L’abécédaire de Raoul Vaneigem


Fin 2018, le phi­lo­sophe belge lan­çait : « Tout est pos­sible. » Son par­ti ? Celui qu’il nomme « la vie » — l’é­lan contre la rési­gna­tion, l’in­dif­fé­rence, la muti­la­tion, la mar­chan­dise et la sur­vie. Figure de l’Internationale situa­tion­niste (qu’il quit­ta en 1970 sans jamais revoir Guy Debord), Raoul Vaneigem se tient volon­tai­re­ment loin des médias et invite, inlas­sa­ble­ment, à trans­for­mer le déses­poir en colère joyeuse et quo­ti­dienne : une ving­taine de livres rien que depuis l’an 2000. Battre le capi­ta­lisme glo­bal et le pou­voir mili­ta­ri­sé d’État sur leur ter­rain tient à ses yeux de l’im­passe ; il leur oppose « un réseau de résis­tance » à construire sur des ter­ri­toires libé­rés, affran­chis, sou­cieux de la « vie humaine, ani­male, végé­tale » et capables de se défendre. L’expé­rience zapa­tiste au Mexique irrigue ses pro­po­si­tions ; les ZAD et les gilets jaunes le poussent à n’en pas dou­ter : qu’at­ten­dons-nous pour « faire nos affaires nous-mêmes » ?


Armes : « Qu’en est-il des réponses que la gué­rilla pro­pose ? Chaque fois qu’elle l’a empor­té, ce fut pour le pire. Le triomphe des armes abou­tit tou­jours à une amère défaite humaine. » (L’État n’est plus rien, soyons tout, Rue des Cascades, 2010)

Bête : « Notre ani­ma­li­té rési­duelle a été refou­lée au nom d’un esprit qui n’était que l’émanation d’un pou­voir céleste et tem­po­rel char­gé de domp­ter la matière ter­restre et cor­po­relle. Aujourd’hui, l’alliance avec les éner­gies natu­relles s’apprête à sup­plan­ter la mise à sac des res­sources pla­né­taires et vitales. Redécouvrir notre paren­té avec le règne ani­mal, c’est nous récon­ci­lier avec la bête qui est en nous, c’est l’affiner au lieu de l’opprimer, de la refou­ler et de la condam­ner aux cruau­tés du défou­le­ment. Notre huma­ni­sa­tion implique de recon­naître à l’animal le droit d’être res­pec­té dans sa spé­ci­fi­ci­té. » (Entretien paru dans Siné Mensuel, octobre 2011)

Casser : « Brûler une banque, ce n’est pas foutre en l’air le sys­tème ban­caire et la dic­ta­ture de l’argent. Incendier les pré­fec­tures et les centres de la pape­ras­se­rie admi­nis­tra­tive, ce n’est pas en finir avec l’État (pas plus que des­ti­tuer ses notables et pré­ben­diers). Il ne faut jamais cas­ser les hommes (même chez quelques flics, il reste une cer­taine conscience humaine à sau­ve­gar­der). » (« Les rai­sons de la colère », Siné Mensuel, décembre 2018)

Démocratie directe : « Nous ne sommes ni des pirates, ni des en-dehors, ni des mar­gi­naux, nous sommes au centre d’une socié­té soli­daire à créer et, que nous le vou­lions ou non, il fau­dra bien que nous appre­nions à oppo­ser une démo­cra­tie directe à cette démo­cra­tie par­le­men­taire, clien­té­liste et cor­rom­pue qui s’effondre avec les puis­sances finan­cières qui la sou­te­naient et la dévo­raient. » (Entretien paru dans Article 11, 14 octobre 2008)

Être humain : « Nous n’avons été jusqu’à ce jour que des hybrides, mi-humains mi-bêtes sau­vages. Nos socié­tés ont été de vastes entre­pôts où l’homme, réduit au sta­tut d’une mar­chan­dise, éga­le­ment pré­cieuse et vile, était cor­véable et inter­chan­geable. Nous allons inau­gu­rer le temps où l’homme va assu­mer sa des­ti­née de pen­seur et de créa­teur en deve­nant ce qu’il est et n’a jamais été : un être humain à part entière. » (L’État n’est plus rien, soyons tout, Rue des Cascades, 2010)

Fureur : « Montrez-moi aujourd’hui un seul endroit où le regard ne soit agres­sé, où l’air, l’eau, la terre ne subissent la fureur dévas­ta­trice de la cupi­di­té mar­chande ! Tout ce qui est utile et agréable est sys­té­ma­ti­que­ment mis à mal. » (Entretien paru dans L’Obs, mai 2018)

Gilets jaunes : « Du mou­ve­ment des gilets jaunes émane une colère joyeuse. Les ins­tances éta­tiques et capi­ta­listes aime­raient la trai­ter d’aveugle. Elle est seule­ment en quête de clair­voyance. » (« Les rai­sons de la colère », Siné Mensuel, décembre 2018)

Horreurs : « Le pré­ten­du devoir de mémoire, qui nous enseigne les hor­reurs du pas­sé, les guerres, les mas­sacres, la sainte Inquisition, les pogromes, les camps d’extermination et les gou­lags, per­pé­tue le vieux dogme reli­gieux d’une impuis­sance congé­ni­tale à vaincre le mal, auquel l’honneur pres­crit d’opposer cette éthique qui repose sur le libre arbitre comme un fakir sur une chaise à clous. » (Prologue à La Commune d’Oaxaca — Chroniques et consi­dé­ra­tions, de Georges Lapierre, Rue des Cascades, 2008)

Idées : « Il n’y a ni bon ni mau­vais usage de la liber­té d’expression, il n’en existe qu’un usage insuf­fi­sant. […] L’absolue tolé­rance de toutes les opi­nions doit avoir pour fon­de­ment l’intolérance abso­lue de toutes les bar­ba­ries. Le droit de tout dire, de tout écrire, de tout pen­ser, de tout voir et entendre découle d’une exi­gence préa­lable, selon laquelle il n’existe ni droit ni liber­té de tuer, de tour­men­ter, de mal­trai­ter, d’opprimer, de contraindre, d’affamer, d’exploiter. […] Aucune idée n’est irre­ce­vable, même la plus aber­rante, même la plus odieuse. » (Rien n’est sacré, tout peut se dire — Réflexions sur la liber­té d’expression, La Découverte, 2015)

Joies : « Comment s’étonner que les écoles imitent si bien, dans leur concep­tion archi­tec­tu­rale et men­tale, les mai­sons de force où les réprou­vés sont exi­lés des joies ordi­naires de l’existence ? […] Si l’enseignement est reçu avec réti­cence, voire avec répu­gnance, c’est que le savoir fil­tré par les pro­grammes sco­laires porte la marque d’une bles­sure ancienne : il a été cas­tré de sa sen­sua­li­té ori­gi­nelle. La connais­sance du monde sans la conscience des dési­rs de vie est une connais­sance morte. Elle n’a d’usage qu’au ser­vice des méca­nismes qui trans­forment la socié­té selon les néces­si­tés de l’économie. » (Avertissement aux éco­liers et lycéens, Mille et une nuits, 1998)

Krach : « Désormais les États ne sont plus que les valets des banques et des entre­prises mul­ti­na­tio­nales. Or, celles-ci sont confron­tées à la débâcle de cet argent fou qui, inves­ti dans les spé­cu­la­tions bour­sières et non plus dans l’essor des indus­tries prio­ri­taires et des sec­teurs socia­le­ment utiles, forme une bulle pro­mise à l’implosion, au krach bour­sier. » (L’État n’est plus rien, soyons tout, Rue des Cascades, 2010)

Local : « Il n’y a que les assem­blées locales qui soient au cou­rant des pro­blèmes ren­con­trés par les habi­tants d’un vil­lage, d’un quar­tier, d’une région. Il n’y a que l’assemblée popu­laire pour ten­ter de résoudre ces pro­blèmes et pour fédé­rer ces petites enti­tés afin qu’elles forment un front, insé­pa­ra­ble­ment local et inter­na­tio­nal, contre cette Internationale du fric dont la pour­ri­ture jour­na­lis­tique consacre le carac­tère et le déve­lop­pe­ment iné­luc­table en le bap­ti­sant mon­dia­li­sa­tion. » (« Le com­bat des zapa­tistes est le com­bat uni­ver­sel de la vie contre la déser­ti­fi­ca­tion de la terre », La Jornada, 20 jan­vier 2019)

Martyrs : « Il n’y a pas de peuples mar­tyrs, il n’y a que des hommes rési­gnés à la ser­vi­tude volon­taire. » (Lettre de Staline à ses enfants récon­ci­liés, Verdier, 1998)

Notre-Dame-des-Landes : « Ce qui se passe à Notre-Dame-des-Landes illustre un conflit qui concerne le monde entier. Il met aux prises, d’une part, les puis­sances finan­cières réso­lues à trans­for­mer en mar­chan­dise les res­sources du vivant et de la nature et, d’autre part, la volon­té de vivre qui anime des mil­lions d’êtres dont l’existence est pré­ca­ri­sée de plus en plus par le tota­li­ta­risme du pro­fit. » (« Solidarité avec Notre-Dame-des-Landes », Siné Mensuel, avril 2018)

Organe éta­tique : « Le bol­che­visme, lui, s’est vou­lu un huma­nisme : il a récu­pé­ré cyni­que­ment la ten­ta­tive d’affranchissement que fut, pour le pro­lé­ta­riat exploi­té, la démo­cra­tie directe des soviets ou conseils, il en a popu­la­ri­sé l’image à des fins de pro­pa­gande dans le même temps qu’un Soviet suprême deve­nu l’organe éta­tique de la classe domi­nante inter­di­sait toute vel­léi­té d’émancipation indi­vi­duelle et col­lec­tive. » (Lettre de Staline à ses enfants récon­ci­liés, Verdier, 1998)

Pouvoir : « Quiconque exerce un pou­voir se conduit en intel­lec­tuel, qui­conque se can­tonne dans l’intellectualité a l’haleine amère de l’autorité. » (Lettre à mes enfants et aux enfants du monde à venir, Cherche Midi, 2012)

Quantitatif : « L’idéologie, l’information, la culture tendent de plus en plus à perdre leur conte­nu pour deve­nir du quan­ti­ta­tif pur. Moins une infor­ma­tion a d’importance, plus elle est répé­tée et mieux elle éloigne les gens de leurs véri­tables pro­blèmes. Mais nous sommes loin du gros men­songe dont Goebbels dit qu’il passe mieux que tout autre. La sur­en­chère idéo­lo­gique étale avec la même force de convic­tion cent bou­quins, cent poudres à les­si­ver, cent concep­tions poli­tiques dont elle a suc­ces­si­ve­ment fait admettre l’incontestable supé­rio­ri­té. » (Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes géné­ra­tions, Gallimard, 1967–1992)

Religion : « La reli­gion ne ver­ra sa fin qu’avec la fin d’une éco­no­mie qui réduit l’homme au tra­vail et l’arrache à la vraie des­ti­née de se créer en recréant le monde. […] Ceux qui ont médi­té de la détruire en la répri­mant n’ont jamais réus­si qu’à la rani­mer, car elle est par excel­lence l’esprit de l’oppression renais­sant de ses cendres. » (De l’inhumanité de la reli­gion, Denoël, 2000)

Sentence : « Ma rela­tion ami­cale avec Guy Debord s’était bâtie sur une hâte com­mune d’en finir avec l’univers, finis­sant, d’une impos­sible vie. Avant de tour­ner à la fièvre obsi­dio­nale, l’idée du groupe en péril fut le garant de notre soli­da­ri­té. Nous avions le sen­ti­ment d’être man­da­tés par l’Histoire — celle que nous fai­sions — pour exé­cu­ter contre la civi­li­sa­tion mar­chande la sen­tence de mort qu’elle avait pro­mul­guée à son encontre. » (L’État n’est plus rien, soyons tout, Rue des Cascades, 2010)

Transgression : « Nous avons tout à gagner de nous atta­quer au sys­tème et non aux hommes qui en sont à la fois les res­pon­sables et les esclaves. Céder à la peste émo­tion­nelle, à la ven­geance, au défou­le­ment, c’est par­ti­ci­per au chaos et à la vio­lence aveugle dont l’État et ses ins­tances répres­sives ont besoin pour conti­nuer d’exister. Je ne sous-estime pas le sou­la­ge­ment rageur auquel cède une foule qui incen­die une banque ou pille un super­mar­ché. Mais nous savons que la trans­gres­sion est un hom­mage à l’interdit, elle offre un exu­toire à l’oppression, elle ne la détruit pas, elle la res­taure. L’oppression a besoin de révoltes aveugles. » (L’État n’est plus rien, soyons tout, Rue des Cascades, 2010)

Univers : « Ceux qui font de la terre un cloaque sont deve­nus le cloaque de la terre. Je ne sais si, exau­çant les vœux du brave Meslier, le der­nier bureau­crate sera pen­du avec les tripes du der­nier des prêtres. En revanche, je ne doute pas qu’un jour les enfants des enfants des mana­gers dévas­tant et infec­tant l’univers leur cra­che­ront au visage. Vous objec­te­rez que, d’ici là, les patrons seront des cadavres ? Pour tout dire, ils le sont déjà, mais il est des cha­rognes qui, à pour­rir long­temps, trans­forment la terre en cime­tière. » (Pour l’abolition de la socié­té mar­chande — Pour une socié­té vivante, Payot & Rivages, 2002)

Vie : « Le par­ti pris de la vie est un par­ti pris poli­tique. Nous ne vou­lons pas d’un monde où la garan­tie de ne pas mou­rir de faim s’échange contre le risque de mou­rir d’ennui. » (Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes géné­ra­tions, Gallimard, 1967–1992)

Week-end : « À heures et dates fixes, ils désertent les bureaux, les éta­blis, les comp­toirs pour se jeter, avec les mêmes gestes caden­cés, dans un temps mesu­ré, comp­ta­bi­li­sé, débi­té à la pièce, éti­que­té de noms qui sonnent comme autant de fla­cons joyeu­se­ment débou­chés : week-end, congé, fête, repos, loi­sir, vacances. Telles sont les liber­tés que leur paie le tra­vail et qu’ils paient en tra­vaillant. […] Pourtant, le dimanche, vers les quatre heures de l’après-midi, ils sentent, ils savent qu’ils sont per­dus, qu’ils ont, comme en semaine, lais­sé à l’aube le meilleur d’eux-mêmes. Qu’ils n’ont pas arrê­té de tra­vailler. » (Adresse aux vivants sur la mort qui les gou­verne et l’opportunité de s’en défaire, Seghers, 1990)

XIXe siècle : « De même que la révo­lu­tion indus­trielle a sus­ci­té, dès le début du XIXe siècle, un nombre consi­dé­rable d’inventeurs et d’innovations — élec­tri­ci­té, gaz, machine à vapeur, télé­com­mu­ni­ca­tions, trans­ports rapides —, de même notre époque est-elle en demande de nou­velles créa­tions qui rem­pla­ce­ront ce qui ne sert aujourd’hui la vie qu’en la mena­çant : le pétrole, le nucléaire, l’industrie phar­ma­ceu­tique, la chi­mie pol­luante, la bio­lo­gie expé­ri­men­tale… et la plé­thore de ser­vices para­si­taires où la bureau­cra­tie pro­li­fère. » (Avertissement aux éco­liers et lycéens, Mille et une nuits, 1998)

Yeux : « Il n’y a pas d’innocents aux yeux du pou­voir, des magis­trats, des poli­ciers. La condam­na­tion est un préa­lable. L’échafaud est dres­sé en per­ma­nence. » (Contribution à l’émergence de ter­ri­toires libé­rés de l’emprise éta­tique, Payot & Rivages, 2018)

Zapatistes : « J’ai per­çu dans les com­mu­nau­tés pay­sannes indi­gènes, qui comptent par­mi les plus pauvres du Mexique, un mou­ve­ment d’affranchissement, à la fois intense et lent, où s’esquisse une réa­li­té que je n’ai obser­vée nulle part ailleurs : une démo­cra­tie directe fon­dée sur un véri­table pro­grès humain. Les zapa­tistes du Chiapas ont entre­pris de résis­ter à toutes les formes de pou­voir en s’organisant par eux-mêmes et en pra­ti­quant l’autonomie. » (L’État n’est plus rien, soyons tout, Rue des Cascades, 2010)


Tous les abé­cé­daires sont confec­tion­nés, par nos soins, sur la base des ouvrages, articles, entre­tiens et cor­res­pon­dances des auteur·e·s.
Photographie de ban­nière : Ben Zank


REBONDS

☰ Lire notre abé­cé­daire d’Élisée Reclus, mars 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire de Virginia Woolf, mars 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire de Frantz Fanon, jan­vier 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire d’Annie Ernaux, décembre 2018
☰ Lire notre abé­cé­daire de Daniel Guérin, novembre 2018
☰ Lire notre abé­cé­daire de Toni Morrison, octobre 2018
☰ Lire notre abé­cé­daire de Simone Weil, sep­tembre 2018

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.