Notre dixième numéro vient de sortir !
 

En Colombie, garantir le droit à la vie


Texte inédit pour le site de Ballast

En sep­tembre 2016, les Forces armées révo­lu­tion­naires de Colombie – Armée du peuple (FARC-EP) signaient un accord de paix his­to­rique avec le pou­voir colom­bien. Le mou­ve­ment de gué­rilla, fon­dé dans les années 1960 sur des bases mar­xistes-léni­nistes, accep­tait de rendre les armes et de muer en un par­ti poli­tique léga­liste. L’élection, deux ans plus tard, du très droi­tier Iván Duque change la donne : le pré­sident, appuyé par les milieux d’af­faires, n’en­tend pas res­pec­ter l’en­semble de l’ac­cord super­vi­sé par son pré­dé­ces­seur. Les assas­si­nats ciblés se mul­ti­plient, frap­pant tout à la fois les lea­ders des mou­ve­ments sociaux, les syn­di­ca­listes, les indi­gènes, les défen­seurs des droits humains ou encore les éco­lo­gistes. Le mois der­nier, dans la capi­tale du pays, des mil­liers de Colombiens ont défi­lé pour exi­ger de l’État qu’il mette fin à ces exé­cu­tions. Explications. ☰ Par Ruth Rojas et Laurent Perpigna Iban


Lundi 19 octobre 2020 : près de 7 000 indi­gènes colom­biens débar­quaient à Bogota ; le len­de­main, plu­sieurs groupes d’an­ciens gué­rille­ros des FARC-EP [Forces armées révo­lu­tion­naires de Colombie – Armée du peuple] enta­maient eux aus­si une « marche pour la vie » vers la capi­tale. Leur demande est sen­si­ble­ment la même : que l’État colom­bien prenne enfin des mesures radi­cales afin que cessent les assas­si­nats ciblés qui visent leurs com­mu­nau­tés. Des mobi­li­sa­tions qui témoignent de l’ur­gence : chaque jour, ou presque, une nou­velle page du drame colom­bien s’écrit dans l’indifférence qua­si géné­rale. Avec 68 mas­sacres — soit 268 vies ôtées — comp­ta­bi­li­sés entre le 1er jan­vier et le 24 octobre1, 2020 s’annonce d’ores et déjà comme une année noire.

« Les assas­si­nats de lea­ders sociaux et d’anciens gué­rille­ros sont désor­mais presque quotidiens. »

Pourtant, après la signa­ture en novembre 2016 des accords de paix entre le gou­ver­ne­ment colom­bien et la gué­rilla des FARC-EP — met­tant fin à plus d’un demi-siècle de guerre —, l’espoir sem­blait sub­mer­ger le pays. Un opti­misme de courte durée. En mai 2018, le très conser­va­teur Iván Duque était élu à la tête de la Colombie, sur un pro­gramme réso­lu­ment hos­tile aux­dits accords. Depuis, les feuilles de routes sont para­ly­sées, et la vio­lence a repris de plus belle. Si le nou­veau pré­sident impute volon­tiers la res­pon­sa­bi­li­té de ces drames à des franges dis­si­dentes de la gué­rilla, ce sont en réa­li­té, bien davan­tage, des groupes para­mi­li­taires — au ser­vice ou avec la com­pli­ci­té de l’État — et des bandes cri­mi­nelles qui sèment la ter­reur dans le pays. Les assas­si­nats de lea­ders sociaux et d’anciens gué­rille­ros sont désor­mais presque quo­ti­diens, cha­cun d’entre eux éloi­gnant un peu plus la Colombie d’une paix juste et durable.

Les racines du mal

« Les champs ne sont pas seule­ment un foyer de pau­vre­té : ce sont éga­le­ment des foyers de rébel­lion », sou­li­gnait l’écrivain uru­guayen Eduardo Galeano. Des mots qui hantent les mémoires, à l’heure d’appréhender la ques­tion qui nous occupe ici. C’est que, depuis le XIXe siècle, la divi­sion poli­tique entre libé­raux et conser­va­teurs a don­né nais­sance à une oli­gar­chie lati­fun­diste2, laquelle, en plus de concen­trer la pro­prié­té des terres et d’exclure tout scé­na­rio de par­ti­ci­pa­tion poli­tique, a lar­ge­ment eu recours à la vio­lence afin de satis­faire ses objec­tifs. Le sen­ti­ment d’oppression res­sen­ti par les déshé­ri­tés n’est pas res­té sans réponse : au cours du XXe siècle, de nom­breuses révoltes pay­sannes et indi­gènes éclatent dans le pays. En 1964, elles se concré­tisent par la créa­tion des Forces armées révo­lu­tion­naires (FARC-EP), une orga­ni­sa­tion ali­men­tée par les gué­rillas pay­sannes des années 1950 ; d’autres groupes vont suivre, à l’ins­tar de l’Armée de libé­ra­tion natio­nale (ELN, 1964) et de l’Armée popu­laire de libé­ra­tion (EPL, 1967).

[Manifestants indigènes à Bogota le 21 octobre 2020. Par Ojomorocho]

En réponse aux intenses pro­tes­ta­tions sociales menées par le mou­ve­ment ouvrier durant les années 1970, l’État colom­bien adopte une poli­tique de défense natio­nale. Dans un contexte de guerre froide, celle-ci entend sur­tout lut­ter contre le com­mu­nisme ; elle abou­tit à la créa­tion de groupes para­mi­li­taires, en rela­tion crois­sante avec des groupes de nar­co­tra­fi­quants. Au début des années 1980, un pro­ces­sus de négo­cia­tion avec les gué­rillas est néan­moins envi­sa­gé. Un pre­mier accord, signé avec les FARC-EP ain­si que des sec­teurs d’autres gué­rillas, abou­tit à la nais­sance du par­ti poli­tique Union patrio­tique. Sa légi­ti­mi­té est totale, à gauche : for­mé, notam­ment, par d’an­ciens com­bat­tants des FARC-EP et des membres du Parti com­mu­niste, on le tient dès lors pour le par­ti d’op­po­si­tion le plus repré­sen­ta­tif. Une dyna­mique que les groupes para­mi­li­taires — par­rai­nés par des groupes poli­tiques tra­di­tion­nels, des tra­fi­quants de drogue et des chefs mili­taires — ne tardent à faire voler en éclats. Cette volon­té des FARC-EP de par­ti­ci­per à la vie poli­tique colom­bienne va se conclure par ce que la Commission inter­amé­ri­caine des droits de l’Homme (CIDH) qua­li­fie­ra de « géno­cide » : entre 1984 et 2002, plus de 4 000 per­sonnes sont tuées, por­tées dis­pa­rues ou enle­vées, ceci en rai­son de leur appar­te­nance à l’Union patrio­tique. La res­pon­sa­bi­li­té de cet épi­sode san­glant n’incombe pas seule­ment aux groupes para­mi­li­taires : le CIDH met­tra en évi­dence la res­pon­sa­bi­li­té de l’État comme de ses forces armées.

« Aux luttes pay­sannes, afros et indi­gènes actives depuis le XIXe siècle s’ajoutent d’autres pro­ces­sus de résistance. »

Le pro­ces­sus « d’ouverture éco­no­mique » ini­tié dans les pays d’Amérique latine lors de la décen­nie sui­vant va se concré­ti­ser en Colombie par une série de réformes ultra­li­bé­rales sur le tra­vail, le mar­ché des biens, des ser­vices ou encore des capi­taux. Un accord entre l’État et les gué­rillas du M‑19 [Movimiento 19 de Abril] et de l’EPL abou­tit à la créa­tion de la Constitution de 1991, laquelle pré­voit d’importants méca­nismes de par­ti­ci­pa­tion citoyenne. Un espoir, si mince soit-il, renaît. Mais la mise en œuvre du modèle néo­li­bé­ral ne contri­bue­ra pas au ren­for­ce­ment de l’industrie ni du sec­teur agri­cole — bien au contraire. L’arrivée de mul­ti­na­tio­nales minières et pétro­lières, la créa­tion d’hydroélectricité, l’expansion des mono­cul­tures et l’accumulation de vastes éten­dues de terres pour l’élevage exten­sif aggravent trois des grandes pro­blé­ma­tiques du pays : le régime fon­cier, les pro­blèmes envi­ron­ne­men­taux et la vio­lence. Entre l’année 1958 et le début des pour­par­lers de paix entre les FARC-EP et l’État en 2012, le conflit armé en Colombie fera 218 094 morts (dont 81 % de civils) et 5 712 506 déplacés.

Les « leaders sociaux » dans l’œil du cyclone

Aux luttes pay­sannes, afros et indi­gènes actives depuis le XIXe siècle s’ajoutent d’autres pro­ces­sus de résis­tance. Qu’ils soient ouvriers, envi­ron­ne­men­taux, LGTBI, étu­diants ou fémi­nistes, ils s’organisent en asso­cia­tions, conseils d’action com­mu­nale, coopé­ra­tives ou col­lec­tifs. Guidés par des per­sonnes recon­nues au sein de leurs com­mu­nau­tés, ces mou­ve­ments œuvrent pour la défense des droits humains, et ce par­ti­cu­liè­re­ment dans les zones rurales. C’est que la pau­vre­té dans les cam­pagnes s’a­vère l’une des causes pro­fondes du « conflit colom­bien ». Un enjeu majeur, même. L’Enquête natio­nale sur la qua­li­té de vie (ECV) de 2018 a révé­lé que près de 40 % des habi­tants des zones en ques­tion vivent une situa­tion de pau­vre­té mul­ti­di­men­sion­nelle : anal­pha­bé­tisme, faible niveau d’éducation, chô­mage, absence d’assurance san­té, loge­ments aux maté­riaux inadé­quats, sans égouts ni accès à des sources d’eau potable3.

[Membres des FARC-EP, fondées en 1964 (DR)]

Si le deuxième point de l’accord de paix signé en 20164 pré­voyait que des garan­ties de sécu­ri­té soient don­nées aux défen­seurs des droits humains ain­si qu’aux diri­geants d’organisations de mou­ve­ments sociaux, leur situa­tion n’a fait que se dégra­der. « Les assas­si­nats et les menaces contre les lea­ders sociaux n’ont ces­sé d’augmenter, même durant le confi­ne­ment lié au Covid-19, où beau­coup ont été tués chez eux. C’est extrê­me­ment inquié­tant », explique María Cardona, membre du Conseil natio­nal du Comité per­ma­nent pour les droits de l’Homme en Colombie (CPDH). Le sen­ti­ment d’échec est total, d’au­tant que la recon­nais­sance du rôle de ces lea­ders avait été recon­nue dans l’accord — une dyna­mique très appré­ciée compte tenu des obs­tacles que les dif­fé­rents acteurs du conflit armé ont impo­sé, durant de nom­breuses années, à la par­ti­ci­pa­tion citoyenne.

« L’année 2020 marque déjà un nou­veau pic de vio­lence : au cours des 10 pre­miers mois, 237 lea­ders ont été assassinés. »

Selon l’Institut d’études pour le déve­lop­pe­ment et la paix (INDEPAZ), entre la signa­ture de l’accord de paix et le 30 jan­vier 2020, 756 per­sonnes, recon­nues comme « lea­ders sociaux » ou défen­seurs des droits de l’Homme, ont été assas­si­nées. L’année 2020 marque déjà un nou­veau pic de vio­lence : au cours des 10 pre­miers mois, 237 lea­ders ont été assas­si­nés, nombre auquel il faut ajou­ter 10 membres de leurs familles éga­le­ment éli­mi­nés. L’investigation « Quels sont les motifs ? Assassinats de lea­ders sociaux dans le post accord » plante le pro­fil des per­sonnes tuées : on y trouve pêle-mêle des lea­ders de mou­ve­ments de jeu­nesse, des acti­vistes de la com­mu­nau­té LGBTI, des res­pon­sables syn­di­caux, des indi­gènes, des défen­seurs de l’environnement ou des droits humains, des diri­geants de par­tis ou de mou­ve­ments poli­tiques, des lea­ders pay­sans ou, plus sim­ple­ment, des per­sonnes reven­di­quant des terres. Si, à ce jour, les com­man­di­taires de ces assas­si­nats ne sont pas iden­ti­fiés avec pré­ci­sion, le CPDH, ain­si que d’autres groupes de défense des droits humains dans le pays, exigent de l’État qu’il mène « une véri­table enquête pour déter­mi­ner les res­pon­sables ain­si que les causes », et récla­ment « la fin du degré éle­vé d’impunité dans les dif­fé­rents domaines de l’administration de la jus­tice ». Des requêtes qui ne semblent, dans le contexte actuel, pas prêtes d’être satisfaites.

Le cas des anciens combattants des FARC-EP

Au même titre que les lea­ders sociaux, les anciens gué­rille­ros sont frap­pés de plein fouet par cette guerre sale : une cin­quan­taine d’entre eux ont été abat­tus rien qu’en 2020. Là encore, une réa­li­té qui contraste avec le scé­na­rio envi­sa­gé dans l’accord de paix. Le troi­sième point, « Fin du conflit » (dans lequel ont été notam­ment négo­ciés le ces­sez-le-feu bila­té­ral et défi­ni­tif ain­si que la ces­sa­tion des hos­ti­li­tés), envi­sa­geait une réin­té­gra­tion des FARC-EP dans la vie civile, tant sur les plans éco­no­miques, sociaux que poli­tiques. Jairo Cala Suárez, qui avait rejoint les FARC-EP en 1982, a joué un rôle clé dans les négo­cia­tions de paix. Désormais membre du Congrès à la Chambre des repré­sen­tants du Parti de la force alter­na­tive révo­lu­tion­naire du com­mun (FARC, branche poli­tique), il consi­dère que l’enjeu majeur de cet accord était la trans­for­ma­tion réelle des ter­ri­toires les plus éloi­gnés du pays. Joint par télé­phone, il nous explique : « Lorsque nous avons signé l’accord de paix, nous avions dit que nous res­te­rions au cœur des ter­ri­toires parce qu’un tis­su social et un sys­tème de vie et de rela­tions sociales y a été construit. En ce sens, nous nous enga­gions à reprendre une acti­vi­té sociale, éco­no­mique, poli­tique et cultu­relle avec les garan­ties fon­da­men­tales que le gou­ver­ne­ment natio­nal devrait nous offrir. »

[Marche étudiante à Bogota en novembre 2019. Par Ojomorocho]

Selon un recen­se­ment socioé­co­no­mique de l’Université natio­nale de Colombie, sur les 10 000 per­sonnes ayant béné­fi­cié de l’accord de paix, 66 % sont d’origine pay­sanne. Parmi eux, majo­ri­tai­re­ment des gué­rille­ros, des mili­ciens et des pri­son­niers. « L’une de ces garan­ties fon­da­men­tales était le droit au tra­vail comme élé­ment cen­tral. Pour cela, étant don­né nos racines pro­fes­sion­nelles et sociales pay­sannes, la base pour le déve­lop­pe­ment du tra­vail des anciens gué­rille­ros est la cam­pagne », pour­suit le dépu­té. Une volon­té tra­duite à l’époque par le pro­jet de créa­tion de zones spé­ci­fiques, les Espaces ter­ri­to­riaux de for­ma­tion et de réin­ser­tion (ETCR). La démarche a offi­ciel­le­ment pris fin le 15 août 2019 : si le gou­ver­ne­ment s’é­tait enga­gé ora­le­ment à rétro­cé­der les terres, cela n’a pas été expli­ci­té for­mel­le­ment dans l’accord. Nombre de Colombiens ont dès lors dû quit­ter les ETCR afin de cher­cher des alter­na­tives de vie dans d’autres ter­ri­toires. « C’est à ce moment que les enne­mis de la paix ont entre­pris diverses actions, avec cette soif d’attiser le feu de la guerre. Des enfants, fils d’anciens com­bat­tants, ont été assas­si­nés. Depuis la signa­ture de l’accord de paix, plus de 200 cama­rades ont été éli­mi­nés, dont la grande majo­ri­té par des bandes para­mi­li­taires et d’autres acteurs qui com­mencent à jouer dans la région », nous dit encore Jairo Cala Suárez. Selon lui, les per­sonnes qui réclament des terres, pour vivre et tra­vailler, sont par­ti­cu­liè­re­ment visées : « D’autant que les riches des cam­pagnes se sont appro­priés de manière irré­gu­lière d’immenses éten­dues de terre, qu’ils ont acquises par le dépla­ce­ment et l’assassinat de pay­sans, indi­gènes et afro-colom­biens. »

« Toutes les per­sonnes qui s’op­posent aux inté­rêts des mono­poles natio­naux vivent sous la menace. »

Le pro­ces­sus de sub­sti­tu­tion volon­taire et concer­tée des cultures à usage illi­cite, mis en place par l’État avec les ex-gué­rille­ros des FARC, concer­nait quant à lui près de 134 000 familles. Là encore, un espoir de courte durée : le rétro­pé­da­lage des auto­ri­tés colom­biennes contraint de nom­breuses familles à enta­mer un réen­se­men­ce­ment. Parallèlement, les jour­nées de résis­tance contre la sub­sti­tu­tion for­cée et la fumi­ga­tion au gly­pho­sate mènent à de nom­breuses arres­ta­tions, et à plu­sieurs assas­si­nats dans les rangs des pay­sans. Cela a notam­ment été le cas dans la région du Catatumbo — proche de la fron­tière véné­zué­lienne — où deux figures du mou­ve­ment des pro­duc­teurs de coca ont été éli­mi­nées« Aujourd’hui, il y a une forte lutte du mou­ve­ment social en Colombie pour empê­cher la mise en place de pra­tiques nui­sible aux inté­rêts de l’hu­ma­ni­té, telles que le fra­cking [frac­tu­ra­tion hydrau­lique]. Toutes les per­sonnes qui s’op­posent aux inté­rêts des mono­poles natio­naux vivent sous la menace », ajoute Jairo Cala Suárez. À ses yeux, la situa­tion est claire : le gou­ver­ne­ment colom­bien tente de semer le déses­poir et d’orienter les anciens com­bat­tants vers d’autres voies pour mieux main­te­nir un sta­tu quo. Une manœuvre habile, dans un pays où les offres dans le cadre de l’illé­ga­li­té ne manquent pas. Et le dépu­té de pré­ci­ser : « L’État pré­tend ne pas avoir de liens avec le meurtre des ex-com­bat­tants, pré­tex­tant qu’il s’agit d’une simple ven­det­ta entre ceux qui ont signé l’Accord et ceux qui ont pris la déci­sion de retour­ner aux armes. Alors qu’en réa­li­té, les meurtres sont menés par l’État, via ses rela­tions avec les para­mi­li­taires, et moti­vés par ses propres man­que­ments en matière de réin­té­gra­tion. »

Paramilitarisme et État

Qui sont donc ces groupes para­mi­li­taires qui sèment le chaos ? Si leur appa­ri­tion remonte au début des années 1970, ce sont davan­tage les Forces d’au­to­dé­fense unies de Colombie (AUC, 1997–2006), consi­dé­rées comme la deuxième géné­ra­tion de para­mi­li­ta­risme, qui mar­que­ront les esprits. « Du para­mi­li­ta­risme expé­di­tion­naire, puni­tif et frag­men­té des années 1980, nous pas­sions à une forme plus coor­don­née, ter­ri­to­ria­li­sée et poli­ti­sée », ana­lyse-t-on du côté du Centre natio­nal de mémoire his­to­rique, un orga­nisme des­ti­né à conser­ver la mémoire des vic­times du conflit armé. Selon leur enquête, l’expansion des AUC était déjà moti­vée, à l’é­poque, par la volon­té d’entraver les négo­cia­tions de paix avec les gué­rille­ros, d’une part, mais éga­le­ment par « la dis­pute du contrôle des étapes de la chaîne de pro­duc­tion du tra­fic de stu­pé­fiants que déte­naient les FARC-EP dans le sud du pays », de l’autre5. Conséquence : les groupes para­mi­li­taires ont répan­du la ter­reur à coup d’assassinats ciblés, d’actes de tor­ture, de mas­sacres mais éga­le­ment en spo­liant les terres des popu­la­tions qui sou­te­naient — fût-ce de façon sup­po­sée — les guérillas.

[Le 20 octobre, des anciens combattants lancent le "Voyage pour la vie". Par Jhon Leon]

À titre d’exemple, au cours de la construc­tion du bar­rage hydro­élec­trique Urrá I, débu­tée en 1993, les para­mi­li­taires ont mena­cé, enle­vé et assas­si­né des dizaines de diri­geants et de membres de la com­mu­nau­té indi­gène Embera Katío, qui s’opposaient à ce pro­jet. Les témoi­gnages four­nis par des anciens membres des AUC ont mis en lumière le finan­ce­ment appor­té par des grandes entre­prises d’exploitation minière aux para­mi­li­taires : entre 1996 et 2006, 55 000 dépla­ce­ments for­cés ont ain­si été recen­sés dans la zone du César [l’un des 32 dépar­te­ments du pays, situé au Nord-Est, ndlr], avec au moins 2 600 assas­si­nats ciblés et 240 dis­pa­ri­tions. Le Centre natio­nal de mémoire his­to­rique fait alors état d’une négo­cia­tion poli­tique contro­ver­sée entre le gou­ver­ne­ment Uribe [pré­sident de la République de 2002 à 2010, ndlr] et les groupes para­mi­li­taires, à Santa Fe de Ralito : elle abou­tit en 2016 à la démo­bi­li­sa­tion et au désar­me­ment par­tiel de struc­tures para­mi­li­taires. « Le pro­jet de loi que le gou­ver­ne­ment a conçu pour que les para­mi­li­taires soient démo­bi­li­sés pré­voyait une impu­ni­té qua­si totale pour les res­pon­sables de crimes atroces et ne recon­nais­sait pas les droits des vic­times », résume le Centre.

« Aux plus hauts rangs de l’État, les dis­cours niant jus­qu’à l’existence même d’un pro­ces­sus de paix se multiplient. »

Depuis, peu de choses ont chan­gé. Les dis­po­si­tions de l’accord de paix — qui pré­voyait la créa­tion d’organisations légales suc­cé­dant à ces groupes — n’ont pas réduit l’ac­ti­vi­té de ces groupes, loin s’en faut. Selon les infor­ma­tions divul­guées par le Rapporteur spé­cial des Nations Unies sur les droits de l’Homme, ces orga­ni­sa­tions héri­tières de l’ac­cord conti­nue­raient d’hé­ber­ger des per­sonnes « res­pon­sables d’un pour­cen­tage éle­vé de meurtres de défen­seurs des droits humains, de menaces et autres vio­la­tions de leurs droits ». Face à l’embarrassante recru­des­cence d’assassinats ciblés, le gou­ver­ne­ment diri­gé par Iván Duque s’est vu contraint de publier dès 2018 un décret pour la pro­tec­tion des défen­seurs des droits humains, des diri­geants sociaux et com­mu­nau­taires, ain­si que des jour­na­listes. Pourtant, rien n’a endi­gué le phé­no­mène — d’autant qu’un haut niveau d’im­pu­ni­té demeure, en rai­son pré­ci­sé­ment du manque d’investigation de l’État sur ces crimes… Une situa­tion qui ne sau­rait sur­prendre : lors de la pré­si­den­tielle de 2016, Iván Duque avait mené cam­pagne contre les accords en question.

Aux plus hauts rangs de l’État, les dis­cours niant jus­qu’à l’existence même d’un pro­ces­sus de paix se mul­ti­plient : « Il n’y a pas eu de guerre civile ni de conflit armé en Colombie, mais une menace ter­ro­riste contre l’État ; il est donc urgent de pro­cé­der aux modi­fi­ca­tions néces­saires », lance ain­si l’an­cien pré­sident du Congrès, Ernesto Macías. Si la ministre de l’intérieur déclare dans les médias qu’il s’agissait d’un accord de paix « semi-raté », le pré­sident Duque recon­naît quant à lui la fra­gi­li­té du pro­ces­sus, tout en men­tion­nant « qu’il reste sur la bonne voie ». Des pro­pos qui indignent María Cardona, membre du Conseil natio­nal du comi­té per­ma­nent pour les droits de l’Homme en Colombie : « Le gou­ver­ne­ment, nous dit-elle, a pris le par­ti du néga­tion­nisme, de l’occultation, de la jus­ti­fi­ca­tion et de l’indolence. Ils nient non seule­ment la réa­li­té, mais laissent de sur­croît sans pro­tec­tion des per­sonnes mena­cées, har­ce­lées, per­sé­cu­tées et en posi­tion de pro­fonde vul­né­ra­bi­li­té à cause de leur impli­ca­tion. » Le dépu­té Jairo Cala Suárez abonde : « Quand nous avons signé l’accord de paix, il était clair qu’il s’agissait d’un accord d’État et non d’un pacte de gou­ver­ne­ment. Celui d’Ivan Duque a déli­bé­ré­ment pris le droit de vio­ler ce qui avait été conve­nu. Notamment sur la ques­tion de la réforme rurale inté­grale, avec la déli­vrance de titres de pro­prié­té aux pay­sans qui vivent dans les coins les plus recu­lés du pays. La non appli­ca­tion du point rela­tif à la par­ti­ci­pa­tion poli­tique reste sans aucun doute la plus grande erreur com­mise par le par­ti au gou­ver­ne­ment. Les 16 sièges de la paix au par­le­ment ont été refu­sés par le Congrès. »

[Bogota, avril 2015. Par Maurizio Sur P.]

La cor­rup­tion et les liens des poli­tiques avec les para­mi­li­taires inter­rogent la res­pon­sa­bi­li­té directe de l’État dans ces assas­si­nats. Et l’implication des forces armées colom­biennes, consi­dé­rées comme l’un des acteurs du conflit, ne font que confir­mer ces forts soup­çons : au cours de l’année 2017, 21 mili­taires et un géné­ral sont condam­nés pour l’exé­cu­tion extra­ju­di­ciaire de plus de 10 000 civils — décrits comme gué­rille­ros mais pré­sen­tés dans les rap­ports offi­ciels comme vic­times de com­bats. Pourtant, depuis le début des années 2000, quelques évo­lu­tions sont à noter : entre 2002 et 2006, 102 membres du Congrès et 97 séna­teurs ont fait l’ob­jet d’une enquête pour fait « para­po­li­tique » — com­prendre conni­vence entre le para­mi­li­ta­risme et la poli­tique. Si 41 séna­teurs ont été condam­nés, les enquêtes actuel­le­ment menées par le par­quet géné­ral sont tou­jours en attente, notam­ment sur les ques­tions liées à l’a­chat sup­po­sé de votes en faveur du gou­ver­ne­ment actuel avec l’aide de tra­fi­quants de drogue.

Le défi de la paix

« La cor­rup­tion et les liens des poli­tiques avec les para­mi­li­taires inter­rogent la res­pon­sa­bi­li­té directe de l’État dans ces assassinats. »

Organisations sociales, défen­seurs des droits humains, vic­times et familles de vic­times, tous s’accordent : il y a urgence à garan­tir le droit à la vie en Colombie. Face à une situa­tion désor­mais hors de contrôle, le par­ti Force révo­lu­tion­naire alter­na­tive com­mune a por­té ces ques­tions devant la Cour inter­amé­ri­caine des droits de l’Homme, afin que la struc­ture « demande au gou­ver­ne­ment colom­bien de garan­tir la vie d’une popu­la­tion qui parie sur la paix, et qui a déci­dé de croire à nou­veau en l’État après de nom­breuses années à le com­battre ». Mais la paix en Colombie ne se gagne­ra pas avec la seule fin des affron­te­ments entre ces acteurs armés : la véri­té, la jus­tice, la répa­ra­tion aux vic­times et la réso­lu­tion des causes struc­tu­relles du conflit sont autant d’éléments indis­pen­sables. Malgré les menaces, de nom­breux Colombiens et Colombiennes exigent de pou­voir enfin œuvrer à une trans­for­ma­tion col­lec­tive, dans laquelle les reven­di­ca­tions des droits à la san­té, à l’é­du­ca­tion, au tra­vail et au loge­ment ne met­traient pas leur vie en péril. Pour le CPDH, ces sou­haits ne seront réa­li­sables qu’un prix de cer­taines avan­cées : « D’abord, res­pec­ter et mettre en œuvre les dis­po­si­tions de l’ac­cord de fin de conflit avec l’une des insur­rec­tions — le par­ti poli­tique FARC — dans tout son conte­nu ; ensuite accep­ter et recon­naitre toutes les res­pon­sa­bi­li­tés dans les crimes, en garan­tis­sant que la jus­tice mette fin à l’im­pu­ni­té, afin de sur­mon­ter les causes struc­tu­relles à l’o­ri­gine du conflit. Et enfin, rependre le dia­logue de négo­cia­tion poli­tique avec les insur­rec­tions armées qui existent tou­jours (ELN et EPL) et mettre en place un déman­tè­le­ment réel et com­plet des struc­tures para­mi­li­taires. »

Sans l’implication totale des dif­fé­rents acteurs du conflit, la quête de véri­té, la récon­ci­lia­tion natio­nale et la res­tau­ra­tion du tis­su social ne res­te­ront que de loin­tains mirages. Le pays aura donc besoin de sou­tien : de la part de l’en­semble des Colombiens, mais éga­le­ment de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale. Un véri­table défi, oui.


Photographie de ban­nière : Plaza del 20 de Julio-Bogotá, 2017, Dexpierte_colectivo
Photographie de vignette : mani­fes­ta­tion indi­gène à Bogota, octobre 2020


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Franck Gaudichaud : « Amérique latine : les gauches dans l’impasse ? », octobre 2020
☰ Lire notre tra­duc­tion d’un entre­tien avec Mônica Francisco : « Bolsonaro et la bar­ba­rie capi­ta­liste », octobre 2019
☰ Lire notre repor­tage « 25 ans plus tard : le zapa­tisme pour­suit sa lutte », Julia Arnaud, mai 2019
☰ Lire notre repor­tage « Argentine : un syn­di­ca­lisme de masse », Arthur Brault Moreau, mars 2019
☰ Lire notre article « Mariátegui ou le socia­lisme indi­gène », Jean Ganesh, jan­vier 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Arnulfo Vásquez : « Les riches ne le sont pas parce que Dieu l’a vou­lu », décembre 2018

  1. L’ONU qua­li­fie de mas­sacre l’assassinat simul­ta­né d’au moins quatre per­sonnes en dehors d’une zone de com­bat.
  2. Concentration de grandes exten­sions de terres entre les mains de groupes réduits de per­sonnes.
  3. Selon les don­nées offi­cielles, on note une forte concen­tra­tion de la popu­la­tion dans les zones urbaines, où vit 77,1 % de la popu­la­tion totale. 99,6 % du ter­ri­toire colom­bien est consti­tué de zones rurales
  4. « Participation poli­tique : ouver­ture démo­cra­tique pour construire la paix ».
  5. Rapport dis­po­nible en espa­gnol ici, cf. page 65.
Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban

Journaliste indépendant. Il travaille essentiellement sur la question du Proche et du Moyen-Orient, ainsi que sur les « nations sans État ».

Découvrir d'autres articles de

Ruth Rojas
Ruth Rojas

A suivi un cursus de sociologie et d'études politiques en Colombie. Elle réside actuellement en France.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 10

Notre dixième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Joëlle, dos cassé, coeur révolté (Rémi Larue) ▽ Une papeterie en sursis (Roméo Bondon) ▽ Rencontre avec Pınar Selek ▽ Que faire de la police ? (avec Ugo Bernalicis et Elsa Dorlin) ▽ L’argent ne tombe pas des oliviers (Rosa Moussaoui) ▽ “Si personne ne m’écoute, je n’ai plus rien à dire” ▽ À donner, volcan en éruption, pneus neufs (Marion Jdanoff) ▽ Partout la mer est libre (Maya Mihindou) ▽ Casamance : résister au sel et attendre la pluie (Camille Marie et Prosper Champion) ▽ Quand la littérature justifie la domination (Kaoutar Harchi) ▽ Ernest Cœurderoy : souvenirs d’un proscrit (Tristan Bonnier) En la línea del frente : sur la ligne de front (Laurent Perpigna Iban) ▽ Tout ce qui vit (Élie Marek et Élias Boisjean) ▽ Les foyers ont brûlé (Paul Fer) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.