L’abécédaire de Christine Delphy


Texte inédit pour le site de Ballast

Sociologue et fémi­niste, mili­tante de la pre­mière heure au sein du Mouvement de libé­ra­tion des femmes et cofon­da­trice de la revue Nouvelles Questions fémi­nistes, Christine Delphy lan­ça éga­le­ment, en 2002, la Coalition inter­na­tio­nale contre la guerre menée par les États-Unis en Afghanistan — s’élevant, par là même, contre l’instrumentalisation de la condi­tion des femmes à des fins mili­taires. Marxiste, ou mar­xienne, elle reven­dique le maté­ria­lisme comme l’« outil même » des groupes oppri­més et s’attacha, sa vie de théo­ri­cienne durant, à faire état du « tra­vail domes­tique gra­tuit » dévo­lu aux femmes. Une figure du fémi­nisme fran­çais : incon­tour­nable et cli­vante.


Abolitionnisme : « L’abolitionnisme, c’est le pro­jet d’une socié­té sans pros­ti­tu­tion, mais ce n’est en aucune façon la volon­té de s’en prendre aux prostitué.e.s, bien au contraire. Dans l’analyse qui sous-tend ce pro­jet, la pros­ti­tu­tion est concep­tua­li­sée comme un des effets du patriar­cat. » (« Du voile à la pros­ti­tu­tion », entre­tien, 2013)

Bêtes : « C’est l’existence même des abat­toirs qu’il va pour­tant fal­loir, tous ensemble, oser remettre en cause. […] Le meurtre ali­men­taire, comme l’ap­pelait Pythagore, puis Porphyre, est ins­ti­tu­tion­na­li­sé et, pour­tant, il n’est pas ­néces­saire à notre sur­vie. Nous atten­dons le jour où ce sera le sys­tème tout entier qui occu­pe­ra le banc des accu­sés. » (Tribune col­lec­tive cosi­gnée par Christine Delphy, Libération, mars 2017)

Capitalisme : « Mes détrac­teurs, de moins en moins nom­breux, sont tou­jours ceux qui pensent que le capi­ta­lisme est la cause de tout. Le sys­tème patriar­cal pré­exis­tait au capi­ta­lisme. Le sys­tème capi­ta­liste n’a pas de rai­son de faire de dif­fé­rence entre les sexes. S’il en fait, c’est bien qu’il y a col­lu­sion entre capi­ta­lisme et patriar­cat. Le capi­ta­lisme actuel appuie le sys­tème le plus spé­ci­fique de l’oppression patriar­cale, soit l’extorsion de tra­vail gra­tuit aux femmes. Car les femmes tra­vaillent aus­si sur le mar­ché du tra­vail et, là, elles sont sous-payées par rap­port aux hommes. » (Entretien paru dans le n° 1272 de la revue Politis, octobre 2013)

Discrétion : « Le mes­sage de Finkielkraut : Faites ce que vous vou­lez, mais de la dis­cré­tion, que diable !, c’est le dis­cours le plus clas­sique, un dis­cours qui paraît ano­din, et jus­te­ment, libé­ral : après tout, on n’est pas tenu de s’afficher. Et c’est pour­tant ce qui montre qu’il n’y a aucune dif­fé­rence entre la posi­tion non-éclai­rée dite homo­phobe et la posi­tion libé­rale : la der­nière n’est pas moins répres­sive, elle est plus hypo­crite, c’est tout. […] La dis­cré­tion, c’est aus­si écou­ter les his­toires hété­ro­sexuelles de ses col­lègues, des voi­sins de res­tau­rant, sans jamais mou­fe­ter, et sans jamais par­ler de soi. C’est être seul.e. C’est men­tir. Un peu, beau­coup, par action, par omis­sion. Même à ses amis. L’estime de soi ne résiste pas long­temps à ce trai­te­ment. Vivre dans la peur, dans le men­songe, dans la soli­tude, dans le mépris de soi : voi­là ce que nous imposent ces libé­raux qui ne demandent que de la dis­cré­tion. » (« L’humanitarisme répu­bli­cain contre les mou­ve­ments homo », Politique la revue, 1997)

Émancipation : « La pra­tique de la non-mixi­té est tout sim­ple­ment la consé­quence de la théo­rie de l’auto-émancipation. L’auto-émancipation, c’est la lutte par les oppri­més pour les oppri­més. Cette idée simple, il semble que chaque géné­ra­tion poli­tique doive la redé­cou­vrir. […] Les oppri­més doivent non seule­ment diri­ger la lutte contre leur oppres­sion, mais aupa­ra­vant défi­nir cette oppres­sion elles et eux-mêmes. C’est pour­quoi la non-mixi­té vou­lue, la non-mixi­té poli­tique, doit demeu­rer la pra­tique de base de toute lutte ; et c’est seule­ment ain­si que les moments mixtes de la lutte — car il y en a et il faut qu’il y en ait — ne seront pas sus­cep­tibles de déra­per vers une recon­duc­tion douce de la domi­na­tion. » (« La non-mixi­té : une néces­si­té poli­tique », Lmsi, 2016)

Foulard : « Se fixer uni­que­ment sur le fou­lard : voi­là une des grandes mani­fes­ta­tions du racisme. On le voit chez l’autre, parce que c’est un signe étran­ger et qu’on ne le sup­porte pas. Ce n’est pas l’infériorité des femmes que l’on ne sup­porte pas. Si la socié­té fran­çaise ne l’acceptait pas, on serait au cou­rant ! Malheureusement, elle la sup­porte très bien. Ce qu’elle ne sup­porte pas c’est le côté exo­tique et étran­ger. Elle se défausse ain­si de sa propre oppres­sion patriar­cale et sexiste en disant que c’est chez l’autre que cela existe, pas chez elle. » (Entretien pour Socialisme inter­na­tio­nal, n° 11, 2004)

Genre : « Qu’est-ce que le sys­tème de genre ? C’est le sys­tème cog­ni­tif qui sépare l’humanité en deux groupes tota­le­ment dis­tincts, tota­le­ment étanches, exclu­sifs l’un de l’autre et tota­le­ment hié­rar­chi­sés. […] Qu’est-ce que le genre ? En tant que concept, il cor­res­pond à peu près au sexe social. La recherche a prou­vé que la plu­part des dif­fé­rences entre les sexes, les dif­fé­rences de sta­tut social, de richesse et de pou­voir, mais aus­si les dif­fé­rences dites psy­cho­lo­giques, d’aptitudes et d’attitudes entre femmes et hommes, ne sont cau­sées ni par le sexe ana­to­mique, ni par les dif­fé­rences de fonc­tion dans la pro­créa­tion que ce sexe ana­to­mique induit. » (Classer, domi­ner, La Fabrique, 2008)

Humanité : « L’égalité-déjà-là n’est pas seule­ment un men­songe : c’est un poi­son qui entre dans l’âme des femmes et détruit leur estime d’elles-mêmes, leur croyance sou­vent fra­gile qu’elles sont des êtres humains à part entière — et pas à moi­tié. C’est un des enjeux du fémi­nisme aujourd’hui — y rame­ner les femmes. Or cela implique non seule­ment de lut­ter contre le patriar­cat mais de faire pas­ser le mes­sage : oui, il faut se battre encore et tou­jours ; non, nulle part, dans aucun pays et dans aucun rap­port social, les domi­nants ne renoncent de bon gré à leurs pri­vi­lèges. Mais com­battre la vision idéo­lo­gique du pro­grès-qui-marche-tout-seul et ne va que dans un sens — le bon — n’est pas suf­fi­sant. » (Un Universalisme si par­ti­cu­lier, Syllepses, 2010)

Simone de Beauvoir à la Fête du MLF, Vincennes, 1973 (Janine Niépce)

Ingérence : « Les mots ont chan­gé, mais il n’est pas dif­fi­cile de recon­naître sous le nou­veau vocable du devoir d’ingérence la vieille mis­sion civi­li­sa­trice, tou­jours aus­si meur­trière, car elle incor­pore le para­doxe du mis­sion­naire : On sau­ve­ra leurs âmes (leur liber­té) même s’il faut les tuer pour cela. » (Classer, domi­ner, La Fabrique, 2008)

Jeunesse : « Le sta­tut d’enfant — le sta­tut de mineur — est, y com­pris dans nos socié­tés déve­lop­pées, un sta­tut d’infériorité sociale géné­rale, d’incapacité légale, de subor­di­na­tion, et d’appropriation. On le voit bien dans les cas de divorce, la ques­tion est : à qui appar­tiennent les enfants ? Les enfants sont des pro­prié­tés. […] Le père inces­tueux, la mère vio­lente, vont-ils au nom de leur enfant, por­ter plainte contre eux-mêmes ? L’absence de per­son­na­li­té juri­dique des enfants, leur grande soli­tude, leur vul­né­ra­bi­li­té léga­le­ment orga­ni­sée, voi­là aus­si l’une des pierres de touche, sinon la pierre de touche, du sta­tut de mineur — qui est un sta­tut de non-per­sonne. » (Avant-pro­pos à La Domination adulte de Yves Bonnardel, Myriadis, 2015)

Karl Marx : « J’utilise le cadre glo­bal de l’analyse mar­xiste, comme il est évident dans l’importance que je donne aux modes de pro­duc­tion dans l’organisation sociale. Cependant, il appa­raît, aux non-mar­xistes, mais encore plus aux mar­xistes, que je me démarque extrê­me­ment de l’analyse pré­cise de Marx, et de celle des mar­xistes contem­po­rains ortho­doxes. En effet je refuse le dogme de la pré­émi­nence abso­lue du mode de pro­duc­tion capi­ta­liste sur les autres, et plus encore celui de sa soli­tude : j’ai fait l’hypothèse et la théo­rie d’un autre mode de pro­duc­tion. » (Préface à L’Ennemi prin­ci­pal, tome 1, 2013)

Libération : « Dans l’immédiat on peut poser que la libé­ra­tion des femmes ne se fera pas sans la des­truc­tion totale du sys­tème de pro­duc­tion et de repro­duc­tion patriar­cal. Ce sys­tème étant cen­tral à toutes les socié­tés connues, cette libé­ra­tion implique le bou­le­ver­se­ment total des bases de toutes les socié­tés connues. Ce bou­le­ver­se­ment ne pour­ra se faire sans une révo­lu­tion, c’est-à-dire une prise de pou­voir poli­tique. » (L’Ennemi prin­ci­pal, tome 1, 2013)

Morale : « Mais ce qui serait mal­heu­reux, ce serait qu’un mou­ve­ment poli­tique n’ait pas de morale. Il y a for­cé­ment une morale. Il est là pour avoir une morale, entre autres choses. […] On ne peut pas être sans normes. » (L’Ennemi prin­ci­pal, tome 2, 2013)

Ni putes ni sou­mises : « Cela aurait pu être inté­res­sant. C’est une créa­tion de SOS-Racisme, lui-même crée en par­tie par Julien Dray, l’une des pires expres­sions du PS. Les filles de Ni putes ni sou­mises ont été com­plè­te­ment ins­tru­men­ta­li­sées. Comme le fait tou­jours le pou­voir, il a pris des gens et les a uti­li­sés contre leurs propres inté­rêts. Fadela Amara a quand même dit que l’antisémitisme est la mère de tous les racismes et que c’est contre cela qu’il faut lut­ter en pre­mier ! Voilà des pro­pos hal­lu­ci­nants, venant de la bouche de gens qui subissent une véri­table dis­cri­mi­na­tion et qui disent qu’il faut d’abord lut­ter pour le voi­sin. Les filles de Ni putes ni sou­mises disent ce qu’on veut entendre d’elles, à savoir que la vio­lence mas­cu­line s’exerce dans les ghet­tos magh­ré­bins et noirs. Elles dia­bo­lisent les jeunes hommes qui y vivent. S’il est clair qu’en matière de sexisme et de machisme ils ne sont pas mieux que les autres, il est cer­tain qu’ils ne sont pas pires que les autres. » (Entretien pour Socialisme inter­na­tio­nal, n° 11, 2004)

REUTERS/Philippe Wojazer

Objet : « On nous exhorte à consi­dé­rer la reli­gion comme une affaire pri­vée et même intime, qui ne devrait se dire qu’entre soi et soi et se pra­ti­quer de la même façon que la toi­lette, dans le secret des salles de bains. […] La fameuse loi de 1905 (en France) est l’objet d’un contre­sens abso­lu depuis l’affaire du fou­lard. On lui fait dire qu’elle désap­prou­ve­rait les reli­gions, et même qu’elle lut­te­rait contre elles, au nom de la rai­son. Dans cet argu­ment, la rai­son appa­raît comme un syno­nyme caché de l’athéisme. Seul l’athéisme serait rai­son­nable, et si on veut obéir à la rai­son, on devient for­cé­ment athée. Cette concep­tion vou­drait créer une hié­rar­chie entre l’athéisme et les autres croyances ; et elle abou­tit, on le voit en France depuis une dizaine d’années, à plai­der pour la trans­for­ma­tion sour­noise de l’athéisme en reli­gion d’État. […] La liber­té de conscience est — avec le droit à la vie et à ne pas être enfer­mé arbi­trai­re­ment — la pierre d’angle de ce qu’on appelle les droits fon­da­men­taux (ou droits humains, ou liber­tés indi­vi­duelles, ou liber­tés publiques). […] C’est pour­quoi la liber­té de pra­ti­quer son culte, et de le pra­ti­quer publi­que­ment, de même qu’on dif­fuse publi­que­ment ses opi­nions poli­tiques, phi­lo­so­phiques, esthé­tiques, est garan­tie par les Conventions inter­na­tio­nales. » (Un Universalisme si par­ti­cu­lier, Syllepses, 2010)

Prise de conscience : « Il est nor­mal que les femmes soient anti­fé­mi­nistes ; c’est le contraire qui serait éton­nant. Et la prise de conscience, le deve­nir-fémi­niste n’est pas une Pentecôte sou­daine et bru­tale ; la conscience n’est pas acquise en une fois et une fois pour toutes ; c’est un pro­ces­sus long et jamais ter­mi­né, dou­lou­reux de sur­croît, car c’est une lutte de tous les ins­tants contre les évi­dences : la vision idéo­lo­gique du monde, et contre soi. » (L’Ennemi prin­ci­pal, tome 1, 2013)

Queer : « Il sem­ble­rait qu’on aban­donne l’idée de lutte col­lec­tive pour une trans­for­ma­tion sociale. On parle d’actes de sub­ver­sion indi­vi­duelle ou de résis­tance indi­vi­duelle. C’est le cas dans le mou­ve­ment queer. On a l’impression que tout ce qu’on peut espé­rer, c’est mettre quelques grains de sable dans le sys­tème et non plus le défaire. » (Entretien paru dans le n° 1272 de la revue Politis, octobre 2013)

Réalité : « Le secret du mou­ve­ment des années 1970, c’est d’avoir uti­li­sé les décou­vertes pro­fondes des pay­sans chi­nois et du mou­ve­ment Noir amé­ri­cain : par­ler la souf­france pour se rap­pe­ler la souf­france. Car la lutte poli­tique, si elle n’est pas ali­men­tée sans cesse par la conscience vécue, qua­si­ment char­nelle, de la réa­li­té de l’oppression, devient un com­bat phi­lan­thro­pique ; et quand des femmes deviennent les phi­lan­thropes d’elles-mêmes, ne se sou­viennent plus ou veulent oublier qu’elles sont les humi­liées et les offen­sées dont elles parlent, la force n’est plus avec elles. Garder, retrou­ver les sources de cette force, c’est aus­si l’un des défis du nou­veau siècle pour le mou­ve­ment fémi­niste. » (Un Universalisme si par­ti­cu­lier, Syllepses, 2010)

Sexisme : « La socié­té fran­çaise dans son ensemble, avec l’aide d’une grande par­tie des femmes qui se disent fémi­nistes, est arri­vée à faire d’une pierre deux coups : d’une part, à accu­ser toute une par­tie de la popu­la­tion [« les Arabes et les Noirs »] de défauts ignobles — elle serait non seule­ment sexiste mais aus­si homo­phobe, anti­sé­mite — et, d’autre part, à absoudre com­plè­te­ment de sexisme la socié­té domi­nante. Le résul­tat, c’est qu’on ne parle plus du sexisme géné­ral de notre socié­té, tous hommes confon­dus. » (« La fabri­ca­tion de l’Autre par le pou­voir », Migrations et socié­tés, entre­tien, 2011)

Tenues : « Les vête­ments sont gen­rés : ils signi­fient, entre autres choses, la hié­rar­chie entre hommes et femmes. Et les vête­ments des femmes, qu’il s’agisse des talons hauts, avec la réduc­tion de la mobi­li­té et du confort qu’ils entraînent, ou du voile inté­gral (niqab), qui limite aus­si la mobi­li­té et le confort, disent clai­re­ment que pour plaire aux hommes les femmes doivent volon­tai­re­ment se mettre dans des situa­tions où leur infé­rio­ri­té sta­tu­taire est mar­quée, à la fois par le sens (com­pris par tout le monde) du vête­ment et par les consé­quences concrètes qu’il entraîne (comme l’incapacité de cou­rir, et donc la vul­né­ra­bi­li­té), consé­quences qui font d’ailleurs par­tie de son sens. » (« La fabri­ca­tion de l’Autre par le pou­voir », Migrations et socié­tés, entre­tien, 2011)

Universel : « Le fémi­nisme doit être mon­dial ou ne pas être. Il doit prendre en compte les luttes de toutes les femmes du monde, et de tous les groupes de femmes. Ces femmes ne peuvent lut­ter qu’à par­tir de leur propre vie et de leur propre expé­rience. Un fémi­nisme qui exclut la vie et l’expérience de cer­taines femmes ne peut pas être valable. De la même façon qu’un socia­lisme qui exclu­rait l’expérience d’une cer­taine couche de la popu­la­tion ou de cer­tains sec­teurs pro­fes­sion­nels ne le serait pas. C’est le pro­blème de géné­ra­li­ser à par­tir d’un cas par­ti­cu­lier, et de pré­tendre déte­nir l’universel, spé­cia­li­té typi­que­ment occi­den­tale. » (Entretien pour Socialisme inter­na­tio­nal, n° 11, 2004)

Getty Images

Viol : « On voit sou­vent les formes vio­lentes ou mar­chandes de la sexua­li­té — le viol, la pros­ti­tu­tion — comme une uti­li­sa­tion des femmes au ser­vice de besoins des hommes, besoins qui sont posés comme phy­siques et non pas comme sociaux. On com­mence à voir, avec les ana­lyses fémi­nistes du viol, qu’il n’en est rien. Le viol ne cor­res­pond pas à un besoin phy­sique, mais à une volon­té d’humilier, de rabais­ser, de nier l’humain chez les femmes. Dans tous les sys­tèmes de domi­na­tion, il se crée une idéo­lo­gie qui jus­ti­fie la domi­na­tion : les dominé.e.s sont des êtres inférieur.e.s. » (« Du voile à la pros­ti­tu­tion », entre­tien, 2013)

W. Bush : « Le motif moral — ici la libé­ra­tion des femmes afghanes — fait appel à des valeurs en appa­rence pro­gres­sistes : mais en appa­rence seule­ment ; car à l’examen, elles consistent en la croyance plus ou moins consciente en la mis­sion de l’Occident ; or nous ne croyons avoir une telle mis­sion que parce que nous croyons pos­sé­der la civi­li­sa­tion ; aucun jour­na­liste, aucun homme poli­tique, aucun intel­lec­tuel, n’a cri­ti­qué l’équation faite par G.W. Bush et ses épi­gones entre Occident et civi­li­sa­tion après les atten­tats du World Trade Center — au contraire, un consen­sus total s’est déga­gé pour y voir une attaque contre la civi­li­sa­tion. » (Classer, domi­ner, La Fabrique, 2008)

XIXe siècle : « Le terme Patriarcat était peu uti­li­sé jusqu’au début des années 1970, c’est à dire jusqu’à la renais­sance du fémi­nisme dans les pays occi­den­taux. Cependant ce terme fai­sait par­tie du lan­gage cou­rant, mais prin­ci­pa­le­ment sous la forme de l’adjectif patriar­cal. D’ailleurs c’est sur­tout la lit­té­ra­ture, et par­ti­cu­liè­re­ment la lit­té­ra­ture du XIXe siècle, qui en a fait un mot fami­lier. En revanche, les sciences humaines l’ignoraient et l’ignorent encore le plus sou­vent. » (« Le patriar­cat, le fémi­nisme et leurs intel­lec­tuelles », Nouvelles Questions Féministes, n° 2, 1981)

Yeux : « Je pense que l’on ne peut pas iso­ler la sexua­li­té de l’ensemble de la culture. Je me suis tou­jours deman­dé quelle place don­ner à la sexua­li­té. Moi, je ne crois pas aux besoins sexuels. Car l’espèce humaine n’est pas une espèce qui a des ins­tincts. Donc je ne crois pas du tout qu’il y ait des besoins sexuels, ni des pul­sions d’ailleurs. […] Malheureusement, il y a aus­si un vrai pro­blème poli­tique à jus­ti­fier la pros­ti­tu­tion de cette façon‑là ! […] On le voit bien puisque le terme de pul­sion n’est uti­li­sé que pour les hommes (c’est ce qu’ils disent aux juges, ils ont des rideaux rouges qui leur tombent sur les yeux : Monsieur le juge, j’ai eu une pul­sion, je ne sais pas ce qui s’est pas­sé). » (« Genre à la fran­çaise ? », Sociologie°3, vol. 3, 2012)

Zizi : « Ce zizi est un mar­queur de la classe domi­nante. […] Ils prêtent à leur zizi des pou­voirs magiques ; c’est nor­mal, ils le pensent comme ori­gine de leurs pri­vi­lèges — d’où les théo­ries les plus far­fe­lues. » (Extrait du DVD L’Abécédaire de Christine Delphy, Florence & Sylvie Tissot, 2015)


Tous les abé­cé­daires sont confec­tion­nés, par nos soins, sur la base des ouvrages, articles, entre­tiens ou cor­res­pon­dances des auteur.e.s.
Photographie de ban­nière : 1972, Membres du New York women’s Liberation Army mani­fes­tant pour le droit à l’avortement (Peter Keegan/Keystone/Getty Images)


REBONDS

☰ Lire notre abé­cé­daire du sous-com­man­dant Marcos, mai 2017
☰ Lire notre abé­cé­daire de Louise Michel, mars 2017
☰ Lire notre abé­cé­daire de Pierre Bourdieu, jan­vier 2017
☰ Lire notre abé­cé­daire d’Emma Goldman, novembre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire de Rosa Luxemburg, octobre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire d’Angela Davis, octobre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire de George Orwell, octobre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire de Noam Chomsky, sep­tembre 2016

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.