Nuit Debout : « Faire peur aux élites en prenant ensemble la rue »


Entretien inédit pour le site de Ballast

« Le pro­jet de loi Travail pour­ra bien être reti­ré, et Valls sau­ter, nous ne ren­tre­rons pas chez nous pour autant : ce monde qu’ils construisent avec achar­ne­ment pour nous mais contre nous, nous n’en vou­lons pas ! Un élan popu­laire est en train de naître », lance ce col­lec­tif né dans l’é­lan du film Merci patron !, de François Ruffin. Leur objec­tif ? Ne pas ren­trer chez soi après la mani­fes­ta­tion de demain, comme à chaque fois, mais occu­per une place, aux quatre coins du pays, afin de « débattre et construire concrè­te­ment la conver­gence ». Autrement dit : tout faire pour ras­sem­bler, sans sec­ta­risme ni divi­sions de clans et de clo­chers, les lycéens et les sala­riés, les chô­meurs et les syn­di­ca­listes, les éco­lo­gistes et tous ceux qui vivent la dis­cri­mi­na­tion au quo­ti­dien. Nous leur avons posé quelques ques­tions.


nuitComment est née l’i­dée de la Nuit Debout ? Sur quelle base et quel appel les per­sonnes se sont-elles regrou­pées ?

Dans cer­tains réseaux mili­tants, ça fait un moment qu’on essaie de mettre en œuvre cette conver­gence, mais l’i­dée s’est vrai­ment cris­tal­li­sée avec la dyna­mique du film Merci patron ! de François Ruffin (du jour­nal Fakir). Partout en France, les gens sortent du film en se posant la même ques­tion : « On fait quoi, main­te­nant ? » L’équipe de Fakir a alors orga­ni­sé à Paris une soi­rée inti­tu­lée « Leur faire peur », ras­sem­blant des militant.e.s asso­cia­tifs du droit au loge­ment, des sans-papiers ou des migrant.e.s, des lycéen.ne.s, des étudiant.e.s, des syn­di­ca­listes d’Air France et de Goodyear, des intermittent.e.s du spec­tacle, des pré­caires, ain­si que des hommes et des femmes de tous hori­zons… Plusieurs ont pris la parole pour par­ler du com­bat qu’ils por­taient et tous ont été una­nimes sur le fait qu’on ne pou­vait plus lut­ter cha­cun de son côté : au contraire, c’est en nous ras­sem­blant que nous pour­rions exer­cer un vrai rap­port de force. La pre­mière déci­sion col­lec­tive fut de dire : « Le 31 mars, on ne ren­tre­ra pas chez nous ! » On a tous enten­du par­ler des grandes mobi­li­sa­tions au Québec, en Espagne (avec les Indignés) ou aux États-Unis (avec Occupy Wall Street) : il s’a­git de s’ins­pi­rer de ces actions d’ampleur où les citoyens eux-mêmes décident d’occuper un lieu, de se ren­con­trer et d’a­gir à tra­vers un mou­ve­ment trans­ver­sal. Durant la Nuit debout, nous sou­hai­tons donc orga­ni­ser des assem­blées popu­laires pour débattre et construire concrè­te­ment la conver­gence. Tout l’enjeu est de réus­sir à faire de ce moment un espace de libé­ra­tion de la parole, afin de don­ner écho à toutes les luttes mais aus­si aux « sans voix » — tous ceux qu’on n’en­tend jamais dans les grands médias.

Et, concrè­te­ment, com­ment s’or­ga­nise cette mani­fes­ta­tion ?

Du mieux qu’on peut. Avec les com­pé­tences, les idées et les expé­riences de cha­cun, répar­ties dans plu­sieurs com­mis­sions consti­tuées de béné­voles motivé.e.s et venu.e.s de par­tout. Nous sou­hai­tons que la Nuit Debout mobi­lise éga­le­ment au-delà des habitué.e.s des mani­fes­ta­tions. Raison pour laquelle les com­mis­sions « ani­ma­tion » et « res­tau­ra­tion » s’oc­cupent de créer un espace « fes­ti­val » avec des groupes (HK, l’1consolable, la Rabia…), des fan­fares, et peut-être une pro­jec­tion en plein air du film Merci Patron ! — ain­si que quelques prises de parole. Quoi qu’il en soit, tout dépen­dra de nos moyens humains et maté­riels ! C’est pour­quoi nous espé­rons rece­voir l’aide d’un maxi­mum de béné­voles. Aussi, un pot com­mun a été ouvert, en ligne, afin de ras­sem­bler les fonds néces­saires.

Est-ce uni­que­ment un évé­ne­ment pari­sien ?

« Nous pou­vons blo­quer le pays et contraindre le gou­ver­ne­ment à entendre nos voix. »

Il a, en effet, été lan­cé à Paris. Nous y sommes nom­breux ; les res­sources et les forces vives y sont for­cé­ment les plus nom­breuses — mais il s’a­git avant tout d’un évé­ne­ment auto­gé­ré. À cha­cun de s’en empa­rer ! Il n’y a aucune volon­té de cen­tra­lisme pari­sien. Nous pen­sons au contraire qu’il s’a­git là d’une per­cep­tion faus­sée de la réa­li­té, du fait d’une sous-repré­sen­ta­tion média­tique des luttes locales. Aujourd’hui, nous sommes heu­reux d’être débor­dés et de voir qu’à Aubenas, Caen, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Le Mans, Nantes, Nice, Rennes, Reims et Toulouse, des Nuits Debout s’or­ga­nisent.

nuitnon

Occupation de place en Espagne (EFE/Chema Moya)

En quoi la conver­gence des luttes est-elle capable de « faire peur », comme vous dites ?

L’idée n’est pas neuve. Nous lut­tons cha­cun de notre côté et, pour­tant, en remon­tant à la racine de nos maux, nous dési­gnons tous le même enne­mi : l’o­li­gar­chie, affer­mie depuis 30 ans, qui ne s’oc­cupe que de pro­té­ger les inté­rêts de la classe domi­nante. Ce n’est pas com­pli­qué à com­prendre dès lors que l’on voit l’i­né­gale répar­ti­tion des richesses dans le monde ! D’après une étude de l’Observatoire des inéga­li­tés, les 10 % les plus riches du monde détiennent 86 % de la richesse mon­diale, alors que la moi­tié de la popu­la­tion mon­diale ne dis­pose que de 0,5 % de cette richesse. Le mil­liar­daire Warren Buffett a bien rai­son de décla­rer : « Il existe bel et bien une guerre des classes mais c’est ma classe, celle des riches, qui fait cette guerre et nous sommes en train de la gagner ! » Opposer à leurs pri­vi­lèges nos voix et nos actions, mais aus­si nos rêves, c’est le pari qu’on se lance pour la Nuit Debout. Si on par­vient à asso­cier la déter­mi­na­tion et le nombre, nous pou­vons blo­quer le pays et contraindre le gou­ver­ne­ment à entendre nos voix. Nous pou­vons faire peur aux élites en pre­nant ensemble la rue. C’est en nous ras­sem­blant que nous inver­se­rons le rap­port de force, alors à nous de « faire classe » !

Et quels résul­tats atten­dez-vous ?

Pour le moment, on se consi­dère comme une grosse équipe logis­tique qui s’est défi­nie comme objec­tif de per­mettre l’oc­cu­pa­tion de la place de la République, à Paris, le 31 mars à par­tir de 18 heures — après la mani­fes­ta­tion et pour les trois jours qui sui­vront, comme cela a été décla­ré en pré­fec­ture. La suite ne dépend pas de nous mais de ceux qui se recon­naî­tront dans le mou­ve­ment et qui le pren­dront en main. On consi­dère que la machine doit se lan­cer. Ensuite, on espère qu’elle vivra ! Pour nous, la Nuit Debout n’est pas la fin de quelque chose mais le début d’un mou­ve­ment ; c’est avant tout cela, la conver­gence. On veut ras­sem­bler le plus lar­ge­ment pos­sible ceux qui se recon­naissent dans notre constat, et avan­cer ensemble à tra­vers une nou­velle façon de faire : c’est-à-dire faire sens et faire com­mun.


Si vous vou­lez sou­te­nir ou par­ti­ci­per à la Nuit Debout : contactconvergencedesluttes@lists.riseup.net

http://www.convergence-des-luttes.org


Ont répon­du à nos ques­tions : « tou.te.s les Camille du col­lec­tif Convergence des luttes ».


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec François Ruffin : « Camping est un bon film poli­tique », mars 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Philippe Poutou : « Rejeter la loi et pré­pa­rer la lutte », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Usul : « Réinventer le mili­tan­tisme », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Emmanuel Daniel : « L’émancipation ne doit pas être réser­vée à ceux qui lisent », jan­vier 2016
☰ Lire « Appel à un mou­ve­ment socia­liste et popu­laire – par George Orwell » (Memento), jan­vier 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Almamy Kanouté, « Il faut fédé­rer tout le monde », juillet 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.