Extension du domaine de la cotisation


Texte inédit pour le site de Ballast

Ils les appellent « charges » — far­deau tou­jours trop lourd à por­ter — et demandent sans relâche de les « allé­ger » en pous­sant des cris d’a­go­nie : c’est un vieux rêve du patro­nat, que d’en finir avec les coti­sa­tions. L’acharnement ne date pas d’hier ; ain­si se sont suc­cé­dé au pou­voir les alter­nances sans alter­na­tive, menant peu ou prou les mêmes poli­tiques éco­no­miques et sociales, qui n’ont ces­sé de por­ter atteinte aux coti­sa­tions. Quelques jours après l’é­lec­tion du nou­veau pré­sident de la République, Pierre Gattaz décla­rait : « Pour l’ins­tant nous sommes sur un nuage, pour l’ins­tant Emmanuel Macron fait un sans faute » tout en l’ex­hor­tant à « aller vite ». C’était avant même l’é­mer­gence du Parti unique macro­nien à l’Assemblée natio­nale et le dévoi­le­ment des pré­misses d’une nou­velle loi Travail, qui cible direc­te­ment la coti­sa­tion. Mais le dan­ger vient de toutes parts : la récente forme prise par l’« éco­no­mie numé­rique » est aus­si à comp­ter au nombre de ses enne­mis. Or, ce modèle héri­té de 1945 pour­rait bien être la pierre angu­laire des résis­tances à venir. ☰ Par Léonard Perrin


À la sor­tie de la Seconde Guerre mon­diale, le mou­ve­ment ouvrier est puis­sant, incar­né par une CGT à plus de quatre mil­lions d’adhérents et un PCF à 26 % (élec­tions légis­la­tives d’octobre 1945). Le patro­nat, contrai­re­ment à une idée reçue, est loin d’être com­plè­te­ment affai­bli ; il est tou­te­fois dis­cré­di­té, tout col­la­bo­ra­teur qu’il fut à l’en­vi. C’est dans ce contexte que la Sécurité sociale, qui figu­rait dans le pro­gramme du Conseil natio­nal de la Résistance, est ins­tau­rée, sur la base du finan­ce­ment par coti­sa­tion. Elle naît d’une volon­té poli­tique qui vient à la fois « d’en haut » — le ministre du Travail com­mu­niste Ambroise Croizat joue un rôle consi­dé­rable — et « d’en bas », grâce à une forte pres­sion popu­laire et syn­di­cale. La « Sécu » sera mise en place grâce au tra­vail colos­sal des mili­tants de la CGT. « Les allo­ca­tions fami­liales, l’assurance-maladie, les retraites et la cou­ver­ture des acci­dents du tra­vail du régime géné­ral ont ceci de ren­ver­sant que la col­lecte des coti­sa­tions ne dépend ni de l’État ni du patro­nat, mais d’une caisse gérée par des repré­sen­tants syn­di­caux1Bernard Friot et Christine Jakse, « Une autre his­toire de la Sécurité sociale », Le Monde diplo­ma­tique, décembre 2015.. »

« Il n’empêche que la coti­sa­tion pos­sède une véri­table poten­tia­li­té révo­lu­tion­naire, puisqu’elle repré­sente une part de salaire socia­li­sée ! »

Une sub­ver­si­vi­té réside dans cette par­ti­cu­la­ri­té de la Sécurité sociale : les coti­sa­tions sont sous­traites à la fois au pou­voir du patro­nat et à celui de l’État. À la dif­fé­rence d’un impôt, dont le taux peut aisé­ment être modi­fié selon la majo­ri­té gou­ver­ne­men­tale, elles échappent davan­tage à l’emprise du poli­tique. La ges­tion des caisses par les tra­vailleurs eux-mêmes démon­tra du reste la capa­ci­té auto­ges­tion­naire des ouvriers ; l’i­dée, bien sûr insup­por­table aux yeux du patro­nat et de bien des diri­geants, sera remise en cause par après. Il n’empêche que la coti­sa­tion pos­sède une véri­table poten­tia­li­té révo­lu­tion­naire, puisqu’elle repré­sente une part de salaire socia­li­sée ! L’historien Michel Etiévent qua­li­fie d’ailleurs la Sécurité sociale d’« îlot de socia­lisme2La Sociale, Rouge Productions, Gilles Perret, 2016. » au sein d’une socié­té capi­ta­liste. Par la suite, la Sécu n’a ces­sé d’être l’ob­jet d’attaques — qui ont plus ou moins abou­ti —, mais c’est plus fon­da­men­ta­le­ment la coti­sa­tion dans son prin­cipe qui est sys­té­ma­ti­que­ment visée.

Mirage de l’économie numérique

La nou­velle forme de l’« éco­no­mie numé­rique » est un concept à la mode. S’appuyant sur les tech­no­lo­gies et moyens de com­mu­ni­ca­tion les plus récents, elle jouit de l’i­mage « cool » de la Silicon Valley : une soi-disant moder­ni­té qui arri­ve­rait comme un pro­ces­sus natu­rel et néces­saire que nous n’au­rions plus qu’à accom­pa­gner dans son mer­veilleux accom­plis­se­ment. Cette his­toire est une fable. Lors de l’an­née 2016, Uber a per­du près de 3 mil­liards de dollars3Nicolas Rauline et Nicolas Richaud, « Uber, Snap, Spotify, WeWork, Dropbox : les entrées en Bourse les plus atten­dues en 2017 », Les Echos, 6 jan­vier 2017. : l’en­tre­prise ne se main­tient et ne s’é­tend que grâce à une injec­tion mas­sive de capi­taux en pro­ve­nance de géants comme Google, Amazon ou encore Goldman Sachs. Evgeny Morozov, auteur et cher­cheur spé­cia­li­sé sur l’im­pact poli­tique et social des tech­no­lo­gies, explique l’im­pos­ture : « Grâce aux énormes capi­taux de ses inves­tis­seurs, la com­pa­gnie peut se per­mettre de brû­ler des mil­liards dans le seul but d’éliminer toute concur­rence. » Et d’a­jou­ter : « Sa stra­té­gie est simple : faire explo­ser la demande en abais­sant les prix à un niveau tel­le­ment attrac­tif qu’il finit par vaincre les réti­cences de ceux qui pré­fèrent nor­ma­le­ment prendre leur voi­ture per­son­nelle ou les trans­ports publics4Evgeny Morozov, « Uber, miroir de l’impuissance publique », Les blogs du Monde diplo­ma­tique, 1er févier 2016.. » C’est bel et bien par la volon­té des mas­to­dontes de l’é­co­no­mie que s’im­pose ce contre-modèle, et non par une évo­lu­tion natu­relle.

Travis Kalanick, ancien patron d’Uber (Danish Siddiqui / Reuters)

L’économiste et socio­logue Bernard Friot conteste la ter­mi­no­lo­gie en vogue du « monde numé­rique » : « Nous ne sommes pas dans une socié­té du numé­rique, nous sommes dans une socié­té capi­ta­liste qui uti­lise le numé­rique5LSD, La série docu­men­taire, « Le sala­riat n’est pas mort, il bouge encore (1/4) — La fin du sala­riat, décryp­tage d’un mythe », France Culture, 13 mars 2017.. » Il ne s’a­git pas seule­ment d’une ques­tion de séman­tique, mais bien d’une grille de lec­ture cri­tique. Ce que l’on nomme « ubé­ri­sa­tion », c’est la trans­for­ma­tion des pro­prié­tés d’usage en pro­prié­tés lucra­tives (la pre­mière se défi­nit par l’utilisation d’un bien pour un usage per­son­nel sans qu’il n’y ait d’é­change mar­chand, la seconde se carac­té­rise par l’exploitation d’un bien non uti­li­sé afin d’en tirer un reve­nu où c’est le droit de pro­prié­té qui est rému­né­ré et non le tra­vail). La fron­tière s’en trouve davan­tage brouillée entre les deux : véhi­cule per­son­nel qui conver­tit l’usager en chauf­feur avec Uber, cycliste qui devient cour­sier pour Deliveroo en uti­li­sant son vélo pour l’en­tre­prise, auto­mo­bi­liste méta­mor­pho­sé en loueur de voi­ture avec OuiCar, simple appar­te­ment chan­gé en loge­ment à louer sur Airbnb, etc. Pour ce der­nier cas, le tour de force est encore plus sai­sis­sant puisque même en étant loca­taire (et non pro­prié­taire), on peut faire de ce loge­ment une pro­prié­té lucra­tive ! L’ubérisation est donc une expan­sion du capi­ta­lisme, qui sou­haite inté­grer l’é­co­no­misme dans toutes les dimen­sions de notre exis­tence. Certes, le client paye moins cher et le pro­prié­taire tire du pro­fit d’une valeur d’usage — qui devient, de fait, une valeur lucra­tive —, mais der­rière cette impres­sion de « gagnant-gagnant » se cache en réa­li­té un pro­ces­sus per­ni­cieux. Car le propre de ces acti­vi­tés est de s’effectuer en dehors de toute forme de coti­sa­tion : leur crois­sance se fait au détri­ment d’emplois, qui, quoi­qu’ils ne consti­tuent pas des situa­tions idéales, se font néan­moins dans le cadre sala­rial où des coti­sa­tions et un reste de pro­tec­tion sociale demeurent.

« Ce que l’on nomme ubé­ri­sa­tion, c’est la trans­for­ma­tion des pro­prié­tés d’usage en pro­prié­tés lucra­tives. »

Ce chan­ge­ment touche déjà dif­fé­rents sec­teurs (trans­port de courte ou longue dis­tance, ser­vices de livrai­son, hôtel­le­rie) et de plus en plus d’emplois, où l’on pousse le sala­rié à deve­nir un auto-entre­pre­neur payé sous forme de fac­tures (et non plus en salaire). Cette logique entraîne les indi­vi­dus dans un cercle par­ti­cu­liè­re­ment vicieux. Citons en exemple le témoi­gnage de cette jour­na­liste évin­cée après avoir vou­lu res­ter sala­riée plu­tôt que de pas­ser en auto-entre­pre­neuse, ain­si que son patron le sou­hai­tait : « Je ne peux pas refu­ser le sta­tut d’auto-entrepreneur si par mon com­por­te­ment de consom­ma­trice je déve­loppe l’émergence de ces nou­veaux sta­tuts. En même temps, main­te­nant que je n’ai plus un rond, effec­ti­ve­ment, je ne prends plus le train, je ne voyage qu’avec les bus Macron. Ce que je fais, aus­si, c’est que je loue mon appar­te­ment sur Airbnb6LSD, La série docu­men­taire, « Le sala­riat n’est pas mort, il bouge encore (2/4) — Tous patrons ! », France Culture, 14 mars 2017.. » Des sala­riés pré­ca­ri­sés qui perdent en salaire et en pro­tec­tion sociale se tournent sous la contrainte vers de fausses solu­tions, qui elles-mêmes ali­mentent le phé­no­mène : voi­là les effets concrets de l’ubérisation. Mais la dyna­mique jouit aus­si d’un appui venant de classes plus ou moins aisées. Elles uti­lisent par­fois ces ser­vices, séduites par leur attrac­ti­vi­té et pro­fi­tant de la sim­pli­ci­té qu’ils offrent, sans consi­dé­rer toutes les consé­quences sociales et poli­tiques que leurs choix impliquent. Car l’u­bé­ri­sa­tion exprime avant tout un modèle glo­bal de socié­té. En clair : entre Uber et la Sécu, il fau­dra choi­sir.

Macron aux avant-postes de la bataille

Macron, lui, a choi­si. À l’époque ministre de l’Économie, il décla­rait en novembre 2015 : « La bataille cultu­relle c’est de ne pas se voi­ler la face et de ne pas dire on va empê­cher le chan­ge­ment. Il faut au contraire faci­li­ter l’émergence de ces nou­veaux modes, de ces nou­velles tech­no­lo­gies, de ces dis­rup­tions, parce que les blo­quer, c’est juste s’assurer que nous n’aurons pas les bons acteurs nous, mais ils vien­dront de l’extérieur […]. On s’est trom­pés pen­dant des années en pen­sant qu’en empê­chant l’innovation d’arriver, on ferait mieux. » Vendre la pré­ca­ri­sa­tion et l’insécurité sociale comme de l’innovation et du pro­grès : une syn­thèse de la pen­sée de celui qui rêve d’une « start-up nation » d’auto-entrepreneurs béats. Macron, deve­nu pré­sident — ou monarque, on ne sait plus trop —, ne se contente pas d’at­ta­quer les coti­sa­tions par la seule pro­mo­tion d’un sys­tème éco­no­mique qui les affai­blit mais uti­lise son nou­veau pou­voir.

Emmanuel Macron et Édouard Philippe (AFP)

Le 6 juin der­nier, le Premier ministre Édouard Philippe annonce la volon­té du gou­ver­ne­ment de sup­pri­mer la part sala­riale des coti­sa­tions sur l’assurance mala­die et chô­mage dès 2018. Il sou­haite les rem­pla­cer par une hausse de la CSG (pré­lè­ve­ment à la source — sur les salaires, reve­nus finan­ciers — qui a le carac­tère d’un impôt). La part patro­nale des coti­sa­tions est certes autre­ment plus consé­quente, mais cette volon­té laisse pré­sa­ger de la ten­dance à venir. Cette mesure s’inscrit dans une nou­velle loi Travail qui ferait pas­ser la ver­sion pré­cé­dente pour une mise en bouche : exten­sion de l’inversion de la hié­rar­chie des normes (sur le contrat de tra­vail, les salaires, le tra­vail de nuit, etc.), pla­fon­ne­ment des indem­ni­tés prud’homales, licen­cie­ments facilités7Notamment avec la redé­fi­ni­tion du péri­mètre géo­gra­phique pris en compte pour jus­ti­fier de la dif­fi­cul­té éco­no­mique d’une entre­prise (qui serait rame­né au niveau natio­nal pour les mul­ti­na­tio­nales), et l’aug­men­ta­tion du seuil pour le déclen­che­ment d’un « plan social ». ou encore pou­voir accru de l’employeur face aux syndicats8Erwan Manac’h, « Ce que l’on sait de la loi tra­vail XXL », Politis, 9 juin 2017.. En réac­tion, le Parti socia­liste — tou­jours en piste dans le bal des faux-culs — feint l’indignation. Inquiétée par leur débâcle élec­to­rale et la baisse conjointe des finan­ce­ments publics du par­ti, Najat Vallaud-Belkacem s’ex­cla­mait à l’entre-deux-tours des légis­la­tives : « Code du tra­vail, l’ur­gence de la gauche ! », fai­sant mine de craindre que « le droit du tra­vail dans notre pays est en dan­ger9Najat Vallaud-Belkacem, « Code du tra­vail, l’urgence de la gauche ! », Libération, 13 juin 2017. ». Quant à l’an­cien pre­mier secré­taire Jean-Christophe Cambadélis, qui a per­du son siège de dépu­té mais pas sa place sur le podium des impos­teurs, il disait : « Nous conti­nue­rons à défendre nos posi­tions : refus des ordon­nances, de la loi tra­vail et aug­men­ta­tion de la CSG pour les retrai­tés10Sur son compte Twitter, le 11 juin 2017.. »

« Vendre la pré­ca­ri­sa­tion et l’insécurité sociale comme de l’innovation et du pro­grès : une syn­thèse de la pen­sée de celui qui rêve d’une start-up nation d’auto-entrepreneurs béats. »

Il faut ici rap­pe­ler la triple res­pon­sa­bi­li­té du PS dans cette his­toire. Ce par­ti semble oublier un peu vite que c’est lui qui crée la CSG en 1991, sous le gou­ver­ne­ment de Michel Rocard, afin de diver­si­fier la manière de finan­cer la pro­tec­tion sociale ; telle fût la jus­ti­fi­ca­tion avan­cée. Mais en intro­dui­sant de la sorte une part du finan­ce­ment de la Sécu par l’impôt, la boîte de Pandore est ouverte : à la dif­fé­rence de la coti­sa­tion ce n’est pas une socia­li­sa­tion d’une part des salaires, et son taux peut faci­le­ment être chan­gé par voie par­le­men­taire. C’est pour­quoi il a conti­nuel­le­ment aug­men­té sous les gou­ver­ne­ments suc­ces­sifs — ce que pré­voit Macron n’est que la pour­suite de cette logique. De la même façon, la ver­sion XXL de la loi Travail est le pro­lon­ge­ment de celle por­tée par Myriam El-Khomri. C’est par ailleurs le PS qui a fait entrer l’inversion de la hié­rar­chie des normes dans le Code du tra­vail ; Macron n’a plus qu’à appro­fon­dir. Au Parti socia­liste, on ché­rit la des­truc­tion du Code du tra­vail, mais uni­que­ment quand le Parti est à la manœuvre. Enfin, il faut se sou­ve­nir que c’est le PS qui a pro­pul­sé Emmanuel Macron sur le devant de la scène poli­tique en le nom­mant ministre de l’Économie du deuxième gou­ver­ne­ment Valls. Autant d’élé­ments à gar­der en tête la pro­chaine fois que le PS joue­ra sa petite par­ti­tion d’op­po­sant (fac­tice) aux « réformes ». En 2007, l’ancien vice-pré­sident du Medef Denis Kessler décri­vait les pre­mières mesures de Nicolas Sarkozy en ces termes : « Il s’agit aujourd’hui de sor­tir de 1945, et de défaire métho­di­que­ment le pro­gramme du Conseil natio­nal de la Résistance. » Hollande s’est ins­crit dans la conti­nui­té ; Macron veut aller tou­jours plus loin.

Reprendre une conquête sociale inachevée

Les com­pa­gnies comme Uber et Macron sont les deux faces d’une même pièce. Les unes incarnent le pou­voir éco­no­mique et finan­cier, l’autre le pou­voir poli­tique, mais leur but est le même : réduire la coti­sa­tion à néant. Si elle subit cette double attaque, c’est bien parce qu’elle incarne la por­tée révo­lu­tion­naire de la socia­li­sa­tion ; lui recon­naître cela, c’est donc admettre que toute atteinte envers elle repré­sente un pro­jet réac­tion­naire et contre-révo­lu­tion­naire. En plus d’être une défaite, chaque point de coti­sa­tion per­du signe l’ef­fa­ce­ment d’une par­tie de l’his­toire ouvrière et syn­di­cale de ce pays. Avant même les résul­tats du second tour de l’é­lec­tion pré­si­den­tielle, le « troi­sième tour » était évo­qué : mobi­li­sa­tion sociale, grève, mani­fes­ta­tions, actions de blo­cage, etc. Les urnes ont par­lé — quoi qu’a­vec une légi­ti­mi­té dis­cu­table, au regard des taux d’abs­ten­tion — mais nous avons encore notre mot à dire dans la rue.

(DR)

Il ne suf­fi­ra tou­te­fois pas d’être unis dans la seule oppo­si­tion. Cette der­nière peut avoir un mot d’ordre autre que « non à cette loi Travail XXL » et s’af­fir­mer par une posi­ti­vi­té. Exigeons ensemble une hausse pro­gres­sive des coti­sa­tions et fixons même un hori­zon ambi­tieux : le 100 % de coti­sa­tions. C’est en ce sens, par exemple, que l’association Réseau Salariat milite pour l’instauration d’un salaire à vie, inté­gra­le­ment finan­cé par la coti­sa­tion. Les tra­vailleurs seraient réunis en col­lec­tifs d’entreprises, qui ne paie­raient pas direc­te­ment les salaires mais coti­se­raient à dif­fé­rentes caisses. L’une d’entre elles ser­vi­rait à ver­ser de manière socia­li­sée les salaires à toute per­sonne ayant la « majo­ri­té éco­no­mique ». De la même façon qu’il existe aujourd’hui une majo­ri­té poli­tique don­nant le droit de vote, cette majo­ri­té éco­no­mique offri­rait un sta­tut poli­tique au pro­duc­teur de richesse, lui recon­nais­sant le droit de déci­der avec la col­lec­ti­vi­té de ce qui doit être pro­duit, où et com­ment.

« Votre uni­vers est celui du capi­ta­lisme qui déteste la coti­sa­tion, le nôtre est celui qui la place comme cen­tra­li­té poli­tique. »

Utopique et irréa­liste ? Aucunement, puis­qu’il s’a­git sim­ple­ment de pro­lon­ger un déjà-là inache­vé — les coti­sa­tions repré­sen­tant actuel­le­ment envi­ron 45 % de la part des salaires ! L’idée est-elle si radi­cale ? Notons que si la pers­pec­tive de long terme de nos oppo­sants est de se débar­ras­ser des coti­sa­tions (baisse de 45 points dans la part sala­riale) alors que nous vou­lons les géné­ra­li­ser (hausse de 55 points), la radi­ca­li­té des objec­tifs ne dif­fère que de quelques pour­cents par rap­port à la situa­tion actuelle — à cette dif­fé­rence qu’ils vont dans des sens dia­mé­tra­le­ment oppo­sés ! Face aux pro­messes d’un retour en arrière sans pré­cé­dent et à l’an­nonce d’une vio­lence sociale inouïe, seule une contre-pro­po­si­tion éman­ci­pa­trice est à même de don­ner plei­ne­ment sens à notre lutte pour affir­mer : votre uni­vers est celui du capi­ta­lisme qui déteste la coti­sa­tion, le nôtre est celui qui la place comme cen­tra­li­té poli­tique. La coti­sa­tion est bien notre arme contre Macron et son monde.


Photo de vignette : mee­ting devant le siège du PCF à Paris, février 1946 (© Gettyimages)
Photo de ban­nière : vote d’é­tu­diants en Assemblée géné­rale (© S. Paradis)


REBONDS

☰ Lire notre article « L’ubérisation de l’auto-stop », Sirius Epron, mai 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Philippe Martinez : « Qui est moderne et qui est rin­gard ? », décembre 2016
☰ Lire notre article « Emmanuel Faber, le capi­ta­lisme du bien com­mun », par Pablo Sevilla, octobre 2016
☰ Voir notre débat « Salaire à vie et reve­nu de base », Bernard Friot et Baptiste Mylondo, juillet 2016
☰ Lire notre article « Associations, faire face à l’offensive des entre­pre­neurs sociaux », par Pablo Sevilla, mai 2016
☰ Lire notre article « De Fralib à la coopé­ra­tive : récit d’une lutte », mai 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Bernard Friot : « Nous n’avons besoin ni d’employeurs, ni d’actionnaires pour pro­duire », sep­tembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Laurent Cordonnier : « La mar­chan­di­sa­tion des condi­tions d’existence est totale », mai 2015

NOTES   [ + ]

1.Bernard Friot et Christine Jakse, « Une autre his­toire de la Sécurité sociale », Le Monde diplo­ma­tique, décembre 2015.
2.La Sociale, Rouge Productions, Gilles Perret, 2016.
3.Nicolas Rauline et Nicolas Richaud, « Uber, Snap, Spotify, WeWork, Dropbox : les entrées en Bourse les plus atten­dues en 2017 », Les Echos, 6 jan­vier 2017.
4.Evgeny Morozov, « Uber, miroir de l’impuissance publique », Les blogs du Monde diplo­ma­tique, 1er févier 2016.
5.LSD, La série docu­men­taire, « Le sala­riat n’est pas mort, il bouge encore (1/4) — La fin du sala­riat, décryp­tage d’un mythe », France Culture, 13 mars 2017.
6.LSD, La série docu­men­taire, « Le sala­riat n’est pas mort, il bouge encore (2/4) — Tous patrons ! », France Culture, 14 mars 2017.
7.Notamment avec la redé­fi­ni­tion du péri­mètre géo­gra­phique pris en compte pour jus­ti­fier de la dif­fi­cul­té éco­no­mique d’une entre­prise (qui serait rame­né au niveau natio­nal pour les mul­ti­na­tio­nales), et l’aug­men­ta­tion du seuil pour le déclen­che­ment d’un « plan social ».
8.Erwan Manac’h, « Ce que l’on sait de la loi tra­vail XXL », Politis, 9 juin 2017.
9.Najat Vallaud-Belkacem, « Code du tra­vail, l’urgence de la gauche ! », Libération, 13 juin 2017.
10.Sur son compte Twitter, le 11 juin 2017.
Léonard Perrin
Léonard Perrin

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.