce qu’il y a au-des­sous de cette sur­face bleue. On connaît peu le monde sous-marin, l’esthétique est notre passerelle.

Maxime : On nous dit par­fois que cer­tains de nos articles sont dif­fi­ciles. Nous fai­sons tout, pour­tant, pour ne pas blo­quer le pas­sage des connais­sances et ne pas créer une satu­ra­tion dans les savoirs…

Claire : Pour lire et donc com­prendre cer­tains auteurs, il fau­drait avoir un gros bagage théo­rique. Pour par­ler de la mer, il est aus­si impor­tant d’aller voir le pêcheur que celui qui parle de la pêche. On essaie de déve­lop­per les choses en ce sens : il y a tou­jours des ajus­te­ments à faire dans notre ligne édi­to­riale, qui croise le savoir empi­rique du pay­sage et le savoir universitaire.

[Claire Fau]

Comment, sur cette base, esquis­ser une pen­sée politique ?

Claire : Repositionner l’humain par rap­port au reste du vivant est l’enjeu prin­ci­pal de notre revue. Il me semble que notre pen­sée poli­tique se situe dans cette réflexion, et via nos enquêtes, qui sont autant de prises de posi­tion enga­gées. Pour l’ins­tant, nous les avons axées sur la France : il y a beau­coup à dire sur nos ter­ri­toires et sur la manière dont ils sont gérés ! On ne se fait pas seule­ment des amis lorsqu’on tra­vaille sur un sujet sen­sible comme la syl­vi­cul­ture indus­trielle dans le parc natu­rel du Morvan…

Maxime : Dès le pre­mier numé­ro, nous avons publié Mathias Asselin sur Monsanto, Yoann Morvan sur la trans­for­ma­tion d’Istanbul ou, Valérie Cabanes sur la recon­nais­sance des crimes d’écocides. C’est l’ensemble de ces regards-là qui tra­duit une pen­sée poli­tique. Sortir de la repré­sen­ta­tion pic­tu­rale pour consi­dé­rer le pay­sage comme quelque chose à défendre : les ZAD portent ces uto­pies et ces espoirs. Passer par l’occupation, la pré­sence sur les ter­rains… Ce qu’on a vu à Bure ou à Notre-Dame-des-Landes est ins­pi­rant. Il y a une presse qui s’en empare : Reporterre ou Mediapart, par exemple. Nos repor­tages traitent de la mau­vaise ges­tion fon­cière, fores­tière, ou de pol­lu­tion mari­time. On est là pour appor­ter un regard cri­tique et ana­ly­tique. Le faire par la marche nous per­met de pas­ser plu­sieurs jours sur un ter­ri­toire. Le tra­vail de mon­tage, propre au jour­na­lisme comme à la pho­to­gra­phie, per­met de déci­der ce qu’on va racon­ter, trier, et mettre en avant ce qui est saillant. Il est urgent de décloi­son­ner les dis­ci­plines : la ques­tion sani­taire est liée à la ques­tion éco­lo­gique, à celle de notre consom­ma­tion et au bout du compte à celle de l’énergie.

L’auteur éta­su­nien John Brinckerhoff Jackson a défi­ni le « pay­sage poli­tique » comme celui qui est maté­riel­le­ment appro­prié par le pou­voir et, au-delà, l’ad­mi­nis­tra­tion…

« Il est urgent de décloi­son­ner les dis­ci­plines : la ques­tion sani­taire est liée à la ques­tion éco­lo­gique, à celle de notre consom­ma­tion et au bout du compte à celle de l’énergie. »

Maxime : Sa pen­sée est pas­sion­nante. Il explique très bien la dif­fé­rence entre le pay­sage poli­tique, pro­duit par le pou­voir, et le pay­sage ver­na­cu­laire, pro­duit par les habi­tants au niveau local. Jackson ne raconte pas la nature roman­tique : avec lui, il y a une atten­tion au pay­sage ordi­naire. Ça fait du bien, et en plus c’est beau. Ces deux manières d’envisager le pay­sage nous inté­ressent beau­coup : la ges­tion du ter­ri­toire par l’État, ce que le capi­ta­lisme pro­duit comme pay­sage, la ques­tion de sa confis­ca­tion. C’est un bien com­mun vital à tous mais, pour­tant, il est sac­ca­gé, mépri­sé. La pla­nète brûle : on a vu l’Australie il y a quelques mois, c’é­tait ter­ri­fiant. Il en va du pay­sage comme de notre exis­tence. Pour com­prendre ce qui ne va pas avec le pay­sage, nous pui­sons d’ailleurs dans la phi­lo­so­phie libertaire.

Ainsi du concept de la Zomia

Maxime : Il nous est cher. Nous y avons fait réfé­rence dans notre repor­tage sur les forêts du Morvan. La Zomia, c’est une région mon­ta­gneuse d’Asie dans laquelle a tra­vaillé l’an­thro­po­logue James C. Scott. Des dizaines de mil­lions de per­sonnes vivent pour échap­per à l’État, à cette cer­taine idée de la civi­li­sa­tion. C’est l’art de ne pas être gou­ver­né ! Et on a trou­vé que le Morvan était une petite Zomia en France.

Dans l’un de vos édi­tos, vous invi­tez à réha­bi­li­ter « la langue des ser­pents ». C’est-à-dire ?

Maxime : La Langue des ser­pents, c’est d’abord un roman d’Andrus Kivirähk, paru aux édi­tions du Tripode. Et aus­si une méta­phore : la langue de quelqu’un qui com­prend la nature, qui sait fonc­tion­ner avec. C’est la langue ani­miste, non arti­cu­lée, non exprimée.

Claire : Celle des connais­sances empi­riques du milieu dans lequel tu es, dans lequel tu vis.

[Claire Fau]

Maxime : Et c’est aus­si, plus lar­ge­ment, la ques­tion des langues qui dis­pa­raissent. Il y a cette artiste, Lena Herzog, qui a fait un film sur la dis­pa­ri­tion des langues autoch­tones, Last Whispers. Avec les langues, ce sont des popu­la­tions et des savoirs qui dis­pa­raissent. Des connais­sances, qui ne sont qu’orales, subissent le joug de l’impérialisme. La langue des ser­pents ren­voie à ces langues vio­len­tées. Comme sous le Brésil de Bolsonaro, où les Amérindiens sont mas­sa­crés. Ça n’a rien à voir avec du roman­tisme. Dans la jungle, le désert ou la mon­tagne, si on n’a pas de langue « écrite », on est décon­si­dé­ré… Pourtant, on ne peut pas dire le monde avec une seule langue. Il y a plus de 30 ans, l’écrivain-marcheur Jacques Lacarrière écri­vait Chemin fai­sant : il y a de très belles pages où il relève la microtoponymie2 en France, puisqu’il part des Ardennes jusqu’aux Pyrénées. Il relève tous les termes pour dire « ruis­seau », « talus », tous les petits mots patois oubliés. Dans les Ardennes, on n’a pas les mêmes mots que dans le Cantal pour dési­gner la pierre, puisque les for­ma­tions rocheuses dif­fèrent. À l’échelle de la France, Lacarrière sou­ligne la perte de ces savoirs pré­cis, entraî­nant un appau­vris­se­ment de la langue. Quand on se penche sur la topo­ny­mie, tout est racon­té : les usages des gens, les rai­sons de leurs pas­sages, ce qu’ils cueillaient en che­min… Ou le fait que la météo soit tou­jours mau­vaise dans ce coin-là.

Les urba­nistes et les pay­sa­gistes séparent l’espace de ses habi­tants. La notion de « pay­sage » est même remise en ques­tion par l’urgence de pen­ser une « éco­lo­gie déco­lo­niale », pour reprendre le concept de Malcom Ferdinand

« Avec les langues, ce sont des popu­la­tions et des savoirs qui dis­pa­raissent. Des connais­sances, qui ne sont qu’orales, subissent le joug de l’impérialisme. »

Claire : On assiste à une évo­lu­tion des urba­nistes et des pay­sa­gistes dans leur rap­port à l’espace. Les réflexions actuelles vont dans le sens de recréer du lien entre les habi­tants et leur espace de vie. Mais c’est vrai qu’historiquement, et encore aujourd’hui, la construc­tion de « notre pay­sage » est liée à une atti­tude très colo­niale. D’une part, en rai­son d’une ségré­ga­tion per­ma­nente : nous voyons le monde de façon assez binaire, la nature et la culture, le sau­vage et le domes­ti­qué, le bon et le méchant, le pay­sage d’un côté et nous de l’autre. Cela dit, avec la crise du Coronavirus, on com­prend bien que le monde n’est pas aus­si binaire que notre culture occi­den­tale tente de nous le faire croire. D’autre part, il est tou­jours aus­si ques­tion de hié­rar­chie, d’échelle de valeurs. Ce qui pose pro­blème, notam­ment avec l’environnement : on choi­sit qui sau­ver ou quelle vie vaut plus qu’une autre. C’est, à nos yeux, une atti­tude éco­lo­giste à l’ancienne. D’où cette néces­si­té d’aller vers l’écologie déco­lo­niale dont parle Malcom Ferdinand. On prend tous le même bateau : pas de hié­rar­chie, pas de sépa­ra­tion. On com­prend désor­mais qu’il faut accor­der fémi­nisme, luttes déco­lo­niales et éco­lo­gie ensemble.

Le géo­graphe Augustin Berque déplore, dans La Pensée pay­sa­gère, qu’on n’a « jamais tant par­lé de pay­sage qu’à notre époque », alors même qu’on « n’a jamais autant rava­gé les pay­sages ». Et il conclut que « plus on pense le pay­sage, plus on le mas­sacre ». Partagez-vous ce sentiment ?

Claire : Nous rejoi­gnons Augustin Berque sur ce constat. Plus on a pen­sé le pay­sage dans nos socié­tés occi­den­tales et plus l’État l’a mode­lé, pour le rendre plus acces­sible à l’Homme. Cette manière de faire a contri­bué à exclure les autres êtres vivants. Cette façon d’a­mé­na­ger le monde, qui est une cer­taine forme de vio­lence, a été hégé­mo­nique. Elle a condi­tion­né la pen­sée, le lan­gage. Nous ne pou­vons mal­heu­reu­se­ment pas repar­tir au temps où nous ne pen­sions pas le pay­sage. Nous sommes bien obli­gés de faire avec nos cer­veaux actuels pour sor­tir de cette logique colo­niale, que ce soit par rap­port aux autres socié­tés ou par rap­port aux autres êtres vivants. Ça bouillonne, c’est une phase de tran­si­tion. Lorsqu’un ado s’insurge, il a un besoin irré­pres­sible de s’exprimer, comme il le peut, avant de trou­ver ensuite une cer­taine matu­ri­té, une manière d’être intègre avec ce qui lui semble juste. On pour­rait dire qu’on tra­verse une crise d’adolescence du pay­sage. Pour se décon­di­tion­ner, il faut com­prendre ces rouages construits depuis des siècles. Il nous faut pen­ser cette notion de pay­sage qui a été impo­sée, pour en finir avec elle !

[Claire Fau]

En dehors de votre entre­tien avec le phi­lo­sophe et pis­teur Baptiste Morizot, il y a de grands absents dans vos articles, eux qui, pen­dant le confi­ne­ment, ont par­fois repeu­plé nos rues vides : les animaux…

Claire : Il est vrai qu’on n’a peu d’animaux ! Mais nous vou­lons inté­grer les ani­maux pour évi­ter que la revue ne soit trop anthro­po­cen­trée : c’est donc en cours d’é­vo­lu­tion dans notre ligne édi­to­riale. Nous évo­quions tout à l’heure l’importance de la poly­pho­nie des langues chez les humains, mais il importe de relayer aus­si celles des animaux.

Que dites-vous à celles et ceux pour qui l’écologie n’est pas un pro­blème poli­tique de pre­mier plan ? 

Claire : L’écologie, c’est la rela­tion des êtres vivants les uns aux autres, l’étude de ces rela­tions. Tout est lié, relié. Aujourd’hui, de plus en plus de per­sonnes per­çoivent que ce terme englobe le social et l’environnemental. Le vrai tour­nant poli­tique est l’attention por­tée à tous les « autres ». On est vrai­ment dans une socié­té qui pro­pose l’in­verse de ça, qui est en perte d’un récit nous rac­cro­chant au reste du vivant — contrai­re­ment à d’autres cos­mo­go­nies qui lient les humains aux ani­maux. Pour répondre à ce sen­ti­ment de décon­nexion éco­lo­gique, il fau­drait une sen­si­bi­li­sa­tion : ce sont des liens que nous devrions apprendre dès le plus jeune âge. Il faut expli­quer aux plus jeunes que consom­mer une pêche qui vient de l’autre bout du monde, c’est à la fois prendre les res­sources des locaux, poten­tiel­le­ment les pri­ver de leur nour­ri­ture, ratis­ser des fonds qui ne sont pas les nôtres, avoir un impact sur la bio­di­ver­si­té, aug­men­ter les émis­sions de CO2 en trans­por­tant par conte­neur sur des dis­tances affo­lantes, etc. Tout ça est ren­du invi­sible. C’est donc facile d’oublier ce qu’un seul geste peut avoir comme consé­quences. Dans le pro­chain numé­ro, nous publie­rons un article du phi­lo­sophe Matthieu Duperrex au sujet du pay­sage invi­sible, ce pay­sage de l’industrie, des ports, des infra­struc­tures, qui pour­tant façonne notre monde. Il nous semble essen­tiel de pré­ci­ser que ces choix de consom­ma­tion sont avant tout des déci­sions qui devraient se faire dans la sphère poli­tique. Bref, ne pas culpa­bi­li­ser les gens si les déci­sions ne sont pas prises plus haut.


Cette rubrique don­ne­ra, au fil des mois, la parole à ceux que l’usage nomme, dans le camp de l’émancipation, l’édition et les médias « indé­pen­dants » ou « alter­na­tifs » : autant de sites, de revues et de mai­sons d’édition qui nour­rissent la pen­sée-pra­tique. Si leurs diver­gences sont à l’évidence nom­breuses, reste un même désir d’endiguer les fameuses « eaux gla­cées du cal­cul égoïste » : par­tons de là.

Photographies de ban­nière : Claire Fau | http://clairefaupaysage.com


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien « Nunatak : luttes des mon­tagnes », mars 2020
☰ Lire notre article « Écologie : socia­lisme ou bar­ba­rie — par Murray Bookchin », mars 2020
☰ Lire notre entre­tien avec Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéo­lo­giques sont pos­sibles », juin 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Pierre Charbonnier : « L’écologie, c’est réin­ven­ter l’idée de pro­grès social », sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Baptiste Vidalou : « La Nature est un concept qui a fait faillite », février 2018
☰ Lire notre article « L’écosocialisme : qu’est-ce donc ? », Pierre-Louis Poyau, décembre 2016

  1. Elle déve­lop­pe­ra une étude cri­tique de la notion d’anthropocène à tra­vers la culture visuelle contem­po­raine, les sciences dures et les sciences humaines.
  2. La topo­ny­mie est la dis­ci­pline étu­diant les topo­nymes, soit les noms de lieu. La micro­to­po­ny­mie s’in­té­resse aux plus dis­crets et locaux de ces noms.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 10

Notre dixième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Joëlle, dos cassé, coeur révolté (Rémi Larue) ▽ Une papeterie en sursis (Roméo Bondon) ▽ Rencontre avec Pınar Selek ▽ Que faire de la police ? (avec Ugo Bernalicis et Elsa Dorlin) ▽ L’argent ne tombe pas des oliviers (Rosa Moussaoui) ▽ “Si personne ne m’écoute, je n’ai plus rien à dire” ▽ À donner, volcan en éruption, pneus neufs (Marion Jdanoff) ▽ Partout la mer est libre (Maya Mihindou) ▽ Casamance : résister au sel et attendre la pluie (Camille Marie et Prosper Champion) ▽ Quand la littérature justifie la domination (Kaoutar Harchi) ▽ Ernest Cœurderoy : souvenirs d’un proscrit (Tristan Bonnier) En la línea del frente : sur la ligne de front (Laurent Perpigna Iban) ▽ Tout ce qui vit (Élie Marek et Élias Boisjean) ▽ Les foyers ont brûlé (Paul Fer) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.