De Fralib à la coopérative : récit d’une lutte


Article paru dans le n° 1 de la revue papier Ballast (novembre 2014)

Nous orga­ni­sons mer­cre­di pro­chain (à Paris — La Générale, métro Voltaire, 20h30) une soi­rée où sera jouée la pièce de théâtre social Paroles de Fralib, de Philippe Durand. Elle raconte les 1 336 jours de lutte des tra­vailleurs de l’usine Fralib, qui fabri­quaient les thés et les infu­sions Lipton et Éléphant, puis la créa­tion d’une coopé­ra­tive sans patron ni divi­dendes. L’occasion, en ce 1er mai, de retra­cer leur com­bat en met­tant en ligne l’article que nous avions écrit sur le sujet dans le pre­mier numé­ro de notre revue papier, épui­sé. Depuis le mois de sep­tembre 2015, leur marque de thé — 1336 (« Éveille les consciences, réveille les papilles ») — a été com­mer­cia­li­sée dans la grande dis­tri­bu­tion et trente sala­riés réem­bau­chés en CDI. Plus encore qu’une lutte, donc : la preuve que c’est pos­sible. « On fait par­tie de ceux qui pensent que la lutte des classes, elle existe. C’est pas un leurre », nous rap­pe­la alors Olivier Leberquier, syn­di­ca­liste et ouvrier Fralib.


fralib1« Les ouvriers et les employés sont les invi­sibles de notre socié­té. On n’en parle jamais ; on ne les montre jamais – et, pour­tant, il n’y a pas de classe sociale plus nom­breuse dans notre pays », décla­ra Jean-Luc Mélenchon lors de la der­nière cam­pagne pré­si­den­tielle, lorsqu’il se ren­dit, le 20 juin 2011, dans l’usine Fralib, à Gémenos, dans les Bouches-du-Rhône. Fralib ? Le mot évoque quelque chose, fût-ce seule­ment de loin, à plus d’un Français. Il a tour­né, durant des mois, des années, même, sur les écrans et les ondes. Le nom d’une filiale de la mul­ti­na­tio­nale anglo­néer­lan­daise Unilever. Cette der­nière, fon­dée en 1930 et ayant réa­li­sé, en 2011, plus de 46 mil­liards d’euros de chiffre d’affaires, pos­sède une branche en France et six sites de pro­duc­tion sur son sol. Sept, il y a peu encore. Avant qu’elle ne déci­dât, en sep­tembre 2010, de fer­mer l’usine Fralib – qui fabri­quait des thés et des infu­sions de marques Éléphant et Lipton – afin de délo­ca­li­ser la pro­duc­tion en Pologne et en Belgique. Le direc­teur géné­ral d’Unilever, Paul Polman, esti­ma en 2012, dans les colonnes du Figaro, que la socié­té « doit tou­jours s’adapter à un monde qui change et pou­voir fer­mer des usines non com­pé­ti­tives ». Le goût du chan­ge­ment eut donc un prix : 182 employés se retrou­vèrent à la rue, sacri­fiés au bon-vou­loir du libre-échange et de la mon­dia­li­sa­tion – seule­ment « heu­reuse » pour ceux qui ne la découvrent pas, un matin, sous la forme d’un « plan social ». Une étude du minis­tère de l’Économie et des Finances fit savoir que près de deux mil­lions d’emplois indus­triels furent détruits, en France, ces trente der­nières années – soit, en moyenne, 71 000 par an. Les Fralib entrèrent alors en lutte. Durant 1 336 jours.

Résister

« Ils occu­pèrent l’usine. Pas un bou­lon n’allait sor­tir, enten­dait-on. Tours de garde et sur­veillance accrue des machines. »

Olivier Leberquier, ouvrier et syn­di­ca­liste Fralib, nous raconte que la soli­da­ri­té popu­laire fut mas­sive. Associations, par­ti­cu­liers, syn­di­cats et col­lec­ti­vi­tés mirent la main à la poche pour aider, comme ils le pou­vaient, les tra­vailleurs bien déci­dés à ne pas voir leur usine fer­mer. « Ça nous a per­mis de pas­ser tous les moment très com­pli­qués où on avait des rete­nues de salaires, où nous étions pri­vés de reve­nus pen­dant, pour cer­tains, quatre mois. Grâce à cette soli­da­ri­té finan­cière, on a pu ne pas se retrou­ver, comme ça arrive par­fois, avec des copains ou des copines qui aban­donnent la lutte, non pas parce qu’ils sont en désac­cords avec le conflit, mais parce que faut man­ger, tout sim­ple­ment. Et faut de l’argent pour payer le loyer et faire vivre la famille. » Soutiens de cer­taines orga­ni­sa­tions poli­tiques, éga­le­ment : Parti com­mu­niste, NPA, Parti de gauche, Lutte ouvrière, Europe Écologie – les Verts ou encore Alternative liber­taire. De la mai­rie d’Aubagne, du Conseil régio­nal, de la com­mu­nau­té urbaine de Marseille, aus­si, qui a pré­emp­té puis ache­té les bâti­ments. Sans par­ler, bien sûr, des syn­di­cats : « Il y a eu un gros mou­ve­ment dans toutes nos pro­fes­sions, dans toute la France, et aus­si au niveau inter­pro­fes­sion­nel via l’union dépar­te­men­tale. » Ils occu­pèrent l’usine. Pas un bou­lon n’allait sor­tir, enten­dait-on. Tours de garde et sur­veillance accrue des machines. Ici, une ban­de­role affi­chait « On est vivants » ; là, ins­crit sur une façade de l’usine, « Non à la fer­me­ture ». Les mes­sages impri­més sur les t-shirts ne souf­fraient d’aucune ambi­guï­té : « Unilever tue l’emploi ». Et puis des dra­peaux rouges, fiers de flot­ter, une fois de plus, aux côtés des réfrac­taires.

Classe contre classe, résume Olivier Leberquier : « On fait par­tie de ceux qui pensent que la lutte des classes, elle existe. C’est pas un leurre. D’ailleurs, le patro­nat s’y trompe pas ; il s’est bien ins­tal­lé dans sa classe et il fait tout ce qu’il faut pour qu’elle l’emporte et reste bien dans son confort. Nous, on est dans la classe oppo­sée et on s’oppose à cette classe-là. » L’occupation d’une usine est une déci­sion illé­gale. Une « voie de fait », au regard de la loi¹. « Il a fal­lu à deux reprises, nous explique-t-il, prendre l’usine pour la conser­ver et empê­cher, comme le sou­hai­tait la direc­tion, qu’elle soit vidée – ce qui ne nous aurait pas per­mis de faire ce qu’on est en train de faire aujourd’hui, c’est-à-dire construire notre pro­jet alter­na­tif. Sans les machines, c’était ter­mi­né. Alors, effec­ti­ve­ment, on a pris des déci­sions qui nous ame­naient, entre guille­mets, dans “l’illégalité” : c’est pas légal d’occuper une usine et d’empêcher la milice patro­nale de vider l’usine, mais si on n’avait pas fait ça, vu le fonc­tion­ne­ment de la jus­tice en France, avec les appels des pro­cé­dures qui ne sont pas sus­pen­sifs, on aurait gagné au tri­bu­nal, on aurait gagné juri­di­que­ment, sauf qu’il y aurait plus une seule machine dans l’usine ! La direc­tion aurait pro­fi­té de la période d’appel pour la vider. Il a fal­lu s’affronter phy­si­que­ment avec la milice patro­nale, mais on a eu le sou­tien de notre syn­di­cat et de tous ceux de la région. »

Négocier

Le conflit qui les oppo­sa à la mul­ti­na­tio­nale se dérou­la sous deux man­dats pré­si­den­tiels : celui de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande, à par­tir de mai 2012. Xavier Bertand, Ministre du Travail sous l’autorité du pre­mier, fut alors accu­sé d’être inter­ve­nu en faveur d’Unilever, en blo­quant un cour­rier de la Direction régio­nale des entre­prises, de la concur­rence, de la consom­ma­tion, du tra­vail et de l’emploi. « On ne peut pas par­ler de pres­sions, pour­suit-il, parce qu’ils sont très com­plices : ils étaient entre amis ! Uniliver s’est fait accom­pa­gner par les ser­vices de l’État pour mener à bien leurs pro­cé­dures. D’où leur plan social tota­le­ment illé­gal, car ils avaient la garan­tie de Xavier Bertrand que ça pas­se­rait au niveau de son admi­nis­tra­tion. » L’une des figures poli­tiques média­tiques de cette bataille fut Arnaud Montebourg, nom­mé Ministre du Redressement pro­duc­tif dès l’accession de la gauche au pou­voir – celui qui, un an avant son entrée au gou­ver­ne­ment, fus­ti­geait dans son ouvrage Votez pour la démon­dia­li­sa­tion ! les « délo­ca­li­sa­tions en série, [les] des­truc­tions d’emplois et d’outils de tra­vail ». Quel regard les ex-Fralib portent-ils, aujourd’hui, sur son action ? « C’est com­pli­qué. On pense qu’on a per­du un an. Mais c’est contras­té, on ne peut pas tirer à bou­lets rouges sur lui, car ça serait mal­hon­nête de notre part : il y a des choses qui ont été faites dans notre dos­sier et il faut savoir le dire. C’est à l’arrivée de Montebourg qu’il y a eu pré­emp­tion puis achat des bâti­ments : il y a eu un appui très fort de la part du minis­tère à ce moment, et ce n’est pas rien. Sans quoi on ne serait plus dans l’usine. Mais quand il était can­di­dat aux pri­maires socia­listes, il par­lait, nous concer­nant, de prendre des mesures “que per­sonne en confé­rence de presse, à un jour­na­liste. Et il par­lait de natio­na­li­sa­tion et d’expropriation d’Unilever, par rap­port à la marque Éléphant. Mais ça, c’était le dis­cours de cam­pagne…

« Une autre manière de tra­vailler, de pro­duire, de consom­mer – en relo­ca­li­sant la pro­duc­tion. Le terme auto­ges­tion est lan­cé. »

Une fois au minis­tère, on aurait aimé qu’il conti­nue à pous­ser. Et on a eu l’occasion de lui dire : on pou­vait com­prendre que c’était pas si simple que ça, suf­fit pas de s’installer dans un fau­teuil de ministre et de faire ce qu’on veut, mais, au moins, qu’il reste dans cette pos­ture-là. Sauf qu’il nous a dit, fin 2012, gros­so modo : “Unilever a déjà lâché beau­coup de choses, pre­nez ça et démar­rez comme ça.” On va pas dire qu’il y a eu clash, mais il n’y a plus eu de contacts directs. Lui sou­hai­tait qu’on signe avec le peu qu’il y avait sur la table ; nous on disait que ce n’était pas suf­fi­sant pour signer un accord de fin de conflit. Je pense qu’il ne croyait pas qu’on irait au tri­bu­nal. On a conti­nué à lut­ter sans lui. L’implication du minis­tère, oui, celle du conseiller social d’Hollande, oui, mais ce qui fait qu’Uniliver est venu à la table des négo­cia­tions, c’est qu’on a conti­nué à lut­ter. Et là, on a eu des choses sur la table, en mai 2014. Mais peut-être que si Montebourg nous avait sui­vis et avait conti­nué de mettre la pres­sion à Unilever, on aurait eu l’accord début 2013… » La direc­tion d’Unilever (qui pro­po­sa à une dizaine de sala­riés, à condi­tion d’apprendre la langue, de par­tir tra­vailler en Pologne pour 460 euros par mois…), avait fait entendre publi­que­ment que les inves­tis­se­ments en France pour­raient être fra­gi­li­sés en cas d’intervention favo­rable du gou­ver­ne­ment Hollande à l’endroit des ouvriers. Le syn­di­ca­liste CGT com­mente : « Avec Montebourg, ils ont dit qu’ils avaient encore 2 500 sala­riés en France et ils met­taient la menace sur eux – mais on répon­dait à Montebourg : on sort de dix ans de droite avec Chirac et Sarkozy, dix ans d’impunité pour Unilever, et on est pas­sé pen­dant cette période de 12 000 sala­riés, en France, à 2 800 ! Donc on peut pas dire que ça les gênait, même quand le gou­ver­ne­ment était com­plai­sant avec eux, de sup­pri­mer des emplois. Au contraire : en leur met­tant une pres­sion, ça les contraint à main­te­nir les emplois et à pas faire ce qu’ils veulent. »

Créer

27 mai 2014. Le com­bat, qui dura trois ans et demi, a fini par por­ter ses fruits : après l’annulation de trois plans de sau­ve­garde de l’emploi, le géant de l’agroalimentaire a consen­ti à ver­ser près de 20 mil­lions d’euros aux 76 anciens sala­riés qui tenaient à bâtir une coopé­ra­tive avec le maté­riel de l’usine. Ils ne purent, en revanche, reprendre la marque Éléphant. Qu’à cela ne tienne : ils en fon­de­ront une autre ! Leur coopé­ra­tive, SCOP-TI², dont les sta­tuts ont été dépo­sés au cours de l’été, por­te­ra un pro­jet alter­na­tif et éco­lo­gique. Une autre manière de tra­vailler, de pro­duire, de consom­mer – en relo­ca­li­sant la pro­duc­tion. Le terme auto­ges­tion est lan­cé, et assu­mé sans détours : « Mais aujourd’hui, en France, pays des Droits de l’homme où tous les pro­jets et les créa­tions seraient réa­li­sables, c’est pas pos­sible de créer une socié­té fon­dée sur les valeurs qu’on porte. On a donc choi­si le modèle qui se rap­proche le plus de celui qu’on avait en tête : la coopé­ra­tive. Par exemple, est impo­sé, dans ce modèle, de pré­sen­ter dans nos sta­tuts, comme pour toute entre­prise, une hié­rar­chie pyra­mi­dale, avec un pré­sident, un direc­teur géné­ral, etc. Si on avait pu, on n’aurait pas mis tous ces titres-là ! On n’a pas besoin de tout ça. On a besoin de gens qui prennent leurs res­pon­sa­bi­li­tés et leur des­tin en main. Mais les res­pon­sables de l’entreprise, ce sont les 58 coopé­ra­teurs de l’entreprise. Personne n’est au-des­sus de l’autre. Mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas de res­pon­sables : on a un conseil d’administration de 11 per­sonnes. Mais il est révo­cable à tout moment : si les sala­riés consi­dèrent que ces per­sonnes ne res­pectent pas la ligne poli­tique, sociale, sala­riale et com­mer­ciale, ils peuvent les révo­quer à la majo­ri­té. Et en élire d’autres. »

Mais ils savent aus­si, nous confie encore Olivier Leberquier, que leurs idéaux se trou­ve­ront, et se trouvent déjà, mis à mal par le modèle éco­no­mique et poli­tique qui les entoure : « Pour mettre en place notre idéal, il fau­drait un chan­ge­ment de socié­té. C’est raser le sys­tème capi­ta­liste. Mais on n’a pas la pré­ten­tion, avec notre lutte, de pen­ser qu’on a fait tom­ber le sys­tème. Malheureusement. On va devoir tra­vailler, puisque nos pro­duits seront dans la grande dis­tri­bu­tion, dans un contexte éco­no­mique et poli­tique capi­ta­liste, dans le sys­tème tel qu’il est en place. On aura for­cé­ment des déci­sions à prendre qui seront pas for­cé­ment en adé­qua­tion avec nos idéaux… On aime­rait bien pou­voir, avec notre petit noyau, trans­for­mer la socié­té, mais on va le faire modes­te­ment, au sein de notre entre­prise. » La coopé­ra­tive entend bien avoir, avec les pro­duc­teurs locaux, des rela­tions de par­te­naires et non de clients et de four­nis­seurs. Les 76 de SCOP TI comptent avan­cer sans pré­ci­pi­ta­tion. À leur rythme. La tête sur les épaules. Il leur fau­dra remettre à niveau l’équipement, assu­rer un cer­tain nombre d’investissements et lan­cer leur propre marque. Mais l’espoir est là : « On sait qu’il y a un capi­tal sym­pa­thie qui existe, lié à notre lutte et aux valeurs qu’on défend. Il y a une vraie attente : plein de gens nous demandent quand ils pour­ront ache­ter nos pro­duits. »


NOTES

1. Le théo­ri­cien socia­liste Edouard Berth iro­ni­sait, en 1939 : « C’est inouï, incroyable, scan­da­leux ! Ma parole, se croi­raient-ils donc, ces ouvriers, les véri­tables pos­ses­seurs et pro­prié­taires de ces fabriques, bureaux et maga­sins, où nous, patrons, nous avions la cha­ri­té de vou­loir bien les faire tra­vailler ? On le dirait, et ils agissent tout comme si ! Et le droit de pro­prié­té, que devient-il alors ? Et la liber­té indi­vi­duelle ? Et la loi… bour­geoise ? »
2. SCOP est l’acronyme de socié­té coopé­ra­tive et par­ti­ci­pa­tive (et, jusqu’en 2010, de socié­té coopé­ra­tive ouvrière de pro­duc­tion). Il en existe, en France, plus de 2 000 (chiffres 2011). Les sala­riés détiennent au moins 51 % du capi­tal social et 65 % des droits de vote.


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Françoise Davisse : « Décider ensemble, c’est tenir ensemble ! », mars 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Manuel Cervera-Marzal : « Travail manuel et réflexion vont de pair », mars 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Philippe Poutou : « Rejeter la loi et pré­pa­rer la lutte », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Daniel Mermet : « On est tom­bé en panne de futur », juillet 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Julian Mischi : « Il y a une déva­lo­ri­sa­tion géné­rale des milieux popu­laires », juin 2015


Photographie de ban­nière : Boris Horvat/AFP
Photographies de l’article : SCOP TI

Max Leroy
Max Leroy

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.