N’être pas gouvernés


Texte inédit pour le site de Ballast

Des com­mu­nau­tés d’une vaste région du sud-est asia­tique rejettent obs­ti­né­ment leur inté­gra­tion aux État-nations. Cette zone, c’est la « Zomia » — « Zo » signi­fie « reti­ré » et « Mi » le « peuple ». 100 mil­lions de per­sonnes y vivent, loin des gou­ver­ne­ments des plaines, sur une super­fi­cie cor­res­pon­dant à envi­ron 55 % de l’Union euro­péenne. L’auteur, fort d’une lec­ture du liber­taire James C. Scott, nous invite à consi­dé­rer la ZAD nan­taise comme une for­mu­la­tion pos­sible, à bien moindre échelle, de cette expé­ri­men­ta­tion non-éta­tique. ☰ Par Roméo Bondon


L’attention des anthro­po­logues s’est bien sou­vent res­treinte au « sau­vage », à l’ailleurs, cette alté­ri­té en appa­rence si franche qu’elle semble par­fai­te­ment objec­ti­vable. La géo­gra­phie, elle, bien qu’elle ait des racines liber­taires certaines1Elisée Reclus et Pierre Kropotkine ont tous deux appli­qué leur rai­son­ne­ment géo­gra­phique à leur anar­chisme, et inver­se­ment. Le pre­mier a écrit une Nouvelle Géographie Universelle (1876–1894) aus­si bien que L’Évolution, la révo­lu­tion et l’i­déal anar­chique (1902) ; le second appuie sa théo­ri­sa­tion de l’en­traide sur les obser­va­tions qu’il a pu mener en Sibérie., s’est aus­si lar­ge­ment consti­tuée comme science colo­niale et éta­tique2L’Institut Géographique National (IGN) est issu du Service Géographique de l’Armée (SGA) ; les colo­nies fran­çaises ont ser­vi de ter­rain à de nom­breux géo­graphes, consti­tuant un cou­rant à part entière — la géo­gra­phie colo­niale — dont la géo­gra­phie tro­pi­cale puis du déve­lop­pe­ment sont issues.. Peu nom­breuses sont les recherches por­tant sur les « autres » d’ici, sou­vent pré­sen­tés, du reste, comme d’archaïques ruraux déjà dépas­sés par l’avancée de l’Histoire3Voir Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire, Gallimard, 1979.. Peu nom­breuses aus­si sont les études géo­gra­phiques s’arrachant du cadre des États-nations4Le géo­graphe liber­taire cana­dien Simon Springer revient sur cette conni­vence dans son ouvrage Pour une géo­gra­phie anar­chiste (2018) : les géo­graphes ont d’a­bord été mobi­li­sés dans des contextes bel­li­queux — Emmanuel De Martone a par exemple été convo­qué pour la modi­fi­ca­tion des fron­tières euro­péennes suite à la Première Guerre mon­diale — puis pour l’a­mé­na­ge­ment du ter­ri­toire. Par ailleurs, si le mar­xisme, à la suite de David Harvey, est bien repré­sen­té dans la dis­ci­pline, l’a­nar­chisme était jus­qu’à peu qua­si­ment inexis­tant.. Et si l’étrange, dont la dif­fé­rence fait aus­si l’intérêt, n’était pas néces­sai­re­ment loin­tain dans le temps et l’espace, ni aus­si mar­gi­nal qu’on pour­rait le pen­ser ? Et si l’Histoire s’était faite en majeure par­tie à l’écart de l’État, ou en tout cas contre ses pre­mières formes (États rizi­coles en Asie, pro­to-États dans l’Europe médié­vale, jus­qu’à leur conso­li­da­tion pro­gres­sive à l’é­poque moderne5Voir Philippe Contamine (dir.), Guerre et concur­rence entre les États euro­péens du XIVe au XVIIIe siècle, PUF, 1998.) ? L’expérience en cours dans le bocage nan­tais, à « la ZAD », peut s’inscrire dans ce que le poli­to­logue James C. Scott a défi­ni comme des « Zomia Studies », domaine de recherche ouvert avec son ouvrage Zomia, au sous-titre élo­quent en ce contexte de lutte(s) : « ou l’art de ne pas être gou­ver­né ».

La ZAD, une Zomia à échelle locale ?

« Les construc­tions col­lec­tives sont détruites pour cette même rai­son : elles sym­bo­lisent ce dont l’État ne veut pas, à savoir la mutua­li­sa­tion, la mise en com­mun. »

« La Zomia est la der­nière région du monde dont les peuples n’ont pas été inté­grés à des États-nations6James C. Scott, Zomia ou l’art de ne pas être gou­ver­né, Seuil, 2013, p. 9. ». Zone de deux mil­lions et demi de kilo­mètres car­rés en Asie du Sud-Est, la Zomia est avant tout une construc­tion géo­gra­phique dont les carac­té­ris­tiques poli­tiques et cultu­relles s’op­posent fon­da­men­ta­le­ment à tout type d’État — en l’occurrence celui fon­dé sur la rizi­cul­ture séden­taire autour des col­lines et mon­tagnes de cette par­tie de l’Asie. « Zone refuge » for­mée de mul­tiples « zones de mor­cel­le­ment7Ibid., p. 29. », la Zomia n’obéit pas à des fron­tières fixes ; plus pré­ci­sé­ment, elle s’inscrit contre ces der­nières, les fuyant à mesure qu’elles se sont éten­dues. Bien que la ZAD (Zone à défendre) de Notre-Dame-des-Landes se soit ins­crite dans la déli­mi­ta­tion stricte d’une ZAD (Zone d’aménagement dif­fé­ré) créée dans les années 1970, c’est sa plu­ra­li­té d’identités, fédé­rées contre un pro­jet et le monde qui le porte, qui la carac­té­rise. Si l’on rem­place dans le texte de James C. Scott le terme de « col­line », propre à son ter­rain d’étude, par celui de « bocage », la ZAD appa­raît comme un lieu exem­plaire illus­trant ce qu’est une Zomia. « Les col­lines ne sont pas seule­ment un espace de résis­tance poli­tique : elles sont une zone de refus cultu­rel8Ibid., p. 44. ». C’est jus­te­ment cet ajout que ne veulent pas voir les pour­fen­deurs de la ZAD, et qui les empêche d’en com­prendre la por­tée.

Certes, le com­bat poli­tique le plus visible a été gagné avec l’abandon du pro­jet d’aéroport. Mais la lutte s’est tou­jours ins­crite aus­si contre une nor­ma­li­sa­tion des com­por­te­ments, dans la reven­di­ca­tion d’une alté­ri­té qui se décline poli­ti­que­ment — des natu­ra­listes en lutte aux auto­nomes, en pas­sant par des pay­sans recon­ver­tis — aus­si bien que dans les pra­tiques — une agri­cul­ture à la marge des impé­ra­tifs pro­duc­ti­vistes impo­sés par les sub­ven­tions, des pro­jets s’an­crant sur un ter­ri­toire réduit mais en inter­dé­pen­dance avec celui-ci (là où la mon­dia­li­sa­tion implique une déter­ri­to­ria­li­sa­tion des pro­duits). Dans la région d’Asie qui occupe l’au­teur, « Habitants des forêts ou per­sonnes des col­lines est syno­nyme de non-civi­li­sé9Ibid., p. 54. » : n’est-ce pas comme tel que sont trai­tés les oppo­sants, tra­qués par une troupe de CRS détrui­sant toute habi­ta­tion consi­dé­rée comme pré­caire sur son pas­sage ? Pour James C. Scott, « plus vous lais­sez de traces, plus grande est votre place dans l’histoire10Ibid., p. 61. » : les archives sont maté­rielles ; l’Histoire qui en résulte est néces­sai­re­ment par­tielle. De même qu’il ne reste plus rien du centre uni­ver­si­taire de Vincennes aujourd’hui, si ce n’est une clairière11Voir Virginie Linhart, Vincenne, l’université per­due, copro­duc­tion Arte France, Agat films & Cie, 2016., les auto­ri­tés sou­haitent que la lutte, vic­to­rieuse une fois, ne le soit pas de manière pérenne à tra­vers une ins­tal­la­tion per­ma­nente. Les construc­tions col­lec­tives sont détruites pour cette même rai­son : elles sym­bo­lisent ce dont l’État ne veut pas, à savoir la mutua­li­sa­tion, la mise en com­mun, à rebours d’une jeune tra­di­tion pro­prié­taire qui se veut originelle12Le droit de pro­prié­té est défi­ni comme droit natu­rel et impres­crip­tible dans l’ar­ticle deux de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen ; la Loi du par­tage du 5 juin 1793 réduit la pos­si­bi­li­té d’u­ser de biens com­mu­naux. Tout comme le mou­ve­ment des enclo­sures en Angleterre, l’a­vè­ne­ment de la pro­prié­té pri­vée comme droit est his­to­rique, datable donc, et non natu­rel.. Le refus par l’État de tout pro­jet col­lec­tif va dans ce sens ; la des­truc­tion d’un lieu au nom aus­si sym­bo­lique que « La Ferme des Cent Noms » éga­le­ment. Car « même les struc­tures sociales et les types d’habitats dans les col­lines pour­raient être uti­le­ment envi­sa­gées comme des choix poli­tiques13James C. Scott, op. cit., p. 59. ». L’utilisation de maté­riaux de récu­pé­ra­tion et légers sur la ZAD, comme dans les arbres à Bure ou à l’Amassada à deux pas des Causses, est une déci­sion dic­tée par la néces­si­té de construire vite, mais est sur­tout la tra­duc­tion d’une volon­té de mon­trer qu’autre chose est pos­sible : des chan­tiers col­lec­tifs pour des cabanes, des han­gars, un phare, des habi­ta­tions aus­si diverses qu’il y a d’habitants, comme autant de pieds de nez à l’imposition de chan­tier décré­tés « d’utilité publique ».

Par Marion Esnault, 2018

Se fédérer contre, se diviser pour

Sur la ZAD peut-être plus que sur les autres sites en lutte, la diver­si­té dans les pro­fils d’habitants est la règle. Cette mul­ti­pli­ci­té s’est unie contre un pro­jet, alors même que les ins­tal­la­tions sont diverses et les rai­sons de conti­nuer la lutte aus­si. Là où le cau­te­leux Nicolas Hulot a appe­lé à « ne pas confondre éco­lo­gie et anar­chie », les habi­tants de la ZAD prouvent que les deux sont indis­so­ciables dans leur com­bat. Une fois de plus, l’anarchie souffre de son image défi­gu­rée par ceux qui ont le pou­voir de le faire depuis plus d’un siècle. Qui mieux que le géo­graphe liber­taire Élisée Reclus pour rap­pe­ler que l’at­ten­tion au milieu comme à la terre et l’a­nar­chie s’as­so­cient bien plus qu’ils ne s’op­posent ? Lui qui déplore les consé­quences de l’in­dus­tria­li­sa­tion de son époque sur les cours d’eau dans son Histoire d’un ruis­seau (1869) a éga­le­ment œuvré toute sa vie pour la réa­li­sa­tion de ses prin­cipes : « Notre des­ti­née, c’est d’ar­ri­ver à cet état de per­fec­tion idéale où les nations n’au­ront plus besoin d’être sous la tutelle ou d’un gou­ver­ne­ment ou d’une autre nation ; c’est l’ab­sence de gou­ver­ne­ment, c’est l’a­nar­chie, la plus haute expres­sion de l’ordre14Elisée Reclus, L’Anarchie (1894), dans Écrits sociaux, Héros-Limite, 2012.. » Les occu­pants de la ZAD l’avaient depuis le début annon­cé : ils lut­taient « contre l’aéroport et son monde » — Hulot n’a rete­nu que le pre­mier de ces com­bats. L’aéroport étant aban­don­né, place au monde qui l’a por­té : « Nous savons tous que ce que nous aurons à arra­cher demain sera le main­tien de l’u­sage com­mun d’un ter­ri­toire insou­mis et ouvert, qui en ins­pire d’autres. Et que pour ce faire, nous devons construire des formes inédites15Collectif Mauvaise Troupe, Saisons – nou­velles de la zad, édi­tions de l’Éclat, 2017.. »

« Même si ce sont les bar­ri­cades qui sont les plus visibles, la lutte est avant tout idéo­lo­gique. »

Même si ce sont les bar­ri­cades qui sont les plus visibles, la lutte est avant tout idéo­lo­gique ; elle des­sine un nou­veau front entre les tenants de la pro­prié­té, l’État, et ceux qui sou­haitent bâtir une vie hors d’un cadre uni­for­mi­sé, dans un ensemble de pro­jets col­lec­tifs. James C. Scott oppose une « agri­cul­ture d’évasion », qu’il per­çoit comme fai­sant par­tie de « formes de culture des­ti­nées à se sous­traire à l’appropriation éta­tique16James C. Scott, op.cit., p. 47. », à une agri­cul­ture séden­taire, pra­ti­quée dans les plaines asia­tiques et pro­mue par les États pour fixer les popu­la­tions. Les pro­po­si­tions d’installation sur la ZAD se veulent à la marge des cadres régle­men­taires habi­tuel­le­ment mobi­li­sés mais n’excluent pas d’être inté­grées à un ter­ri­toire dépas­sant la zone. Le grand écart avec l’État se situe dans la manière dont ces ins­tal­la­tions sou­haitent durer. La « Ferme des Cent Noms » en est l’exemple le plus frap­pant : ce sont des pro­jets col­lec­tifs qui étaient jus­qu’à peu pro­po­sés, sans titre de pro­prié­té indi­vi­duel. Le col­lec­tif des Cent Noms regrou­pait une ving­taine de per­sonnes tra­vaillant aux alen­tours de la ferme épo­nyme ; les chan­tiers col­lec­tifs, comme ceux menés au Très Petit Jardin en dépit des nuages de lacry­mo, par­ti­cipent à la réa­li­sa­tion par tous d’un pro­jet qui ne s’ar­rête pas à une per­sonne. Étendre cette com­mu­na­li­sa­tion serait rendre les occu­pants invi­sibles pour les ins­tances de régu­la­ri­sa­tion agri­coles (MSA et chambres d’a­gri­cul­ture) ; c’est cela même qui gêne tant l’État. « Les diri­geants éta­tiques consi­dèrent comme presque impos­sible d’instaurer une sou­ve­rai­ne­té effec­tive sur une popu­la­tion constam­ment en mou­ve­ment, qui n’a pas de forme per­ma­nente d’organisation, qui ne se séden­ta­rise pas, dont le gou­ver­ne­ment est éphé­mère, dont les formes de sub­sis­tance sont flexibles et peuvent chan­ger17Ibid., p. 67. ».

L’impossible sou­ve­rai­ne­té, et dès lors l’improbable auto­ri­té éta­tique sur ces pro­jets, implique un emploi de la force pour les détruire. La seule alter­na­tive pro­po­sée passe par la pro­prié­té indi­vi­duelle. À cela, les habi­tants de la ZAD pour­raient oppo­ser l’his­toire colo­niale de l’État fran­çais et ceux qui lui ont résis­té. C’est cette même alté­ri­té qui a été com­bat­tue dans une Algérie colo­ni­sée par la loi Warnier (1873), inter­di­sant toute indi­vi­sion des terres et per­met­tant l’accaparement de plus de terres encore par les colons. S’appuyant sur d’autres exemples his­to­riques, situés pour leur part en forêt, Jean-Baptiste Vidalou a rap­pe­lé la conni­vence entre la colo­ni­sa­tion et l’aménagement du ter­ri­toire, la colo­ni­sa­tion et l’action vio­lente de l’État, là où ce der­nier peine à se faire « res­pec­ter »18Voir Jean-Baptiste Vidalou, Être forêts, habi­ter des ter­ri­toires en lutte, La Découverte, 2017.. La pro­prié­té en indi­vi­sion décré­tée par les oppo­sants au trans­for­ma­teur élec­trique de Saint-Victor-et-Melvieu, vil­lage où s’est bâti l’Amassada, est une manière de lut­ter contre une confron­ta­tion par trop dés­équi­li­brée entre un pro­prié­taire et l’État. Celui-ci trouve face à lui une plu­ra­li­té d’habitants, qu’il ne sait dès lors com­ment trai­ter autre­ment que par la force.

Par Marion Esnault, 2018

Se diviser contre, se fédérer pour

On pour­rait appli­quer à chaque ter­ri­toire en lutte ce que l’an­thro­po­logue Pierre Clastres rele­vait de ses obser­va­tions chez les Guarani et dans ses lec­tures eth­no­gra­phiques : une Zomia, la ZAD ou le Chiapas, ces espaces se défi­nissent comme un « tout fini » parce qu’ils sont « un Nous indi­vi­sé ». Pour Clastres, « la com­mu­nau­té pri­mi­tive peut se poser comme tota­li­té parce qu’elle s’institue comme uni­té19Pierre Clastres, Archéologie de la vio­lence, la guerre dans les socié­tés pri­mi­tives, édi­tions de l’Aube, 2013, p. 43. ». En dépit d’un essen­tia­lisme pro­blé­ma­tique chez l’au­teur, on peut néan­moins sou­li­gner que ce même pro­ces­sus est visible à Notre-Dame-des-Landes et sur nombre de ter­ri­toires en lutte : un com­bat fédère et englobe dès lors, sous un seul nom, une mul­ti­tude de choix. Ce « Nous indi­vi­sé » que forment les « zadistes » peut éga­le­ment s’atomiser pour contraindre au mieux l’avancée des forces de l’ordre, en uti­li­sant leur ter­rain. Cette connais­sance de l’espace, les habi­tants de la ZAD la par­tagent avec les Ariégeois lors de la guerre des Demoiselles au XIXe siècle ou les Cévenols au XVIIe lors de la guerre des Camisards, cha­cun des deux ter­ri­toires s’étant oppo­sé à l’avancée de la puis­sance éta­tique. Comme le rap­pelle Jean-Baptiste Vidalou, la pra­tique quo­ti­dienne de la forêt était un atout dans la dis­per­sion des habi­tants ou le regrou­pe­ment oppor­tun. Au sein de la ZAD, s’il y a divi­sion, c’est avec bien­veillance — du moins, tant que faire se peut —, entre les dif­fé­rents choix de vie expé­ri­men­tés : « Il y avait dans l’air comme un esprit joyeux de jac­que­rie et de par­tage : On se côtoyait aus­si bien autour d’un repas que der­rière une bar­ri­cade. Gilles s’anime : Au cours de ces moments intenses, les éti­quettes dis­pa­raissent, les iden­ti­tés deviennent poreuses, de l’anarcho-communisme au pay­san, du punk au natu­ra­liste, on ne sait plus qui est qui20Gaspard d’Allens et Lucile Leclair, Les Néo-pay­sans, Seuil / Reporterre, 2016, p. 62.. »

« L’indivision est un prin­cipe fon­da­men­tal de ces luttes, lais­sant à la diver­si­té des pro­jets la pos­si­bi­li­té de s’étendre sans entrave. »

S’il y a divi­sion, c’est aus­si sous la contrainte, comme outil stra­té­gique pour évi­ter de s’enfoncer dans un conflit sans fin — c’est la « stra­té­gie d’au­to­dé­fense admi­nis­tra­tive », soit l’acceptation, par une délé­ga­tion, de pro­po­ser des pro­jets d’installation indi­vi­duels va dans ce sens. Mais il ne fait aucun doute que ces der­niers n’auront d’individuel que le nom : le nom de celui ou celle qui subi­ra les obli­ga­tions impo­sées par l’UE et l’État à toute exploi­ta­tion agri­cole. La mul­ti­fonc­tion­na­li­té des pay­sans, récla­mée par l’OCDE dès les années 1990 et décré­tée dans les années 2000 avec la réforme de la PAC, est pour­tant au prin­cipe de ce qu’est la pay­san­ne­rie. L’impératif « post-pro­duc­tif » lan­cé aux cam­pagnes aujourd’­hui croit être nova­teur en mêlant tra­vail sur la terre et pré­ser­va­tion du pay­sage : c’é­tait pour­tant un pro­ces­sus à l’œuvre bien avant que l’a­gri­cul­ture indus­trielle ne s’im­misce au cœur des pra­tiques pay­sannes. Seulement, alors que l’accroissement nor­ma­tif est avant tout diri­gé vers les mono­cul­tures céréa­lières, cha­cun y est sujet comme s’il était aus­si néfaste sur le plan envi­ron­ne­men­tal — et les pro­jets por­tés à Notre-Dame-des-Landes n’y feront peut-être pas excep­tion. Bien que l’é­tude soit datée, les affir­ma­tions du socio­logue rural Henri Mendras pro­phé­ti­sant La Fin des pay­sans (1967) peuvent encore être lues avec pro­fit : « c’est le pas­sage de la logique pay­sanne à la ratio­na­li­té éco­no­mique dans la ges­tion des exploi­ta­tions qui résume et sym­bo­lise le conflit de civi­li­sa­tion et la trans­for­ma­tion du pay­san en pro­duc­teur agri­cole21Henri Mendras, La Fin des pay­sans, Acte Sud, 1992, p. 24. ». C’est aujourd’­hui le mou­ve­ment inverse qui effraie l’État et déclenche sa logique répres­sive.

L’indivision est un prin­cipe fon­da­men­tal de ces luttes, lais­sant à la diver­si­té des pro­jets la pos­si­bi­li­té de s’étendre sans entrave. Mais la fédé­ra­tion de cha­cun autour d’un com­bat ne s’o­père pas seule­ment contre un monde ou une agres­sion ; elle se construit éga­le­ment pour un ave­nir com­mun. Des expé­ri­men­ta­tions simi­laires se retrouvent sur cha­cun des ter­ri­toires en lutte ou en passe de l’être : des pro­jets agri­coles ayant à cœur de reve­nir à l’autonomie pay­sanne, des lieux de vie com­muns où échan­ger et par­ta­ger comme à l’Amassada de Saint-Victor-et-Melvieu, des biblio­thèques comme celle du Taslu à la ZAD, com­munes elles-aus­si… L’importance des moyens mis en œuvre pour délo­ger les habi­tants de la ZAD indique la crainte de l’État de voir son auto­ri­té remise en cause. Mais, peut-être plus encore, c’est de voir émer­ger un contre-pou­voir qui, au lieu de com­battre fron­ta­le­ment, ne sou­haite que res­ter à l’écart et prou­ver que ce qu’il fait est pos­sible, qui effraie. Ce qui se joue à Notre-Dame-des-Landes prouve que se poser à la marge n’est pas une atti­tude si absurde que ça ; que c’est plu­tôt encou­ra­ger l’inacceptable — de l’agriculture indus­trielle à la finan­cia­ri­sa­tion de la culture, de la pré­ca­ri­sa­tion des tra­vailleurs au délais­se­ment des plus dému­nis — qui est inima­gi­nable.


Photographies de ban­nière et de vignette : Marion Esnault, 2018


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Philippe Pelletier : « L’émancipation indi­vi­duelle n’est pos­sible que par l’é­man­ci­pa­tion col­lec­tive », avril 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Baptiste Vidalou : « La nature est un concept qui a fait faillite », février 2018
☰ Lire notre article : « Elisée Reclus, vivre entre égaux », Roméo Bondon, sep­tembre 2017
☰ Lire notre article : « Bure réen­chante la lutte anti­nu­cléaire », Gaspard d’Allens, juin 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Baptiste Comby : « La lutte éco­lo­gique est avant tout une lutte sociale », avril 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Lucile Leclair : « Refuser l’agriculture indus­trielle », novembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Hervé Kempf : « On redé­couvre ce qu’est la poli­tique », juillet 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Jean Malaurie : « Nous vivons la crise mon­diale du Progrès », juin 2016
☰ Lire « Du pou­voir et de l’État », Daniel Bensaïd, avril 2015

NOTES   [ + ]

1.Elisée Reclus et Pierre Kropotkine ont tous deux appli­qué leur rai­son­ne­ment géo­gra­phique à leur anar­chisme, et inver­se­ment. Le pre­mier a écrit une Nouvelle Géographie Universelle (1876–1894) aus­si bien que L’Évolution, la révo­lu­tion et l’i­déal anar­chique (1902) ; le second appuie sa théo­ri­sa­tion de l’en­traide sur les obser­va­tions qu’il a pu mener en Sibérie.
2.L’Institut Géographique National (IGN) est issu du Service Géographique de l’Armée (SGA) ; les colo­nies fran­çaises ont ser­vi de ter­rain à de nom­breux géo­graphes, consti­tuant un cou­rant à part entière — la géo­gra­phie colo­niale — dont la géo­gra­phie tro­pi­cale puis du déve­lop­pe­ment sont issues.
3.Voir Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire, Gallimard, 1979.
4.Le géo­graphe liber­taire cana­dien Simon Springer revient sur cette conni­vence dans son ouvrage Pour une géo­gra­phie anar­chiste (2018) : les géo­graphes ont d’a­bord été mobi­li­sés dans des contextes bel­li­queux — Emmanuel De Martone a par exemple été convo­qué pour la modi­fi­ca­tion des fron­tières euro­péennes suite à la Première Guerre mon­diale — puis pour l’a­mé­na­ge­ment du ter­ri­toire. Par ailleurs, si le mar­xisme, à la suite de David Harvey, est bien repré­sen­té dans la dis­ci­pline, l’a­nar­chisme était jus­qu’à peu qua­si­ment inexis­tant.
5.Voir Philippe Contamine (dir.), Guerre et concur­rence entre les États euro­péens du XIVe au XVIIIe siècle, PUF, 1998.
6.James C. Scott, Zomia ou l’art de ne pas être gou­ver­né, Seuil, 2013, p. 9.
7.Ibid., p. 29.
8.Ibid., p. 44.
9.Ibid., p. 54.
10.Ibid., p. 61.
11.Voir Virginie Linhart, Vincenne, l’université per­due, copro­duc­tion Arte France, Agat films & Cie, 2016.
12.Le droit de pro­prié­té est défi­ni comme droit natu­rel et impres­crip­tible dans l’ar­ticle deux de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen ; la Loi du par­tage du 5 juin 1793 réduit la pos­si­bi­li­té d’u­ser de biens com­mu­naux. Tout comme le mou­ve­ment des enclo­sures en Angleterre, l’a­vè­ne­ment de la pro­prié­té pri­vée comme droit est his­to­rique, datable donc, et non natu­rel.
13.James C. Scott, op. cit., p. 59.
14.Elisée Reclus, L’Anarchie (1894), dans Écrits sociaux, Héros-Limite, 2012.
15.Collectif Mauvaise Troupe, Saisons – nou­velles de la zad, édi­tions de l’Éclat, 2017.
16.James C. Scott, op.cit., p. 47.
17.Ibid., p. 67.
18.Voir Jean-Baptiste Vidalou, Être forêts, habi­ter des ter­ri­toires en lutte, La Découverte, 2017.
19.Pierre Clastres, Archéologie de la vio­lence, la guerre dans les socié­tés pri­mi­tives, édi­tions de l’Aube, 2013, p. 43.
20.Gaspard d’Allens et Lucile Leclair, Les Néo-pay­sans, Seuil / Reporterre, 2016, p. 62.
21.Henri Mendras, La Fin des pay­sans, Acte Sud, 1992, p. 24.
Roméo Bondon
Roméo Bondon

Étudiant en géographie, historien amateur et amateur d'histoires, particulièrement sensible aux sujets qui manquent de visibilité : l'écologie, les luttes sociales et quotidiennes, la souffrance animale — entre autres.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.