Associations : faire face à l’offensive des entrepreneurs sociaux


Texte inédit pour le site de Ballast

Depuis quelques années, entre­prises, écoles de com­merce, étu­diants et médias chantent les louanges de l’entrepreneuriat social. Ce modèle d’entreprise d’un nou­veau genre pro­met de résoudre les pro­blèmes du XXIe siècle sans, bien sûr, remettre en ques­tion le modèle éco­no­mique en place. Des plus sédui­sants au pre­mier abord, le dis­cours de l’entrepreneuriat social mérite pour­tant d’être repla­cé dans son contexte afin de mieux cer­ner les enjeux idéo­lo­giques et pra­tiques qu’il sou­lève. ☰ Par Pablo Sevilla


D’après un récent son­dage Ipsos, 50 % des étu­diants sou­haitent tra­vailler dans l’économie sociale et soli­daire (ESS). Ce sec­teur est né à la fin du XXe siècle du regrou­pe­ment par l’État de l’économie soli­daire et de l’économie sociale. Porteur d’une vision cri­tique des fon­de­ments de la socié­té capi­ta­liste, il réunit des struc­tures par­ta­geant des prin­cipes forts : gou­ver­nance démo­cra­tique, lucra­ti­vi­té limi­tée, ancrage ter­ri­to­rial, mobi­li­sa­tion citoyenne. On devrait donc se réjouir de l’engouement des jeunes en faveur de l’ESS, favo­ri­sé par l’essaimage d’associations telles qu’Enact’us dans les éta­blis­se­ments d’enseignement supé­rieur. Pourtant, l’apparition d’un nou­vel acteur, l’entrepreneuriat social, et son impor­tance gran­dis­sante – notam­ment dans le numé­rique – semble en passe d’annihiler le poten­tiel cri­tique du sec­teur. Par oppo­si­tion à l’ESS tra­di­tion­nel, ce modèle d’entreprises pos­tule qu’il n’existe aucune alter­na­tive à l’économie de mar­ché et que l’action sociale et envi­ron­ne­men­tale doit être sou­mise, pour être effi­cace, à des exi­gences de lucra­ti­vi­té et de concur­rence.

« Une telle situa­tion met aujourd’hui en péril les struc­tures de l’ESS, au pre­mier rang des­quelles on retrouve les asso­cia­tions, déjà dure­ment tou­chées par la crise. »

Avec l’aide de la loi Hamon, qui a élar­gi la pos­si­bi­li­té d’intégrer ces entre­prises à l’ESS, il n’est plus rare de voir le sec­teur réduit à l’entrepreneuriat social. Le dis­cours por­té par les entre­pre­neurs sociaux tend dès lors à appa­raître comme repré­sen­ta­tif de la vision por­tée par les acteurs du sec­teur. Une telle situa­tion, due autant au flou entou­rant la per­cep­tion de l’ESS qu’à la béa­ti­tude des jour­na­listes devant le mou­ve­ment de l’entrepreneuriat social, met aujourd’hui en péril les struc­tures de l’ESS – au pre­mier rang des­quelles on retrouve les asso­cia­tions, déjà dure­ment tou­chées par la crise.

Entrepreneuriat social : une tentative de moralisation du capitalisme 

Cinq minutes dans l’Atelier de l’ESS, à Paris (un centre de res­sources sur l’ESS), suf­fisent à com­prendre de quel côté penche la balance du sec­teur et quels modèles sont pri­vi­lé­giés par les ins­ti­tu­tions. « Entreprenez autre­ment », « Devenez entre­pre­neur du chan­ge­ment », « Créez votre entre­prise res­pon­sable »… On pour­rait se croire à un salon de la French Tech [label décer­né aux éco­sys­tèmes de star­tups dyna­miques, ndlr]. À écou­ter les acteurs majeurs de l’entrepreneuriat social, on com­prend faci­le­ment com­ment cette hégé­mo­nie cultu­relle a pu se mettre en place en si peu de temps. Maîtrisant par­fai­te­ment les codes de la com­mu­ni­ca­tion, capables de mettre en avant des indi­vi­dua­li­tés fortes aux par­cours excep­tion­nels, les entre­pre­neurs sociaux cultivent l’art du sto­ry-tel­ling : « Il a pré­fé­ré le social à la banque d’affaires », disent en sub­stance tous ces por­traits d’entrepreneurs qui s’affirment volon­tiers idéa­listes, mais savent res­ter prag­ma­tiques, à l’image de Nicolas Hazard, PDG du Comptoir de l’innovation et véri­table idéal-type de l’entrepreneur social. Ce prag­ma­tisme se tra­duit sou­vent par des col­la­bo­ra­tions auda­cieuses. Le Comptoir de l’Innovation est ain­si en par­tie finan­cé par la banque d’affaires JP Morgan, connue pour ses impli­ca­tions dans de nom­breux scan­dales finan­ciers. Dans les par­te­naires finan­ciers d’Ashoka France, pilier de l’entrepreneuriat social très lié au cabi­net de conseil McKinsey, on retrouve des fon­da­tions de grandes entre­prises (BEL, L’Occitane, Fondation Bettencourt) ain­si que des mul­ti­na­tio­nales (SEB, Rothschild, McCain, Veolia).

entrep

(DR)

Si l’argent des grandes entre­prises n’a pas d’odeur, ce n’est pas le cas de l’argent public. Les entre­pre­neurs sociaux sont for­mels en ce qui concerne ce der­nier : « Pas ques­tion pour les entre­pre­neurs sociaux d’être dépen­dants des pou­voirs publics. La volon­té de pou­voir conser­ver son indé­pen­dance est cru­ciale. » Lorsqu’Arnaud Mourot, pré­sident d’Ashoka France, pré­sente sa vision de l’avenir de la lutte contre la pau­vre­té, l’État n’est même pas cité comme acteur de ce com­bat. Et c’est là un des gages sup­plé­men­taires du suc­cès des entre­pre­neurs sociaux : en niant la légi­ti­mi­té du finan­ce­ment public, ils s’insèrent par­fai­te­ment dans les poli­tiques d’austérité mises en place depuis des décen­nies. À l’opposé des asso­cia­tions, sub­ven­tion­nées donc peu effi­caces, les entre­pre­neurs sociaux se pré­sentent comme la com­po­sante « pro­fes­sion­na­li­sée » de l’ESS. La pro­fes­sion­na­li­sa­tion signi­fie l’application des méthodes de ges­tion du pri­vé, méthodes dont les dégâts sur un sec­teur aus­si impor­tant que celui de la san­té sont désor­mais bien connus.

« En niant la légi­ti­mi­té du finan­ce­ment public, les entre­pre­neurs sociaux s’insèrent par­fai­te­ment dans les poli­tiques d’austérité mises en place depuis des décen­nies. »

Les cri­tiques que l’on pour­rait adres­ser aux entre­pre­neurs sociaux ne sau­raient les tou­cher, tant ils se veulent ancrés dans la « réa­li­té » et dans la recherche d’efficacité. Que les outils du pri­vé soient le fruit d’une cer­taine vision du monde ne leur pose pas de pro­blème. En effet, dans leur dis­cours volon­ta­riste, toute action est intrin­sè­que­ment bonne, et toute cri­tique théo­rique relé­guée au rang de cha­ra­bia idéo­lo­gique. Or, à entendre les entre­pre­neurs sociaux, on com­prend aisé­ment qu’ils s’inscrivent eux-mêmes dans un cou­rant idéo­lo­gique : le néo­li­bé­ra­lisme1. On retrouve chez eux l’ensemble des élé­ments de cette théo­rie : pri­mau­té des obli­ga­tions sur les droits, vision « entre­pre­neu­riale » de l’individu, res­tric­tion du rôle de l’État, « mana­gé­ria­lisme », exten­sion du prin­cipe de concur­rence à l’ensemble des aspects de la vie. Par l’ampleur de ses impli­ca­tions, le néo­li­bé­ra­lisme s’affirme comme un pro­jet poli­tique autant qu’économique. Dans ce pro­jet, le social busi­ness joue un rôle de mora­li­sa­tion et de relé­gi­ti­ma­tion d’un capi­ta­lisme affai­bli par la crise2. En contra­dic­tion avec les valeurs por­tées par le sec­teur, le dis­cours des entre­pre­neurs sociaux sonne comme un véri­table requiem pour l’économie sociale et soli­daire – en par­ti­cu­lier pour les asso­cia­tions.

Associations et entrepreneuriat social, entre conflits et connivences

L’unité fac­tice que semble indi­quer la réunion des acteurs asso­cia­tifs et des entre­prises sociales au sein d’un même ensemble, l’ESS, dis­si­mule l’hostilité du dis­cours entre­pre­neu­rial envers les asso­cia­tions. Ces deux acteurs ne repré­sentent pas deux approches de l’action « sociale » qui pour­raient coha­bi­ter. La légi­ti­mi­té même du modèle asso­cia­tif est constam­ment niée à chaque ligne du dis­cours des entre­pre­neurs sociaux : inef­fi­caces, dépen­dantes des pou­voirs publics, para­ly­sées par l’idéologie – pour ces der­niers, les asso­ciés sont le pas­sé et sont donc voués à mou­rir. Jean-Marc Borello, pré­sident du groupe SOS, géant de l’entrepreneuriat social, aime ain­si à répé­ter que « dans dix ans, il y aura 10 fois moins d’associations en France ». Avec de tels amis, le sec­teur asso­cia­tif n’a pas besoin d’ennemis. La situa­tion est d’autant plus périlleuse que le dis­cours de l’entrepreneuriat social triomphe au moment même où les asso­cia­tions tra­versent une situa­tion dif­fi­cile, affec­tées qu’elles sont par les poli­tiques d’austérité et le pas­sage d’une culture de moyens à une culture de résul­tats au sein des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales. Les pou­voirs publics, déjà trans­for­més par les réformes liées au New Public Management, les poussent à adop­ter les modes de fonc­tion­ne­ment du pri­vé et à intro­duire le mécé­nat d’entreprise dans leur finan­ce­ment.

« En dépit des conni­vences avec cer­taines asso­cia­tions, il n’en reste pas moins que le triomphe de l’entrepreneuriat social risque fort de mettre fin au pro­jet asso­cia­tion­nisme. »

Dès lors, la fron­tière entre asso­cia­tion et entre­prise sociale peut deve­nir poreuse. Un cer­tain nombre d’associations se sont ain­si tota­le­ment conver­ties au dis­cours de l’entrepreneuriat social et peuvent de fac­to être assi­mi­lées à la caté­go­rie « entre­pre­neu­riat social ». On note­ra ain­si qu’une grande par­tie des « fel­lows »3 d’Ashoka France sont des asso­cia­tions, par­fois sub­ven­tion­nées, par­fois finan­cées par les aides à l’insertion, ou tra­vaillant étroi­te­ment avec les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales. Ceci n’invalide en rien les remarques pré­cé­dentes, et ces contra­dic­tions entre dis­cours idéo­lo­gique et pra­tiques concrètes est une constante du néo­li­bé­ra­lisme – le sau­ve­tage des banques par les États en 2008 en est un exemple par­fait. Le cli­vage qui est en train de se créer au sein du sec­teur asso­cia­tif appa­raît très clai­re­ment dans le débat sur les Social Impact Bonds4 , dont l’ex­pé­ri­men­ta­tion en France sous le nom de « contrats à impact social » a débu­té récem­ment. Un cer­tain nombre d’associations s’y opposent fon­da­men­ta­le­ment. Le Collectif des asso­cia­tions citoyennes, par exemple, a récem­ment publié une tri­bune dans Le Monde pour aler­ter sur le dan­ger qu’induirait une finan­cia­ri­sa­tion de l’activité des asso­cia­tions. En revanche, Hugues Sibille, pré­sident du Labo de l’ESS, y est favo­rable et voit dans ces titres une oppor­tu­ni­té pour le sec­teur. On assiste donc à un conflit pro­fond au sein de l’ESS, entre des asso­cia­tions et entre­prises sociales qui sou­haitent pous­ser le sec­teur à se moder­ni­ser à marche for­cée et des asso­cia­tions qui défendent leur iden­ti­té et leur héri­tage his­to­rique ; entre une vision dépo­li­ti­sée de l’ESS et cette « ESS de com­bat » qu’appelaient de leurs vœux deux acteurs du sec­teur. En dépit des conni­vences avec cer­taines asso­cia­tions, il n’en reste pas moins que le triomphe de l’entrepreneuriat social risque fort de mettre fin au pro­jet asso­cia­tion­niste. Dans l’état actuel des choses, il est dou­teux que le modèle asso­cia­tif sur­vive à ces assauts idéo­lo­giques, ou alors dans une confi­gu­ra­tion qui n’aura que peu à voir avec l’identité asso­cia­tive et l’ESS en géné­ral. Ici comme à chaque fois que l’on nous pré­sente une évo­lu­tion comme un pro­grès, il convient de se deman­der : que ris­quons-nous de perdre ? Les entre­prises sociales ne sont pas une ver­sion amé­lio­rée des asso­cia­tions ou des coopé­ra­tives, mais pro­meuvent une vision du monde bien par­ti­cu­lière. Alors, pour­quoi défendre les acteurs his­to­riques de l’ESS aujourd’hui ?

(DR)

L’économie sociale et solidaire : un secteur « a‑capitaliste » en danger 

Comme l’explique Jean-Louis Laville, l’associationnisme soli­daire, né au début du XIXe siècle, « fait irrup­tion pour récla­mer une exten­sion de la démo­cra­tie incluant le domaine éco­no­mique et social 5 ». Les asso­cia­tions et coopé­ra­tives, conquêtes ouvrières récentes, appa­raissent alors comme de véri­tables ter­rains d’expérimentation démo­cra­tique. À l’opposé de la vision phi­lan­thro­pique qui s’impose dans la deuxième moi­tié du XIXe siècle et qui influence aujourd’hui l’entrepreneuriat social, l’associationnisme lutte avant tout pour l’égalité et la démo­cra­tie. Quand l’entrepreneuriat social se construit sur une vision dépo­li­ti­sée de la socié­té, en igno­rant les rela­tions de pou­voir et de domi­na­tion, l’économie sociale et soli­daire se carac­té­rise par sa « capa­ci­té à inter­ro­ger les concep­tions domi­nantes du poli­tique et de l’économie6 ». Si les asso­cia­tions peuvent avoir des acti­vi­tés éco­no­miques, elles sont néces­sai­re­ment non lucra­tives. La pos­si­bi­li­té d’in­té­grer le béné­vo­lat per­met une connexion constante avec la socié­té civile. Ces carac­té­ris­tiques font d’elles de véri­tables outils démo­cra­tiques à la por­tée des citoyens, au moyen des­quels ces der­niers peuvent inves­tir de nou­velles formes de pro­duc­tion, d’é­change ou de consom­ma­tion. Les res­sour­ce­ries, par exemple, ques­tionnent autant les pro­ces­sus indus­triels de trai­te­ment des déchets que la notion même de « déchet » ou que nos modes de consom­ma­tion, en pro­po­sant une alter­na­tive locale, soli­daire et éman­ci­pa­trice.

« Le social dis­pa­raît au pro­fit de l’impact social, notion tel­le­ment floue qu’on se demande quelle entre­prise ne pour­rait s’en reven­di­quer. »

Si les coopé­ra­tives sont sou­mises aux règles du mar­ché capi­ta­liste comme n’im­porte quelle entre­prise, elles sont « a‑capitalistes »7, dans la mesure où leur mode de gou­ver­nance démo­cra­tique limite la pos­si­bi­li­té d’ac­cu­mu­la­tion du pro­fit et inter­dit la rému­né­ra­tion d’ac­tion­naires. En moyenne, entre 40 % et 50 % des excé­dents qu’elles réa­lisent sont mis en réserve, le reste étant redis­tri­bué entre les sala­riés de la coopé­ra­tive. L’hégémonie de l’entrepreneuriat social, fiè­re­ment dépo­li­ti­sé, est en train de chan­ger un sec­teur qui repo­sait sur le par­tage de valeurs fortes. Elle contri­bue à y réduire désor­mais l’en­ga­ge­ment social à une décla­ra­tion de prin­cipes, faute d’ap­pli­ca­tion effec­tive dans les méthodes employées. Le social dis­pa­raît au pro­fit de l’impact social, notion tel­le­ment floue qu’on se demande quelle entre­prise ne pour­rait s’en reven­di­quer. En outre, au-delà de la vision por­tée par les acteurs, la qua­li­té des ser­vices pro­po­sés et la pos­si­bi­li­té pour cha­cun d’y accé­der peuvent être pro­fon­dé­ment affec­tées par le pas­sage à une vision entre­pre­neu­riale. L’évolution des ser­vices à la per­sonne8 est exem­plaire des risques de nivel­le­ment induits par l’introduction de logiques lucra­tives dans un sec­teur. J.-L. Laville et A. Salmon9 résument ain­si l’évolution de l’en­tre­pre­neu­riat social dans l’introduction de leur der­nier ouvrage : « Dans un pre­mier temps, l’argumentaire mobi­li­sé par les entre­prises consis­tait à valo­ri­ser leur pro­fes­sion­na­lisme qui per­met­trait d’éviter […] l’ « ama­teu­risme » endé­mique des asso­cia­tions. Dans un deuxième temps, […] est mis en place un lob­bying des­ti­né à ouvrir les ser­vices, […] entraî­nant alors la concur­rence déloyale des asso­cia­tions qui est dénon­cée. […] Dans un troi­sième temps, […] est exi­gée la sol­va­bi­li­sa­tion des socié­tés com­mer­ciales par les avan­tages que leurs consentent les auto­ri­tés publiques […]. Le bilan après quelques années fait appa­raître une aug­men­ta­tion des inéga­li­tés d’accès aux ser­vices, les groupes lucra­tifs concen­trant leur offre dans les milieux urbains pour des ser­vices simples […] au détri­ment des zones rurales et de ser­vices plus com­pli­qués […]. »

(DR)

Assumer la conflictualité, amorcer la lutte

Il est pro­bable qu’une grande part des étu­diants atti­rés par l’ESS ait décou­vert le sec­teur par le biais de l’entrepreneuriat social. En dehors des cli­vages tra­di­tion­nels, ils sont sou­vent dépo­li­ti­sés, aspirent à agir et se moquent bien de la pure­té idéo­lo­gique de leurs méthodes. C’est à cette géné­ra­tion, dont je fais par­tie, que cet article s’adresse, pour les aver­tir du piège que tend l’entrepreneuriat social à notre idéa­lisme. Aucune trans­for­ma­tion sociale ou envi­ron­ne­men­tale d’ampleur ne sor­ti­ra de l’entrepreneuriat social : rever­nir l’idéologie néo­li­bé­rale ne la rend pas moins néfaste. Comment croire à une refonte du sys­tème lorsqu’elle est opé­rée par des acteurs qui épousent sa logique ? Quelles réflexions sur la crois­sance, le pro­duc­ti­visme, le tra­vail, la démo­cra­tie, le pou­voir per­met un modèle qui se targue de ne pas remettre en ques­tion les fon­de­ments du capi­ta­lisme ? La réno­va­tion de l’ESS que nous pro­mettent les entre­pre­neurs sociaux est un leurre qui menace les par­ti­cu­la­ri­tés d’un sec­teur qui pro­po­sait jusqu’ici des alter­na­tives réelles. Alors que l’arrivée en France des « contrats à impact social » lancent le signal de départ vers une libé­ra­li­sa­tion tou­jours plus forte du sec­teur, il est, à l’inverse, essen­tiel d’investir les asso­cia­tions et coopé­ra­tives pour défendre ce que l’ESS peut être. Peut, parce qu’il ne s’agit pas de dire que les acteurs de l’ESS ont été jusqu’ici exem­plaires, mais de rap­pe­ler que les prin­cipes fon­da­teurs du sec­teur contiennent en eux les germes d’une éco­no­mie alter­na­tive – une éco­no­mie locale, non capi­ta­liste, encas­trée dans la socié­té10, démo­cra­tique et auto­ges­tion­naire. Un rap­pel que doivent éga­le­ment entendre les asso­cia­tions atti­rées par les sirènes de l’entrepreneuriat social. Si elles conti­nuent d’ignorer la conflic­tua­li­té à l’œuvre dans l’ESS et de consi­dé­rer les entre­pre­neurs sociaux comme des com­pa­gnons de route, nous assis­te­rons à une reprise de la fable du pot de terre et du pot de fer11. Dans l’état actuel des choses, nous savons per­ti­nem­ment quel rôle sera alors dévo­lu aux asso­cia­tions.


NOTES

1. Pierre Dardot, Christian Laval, La Nouvelle Raison du Monde, Essai sur la socié­té néo­li­bé­rale, Paris, La décou­verte, 2009.
2. Jean-Louis Laville, Agir à gauche. L’économie sociale et soli­daire, Paris, Desclée de Brouwer, 2011.
3. Entrepreneurs sociaux accom­pa­gnés par Ashoka.
4. Il s’agit d’un mode par­ti­cu­lier de finan­ce­ment des asso­cia­tions. L’Etat fixe des objec­tifs liés à une mis­sion d’intérêt géné­ral. Un inter­mé­diaire pri­vé est char­gé de finan­cer la réa­li­sa­tion de cette mis­sion par une asso­cia­tion. Si les objec­tifs sont atteints, l’intermédiaire est rému­né­ré par l’Etat.
5. et 6. Jean-Louis Laville, Agir à gauche. L’économie sociale et soli­daire, Paris, Desclée de Brouwer, 2011.
7. Jean-François Draperi, « Le pro­jet de l’ESS : fon­der une éco­no­mie Acapitaliste », Revue Mouvements, 81, 2015, p. 38 – 50.
8. Jean-Louis Laville et Marthe Nyssens, Les ser­vices sociaux, entre asso­cia­tions, État et mar­chés, Paris, La décou­verte / M.A.U.S.S / C.R.I.D.A, 2001.
9. Jean-Louis Laville et Anne Salmon, Association et Action publique, Paris, Desclée de Brouwer, 2015.
10. Karl Polanyi, La Grande Transformation, Gallimard, 1983.
11. « Le pot de terre en souffre ; il n’eut pas fait cent pas ; Que par son com­pa­gnon il fut mis en éclats ; Sans qu’il eût lieu de se plaindre. Ne nous asso­cions qu’a­vec nos égaux ; Ou bien il nous fau­dra craindre le des­tin d’un de ces pots. »


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Manuel Cervera-Marzal : « Travail manuel et réflexion vont de pair », mars 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Osons Causer : « On est à la fin de la vague néo­li­bé­rale », mai 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Bernard Friot : « Nous n’avons besoin ni d’employeurs, ni d’actionnaires pour pro­duire », sep­tembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Laurent Cordonier : « La mar­chan­di­sa­tion des condi­tions d’existence est totale ! », mai 2015

Pablo Sevilla
Pablo Sevilla

Étudiant.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.