Brûler les forêts pour des chiffres


Témoignage inédit pour le site de Ballast

Des sala­riés de l’Office natio­nal des forêts (ONF) orga­nisent, depuis le mois de sep­tembre 2018, des marches à tra­vers toute la France pour dénon­cer leur pri­va­ti­sa­tion. Celles-ci ont conver­gé jeu­di der­nier à la forêt de Tronçais, chê­naie emblé­ma­tique plan­tée au XVIIe siècle. L’occasion pour les mili­tants d’ex­pli­quer au plus grand nombre dans quel gouffre se pré­ci­pite la ges­tion des forêts publiques fran­çaises. Nous avons ren­con­tré Patrice Martin, fores­tier aux confins du Jura et de la Saône-et-Loire, secré­taire natio­nal au SNUPFEN, le syn­di­cat majo­ri­taire de l’ONF : récit d’une pas­sion et d’une lutte.


Il y a une souf­france pal­pable chez les fores­tiers. Le chiffre de 50 sui­cides dans la pro­fes­sion en 10 ans est sou­vent enten­du : en pro­por­tion, c’est plus qu’à France Télécom. C’est lié à une souf­france éthique. Quand on arrive à l’ONF, en géné­ral, c’est par convic­tion. Donc on a deman­dé un audit : tous les indi­ca­teurs étaient dans le rouge ! Ce qui est amu­sant — façon de par­ler —, c’est que les réponses étaient caté­go­ri­sées selon la hié­rar­chie. Les cadres étaient plu­tôt épa­nouis, mais les tech­ni­ciens étaient dans le rouge, voire dans le noir… Il y a eu un sché­ma orga­ni­sa­tion­nel, mais rien n’a été fait. On conti­nue de faire tout ce qui a géné­ré cette souf­france éthique. Beaucoup de per­son­nel est désa­bu­sé. Il y a d’ailleurs une forme de radi­ca­li­sa­tion : on essaie de la cana­li­ser, mais c’est latent… Au fon­de­ment, le fores­tier est atta­ché à sa forêt : c’est com­plè­te­ment abu­sif, et même si elle ne lui appar­tient pas, c’est sa forêt. C’est une rela­tion pas­sion­nelle. On lui confie une forêt, c’est un héri­tage. Il n’est qu’un maillon de la chaîne, il devra la don­ner dans le même état à ses suc­ces­seurs. Lui, il n’est là que pour 40 ans. S’il y a une tem­pête dans une forêt où il tra­vaille, le fores­tier sera dévas­té : la forêt, c’est une per­sonne qui fait par­tie de sa famille. Ce que nous dicte la forêt nous condi­tionne.

« Le fores­tier est atta­ché à sa forêt : c’est com­plè­te­ment abu­sif, et même si elle ne lui appar­tient pas, c’est sa forêt. »

Les direc­tives, alors, on s’en fout un peu. C’est notre employeur qui nous paie, il faut bien lui rendre des comptes… mais ces direc­tives, et les objec­tifs qu’on nous donne, sont com­plè­te­ment en contra­dic­tion avec ce que la forêt nous demande de faire ! Moi, je suis tech­ni­cien fores­tier à l’ONF sur le triage de Cuiseaux, en Saône-et-Loire. Mon rôle est celui d’un agent patri­mo­nial : je suis res­pon­sable d’un sec­teur fores­tier don­né, le triage — la plus petite sub­di­vi­sion admi­nis­tra­tive d’une forêt, en charge d’un garde fores­tier. Ça regroupe neuf forêts com­mu­nales, soit envi­ron 1 500 hec­tares. Que je gère seul. On est des géné­ra­listes, à l’ONF : on s’oc­cupe de tout ce qui se passe en forêt. Ça va du mar­quage des coupes — le mar­te­lage — aux inven­taires, en pas­sant par des études préa­lables pour faire des amé­na­ge­ments fores­tiers — c’est-à-dire des plans de ges­tion à 20 ans (sachant que 20 ans, c’est du moyen terme, juste une étape) —, la sur­veillance, le sui­vi des tra­vaux, des exploi­ta­tions, des affouages. Ou encore la police de l’en­vi­ron­ne­ment. On est asser­men­tés et armés : on s’oc­cupe des infrac­tions fores­tières, de l’en­vi­ron­ne­ment, de la chasse. Je suis ren­tré en 2000 à l’ONF. Une ques­tion de par­cours. Après trois ten­ta­tives, j’ai fini par avoir le concours. J’étais super content, j’en rêvais depuis que j’a­vais 10 ans ! Mais après deux ans, j’ai tout de suite fait la gueule : d’où mon impli­ca­tion dans le SNUPFEN.

Le syn­di­ca­lisme, j’ai décou­vert petit à petit. J’allais aux manifs, je m’im­pli­quais d’a­bord comme adhé­rent. Puis je me suis rapi­de­ment retrou­vé élu au comi­té tech­nique ter­ri­to­rial. Le comi­té tech­nique regroupe les repré­sen­tants des per­son­nels et la direc­tion. Avant, il était pari­taire ; aujourd’­hui, ce n’est plus le cas. La direc­tion décide et les syn­di­cats ne peuvent qu’ap­prou­ver. Je suis secré­taire natio­nal. Les secré­taires régio­naux, eux, consti­tuent en quelque sorte le par­le­ment — on essaie de fonc­tion­ner comme une démo­cra­tie se devrait de le faire. Le syn­di­cat d’où est issu SNUPFEN-SOLIDAIRES a été créé en 1965, suite à la pre­mière grande attaque gou­ver­ne­men­tale contre la ges­tion publique des forêts, à savoir la loi Pisani, du nom du ministre de l’Agriculture de l’é­poque. Cette loi, pon­due en 1964, visait à abo­lir l’ad­mi­nis­tra­tion des Eaux et Forêts. Cette admi­nis­tra­tion est l’une des plus vieilles de France avec les finances : ça remonte à Philippe Le Bel, une longue his­toire ! Elle est donc dis­soute et scin­dée en dif­fé­rents orga­nismes, dont l’ONF qui, cette fois, a un sta­tut d’é­ta­blis­se­ment public à carac­tère indus­triel et com­mer­cial — avec tout ce que ces mots sup­posent : l’instauration du pri­vé dans le recru­te­ment et les acti­vi­tés com­mer­ciales. Les tra­vailleurs de la forêt ont tout de suite com­pris que c’était le début de la pri­va­ti­sa­tion. Face à ce dan­ger, tout le monde s’est uni — les fores­tiers, les ingé­nieurs — pour créer un syn­di­cat uni­taire affi­lié à la CFDT, ancêtre du SNUPFEN. Le pre­mier com­bat visait à gar­der un sta­tut déro­ga­toire, ce qui signi­fie que l’on peut, voire qu’on doit, sur des mis­sions de ser­vice public, recru­ter des fonctionnaires1Nda : Chaque fois que les écoles four­nissent des per­sonnes diplô­mées cor­res­pon­dant à des emplois, ces der­niers font par­tie de la fonc­tion publique. Il y a tout de même une déro­ga­tion pour cer­tains types de métiers : un géo­graphe ou un infor­ma­ti­cien, des savoirs spé­ci­fiques que l’on n’ac­quiert pas en école fores­tière.. Si ce sta­tut a été sau­vé à ce moment-là, on a depuis subi des attaques répé­tées, par vagues, contre la ges­tion publique des forêts. Et ce jus­qu’en 2002. Là, ce qui s’est appe­lé le plan pour l’Office a lan­cé l’assaut final : une réforme per­ma­nente, avec un mana­ge­ment par objec­tifs, une démarche qua­li­té, une cer­ti­fi­ca­tion faite par un cabi­net minis­té­riel qui a tous les aspects d’une direc­tion d’entreprise… On retrouve les mêmes appel­la­tions chez Renault qu’à l’ONF, avec une indus­tria­li­sa­tion à outrance, tota­le­ment inadap­tée. Depuis, on n’a de cesse de sup­pri­mer des postes et de se concen­trer sur les mis­sions com­mer­ciales, au détri­ment des mis­sions de ser­vice public.

(Maya Mihindou)

La ges­tion pri­vée frag­mente les mis­sions. La forêt, il faut la consi­dé­rer dans son entiè­re­té. Il y a bien sûr des dif­fé­rences régio­nales, avec des forêts au sta­tut par­ti­cu­lier : la forêt médi­ter­ra­néenne, par exemple, est clai­re­ment une forêt de pro­tec­tion — elle est très utile sur le plan envi­ron­ne­men­tal et peu exploi­table. On jouit de la forêt, par­tout sur le ter­ri­toire, d’un ensemble de ser­vices, au pre­mier rang des­quels les ser­vices envi­ron­ne­men­taux : fil­tra­tion de l’air et de l’eau, accueil de la bio­di­ver­si­té, cap­ta­tion du car­bone… Et pour qu’ils per­durent, il ne faut pas faire grand-chose : pro­té­ger la forêt. On peut en tirer un peu de pro­fit, on n’est pas obli­gés de la mettre sous cloche, mais il reste très impor­tant d’a­voir des forêts de pro­tec­tion inté­grale : ça per­met d’a­voir des modèles d’é­vo­lu­tion natu­relle et de pou­voir les obser­ver. Pour connaître l’état d’une forêt lais­sée à elle-même, il fau­drait avoir un retour d’ex­pé­rience. On ne sait pas ce qu’est une vieille forêt en France, on n’en a pas ! Les grands pré­da­teurs, ours et loups, on les trouve dans des forêts où la main de l’Homme n’a jamais mis les pieds, si j’ose dire. C’est du bon sens ! Si tu as des super­pré­da­teurs, il y a aus­si toute la pyra­mide en des­sous : une bio­di­ver­si­té des essences, des espèces… Plus tu les laisses tran­quilles, plus la faune et la flore seront riches. Cette pro­tec­tion, on peut la mener dans toute forêt : on peut faire des îlots de vieillis­se­ment. Dans ces îlots, on ne touche à rien : on va lais­ser gros­sir les arbres, on va les lais­ser dépé­rir, deve­nir sénes­cents, puis se décom­po­ser. Et on va les obser­ver !

« On plante des ali­gne­ments d’arbres iden­tiques, on trans­forme la forêt en usine à bois pour répondre à la demande indus­trielle. C’est une héré­sie. »

Il est sor­ti un docu­men­taire, Le Temps des forêts : dans un entre­tien, son réa­li­sa­teur fait réfé­rence aux lob­bies de l’in­dus­trie du bois, qui arguent qu’il y a la forêt indus­trielle et la forêt de loi­sir. C’est une concep­tion très amé­ri­caine, où il y a des forêts qui sont mises sous cloche et tout le reste est une usine à bois… Des gros engins, du monospécifique2Exploitation d’une seule essence d’arbre., des pes­ti­cides, tout ça pour satis­faire l’in­dus­trie avec des pro­duits homo­gènes : c’est la forêt qui doit s’a­dap­ter à l’ap­pa­reil indus­triel. On est com­plè­te­ment dans cette dérive-là. L’approche de la ges­tion fores­tière fran­çaise, c’est de cumu­ler trois dimen­sions : la pro­duc­tion de bois, la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment et l’ac­cueil du public — les cueilleurs de cham­pi­gnons, les pro­me­neurs, les chas­seurs… On doit conci­lier tout ça. Mais on passe du peu­ple­ment mélan­gé de feuillus (un mélange bon pour la rési­lience, ce qui n’est pas négli­geable avec le chan­ge­ment cli­ma­tique et par rap­port aux attaques para­si­taires) à des peu­ple­ments mono­spé­ci­fiques, bien sou­vent de rési­neux. Et là, dès qu’un agent patho­gène arrive, c’est la catas­trophe. Dans un peu­ple­ment mélan­gé, il y aura tou­jours des sco­lytes ou des bes­tioles comme ça, mais si quelques arbres sont tou­chés, d’autres essences ne le seront pas. Dans les forêts mono­spé­ci­fiques, c’est comme un champ de maïs : on plante des ali­gne­ments d’arbres iden­tiques, on trans­forme la forêt en usine à bois pour répondre à la demande indus­trielle. C’est une héré­sie. On nous demande des pro­duits cali­brés selon les stan­dards actuels. Mais on va récol­ter dans 40 ans, ce qui en soi est aus­si une héré­sie — on est bien loin de la durée de sur­vie des arbres. Et quel sera le mar­ché à ce moment-là ? On n’en sait rien. En adap­tant les essences aux sta­tions forestières3Une sta­tion fores­tière est un raf­fi­ne­ment de la notion de milieu par les fores­tiers, carac­té­ri­sant une éten­due de ter­rain homo­gène sur les plans du cli­mat, du relief, du sol et de la végé­ta­tion spon­ta­née. et en les mélan­geant, on arrive à opti­mi­ser la pro­duc­tion de bois d’œuvre tout en fai­sant quelque chose d’hé­té­ro­gène, bon pour la diver­si­té. Aujourd’hui, on vou­drait quelque chose de stan­dar­di­sé, d’ho­mo­gène.

Industrialiser une forêt comme ça, même ceux qui n’y connaissent pas grand-chose com­mencent à le voir. Quand tu as des jolies forêts de feuillus qui deviennent des champs de pin douglas4Essence impor­tée d’Amérique du Nord pour sa crois­sance rapide, le pin dou­glas a été lar­ge­ment uti­li­sé dans les reboi­se­ment des mas­sifs de moyenne mon­tagne au XXe siècle en cultures mono­spé­ci­fiques., et après exploi­ta­tion, des champs de ruine, ça se voit ! Le gros enjeu pour les ins­tances diri­geantes est de faire accep­ter ces sché­mas direc­teurs. Le futur Parc natio­nal des forêts de Champagne et Bourgogne5Onzième Parc natio­nal, ce sera le pre­mier parc de plaine. Les 10 autres sont mon­ta­gnards (Vanoise, Écrins, Mercantour, Pyrénées, Cévennes), Maritimes (Port-Cros, Calanques) ou en Outre-Mer (Guyanne, Réunion, Guadeloupe). Un Parc natio­nal se carac­té­rise par une zone cœur cen­trale impo­sée et pro­té­gée, et une aire d’adhé­sion péri­phé­rique, à la pro­tec­tion plus lâche., le label « Forêt d’ex­cep­tion »6Label déli­vré par l’ONF depuis 2008 sur des forêts emblé­ma­tiques d’une ges­tion durable et aux carac­té­ris­tiques remar­quables. Parmi elles, la chê­naie de Tronçais, où a pris fin la Marche pour la forêt orga­ni­sée par l’in­ter­syn­di­cale de l’ONF., ce sont des para­vents : 1 % de forêts sous cloche, si pos­sible en mon­tagne car c’est plus dif­fi­cile à exploi­ter, et le reste on peut y aller ! Le Parc natio­nal est là pour ça. Pour le label « Forêt d’ex­cep­tion », c’est la même chose : il montre une ges­tion exem­plaire, ce sont des forêts magni­fiques… Et à côté, on coupe tout. Pourquoi pas des forêts d’ex­cep­tion par­tout ? C’est le débat qu’on a au sein l’ONF entre pro­tec­tion de la bio­di­ver­si­té ordi­naire et de la bio­di­ver­si­té extra­or­di­naire. Laquelle est laquelle ? Il y a la bio­di­ver­si­té, c’est tout : il n’y a pas d’ex­cep­tion­na­li­té. C’est un peu comme la réserve de Port-Cros en Méditerranée, où on pro­tège un espace en lais­sant des boues rouges se déver­ser à côté — et un pré­sident de la République faire du jet-ski dans l’aire pro­té­gée.

(Maya Mihindou)

En Allemagne, il y a cinq fois plus de fores­tiers qu’en France ! Pourtant, la loi fran­çaise pré­voit une com­pen­sa­tion qui anti­cipe le fait que la ges­tion coûte plus cher que les béné­fices. C’est nor­mal : la fonc­tion publique n’a pas voca­tion à être ren­table. Sauf que le ver­se­ment com­pen­sa­teur est en baisse constante et, désor­mais, on trans­fère des fonds pour les retraites des fonc­tion­naires depuis notre bud­get, ce qui le plombe com­plè­te­ment ! C’est 40 mil­lions, soit le défi­cit de l’ONF. L’ONF doit assu­mer des mis­sions de ser­vice public sans finan­ce­ment public : c’est impos­sible. Les direc­tions suc­ces­sives ont essayé de maquiller, en bazar­dant tout le patri­moine immo­bi­lier de l’ONF, en dégui­sant un peu les comptes, en sup­pri­mant des postes… et le défi­cit struc­tu­rel reste. L’État sou­haite pri­va­ti­ser la ges­tion des forêts ; pour ça, il faut nous flin­guer : c’est-à-dire cou­ler notre bud­get. Un bud­get qui ne repré­sente pour­tant rien : à côté de ça, il y a 40 mil­liards de CICE déblo­qués en pure perte. On a l’ex­pé­rience pour gérer les forêts de manière viable, mais on est des emmer­deurs : pour les chas­seurs, pour les exploi­tants, pour les gros lob­bies indus­triels…

« Combien de fois des fores­tiers se sont fait foutre dehors parce que les chas­seurs ne com­pre­naient pas ce qu’ils fai­saient là… »

Une expé­ri­men­ta­tion a lieu en ce moment dans l’Oise — le dépar­te­ment de Woerth. Ce sont les chas­seurs qui font la police de l’en­vi­ron­ne­ment. Et on sait qu’une « expé­ri­men­ta­tion », ça devient vite géné­ral… Toutes nos mis­sions réga­liennes sont en train de pas­ser à la trappe. En 15 ans, on a per­du un quart de nos effec­tifs. Pourtant, en théo­rie, le fores­tier est l’a­mi des chas­seurs… Les cer­vi­dés sont des incon­vé­nients pour faire de la syl­vi­cul­ture — dans des exploi­ta­tions inten­sives, on en vient à engrilla­ger des par­celles de forêt pour qu’ils ne mangent pas les plans. Les chas­seurs, en fai­sant bais­ser les seuils, dimi­nuent l’im­pact des grands gibiers sur les plan­ta­tions. Et ils sont des clients : le deuxième poste de recettes pour l’ONF, ce sont les chasses doma­niales. Il y donc beau­coup de fores­tiers qui sont pro-chasse ou eux-mêmes chas­seurs. Chez les envi­ron­ne­men­ta­listes, au SNUPFEN notam­ment, on est beau­coup plus nuan­cés. La chasse s’est ren­due presque néces­saire du fait des infra­struc­tures humaines, ne serait-ce que pour les routes… S’il y a une explo­sion de la popu­la­tion de che­vreuils, il va auto­ma­ti­que­ment y avoir une bat­tue admi­nis­tra­tive pour évi­ter les acci­dents. Mais autant que ça soit régu­lé natu­rel­le­ment. Par exemple, une popu­la­tion de che­vreuils dont la démo­gra­phie explose va dépas­ser la capa­ci­té bio­tique du milieu, puis la dyna­mique va com­plè­te­ment s’in­ver­ser et pas­ser loin en-des­sous de cette capa­ci­té — et ain­si de suite. La chasse per­met de res­ter autour de cette limite, sans varia­tions. Sur le plan pra­tique, celui des indi­vi­dus et des lob­bies, c’est autre chose. Si on écoute cer­tains chas­seurs, la forêt est à eux, ils devraient faire tout ce qu’ils veulent et où ils veulent ! Combien de fois des fores­tiers de l’ONF se sont fait foutre dehors parce que les chas­seurs ne com­pre­naient pas ce qu’ils fai­saient là… C’est de la folie !

Que doit-on faire, alors ? C’est assez dif­fi­cile. Il y a l’Histoire : dans la culture des fores­tiers, il y a un pan mili­taire. Notre posi­tion est contra­dic­toire. Un jour, on va être du côté de la gen­dar­me­rie parce qu’un délin­quant a lais­sé un dépôt d’or­dures ; le len­de­main, en manif’, on va être contre les gen­darmes. En géné­ral, ça ne se passe pas trop mal — du fait de notre fonc­tion. Mais le pro­blème, c’est que les forces de l’ordre obéissent quoi qu’il arrive : on leur dit « Allez‑y, gazez et tapez ! » Et ils le font ! Certains avec un malin plai­sir. Quand il y a un pro­blème en manif’, ce sont les forces de l’ordre qui le créent. La proxi­mi­té avec les forces de l’ordre s’efface donc. À l’op­po­sé, celle avec les zadistes s’affirmerait-elle ? Là encore, c’est com­plexe. On est allés à Bure — toute l’in­ter­syn­di­cale ne par­ti­cipe pas, mais on fait par­tie de col­lec­tifs comme SOS Forêt, avec la CGT Forêt et des asso­cia­tions envi­ron­ne­men­tales. Ça nous per­met d’al­ler au-delà du cor­po­ra­tisme, de déve­lop­per ces liens, d’é­lar­gir au-delà de la forêt. On était au Forum social de Montréal. On est éga­le­ment par­te­naires de syn­di­cats fores­tiers afri­cains — là, les pro­blé­ma­tiques ne sont pas les mêmes, les fores­tiers se font assas­si­ner par des contre­ban­diers… On sou­tient, en France, la lutte contre l’u­sine à pellets7Granulés de bois uti­li­sé pour le chauf­fage, fabri­qués en prin­cipe à par­tir de rési­dus de bois — souches, bois mort… mais aus­si à par­tir de bois impor­té à bas coût. sur le pla­teau de Millevaches ; on a fait nos assises natio­nales de la forêt à Gardanne, à côté d’une aber­rante usine à bio­masse — la moi­tié du bois va venir du Canada ! Ce qui stocke le car­bone, c’est le bois d’œuvre, ce sont les meubles… Brûler du bois, ce n’est pas bon. Pourtant, dans le contrat d’objectifs de l’État, il est noté que la bio­masse est l’énergie renou­ve­lable la plus pro­met­teuse ! C’est une catas­trophe. On va brû­ler les forêts pour des chiffres. Juste à titre d’exemple : pour obéir aux recom­man­da­tions éner­gé­tiques au niveau euro­péen, si on n’u­ti­li­sait que la filière bois-éner­gie, il fau­drait brû­ler toutes les forêts d’Europe…

(Maya Mihindou)

La forêt publique (25 % de la forêt fran­çaise et 40 % de la pro­duc­tion de bois) est pour­tant un bien com­mun : sa ges­tion concerne tout le monde. C’est le sens même de notre volon­té d’or­ga­ni­ser une Grande marche pour la forêt. On a épui­sé tous les res­sorts poli­tiques auprès de notre direc­tion. Au début, on se deman­dait : faut-il ébrui­ter les dérives au sein de l’ONF, au risque de don­ner une mau­vaise image de la ges­tion publique des forêts ? Mais on a vite vu qu’on avait besoin d’al­liés à l’ex­té­rieur. On a com­men­cé à pré­ve­nir les poli­tiques, les élus, mais ça n’a pas suf­fi. Les minis­tères de tutelle — Agriculture et Écologie — ne nous écoutent pas. On a démis­sion­né de toutes les ins­tances parce qu’on ne sert à rien là-bas. Eux, ils sont contents, ils n’ont plus d’emmerdeurs, mais au moins on ne sert plus de cau­tion. On a fait des manifs, mais tout le monde s’en fout. Certains se disent que ce sont des fonc­tion­naires qui ne font que se plaindre… Quand on fait grève, on n’est pas payés, et il faut faire le bou­lot der­rière quand même : c’est un cadeau à la direc­tion. L’opinion publique est notre der­nière car­touche : c’est d’elle dont on a besoin. Elle peut s’in­ves­tir et faire pen­cher, par­fois, la balance du bon côté. Le but de la Marche n’est pas tant de mar­cher ; c’est de com­mu­ni­quer auprès des per­sonnes concer­nées sans pas­ser néces­sai­re­ment par les médias. La Marche permet de mon­trer notre paci­fisme, d’al­ler à la ren­contre des élus, de faire des pro­jec­tions et des débats : on ne demande pas une aug­men­ta­tion de salaire — même si ce serait légi­time —, c’est vrai­ment pour la forêt, et pas la nôtre : celle de tous et de nos enfants. C’est un bien uni­ver­sel.

Ces griefs sont très proches de ceux des autres sec­teurs en dan­ger de nos jours. Si la conver­gence est pré­sente dans les dis­cours, c’est plus com­pli­qué dans les faits. Pour la Fête à Macron, on a réus­si à faire un peu d’in­ter­pro­fes­sion­nel avec les che­mi­nots et les finances publiques. Il y a du cor­po­ra­tisme, et chez nous par­ti­cu­liè­re­ment. On a été un corps d’ar­mée ; c’est une grande famille, mais une grande famille qui se regarde le nom­bril. Si la SNCF tombe, qu’est-ce qu’on pèse der­rière ? Il y a eu France Télécom, La Poste… Ils ne sont pas à 10 ans près, nos libé­raux ! On connaît les modes de fonc­tion­ne­ment : d’ad­mi­nis­tra­tion à éta­blis­se­ment public, d’é­ta­blis­se­ment public à socié­té ano­nyme. On entend qu’à l’ho­ri­zon 2020 notre direc­teur géné­ral veut sup­pri­mer le sta­tut déro­ga­toire ; il vient de geler tous les recru­te­ments de fonc­tion­naires sur deux ans (tout recru­te­ment s’orientera sur du per­son­nel de droit pri­vé). Quand les fonc­tion­naires ne seront plus capables de rem­plir leurs mis­sions réga­liennes, on se dira « Mais quelle est leur uti­li­té ? ». Et la ges­tion sera com­plè­te­ment pri­vée.


Photographie de ban­nière : Maya Mihindou
Portrait en vignette : T. Chassepoux


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec François-Xavier Drouet : « La forêt est un champ de bataille », octobre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Alessandro Pignocchi : « Un contre-pou­voir ancré sur un ter­ri­toire », sep­tembre 2018
☰ Lire notre article « N’être pas gou­ver­nés », Roméo Bondon, mai 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Baptiste Vidalou : « La Nature est un concept qui a fait faillite », février 2018
☰ Lire notre article « Bure réen­chante la lutte anti­nu­cléaire », Gaspard d’Allens, juin 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Marc Ona Essangui : « Des pré­da­teurs sont à la tête des gou­ver­ne­ments ! », décembre 2016

NOTES   [ + ]

1.Nda : Chaque fois que les écoles four­nissent des per­sonnes diplô­mées cor­res­pon­dant à des emplois, ces der­niers font par­tie de la fonc­tion publique. Il y a tout de même une déro­ga­tion pour cer­tains types de métiers : un géo­graphe ou un infor­ma­ti­cien, des savoirs spé­ci­fiques que l’on n’ac­quiert pas en école fores­tière.
2.Exploitation d’une seule essence d’arbre.
3.Une sta­tion fores­tière est un raf­fi­ne­ment de la notion de milieu par les fores­tiers, carac­té­ri­sant une éten­due de ter­rain homo­gène sur les plans du cli­mat, du relief, du sol et de la végé­ta­tion spon­ta­née.
4.Essence impor­tée d’Amérique du Nord pour sa crois­sance rapide, le pin dou­glas a été lar­ge­ment uti­li­sé dans les reboi­se­ment des mas­sifs de moyenne mon­tagne au XXe siècle en cultures mono­spé­ci­fiques.
5.Onzième Parc natio­nal, ce sera le pre­mier parc de plaine. Les 10 autres sont mon­ta­gnards (Vanoise, Écrins, Mercantour, Pyrénées, Cévennes), Maritimes (Port-Cros, Calanques) ou en Outre-Mer (Guyanne, Réunion, Guadeloupe). Un Parc natio­nal se carac­té­rise par une zone cœur cen­trale impo­sée et pro­té­gée, et une aire d’adhé­sion péri­phé­rique, à la pro­tec­tion plus lâche.
6.Label déli­vré par l’ONF depuis 2008 sur des forêts emblé­ma­tiques d’une ges­tion durable et aux carac­té­ris­tiques remar­quables. Parmi elles, la chê­naie de Tronçais, où a pris fin la Marche pour la forêt orga­ni­sée par l’in­ter­syn­di­cale de l’ONF.
7.Granulés de bois uti­li­sé pour le chauf­fage, fabri­qués en prin­cipe à par­tir de rési­dus de bois — souches, bois mort… mais aus­si à par­tir de bois impor­té à bas coût.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.