Gaëtan Flocco : « Tous les sujets ont intériorisé les catégories capitalistes »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Une lec­ture du rap­port sala­rial non dénuée de sens, mais à la vue tout de même un peu courte, s’en tien­drait à divi­ser le monde du tra­vail en deux classes bien dis­tinctes : les exploi­teurs et les exploi­tés. Où pla­cer la caté­go­rie bien par­ti­cu­lière des cadres ? Car s’ils font indé­nia­ble­ment par­tie des pri­vi­lé­giés — tant par le capi­tal éco­no­mique, social et cultu­rel dont ils jouissent —, ils n’en subissent pas moins cer­taines formes de vio­lence mana­gé­riale, l’emprise de la finance et la com­pé­ti­tion géné­ra­li­sée. C’est en tout cas ce qu’explique Gaëtan Flocco, socio­logue et auteur du petit et très éclai­rant ouvrage Des domi­nants très domi­nés — Pourquoi les cadres acceptent leur ser­vi­tude, paru en 2015 aux édi­tions Raisons d’a­gir. Ce livre est le résul­tat d’une enquête sur les cadres, leur rap­port au tra­vail et l’ambivalence de leur posi­tion : nous échan­geons sur ces ques­tions afin de mieux com­prendre pour­quoi ils adhèrent tant à leur condi­tion.


Vous mon­trez que les cadres, « entre réa­li­sa­tion de soi et exploi­ta­tion », ne sont pas com­plè­te­ment dupes des formes de domi­na­tion qu’ils subissent — et exercent —, sans pour autant être rebelles : ils sont à la fois consen­tants et cri­tiques vis-à-vis des logiques mana­gé­riales. Pourquoi cette posi­tion ambi­va­lente per­dure-t-elle ?

Cette ambi­va­lence est sou­vent ana­ly­sée par les socio­logues à pro­pos des cadres mais éga­le­ment de l’ensemble des sala­riés. Selon ces obser­va­teurs, le tra­vail pos­sé­de­rait les deux faces d’une même médaille : d’un côté, il serait épa­nouis­sant et éman­ci­pa­teur, de l’autre, il serait contrai­gnant et alié­nant. Certaines ana­lyses ne vont pas au-delà de ce constat, esti­mant que ces deux facettes ne sont pas contra­dic­toires et coexis­te­raient sans avoir de rap­port entre elles, dans une sorte d’équilibre. Ainsi, pour eux, le tra­vail serait tout à la fois plai­sir et souf­france. Or, l’un des objec­tifs du livre était de mon­trer qu’il existe un lien entre la réa­li­sa­tion de soi au tra­vail et la domi­na­tion, la pre­mière étant mise au ser­vice de la seconde, que cela soit inten­tion­nel­le­ment orches­tré par les direc­tions ou non. Dès l’instant où l’on tra­vaille pour la firme capi­ta­liste, le plai­sir que pro­cure notre acti­vi­té contri­bue à nous rendre plus pro­duc­tifs et conscien­cieux, pro­fi­tant in fine à l’entreprise tout en fai­sant — plus ou moins par­tiel­le­ment, bien sûr — oublier la domi­na­tion.

« Il existe un lien entre la réa­li­sa­tion de soi au tra­vail et la domi­na­tion, la pre­mière étant mise au ser­vice de la seconde. »

C’est ce que Pierre Bourdieu appe­lait la « double véri­té du tra­vail1Pierre Bourdieu, « La Double véri­té du tra­vail », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 114, 1996, pp. 89–90. ». Une telle ana­lyse rela­ti­vise les ver­tus du « bon­heur au tra­vail », puisqu’elle montre que celui-ci est ins­tru­men­ta­li­sé en vue de rendre l’exploitation plus effi­cace et moins visible. Et si les cadres peuvent à la fois être consen­tants dans leur tra­vail et cri­tiques à l’égard de cer­taines de ses dimen­sions, comme je le montre dans le livre, c’est parce que ce pro­jet de mani­pu­la­tion mana­gé­riale ne fonc­tionne pas par­fai­te­ment. Même ceux d’entre eux qui sont les plus conver­tis à la doc­trine néo­li­bé­rale sont en par­tie conscients des dif­fi­cul­tés posées par la domi­na­tion capi­ta­liste, puisqu’ils les vivent au quo­ti­dien. Certes, les cadres puisent dans leur tra­vail de mul­tiples inté­rêts sym­bo­liques qui leur apportent des satis­fac­tions et leur donnent envie de s’impliquer. Ils adhèrent à une idéo­lo­gie qui trans­fi­gure cer­tains aspects, comme l’autonomie et la per­for­mance au tra­vail. De tels méca­nismes sym­bo­liques sont très puis­sants, mais les cadres n’en demeurent pas moins confron­tés aux réa­li­tés de l’entreprise, comme la menace de perdre leur emploi, des pra­tiques hié­rar­chiques auto­ri­taires, des injus­tices fla­grantes, etc. Selon les cir­cons­tances, les évé­ne­ments, ou encore les pro­fils, les cadres seront plus ou moins conscients des mul­tiples pro­blèmes géné­rés par leur condi­tion de domi­nés. Et s’ils ne sont pas tota­le­ment dupes de cette domi­na­tion, le plus sou­vent ils s’y résignent, car il reste dif­fi­cile de la sur­mon­ter indi­vi­duel­le­ment, du fait qu’ils lui trouvent des jus­ti­fi­ca­tions ex-post et font ain­si de néces­si­té ver­tu.

Le phi­lo­sophe Fréderic Lordon estime que cette caté­go­rie — les cadres — nous invite à repen­ser l’a­na­lyse du sala­riat dans les simples termes de « tra­vail » vs « capi­tal » : il affirme que les cadres « sont maté­riel­le­ment du côté du sala­riat, mais sym­bo­li­que­ment du côté du capi­tal ». Partagez-vous cette ana­lyse ?

Entièrement. Évidemment, l’opposition travail/capital est struc­tu­rante et il ne s’agit nul­le­ment de l’évacuer de l’analyse. D’ailleurs, dans son livre d’où est extraite cette cita­tion, Frédéric Lordon le rap­pelle bien2Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et ser­vi­tude — Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010. : pour lui, le rap­port sala­rial, c’est-à-dire cette asy­mé­trie objec­tive entre des tra­vailleurs dénués de tout, qui ne peuvent faire autre­ment pour vivre que d’échanger leur force de tra­vail contre de l’argent, et des capi­ta­listes qui, eux, pos­sèdent tout, demeure le cadre struc­tu­rant de l’enrôlement capi­ta­liste. Toutefois, il est fon­da­men­tal de mon­trer aus­si com­bien ce cadre struc­tu­rant ne se résume pas à une oppo­si­tion mani­chéenne, les cadres illus­trant bien une intri­ca­tion ou un entre­mê­le­ment entre le tra­vail et le capi­tal. D’un côté, on a en effet un sta­tut qui les range du côté des sala­riés, leur fai­sant dire par­fois qu’ils seraient des tra­vailleurs comme les autres, les « grouillots de base » ou les « OS de l’an 2000 ». De l’autre, on a aus­si des indi­vi­dus qui adhèrent à des valeurs, des modes de vie, des attentes, des concep­tions du tra­vail et de l’entreprise qui les rap­prochent des classes diri­geantes.

© Johnson Tsang

Certains auteurs défendent cette idée, impor­tante. C’est le cas notam­ment d’Alain Accardo, qui explique dans un livre éclai­rant que la seule lutte contre la classe pos­sé­dante et les struc­tures objec­tives du capi­ta­lisme, incar­nées notam­ment dans ses ins­ti­tu­tions éco­no­miques et finan­cières, est insuffisante3Alain Accardo, De notre ser­vi­tude invo­lon­taire, Marseille, Agone, 2013.. Dans une pers­pec­tive bour­dieu­sienne, il estime que le capi­ta­lisme ne se résume pas aux seules struc­tures objec­tives, mais consiste éga­le­ment en des struc­tures sub­jec­tives, inté­rio­ri­sées la plu­part du temps de façon incons­ciente, non seule­ment par les agents de la domi­na­tion mais éga­le­ment par les domi­nés — Accardo pointe tout par­ti­cu­liè­re­ment les classes moyennes, dont les cadres sont les repré­sen­tants les plus carac­té­ris­tiques. Dans un autre genre, Anselm Jappe déve­loppe cette idée dans un livre qui m’a for­te­ment marqué4Anselm Jappe, Crédit à mort. La décom­po­si­tion du capi­ta­lisme et ses cri­tiques, Paris, Lignes, 2011.. Lui aus­si estime que la cri­tique sociale ne peut plus se satis­faire d’une grille de lec­ture en terme de luttes de classes. Elle ne peut se conten­ter d’espérer une vic­toire de la classe du tra­vail sur celle du capi­tal, car désor­mais tous les sujets, qu’ils soient domi­nés ou domi­nants, ont inté­rio­ri­sé au plus pro­fond d’eux-mêmes les caté­go­ries capi­ta­listes, celles de la concur­rence, du tra­vail, du mar­ché et de l’argent. C’est donc d’abord de ces caté­go­ries-là, pré­sentes en tout un cha­cun, qu’il importe de s’affranchir plu­tôt que d’espérer encore rem­por­ter le com­bat de la classe des tra­vailleurs sur celles des capi­ta­listes.

Entre le cadre tech­nique fraî­che­ment diplô­mé et le mana­ger haut pla­cé, il y a de grosses dif­fé­rences. Est-il tou­jours per­ti­nent de par­ler des cadres « en géné­ral », comme d’un groupe homo­gène ?

« Désormais, tous les sujets, qu’ils soient domi­nés ou domi­nants, ont inté­rio­ri­sé au plus pro­fond d’eux les caté­go­ries capi­ta­listes, celles de la concur­rence, du tra­vail, du mar­ché et de l’argent. »

Lorsqu’il est étu­dié, le groupe des cadres fait l’objet d’un para­doxe. D’un côté, la plu­part des socio­logues qui s’y inté­ressent cherchent un cri­tère per­met­tant de le carac­té­ri­ser : la « fonc­tion d’encadrement », un « sala­riat de confiance », un « sala­riat inter­mé­diaire », le « mana­ge­ment à dis­tance », etc. De l’autre côté, la ques­tion de l’hétérogénéité est régu­liè­re­ment sou­le­vée au sujet de la caté­go­rie, par­fois par les mêmes socio­logues qui ont cher­ché à iden­ti­fier un cri­tère unique. Ils se demandent alors s’il est pos­sible de la réduire à une seule carac­té­ris­tique compte tenu de son extrême hété­ro­gé­néi­té, si elle consti­tue réel­le­ment une caté­go­rie socio­lo­gique, ou encore s’il ne fau­drait pas tout bon­ne­ment se débar­ras­ser de cette déno­mi­na­tion trop géné­rale, pour pré­ci­ser et spé­ci­fier les ana­lyses, à chaque fois selon les types de cadres, les sec­teurs d’activité, les entre­prises consi­dé­rées, etc. Bien sûr, le phé­no­mène de dif­fé­ren­cia­tion sociale des pra­tiques et des repré­sen­ta­tions est loin d’être négli­geable. Je dirais qu’il se mani­feste qua­si­ment tou­jours, à par­tir du moment où l’on engage une réflexion socio­lo­gique sur la socié­té, compte tenu de la diver­si­té des situa­tions et des tra­jec­toires sociales des indi­vi­dus. On peut même se deman­der si la ques­tion de l’hétérogénéité ne se pose­rait pas pour toutes les caté­go­ries sociales — des chô­meurs aux diri­geants, en pas­sant par les ouvriers et les employés. Il me semble qu’il ne s’agit pas là d’une pro­blé­ma­tique propre aux cadres, même si elle est fré­quem­ment for­mu­lée à leur sujet. En outre, la ques­tion de l’hétérogénéité ne se pose pas seule­ment en soi, de façon exté­rieure à l’observateur. Cela dépend aus­si du type d’analyse que l’on veut mener et ce que l’on sou­haite mon­trer en prio­ri­té.

Dans mon livre, les dif­fé­ren­cia­tions sociales sont abor­dées lorsqu’elles sont struc­tu­rées par les sec­teurs dans les­quels tra­vaillent les cadres, le genre ou encore les types de fonc­tion, fai­sant varier leurs attentes par rap­port au tra­vail. Toutefois, je ne sou­hai­tais pas m’en tenir là. Il me parais­sait impor­tant, pour une col­lec­tion de petit for­mat assu­mant son orien­ta­tion à la fois scien­ti­fique et poli­tique, de mettre l’accent sur les ten­dances domi­nantes de la caté­go­rie, par-delà son hété­ro­gé­néi­té et ses effets. En dépit de cette der­nière, il existe aus­si des ten­dances récur­rentes, d’un type de cadre à l’autre, et même d’un type d’entreprise à l’autre, et ce sont pré­ci­sé­ment ces ten­dances que j’ai vou­lu faire res­sor­tir. Par ailleurs, comme je le rap­pelle en intro­duc­tion de l’ouvrage, ces points com­muns entre les dif­fé­rents cadres ont quelque chose à voir avec la façon dont la caté­go­rie a socia­le­ment et poli­ti­que­ment été construite dans la socié­té fran­çaise tout au long du XXe siècle, ain­si que l’avait expli­qué Luc Boltanski au début des années 19805Luc Boltanski, Les Cadres. La for­ma­tion d’un groupe social, Paris, Les édi­tions de Minuit, 1982.. Indéniablement, le fait que des asso­cia­tions pro­fes­sion­nelles de cadres, des syn­di­cats, des maga­zines, des ins­ti­tuts de for­ma­tion, des caisses de retraite, bref tout un ensemble d’institutions se soient pro­gres­si­ve­ment déve­lop­pées, a contri­bué à don­ner corps à la caté­go­rie mal­gré sa diver­si­té. C’est pro­ba­ble­ment pour cette rai­son qu’elle fait encore sens aujourd’hui dans les entre­prises, en dépit des bou­le­ver­se­ments nom­breux du monde du tra­vail.

© Johnson Tsang

Face à l’in­ten­si­fi­ca­tion du tra­vail, aux restruc­tu­ra­tions, à la peur du chô­mage que les cadres vivent de plus en plus, il res­sort sou­vent un sen­ti­ment d’im­puis­sance, où cha­cun essaie de s’en sor­tir indi­vi­duel­le­ment. Toute forme d’ac­tion col­lec­tive n’est-elle jamais consi­dé­rée ?

Les cas de conflits sociaux impli­quant des cadres et des ingé­nieurs existent. Dans les années 1990–2000, des entre­prises comme Alcatel-CIT, CIC, Thomson-CSF, Elf, Dassault, IBM ou encore ST Microelectronics ont été le théâtre de mobi­li­sa­tions de cadres. En 2009, les ingé­nieurs d’un équi­pe­men­tier auto­mo­bile ont séques­tré des cadres diri­geants pen­dant cinq heures. Des cadres et ingé­nieurs ont par­ti­ci­pé à des débrayages, des blo­cages de sites et des ras­sem­ble­ments chez Thales et Safran en 2010, chez Renault en 2012, dans une filiale infor­ma­tique d’Areva en 2013, ou encore chez Schlumberger en 2015. Toutefois, force est de consta­ter que les cadres sont plus sou­vent du côté des séques­trés que des séques­treurs, a for­tio­ri les cadres diri­geants, qui exercent des res­pon­sa­bi­li­tés impor­tantes. Le sta­tut même de cadre dis­suade en géné­ral de par­ti­ci­per à un conflit au sein d’une entre­prise. Comme ils me l’ont sou­vent confié lors des enquêtes, ils estiment que leur proxi­mi­té fonc­tion­nelle et idéo­lo­gique avec la direc­tion est incom­pa­tible avec leur enga­ge­ment dans un mou­ve­ment social. Ça serait une « contra­dic­tion poli­tique », comme cer­tains le recon­naissent. Par consé­quent, lorsqu’ils ren­contrent un pro­blème dans leur tra­vail en lien avec leur direc­tion, ils pré­fèrent essayer de le régler en consul­tant direc­te­ment leur hié­rar­chie plu­tôt que d’agir col­lec­ti­ve­ment en enga­geant un rap­port de force. Ensuite, comme vous le rap­pe­lez à juste titre, ces mul­tiples micro-arran­ge­ments aux­quels s’adonnent les cadres s’inscrivent dans une ten­dance domi­nante du monde du tra­vail où le conflit n’a pas for­cé­ment dis­pa­ru mais s’est trans­for­mé, pre­nant une forme plus clan­des­tine et indi­vi­duelle.

« Les cadres estiment que leur proxi­mi­té fonc­tion­nelle et idéo­lo­gique avec la direc­tion est incom­pa­tible avec leur enga­ge­ment dans un mou­ve­ment social. »

Cela est lié aux fac­teurs que vous avez men­tion­nés et aux­quels on pour­rait ajou­ter la pré­ca­ri­sa­tion de l’emploi, la des­truc­tion des col­lec­tifs de tra­vail ou encore l’affaiblissement des syn­di­cats et d’organisations poli­tiques comme le Parti com­mu­niste qui autre­fois struc­tu­raient les luttes sociales. Ainsi, cer­tains obser­va­teurs parlent désor­mais de « résis­tances de cadres », de « cadres en lutte », ou encore de « cadres rebelles » pour dési­gner ces nou­veaux com­por­te­ments. Sans for­cé­ment nier l’existence de ces atti­tudes, je trouve un peu exces­sifs les termes employés pour les qua­li­fier. Avant d’utiliser ces déno­mi­na­tions, il me paraît impor­tant de sai­sir la nature des reven­di­ca­tions, les objets de ces luttes, de pré­ci­ser à qui et à quoi elles s’opposent, ain­si que ce qu’elles per­mettent de chan­ger et d’améliorer, avant de les assi­mi­ler à de nou­velles formes de résis­tance ou de révolte. Il faut en quelque sorte les contex­tua­li­ser afin de les rela­ti­vi­ser et ne pas les prendre pour des sortes d’absolu à tra­vers les­quels le moindre geste d’un sala­rié qui sor­ti­rait des clous, la moindre déso­béis­sance de sa part, seraient inter­pré­tés comme les signes d’une résis­tance poli­tique, au risque alors de se leur­rer. Ainsi, je reste tou­jours un peu per­plexe lorsque l’on qua­li­fie de résis­tance ou de luttes des pra­tiques de cadres qui cherchent à contour­ner les normes mana­gé­riales afin de pré­ser­ver leur propre concep­tion du tra­vail qui, mal­gré tout, conti­nue à être réa­li­sée dans le contexte de l’entreprise capi­ta­liste.

On pour­rait dire que c’est une caté­go­rie édu­quée mais sans réel esprit cri­tique, puisqu’elle ne remet pas en cause l’ordre éta­bli. Les écoles d’in­gé­nieurs et de com­merce dont les cadres sont beau­coup issus ali­mentent un cer­tain éli­tisme et légi­ti­ment l’i­déo­lo­gie de la méri­to­cra­tie. Le manque de sub­ver­si­vi­té des cadres ne trouve t‑il pas en par­tie sa source ici ?

Je ne le dirais pas tout à fait ain­si. Comme l’ont mon­tré les enquêtes, c’est une caté­go­rie édu­quée, certes, mais qui pos­sède tout de même un cer­tain esprit cri­tique. Lorsqu’on s’entretient avec eux, ils se plaignent fré­quem­ment de l’intensification de leur tra­vail, des mul­tiples sol­li­ci­ta­tions dont ils sont l’objet, des dif­fi­cul­tés qu’ils ren­contrent à effec­tuer cor­rec­te­ment leur tra­vail selon leur propre éthique pro­fes­sion­nelle, ou encore des déci­sions stra­té­giques prises au plus haut niveau et qui pos­sèdent un impact sur leur acti­vi­té quo­ti­dienne. Les motifs de la cri­tique ne manquent pas et les cadres, pour une bonne part d’entre eux, en ont conscience. Simplement, ces cri­tiques s’expriment peu ouver­te­ment dans l’entreprise, les cadres, y com­pris les plus mécon­tents, se fai­sant dis­crets car ils savent que la contes­ta­tion n’est pas com­pa­tible avec les évo­lu­tions de car­rière aux­quelles ils aspirent. Au mieux, on récolte ces dis­cours cri­tiques dans le contexte ano­nyme et confi­den­tiel de l’entretien socio­lo­gique. D’autre part, ces cri­tiques s’accommodent très bien de l’intériorisation d’une idéo­lo­gie du tra­vail et de l’entreprise. On retrouve ici le fameux rap­port ambi­va­lent au tra­vail que vous évo­quiez. Parmi les mani­fes­ta­tions de cette idéo­lo­gie, vous avez men­tion­né l’élitisme et la méri­to­cra­tie, aux­quelles on pour­rait ajou­ter l’excellence, le tra­vail, la com­pé­ti­tion, l’autonomie, la per­for­mance ou encore le cos­mo­po­li­tisme. Et là, oui, je ne peux qu’al­ler dans votre sens : c’est bien le résul­tat d’une forme de condi­tion­ne­ment idéo­lo­gique, sou­vent incons­cient, qui peut démar­rer dès la cel­lule fami­liale d’origine — des parents exem­plaires dans leur acti­vi­té pro­fes­sion­nelle, qui valo­risent en per­ma­nence le tra­vail, qui encou­ragent la réus­site sco­laire, etc. — et qui se pour­suit ensuite dans les ins­ti­tu­tions de for­ma­tion des cadres les plus emblé­ma­tiques, comme les classes pré­pa­ra­toires et les grandes écoles.

© Johnson Tsang

Ce qui est extra­or­di­naire, c’est la manière dont les repré­sen­ta­tions for­gées dans les écoles d’ingénieurs et de com­merce font écho à celles que l’on retrouve ensuite dans le tra­vail et l’entreprise. Enfin, pour bien éva­luer le degré de sub­ver­si­vi­té des cadres, on en revient tou­jours à la même ques­tion, celle qui consiste à iden­ti­fier les limites de la cri­tique des cadres, c’est-à-dire ce sur quoi elle ne porte pas. Par consé­quent, si vous vou­lez dire qu’ils ne remettent pas en cause l’ordre éta­bli parce qu’ils ne touchent pas aux caté­go­ries fon­da­men­tales du capi­ta­lisme, c’est-à-dire celles du tra­vail, de la consom­ma­tion, des tech­no­lo­gies, de la mar­chan­dise et de l’argent, alors oui, effec­ti­ve­ment, j’en ai ren­con­tré très peu qui osaient s’aventurer sur ce ter­rain, confir­mant en cela l’idée d’un défi­cit de sub­ver­si­vi­té.

S’il y a une cer­taine conscience qu’ils font par­tie des classes favo­ri­sées, on a l’im­pres­sion qu’ils vont sur­tout orien­ter leur regard « vers le haut ». Un cadre dans le top 15 % des salaires semble plus sou­cieux de gagner davan­tage en regar­dant les per­sonnes dans le top 10 % avec envie plu­tôt que de se satis­faire de sa situa­tion, et par exemple reven­di­quer une baisse du temps de tra­vail. Comment l’ex­pli­quer ?

« Tout en s’identifiant bien sûr à une classe contre les autres classes, ils cherchent éga­le­ment à se dis­tin­guer des indi­vi­dus de leur propre classe, en riva­li­sant avec eux. »

Vous poin­tez ici l’une des carac­té­ris­tiques cen­trales des socié­tés capi­ta­listes, sinon la plus fon­da­men­tale, celle de l’accumulation effré­née. On la trouve aus­si bien dans la sphère de la pro­duc­tion que dans celle de la consom­ma­tion. Pour ce qui est de la pro­duc­tion, Marx a bien théo­ri­sé le moteur de l’accumulation du capi­tal, qui réside dans le pro­fit, cen­sé engen­drer tou­jours plus de pro­fit, et ceci indé­fi­ni­ment. Cette accu­mu­la­tion pro­duc­tive trouve sa contre­par­tie dans la sphère de la consom­ma­tion mar­chande, à laquelle la caté­go­rie des cadres par­ti­cipe acti­ve­ment. Mon livre n’aborde pas cette dimen­sion, car je sou­hai­tais pri­vi­lé­gier le rap­port au tra­vail et à l’entreprise. Les cadres expliquent sou­vent que le salaire est impor­tant, mais qu’il n’est pas le motif pre­mier de leur enga­ge­ment quo­ti­dien dans le tra­vail. Ce qui ne signi­fie pas non plus qu’ils soient indif­fé­rents à leur rému­né­ra­tion et à leur pou­voir d’achat, comme vous le rap­pe­lez. Depuis au moins le len­de­main de la Seconde guerre, la consom­ma­tion exerce une emprise consi­dé­rable dans la socié­té. Que ce soit avec Thorstein Veblen6Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loi­sir, Paris, Gallimard, 1970., Jean Baudrillard7Jean Baudrillard, La Société de consom­ma­tion, Paris, Denoël, 1970. ou encore Pierre Bourdieu8Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du juge­ment, Paris, Les édi­tions de Minuit, 1979., on sait aus­si que la fré­né­sie qu’elle sus­cite n’est pas gui­dée uni­que­ment par la satis­fac­tion des besoins maté­riels.

Des logiques sym­bo­liques de riva­li­té et de pres­tige social sont éga­le­ment à l’œuvre, à la fois à tra­vers le niveau de salaire per­çu et dans ce qu’il offre la pos­si­bi­li­té d’acquérir. Ces logiques per­mettent de com­prendre en par­tie pour­quoi les indi­vi­dus des socié­tés capi­ta­listes ne sont jamais réel­le­ment satis­faits de ce qu’ils pos­sèdent, à l’image de ces cadres que vous citez, fai­sant par­tie du top 15 % des salaires. Ces der­niers se tournent vers ceux du top 10 % avec envie car, tout en s’identifiant bien sûr à une classe contre les autres classes, ils cherchent éga­le­ment à se dis­tin­guer des indi­vi­dus de leur propre classe en riva­li­sant avec eux dans leurs pra­tiques consom­ma­toires, qu’elles soient pri­maires ou secon­daires comme la culture, les loi­sirs, etc. Il y a fort à parier que, depuis quelques décen­nies, ces phé­no­mènes de riva­li­té et de dis­tinc­tion qui consti­tuaient autre­fois une carac­té­ris­tique des classes moyennes et de la bour­geoi­sie s’étendent désor­mais à toutes les classes sociales, y com­pris les plus défa­vo­ri­sées, paral­lè­le­ment à la dif­fu­sion des logiques mar­chandes, des modes en tout genre et de la pré­gnance des marques.

© Johnson Tsang

Vous par­lez de l’in­fluence des tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion (TIC) : elles occupent doré­na­vant une place cen­trale dans leur tra­vail, qui lui-même déborde lar­ge­ment sur leur vie per­son­nelle. Le droit à la décon­nexion est-il quelque chose d’im­por­tant ou de secon­daire ?

Je trouve que je n’y ai pas accor­dé suf­fi­sam­ment de pages dans le livre, alors que les écrans et les connexions au réseau Internet ont de plus en plus inves­ti le monde du tra­vail. Il n’y a qu’à voir les pro­blèmes de mise en concur­rence, d’évaluation des sala­riés et de dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail que pro­voquent aujourd’hui ce que l’on appelle le digi­tal labor et l’économie des plates-formes. J’aurais ten­dance à dire que le droit à la décon­nexion est un doux mot d’ordre, tout à fait sym­pa­thique mais, hélas, tout aus­si inopé­rant — une sorte de sup­plé­ment d’âme comme on en fait beau­coup aujourd’hui, symp­to­ma­tique de notre impuis­sance face à la méga­ma­chine tech­no­ca­pi­ta­liste. D’ailleurs, le droit à la décon­nexion, ou tout du moins les appels répé­tés à un usage rai­son­né des nou­velles tech­no­lo­gies est une recom­man­da­tion pro­fé­rée aus­si bien par les idéo­logues des tech­niques — je pense à quelqu’un comme Joël de Rosnay — qu’à des orga­ni­sa­tions plus contes­ta­trices comme la CGT. Cherchez l’erreur… Tant que les grandes entre­prises, de concert avec la puis­sance publique, conti­nue­ront à pour­suivre un déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique à tout crin en éten­dant tou­jours plus la cou­ver­ture du réseau Internet sur les ter­ri­toires, en mul­ti­pliant les objets connec­tés, en don­nant la pos­si­bi­li­té de régler d’innombrables choses de la vie quo­ti­dienne par ordi­na­teur et par mobile, en cas­sant les prix des abon­ne­ments et des objets, je ne vois pas trop com­ment ce « droit à la décon­nexion » pour­rait deve­nir effec­tif. Toute l’organisation concrète de la socié­té et des entre­prises va dans le sens inverse de cette invi­ta­tion à un usage rai­son­né, à mon sens encore bien trop com­plai­sante avec les tech­no­lo­gies.

« Des géné­ra­tions d’entrepreneurs, d’ingénieurs, ou même de socio­logues, ont sai­si com­bien il était effi­cace d’obtenir l’adhésion des domi­nés plu­tôt que de ne les faire agir uni­que­ment par la menace ou par la force. »

Le pro­blème, c’est que les mou­ve­ments sociaux demeurent réti­cents à s’en prendre de front aux tech­no­lo­gies modernes de peur de ver­ser dans un déter­mi­nisme tech­nique et de se pri­ver de l’apport qu’elles repré­sen­te­raient mal­gré tout en termes de pro­duc­ti­vi­té, d’accès au savoir, de com­mu­ni­ca­tion, etc. Or, il me semble que ce qui manque furieu­se­ment aujourd’hui, c’est bien d’une cri­tique en règle de leur défer­le­ment dans nos vies, et non pas seule­ment d’un inof­fen­sif « droit à la décon­nexion ». Elle est actuel­le­ment pré­sente dans cer­taines ana­lyses cri­tiques, celles d’Éric Sadin9Éric Sadin, La Silicolonisation du monde. L’irrésistible expan­sion du libé­ra­lisme numé­rique, Paris, L’Échappée, 2016. ou de Philippe Bihouix10Philippe Bihouix, L’Âge des low tech. Vers une civi­li­sa­tion tech­ni­que­ment sou­te­nable, Paris, Seuil, 2014., sans par­ler des anciens qui sont réédi­tés aujourd’hui comme Jacques Ellul11Jacques Ellul, Le Bluff tech­no­lo­gique, Paris, Arthème Fayard/Pluriel, 2010.. C’est cette cri­tique de la tech­no­lo­gie qui doit être remise à l’ordre du jour des mou­ve­ments contes­ta­taires, en l’inscrivant bien enten­du dans celle, plus glo­bale, du capi­ta­lisme.

Temps de tra­vail éle­vé, pres­sions, stress, perte de sens dans leur métier : autant d’élé­ments qui touchent les cadres de plein fouet. Face à cela, de plus en plus d’en­tre­prises essayent de mettre du « fun » au tra­vail, veulent inté­grer une dimen­sion « cool ». Lalié­na­tion dans la joie, n’est-ce pas le meilleur moyen pour le capi­ta­lisme d’ac­qué­rir plei­ne­ment les cadres à sa cause ?

Oui, c’est l’objectif des dis­po­si­tifs mana­gé­riaux, en par­ti­cu­lier ceux qui ont voca­tion à enrô­ler les sala­riés. Il s’agit non seule­ment de contraindre, de dic­ter ou d’ordonner leur atti­tude au tra­vail, mais sur­tout de sus­ci­ter leur adhé­sion, afin qu’ils s’approprient les objec­tifs que pour­suivent leur entre­prise comme s’il s’agissait de leurs propres objec­tifs. Des géné­ra­tions d’entrepreneurs, d’ingénieurs, ou même de socio­logues, ont sai­si com­bien il était effi­cace d’obtenir l’adhésion des domi­nés plu­tôt que de les faire agir uni­que­ment par la menace ou par la force. Si aujourd’hui, les orga­ni­sa­tions regorgent de tech­niques et d’outils éla­bo­rés pour atteindre cela (« team buil­ding », sémi­naires, manuels pro­di­guant les conseils, coachs, etc.), cette ten­dance à l’aliénation dans la joie n’est fina­le­ment pas nou­velle et s’inscrit dans la conti­nui­té de toute une his­toire des pra­tiques dis­ci­pli­naires des orga­ni­sa­tions. Par exemple, au XIXe siècle déjà, les grandes entre­prises pater­na­listes du type Menier, Schneider ou Michelin avaient com­pris, à leur manière, qu’en trai­tant bien leurs ouvriers, en pre­nant en charge l’intégralité de leur vie dans de grandes cités réunis­sant les ins­ti­tu­tions fami­liale, édu­ca­tive, de san­té, etc., elles les ren­draient à la fois plus dociles et pro­duc­tifs. Autre exemple : au début du XXe siècle, l’ingénieur et consul­tant Frederick W. Taylor avait pour pro­jet de faire conver­ger les inté­rêts des sala­riés et ceux des direc­tions afin d’éviter les conflits au sein des orga­ni­sa­tions. Toute l’histoire des entre­prises consiste à ten­ter le plus pos­sible de com­bi­ner des condi­tions de joie dans un contexte d’aliénation et d’exploitation. Le « bon­heur au tra­vail » est deve­nu depuis quelques années le nou­veau mot d’ordre des entre­prises et cor­res­pond à la ver­sion moderne de cette domi­na­tion par l’adhésion. On en est tou­jours là et, à mon avis, cela marche. Il n’y a qu’à voir l’enthousiasme des sala­riés lorsqu’ils se font embau­cher par ces entre­prises dites « libé­rées », qui usent et abusent de ces pra­tiques mana­gé­riales.

© Johnson Tsang

La posi­tion de la CFE-CGC durant le mou­ve­ment contre la loi Travail l’an der­nier fut par­ti­cu­liè­re­ment ambi­guë. Au fur et à mesure, le syn­di­cat a salué des évo­lu­tions de la loi tout en indi­quant qu’il res­tait des inquié­tudes, dénon­cé cer­taines dis­po­si­tions sans en deman­der le retrait, par­ti­ci­pé au ras­sem­ble­ment des syn­di­cats « réfor­mistes » sans jamais appe­ler à mani­fes­ter… Cette pos­ture n’est-elle pas repré­sen­ta­tive des cadres ?

Effectivement, la CGC fait par­tie de ces syn­di­cats qui ne s’opposent pas fron­ta­le­ment aux direc­tions d’entreprise mais qui sou­haitent au contraire se posi­tion­ner en média­teur et en inter­lo­cu­teur à leur égard. Dans cer­taines entre­prises, j’ai ren­con­tré des cadres qui m’expliquaient avoir été vive­ment encou­ra­gés par leur direc­tion à s’encarter à la CGC. De fait, l’orientation idéo­lo­gique de cette der­nière consiste à pri­vi­lé­gier une concep­tion apo­li­tique du syn­di­ca­lisme, qui serait soi-disant à rebours de toute reven­di­ca­tion idéo­lo­gique. Cette orga­ni­sa­tion pré­fère opter pour un syn­di­ca­lisme pro­fes­sion­nel, tour­né vers l’expertise et l’humanisme entre­pre­neu­rial. Cela l’amène d’ailleurs à défendre des thé­ma­tiques qui rap­pellent for­te­ment celles du mana­ge­ment, comme le déve­lop­pe­ment durable, l’éthique, la res­pon­sa­bi­li­té ou les com­pé­tences. C’est pré­ci­sé­ment une telle pos­ture que l’on retrouve à l’échelle indi­vi­duelle des cadres. Sans être fon­ciè­re­ment hos­tiles aux syn­di­cats, sou­vent, ils disent ne pas appré­cier cer­taines de leurs orien­ta­tions qu’ils jugent trop conflic­tuelles, les qua­li­fiant « de pas­séistes », de « peu construc­tives » ou « d’ou­tran­cières ». Ainsi, à de rares excep­tions près, je n’ai pas ren­con­tré de cadre « anti­sys­tème », c’est-à-dire enclin à reje­ter en bloc le modèle éco­no­mique et pro­duc­tif pour lequel il a été pré­pa­ré à tra­vailler dès son enfance. Vous me direz que cette pré­dis­po­si­tion à un cer­tain confor­misme n’est sans doute pas l’apanage des cadres. Mais on trouve effec­ti­ve­ment chez eux quelque chose qui relève de l’exemple que vous don­nez, c’est-à-dire le refus de s’opposer fron­ta­le­ment et de pro­vo­quer le conflit, ce qui se décline dans leur concep­tion même de ce que devrait être l’action syn­di­cale.

Parlons un peu de stra­té­gie. Aujourd’hui, on ima­gine mal les cadres embras­ser une éven­tuelle fer­veur révo­lu­tion­naire ! Mais peuvent-ils consti­tuer des alliés dans un pro­jet poli­tique, a mini­ma pro­gres­siste ?

Malheureusement, la stra­té­gie n’est pas mon fort. D’abord, tout dépend de ce que vous enten­dez par « pro­gres­siste ». J’imagine que vous vou­lez dire par là un mou­ve­ment qui œuvre à l’amélioration de la socié­té d’un point de vue éco­no­mique et social, donc un pro­jet poli­tique plu­tôt de « gauche », par oppo­si­tion à des idées réac­tion­naires et conser­va­trices repré­sen­tant davan­tage la « droite ». S’il s’agit de cette accep­tion assez large de la gauche, dans ce cas, je pense qu’il n’y aurait aucune dif­fi­cul­té à trou­ver une bonne par­tie des cadres dans le camp pro­gres­siste. Mon enquête, et d’autres tra­vaux avant — je pense notam­ment à ceux de Stéphane Rozès12Stéphane Rozès, « La fin de l’exception idéo­lo­gique », in Bouffartigue Paul (dir.), Grelon André, Groux Guy, Laufer Jacqueline, Livian Yves-Frédéric (Coll.), Cadres : la grande rup­ture, Paris, La Découverte, 2001, p. 333–338. — ont mon­tré que les cadres n’étaient pas d’horribles ultra­li­bé­raux, ni des repré­sen­tants de la droite la plus conser­va­trice qui soit. Ainsi, lors des ren­dez-vous élec­to­raux, une bonne par­tie d’entre eux vote « à gauche » depuis quelques années. Le pro­blème, et c’est presque deve­nu une bana­li­té de le dire, c’est que la grille de lec­ture « gauche »/« droite », ou « pro­gres­siste »/« conser­va­teur » ne nous aide guère aujourd’hui à com­prendre ce qui se passe. Il n’y a qu’à voir les der­nières décen­nies de la vie poli­tique fran­çaise pour s’en rendre compte et le brouillage idéo­lo­gique auquel on assiste, avec une extrême droite qui s’accapare des thèmes de gauche, une gauche qui, elle, surfe sur la vague néo­li­bé­rale, une « gauche de la gauche » qui n’est pas vrai­ment anti­ca­pi­ta­liste, etc. — on n’y com­prend plus grand-chose. En fait, l’une des ques­tions serait peut-être de savoir à quelle condi­tion les cadres pour­raient épou­ser un vrai mou­ve­ment révo­lu­tion­naire de contes­ta­tion, radi­ca­le­ment anti­ca­pi­ta­liste. En ten­dance, vous avez rai­son, ça paraît incon­ce­vable, mais il y en a, et j’en ai moi-même ren­con­tré qui, idéo­lo­gi­que­ment, se sont avé­rés com­pa­tibles avec une pen­sée révo­lu­tion­naire, même si je peux les comp­ter sur les doigts d’une main. À par­tir du moment où les cadres conçoivent une réelle remise en cause de ce qu’ils vivent au quo­ti­dien, chez eux et au tra­vail, alors oui, ils peuvent effec­ti­ve­ment deve­nir des alliés dans un pro­jet poli­tique qui ne serait pas seule­ment pro­gres­siste, mais réso­lu­ment révo­lu­tion­naire.


Photo de ban­nière : Jonhson Tsang
Portrait de Gaëtan Flocco : Antoine Saint Epondyle


REBONDS

☰ Lire notre abé­cé­daire de Pierre Bourdieu, jan­vier 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Philippe Martinez : « Qui est moderne et qui est rin­gard ? », décembre 2016
☰ Lire notre article « Emmanuel Faber et le capi­ta­lisme du bien com­mun », par Pablo Sevilla, octobre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Michael Burawoy : « C’est une bonne nou­velle que la socio­lo­gie soit atta­quée publi­que­ment », avril 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Laurent Cordonnier : « La mar­chan­di­sa­tion des condi­tions d’existence est totale ! », mai 2015

NOTES   [ + ]

1.Pierre Bourdieu, « La Double véri­té du tra­vail », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 114, 1996, pp. 89–90.
2.Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et ser­vi­tude — Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010.
3.Alain Accardo, De notre ser­vi­tude invo­lon­taire, Marseille, Agone, 2013.
4.Anselm Jappe, Crédit à mort. La décom­po­si­tion du capi­ta­lisme et ses cri­tiques, Paris, Lignes, 2011.
5.Luc Boltanski, Les Cadres. La for­ma­tion d’un groupe social, Paris, Les édi­tions de Minuit, 1982.
6.Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loi­sir, Paris, Gallimard, 1970.
7.Jean Baudrillard, La Société de consom­ma­tion, Paris, Denoël, 1970.
8.Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du juge­ment, Paris, Les édi­tions de Minuit, 1979.
9.Éric Sadin, La Silicolonisation du monde. L’irrésistible expan­sion du libé­ra­lisme numé­rique, Paris, L’Échappée, 2016.
10.Philippe Bihouix, L’Âge des low tech. Vers une civi­li­sa­tion tech­ni­que­ment sou­te­nable, Paris, Seuil, 2014.
11.Jacques Ellul, Le Bluff tech­no­lo­gique, Paris, Arthème Fayard/Pluriel, 2010.
12.Stéphane Rozès, « La fin de l’exception idéo­lo­gique », in Bouffartigue Paul (dir.), Grelon André, Groux Guy, Laufer Jacqueline, Livian Yves-Frédéric (Coll.), Cadres : la grande rup­ture, Paris, La Découverte, 2001, p. 333–338.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.