Laurent Cordonnier : « La marchandisation des conditions d’existence est totale ! »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Laurent Cordonnier est éco­no­miste et maître de confé­rences à l’Université Lille 1. Il est membre des Économistes Atterrés et contri­bue au Monde diplo­ma­tique. Après L’économie des Toambapiks – récit péda­go­gique et drôle d’une tri­bu conseillée par un jeune éco­no­miste ortho­doxe –, Laurent Cordonnier a publié l’an pas­sé La liqui­da­tion. L’histoire se déroule dans un futur indé­ter­mi­né, bien que proche. Les contra­dic­tions du capi­ta­lisme pro­duc­ti­viste ont eu rai­son de notre monde : éco­sys­tème arti­fi­ciel ren­du obli­ga­toire par la crise éco­lo­gique, démo­gra­phie décli­nante, taris­se­ment de la pro­duc­tion indus­trielle et des échanges inter­na­tio­naux, toute-puis­sance des télé­com­mu­ni­ca­tions et des ins­ti­tu­tions finan­cières contre gou­ver­ne­ment impuis­sant. Le lec­teur suit les péri­pé­ties de Philippe Smithski, récent chô­meur, qui se débat pour ne pas être mis en liqui­da­tion par sa banque. Dans ce récit d’anticipation aux ins­pi­ra­tions orwel­liennes, les rela­tions humaines sont noyées « dans les eaux gla­cées du cal­cul égoïste » (Karl Marx) et de l’autocontrôle. Néanmoins, dans ce tableau froid, méca­nique et amo­ral, l’auteur pense les résis­tances face aux « pro­grès » de l’utopie libé­rale. Entretien.


Lorsqu’on parle de vul­ga­ri­sa­tion en éco­no­mie, on pense à des essais ou des petits manuels péda­go­giques, comme ceux de Jacques Généreux. Pourquoi avez-vous choi­si la forme lit­té­raire pour dis­pen­ser des leçons cri­tiques d’économie ?

Je ne sais pas si c’est la consé­quence d’un choix volon­taire. John Maynard Keynes disait que l’économie est quelque chose de très dif­fi­cile, même pour ceux qui en font leur métier. Par consé­quent, quand on a com­pris quelque chose, on vou­drait épar­gner à l’autre le long che­min qui nous a ame­né à la com­pré­hen­sion. La forme lit­té­raire, celle du conte ou du roman, peut à prio­ri aider. Mais il est pos­sible que ce soit une forme de « géné­ro­si­té mal pla­cée » : lorsqu’on tente d’épargner au lec­teur un cer­tain effort de com­pré­hen­sion, on lui rend peut-être un mau­vais ser­vice ! Je dirais donc qu’il s’agit d’une dérive péda­go­gique pas com­plè­te­ment contrô­lée (rires). En outre, il y a la volon­té de pro­duire autre chose que la forme un peu cor­se­tée des publi­ca­tions aca­dé­miques. C’est une façon de pro­lon­ger mon métier pen­dant mes loi­sirs, sachant qu’il est de plus en plus dif­fi­cile de faire de ce métier un loi­sir.

Votre der­nier ouvrage, La liqui­da­tion, est un récit d’anticipation, une dys­to­pie, comme l’ont été Le Meilleur des Mondes ou 1984. George Orwell affir­mait qu’« écrire une œuvre d’imagination, c’est en quelque sorte lan­cer une attaque de flanc contre une posi­tion impre­nable de front ». Y sous­cri­vez-vous ? 

« Attaquer plus vite, perdre moins de temps, trou­ver une porte déro­bée, pas­ser par une fis­sure, adop­ter des stra­té­gies de contour­ne­ment. »

Je ne connais­sais pas cette phrase d’Orwell, mais je la trouve tout à fait juste. Vraiment excel­lente. C’est très décou­ra­geant pour des intel­lec­tuels de devoir sans cesse essayer de réar­mer leur com­bat, en fai­sant remon­ter à la sur­face « la très haute intel­li­gence et la très haute théo­rie ». On a l’impression que pour gagner un cen­ti­mètre dans un débat poli­tique ou intel­lec­tuel, aujourd’hui, il fau­drait réap­prendre à tout le monde Karl Marx, John Meynard Keynes ou Michal Kalecki, pour com­men­cer « à cau­ser » sérieu­se­ment… Les bras nous en tombent. Les années de grandes théo­ries sont pas­sées à la pou­belle. Il faut donc s’y prendre autre­ment. Attaquer plus vite, perdre moins de temps, trou­ver une porte déro­bée, pas­ser par une fis­sure, adop­ter des stra­té­gies de contour­ne­ment. La ques­tion est de savoir ensuite si ces stra­té­gies ne sont pas com­plè­te­ment déses­pé­rées elles-mêmes. Évidemment, il faut conqué­rir les esprits, essayer de tra­vailler l’imaginaire de nos contem­po­rains, les inter­pel­ler de manière plu­tôt douce que vio­lente. Même si on peut dou­ter qu’un roman ait jamais chan­gé le monde, sur­tout les petits qui ne se vendent pas (rires).

Une manière détour­née de mener ce qu’Antonio Gramsci appe­lait la guerre de posi­tion…

Une manière détour­née de mener cette guerre et d’essayer d’intervenir sur ce qui est le moins mal­léable, ce que Cornelius Castoriadis appe­lait « l’imaginaire social ins­ti­tué » : la manière dont un moderne se voit, se pense, a peur, désire, etc. Dans ce cadre, peut-être que la lit­té­ra­ture est le seul moyen d’atteindre ces repré­sen­ta­tions très for­te­ment char­pen­tées et presque incons­cientes de la vie sociale de nos contem­po­rains. Enfin, l’écriture, c’est la seule arme qui est à la por­tée d’un indi­vi­du. Pour tout le reste, il faut s’organiser, se mettre à plu­sieurs. Ne par­lons pas des autres formes d’intervention artis­tique : la même chose en film mobi­li­se­rait au moins 300 per­sonnes ! Ce qui est inté­res­sant avec la lit­té­ra­ture, c’est qu’on peut encore le faire seul dans son bureau avec son crayon et sa feuille.

On retrouve dans votre roman nombre de réfé­rences à 1984 : le héros, Philippe Smitshki, sonne comme Winston Smith ; l’ambiguïté d’Hassan Von Neumann rap­pelle celle d’O’Brien ; le per­son­nage de Laurène celui de Julia ; l’omniprésence des camé­ras ren­voie aux télé­crans. Néanmoins, vous actua­li­sez sin­gu­liè­re­ment la trame du livre d’Orwell : le gou­ver­ne­ment poli­tique est insi­gni­fiant – on est loin de Big Brother –, la puis­sance réside dans la finance sans visage. On serait pas­sé de la dic­ta­ture cen­tra­li­sée du Parti à la dic­ta­ture décen­tra­li­sée des mar­chés finan­ciers ?

Cela fait par­tie du pro­jet ini­tial : essayer de faire une trans­po­si­tion des thèmes de 1984 pour les appli­quer à un monde qui n’était pas celui que vou­lait peindre et dénon­cer Orwell. Est-ce que la grille de déco­dage d’Orwell à tra­vers ces grands thèmes est appli­cable à notre monde ? Et, sur­tout, com­ment faut-il la retrous­ser pour l’appliquer à notre monde ? La chose évi­dente qui m’est appa­rue rapi­de­ment est la néces­si­té d’inverser sys­té­ma­ti­que­ment tous les grands thèmes, afin de les retrou­ver à l’œuvre. En pre­mier lieu, je me suis donc inter­dit de don­ner le moindre pou­voir au gou­ver­ne­ment. Il est tota­le­ment impuis­sant et son impuis­sance passe par ses slo­gans, ses ges­ti­cu­la­tions, et même par le simple fait qu’il est presque le seul à dire des choses justes sur l’état du monde.

Image du film 1984

À la limite, le gou­ver­ne­ment fait une ana­lyse révo­lu­tion­naire…

Exactement ! L’inversion entre Big Brother et Goldstein est totale. Le gou­ver­ne­ment, dans mon livre, c’est le Goldstein de Big Brother, c’est celui qui vient dénon­cer la vie mau­vaise de l’époque. Dans la trans­po­si­tion de La minute de La Haine, c’est la chef du gou­ver­ne­ment qui se prend les jets de tomates parce qu’elle vient dénon­cer, et à juste titre, l’état du monde. Dans un monde qui paraît aus­si invi­vable que celui d’Orwell, le gou­ver­ne­ment n’a aucune espèce d’importance. Le côté tota­li­taire vient d’une vie qui est nor­mée par deux choses simples et uni­ver­selles : d’abord, il s’appuie sur le pou­voir de la finance et les règles de l’équilibre finan­cier ; ensuite, cha­cun s’offre à voir, à fil­mer, à être dési­ré par tous les autres à tra­vers son expo­si­tion publique et média­tique. Encore une fois, il y a inver­sion. Ce ne sont pas les télé­crans et l’espionnage sys­té­ma­tique qui dominent mais la popu­la­tion elle-même qui se livre pieds et poings liés à un contrôle social dis­sé­mi­né. À prio­ri hori­zon­tal, il peut à tout moment ser­vir le pou­voir de la finance, des entre­prises et de la police qui agit pour son compte. On touche à quelque chose d’assez sur­pre­nant. Si une dic­ta­ture nous obli­geait à faire la même chose, je sup­pose qu’on se révol­te­rait. Or, ici, c’est le carac­tère sucré, dési­rable et nar­cis­sique de l’individu qu’on vient flat­ter, afin qu’il se livre aux inté­rêts de la mar­chan­dise et de la finance. Ces petites monades per­dues entre les règles de l’équilibre comp­table, du cal­cul éco­no­mique et du nar­cis­sisme apeu­ré fabriquent des sujets faciles à contrô­ler.

La force de l’ouvrage est que le lec­teur décèle intui­ti­ve­ment les liens avec son expé­rience quo­ti­dienne du monde…

« Si une dic­ta­ture nous obli­geait à faire la même chose, on se révol­te­rait. Ici, c’est le carac­tère nar­cis­sique de l’individu qu’on vient flat­ter, afin qu’il se livre aux inté­rêts de la mar­chan­dise et de la finance. »

En effet, quand on écrit un roman, on ne met pas les sous-titres (rires). On essaie d’être le plus invi­sible pos­sible dans son pro­pos, et donc le plus proche de ce que savent déjà nos contem­po­rains, en pariant sur l’effet de sur-lignage spon­ta­né que pro­duit le carac­tère d’imprimerie, ain­si que la capa­ci­té du lec­teur à trans­po­ser dans la réa­li­té. Un roman d’anticipation doit faire en sorte que le lec­teur se dise pro­gres­si­ve­ment : ce n’est pas du tout de l’anticipation, on y est déjà !

La liqui­da­tion met en récit des pro­prié­tés de l’économie finan­cière dont celle de la liqui­di­té. Et, à tra­vers Philippe Smithski, cette pro­prié­té s’étend jusqu’au tra­vail lui-même, qui doit être aus­si liquide, flexible et indif­fé­rent qu’un actif finan­cier. Sous quelles formes déce­lez-vous une forme de « liqué­fac­tion » du tra­vail, dans nos socié­tés ?

Ce point néces­site un éclair­cis­se­ment sur ce que recouvre la notion de liqui­di­té. La liqui­di­té, c’est, de manière un peu abs­traite, se pro­cu­rer un bien, entre­prendre une action ou recher­cher un état de son être qui a deux grandes pro­prié­tés : être réver­sible (trans­for­mable ins­tan­ta­né­ment et sans frais) en autre chose et pré­sen­ter une absence de risque de perte en capi­tal. Chercher la liqui­di­té revient donc à tendre vers des posi­tions tem­po­raires et réver­sibles, à par­tir des­quelles il est pos­sible de se déga­ger et de se redé­ployer rapi­de­ment sans trop de frais. Par exemple, un loca­taire par rap­port à un pro­prié­taire cherche une cer­taine liqui­di­té de sa posi­tion d’habitant : il est plus aisé de chan­ger de loge­ment lorsqu’on est loca­taire que lorsqu’on est pro­prié­taire. La pro­prié­té du loge­ment a un carac­tère moins liquide : il faut entre­te­nir le bien, s’occuper de l’évolution des prix dans le quar­tier, ne pas regret­ter son choix alors que de nou­velles oppor­tu­ni­tés appa­raissent autour de vous, faire des cal­culs à long terme…

Je pense que ce mou­ve­ment vers la liqui­di­té est aus­si pro­fond que la mar­chan­di­sa­tion du monde. Est-ce un mou­ve­ment – anthro­po­lo­gique, ima­gi­naire, exis­ten­tiel – aus­si pro­fond que la moder­ni­té elle-même, voire sa ten­dance carac­té­ris­tique ? Ou est-ce quelque chose qui se déve­loppe dans le sillage de la mar­chan­di­sa­tion capi­ta­liste du monde ? Je ne sais pas. Toutefois, c’est au moins aus­si notable que l’expansion de la mar­chan­dise à tous les domaines de la vie. Autrement dit, pour décrire la mar­chan­di­sa­tion du monde, on a les œuvres théo­riques de Marx ou Karl Polanyi qui décrivent la trans­for­ma­tion de tous les biens (ou ser­vices) en mar­chan­dises. Mais tout se trans­forme aus­si en pro­jets, en opé­ra­tions et actions liquides. Y com­pris le tra­vail ! Les entre­prises, dans un monde où il est de plus en plus dif­fi­cile de conce­voir des pro­jets à long terme, inté­res­sants et en accord avec l’imaginaire social des indi­vi­dus, refusent de s’engager. Elles font des « jolis coups » qui peuvent durer cinq ou dix ans certes, mais de plus en plus l’horizon se situe à un an, six mois, trois mois. Et, pour ce faire, on ne peut s’engager avec de la main‑d’œuvre fixe. Je constate que l’entreprise capi­ta­liste a du mal à déga­ger des pro­jets enthou­sias­mants, dési­rables, struc­tu­rants, ins­crits dans le long terme. Il y a là une vraie dif­fi­cul­té : qu’est-ce qui est venu rem­pla­cer le che­min de fer, la voi­ture, la construc­tion des écoles, des hôpi­taux, des ban­lieues ou plus tard l’aéronautique ? Des gri­gris ! Des crèmes à com­bler les rides et le pas­sage de l’iPhone 5 à l’iPhone 6, des pro­duc­tions à valeur ajou­tée qua­si nulle. Cela ne per­met pas d’occuper une socié­té tout entière !

Ce constat peut éga­le­ment être élar­gi à la fonc­tion publique et même à l’ensemble des rela­tions sociales, non ?

Toute entre­prise publique, pri­vée, asso­cia­tive et même per­son­nelle, prend un carac­tère pro­vi­soire et réver­sible. Peut-être, der­rière, y a‑t-il la peur de se trom­per, de perdre, d’être déçu… On veut pou­voir s’arrêter aux moindres signaux d’insuccès. Le néo­li­bé­ra­lisme s’appuie là-des­sus, il l’instrumentalise, il en fait sa force poli­tique, son ultime véri­té pour essayer de conqué­rir le pou­voir. Il s’appuie là-des­sus, mais il n’est pas le créa­teur de cette dyna­mique. Prenons un exemple dans l’éducation des enfants : les gamins vont goû­ter à toutes les pra­tiques spor­tives pos­sibles et ima­gi­nables (une année au ten­nis, l’autre au foot­ball, l’autre au pati­nage, etc.) ; on habite de moins en moins ce que l’on fait ! On veut pou­voir chan­ger d’idées, chan­ger de pro­jet, quit­ter un che­val au galop pour en enfour­cher un autre. Peut-être pire, on vou­drait à chaque ins­tant être là où on n’est pas. Cette demande d’ubiquité n’est peut-être pas très éloi­gnée de la demande de liqui­di­té : por­table, Skype, aller-retour à de grandes vitesses et au long cours sur un week-end, etc.

L’ouvrage met en lumière un des fon­de­ments du néo­li­bé­ra­lisme : le capi­tal humain. Le ban­quier de Smithski, pour lui évi­ter la liqui­da­tion, lui recom­mande de s’améliorer en fai­sant du sport, en man­geant sai­ne­ment, en s’embellissant, etc. Pouvez-vous nous expli­quer com­ment le concept de capi­tal humain encode toute la machi­ne­rie néo­li­bé­rale ?

« On habite de moins en moins ce que l’on fait ! On veut pou­voir chan­ger d’idées, chan­ger de pro­jet, quit­ter un che­val au galop pour en enfour­cher un autre. »

Si on regarde com­ment ce concept est popu­la­ri­sé aujourd’hui et com­ment il est uti­li­sé par tout le spectre poli­tique, on navigue sur un double registre. À la fois, il dit quelque chose de sen­sé et de per­ti­nent au sujet du monde dans lequel on se meut : tout a ten­dance à se trans­for­mer en capi­tal et à deve­nir une res­source pour la pro­duc­tion des mar­chan­dises. Dans un monde où s’étend la logique mar­chande et capi­ta­liste, il ne faut pas s’étonner que tout ce qui en consti­tue l’environnement, y com­pris les hommes, revête la forme d’un capi­tal ou de res­sources mobi­li­sables dans cette pro­duc­tion. Cela ren­voie à un fond de véri­té que Marx avait déjà vu, quand il disait que le sala­rié vend sa force de tra­vail sur un mar­ché. Néanmoins, la roue­rie du concept – et là on passe de la réa­li­té au tra­ves­tis­se­ment en idéo­lo­gie – tente de faire croire que la logique du tra­vailleur est d’emblée ali­gnée sur celle du capi­ta­liste et, qu’en réa­li­té, c’est la même anthro­po­lo­gie ou phi­lo­so­phie. Il est sous-enten­du qu’un tra­vailleur serait un être humain qui détient un stock de com­pé­tences, qui va inves­tir pour l’augmenter et l’entretenir afin de vendre la mar­chan­dise qui en est issue, c’est-à-dire son tra­vail. Il devrait se com­por­ter exac­te­ment comme un capi­ta­liste – il fait fruc­ti­fier un capi­tal et se déve­loppe à par­tir des fruits de ce der­nier.

Quand on uti­lise ce terme, on est dans l’idéologie (comme fausse conscience des rap­ports sociaux). Néanmoins, il fonc­tionne, pour ren­voyer chaque indi­vi­du à sa pro­fonde soli­tude. En effet, il entre­tient l’illusion que sa capa­ci­té à trou­ver du tra­vail et sa per­for­mance au tra­vail, ces deux élé­ments fon­da­men­taux, sont pure­ment indi­vi­duelles. Or, si aujourd’hui les gens ne trouvent plus de tra­vail, c’est que les entre­prises capi­ta­listes sont inca­pables d’atteindre le plein emploi. Le chô­mage ou les inéga­li­tés de trai­te­ment sur le mar­ché du tra­vail en termes de salaires, par la rhé­to­rique du capi­tal humain, ren­voient les indi­vi­dus à une culpa­bi­li­té. Le tour de force idéo­lo­gique occulte le fait que nos per­for­mances n’ont jamais été aus­si inter­dé­pen­dantes les unes des autres : ma pro­duc­ti­vi­té dépend cru­cia­le­ment de celle de mes col­lègues, du contre­maître au-des­sus de moi, de celui qui a orga­ni­sé la chaîne, du comp­table et du balayeur, etc.

C’est le dis­cours ambiant sur la res­pon­sa­bi­li­sa­tion indi­vi­duelle, deve­nir entre­pre­neur de soi-même, les ministres du Travail suc­ces­sifs qui appellent les chô­meurs à se prendre en charge…

Dans un monde où cela n’a plus de sens ! La pro­duc­tion n’a jamais été aus­si col­lec­tive, elle n’a jamais mobi­li­sé autant de gens en même temps. Notre pro­duc­ti­vi­té indi­vi­duelle n’a donc pas de sens, c’est tou­jours la pro­duc­ti­vi­té d’un col­lec­tif. Marx avait bien sou­li­gné que le capi­ta­lisme fai­sait naître le col­lec­tif dans la pro­duc­tion et c’est de ce col­lec­tif dont on a peur : il menace tou­jours le pou­voir d’un seul homme de diri­ger et de répar­tir le pro­fit entre quelques-uns.

marx5

Le récit d’anticipation pos­tule, par sa tem­po­ra­li­té ellip­tique entre un pas­sé révo­lu et connu du lec­teur et un pré­sent nar­ra­tif hypo­thé­tique, l’idée d’un saut qua­li­ta­tif irré­mé­diable. Ainsi, il masque les pro­ces­sus en cours. Où décèle-t-on, ici et main­te­nant, les pré­misses d’une monétarisation/financiarisation crois­sante des indi­vi­dus ?

Je n’ai rien inven­té, il y a des traces assez nom­breuses ! Prenons trois exemples. Tout d’abord, celui de l’éclatement de la bulle des sub­primes aux États-Unis en 2008. Les banques ont prê­té de l’argent à des indi­vi­dus dont elles savaient per­ti­nem­ment qu’ils auraient du mal à rem­bour­ser. Cependant, les banques s’en fichaient puisqu’elles pre­naient en garan­tie les biens immo­bi­liers – les mai­sons – en cas de non- rem­bour­se­ment. Le prix de l’immobilier aug­men­tant, la garan­tie était solide. Ainsi, les banques étaient en posi­tion spé­cu­la­tive : ce ne sont pas les reve­nus des emprun­teurs qui vont nous rem­bour­ser, mais la valeur de leur loge­ment qui sera le gage en der­nière ins­tance. De fait, elles ont mis les ménages dans la même posi­tion spé­cu­la­tive à coups de contrats illi­sibles à taux d’intérêts flot­tants. Concernant une fonc­tion essen­tielle à l’humanité (se loger), l’ensemble des actions entre­prises ont été gou­ver­nées par la ratio­na­li­té finan­cière et spé­cu­la­tive. Les condi­tions mêmes de la vie bio­lo­gique et sociale ont bas­cu­lé du côté d’un contrat finan­cier dans lequel on embringue les ménages. C’est d’une pro­fon­deur et d’une bru­ta­li­té inouïes ! La mar­chan­di­sa­tion des condi­tions d’existence est totale ! Nous nous sommes tel­le­ment habi­tués à la rela­tion de cré­dit qu’on ne la voit plus. Autre exemple. Il existe aujourd’hui des sys­tèmes de crowd­foun­ding dont le but est de finan­cer les études à l’Université de jeunes Américains. Il est à la fois pos­sible de prê­ter mais aus­si de prendre une par­ti­ci­pa­tion dans l’étudiant lui-même, dans son capi­tal humain. On peut ain­si déte­nir un droit sur les reve­nus futurs de l’étudiant en ques­tion. L’interrogation qui reste en sus­pens est le sta­tut de ces titres de pro­prié­té : seront-ils bien­tôt négo­ciables sur un mar­ché secon­daire comme n’importe quel actif finan­cier ? Dernier exemple. À San Francisco, des petits malins ont déve­lop­pé une appli­ca­tion sur smart­phone qui per­met de revendre sa place de sta­tion­ne­ment aux heures d’affluence. L’idée est de mettre aux enchères sa place et de l’adjuger au plus offrant. Cela a été inter­dit par la mai­rie de San Francisco. Ces exemples montrent que nous sommes arri­vés à la finan­cia­ri­sa­tion, non seule­ment de notre capi­tal humain, de notre force de tra­vail et de nos condi­tions d’existence, mais aus­si de toutes nos actions jusqu’aux plus banales, aux plus quo­ti­diennes, aux plus insi­gni­fiantes.

La liqui­da­tion pense une forme de résis­tance à l’assujettissement au tota­li­ta­risme finan­cier. Diriez-vous avec Orwell, et à tra­vers le per­son­nage de Winston Smith dans 1984, que « s’il y a un espoir, il réside chez les pro­lé­taires », car les formes tra­di­tion­nelles de morale, de réci­pro­ci­té et de dés­in­té­res­se­ment s’y jouent de façon bien plus quo­ti­dienne ?

« Marx avait bien sou­li­gné que le capi­ta­lisme fai­sait naître le col­lec­tif dans la pro­duc­tion et c’est de ce col­lec­tif dont on a peur : il menace tou­jours le pou­voir d’un seul homme de diri­ger et de répar­tir le pro­fit entre quelques-uns. »

J’aurais un gros conten­tieux avec Orwell sur ce point ! Je men­tion­ne­rais plu­tôt le constat de Keynes dans Perspectives éco­no­miques pour nos petits enfants. Il remarque que, lorsque les éco­no­mies déve­lop­pées auront atteint un « pro­grès » tech­nique et indus­triel consé­quent, la seule manière de jouir de tout cela sera de réduire le temps de tra­vail. En effet, il y aurait contra­dic­tion avec le fait d’ac­cu­mu­ler des quan­ti­tés gigan­tesques de mar­chan­dises que nous n’aurions même pas le temps de consom­mer. Sa crainte fon­da­men­tale est que cela arrive trop tard, c’est-à-dire à un moment où la logique de la mar­chan­dise, du tra­vail et de la consom­ma­tion nous auront pri­vés de toute capa­ci­té à pro­duire des jouis­sances auto­nomes. Inquiétude que l’on retrouve chez André Gorz. On est tel­le­ment mou­lé par la logique du tra­vail dans des grandes orga­ni­sa­tions très for­melles où les tâches sont de plus en plus divi­sées et insi­gni­fiantes, on est tel­le­ment habi­tué à avoir une réponse à nos dési­rs sur le mode de la consom­ma­tion qu’au moment où on pour­rait jouir de tout cela, il nous man­que­ra les res­sources intel­lec­tuelles et morales. Au risque d’être un peu bru­tal, ceux qui en ont encore les res­sources semblent être les caté­go­ries – ce n’est évi­dem­ment pas une loi géné­rale – ins­truites et rela­ti­ve­ment aisées… Les res­sources intel­lec­tuelles, cri­tiques, mais aus­si finan­cières néces­saires, ne se retrouvent mal­heu­reu­se­ment pas majo­ri­tai­re­ment chez les pro­lé­taires, pour reprendre la for­mule d’Orwell. Si pour échap­per au fast-food, il faut pou­voir se déga­ger des modes domi­nants d’injonction à la consom­ma­tion (télé, publi­ci­té) et avoir l’argent pour ache­ter le slow-food, on est loin de la condi­tion pro­lé­ta­rienne aujourd’hui…

Dernière ques­tion. Certains de vos col­lègues ont ten­té de créer, sans suc­cès appa­rem­ment, une sec­tion uni­ver­si­taire hété­ro­doxe en éco­no­mie (proche des sciences humaines comme la socio­lo­gie et l’histoire), en rup­ture avec l’économie ortho­doxe (proche des sciences dures comme les mathé­ma­tiques). Selon vous, résis­ter passe aus­si par l’enseignement à l’Université ?

Ce mou­ve­ment des éco­no­mistes hété­ro­doxes, c’est-à-dire de ceux qui ne s’accordent pas avec les méthodes et les conclu­sions du cou­rant domi­nant, est très puis­sant en France – plus de 600 ensei­gnants-cher­cheurs. Il est par­ve­nu à reven­di­quer de manière légi­time la consti­tu­tion de deux dis­ci­plines dif­fé­rentes en éco­no­mie : une dis­ci­pline qui res­semble au mains­tream mathé­ma­ti­sé et une autre d’économie poli­tique, plus arti­cu­lée aux autres sciences sociales, avec des métho­do­lo­gies plus réa­listes, et sur­tout des approches doc­tri­nales plu­ra­listes : accueillir le mar­xisme, le key­né­sia­nisme, l’institutionnalisme, l’école de la régu­la­tion. Ce mou­ve­ment a déjà rem­por­té de belles vic­toires, mais pour l’heure, pas encore la créa­tion d’une nou­velle sec­tion. Ce sont main­te­nant les éco­no­mistes ortho­doxes qui sont au pied du mur. Ils doivent démon­trer que leur atti­tude est moins sec­taire que dans les vingt-cinq der­nières années.

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.