Emmanuel Faber et le capitalisme du bien commun


Texte inédit pour le site de Ballast

Face aux pro­po­si­tions tou­jours plus fan­tasques du capi­ta­lisme, la cri­tique oscille entre affron­te­ment et dédain. Le « capi­ta­lisme éthique » sus­cite géné­ra­le­ment la deuxième réac­tion : pour­tant, à trop négli­ger les der­nières trou­vailles des « patrons huma­nistes » de tout hori­zon, elle risque de man­quer des ten­dances pro­fondes qui invitent plu­tôt à trem­bler qu’à rire. Emmanuel Faber, patron de Danone, fait par­tie de ces PDG miel­leux à qui l’on ne pré­fé­re­rait pas accor­der d’im­por­tance — mais son dis­cours, qui des­sine un ave­nir aus­si plau­sible qu’ef­frayant, mérite d’être ana­ly­sé et com­pris afin d’af­fron­ter ce « capi­ta­lisme à visage humain », qui sait désar­mer la cri­tique en pré­ten­dant œuvrer pour le bien com­mun. ☰ Par Pablo Sevilla


En juin der­nier, Emmanuel Faber déli­vrait un dis­cours « poi­gnant1« Le poi­gnant dis­cours du patron de Danone, qui prône « la jus­tice sociale » », Le Figaro, 30 juin 2016. » aux élèves d’HEC. Reprise en boucle dans les JT, deve­nue rapi­de­ment virale sur les réseaux sociaux, la vidéo de cette inter­ven­tion où le PDG de Danone affirme la néces­si­té de lut­ter pour la « jus­tice sociale » a sus­ci­té de nom­breuses réac­tions. Si la majo­ri­té d’entre elles ont été dithy­ram­biques, des cri­tiques se sont éga­le­ment fait entendre2« Le lar­moyant dis­cours du patron de Danone… et la réa­li­té », Politis, 30 juin 2016., sou­li­gnant par exemple la dupli­ci­té d’Emmanuel Faber, PDG d’une mul­ti­na­tio­nale loin d’être irré­pro­chable3« Derrière la vidéo virale du patron de Danone, de la »jus­tice sociale » et du sto­ry­tel­ling », Le Monde, 4 juillet 2016., ou rap­pe­lant son pas­sé d’administrateur de la com­pa­gnie low cost Ryanair, sym­bo­lique d’un capi­ta­lisme débri­dé. Ces trop rares cri­tiques, por­tant un juge­ment moral sur un par­cours indi­vi­duel, semblent pour­tant man­quer l’essentiel du dis­cours d’Emmanuel Faber. Loin d’être anec­do­tique, les pro­pos du PDG de Danone sont symp­to­ma­tiques de muta­tions récentes du capi­ta­lisme qu’il convient de com­prendre et d’analyser sous peine de voir la cri­tique de gauche désar­mée.

L’esprit du capitalisme face à la critique

« Les pro­pos du PDG de Danone sont symp­to­ma­tiques de muta­tions récentes du capi­ta­lisme. »

Dans Le Nouvel esprit du capi­ta­lisme, paru en 1999, Luc Boltanski et Eve Chiapello rap­pellent la par­ti­cu­la­ri­té de l’organisation capi­ta­liste de la socié­té : « Le capi­ta­lisme est […] sans doute la seule […] forme his­to­rique ordon­na­trice de pra­tiques col­lec­tives à être par­fai­te­ment déta­chée de la sphère morale […]. La jus­ti­fi­ca­tion du capi­ta­lisme sup­pose donc la réfé­rence à des construc­tions d’un autre ordre d’où dérivent des exi­gences […] dif­fé­rentes de celles impo­sées par la recherche du pro­fit. » Pour se légi­ti­mer, le capi­ta­lisme doit se récla­mer de valeurs socia­le­ment valo­ri­sées afin de sus­ci­ter l’adhésion au-delà de la simple néces­si­té de sur­vie pré­si­dant à l’engagement dans le rap­port sala­rial. Les deux socio­logues nomment « esprit du capi­ta­lisme » l’ensemble des réfé­rences qui sup­portent la per­pé­tua­tion de l’ordre capi­ta­liste en favo­ri­sant l’acceptation de ses contraintes.

Comme dans un jeu du chat et de la sou­ris, la cri­tique qui s’exerce sur le capi­ta­lisme le conduit à opé­rer des « dépla­ce­ments » en modi­fiant son dis­cours et ses pra­tiques. L’exemple de Mai 68 déve­lop­pé par Boltanski et Chiapello illustre par­fai­te­ment ce méca­nisme, en mon­trant les évo­lu­tions du capi­ta­lisme suite à la double cri­tique por­tée par le mou­ve­ment : une « cri­tique sociale », por­tant sur les consé­quences en termes de pré­ca­ri­té et d’i­né­ga­li­tés ; une « cri­tique artiste », met­tant en avant la fac­ti­ci­té de la socié­té de consom­ma­tion capi­ta­liste, dans laquelle l’in­di­vi­du est esclave de besoins arti­fi­ciel­le­ment créés par la publi­ci­té. Pour répondre à la pre­mière cri­tique, un cer­tain nombre d’avantages sociaux sont octroyés dans les années qui suivent la révolte de 1968 : créa­tion du SMIC, men­sua­li­sa­tion des salaires, loi sur la durée maxi­male du tra­vail. Par la suite, la demande d’autonomie et de par­ti­ci­pa­tion accrue au sein de l’entreprise, venue de sala­riés mar­qués cette fois par la deuxième cri­tique, conduit à une évo­lu­tion des théo­ries mana­gé­riales — et, cor­ré­la­ti­ve­ment, des pra­tiques au sein des entre­prises. Ces trans­for­ma­tions des­sinent alors un « nou­vel esprit du capi­ta­lisme », mieux adap­té aux aspi­ra­tions d’une popu­la­tion qui ne se recon­naît plus dans les valeurs du sys­tème for­diste qui pré­va­laient jus­qu’a­lors.

(Mai 68, pho­to extraite du docu­men­taire La nais­sance, par Cédric Tourbe)

Sans aller, bien sûr, jusqu’à négli­ger l’importance des conquêtes per­mises par Mai 68, les muta­tions induites par la cri­tique ne sont que des varia­tions sur un même thème : elles ne remettent pas en cause la logique du capi­ta­lisme. On note­ra ain­si que, s’ils tolèrent ces quelques conces­sions aux sala­riés, patro­nat et gou­ver­ne­ment freinent des quatre fers lorsqu’à la même époque, en 1973, l’expérience auto­ges­tion­naire de LIP menace de « véro­ler le corps social4« LIP, l’i­ma­gi­na­tion au pou­voir », Le Monde diplo­ma­tique, 20 mars 2007. » en met­tant en ques­tion un des piliers du capi­ta­lisme, à savoir le sala­riat. En dépit de leur carac­tère super­fi­ciel, la capa­ci­té de ces modi­fi­ca­tions à désar­mer la cri­tique est réelle. Obligée de recons­truire son dis­cours à mesure que le capi­ta­lisme évo­lue, la cri­tique connaît des moments de tran­si­tion mar­qués par le brouillage de ses réfé­rences habi­tuelles. À voir la fai­blesse des réac­tions face au dis­cours d’Emmanuel Faber, il semble bien que nous tra­ver­sions un tel moment. La cri­tique, inca­pable d’affronter un esprit du capi­ta­lisme en passe d’intégrer cette fois la cri­tique sociale, laisse la pos­si­bi­li­té aux entre­pre­neurs de dif­fu­ser lar­ge­ment leur ima­gi­naire capi­ta­liste réno­vé.

Danone, fer de lance du capitalisme du bien commun

« Le mot d’ordre de ce mou­ve­ment mul­ti­forme est clair : le capi­ta­lisme du XXIe siècle siècle œuvre­ra pour le bien com­mun, ou ne sera pas. »

Depuis la fin des années 1990, on voit se mul­ti­plier les réfé­rences à l’éthique et au « social » dans le champ éco­no­mique. La géné­ra­li­sa­tion des poli­tiques de RSE (Responsabilité socié­tale de l’entreprise) au sein des grands groupes, la pro­mo­tion du concept d’« entre­prise sociale », la dif­fu­sion du micro-cré­dit ou encore le lan­ce­ment de pro­jets mar­ke­ting BoP (Bottom of the Pyramid) sont autant de réa­li­sa­tions pra­tiques de cette nou­velle approche de l’activité éco­no­mique. S’adossant à une cri­tique des dérives du capi­ta­lisme et à la néces­si­té d’une mora­li­sa­tion des entre­prises tout en valo­ri­sant la capa­ci­té des entre­pre­neurs à prendre en charge cette trans­for­ma­tion ; sou­cieux de réduire les inéga­li­tés, tout en fai­sant peser leur res­pon­sa­bi­li­té sur les indi­vi­dus ; sou­hai­tant récon­ci­lier socié­té et entre­prise, mêler citoyen et entre­pre­neur, le mot d’ordre de ce mou­ve­ment mul­ti­forme est clair : le capi­ta­lisme du XXIe siècle œuvre­ra pour le bien com­mun, ou ne sera pas. Pompiers pyro­manes, les entre­pre­neurs réus­sissent brillam­ment à se pré­sen­ter comme la réponse à un pro­blème dont ils ont encou­ra­gé le déve­lop­pe­ment : le retrait de l’État et l’augmentation cor­ré­la­tive des inéga­li­tés. Le néo­li­bé­ra­lisme d’hier pose les bases de ce que nous appel­le­rons le « capi­ta­lisme du bien com­mun » d’aujourd’hui — tous deux pro­cèdent d’un même mou­ve­ment. Danone en est l’un des fers de lance.

Dès 1972, Antoine Riboud, pré­sident du groupe, appelle le patro­nat à « mettre l’industrie au ser­vice des hommes » dans son dis­cours de Marseille, au Conseil natio­nal du patro­nat fran­çais. Franck Riboud suc­cède à son père en 1996 et pro­longe sa vision. Il sera notam­ment à l’origine de la créa­tion, pilo­tée par Emmanuel Faber, d’une co-entre­prise entre Danone et la Grameen Bank, orga­nisme de micro-cré­dit créé par Muhammad Yunus. L’arrivée à la tête du groupe, en 2015, d’Emmanuel Faber, ancien cri­tique de l’entreprise éthique5Main basse sur la cité, Emmanuel Faber, Hachette, 1992. deve­nu un de ses pro­mo­teurs en chef, n’a donc rien de par­ti­cu­liè­re­ment nou­veau pour une entre­prise qui a depuis long­temps lié son des­tin à la pro­mo­tion de cette nou­velle approche des affaires. Il nous reste dès lors à com­prendre ce que le pro­jet d’entreprise éthique por­té par l’entrepreneuriat et les mul­ti­na­tio­nales qui s’en réclament a de fon­da­men­ta­le­ment per­ni­cieux.

(© Reuters)

Une idéologie conservatrice rénovée et dangereuse

En pre­mier lieu, il importe de rap­pe­ler que, sous les appa­rats de la nou­veau­té, la vision du monde qui anime les pro­mo­teurs du capi­ta­lisme du bien com­mun s’a­vère très clas­sique. On retrouve dans les dis­cours d’Emmanuel Faber les figures impo­sées du libé­ra­lisme, la volon­té d’améliorer la socié­té en plus. Si le PDG aime à rap­pe­ler que « le sys­tème n’existe pas6Emmanuel Faber aux Ashoka Talks, en 2014. », il sait tem­pé­rer ses accents that­ché­riens en s’inscrivant en faux contre le fameux « There Is No Alternative » de la Dame de fer. L’alternative existe ; elle n’est juste pas très alter­na­tive, puisque tous ces patrons enga­gés ne remettent jamais en ques­tion l’ordre social.

« Niant tout déter­mi­nisme, il fait peser la res­pon­sa­bi­li­té de chan­ger le sys­tème sur les indi­vi­dus. »

Ces fon­de­ments idéo­lo­giques expliquent la vision stra­té­gique du capi­ta­lisme du bien com­mun pour trans­for­mer la socié­té. Niant tout déter­mi­nisme, il fait peser la res­pon­sa­bi­li­té de chan­ger le sys­tème sur les indi­vi­dus. Sans sur­prise, on retrouve ici l’une des vieilles ficelles néo­li­bé­rales, mise en lumière par Michel Foucault dès 19787Voir « La res­pon­sa­bi­li­té, tech­nique de gou­ver­ne­men­ta­li­té néo­li­bé­rale ? », Émilie Hache, Revue Raisons Politiques, 2007.. Couplé à la mise en avant de l’empo­werment, ce dis­cours fait de la res­pon­sa­bi­li­sa­tion un fac­teur de libé­ra­tion plu­tôt que de culpa­bi­li­té, et peut dès lors se pré­sen­ter comme pro­gres­siste tout en ren­dant caduque toute reven­di­ca­tion poli­tique. Ses pro­mo­teurs savent ain­si parer l’impuissance de la volon­té indi­vi­duelle des habits de l’émancipation. Afin de défendre cette vision, ils ne peuvent plus que s’appuyer sur des argu­ments fal­la­cieux. Ainsi, au micro de France Culture8« Vivre l’é­co­no­mie autre­ment avec Emmanuel Faber », France Culture, 18 novembre 2012., Emmanuel Faber cite les tra­vaux de John Coates, neu­ros­cien­ti­fique allé­guant, par une incroyable inver­sion des causes et des effets, que les dérives de la finance seraient impu­tables aux effets de la tes­to­sté­rone sur les tra­ders9« Testosterone is to blame for finan­cial mar­ket crashes, says neu­ros­cien­tist », Wired, 13 juillet 2012.. Cette étude lui per­met de jus­ti­fier l’inutilité d’une régu­la­tion et d’affirmer doc­te­ment : « La réa­li­té, c’est que l’économie et la finance, c’est par­fai­te­ment imbri­qué avec le vivant. »

Si ses fon­de­ments idéo­lo­giques ne sont pas nou­veaux, le pro­jet d’un capi­ta­lisme du bien com­mun n’en consti­tue pas moins une rup­ture. Les tra­vaux de la socio­logue Anne Salmon por­tant sur le capi­ta­lisme éthique sont fon­da­men­taux pour com­prendre le sens pro­fond de ce pro­jet. Dans Moraliser le capi­ta­lisme, paru en 2009, elle ana­lyse l’évolution des éthiques rat­ta­chées au capi­ta­lisme. Pour en déga­ger trois mou­ve­ments : l’éthique pro­tes­tante, étu­diée par Max Weber, mobi­li­sée dans la phase de construc­tion du capi­ta­lisme ; l’éthique pro­gres­siste, appa­rue avec le capi­ta­lisme indus­triel ; l’éthique éco­no­mique, mobi­li­sée par les entre­prises depuis les années 1990. La socio­logue met en évi­dence la rup­ture qui s’opère avec cette der­nière phase. Alors que le capi­ta­lisme s’appuyait sur un ensemble de valeurs et de concepts exté­rieurs à lui pour s’y asso­cier, l’éthique éco­no­mique trouve la jus­ti­fi­ca­tion du capi­ta­lisme… dans le capi­ta­lisme lui-même ! C’est l’activité éco­no­mique elle-même qui s’affirme comme pro­duc­trice de valeurs. Pour Salmon, l’éthique d’entreprise appa­raît dès lors comme une pré­misse aux pré­ten­tions des entre­prises à deve­nir des acteurs poli­tiques à part entière, au même titre que l’État. Un acteur à la pour­suite du vieux mythe de la « socié­té de mar­ché » décrite par l’é­co­no­miste Karl Polanyi, sou­met­tant le gou­ver­ne­ment de la Cité aux inté­rêts des entre­prises pri­vées. Le concept d’entre­prise sociale nous semble consti­tuer le para­digme de ce nou­vel esprit. En effet, le glis­se­ment séman­tique que recouvre le pas­sage de l’entreprise « éthique » à l’entreprise « sociale », enten­du au sens d’« orga­ni­sa­tion sociale » et plus uni­que­ment d’« aide sociale », pour­rait bien être per­çu comme exem­plaire de cette volon­té de légi­ti­mer la pos­si­bi­li­té pour l’entreprise de dic­ter à la socié­té son fonc­tion­ne­ment.

(Ouvriers de Renault en grève, 1936, © Agence Meurisse)

Critique : parler maintenant ou se taire à jamais

Dans un contexte où plus de trois décen­nies de poli­tiques néo­li­bé­rales ont à la fois sapé les moyens de l’État social et déve­lop­pé un ima­gi­naire basé sur une natu­ra­li­sa­tion du capitalisme10Procédé rhé­to­rique visant à ins­crire dans les ima­gi­naires l’i­dée que l’or­ga­ni­sa­tion capi­ta­liste de la socié­té est une don­née natu­relle, alors même qu’il s’a­git d’un construc­tion sociale récente et sur une indi­vi­dua­li­sa­tion de la réponse aux pro­blèmes sociaux, la dif­fu­sion de plus en plus large du capi­ta­lisme du bien com­mun est inquié­tante à plu­sieurs titres. D’une part, il para­site et désarme le désir de trans­for­ma­tion sociale de toute une géné­ra­tion, ren­voyée à l’action éco­no­mique et à la prise de conscience indi­vi­duelle comme seule réponse à son dégoût du monde capi­ta­liste. D’autre part, il annonce une nou­velle révo­lu­tion conser­va­trice, une « seconde vague du néo­li­bé­ra­lisme11Associations et Action Publique, J.-L. Laville et A. Salmon, DDB, 2016. » consa­crant le rôle poli­tique des acteurs éco­no­miques et la colo­ni­sa­tion des ima­gi­naires par la vision éco­no­mi­ciste du monde. Dans cette pers­pec­tive, la cri­tique doit prendre acte des muta­tions en cours et y répondre point par point. À ceux qui, comme Emmanuel Faber, croient prô­ner le chan­ge­ment en appe­lant de leurs vœux l’édification d’une socié­té d’entrepreneurs sociaux et de consom­ma­teurs res­pon­sables, notre rôle est de conti­nuer à oppo­ser fer­me­ment un idéal auto­ges­tion­naire réel­le­ment éman­ci­pa­teur por­tant l’es­to­cade au rap­port sala­rial comme rap­port de domi­na­tion.


REBONDS

☰ Lire notre article « Associations, faire face à l’of­fen­sive des entre­pre­neurs sociaux », par Pablo Sevilla, mai 2016
☰ Lire notre article « De Fralib à la coopé­ra­tive : récit d’une lutte », mai 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Françoise Davisse : « Décider ensemble, c’est tenir ensemble ! », mars 2016
☰ Lire notre article « Les tri­bu­naux d’ar­bi­trage contre les peuples », sep­tembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Bernard Friot : « Nous n’avons besoin ni d’employeurs, ni d’actionnaires pour pro­duire », sep­tembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Laurent Cordonnier : « La mar­chan­di­sa­tion des condi­tions d’exis­tence est totale », mai 2015

NOTES   [ + ]

1.« Le poi­gnant dis­cours du patron de Danone, qui prône « la jus­tice sociale » », Le Figaro, 30 juin 2016.
2.« Le lar­moyant dis­cours du patron de Danone… et la réa­li­té », Politis, 30 juin 2016.
3.« Derrière la vidéo virale du patron de Danone, de la »jus­tice sociale » et du sto­ry­tel­ling », Le Monde, 4 juillet 2016.
4.« LIP, l’i­ma­gi­na­tion au pou­voir », Le Monde diplo­ma­tique, 20 mars 2007.
5.Main basse sur la cité, Emmanuel Faber, Hachette, 1992.
6.Emmanuel Faber aux Ashoka Talks, en 2014.
7.Voir « La res­pon­sa­bi­li­té, tech­nique de gou­ver­ne­men­ta­li­té néo­li­bé­rale ? », Émilie Hache, Revue Raisons Politiques, 2007.
8.« Vivre l’é­co­no­mie autre­ment avec Emmanuel Faber », France Culture, 18 novembre 2012.
9.« Testosterone is to blame for finan­cial mar­ket crashes, says neu­ros­cien­tist », Wired, 13 juillet 2012.
10.Procédé rhé­to­rique visant à ins­crire dans les ima­gi­naires l’i­dée que l’or­ga­ni­sa­tion capi­ta­liste de la socié­té est une don­née natu­relle, alors même qu’il s’a­git d’un construc­tion sociale récente
11.Associations et Action Publique, J.-L. Laville et A. Salmon, DDB, 2016.
Pablo Sevilla
Pablo Sevilla

Étudiant.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.