Machine à expulser : Brussels Airlines à la manœuvre


Texte inédit pour le site de Ballast

Chaque année, la com­pa­gnie aérienne Brussels Airlines par­ti­cipe à un grand nombre d’expulsions de per­sonnes migrantes. En cause ? Un titre de séjour jugé irré­gu­lier par les auto­ri­tés belges. Née le 15 février 2002 après la faillite de la com­pa­gnie Sabena, elle n’est tou­te­fois pas la seule à exé­cu­ter de telles déci­sions. Un col­lec­tif s’est créé autour de la cam­pagne Brussels Airlines Stop Deportations : il entend dénon­cer la col­la­bo­ra­tion de la com­pa­gnie avec l’État et aspire à la pous­ser à y mettre fin. Il revient, ici, sur l’an­crage colo­nial de l’en­tre­prise — et ses réper­cus­sions contem­po­raines.


Brussels Airlines se reven­dique « spé­cia­liste de l’Afrique » et relie Bruxelles à 28 des­ti­na­tions sur le conti­nent afri­cain. Ce fait n’est pas le fruit du hasard ni celui de la simple conjonc­ture éco­no­mique, mais bien le pro­duit d’une his­toire colo­niale : celle de la Belgique et de la com­pa­gnie aérienne natio­nale de l’époque, la Société ano­nyme belge d’ex­ploi­ta­tion de la navi­ga­tion aérienne, plus connue sous le nom de Sabena. L’historien Guy Vanthemsche assure d’ailleurs que « le Congo a tou­jours occu­pé une place impor­tante dans l’histoire de l’aéronautique belge1 ». Dès sa créa­tion, en 1923, la Sabena par­ti­cipe à l’entreprise colo­niale belge. La mis­sion qu’on lui assigne est d’assurer des liens aériens entre la Belgique et le Congo belge, colo­nie depuis la Conférence de Berlin de 1884–1885. Le 12 février 1925, un vol inédit est orga­ni­sé par la Sabena pour rejoindre en 51 jours Léopoldville, au départ de l’aé­ro­port de Haeren/Melsbroek. Aux com­mandes, Edmond Thieffry, un « as » de l’a­via­tion mili­taire belge durant la Première Guerre mon­diale. Lors de la période qui suit, les femmes belges reviennent régu­liè­re­ment afin d’ac­cou­cher en Belgique, avant de retour­ner au Congo avec leurs nour­ris­sons. Dans les années 1950, la Sabena orga­nise même des « nur­se­ry flights », que la com­pa­gnie pré­sente comme des ser­vices spé­ciaux sur la liai­son Congo/Belgique pour pas­sa­gers accom­pa­gnés d’enfants — et même pour enfants non accom­pa­gnés âgés de 3 à 12 ans, avec des ber­ceaux, des ser­vices de pué­ri­cul­ture et des jeux orga­ni­sés à bord de l’avion.

« Dès sa créa­tion, en 1923, la Sabena a par­ti­ci­pé à l’entreprise colo­niale belge. »

En 1961, quelques mois après l’indépendance du Congo, c’est un avion de la Sabena qui amène le mili­tant anti­co­lo­nia­liste et ancien Premier ministre Patrice Lumumba — que les auto­ri­tés belges nomment alors le « colis » —, ain­si que ses com­pa­gnons Maurice Mpolo et Joseph Okito, à Elisabethville. Durant le vol, les déte­nus sont frap­pés avec une telle inten­si­té que l’équipage belge ver­rouille la porte du poste de pilo­tage et se bouche les oreilles « pour ne pas entendre les cris des sup­pli­ciés », comme le racon­te­ra la jour­na­liste Colette Braeckman. Lorsque le gou­ver­ne­ment katan­gais accueille la « livrai­son », des conseillers belges informent le ministre des Affaires afri­caines, le comte d’Aspremont Lynden, via l’attaché au cabi­net des Affaires étran­gères Étienne Davignon — lequel, depuis l’ambassade belge de Léopoldville, assure la liai­son avec la Belgique. Le 7 novembre 2001, la Sabena fait offi­ciel­le­ment faillite ; SN Brussels Airlines va naître de ses cendres quelques mois plus tard, en février 2002. En avril de la même année, l’Afrique fait son retour dans le réseau de la com­pa­gnie avec un vol vers Kinshasa, capi­tale de la République démo­cra­tique du Congo. Dès l’été 2002, 13 des­ti­na­tions com­posent déjà son « réseau afri­cain » : Abidjan, Banjul, Conakry, Dakar, Douala, Entebbe, Freetown, Kigali, Kinshasa, Luanda, Monrovia, Nairobi et Yaoundé2. Depuis, Brussels Airlines n’a jamais ces­sé sa col­la­bo­ra­tion avec l’État belge dans sa poli­tique d’expulsion de per­sonnes migrantes.

En 1974, la fer­me­ture des fron­tières belges a eu un impact direct sur les pos­si­bi­li­tés d’entrer et de s’établir sur le ter­ri­toire, avec pour consé­quence d’accroître le nombre de per­sonnes dites « sans-papiers » (entendre : arres­ta­tion, enfer­me­ment et expul­sion). La loi du 6 mai 1993 a ensuite pour objec­tif d’élargir les pos­si­bi­li­tés de main­tien des per­sonnes sans titre de séjour en centres fer­més afin de « garan­tir l’éloignement effec­tif de cer­taines caté­go­ries de deman­deurs d’asile ». Ces nou­velles mesures, for­te­ment cri­ti­quées par de nom­breuses orga­ni­sa­tions telles que la Ligue des droits de l’Homme3, don­ne­ront à la Sabena un rôle nou­veau dans l’exécution des poli­tiques migra­toires belges. Le 22 sep­tembre 1998, c’est à bord d’un Airbus de la com­pa­gnie qu’une jeune femme nigé­riane du nom de Semira Adamu est assas­si­née, étouf­fée par les gen­darmes à l’aide d’un cous­sin, alors qu’elle subit sa sixième ten­ta­tive d’expulsion. Neuf gen­darmes et trois membres de la sécu­ri­té de la Sabena sont mobi­li­sés ce jour-là. L’équipage — et en par­ti­cu­lier le pilote de l’avion, pour­tant « seul maître à bord » aux yeux de la loi — se contente d’appeler une équipe médi­cale une fois pré­ve­nu de l’arrêt res­pi­ra­toire de la jeune femme, après 11 minutes d’étouffement.

(Mona Dworkin)

Au croisement des violences

L’une des carac­té­ris­tiques de l’occupation colo­niale du Congo belge (et des autres pays colo­ni­sés) rési­dait dans la répar­ti­tion extrê­me­ment inégale des capa­ci­tés à faire usage de sa liber­té de cir­cu­la­tion. Du côté du colo­ni­sa­teur, la liber­té de cir­cu­la­tion et d’installation était for­te­ment encou­ra­gée poli­ti­que­ment et léga­le­ment, alors que le sort des per­sonnes colo­ni­sées se résu­mait en deux mots : contrôle des dépla­ce­ments et déten­tion. Force est de consta­ter que de tels méca­nismes sont encore à l’œuvre actuel­le­ment vis-à-vis des migrant·e·s. D’un côté, une rela­tive faci­li­té et un encou­ra­ge­ment à se dépla­cer dans la majo­ri­té du monde pour les Européen·ne·s ; de l’autre, des fron­tières qui s’ap­puient sur des méca­nismes de contrôle (Agence euro­péenne de garde-côtes et garde-fron­tières Frontex, visas, sys­tème de sur­veillance de don­nées PNR, enre­gis­tre­ments d’empreintes, etc.) et de répres­sion, sui­vant un sché­ma de rafles, d’arrestations et d’expulsions. Le nombre de per­sonnes mortes aux fron­tières, les vio­lences poli­cières (psy­cho­lo­giques et phy­siques) sys­té­ma­tiques, les arres­ta­tions arbi­traires et les pri­va­tions de liber­tés sont autant d’éléments attes­tant qu’il existe tou­jours une hié­rar­chi­sa­tion ins­ti­tu­tion­na­li­sée des vies humaines propre aux logiques colo­niales. Face à cette vio­lence d’État, des détenu·e·s « mis·es à dis­tance » luttent à l’intérieur des centres fer­més par des actes de résis­tance et de soli­da­ri­té : dénon­cer les réa­li­tés des centres fer­més et des expul­sions sans cesse invi­si­bi­li­sées, enta­mer des grèves de la faim qui durent par­fois plu­sieurs semaines et/ou refu­ser des expul­sions au risque de subir des coups et bles­sures impor­tants. Autant d’actions d’autodéfense ou de résis­tances indi­vi­duelles et col­lec­tives qui se voient lour­de­ment répri­mées — trans­ferts dans d’autres centres de déten­tion, iso­le­ments, menaces, humi­lia­tions et vio­lences mul­tiples. Sans oublier celles et ceux d’entre les détenu·e·s qui, par­fois, en viennent à s’automutiler ou tentent de se sui­ci­der.

« Du côté du colo­ni­sa­teur, la liber­té de cir­cu­la­tion et d’installation était for­te­ment encou­ra­gée poli­ti­que­ment et léga­le­ment. »

Le 30 octobre 2019, un nou­veau témoi­gnage de vio­lences poli­cières à bord d’un avion de Brussels Airlines sort dans la presse. La femme vic­time déclare : « J’ai été tor­tu­rée hier par la police belge dans un avion de SN Brussels Airlines à 11 heures. Ils ont main­te­nu ma tête appuyée entre les jambes du poli­cier. […] Chaque fois que je criais à l’aide, ils me ser­raient la bouche, me frap­paient la bouche et me tor­tu­raient davan­tage. […] On me trai­tait comme un ani­mal, ils me bat­taient très fort, ils me tenaient le cou et la gorge. Je ne pou­vais pas crier. […] Le poli­cier est venu me voir et m’a deman­dé : Tu sais pour­quoi tu retournes en Afrique ? Tu ne sais pas ? J’ai répon­du que j’allais me marier mais que la police m’a emme­née de chez moi au centre fer­mé. Puis il m’a dit : Oh, je te ren­voie en Afrique. Si tu ne veux pas y aller, on va te frap­per et te mettre dans l’avion pour que tu y ailles de force. » Le seul fait d’être dépourvu·e d’un titre de séjour valable entraîne de fac­to un refus des droits les plus fon­da­men­taux ain­si qu’une pré­ca­ri­té des condi­tions de vie, du fait, notam­ment, des emplois non-décla­rés et sous-payés dans les sec­teurs les plus dif­fi­ciles. Dans cette situa­tion, les femmes (mais éga­le­ment les per­sonnes LGBTQI+) dont le titre de séjour est jugé irré­gu­lier sont, plus encore que les hommes, sus­cep­tibles d’être confron­tées à des actes racistes et sexistes — sur­tout dans des contextes de pré­ca­ri­sa­tion. Comme l’écrit le Comité des femmes sans-papiers dans un tract en date de 2016 : « Il faut lut­ter pour la régu­la­ri­sa­tion de tous les sans-papiers afin qu’ils puissent dis­po­ser des mêmes droits que les autres tra­vailleurs et qu’ils ne puissent plus être ins­tru­men­ta­li­sés pour dimi­nuer les condi­tions de vie de l’ensemble. Parallèlement, il nous faut lut­ter col­lec­ti­ve­ment contre toute forme de sexisme, pour des loge­ments abor­dables, des ser­vices publics de qua­li­té et des emplois et des reve­nus décents per­met­tant l’indépendance finan­cière des femmes. »

« Spécialistes de l’Afrique »

Suite à la faillite de la Sabena, la créa­tion de SN Brussels Airlines est lan­cée par un consor­tium d’in­ves­tis­seurs, dont fait par­tie toute une série de groupes finan­ciers et d’in­dus­triels conduits par Étienne Davignon et Maurice Lippens. Ce der­nier, comte de son titre, est le petit-fils de Maurice Auguste Lippens, lequel fut pré­sident du Sénat et Gouverneur géné­ral du Congo belge au début des années 1920. Homme d’af­faires, l’hé­ri­tier est connu pour avoir été le pré­sident du groupe finan­cier Fortis, de 1990 à 2008 ; il est éga­le­ment le frère du bourg­mestre de la com­mune de Knokke-Heist, Leopold Lippens, qui sug­gé­rait au sujet des per­sonnes sans-papiers lors d’une inter­view en 2016 : « Qu’on fasse un camp comme à Guantanamo. Sans les tor­tu­rer. Et qu’on les envoie dans leur pays ! » Issu d’une famille de gros pro­prié­taires ter­riens, Maurice Lippens est éga­le­ment actif dans le sec­teur du sucre via le groupe Finasucre, pré­sent sur les cinq conti­nents — République démo­cra­tique du Congo incluse. Le vicomte Étienne Davignon, atta­ché au cabi­net des Affaires étran­gères lors de l’assassinat de Lumumba en 1961, a été chef de cabi­net du Premier ministre Pierre Harmel4, pré­sident de l’Agence inter­na­tio­nale de l’énergie5 puis vice-pré­sident de la Commission européenne6. Membre du groupe Bilderberg depuis 1974, il le pré­side jusqu’en 1999 — avant d’en deve­nir pré­sident hono­raire. Il est en outre pré­sident de la banque Société géné­rale de Belgique puis vice-pré­sident de Suez-Tractebel. Le roi des Belges Albert II lui octroie le titre de ministre d’État en 2004. La famille de Lumumba dépose plainte contre lui le 23 juin 2011 : pour crimes de guerre, tor­tures et trai­te­ments inhu­mains et dégra­dants. Un arrêt de la chambre des mises en accu­sa­tion de Bruxelles auto­rise en 2012 la pour­suite de l’ins­truc­tion, qui men­tionne notam­ment Davignon dans la liste des 10 per­sonnes mises en cause. En 2019, il est encore pré­sident du Conseil d’administration de Brussels Airlines et inter­vient régu­liè­re­ment dans les médias afin de repré­sen­ter l’en­tre­prise.

(Mona Dworkin)

Pendant plu­sieurs années, des orga­ni­sa­tions telles que le Collectif contre les expul­sions ont dénon­cé la par­ti­ci­pa­tion de la Sabena à ces nom­breuses expul­sions. En 2014, la Belgique a dépen­sé au moins 8 816 000 euros pour sa poli­tique de « rapa­trie­ment et d’éloignement »7. En plus des frais liés aux escortes de la police fédé­rale, com­po­sées d’agents volon­taires afin de pro­cé­der aux expul­sions, à l’accompagnement médi­cal ou à cer­taines démarches admi­nis­tra­tives, cette somme com­prend l’achat des billets d’avion des per­sonnes expul­sées ain­si que de leur escorte. Outre les expul­sions que la com­pa­gnie opère via ses vols com­mer­ciaux, l’entreprise agit de manière encore plus active : des agents de Brussels Airlines ont la pos­si­bi­li­té de se rendre dans les centres fer­més afin de ten­ter de convaincre les per­sonnes déte­nues d’accepter leur refou­le­ment. Plusieurs témoi­gnages de détenu·e·s confirment la per­sis­tance de cette pra­tique. En sep­tembre 2013, des détenu·e·s du centre fer­mé Caricole alertent ain­si le col­lec­tif belge Getting The Voice Out : des agents de Brussels Airlines les ont rencontré·e·s et ont eu accès à leur dos­sier par le tru­che­ment d’une assis­tante sociale du centre de tran­sit.

« Des agents de Brussels Airlines ont la pos­si­bi­li­té de se rendre dans les centres fer­més afin de ten­ter de convaincre les per­sonnes déte­nues d’accepter leur refou­le­ment. »

Pour com­prendre cette pra­tique, il est néces­saire de rap­pe­ler que la Convention de Chicago du 7 décembre 1944, rela­tive à l’aviation civile inter­na­tio­nale, impose aux trans­por­teurs aériens de res­pec­ter, sous peine de sanc­tions, les lois et les règle­ments des États en matière d’immigration. La loi8 oblige le « trans­por­teur public ou pri­vé » à rame­ner au lieu de départ, à ses frais, les per­sonnes ache­mi­nées alors qu’elles ne dis­po­saient pas des docu­ments requis par les auto­ri­tés du pays. Cette obli­ga­tion est la seule à contraindre léga­le­ment les com­pa­gnies à pro­cé­der à des expul­sions (appe­lées dans ce cas des « refou­le­ments ») ; elle ne concerne pas les « per­sonnes à éloi­gner », les­quelles se trouvent déjà sur le ter­ri­toire belge. Ajoutons enfin qu’un arrê­té ministériel9 du 11 avril 2000 pré­voit, quel que soit le cas, que « le com­man­dant de bord est char­gé de déci­der s’il y a lieu ou non d’ac­cep­ter à son bord le pas­sa­ger ». Face à cette situa­tion, un accord a été signé le 24 mai 2000 entre la Sabena et le ministre de l’Intérieur de l’époque, Antoine Duquesne, afin, entre autres choses, de dimi­nuer les amendes et de pré­voir des escortes com­po­sées d’agents de sécu­ri­té de la com­pa­gnie.

Les juristes Caroline Intrand et Pierre-Arnaud Perrouty ont écrit en 2005 : « Ce pro­to­cole d’accord auto­ri­sait la com­pa­gnie à avoir des contacts avec les per­sonnes à refou­ler en vue de les pré­pa­rer au départ. L’actuelle SN Brussels Airlines a repris cet accord à son compte : des témoi­gnages, confir­més par des membres de l’administration, indiquent que des agents de la SN Brussels Airlines se rendent dans les centres fer­més pour ten­ter de convaincre les per­sonnes de repar­tir par leurs lignes. Avec, à la clé, des inci­ta­tions diverses (géné­ra­le­ment une somme d’argent ou l’offre de billets sur des lignes inté­rieures du pays de des­ti­na­tion) et, au besoin, des menaces expli­cites : Si vous ne par­tez pas avec nous, ce sera par avion mili­taire !10. » Selon des témoi­gnages publiés en 2013 par Getting The Voice Out, il semble que cela per­dure : Brussels Airlines pro­pose ain­si « que la per­sonne à expul­ser col­la­bore et se laisse expul­ser sans escorte et qu’en contre­par­tie la com­pa­gnie leur don­ne­rait 250 euros à l’arrivée au pays ». Outre l’apparent enjeu éco­no­mique pré­sent der­rière ces pra­tiques de per­sua­sion, il est à sup­po­ser que des refou­le­ments sans encombre ni pro­tes­ta­tion assurent la pré­ser­va­tion de l’image de l’entreprise auprès des autres passager·e·s présent·e·s dans l’avion. Suite à l’ac­qui­si­tion de la tota­li­té du capi­tal de Brussels Airlines par la Lufthansa, Théo Francken, alors secré­taire d’État à l’a­sile et la migra­tion, a témoi­gné à sa façon des liai­sons dan­ge­reuses qui unissent l’État belge et la com­pa­gnie, par un tweet en date du 5 février 2018 : « Avec des mil­liers de vols de retour par an, l’Office des étran­gers est pro­ba­ble­ment l’un des plus gros clients de @FlyingBrussels. Nous croi­sons les doigts pour un résul­tat posi­tif. » Il appa­raît que, là encore, Brussels Airlines ne se soit pas débar­ras­sée des vieux démons de sa mère Sabena.

(Mona Dworkin)

S’opposer aux expulsions : question d’éthique

Dès les années 1920, la Sabena s’ouvrait et par­ti­ci­pait à des œuvres de cha­ri­té alors que les pro­fits qu’elle reti­rait de cette période colo­niale étaient peu cri­ti­qués. Aujourd’hui, la col­la­bo­ra­tion active de Brussels Airlines dans la poli­tique d’expulsions mas­sives de la Belgique est peu connue et passe rela­ti­ve­ment inaper­çue. Au tra­vers de sa fon­da­tion, Brussels Airlines défi­nit sa res­pon­sa­bi­li­té socié­tale en ces termes : « En tant que spé­cia­listes de l’Afrique, nous sommes en contact régu­lier avec les com­mu­nau­tés et les per­sonnes les plus dému­nies de ce conti­nent. Par consé­quent, nous vou­lons créer de la valeur pour la socié­té locale afri­caine. » Les per­sonnes expul­sées sont « dému­nies » ou mena­cées ; elles fuient des situa­tions de vio­lence dans leur pays d’origine, que celles-ci soient poli­tiques, sociales, éco­no­miques ou cli­ma­tiques. Les expul­ser revient à agir en contra­dic­tion totale avec les inten­tions affi­chées par l’entreprise. Dans le Code de conduite du groupe Lufthansa11, auquel appar­tient Brussels Airlines depuis 2017, on peut lire : « Nous esti­mons et res­pec­tons la digni­té de nos employés, clients et par­te­naires. Nous n’acceptons aucune forme de dis­cri­mi­na­tion du fait du sexe, de l’âge, de la cou­leur de peau, de l’origine, de la natio­na­li­té, de la confes­sion reli­gieuse, de l’orientation sexuelle, d’un han­di­cap, des idées poli­tiques et d’une acti­vi­té syn­di­cale. »

« La col­la­bo­ra­tion active de Brussels Airlines dans la poli­tique d’expulsions mas­sives de la Belgique est peu connue et passe rela­ti­ve­ment inaper­çue. »

Les per­sonnes mortes en mer et sur terre, la consi­dé­ra­tion d’êtres humains comme « illé­gaux » (faute d’un titre de séjour valable), les logiques de tri entre « bons et mau­vais migrants » (au mépris du prin­cipe d’égalité), la mise à dis­tance et l’enfermement ain­si que la mul­ti­pli­ca­tion des dis­po­si­tifs de contrôle : autant de consé­quences déshu­ma­ni­santes que pro­duisent, en Europe, les fron­tières et leur conso­li­da­tion. Les expul­sions opé­rées par les com­pa­gnies aériennes sont par­ties pre­nantes de ce sys­tème. De nom­breux récits de per­sonnes expul­sées et de témoins attestent de vio­lences poli­cières et de pas­sages à tabac régu­liers, de pres­sions psy­cho­lo­giques, d’in­sultes racistes et sexistes, de menaces, de tech­niques d’im­mo­bi­li­sa­tion (par admi­nis­tra­tion de séda­tifs, sau­cis­son­nage…) ou de silen­cia­tion (en cou­pant la res­pi­ra­tion ou en riant plus fort que les pleurs des per­sonnes expul­sées), de ten­ta­tives de sui­cide, voire de meurtre. Pourtant, aucun de ces drames ni aucunes des inco­hé­rences fon­da­men­tales sou­le­vées ne semblent enta­cher l’image de la com­pa­gnie.

Lorsqu’une com­pa­gnie aérienne est enjointe à prendre posi­tion à l’encontre des poli­tiques d’un État dans lequel elle tra­vaille, la réponse la plus com­mune est de dire qu’une entre­prise n’a pas pour rôle de faire de la poli­tique. On l’a récem­ment vu en Australie lors d’une cam­pagne, tou­jours en cours, visant la com­pa­gnie aus­tra­lienne Qantas. Alors que la poli­tique migra­toire aus­tra­lienne est for­te­ment cri­ti­quée sur le plan inter­na­tio­nal, Qantas y par­ti­cipe en expul­sant mas­si­ve­ment les per­sonnes exi­lées. Lors de l’assemblée géné­rale annuelle d’octobre 2018, une demande visant à revoir la poli­tique d’ex­pul­sion for­cée de deman­deurs d’a­sile a été reje­tée et le pré­sident du Conseil d’administration, Leigh Clifford, a répon­du que « le gou­ver­ne­ment qui éla­bore la poli­tique d’immigration et éva­lue les cas indi­vi­duels, et les tri­bu­naux qui entendent les appels, sont les mieux pla­cés pour prendre des déci­sions concer­nant des ques­tions com­plexes en matière d’immigration ». Les cam­pagnes menées en direc­tion des com­pa­gnies ne leur demandent pas de se sub­sti­tuer aux gou­ver­ne­ments ou aux juri­dic­tions des pays, mais uni­que­ment de prendre posi­tion et de refu­ser de par­ti­ci­per à des poli­tiques allant à l’encontre des valeurs qu’elles pré­tendent défendre. Dans ses « Principes direc­teurs rela­tifs aux entre­prises et droits de l’Homme », l’ONU rap­pelle que la res­pon­sa­bi­li­té de res­pec­ter ces droits incombe à toutes les entre­prises, et ajoute que cette res­pon­sa­bi­li­té « existe indé­pen­dam­ment des capa­ci­tés et/ou de la déter­mi­na­tion des États de rem­plir leurs propres obli­ga­tions en matière de droits de l’Homme et ne res­treint pas ces der­nières. Elle pré­vaut en outre sur le res­pect des lois et règle­ments natio­naux qui pro­tègent les droits de l’Homme ».

(Mona Dworkin)

Des déci­sions récentes illus­trent la volon­té de cer­taines com­pa­gnies aériennes de se posi­tion­ner vis-à-vis de mesures gou­ver­ne­men­tales en matière migra­toire, prou­vant par là même que de tels actes sont pos­sibles. Lors de la polé­mique née de l’annonce d’enfants sépa­rés de leurs parents aux États-Unis, des com­pa­gnies comme American, Frontier et Southwest and United Airlines ont déci­dé en juin 2018 de refu­ser ces expul­sions. Le PDG de United, Oscar Munoz, a annon­cé à la presse : « En rai­son de nos pré­oc­cu­pa­tions sérieuses au sujet de cette poli­tique et de sa pro­fonde contra­dic­tion avec les valeurs de notre socié­té, nous avons contac­té des res­pon­sables fédé­raux pour les infor­mer qu’ils ne devraient pas trans­por­ter d’en­fants immi­grés dans des avions United sépa­rés de leurs parents. » Au Royaume-Uni, suite au scan­dale de la géné­ra­tion Windrush12 et à la cam­pagne du col­lec­tif Lesbians and gays sup­port the migrants, Virgin Atlantic a annon­cé au même moment qu’elle met­tait fin aux expul­sions for­cées, invo­quant là encore les valeurs de l’entreprise. Un porte-parole de la com­pa­gnie de com­men­ter : « Le mois der­nier, nous avons pris la déci­sion de mettre fin à toutes les expul­sions invo­lon­taires sur notre réseau et avons déjà infor­mé le minis­tère de l’Intérieur. Nous pen­sons que cette déci­sion est dans l’intérêt de nos clients et de notre per­son­nel et qu’elle est conforme à nos valeurs en tant qu’entreprise. » En octobre de la même année, la fédé­ra­tion syn­di­cale de l’International Transport Workers’ Federation a lan­cé un appel en ce sens aux com­pa­gnies aériennes.

À l’image de l’opposition d’un grand nombre de commandant·e·s de bord et de passager·e·s, ain­si que de mul­tiples cam­pagnes inter­na­tio­nales, la socié­té civile se mobi­lise de plus en plus contre ces pra­tiques bru­tales. Ces expul­sions sont atten­ta­toires à de nom­breux droits fon­da­men­taux, par­mi les­quels le droit de vivre digne­ment, le droit à la liber­té et à ne pas subir de trai­te­ments inhu­mains et dégra­dants. Les pro­fits que la com­pa­gnie en tire se font au détri­ment des valeurs qu’elle pré­tend défendre. Au nom de ses valeurs et de sa res­pon­sa­bi­li­té à l’é­gard de la socié­té, il est temps pour Brussels Airlines de prendre posi­tion et, à son tour, de mettre fin aux expul­sions des per­sonnes migrantes.


Illustrations de ban­nière et de vignette : Mona Dworkin


REBONDS

☰ Lire notre témoi­gnage « Semira Adamu — résis­ter en centre fer­mé », sep­tembre 2018
☰ Lire notre repor­tage « Italie-France : pas­ser la fron­tière », décembre 2017
☰ Lire notre repor­tage « Andalousie : la mer de plas­tique et le fan­tôme de Juan Goytisolo », Louis Raymond et Ramiro Gonzalez Coppari, décembre 2017
☰ Lire notre témoi­gnage « De réfu­gié à fugi­tif », novembre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec le Gisti : « Droit d’a­sile, ça se dur­cit d’an­née en année », novembre 2017
☰ Lire notre témoi­gnage « Ne pas lais­ser de traces — récit d’exil », Soufyan Heutte, juillet 2016

  1. Guy Vanthemsche, La Sabena, l’aviation com­mer­ciale belge, 1923–2001 — Des ori­gines au crash, De Boeck, 2002, p. 60.
  2. Communiqué de presse « Brussels Airlines — 15 ans de vols vers le conti­nent afri­cain », 17 août 2017.
  3. Jean-Paul Brilmaker, « Une honte pour un pays civi­li­sé ! », Le Soir, 17 février 1998.
  4. De 1964 à 1969.
  5. De 1974 à 1977.
  6. De 1981 à 1985.
  7. « Centres fer­més pour étran­gers : état des lieux », 2016, p. 23.
  8. Art. 74/4 de la loi du 15 décembre 1980 sur l’accès au ter­ri­toire, le séjour, l’établissement et l’éloignement des étran­gers.
  9. Arrêté minis­té­riel du 11 avril 2000 règle­men­tant les condi­tions de trans­port à bord des aéro­nefs civil des pas­sa­gers pré­sen­tant des risques par­ti­cu­liers sur le plan de la sûre­té.
  10. Caroline Intrand et Pierre-Arnaud Perrouty, « La Diversité des camps d’é­tran­gers en Europe : pré­sen­ta­tion de la carte des camps de Migreurop », Cultures & Conflits, n° 57, 2005/1.
  11. Code de conduite du groupe Lufthansa, ver­sion Février 2018, p. 9.
  12. Des dizaines de mil­liers de per­sonnes ori­gi­naires des Caraïbes n’étant pas en mesure de prou­ver leur citoyen­ne­té bri­tan­nique mena­cées d’expulsion.
Brussels Airlines Stop Deportations
Brussels Airlines Stop Deportations

La campagne Brussels Airlines Stop Deportations vise à dénoncer la collaboration de la compagnie aérienne dans les expulsions de personnes migrantes, et à la pousser à y mettre fin. Elle s'inscrit plus largement dans une lutte contre les frontières et toutes les logiques de criminalisation et de détention des personnes exilé.e.s.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre neuvième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Marie et Thierry : le pain et la terre (Roméo Bondon) ▽ Les ouvriers sacrifiés de l'industrie du verre (Léonard Perrin) ▽ Rencontre avec Aminata Traoré ▽ Émancipation socialiste et religions (avec Stéphane Lavignotte et Nedjib Sidi Moussa) ▽ Le pouvoir chinois en quête du nouvel Homme (Wang Daoxiu) ▽ Une grève de femmes de chambre (Louise Rocabert) ▽ L'eau est si belle que je m'y suis baignée (Magali Cazo) ▽ Animaux de laboratoire : voir la réalité en face (Audrey Jougla) ▽ Quand on sabote la montagne (Élie Marek et Lucas Guazzone) ▽ Suprématie mâle : histoire d'un concept (Francis Dupuis-Déri) ▽ La Nouvelle Métisse : paroles de Gloria Anzaldúa (Maya Mihindou) ▽ Hirak algérien, An I (Awel Haouati) ▽ Drôle de temps, ami (Maryam Madjidi) ▽ Déplacements (Laëtitia Ajanohun) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.