L’abécédaire du sous-commandant Marcos


Texte inédit pour le site de Ballast

Après avoir secoué le monde au mitan des années 1990, le mou­ve­ment por­té par le sous-com­man­dant insur­gé Marcos, dit « Sup », a quelque peu dis­pa­ru des radars média­tiques, voire mili­tants. Ne par­lons d’ailleurs plus de Marcos puis­qu’il annon­ça lui-même son auto-dis­so­lu­tion en 2014 : il se nomme à pré­sent Galeano. Mais si Marcos n’est plus, le zapa­tisme, dont le pro­jet réside dans « la créa­tion du pou­voir d’en-bas » (contre « l’en-haut »), bouge bel et bien ; trois ans plus tard, le mou­ve­ment annon­çait, non sans éton­ne­ment, qu’une can­di­date indi­gène se pré­sen­te­rait aux élec­tions pré­sidentielles — dans le seul but d’« ame­ner le mes­sage de lutte et d’organisation aux pauvres de la cam­pagne et de la ville du Mexique et du monde ». Elle se reti­ra, faute des signa­tures néces­saires. « Le peuple com­mande, le gou­ver­ne­ment obéit. C’est pour cela que nous devons lut­ter », cla­ma en jan­vier 2019 le suc­ces­seur de Marcos/Galeano, le sous-com­man­dant insur­gé Moisés, à l’oc­ca­sion des 25 ans du sou­lè­ve­ment.


Armes : « Nous pen­sons que celui qui conquiert le pou­voir par les armes ne devrait jamais gou­ver­ner, car il risque de gou­ver­ner par les armes et par la force. Celui qui recourt aux armes pour impo­ser ses idées est cer­tai­ne­ment très pauvre en idées. » (La Dignité rebelle — Conversations avec le sous-com­man­dant Marcos, Galilée, 2001)

Blues : « Quand Dieu a créé le monde, il a d’abord créé le blues. Après, le blues a com­men­cé à avoir ses humeurs, comme on dit, et de là est né le jazz et ensuite le rock. Mais au début, comme dans la Genèse, qui dit qu’en pre­mier la lumière fut, en musique, au début fut le blues, c’est de là que tout vient. Le blues, c’est comme si on vous agrip­pait le cœur et qu’on le chif­fon­nait comme ça. » (« Entretien avec le sous-com­man­dant insur­gé Marcos », Raymundo Reynoso, AMATE, novembre 2006)

Cœur : « Quand nous, hommes et femmes zapa­tistes, par­lons, nous met­tons en avant le cœur rouge qui bat en nous col­lec­ti­ve­ment. […] Je sais que les sen­ti­ments n’ont pas leur place dans la théo­rie, du moins dans celle qui avance en tré­bu­chant aujourd’­hui. Qu’il est très dif­fi­cile de res­sen­tir avec la tête et de pen­ser avec le cœur. Et qu’en­vi­sa­ger cette pos­si­bi­li­té a don­né lieu à pas mal de mas­tur­ba­tions théo­riques […]. Nous le savons et nous le com­pre­nons. Mais nous insis­tons : c’est la bonne concep­tion. » (Saisons de la digne rage, « Sentir le rouge », Climats, 2009)

Droite, gauche et centre : « Le centre du pou­voir n’est plus dans les États natio­naux. Cela ne sert donc à rien de conqué­rir le pou­voir. Un gou­ver­ne­ment peut être de gauche, de droite, cen­triste et, fina­le­ment, il ne pour­ra pas prendre les déci­sions fon­da­men­tales. » (La Dignité rebelle — Conversations avec le sous-com­man­dant Marcos, Galilée, 2001)

Échec : « Si on arri­vait à se fondre dans la mon­tagne, ce serait notre arme la plus puis­sante. […] On vivait de fruits sau­vages, de la chasse, on a ouvert un réseau de che­mins qui nous per­met­tait de nous dépla­cer d’une mon­tagne à l’autre sans être vus. C’était une époque de grande soli­tude : rien dans la réa­li­té mon­diale ou natio­nale n’in­di­quait que ce sacri­fice valait la peine ou qu’on avait une chance de gagner, au contraire, tout sem­blait dire qu’on allait à l’é­chec total. » (Le Rêve zapa­tiste, Seuil, 1997)

Fertiliser : « Je t’as­sure, on n’as­pire pas à fer­ti­li­ser de notre sang le che­min de la libé­ra­tion du Mexique. On pré­fé­re­rait fran­che­ment le fer­ti­li­ser de notre vie ! […] Notre mort n’est pas indis­pen­sable pour que le Mexique soit libre, on fera tout ce qu’on pour­ra pour res­ter en vie. » (Le Rêve zapa­tiste, Seuil, 1997)

Guerre : « On ne peut com­prendre et expli­quer le sys­tème capi­ta­liste sans le concept de guerre. Sa sur­vie et sa crois­sance dépendent de façon pri­mor­diale de la guerre et de tout ce qui s’y asso­cie et qu’elle implique. Par la guerre et dans la guerre, le capi­ta­lisme pille, exploite, réprime et dis­cri­mine. Dans l’é­tape de mon­dia­li­sa­tion néo­li­bé­rale, le capi­ta­lisme fait la guerre à l’hu­ma­ni­té entière. » (Saisons de la digne rage, Climats, 2009)

Homosexuels : « Dans les com­mu­nau­tés indiennes, on ne per­sé­cute pas les gays. Les gens font des blagues, rigolent, mais ils ne sont ni exclus ni pour­chas­sés… En plus, depuis le pre­mier moment, les gens ont vu que le mou­ve­ment gay, mexi­cain sur­tout, envoyait de l’aide ; ils se sont fait expli­quer ce qu’é­tait ce mou­ve­ment et ce n’est pas l’as­pect sexuel qui les a frap­pés mais l’ex­clu­sion sociale. Ils doivent se cacher pour ce qu’ils sont, c’est comme nous, on devait se cacher pour être zapa­tistes. » (Le Rêve zapa­tiste, Seuil, 1997)

(DR)

Inversion : « Nous n’al­lons pas créer une force poli­tique pour par­ti­ci­per à la lutte pour le pou­voir, nous vou­lons au contraire orga­ni­ser une inver­sion du pou­voir. Voilà le pari que nous fai­sons. On nous dit que cela ne peut pas être fait, que cela n’existe dans aucune théo­rie poli­tique, qu’il est impos­sible de pro­je­ter une révo­lu­tion poli­tique sans vou­loir la prise du pou­voir. Mais tout cela est faux […]. » (Marcos, le maître des miroirs, Mille et une nuits, 1999)

Joie : « Nous, on dit qu’on est un joyeux bor­del ! Par notre com­po­si­tion sociale, on est un mou­ve­ment indien, ou majo­ri­tai­re­ment indien, en armes ; poli­ti­que­ment, on est un mou­ve­ment de citoyens en armes, avec des exi­gences de citoyens. » (Le Rêve zapa­tiste, Seuil, 1997)

Kissinger : « Une gué­rilla qui ne perd pas gagne. Et une armée régu­lière qui ne gagne pas perd… Et ça, ce n’est pas le Che qui l’a dit, c’est Kissinger ! Nous, tant qu’on ne perd pas on gagne, et notre enne­mi, tant qu’il ne gagne pas il perd — même s’il est très supé­rieur, avec tous ses tanks et ses héli­co­ptères. » (Propos recueillis par Dauno Tótoro Taulis, La Realidad, octobre 1995)

Lectures : « Quand je suis quelque part, comme ici, où il y a Internet, je me connecte et je lis et je regarde tout. Mais, en lit­té­ra­ture, je lis sur­tout du théâtre, les pièces de Brecht, des romans et les clas­siques comme Cervantès. Le meilleur livre de théo­rie poli­tique est L’Ingénieux Hidalgo don Quichotte de la Manche. » (« Entretien avec le sous-com­man­dant insur­gé Marcos », Raymundo Reynoso, AMATE, novembre 2006)

Médias alter­na­tifs : « Pour nous, le rôle que jouent les médias alter­na­tifs et celui des gens qui y tra­vaillent conti­nuent d’être essen­tiel. Je peux même vous dire qu’un jour, je ne me rap­pelle plus où, j’ai eu une prise de bec avec les orga­ni­sa­teurs d’une des étapes parce qu’ils vou­laient com­men­cer sans attendre les médias alter­na­tifs qui n’étaient pas encore là et que moi, j’insistais en disant qu’eux étaient plus impor­tants que moi. » (« Entretien avec le sous-com­man­dant insur­gé Marcos », Raymundo Reynoso, AMATE, novembre 2006)

Nous : « Est-ce utile de par­ler ? Nos cris sont-ils char­gés comme des bombes ? Notre parole sauve-t-elle la vie d’un enfant pales­ti­nien ? Nous, nous pen­sons que, oui, ça sert à quelque chose, que peut-être que nous n’arrêtons pas une bombe, que peut-être que notre parole ne se trans­forme pas en un bou­clier blin­dé qui empêche que cette balle de calibre 5.56 mm ou 9 mm dont les lettres IMI, Industrie mili­taire israé­lienne, sont gra­vées sur la car­touche, n’arrive à la poi­trine d’une petite fille ou d’un petit gar­çon pales­ti­nien, mais que peut-être notre parole arri­ve­ra à s’unir à d’autres du Mexique et du monde et peut-être qu’en pre­mier elle se conver­ti­ra en un mur­mure, puis en une voix plus forte et enfin en un cri qu’on enten­dra à Gaza. » (Intervention du sous-com­man­dant Marcos lors du Festival de la Digne Rage, jan­vier 2009)

(DR)

Ouvriers : « Le zapa­tisme a du mal à embrayer sur le mou­ve­ment ouvrier en géné­ral, pas seule­ment sur les maqui­la­do­ras [usines, ndlr]. Il a eu beau­coup d’im­pact dans les com­mu­nau­tés indiennes, chez les employés, les ensei­gnants, les intel­lec­tuels, les artistes, mais pas dans la classe ouvrière mexi­caine. […] C’est un échec fla­grant. » (Le Rêve zapa­tiste, Seuil, 1997)

Peur : « Ce que nous vou­lons, c’est pou­voir nous lever chaque matin sans que la peur soit à l’ordre du jour. La peur d’être Indiens, femmes, tra­vailleuses ou tra­vailleurs, homo­sexuels, les­biennes, jeunes, vieux, enfants, autres. Mais nous pen­sons que cela n’est pas pos­sible dans le sys­tème actuel, dans le capi­ta­lisme. » (Saisons de la digne rage, Climats, 2009)

Question éthique : « La révo­lu­tion devient une ques­tion essen­tiel­le­ment morale. Éthique. Plus qu’une ques­tion de répar­ti­tion de la richesse ou l’ex­pro­pria­tion des moyens de pro­duc­tion, la révo­lu­tion repré­sente la pos­si­bi­li­té d’un espace de digni­té pour l’être humain. La digni­té com­mence à deve­nir un mot très impor­tant et cette idée ne vient pas de nous, groupe urbain, elle vient des com­mu­nau­tés. » (Le Rêve zapa­tiste, Seuil, 1997)

Régime cubain : « Le zapa­tisme adopte une dis­tance res­pec­tueuse, mais pas sui­viste : on n’est pas des fana­tiques du régime cubain ; d’ailleurs il faut recon­naître qu’on ne sait pas au juste ce qui se passe là-bas et quoi qu’on dise, pour ou contre, ça nous retom­be­rait des­sus. […] Ils ne parlent pas de nous, ni en bien ni en mal, fai­sons pareil. » (Le Rêve zapa­tiste, Seuil, 1997)

Starification : « [Le Che] était un homme droit, hon­nête, noble, mais un homme, au bout du compte. Ce n’était pas un Dieu ou un lea­der. Et si je pou­vais, c’est ce que j’aimerais être, un homme hon­nête et juste, avec ses défauts, etc., et ne pas être déi­fié ou trans­for­mé en une idole ou en une per­son­na­li­té émi­nente. D’ailleurs, je ne sais pas ce qui est pire, être une idole ou un monstre sacré. » (« Entretien avec le sous-com­man­dant insur­gé Marcos », Raymundo Reynoso, AMATE, novembre 2006)

Théories : « Les théo­ries non seule­ment ne doivent pas s’i­so­ler de la réa­li­té, mais doivent cher­cher en elles les leviers qui leur sont par­fois néces­saires quand elles se retrouvent dans une impasse concep­tuelle. Les théo­ries rondes, com­plètes, ache­vées, cohé­rentes, sont par­faites pour pré­sen­ter un exa­men pro­fes­sion­nel ou rem­por­ter un prix, mais géné­ra­le­ment elles sont réduites en miettes au pre­mier coup de vent de la réa­li­té. » (Saisons de la digne rage, « Sentir le rouge », Climats, 2009)

Utopie : « Je demande qu’on me dise s’il y a jamais eu un pro­grès social dans l’his­toire du monde qui n’ait d’a­bord été consi­dé­ré comme une uto­pie avant de voir le jour. Non, il n’y a jamais rien eu de tel. » (Marcos, le maître des miroirs, Mille et une nuits, 1999)

Chiapas, 2014, par Marta Molina

Visages : « Pourquoi ces masques ? Pourquoi vous cachez-vous ? Soyons sérieux. Personne ne nous regar­dait lorsque nous avan­cions à visage décou­vert, et main­te­nant on nous remarque parce que nous dis­si­mu­lons nos visages. » (Marcos, le maître des miroirs, Mille et une nuits, 1999)

Way of life : « Cette mon­dia­li­sa­tion répand aus­si un modèle géné­ral de pen­sée. L’American way of life, qui avait sui­vi les troupes amé­ri­caines en Europe lors de la Deuxième Guerre mon­diale, puis au Vietnam et, plus récem­ment, dans le Golfe, s’étend main­te­nant à la pla­nète par le biais des ordi­na­teurs. Il s’agit d’une des­truc­tion des bases maté­rielles des États-nations, mais éga­le­ment d’une des­truc­tion his­to­rique et cultu­relle. […] Le néo­li­bé­ra­lisme impose ain­si la des­truc­tion de nations et de groupes de nations pour les fondre dans un seul modèle. Il s’agit donc bien d’une guerre pla­né­taire, la pire et la plus cruelle, que le néo­li­bé­ra­lisme livre contre l’humanité. » (« La qua­trième guerre mon­diale a com­men­cé », Le Monde diplo­ma­tique, août 1997)

XXe siècle : « Le néo­li­bé­ra­lisme, comme sys­tème mon­dial, est une nou­velle guerre de conquête de ter­ri­toires. […] L’ordre mon­dial est reve­nu aux vieilles époques des conquêtes de l’Amérique, de l’Afrique et de l’Océanie. Étrange moder­ni­té qui avance à recu­lons. Le cré­pus­cule du XXe siècle res­semble davan­tage aux siècles bar­bares pré­cé­dents qu’au futur ration­nel décrit par tant de romans de science-fic­tion. De vastes ter­ri­toires, des richesses et, sur­tout, une immense force de tra­vail dis­po­nible attendent leur nou­veau sei­gneur. » (« La qua­trième guerre mon­diale a com­men­cé », Le Monde diplo­ma­tique, août 1997)

Yeux : « Nous sommes des guer­riers et en tant que tels nous connais­sons notre rôle et notre heure. À l’aube du pre­mier jour du pre­mier mois de l’année 1994, une armée de géants, c’est-à-dire d’indigènes rebelles, est des­cen­due dans les villes pour, de son pas, secouer le monde. À peine quelques jours plus tard, le sang des nôtres, tom­bés, encore frais dans les rues cita­dines, nous nous sommes ren­dus compte que ceux de l’extérieur ne nous voyaient pas. Habitués à regar­der de haut les indi­gènes, ils n’ont pas levé les yeux pour nous voir. Habitués à nous voir humi­liés, leur cœur ne com­pre­nait pas notre digne révolte. » (Dernier com­mu­ni­qué du sous-com­man­dant Marcos, annon­çant sa propre dis­pa­ri­tion, mai 2014)

Zapatistes : « Pour les zapa­tistes, les valeurs éthiques sont une réfé­rence fon­da­men­tale, beau­coup plus que la real­po­li­tik. Les choix des zapa­tistes leur font man­quer beau­coup d’oc­ca­sions de real­po­li­tik, parce qu’ils accordent plus de valeur aux impli­ca­tions morales» (Le Rêve zapa­tiste, Seuil, 1997)


Tous les abé­cé­daires sont confec­tion­nés, par nos soins, sur la base des ouvrages, articles, entre­tiens ou cor­res­pon­dances des auteur.e.s.
Photographie de ban­nière : Caracol d’Oventic, Adolfo Vladimir / Cuartoscuro.com


REBONDS

☰ Lire notre abé­cé­daire de Louise Michel, mars 2017
☰ Lire notre abé­cé­daire de Pierre Bourdieu, jan­vier 2017
☰ Lire notre abé­cé­daire d’Emma Goldman, novembre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire de Rosa Luxemburg, octobre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire d’Angela Davis, octobre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire de George Orwell, octobre 2016
☰ Lire notre abé­cé­daire de Noam Chomsky, sep­tembre 2016

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.