Le transhumanisme, ce nouvel eugénisme


« Jamais le besoin de recon­naître notre appar­te­nance à la Terre n’avait été aus­si pres­sant, et pour­tant jamais le déni de notre dépen­dance à la Terre et à l’intégrité de ses éco­sys­tèmes ne s’était affir­mé avec une telle force. » Partant d’un tel para­doxe, Pierre Madelin, tra­duc­teur et essayiste éco­lo­giste d’ins­pi­ra­tion liber­taire, revient dans La Terre, les corps, la mort, sur le rap­port qu’ont entre­te­nu et conti­nuent d’en­tre­te­nir les socié­tés occi­den­tales avec la mort à l’é­chelle indi­vi­duelle aus­si bien que col­lec­tive. Le constat est sans appel : la mort (et, au-delà, la des­truc­tion de la vie sur Terre), fait l’ob­jet d’un déni. La pla­nète ne serait qu’un lieu d’exil ; les corps de simples enve­loppes pas­sa­gères. Le transhuma­nisme, dont il est ques­tion dans cet extrait, appa­raît ain­si comme l’ul­time muta­tion du rap­port qui se tisse à la mort depuis deux mil­lé­naires. Malgré l’in­croyable déploie­ment tech­no­lo­gique impli­qué et le dis­cours futu­riste expri­mé, la nou­veau­té n’est qu’ap­pa­rente : le trans­hu­ma­nisme n’est que de la reprise d’un vieux rap­port au vivant, à la matière, à la fini­tude de toute chose. Pire, le trans­hu­ma­nisme condui­rait à la sélec­tion dis­cri­mi­na­toire pour le salut d’une huma­ni­té aug­men­tée et pri­vi­lé­giée. À rebours d’une telle pers­pec­tive, l’au­teur nous enjoint de renouer avec une condi­tion en phase avec notre milieu de vie — autre­ment dit : avec une condi­tion pro­pre­ment ter­restre.


Par la foi abso­lue dont il témoigne à l’égard des sciences et des tech­no­lo­gies, par la confiance inébran­lable qu’il mani­feste envers la pos­si­bi­li­té d’un ave­nir tou­jours meilleur, le trans­hu­ma­nisme s’inscrit bien évi­dem­ment dans la longue his­toire de l’idéologie du Progrès. Nulle catas­trophe ne semble pou­voir ébran­ler cette confiance. Nul désastre, pas­sé, pré­sent ou à venir, ne semble pou­voir ter­nir les repré­sen­ta­tions radieuses que les trans­hu­ma­nistes se font du futur. Que le XXe siècle ait été une suc­ces­sion de mas­sacres et que le XXIe siècle s’annonce comme le moment de l’effondrement sys­té­mique de la civi­li­sa­tion indus­trielle ne semble guère les trou­bler. Que la science et la tech­no­lo­gie aient joué et conti­nuent à jouer un rôle pri­mor­dial dans la dévas­ta­tion du monde est une réa­li­té qui semble à peine effleu­rer leur conscience. Rien, abso­lu­ment rien ne semble pou­voir remettre en cause leurs cer­ti­tudes : l’avenir sera radieux.

De ce point de vue, le trans­hu­ma­nisme ne pré­sente qua­si­ment aucune ori­gi­na­li­té. L’on ne manque d’ailleurs jamais d’être sur­pris qu’un mou­ve­ment affi­chant avec une telle fier­té son esprit « révo­lu­tion­naire » et son culte de la nou­veau­té se contente, le plus sou­vent, de recy­cler et de res­sas­ser dans la plus grande pla­ti­tude les pon­cifs les plus écu­lés de l’idéologie du Progrès. Du néo-péla­gia­nisme1 de Bacon à l’eugénisme en pas­sant par des pans entiers des Lumières et par le dar­wi­nisme social, il réca­pi­tule à sa façon les grandes étapes qui ont jalon­né le che­mi­ne­ment de cette idéo­lo­gie à tra­vers les siècles. Et c’est fina­le­ment sans doute ain­si qu’il se laisse le mieux appré­hen­der : il est l’ultime bégaie­ment du sujet moderne, le der­nier coup d’éclat, tapa­geur et raco­leur, d’un bri­gand qui se sait condam­né mais qui se refuse à quit­ter la scène, qui réclame son dû au milieu des ruines d’un monde qu’il a métho­di­que­ment contri­bué à dévaster.

« Le trans­hu­ma­nisme est l’ultime bégaie­ment du sujet moderne, le der­nier coup d’éclat, tapa­geur et raco­leur, d’un bri­gand qui se sait condam­né mais qui se refuse à quit­ter la scène. »

Mais si les trans­hu­ma­nistes sup­posent l’avenir radieux, ce n’est pas parce que nous sommes cen­sés y deve­nir meilleurs, au sens moral du terme, ni même parce que notre bon­heur s’y trou­ve­ra accru, mais parce que nous y serons aug­men­tés. C’est que la concep­tion qu’ils se font du pro­grès est, c’est le moins que l’on puisse dire, mini­male. Il n’est pas ques­tion pour eux, si ce n’est à la marge — à la fois pour se don­ner bonne conscience et pour ras­su­rer le client — de se deman­der à quelles condi­tions pour­rait adve­nir une socié­té auto­nome, déter­mi­nant elle-même et par elle-même les prin­cipes de son orga­ni­sa­tion col­lec­tive. Des deux signi­fi­ca­tions ima­gi­naires que Castoriadis pla­çait au cœur de la moder­ni­té — celle de l’autonomie et celle de la maî­trise ration­nelle du monde — le trans­hu­ma­nisme ne retient que la seconde, dont il célèbre ad nau­seam les ver­tus. Maîtriser pour aug­men­ter. Augmenter pour aug­men­ter davan­tage. Devenir plus forts, plus grands, plus per­for­mants, plus puis­sants, plus pré­cis, plus effi­caces ; tel est son cre­do. Le règne de la quan­ti­té à sa puis­sance maximale.

*

Bien qu’il ne soit pas ques­tion ici de retra­cer en détail l’histoire de l’idée de pro­grès, d’autres s’en étant fort bien char­gés aupa­ra­vant, il convient néan­moins de reve­nir sur une forme spé­ci­fique de l’idéologie du pro­grès, née au XIXe siècle dans le sillage des pre­mières théo­ries de l’évolution, et dont le trans­hu­ma­nisme est à bien des égards l’héritier : le dar­wi­nisme social. Dans son his­toire de l’idée de pro­grès, Pierre-André Taguieff sou­ligne que celle-ci se divise géné­ra­le­ment en deux pôles2. D’un côté, les phi­lo­sophes de la liber­té consi­dèrent que l’avènement d’un ave­nir meilleur ne ren­voie à aucune néces­si­té natu­relle ou his­to­rique et n’a donc rien d’inéluctable3. C’est aux êtres humains, indi­vi­duel­le­ment et col­lec­ti­ve­ment, qu’incombe la tâche de construire un monde meilleur. « Parce que l’avenir est ouvert, et offert à la liber­té comme à la volon­té d’agir de l’humanité », ces concep­tions de l’histoire « échappent à la fois à l’optimisme et au pes­si­misme : l’histoire est un pro­duit de notre liber­té, et n’est tel qu’en rai­son de la per­fec­ti­bi­li­té de son sujet, l’homme4 ».

[Ana Mendieta]

« Rien n’est plus étran­ger à cette phi­lo­so­phie de la liber­té, com­mente Taguieff, que l’idée d’une loi du pro­grès, qui ins­cri­rait l’histoire dans la nature, et opé­re­rait la dis­so­lu­tion de la liber­té dans le règne de la néces­si­té5. » Telle fut pour­tant, à par­tir du milieu du XIXe siècle, la thèse défen­due notam­ment par Herbert Spencer, affir­mant que le pro­grès de la civi­li­sa­tion est « une par­tie de la nature » et qu’en consé­quence le pro­grès n’est pas « un acci­dent mais une néces­si­té » ins­crite dans les lois de l’évolution5. En dépit des allé­ga­tions de Spencer, qui évoque une dyna­mique bien­veillante à l’œuvre dans l’évolution, celle-ci étant cen­sée nous conduire à « la plus grande per­fec­tion » et au « bon­heur le plus com­plet », cette néces­si­té n’a pour­tant rien de bien­fai­sant. Elle implique en effet, au fil de l’évolution, une dif­fé­ren­cia­tion hié­rar­chique au sein de l’espèce humaine, entre les « races civi­li­sées » d’un côté et les « races bar­bares » de l’autre. La dif­fé­ren­cia­tion ne dis­tingue plus ici, comme au temps du pre­mier colo­nia­lisme, celui de l’Espagne et du Portugal, les peuples et les indi­vi­dus dotés d’une âme de ceux qui en sont au contraire dépour­vus ; sous l’effet de la natu­ra­li­sa­tion des socié­tés qu’impliquent les théo­ries de l’évolution, elle devient interne à la nature. Plus l’évolution avance, plus grande est l’hétérogénéité qui se mani­feste en son sein, non seule­ment entre les espèces, mais éga­le­ment, au sein de l’espèce humaine elle-même, entre les races. C’est ain­si que les « races civi­li­sées », le plus sou­vent euro­péennes, se dis­tinguent des « races bar­bares » (Noirs, Asiatiques, Arabes, Amérindiens, etc.), qui se rap­prochent davan­tage des singes, ce dont se sou­vien­dront les trans­hu­ma­nistes plus d’un siècle plus tard en affir­mant que les humains qui refu­se­ront de s’augmenter devien­dront « les chim­pan­zés du futur6 ».

Cette ten­sion au sein de l’espèce humaine entre « races bar­bares » et « races civi­li­sées » implique entre les groupes une com­pé­ti­tion achar­née à laquelle seuls sur­vi­vront les plus « adap­tés », d’où le lexique guer­rier qui fleu­rit alors dans le milieu nais­sant du dar­wi­nisme social : « lutte pour l’existence », « concur­rence », « sélec­tion natu­relle », « sur­vi­vance des plus aptes », etc. Cette idéo­lo­gie, au demeu­rant par­tiel­le­ment étran­gère à la pen­sée de Darwin lui-même7, est bien évi­dem­ment par­fai­te­ment adap­tée au capi­ta­lisme libé­ral qui triomphe pen­dant la seconde moi­tié du XIXe siècle, et dont elle per­met, sui­vant une stra­té­gie aus­si vieille que l’histoire des socié­tés, de légi­ti­mer les inéga­li­tés au pré­texte qu’elles sont ins­crites dans l’ordre de la nature. C’est que la com­pé­ti­tion dont il est ques­tion ici n’oppose pas seule­ment des groupes et des races : elle engage, au sein même des « races civi­li­sées », tous les indi­vi­dus d’un même groupe, car la sélec­tion natu­relle ne s’arrête pas aux portes de la civi­li­sa­tion. Si tou­te­fois elle ne peut s’y expri­mer plei­ne­ment et que tant d’individus « inaptes » y sur­vivent encore, c’est que les ini­tia­tives cari­ta­tives et les inter­ven­tions éta­tiques en faveur des plus faibles y demeurent encore trop nom­breuses. Aussi le dar­wi­nisme social s’engage-t-il logi­que­ment en faveur d’un État mini­mal et du lais­sez-faire, seule condi­tion pour que s’exprime enfin plei­ne­ment la sélec­tion natu­relle et que le pro­grès suive ain­si son chemin.

« La com­pé­ti­tion dont il est ques­tion ici n’oppose pas seule­ment des groupes et des races : elle engage, au sein même des races civi­li­sées, tous les indi­vi­dus d’un même groupe, car la sélec­tion natu­relle ne s’arrête pas aux portes de la civilisation. »

Peu à peu, cepen­dant, les adeptes du dar­wi­nisme social vont réa­li­ser que la puis­sance éta­tique peut être retour­née en leur faveur et célé­brer en consé­quence les retrou­vailles de la néces­si­té et de la liber­té. Liberté d’intervenir au sein d’un pro­ces­sus évo­lu­tif néces­saire pour en pré­ci­pi­ter le cours, en faci­li­tant d’un côté l’élimination des « moins aptes » tout en s’employant de l’autre côté à per­fec­tion­ner les « meilleurs ». Ou pour le dire autre­ment, liber­té de cer­tains humains de deve­nir par­tie pre­nante du méca­nisme de la sélec­tion natu­relle et d’en orien­ter le cours, d’en redou­bler la force par le biais d’une sélec­tion arti­fi­cielle qui pren­dra la forme d’une ingé­nie­rie et d’une hygiène sociale : l’eugénisme est né. L’idée n’est certes pas nou­velle, puisque « dans le pro­jet nor­ma­tif des Lumières, tel que Condorcet le syn­thé­tise et le déve­loppe, on ren­contre notam­ment l’idée d’une amé­lio­ra­tion volon­taire et sys­té­ma­tique de l’espèce humaine par la sélec­tion des pro­créa­teurs, sur le modèle de la sélec­tion ani­male et végé­tale pra­ti­quée par les éle­veurs et les agri­cul­teurs8 ». « Puisque l’on est par­ve­nu à per­fec­tion­ner la race des che­vaux, des chiens, des chats, des poules, des pigeons, des serins, pour­quoi ne ferait-on aucune ten­ta­tive avec les humains ? », se deman­dait par exemple un auteur de la fin du XVIIIe siècle9.

C’est là indé­nia­ble­ment l’un des para­doxes, que l’on retrouve du reste dans nombre de construc­tions anthro­po­lo­giques modernes, de l’eugénisme, qui repose sur un mélange d’hypernaturalisme — la sacra­li­sa­tion de la nature et de ses lois, qu’il ne s’agit pas ici de trans­gres­ser mais d’appliquer — et d’antinaturalisme radi­cal. Comment expli­quer ce mélange d’apparence si para­doxale ? La théo­rie de l’évolution implique que la nature n’est pas sta­tique, qu’elle n’est pas du même pro­dui­sant du même, mais du même pro­dui­sant de l’autre, et plus encore, du mieux, en un pro­ces­sus d’autotransformation et d’autodépassement dont l’humain est jusqu’à pré­sent la figure la plus abou­tie, bien qu’en aucun cas achevée.

[Ana Mendieta]

Car si l’humain est ici per­çu comme un pur pro­duit de l’histoire natu­relle, la voca­tion que lui confie la nature est para­doxa­le­ment celle de dépas­ser la forme pré­sente de son huma­ni­té en l’arrachant à ce qui en elle relève encore de la natu­ra­li­té, comme si la nature ne pou­vait s’accomplir plei­ne­ment que dans ce qui la nie10. Ce para­doxe s’explique aus­si par la concep­tion méca­niste du vivant dans laquelle s’inscrit la théo­rie de l’évolution. La nature étant consi­dé­rée comme une machine, c’est-à-dire comme un arti­fice, et qui plus est comme un arti­fice qui ne cesse de s’améliorer, la natu­ra­li­sa­tion inté­grale de l’humain appelle logi­que­ment son arti­fi­cia­li­sa­tion inté­grale et le per­fec­tion­ne­ment indé­fi­ni de cette arti­fi­cia­li­sa­tion. À cette dif­fé­rence près que « ce que la nature accom­plit aveu­glé­ment, len­te­ment et impi­toya­ble­ment, l’homme peut l’accomplir pru­dem­ment, rapi­de­ment et avec bien­veillance11 », pour reprendre les termes de Francis Galton, l’un des prin­ci­paux théo­ri­ciens de l’eugénisme. Le moins que l’on puisse dire, c’est que sa thèse fut contre­dite par l’histoire.

Car dès la fin du XIXe siècle, les jour­naux « scien­ti­fiques » et les « socié­tés savantes » qui se mul­ti­plient en Allemagne, en Scandinavie et aux États-Unis n’ont rien de bien­veillant. Elles entendent déter­mi­ner, moyen­nant la col­lecte de cen­taines de mil­liers d’arbres généa­lo­giques, quelles sont les familles dotées de qua­li­tés héré­di­taires et quelles sont, au contraire, les familles viciées par des tares : mala­dies, alcoo­lisme, pau­vre­té, cri­mi­na­li­té, etc. Naturellement, les indi­vi­dus issus de lignées « tarées » — han­di­ca­pés, homo­sexuels, délin­quants, etc. — sont pré­sen­tés non seule­ment comme des indi­vi­dus inutiles, non ren­tables, mais aus­si dan­ge­reux, mena­çant à terme la « qua­li­té » d’ensemble de la socié­té et sa marche vers le pro­grès. Pour évi­ter que les lignées « tarées » ne se repro­duisent et n’en viennent ain­si à « conta­mi­ner » le reste de la socié­té, des mesures d’« hygiène sociale » s’imposent. Elles prennent peu à peu, aux États-Unis comme en Europe, la forme d’une sté­ri­li­sa­tion for­cée des per­sonnes por­teuses de « qua­li­tés héré­di­taires dégé­né­rées ». Cette « hygiène sociale », qui entend s’exercer sur les indi­vi­dus « dégé­né­rés » quelle que soit leur ori­gine, se voit rapi­de­ment accom­pa­gnée et redou­blée d’une « hygiène raciale », toute ou presque toute la science de l’époque pos­tu­lant, nous l’avons vu, qu’il existe des races infé­rieures et des races supé­rieures. Pour évi­ter que les races infé­rieures ne se mélangent aux supé­rieures, qu’elles ne les conta­minent et qu’elles ne les menacent, les États-Unis adoptent par exemple des légis­la­tions inter­di­sant les mariages inter­ra­ciaux et mettent en place, de manière géné­rale, un régime d’apartheid dont le but est de réduire au mini­mum les inter­ac­tions entre les Noirs et les Blancs dans la vie quo­ti­dienne et au sein de l’espace public.

« C’est dans l’Allemagne nazie que les noces entre hygiène sociale et hygiène raciale atteignent leur point culminant. »

Mais c’est dans l’Allemagne nazie que les noces entre hygiène sociale et hygiène raciale atteignent leur point culmi­nant, et où les sté­ri­li­sa­tions for­cées (qui touchent plus de 400 000 per­sonnes pen­dant la décen­nie du pou­voir nazi) et la ségré­ga­tion raciale cèdent peu à peu la place au meurtre et à l’extermination, les Juifs pre­nant ici, comme cha­cun sait, la place occu­pée aux États-Unis par les Noirs. En 1942, la solu­tion finale est mise en place, mar­quant à bien des égards le point culmi­nant et la forme la plus exa­cer­bée de l’eugénisme et de la bio­lo­gi­sa­tion du social qui hantent les socié­tés occi­den­tales depuis des décennies12.

Au XIXe siècle, le dar­wi­nisme social fut une des prin­ci­pales et une des plus puis­santes idéo­lo­gies de légi­ti­ma­tion de l’expansion capi­ta­liste. Au niveau inter­na­tio­nal tout d’abord, où elle per­mit de jus­ti­fier les ordres sociaux inéga­li­taires et coer­ci­tifs ins­tau­rés par les dif­fé­rentes formes de colo­ni­sa­tion. Au niveau natio­nal ensuite, à l’intérieur même des nations colo­ni­sa­trices, où elle per­mit de natu­ra­li­ser la dif­fé­ren­cia­tion hié­rar­chique de la socié­té en classes, et de pré­pa­rer le ter­rain aux idéo­lo­gies et aux pra­tiques eugé­nistes qui devaient s’imposer dans les décen­nies sui­vantes. Après la Seconde Guerre mon­diale, au cours de laquelle l’hygiène socio-raciale consub­stan­tielle aux pra­tiques eugé­nistes attei­gnit son point culmi­nant dans l’extermination des Juifs d’Europe et d’un nombre consé­quent de Tziganes, d’homosexuels et de per­sonnes han­di­ca­pées, l’eugénisme fut logi­que­ment dis­cré­di­té. Mais cette éclipse s’explique aus­si sans doute en par­tie par la construc­tion, après 1945, d’États-providence sou­cieux de tem­pé­rer les dimen­sions les plus com­pé­ti­tives du capi­ta­lisme par une redis­tri­bu­tion des richesses et un sys­tème com­plexe de soli­da­ri­tés sociales, lui-même fon­dé sur la crois­sance excep­tion­nelle connue par de nom­breux pays dans les décen­nies d’après-guerre. D’aucuns, cepen­dant, jugent que le capi­ta­lisme est entré depuis les années 1970 dans une période de crise struc­tu­relle, et que la réduc­tion de ses marges de pro­fit n’est plus com­pa­tible avec la per­pé­tua­tion d’un État-pro­vi­dence fort, d’où l’avènement d’une ère néo­li­bé­rale mar­quée par la réduc­tion pro­gres­sive des anciens sys­tèmes de redis­tri­bu­tion de la richesse et par la recru­des­cence des logiques compétitives13.

[Ana Mendieta]

L’un des prin­ci­paux symp­tômes de ce capi­ta­lisme en crise, c’est la ten­dance à la raré­fac­tion du tra­vail. Voire, selon plu­sieurs théo­ri­ciens, à la fin du tra­vail, en rai­son du rem­pla­ce­ment ten­dan­ciel du tra­vail sala­rié par des machines, ce que l’on nomme géné­ra­le­ment l’automatisation. Cette raré­fac­tion du tra­vail entraîne évi­dem­ment la mul­ti­pli­ca­tion de ce que cer­tains ont appe­lé des « hommes inutiles14 » ou « non ren­tables » eu égard à l’accumulation du capi­tal. « Ce n’est plus, nous dit par exemple le groupe Krisis dans son remar­quable Manifeste contre le tra­vail, la malé­dic­tion biblique : tu man­ge­ras ton pain à la sueur de ton front qui pèse sur les exclus, mais un nou­veau juge­ment de dam­na­tion encore plus impi­toyable : tu ne man­ge­ras pas, parce que ta sueur est super­flue et inven­dable15

Cette raré­fac­tion entraîne évi­dem­ment un accrois­se­ment de la com­pé­ti­tion pour l’accès au tra­vail raré­fié chez ceux qui n’ont pas de tra­vail, et un accrois­se­ment de la com­pé­ti­tion pour conser­ver son tra­vail, deve­nu rare, chez ceux qui en ont un, pro­dui­sant ain­si une socié­té où le tra­vail écrase autant par sa pré­sence que par son absence. Mais la per­ver­si­té de cette situa­tion ne s’arrête pas là, loin s’en faut, car la socié­té capi­ta­liste en crise, non contente de pro­duire une masse sans cesse crois­sante d’hommes « inutiles », s’emploie à mettre en place des dis­po­si­tifs idéo­lo­giques et psy­cho­lo­giques moyen­nant les­quels la « réus­site » des uns et « l’échec » des autres n’est pas attri­bué aux évo­lu­tions inhé­rentes au sys­tème, mais aux « mérites » de cha­cun. L’implacable « tu ne man­ge­ras pas, parce que ta sueur est super­flue et inven­dable » se trans­forme ain­si en un « tu ne man­ge­ras pas, parce que tu n’es pas capable de faire valoir ta sueur ». Chaque indi­vi­du est ain­si som­mé de por­ter l’entière res­pon­sa­bi­li­té de sa situa­tion sociale et éco­no­mique, et de trou­ver en lui les res­sorts néces­saires pour main­te­nir son sta­tut d’« homme utile » ou pour se libé­rer au contraire de son sta­tut d’« homme inutile », don­nant ain­si lieu à un véri­table « for­ma­tage concur­ren­tiel des sub­jec­ti­vi­tés16 ». La com­pé­ti­tion se trans­forme alors en une lutte à mort pour la sur­vie et consti­tue « un res­sort d’adaptabilité, ten­du à bloc au cœur des sub­jec­ti­vi­tés17».

« Le trans­hu­ma­nisme est à bien des égards l’une des idéo­lo­gies de légi­ti­ma­tion du capi­ta­lisme néolibéral. »

Pour être com­pé­ti­tif, il convient notam­ment d’optimiser ses capa­ci­tés phy­siques et psy­chiques afin de maxi­mi­ser son uti­li­té, par exemple en culti­vant le bien-être et un état d’esprit « posi­tif », condi­tion sine qua non de l’efficacité et de la pro­duc­ti­vi­té au travail18. Sous ses formes les plus exa­cer­bées, cette opti­mi­sa­tion peut éga­le­ment prendre la forme, plus pré­cise, plus « scien­ti­fique », d’une mesure et d’une quan­ti­fi­ca­tion per­ma­nente de la « qua­li­té » du fonc­tion­ne­ment des corps, de ses per­for­mances et de ses humeurs, don­nant ain­si nais­sance à un véri­table « soi quan­ti­fié ». Tout comme l’humain de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, som­mé de se sou­mettre à toutes sortes de tech­niques — anthro­po­mé­trie, cra­nio­mé­trie, phré­no­lo­gie — des­ti­nées à mesu­rer et à quan­ti­fier ses capa­ci­tés phy­siques et cog­ni­tives, l’individu contem­po­rain est invi­té par la norme com­pé­ti­tive qui défi­nit sa sub­jec­ti­vi­té à pré­le­ver, à l’aide de cap­teurs pla­cés dans des objets connec­tés qu’il uti­lise dans sa vie quo­ti­dienne, des don­nées rela­tives au fonc­tion­ne­ment de son corps et de sa psy­ché, afin de les ana­ly­ser et d’en mesu­rer les per­for­mances. Il pour­ra ain­si iden­ti­fier les fac­teurs de « troubles » — acti­vi­tés, lieux, indi­vi­dus — qui tendent à induire une baisse de ses per­for­mances et les éli­mi­ner en conséquence.

C’est dans ce contexte socio­lo­gique, éco­no­mique et psy­chique qu’il faut com­prendre l’avènement du trans­hu­ma­nisme, qui est à bien des égards l’une des idéo­lo­gies de légi­ti­ma­tion du capi­ta­lisme néolibéral19. Car comme le sujet néo­li­bé­ral, le sujet trans­hu­ma­niste est appe­lé à consi­dé­rer son corps et son esprit, en un mot sa per­sonne, comme un capi­tal à gérer, à déve­lop­per et à opti­mi­ser. Le for­ma­tage concur­ren­tiel des sub­jec­ti­vi­tés, cepen­dant, ne peut être entiè­re­ment satis­fai­sant, car la sub­jec­ti­vi­té est par défi­ni­tion une réa­li­té aux contours flous, com­plexes, qu’il est dif­fi­cile de maî­tri­ser inté­gra­le­ment et qui est tra­di­tion­nel­le­ment la source d’une remise en cause des normes sociales ; le bas­tion de la vie inté­rieure ne se laisse pas aisé­ment conqué­rir. Ainsi l’intériorisation des normes sociales de com­pé­ti­ti­vi­té, aus­si puis­sante soit-elle, ne peut-elle suf­fire à garan­tir l’amélioration de la qua­li­té des indi­vi­dus. Au for­ma­tage psy­chique des sub­jec­ti­vi­tés doit donc s’ajouter le for­ma­tage géné­tique des corps. C’est ain­si que Max More […] affirme que : « Nous ne serons plus esclaves de nos gènes. Nous pren­drons en charge notre pro­gram­ma­tion géné­tique et achè­ve­rons notre pro­ces­sus bio­lo­gique et neu­ro­lo­gique20 ». C’est ce que les trans­hu­ma­nistes, usant d’un lan­gage qu’ils affec­tionnent, celui des « droits » et des « libertés21 », pré­sentent comme une « liber­té mor­pho­lo­gique », soit la pos­si­bi­li­té, pour chaque indi­vi­du, de modi­fier son corps comme bon lui semble : l’heure de l’eugénisme libéral22 et auto­gé­ré a son­né, et le trans­hu­ma­nisme en est le nom23. Cette résur­gence de l’eugénisme est évi­dem­ment tout sauf un hasard. Historiquement, nous l’avons vu, l’eugénisme vise à libé­rer la socié­té de ses « far­deaux vivants », de ses « semi-humains », de ses « ava­riés » et de ses « exis­tences superflues24 », aus­si n’est-il pas sur­pre­nant qu’il res­sur­gisse aujourd’hui, fort de la puis­sance nou­velle que lui confèrent les bio­tech­no­lo­gies, dans un contexte où les « hommes inutiles » se multiplient.

[Ana Mendieta]

Les pro­grès ful­gu­rants du séquen­çage du génome humain per­mettent d’ores et déjà d’éliminer les mal­for­ma­tions infan­tiles et les mala­dies héré­di­taires. Grâce aux immenses avan­cées de la science et de la méde­cine, il n’est plus néces­saire désor­mais que cet eugé­nisme néga­tif assume les formes bru­tales qu’il a connu par le pas­sé, en sté­ri­li­sant ou en exter­mi­nant des popu­la­tions dont les « tares » sup­po­sées ne pou­vaient appa­raître qu’après la nais­sance. C’est aujourd’hui en amont, avant même la nais­sance, et par­fois même avant le début de la gros­sesse, que les traits indé­si­rables et les indi­vi­dus indé­si­rables aux­quels ils pour­raient don­ner nais­sance doivent être éli­mi­nés. Certes, cette éli­mi­na­tion engage pour l’instant essen­tiel­le­ment des traits impli­quant le plus sou­vent d’immenses souf­frances pour les per­sonnes qui en sont ou en seraient affec­tées. Elles posent de ce fait des ques­tions éthiques com­plexes et redou­tables qu’il n’est pas facile de tran­cher. Mais rien n’indique que la gamme des traits jugés indé­si­rables ne puisse pas s’étendre de façon incon­trô­lable pour inclure peu à peu des élé­ments tota­le­ment étran­gers à tout cri­tère « objec­tif » de bien-être phy­sique ou psy­cho­lo­gique. L’on sait déjà qu’en Inde, dans cer­taines entre­prises, les matières repro­duc­tives d’une don­neuse indienne coûtent 7 500 euros tan­dis que leur coût s’élève à 17 500 euros dans le cas d’une don­neuse euro­péenne de type « cau­ca­sien ». Comment affir­mer qu’à terme, cer­taines carac­té­ris­tiques phy­siques liées à la cou­leur de peau ou à la taille ne seront pas sys­té­ma­ti­que­ment éli­mi­nées faute de satis­faire aux normes sociales, cultu­relles ou éco­no­miques hégémoniques ?

Mais sans doute faut-il éga­le­ment renon­cer enfin à l’opposition quelque peu arbi­traire entre eugé­nisme néga­tif et eugé­nisme posi­tif : éli­mi­ner cer­tains traits, c’est tou­jours, in fine, en sélec­tion­ner et en favo­ri­ser d’autres, et s’engager ain­si dans un pro­ces­sus d’amélioration et d’optimisation de l’humain dont les limites sont impos­sibles à fixer. Aussi les centres de pro­duc­tion de bébés sont-ils appe­lés à déter­mi­ner un nombre crois­sant de carac­té­ris­tiques liées à la san­té sup­po­sée des per­sonnes, à leur appa­rence phy­sique ou encore à la per­son­na­li­té dont on pense qu’elles seront dotées. Et pour­quoi pas, à terme, à ouvrir la pos­si­bi­li­té de sélec­tion­ner les traits géné­tiques les plus favo­rables à l’allongement de la durée de vie et à l’avènement d’un humain immortel ?

« Les êtres occu­pant le bas de la hié­rar­chie socio-éco­lo­gique seront voués à être réduits en escla­vage ou à disparaître. »

« Le but de l’eugénisme est d’être une science d’amélioration et d’élevage » des­ti­née à « don­ner aux races ou à des lignées de sang appro­priées une meilleure chance de pré­va­loir sur les moins appro­priées » écri­vait Francis Galton, l’un de ses pre­miers idéo­logues, dès le XIXe siècle25. Dans le cadre nou­veau du capi­ta­lisme néo­li­bé­ral, la réfé­rence à des races et à des lignées n’est plus à l’ordre du jour, non seule­ment parce qu’elle est deve­nue poli­ti­que­ment inac­cep­table, mais parce que c’est désor­mais l’individu seul, en dehors de toute appar­te­nance et de toute filia­tion, qui est appe­lé à entrer en com­pé­ti­tion avec ses sem­blables. Dans ce contexte, la défi­ni­tion ori­gi­nelle de l’eugénisme pour­rait être refor­mu­lée comme suit : « l’eugénisme est une science d’amélioration et d’élevage dont le but est de per­mettre aux indi­vi­dus de faire pré­va­loir leur uti­li­té et celle de leur des­cen­dance au détri­ment d’autres indi­vi­dus voués à l’inutilité ». Enfin, dans le cadre spé­ci­fi­que­ment trans­hu­ma­niste du capi­ta­lisme néo­li­bé­ral, l’on pour­rait dire que « l’eugénisme est une science d’amélioration et d’élevage dont le but est de maxi­mi­ser l’utilité de cer­tains êtres humains en les ren­dant immor­tels, au détri­ment d’autres êtres humains qui, eux, demeu­re­ront mor­tels ».

L’on retrouve ici la triade de la rela­tion entre mort et pou­voir si pro­fon­dé­ment mise en lumière par [l’an­thro­po­logue] Louis-Vincent Thomas : pou­voir de la mort, pou­voir par la mort et pou­voir sur la mort26. Le pou­voir de la mort tout d’abord, que les trans­hu­ma­nistes jugent scan­da­leux, pour ne pas dire inso­lent, et dont ils sou­haitent s’affranchir. Le pou­voir par la mort ensuite, car même si la menace létale n’est pas à ce jour expli­ci­te­ment bran­die par les trans­hu­ma­nistes, le simple fait de décla­rer que les humains qui refu­se­ront de s’augmenter seront les « chim­pan­zés du futur » laisse entendre avec une grande clar­té, eu égard au sort aujourd’hui réser­vé aux grands singes, que les êtres occu­pant le bas de la hié­rar­chie socio-éco­lo­gique seront voués à être réduits en escla­vage ou à dis­pa­raître. Le pou­voir sur la mort enfin, dont la conquête est le rêve et le vœu le plus cher des trans­hu­ma­nistes, le sens pro­fond de leur ral­lie­ment au pro­jet eugé­niste. Car pour eux, comme pour Bacon cinq cent ans aupa­ra­vant, la mani­pu­la­tion et l’optimisation de l’humain ne repré­sentent pas un but en soi ; leur visée ultime, c’est l’abolition de la mort.

[Ana Mendieta]

D’ores et déjà, le som­meil, cette petite mort répa­ra­trice que la vie nous octroie quo­ti­dien­ne­ment, est dans le viseur du capitalisme27. Dans le sillage de recherches de l’armée amé­ri­caine por­tant sur un oiseau migra­teur, le bruant à gorge blanche, dont la par­ti­cu­la­ri­té est de pou­voir voler plu­sieurs jours de suite sans dor­mir, des scien­ti­fiques rêvent non seule­ment de créer un jour des sol­dats insom­niaques, tou­jours prêts pour le com­bat, mais éga­le­ment des tra­vailleurs et des consom­ma­teurs sans som­meil. À défaut de pou­voir dès aujourd’hui modi­fier la phy­sio­lo­gie humaine à cette fin, le capi­ta­lisme s’efforce, via notam­ment les tech­no­lo­gies numé­riques, de façon­ner socia­le­ment, dans le cadre d’une tem­po­ra­li­té de plus en plus indif­fé­ren­ciée, un être humain sans cesse dis­po­nible, sans cesse mobi­li­sable, sans cesse connec­té et pro­dui­sant ain­si sans inter­rup­tion des don­nées aisé­ment exploi­tables par les entre­prises et par les États.

Se des­sinent dès lors peu à peu les contours d’un monde sans contours ; un monde où l’alternance ances­trale du jour et de la nuit, de la veille et du som­meil, de l’ombre et de la lumière, du repos et de l’activité, du silence et du bruit, tend à s’effacer ; un monde sans vide, sans vacance, ni latence, sans inter­stice, sans fis­sure, ni blanc, sans trêve ni per­mis­sion ; en bref, un monde sans mort. Car si hyp­nos est le doux frère de tha­na­tos, comme le chan­tait déli­ca­te­ment Homère à l’aube de notre civi­li­sa­tion, la conquête du som­meil annonce iné­luc­ta­ble­ment la conquête de la mort. C’est que la mort, pour le capi­ta­lisme, consti­tue la der­nière fron­tière, le scan­dale ultime, car les morts ne pro­duisent ni ne consomment ; ils ne par­ti­cipent pas à l’accumulation de la valeur.


Texte extrait de La Terre, les corps, la mort. Essai sur la condi­tion ter­restre, de Pierre Madelin, publié aux édi­tions Dehors, en 2022.


Photographie de vignette et de ban­nière : Ana Mendieta


  1. « Le péla­gia­nisme, en réfé­rence au moine Pélage, est une doc­trine selon laquelle l’homme peut assu­rer son salut par ses seuls mérites. »
  2. Pierre-André Taguieff, Le Sens du pro­grès. Une approche his­to­rique et phi­lo­so­phique (2004), Flammarion, 2006.
  3. Johann G. Fichte est aux yeux de Taguieff l’archétype du phi­lo­sophe pro­gres­siste cen­tré sur la liber­té. Voir Pierre-André Taguieff, ibid., p. 73–75.
  4. Pierre-André Taguieff, ibid., p. 74.
  5. Pierre-André Taguieff, ibid., p. 79.
  6. Expression employée par le pro­fes­seur de cyber­né­tique et théo­ri­cien trans­hu­ma­niste Kevin Warwick dans son livre I, Cyborg (2002) : « Ceux qui dési­re­ront res­ter humains et refu­se­ront de s’améliorer auront un sérieux han­di­cap. Ils consti­tue­ront une sous-espèce et for­me­ront les chim­pan­zés du futur. » Expression cri­ti­quée par le col­lec­tif Pièces et Main d’œuvre dans Manifeste des chim­pan­zés du futur. Contre le trans­hu­ma­nisme. Grenoble, Service Compris, 2017, ndlr.
  7. Voir Patrick Tort, Darwin et le dar­wi­nisme (1997), PUF, 2022.
  8. Pierre-André Taguieff, Le Sens du pro­grès, op. cit., p. 128.
  9. Charles Augustin Vandermonde cité par Pierre-André Taguieff, ibid., p. 111.
  10. Taguieff com­mente à ce pro­pos : « L’homme, cet être natu­rel, peut et doit pour­suivre le tra­vail auto­trans­for­ma­teur de la nature en la connais­sant par la science et en la trans­for­mant par la tech­nique. Étant une par­tie de la nature, il est voué à trans­for­mer sa propre nature, pour l’améliorer. » Voir Pierre-André Taguieff, ibid., p. 135–136.
  11. Francis Galton, « Eugenics, its defi­ni­tion, scope and aims », Sociological Papers, Londres, Macmillan, 1905, p. 50. Cité par Pierre-André Taguieff, dans Le Sens du pro­grès, op. cit., p. 134.
  12. Voir sur ce point André Pichot, La Société pure. De Darwin à Hitler (2000), Flammarion, 2009.
  13. Voir Ernst Lohoff et Norbert Trenkle, La Grande déva­lo­ri­sa­tion. Pourquoi la spé­cu­la­tion et la dette de l’État ne sont pas les causes de la crise (2012), Post, 2014.
  14. Pierre-Noël Giraud, L’Homme inutile. Une éco­no­mie poli­tique du popu­lisme, Odile Jacob, 2018.
  15. Groupe Krisis, Manifeste contre le tra­vail (2012), Albi, Crise et Critique, 2020, p. 30.
  16. Jérôme Baschet, Adieux au capi­ta­lisme. Autonomie, socié­té du bien vivre et mul­ti­pli­ci­té des mondes, La Découverte, 2014., p. 39.
  17. Jérôme Baschet, ibid., p. 42.
  18. Eva Illouz et Edgar Cabanas, Happycratie. Comment l’industrie du bon­heur a pris le contrôle de nos vies, Premier Parallèle, 2018.
  19. Sur les liens entre trans­hu­ma­nisme et capi­ta­lisme néo­li­bé­ral, voir le remar­quable ouvrage de Nicolas le Dévédec, Le Mythe de l’humain aug­men­té. Une cri­tique poli­tique et éco­lo­gique du trans­hu­ma­nisme, Montréal, Écosociété, 2021.
  20. Max More, « A Letter to Mother Nature », 1999, révi­sé en 2009, amen­de­ment n° 5 (consul­table sur Internet).
  21. Mark Hunyadi, Le Temps du post­hu­ma­nisme. Un diag­nos­tic d’époque, Belles Lettres, 2018. L’on peut lire par exemple sur le site de la WTA (World trans­hum­nist asso­cia­tion), que « tout le monde devrait être libre de pro­lon­ger sa vie et de prendre des arran­ge­ments en vue de sa sus­pen­sion cryo­nique […] le pro­lon­ge­ment de sa vie consti­tue un droit humain fon­da­men­tal ».
  22. Jürgen Habermas, L’Avenir de la nature humaine. Vers un eugé­nisme libé­ral ? (2001), Gallimard, 2015.
  23. Les trans­hu­ma­nistes sou­lignent d’ailleurs que la pre­mière occur­rence du terme trans­hu­ma­nisme se trouve dans un texte de Julian Huxley, soit l’un des prin­ci­paux théo­ri­ciens de l’eugénisme au XXe siècle.
  24. Formules citées par Jean-Marc Royer, Le Monde comme pro­jet Manhattan. Des labo­ra­toires du nucléaire à la guerre géné­ra­li­sée au vivant, Le Passager clan­des­tin, 2017, p. 310.
  25. Cité par Pierre-André Taguieff, Le Sens du pro­grès, op. cit., p. 132–133.
  26. Voir le cha­pitre 2 sur ce point : « Dans un ouvrage désor­mais clas­sique, l’anthropologue Louis-Vincent Thomas a sou­li­gné qu’il exis­tait dans nombre de socié­tés un lien étroit, situé à trois niveaux, entre mort et pou­voir : pou­voir de la mort, pou­voir par la mort et pou­voir sur la mort. Il existe en effet en pre­mier lieu un pouvoir de la mort, dans la mesure où il n’appartient pas aux êtres vivants, et notam­ment aux êtres humains, de déci­der s’ils vont mou­rir ou non. La mort échappe à l’emprise de la volon­té humaine, et il y a dans le fait de la mort un arbi­traire abso­lu qui est non seule­ment à l’origine d’une conscience traumatique et d’un déni, mais qui semble qui plus est annu­ler et même ridi­cu­li­ser le pou­voir de ceux qui exercent une domi­na­tion quelle qu’elle soit. […] Face à ce pou­voir de la mort, la réac­tion des domi­nants consiste bien sou­vent à exer­cer un pou­voir par la mort, en s’appropriant la puis­sance de la mort pour dis­po­ser du corps et de la vie des êtres qu’ils dominent. Enfin, et c’est évi­dem­ment un point cru­cial eu égard à mon pro­pos dans ce livre, les domi­nants tendent à s’octroyer un pou­voir sur la mort elle-même, pou­voir qui non seule­ment confirme et exa­cerbe leur puis­sance mais qui leur per­met aus­si de se dis­tin­guer de façon déci­sive des êtres qu’ils dominent », infra, p. 65–66. Voir Louis-Vincent Thomas, Mort et pou­voir, Payot, 1998.
  27. Jonathan Crary, 24/7. Le Capitalisme à l’assaut du som­meil (2013), La Découverte, 2016.

REBONDS

☰ Lire notre entretien avec Pierre Madelin : « Il existe des possibilités réelles de désertion », décembre 2020
☰ Lire notre entretien avec Yuk Hui : « Produire des technologies alternatives », juillet 2020
☰ Lire notre entretien avec Renaud Garcia : « La technologie est devenue l’objet d’un culte », juin 2019
☰ Lire notre entretien avec Bernard Stiegler : « Le capitalisme conduit à une automatisation généralisée », janvier 2019
☰ Lire notre entretien avec Alain Damasio : « Nous sommes tracés la moitié de notre temps éveillé », octobre 2017

Pierre Madelin

Traducteur de nombreux ouvrages d'écologie politique et de philosophie environnementale. Auteur de plusieurs essais dont Carnets d'estives (Wildproject, 2016) et Faut-il en finir avec la civilisation ? (Écosociété, 2020).

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.