Étudier, c’est travailler — entretien avec les CUTE


Entretien inédit pour le site de Ballast

En France, les luttes se mul­ti­plient pour se défendre contre les assauts répé­tés qui frappent l’Université ; de l’autre côté de l’Atlantique, au Québec, la parole se fait plus offen­sive : elle construit un rap­port de force à même d’im­po­ser les inté­rêts des étu­diantes et des étu­diants. Dans le pro­lon­ge­ment du Wages for hou­se­work, ce mou­ve­ment fémi­niste des années 1970, les Comités uni­taires sur le tra­vail étu­diant (CUTE) espèrent bien faire recon­naître que les études sont un tra­vail et qu’elles méritent dès lors un « salaire et des condi­tions conve­nables ». Quatre de leurs membres1Amélie Poirier, Annabelle Berthiaume, Éloi Halloran et Sandrine Boisjoli. nous éclairent sur les bases et les objec­tifs de leur lutte : de quoi ins­pi­rer celles et ceux qui étu­dient, ici et ailleurs.


Beaucoup de luttes étu­diantes récentes ont axé leur com­bat contre la mar­chan­di­sa­tion de l’é­du­ca­tion — notam­ment au Chili, au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et au Québec. Vous met­tez l’ac­cent sur la (non) rému­né­ra­tion des stages : pour­quoi ?

Le mou­ve­ment étu­diant qué­bé­cois a tra­di­tion­nel­le­ment mis en avant une pers­pec­tive en faveur d’un accès plus large, voire gra­tuit, aux études — ce qui a entraî­né des mobi­li­sa­tions contre les hausses des frais de sco­la­ri­té et contre la mar­chan­di­sa­tion de l’éducation. Cette reven­di­ca­tion a fait valoir un droit libé­ral à l’é­du­ca­tion, qui a his­to­ri­que­ment can­ton­né les étudiant·e·s dans une posi­tion de béné­fi­ciaires d’un ser­vice ou de citoyen·ne·s en appren­tis­sage. La lutte actuelle, orga­ni­sée par les Comités uni­taires sur le tra­vail étu­diant, pose plu­tôt les études comme un tra­vail à poli­ti­ser par la reven­di­ca­tion d’un salaire et du sta­tut de travailleur·euse. En plus de viser, elle aus­si, l’amélioration concrète des condi­tions maté­rielles des étudiant·e·s et de recon­naître leur prin­ci­pale acti­vi­té, cette orien­ta­tion sub­sti­tue une vision sociale des luttes étu­diantes à une pers­pec­tive cor­po­ra­tiste. Il s’a­git de recon­naître l’activité étu­diante pour ce qu’elle est, c’est-à-dire un tra­vail de repro­duc­tion sociale qui (re)produit la mar­chan­dise essen­tielle au capi­ta­lisme, soit la force de tra­vail. En reven­di­quant un salaire pour le tra­vail étu­diant, nous vou­lons donc prendre de court l’école mar­chande et dépas­ser le dis­cours huma­niste contre sa mar­chan­di­sa­tion.

« Il s’a­git de recon­naître l’activité étu­diante pour ce qu’elle est, c’est-à-dire un tra­vail de repro­duc­tion sociale. »

Cette lutte étu­diante per­met éga­le­ment d’envisager une sub­ver­sion des rap­ports hié­rar­chiques entre professeur·e·s et étudiant·e·s, et un plus grand contrôle sur nos condi­tions de tra­vail. Le choix de pri­vi­lé­gier la ques­tion de la rému­né­ra­tion des stages a été fait car ces der­niers repré­sentent la dimen­sion la plus mani­feste du tra­vail étu­diant. Le stage implique que les étudiant·e·s quittent les lieux de l’école pour aller tra­vailler dans un milieu qui béné­fi­cie gra­tui­te­ment de leur temps, de leur corps, de leurs savoirs, bref, de leur force de tra­vail. Bien qu’ils et elles soient évalué·e·s sur leur capa­ci­té à effec­tuer les tâches liées à leur futur emploi, une grande par­tie des sta­giaires demeurent non rémunéré·e·s et exclu·e·s de la Loi sur les normes du tra­vail qui pro­cure aux travailleur·euse·s un mini­mum de pro­tec­tions légales. Il importe de pré­ci­ser que cer­tains stages sont déjà rému­né­rés au Québec.

Comme ?

Des stages en ingé­nie­rie, en sou­dage-mon­tage et en infor­ma­tique. Alors que d’autres, comme en soins infir­miers, en tra­vail social et en édu­ca­tion, ne le sont pas. Un tel état de fait peut seule­ment s’expliquer par une cri­tique fémi­niste de la divi­sion gen­rée du tra­vail, laquelle hié­rar­chise le tra­vail en faveur de sa forme dite « mas­cu­line » et « pro­duc­tive », et ce, au détri­ment du tra­vail qui serait sup­po­sé­ment « fémi­nin » et « repro­duc­tif ». Il devient alors clair que les stages qui sont rému­né­rés le sont parce qu’ils sont effec­tués dans des domaines tra­di­tion­nel­le­ment et majo­ri­tai­re­ment mas­cu­lins, alors que ceux qui ne le sont pas sont dans des sec­teurs typi­que­ment fémi­nins. C’est dans ces pro­grammes de for­ma­tion que l’on retrouve éga­le­ment une plus grande pro­por­tion d’étudiant·e·s de pre­mière géné­ra­tion aux études post-secon­daires, de per­sonnes immi­grantes dont les diplômes ne sont pas recon­nus et de parents étu­diants. Aujourd’hui, plus de deux tiers des emplois au Québec néces­sitent un diplôme d’é­tudes post-secon­daires. Il n’est pas pos­sible de par­ler d’ac­cès à l’é­du­ca­tion en termes de « choix », et les hauts taux d’en­det­te­ment par­mi les étudiant·e·s nous le confirment. Dans ce contexte, reven­di­quer la recon­nais­sance du tra­vail étu­diant par un salaire nous semble une meilleure stra­té­gie de lutte.

Cette dif­fé­ren­cia­tion gen­rée dans la rému­né­ra­tion des stages vous amène à faire un lien avec le tra­vail domes­tique. Quel est-il pré­ci­sé­ment ? 

Les stages sont réa­li­sés gra­tui­te­ment puisque, tout comme le tra­vail domes­tique, ils consistent en un tra­vail de repro­duc­tion sociale asso­cié au genre fémi­nin sur la base d’une fausse idée de nature, qui fait de la voca­tion, du dévoue­ment et de l’affection le propre des femmes. Le tra­vail domes­tique et les stages font par­tie d’un même conti­nuum d’exploitation du tra­vail gra­tuit, qui, de la mai­son à l’école, rime avec soins, entre­tien et repro­duc­tion des êtres humains et de la force de tra­vail. Comme les ména­gères, les sta­giaires sont isolé·e·s dans des milieux éloi­gnés les uns des autres, ce qui com­plique leur orga­ni­sa­tion poli­tique. Pour faire des lieux de (re)production sociale — comme l’école, le milieu de stage ou le ménage — des lieux de sub­ver­sion, la lutte doit sor­tir du « pri­vé » pour émer­ger dans la sphère « publique », dans la rue, dans un mou­ve­ment social. En ce sens, la stra­té­gie mise de l’avant par les CUTE était celle de la grève des stages afin de rendre visible le tra­vail effec­tué par les sta­giaires et exi­ger un salaire pour celui-ci. À l’instar du mou­ve­ment fémi­niste inter­na­tio­nal Wages for Housework, qui, dans les années 1970, reven­di­quait un salaire pour le tra­vail ména­ger, la lutte pour la recon­nais­sance du tra­vail étu­diant et la cam­pagne pour la rému­né­ra­tion des stages impliquent une concep­tion du salaire comme outil de sub­ver­sion des rap­ports sociaux. Conçu comme point de départ, et non comme fina­li­té, le salaire rend pos­sible la déna­tu­ra­li­sa­tion de l’association entre les femmes et le tra­vail repro­duc­tif. À long terme, cette rup­ture ouvre la voie à la remise en ques­tion des rôles socia­le­ment impo­sés aux femmes — la ména­gère, la sta­giaire, la mère, la proche aidante, etc. —, qui se réa­lise notam­ment par l’effritement de la situa­tion de dépen­dance et de pré­ca­ri­té qui carac­té­rise sou­vent l’exécution du tra­vail gra­tuit.

(DR)

Le salaire per­met éga­le­ment de reprendre au capi­tal une par­tie de la valeur du tra­vail gra­tuit sur lequel repose la repro­duc­tion sociale. Loin d’être indé­pen­dant des rap­ports sociaux capi­ta­listes, le tra­vail non sala­rié y est sou­mis tout autant, ce qui fait du salaire, dans ce contexte pré­cis, un moyen d’entamer une lutte contre la divi­sion gen­rée du tra­vail. La recon­nais­sance des études et des stages en tant que tra­vail repro­duc­tif ouvre aus­si de nou­velles pers­pec­tives de grèves étu­diantes offen­sives et fémi­nistes. Le mou­ve­ment de débrayage de la der­nière année était dif­fé­rent par rap­port aux mobi­li­sa­tions étu­diantes habi­tuelles…

En quoi ?

Il ne répon­dait pas à une « attaque » de la part du gou­ver­ne­ment, comme dans le cas d’une hausse des frais de sco­la­ri­té. Il se vou­lait offen­sif, en exi­geant de l’État l’obtention d’un gain maté­riel. Et c’est envi­ron 17 000 étudiant·e·s inscrit·e·s dans 16 pro­grammes de for­ma­tion de niveau pro­fes­sion­nel, col­lé­gial et uni­ver­si­taire, qui rece­vront l’an pro­chain une bourse dont le mon­tant varie entre 900 et 4 000 dol­lars grâce à cette grève étu­diante. Celle-ci avait d’ailleurs la par­ti­cu­la­ri­té de concer­ner les stages, autre­fois exclus des man­dats de débrayage — ce qui a ampli­fié son impact éco­no­mique en pri­vant de main‑d’œuvre gra­tuite plu­sieurs milieux des sec­teurs de la san­té, de l’éducation et des ser­vices sociaux. L’organisation d’une grève dans ces sec­teurs majo­ri­tai­re­ment et tra­di­tion­nel­le­ment fémi­nins, qui, bien qu’essentiels, res­tent déva­lo­ri­sés ou non recon­nus, n’est pas sans rap­pe­ler les grèves des femmes qui se sont mul­ti­pliées un peu par­tout dans le monde au cours des der­nières années.

L’idée qu’il fau­drait être recon­nais­sant d’ob­te­nir un stage reste ancrée dans les men­ta­li­tés. Comment en sor­tir ?

« Le stage est d’abord et avant tout un tra­vail. Sa non-rému­né­ra­tion n’en fait pas une acti­vi­té hors des rap­ports d’exploitation. »

Cette idée voile la nature du stage, qui est d’abord et avant tout un tra­vail. Sa non-rému­né­ra­tion n’en fait pas une acti­vi­té hors des rap­ports d’exploitation. Chaque domaine a sa jus­ti­fi­ca­tion propre pour évi­ter de rému­né­rer le tra­vail des sta­giaires. Dans cer­tains cas, on parle de valo­ri­ser la créa­tion de réseaux pro­fes­sion­nels ou de l’op­por­tu­ni­té de tra­vailler dans un domaine de pointe aux côtés des plus grands de l’in­dus­trie. Dans d’autres, c’est la culture du dévoue­ment, de la voca­tion, de l’a­mour des autres, qui jus­ti­fie par exemple que les appren­ties édu­ca­trices, ensei­gnantes ou infir­mières « acceptent » de tra­vailler sans être payées pour obte­nir leur diplôme. Ce n’est pour­tant pas la soif d’op­por­tu­ni­té ou d’ex­pé­rience excep­tion­nelle qui a fait explo­ser le nombre de stages non payés et leur durée au cours des der­nières années. Particulièrement depuis la crise éco­no­mique de 2007–2008, ils se mul­ti­plient et se pro­longent par­tout à tra­vers le monde, dans le sillage d’un accrois­se­ment glo­bal du tra­vail gra­tuit. Les sta­giaires non rémunéré·e·s repré­sentent du cheap labor, dont le tra­vail gra­tuit vient pal­lier une par­tie du dés­in­ves­tis­se­ment de l’État dans les ser­vices publics et com­mu­nau­taires. Par exemple, depuis 2015, en tra­vail social à l’Université du Québec à Montréal, les heures de stages requises pour com­plé­ter la for­ma­tion sont pas­sées de 580 à 700. En ensei­gne­ment, en rai­son d’une impor­tante pénu­rie de main d’œuvre, de nombreux·ses étudiant·e·s obtiennent des contrats de sup­pléance rému­né­rés avant d’avoir enta­mé leur pre­mier stage qui, lui, ne pour­ra être rému­né­ré à défaut de quoi il ne sera pas recon­nu par l’université. C’est donc les entre­prises, mais aus­si l’État-employeur, qui financent les ser­vices sociaux, les hôpi­taux, les écoles, qui pro­fitent de cette culture du dévoue­ment et du don de soi. Si le stage est une « oppor­tu­ni­té » pour les étudiant·e·s de mettre en pra­tique les connais­sances acquises en classe, il sert aus­si à habi­tuer les sta­giaires à de mau­vaises condi­tions de tra­vail, en vue des heures sup­plé­men­taires et de la sur­charge de tra­vail dans ces domaines.

Sous cou­vert de gra­ti­tude, on invi­si­bi­lise les mul­tiples rap­ports sociaux qui se croisent à l’intersection du stage — qui est davan­tage une obli­ga­tion qu’un pri­vi­lège pour les per­sonnes immi­grantes devant refaire leur sco­la­ri­té parce que leurs diplômes ne sont pas recon­nus au Canada, pour les per­sonnes mar­gi­na­li­sées pas­sant obli­ga­toi­re­ment par des stages d’« inser­tion » sociale, pour les per­sonnes LGBTQIA+ contraintes au straight/cis pas­sing pour s’intégrer à leur milieu de stage, pour les parents étu­diants ne pou­vant tout sim­ple­ment pas se per­mettre de conju­guer les études et le stage avec le tra­vail rému­né­ré ou la vie fami­liale, pour les per­sonnes raci­sées ciblées par la dis­cri­mi­na­tion et le har­cè­le­ment racistes dans leurs milieux… Et nous en pas­sons. Loin d’être une faveur, le stage agit donc comme un filtre social au sein de l’institution d’enseignement, qui remet les indi­vi­dus à leur place : cette place au sein des hié­rar­chies sociales qu’on leur a assi­gnée selon des rap­ports sociaux de genre, de classe, de race, etc.

(DR)

D’où la pro­po­si­tion de salaire étu­diant que vous défen­dez, bien dif­fé­rente de la logique d’une bourse…

Tout à fait. La bourse vise à com­pen­ser l’étudiant·e pour les frais encou­rus par son acti­vi­té étu­diante ou à le ou la dédom­ma­ger pour le temps qu’il ou elle ne peut pas tra­vailler, alors que le salaire per­met de recon­naître l’ensemble du tra­vail effec­tué à l’école et en stage. La com­pen­sa­tion ne per­met pas non plus de sor­tir de la logique de client·e ou de béné­fi­ciaire d’un ser­vice et prive ain­si les étudiant·e·s de pou­voir s’organiser comme travailleur·euse·s. Au Québec, les bourses récem­ment obte­nues pour les inter­nats en psy­cho­lo­gie et le der­nier stage en édu­ca­tion, à la suite de mou­ve­ments de débrayage, ont d’ailleurs illus­tré les impor­tantes limites à la com­pen­sa­tion. Le même mon­tant était accor­dé indé­pen­dam­ment du nombre d’heures de stage ; le trans­fert d’argent était condi­tion­nel à la réus­site du stage ; un nombre limi­té d’étudiant·e·s ont eu accès à ces bourses puisqu’un mon­tant insuf­fi­sant avait été bud­gé­té par l’État. Pour l’ins­tant, nous ne connais­sons pas les moda­li­tés d’ap­pli­ca­tion des bourses obte­nues pour l’au­tomne pro­chain. Nous savons par contre qu’elles font figure de « salaire sans les droits », ne don­nant pas accès aux pro­tec­tions légales et sociales géné­ra­le­ment réser­vées aux travailleur·euse·s en cas d’accident de tra­vail, de gros­sesse, de licen­cie­ment ou de har­cè­le­ment au tra­vail. Un rap­port com­man­dé en 2016 par le minis­tère de l’Éducation supé­rieure durant la grève des internes en psy­cho­lo­gie pri­vi­lé­giait l’oc­troi d’une bourse plu­tôt qu’un salaire afin d’é­vi­ter le risque de syn­di­ca­li­sa­tion. Il faut enfin men­tion­ner que rien n’assure aux sta­giaires à venir la dis­po­ni­bi­li­té des mon­tants quand vien­dra leur tour : les internes en psy­cho­lo­gie, par exemple, doivent retour­ner à la table de négo­cia­tion tous les trois ans ; les bourses ver­sées pour les étudiant·e·s en édu­ca­tion, quant à elles, peuvent faire l’objet de révi­sion à tout moment. Pour nous, la reven­di­ca­tion d’un salaire est éga­le­ment un moyen de rendre visibles et de poli­ti­ser les rap­ports de pou­voir et d’exploitation ayant cours au sein de l’institution uni­ver­si­taire et de nos milieux de stage. Comme le sou­li­gnaient les mili­tantes Nicole Cox et Silvia Federici, « le salaire n’est pas seule­ment un peu d’argent, mais l’expression fon­da­men­tale du rap­port de force entre le capi­tal et la classe ouvrière2Voir « Counter ‑Planning from the kit­chen », Nicole Cox et Silvia Federici. ».

Dans la Charte de Grenoble de 1946, l’é­tu­diant est défi­ni comme « un jeune tra­vailleur intel­lec­tuel », ini­tiant le pro­jet de salaire étu­diant actuel­le­ment défen­du en Belgique (Union Syndicale Étudiante), en Suisse (SUD étu­diant-e‑s et pré­caires) et en France (Solidaires étudiant·e·s). Quelles sont vos lignes de lutte com­mune avec ces mou­ve­ments ?

« La reven­di­ca­tion d’un salaire est un moyen de rendre visibles et de poli­ti­ser les rap­ports de pou­voir et d’exploitation ayant cours au sein de l’institution uni­ver­si­taire et de nos milieux de stage. »

Nous avons eu l’oc­ca­sion de les ren­con­trer lors du pas­sage de deux mili­tantes des CUTE en Europe l’automne der­nier. Cela a don­né lieu à une pre­mière col­la­bo­ra­tion : l’ap­pel à se joindre à la grève des femmes cosi­gné par les trois groupes euro­péens et plu­sieurs CUTE. En échan­geant avec eux, nous avons consta­té cer­taines dis­tinc­tions entre nos dis­cours, à com­men­cer par l’his­to­rique de la reven­di­ca­tion du salaire étu­diant comme tel. Bien que l’ar­ri­vée de la reven­di­ca­tion du salaire étu­diant au Québec ait été ins­pi­rée par son adop­tion au sein de la Charte de Grenoble en France, force est de consta­ter que bien peu de militant·e·s por­taient cette reven­di­ca­tion his­to­rique avant la mise sur pied des CUTE en 2016. Les asso­cia­tions natio­nales étu­diantes l’a­vaient plu­tôt délais­sée après les années 1970, et ce, bien que cer­tains dis­cours en étaient tou­jours tein­tés, notam­ment en se récla­mant d’un « syn­di­ca­lisme étu­diant de com­bat ». En Europe, les syn­di­cats regrou­pés au sein du Réseau euro­péen des syn­di­cats alter­na­tifs et de base (RESAB) semblent plu­tôt avoir main­te­nu cette reven­di­ca­tion au fil du temps, pro­ba­ble­ment en rai­son de la gra­tui­té dans de nom­breux éta­blis­se­ments uni­ver­si­taires, qui n’a jamais été obte­nue au Québec. En s’ins­pi­rant des mili­tantes de Wages for Housework, puis des mili­tants étu­diants de Wages for Students qui reven­di­quaient aux États-Unis et au Canada un salaire étu­diant au cours des années 1970, l’a­na­lyse des CUTE ins­crit l’ac­ti­vi­té étu­diante dans le tra­vail de repro­duc­tion au sein de la socié­té capi­ta­liste. Cette pro­po­si­tion est assez dif­fé­rente de celle défen­due par l’Union natio­nale des étu­diants fran­çais (UNEF) qui s’inspire direc­te­ment de la Charte de Grenoble, telle que l’a réac­tua­li­sée Aurélien Casta en s’ins­pi­rant des tra­vaux de Bernard Friot sur le salaire à vie. Dans ce cas, on consi­dère avant tout les étudiant·e·s comme des travailleur·euse·s en for­ma­tion, et c’est pour cette rai­son qu’ils et elles méritent un salaire. Cette ana­lyse syn­di­cale est fon­dée sur un mar­xisme plus tra­di­tion­nel, qui ne découle pas néces­sai­re­ment d’une stra­té­gie vers la recon­nais­sance et la rému­né­ra­tion du tra­vail de repro­duc­tion (Aurélien Casta, socio­logue, a d’ailleurs pro­po­sé une com­pa­rai­son entre les deux mou­ve­ments pour le salaire étu­diant).

Cela dit, des deux côtés de l’o­céan, nous obser­vons bien les limites des dis­cours libé­raux et huma­nistes qui défendent un idéal d’une uni­ver­si­té libre et éman­ci­pa­trice et qui s’at­taquent peu à ses fonc­tions de repro­duc­tion des classes sociales et d’ex­ploi­ta­tion de la force de tra­vail. En Belgique, les mili­tantes de l’Union syn­di­cale étu­diante (USE) ont lan­cé en avril der­nier une cam­pagne pour la rému­né­ra­tion des stages, consta­tant que cette situa­tion pre­nait de l’ampleur chez elles aus­si. En Suisse romande, le syn­di­cat SUD étudiant·e·s et pré­caires a éga­le­ment ana­ly­sé la réa­li­té de l’aug­men­ta­tion des stages non rému­né­rés comme une réa­li­té qui touche davan­tage de femmes et comme une « véri­table usine de wor­king poor ». En France, les militant·e·s les plus vaillant·e·s demeurent cri­tiques de la mesure com­pen­sa­toire pour les stages de plus de deux mois obte­nue il y a quelques années, voyant bien tous les contour­ne­ments des employeurs pour évi­ter de débour­ser le moindre sou (stages de deux mois moins un jour, chan­ge­ment du nom de l’employeur en cours de stage, etc.). Le Collectif Interfac Autonome défend notam­ment dans son mani­feste que « Notre temps dit d’étude n’est pas sépa­ré de notre temps de tra­vail. L’université est une machine à pré­ca­ri­té comme une autre ». Ces prises de posi­tions sont ins­pi­rantes, puis­qu’elles per­mettent de prendre conscience que nous ne sommes pas seul·e·s en lutte.

(DR)

Au sein des échanges avec les autres syn­di­cats étu­diants qué­bé­cois, dont il a beau­coup été ques­tion lors de la mobi­li­sa­tion de 2012, vous récla­mez que les luttes soient mieux ados­sées aux pro­blé­ma­tiques fémi­nistes. Quels étaient, pour vous, leurs points d’a­veu­gle­ment ou de silen­cia­tion ?

Avant la grève de 2012, plu­sieurs étu­diantes fémi­nistes ont dénon­cé les pro­ces­sus par les­quels les femmes, et les reven­di­ca­tions fémi­nistes, étaient exclues du pro­ces­sus de construc­tion de la grève. Au sein de la Fédération étu­diante col­lé­giale du Québec (FECQ) et de la Fédération étu­diante uni­ver­si­taire du Québec (FEUQ), les ques­tions fémi­nistes étaient à peu près invi­sibles. En congrès, des mili­tants défen­daient ardem­ment la non-fémi­ni­sa­tion des textes avec des pré­textes « éco­los » : des éco­no­mie de papier ! C’est tout dire ! Au sein de l’Association pour une soli­da­ri­té syn­di­cale étu­diante (ASSÉ), autour de laquelle la gauche étu­diante était regrou­pée, les reven­di­ca­tions fémi­nistes demeu­raient péri­phé­riques à la reven­di­ca­tion prin­ci­pale, celle de la gra­tui­té sco­laire. On deman­dait ain­si aux mili­tantes de cir­cons­crire les enjeux fémi­nistes dans un seul article au sein d’un jour­nal entier pour le droit à l’é­du­ca­tion, ou dans l’unique ate­lier sur les vio­lences sexuelles dans un camp de for­ma­tion mili­tante se dérou­lant sur deux jours. L’analyse fémi­niste pei­nait à être inté­grée plei­ne­ment au dis­cours, mais éga­le­ment aux pra­tiques : les mili­tantes étaient sou­vent assi­gnées aux tâches de repro­duc­tion du mou­ve­ment (prise de notes, orga­ni­sa­tion d’ins­tances, etc.). Leur par­ti­ci­pa­tion à la grève ne leur a four­ni ni le même type de connais­sances pra­tiques, ni la même recon­nais­sance — que ce soit au sein des milieux mili­tants, dans la sphère média­tique ou sur le mar­ché du tra­vail (monde syn­di­cal, uni­ver­si­taire, etc.).

« Le mou­ve­ment étu­diant a his­to­ri­que­ment pris le par­ti d’une élite intel­lec­tuelle à laquelle peu de femmes ont accès. »

C’est éga­le­ment dans l’ar­gu­men­taire uti­li­sé durant la construc­tion des mobi­li­sa­tions étu­diantes pas­sées que nous trou­vons les failles d’une recon­nais­sance du tra­vail des femmes et des fémi­nistes. En effet, les militant·e·s étudiant·e·s, ain­si que les profs de gauche, ont tra­di­tion­nel­le­ment défen­du un idéal de l’u­ni­ver­si­té « hors du monde mar­chand », inves­ti idéo­lo­gi­que­ment comme un lieu qu’il fau­drait pré­ser­ver de la néo­li­bé­ra­li­sa­tion du monde. Or, comme le sou­li­gnait la mili­tante fémi­niste Morgane Merteuil dans le der­nière édi­tion du CUTE maga­zine, « il est au mieux naïf de pen­ser que l’université, l’entreprise ou les ins­ti­tu­tions, pour­raient aujourd’hui consti­tuer de véri­tables zones de gra­tui­té non déter­mi­nées par leur situa­tion dans une socié­té néo­li­bé­rale, et que c’est la rému­né­ra­tion d’activités jusqu’ici effec­tuées gra­tui­te­ment qui ouvri­rait la porte à la mar­chan­di­sa­tion de ces sec­teurs et à l’aliénation de celles et ceux qui y tra­vaillent ». Cet échec des mou­ve­ments étu­diants à prendre en compte les réelles dyna­miques de pou­voir qui ont cours au sein de l’université s’illustre par leur repli dans cer­tains pro­grammes clas­siques (his­toire, socio­lo­gie, etc.) qui sont éloi­gnés des sta­giaires non rémunéré·e·s, des pro­grammes où l’on retrouve les étudiant·e·s les plus pré­caires et de celles et ceux qui étu­dient en vue d’obtenir un emploi.

En ce sens, le mou­ve­ment étu­diant a his­to­ri­que­ment pris le par­ti d’une élite intel­lec­tuelle à laquelle peu de femmes ont accès, bien sou­vent au prix de leur inté­gri­té phy­sique ou de l’exclusion de celles pour qui les études sont loin d’être éman­ci­pa­trices, empê­trées qu’elles sont dans les dettes, le sexisme et le racisme ins­ti­tu­tion­nel, la mul­ti­pli­ca­tion des emplois pré­caires ain­si que l’épuisement phy­sique et psy­cho­lo­gique. Cette exclu­sion pre­nait dif­fé­rentes formes. Pour don­ner un exemple : pour s’as­su­rer d’ob­te­nir des votes de grève vic­to­rieux, on excluait les pro­grammes tech­niques et pro­fes­sion­na­li­sant des pro­po­si­tions de grève, ain­si que les stages qui y sont asso­ciés, se débar­ras­sant de celles et ceux qui ne man­que­raient pas de se pré­sen­ter en bloc à leur assem­blée géné­rale pour s’opposer à la grève. C’est donc avec un point de départ com­plè­te­ment dif­fé­rent que la cam­pagne pour la recon­nais­sance du tra­vail étu­diant s’est construite, en l’ins­cri­vant d’emblée dans les luttes fémi­nistes. Pour plu­sieurs mili­tantes, c’é­tait d’ailleurs la condi­tion inalié­nable pour s’organiser une fois de plus en milieu étu­diant ; il était impos­sible d’envisager revivre les vio­lences et les humi­lia­tions subies dans les grèves pas­sées. Avec cette cam­pagne, il n’était pas ques­tion d’attendre les mots d’ordres des hommes ou de se ral­lier à leurs reven­di­ca­tions. Nous rêvions d’une grève étu­diante, por­tée par des femmes, où les reven­di­ca­tions fémi­nistes feraient office de cri de ral­lie­ment. Bien sûr, il y a eu des oppo­si­tions mais, ça, c’est une autre his­toire !

(DR)

Vous lut­tez éga­le­ment contre les effets de la hié­rar­chie uni­ver­si­taire, ain­si que contre les vio­lences sexistes et sexuelles que subissent les étu­diantes. Quels constats faites-vous des vio­lences spé­ci­fiques aux femmes à l’u­ni­ver­si­té et dans les lieux de stage ?

Nos expé­riences en stage et celles de nos col­lègues nous montrent bien que le har­cè­le­ment sexuel, l’annulation du stage pour gros­sesse et autres motifs dis­cri­mi­na­toires sont mon­naie cou­rante. Depuis quelques années déjà, un mou­ve­ment des dénon­cia­tions des agres­sions sexuelles a expo­sé les vio­lences sexistes et sexuelles à l’intérieur des murs de l’université, tout comme à l’extérieur, dans les lieux de stage. Au len­de­main de la grève de 2012, de nom­breuses dénon­cia­tions d’a­gres­sions sexuelles et de com­por­te­ments machos de la part de « super-mili­tants » ont été faites, confir­mant la place trop impor­tante qu’on leur avait accor­dée à ce jour. Nous avons consta­té com­bien les méca­nismes ins­ti­tu­tion­nels, comi­tés et cam­pagnes de sen­si­bi­li­sa­tion sur les agres­sions et le har­cè­le­ment sexuel sont inca­pables de résoudre ce type de vio­lence qui nous affecte, les étu­diantes, de manière dis­pro­por­tion­née. Évidemment, aucun milieu de tra­vail n’est à l’a­bri des agres­sions sexuelles, mais le sta­tut pré­caire des étudiant·e·s et des sta­giaires, de par leur absence de pro­tec­tion, ren­force cette culture du silence qui règne dans les ins­ti­tu­tions sco­laires. La posi­tion d’au­to­ri­té des professeur·e·s vis-à-vis des étudiant·e·s dépasse lar­ge­ment l’en­ceinte de la classe, alors que les premier·ère·s ont le pou­voir d’é­va­luer les cours et les stages, de recom­man­der ou non les étudiant·e·s pour des bourses ou pour un contrat de tra­vail. En stage, les étudiant·e·s sont bien sou­vent isolé·e·s dans un milieu nou­veau et pour une durée tem­po­raire — des condi­tions qui les placent dans une situa­tion de grande vul­né­ra­bi­li­té.

« Aucun milieu de tra­vail n’est à l’abri des agres­sions sexuelles, mais le sta­tut pré­caire des étudiant·e·s et des sta­giaires, de par leur absence de pro­tec­tion, ren­force cette culture du silence. »

Cette posi­tion de vul­né­ra­bi­li­té des étudiant·e·s, et par­ti­cu­liè­re­ment celle des sta­giaires, est pro­pice à dif­fé­rentes formes de vio­lences, allant de l’ap­pro­pria­tion des idées ou du tra­vail des étudiant·e·s, aux vio­lences sexuelles, sexistes et racistes. Face au sta­tut des professeur·e·s et à leur pou­voir dis­cré­tion­naire sur nos par­cours au sein des ins­ti­tu­tions sco­laires, il est dif­fi­cile de s’organiser poli­ti­que­ment et col­lec­ti­ve­ment contre ces vio­lences sans par­tir de la construc­tion col­lec­tive de leviers pour nous défendre. Et lorsque le stage n’est pas rému­né­ré, il n’y a pra­ti­que­ment pas de recours face à une situa­tion d’agression ou de har­cè­le­ment. Puisque ces situa­tions ont cours à l’extérieur des murs des éta­blis­se­ments d’enseignement, les direc­tions et admi­nis­tra­tions ont ten­dance à s’en déres­pon­sa­bi­li­ser, alors que l’ab­sence de sta­tut des sta­giaires les empêche d’a­voir accès aux recours légaux. Lorsqu’il y a dénon­cia­tion, les sta­giaires en paient sou­vent le prix car cela signi­fie l’ar­rêt du stage, impli­quant sou­vent le retard d’une année avant la diplo­ma­tion, sans dédom­ma­ge­ment, ni aucune garan­tie que le pro­blème soit adres­sé dans le milieu afin d’é­vi­ter, par exemple, que la ou le prochain·e sta­giaire ait à vivre la même situa­tion. Alors que plu­sieurs fémi­nistes ins­ti­tu­tion­nelles sou­tiennent la mise en place de poli­tiques contre les vio­lences et le har­cè­le­ment, nous savons déjà que cette stra­té­gie sera insuf­fi­sante puis­qu’elle mène à des résul­tats sys­té­ma­ti­que­ment déce­vants. Et pour les étudiant·e·s qui ont vécu ces situa­tions, les pro­ces­sus ins­ti­tu­tion­nels et légaux, de même que les effets néga­tifs sur le par­cours aca­dé­mique, conti­nuent de décou­ra­ger la dénon­cia­tion. Évidemment, l’ob­ten­tion d’un salaire et d’un sta­tut de travailleur·euse n’est assu­ré­ment pas garant de la fin des vio­lences — elles existent encore dans tous les milieux de tra­vail et la dénon­cia­tion n’est pas néces­sai­re­ment plus aisée. Mais elle per­met­trait un levier sup­plé­men­taire pour s’or­ga­ni­ser et réduire notre pré­ca­ri­té, en plus de rendre visible les rap­ports entre professeur·e/étudiant·e.

Pensez-vous les alliances avec l’en­semble des tra­vailleuses — qu’elles soient sala­riées, à sta­tut pré­caire ou chô­meuses ?

La reven­di­ca­tion d’un salaire pour les stages ou les études n’était pas une fin en soi, mais un point de départ pour s’attaquer à la déva­lo­ri­sa­tion du tra­vail des femmes. Avec la grève géné­rale des sta­giaires, nous vou­lions contri­buer au volet étu­diant de la lutte pour la recon­nais­sance du tra­vail de repro­duc­tion, notam­ment celui des ména­gères, des parents, des tra­vailleuses du sexe et des travailleur·euse·s migrant·e·s. Des actions com­munes et des prises de paroles publiques avec des orga­ni­sa­tions de tra­vailleuses du sexe et de tra­vailleuses migrantes, de même qu’avec des infir­mières ont eu lieu dans la der­nière année. Arrivant ou retour­nant toutes sur le mar­ché du tra­vail, nous comp­tons bien pour­suivre l’organisation auto­nome avec nos col­lègues et élar­gir nos ana­lyses et nos pra­tiques.


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Bernard Friot : « La gauche est inau­dible parce qu’elle ne poli­tise pas le tra­vail », juin 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Maud Simonet : « Travail gra­tuit ou exploi­ta­tion », février 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Annick Coupé : « Le syn­di­ca­lisme est un outil irrem­pla­çable », juillet 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Emma : « Faire péter le patriar­cat en même temps que le capi­ta­lisme », avril 2018
☰ Lire notre article « Le salaire à vie : qu’est-ce donc ? », Léonard Perrin, mars 2018

NOTES   [ + ]

1.Amélie Poirier, Annabelle Berthiaume, Éloi Halloran et Sandrine Boisjoli.
2.Voir « Counter ‑Planning from the kit­chen », Nicole Cox et Silvia Federici.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.