Notre onzième numéro est disponible en librairie !
 

Colombie : quand le pouvoir tire sur le peuple


Texte inédit pour le site de Ballast

La réforme fis­cale annon­cée en avril der­nier par le gou­ver­ne­ment d’extrême droite d’Iván Duque, élu en 2018, a été l’étincelle de trop. Le 28 du même mois, le peuple colom­bien enva­his­sait les rues ; il ne les a, depuis, plus quit­tées. C’est là un nou­veau cycle de pro­tes­ta­tion que le pou­voir entend bri­ser par tous les moyens. Malgré un lourd tri­but humain — une soixan­taine de morts1, des mil­liers de bles­sés et des cen­taines de dis­pa­rus —, la mobi­li­sa­tion ne tarit pas. Si la réforme est pour l’heure sus­pen­due, la colère popu­laire se pour­suit, épou­sant les contours d’un mou­ve­ment natio­nal contre la vio­lence d’État, les vio­la­tions des droits fon­da­men­taux et la cri­mi­na­li­sa­tion de la grève. Un point sur la situa­tion, à l’heure où le régime appelle à un pré­ten­du « dia­logue ». ☰ Par Ruth Rojas et Laurent Perpigna Iban


Le 28 avril 2021, le spectre de la contes­ta­tion sociale qui avait frap­pé la Colombie entre octobre 2019 et février 2020 venait han­ter à nou­veau le palais pré­si­den­tiel. Cette pré­cé­dente mobi­li­sa­tion, arti­cu­lée autour de cris­pa­tions dues autant au sabor­dage par le pré­sident d’extrême droite Iván Duque de l’accord de paix signé en 2016 avec les Forces armées révo­lu­tion­naires de Colombie (FARC-EP) qu’aux inéga­li­tés sociales, s’était tue subi­te­ment avec l’arrivée de la pan­dé­mie de Covid-19. Pour autant, aucun pro­blème de fond n’était réso­lu ; pire encore. Depuis, la popu­la­tion n’a connu aucun répit : le taux de pau­vre­té a atteint 42 %, et près de 15 % des Colombiens — soit 7 mil­lions de per­sonnes — n’arrivent pas à consom­mer trois repas par jour.

« Ce qui a jeté les citoyens dans la rue, c’est la réforme fis­cale, évi­dem­ment. Mais la pro­tes­ta­tion a pris rapi­de­ment un nou­veau tour­nant. »

C’est dans ce contexte que le ministre des Finances démis­sion­naire Alberto Carrasquilla a pré­sen­té une réforme fis­cale d’envergure le 15 avril afin, notam­ment, de rem­bour­ser la dette éle­vée du pays. Dénommée cyni­que­ment « Loi de soli­da­ri­té durable », elle visait en réa­li­té à taxer des couches sociales déjà lar­ge­ment en dif­fi­cul­té éco­no­mique, tout en pro­té­geant les classes les plus aisées. Certains points de la réforme de la loi, comme l’augmentation de la TVA sur les ser­vices publics et des taxes sur les car­bu­rants a mis le feu aux poudres. D’autant qu’un impôt sur le reve­nu a été éga­le­ment pro­po­sé : désor­mais, le salaire mini­mum en Colombie cor­res­pond à l’équivalent de 248 dol­lars, soit la moi­tié de la somme néces­saire pour assu­rer les dépenses moyennes liées au loge­ment, à la nour­ri­ture, le trans­port et l’éducation. Johan Mendoza Torres, socio­logue et pro­fes­seur d’université en Colombie, nous explique : « Ce qui a jeté les citoyens dans la rue, c’est la réforme fis­cale, évi­dem­ment. Mais la pro­tes­ta­tion a pris rapi­de­ment un nou­veau tour­nant : beau­coup ont rejoint le mou­ve­ment parce que les forces de l’État ont com­men­cé à répri­mer de manière dis­pro­por­tion­née, asy­mé­trique et anti­ré­pu­bli­caine, la socié­té colom­bienne. Et qu’ils ont atten­té à la vie des mani­fes­tants. »

Cali sous le feu de la répression

Alors que la Colombie tra­verse un troi­sième pic pan­dé­mique de forte inten­si­té, les mani­fes­ta­tions se sont rapi­de­ment éten­dues dans plu­sieurs régions. Santiago de Cali, située dans le sud-ouest du pays, s’est conver­tie en un épi­centre de la contes­ta­tion. Il faut dire que la troi­sième ville du pays est gra­ve­ment tou­chée par la crise : Cali subit les consé­quences d’une pau­vre­té endé­mique, d’un chô­mage de masse, d’un manque d’ac­cès aux soins et à la san­té, cumu­lés avec la pré­sence de groupes armés et de tra­fics de drogues. En jan­vier 2020, 67,5 % des ménages de la ville vivaient d’un tra­vail infor­mel ; le taux de chô­mage, pla­fon­nant à 12,1 %, lais­sant des mil­liers d’hommes et de femmes, pour la plu­part jeunes, exclus et sans oppor­tu­ni­tés d’avenir. Julian Poncho Palacios, un mani­fes­tant caleño de 31 ans, nous raconte : « Immédiatement, les Misak [un des peuples autoch­tones du pays, nldr] ont mis au sol la sta­tue de l’esclavagiste Belalcázar. Alors qu’elle était au sol, la police s’est pré­ci­pi­tée pour la pro­té­ger. Le pré­sident Duque a don­né l’ordre de déployer les forces armées contre le peuple, car on ne voyait que les van­dales dans les médias. »

[Une barricade à Cali (Mikolente)]

La sus­pen­sion, le 2 mai, de la réforme fis­cale ne va pas mettre fin au cycle de pro­tes­ta­tion : c’est qu’elle s’étend à d’autres reven­di­ca­tions. Les images des mani­fes­tants récla­mant, entre autres choses, la démi­li­ta­ri­sa­tion du pays, une réforme de la police, la jus­tice sociale et l’application de l’accord de paix signé par le pré­cé­dent gou­ver­ne­ment avec la gué­rilla des FARC-EP font le tour du monde. Un affront pour Iván Duque, qui lance toutes ses forces dans la bataille afin de faire taire le cri de la rue. « Alors que les camé­ras fil­maient l’at­taque de l’État au petit matin, un ami artiste du nom de Guerrero est tom­bé2. Il n’y avait plus de gou­ver­ne­ment local, régio­nal ou natio­nal. Seulement un pou­voir mili­taire et une répres­sion poli­cière. Et si les médias liés à l’État rap­por­taient que le calme était reve­nu, c’était un men­songe, vil et absurde », pour­suit le manifestant.

« Cali subit les consé­quences d’une pau­vre­té endé­mique, d’un chô­mage de masse, d’un manque d’ac­cès aux soins et à la san­té, cumu­lés avec la pré­sence de groupes armés et de tra­fics de drogues. »

Une dou­zaine de repré­sen­tants de la Minga — orga­ni­sa­tion des com­mu­nau­tés autoch­tones mobi­li­sée pour le res­pect de leurs droits et des terres — venus sou­te­nir la mobi­li­sa­tion urbaine vont être bles­sés par des per­sonnes en civil, accom­pa­gnées par la police natio­nale. Un choc d’autant plus impor­tant que la Minga est recon­nue en Colombie pour sa démarche paci­fique. « La stra­té­gie a chan­gé et la panique col­lec­tive s’est tra­duite par une pénu­rie de vivres, de car­bu­rant et de ser­vices médi­caux, bien que des cou­loirs huma­ni­taires aient déjà été amé­na­gés aux abords de la ville. Le Cali raciste en che­mises blanches a répri­mé le peuple, bran­dis­sant ses armes et ren­voyant les Indiens dans leurs ter­ri­toires sans mot dire, sous la menace des crosses d’armes à feu », reprend Julian Poncho Palacios.

Un très lourd bilan

Après tout juste un mois de mani­fes­ta­tions, le bilan est extrê­me­ment lourd : plus de 60 citoyens tués et de 1 500 arres­ta­tions arbi­traires, un mil­lier de bles­sés et pas moins de 22 vic­times de vio­lences sexuelles sont dénom­brées par les défen­seurs des droits humains3. L’onde de choc est consi­dé­rable : dans la ville de Popayán — sud-ouest du pays —, une jeune fille de 17 ans s’est sui­ci­dée au milieu du mois de mai, le len­de­main de son inter­pel­la­tion par la police, après avoir dénon­cé des abus sexuels subis au com­mis­sa­riat de police. Et les civils ne sont pas les seuls à subir les foudres du pou­voir : la Fondation pour la liber­té de la presse (FLIP) rap­porte plu­sieurs cen­taines d’agressions contre la presse — agres­sions, vols ou éli­mi­na­tions de maté­riel et obs­truc­tions. Parmi les faits les plus alar­mants, les cen­taines de dis­pa­ri­tions de mani­fes­tants. Ainsi, le 24 mai, l’Unité de recherche des per­sonnes por­tées dis­pa­rues (UBPD) a remis au Bureau du défen­seur du peuple et au Bureau du pro­cu­reur un docu­ment fai­sant état de la dis­pa­ri­tion de 548 per­sonnes, tou­jours introu­vables. La situa­tion semble tota­le­ment hors de contrôle, d’autant que la mul­ti­pli­ca­tion des acteurs répres­sifs inquiète de très nom­breux Colombiennes et Colombiens : en plus des esca­drons anti­émeute — sous les ordres du minis­tère de la Défense —, du déploie­ment des forces mili­taires dans des villes comme Cali et des groupes d’opérations spé­ciales de la police qui inter­viennent de nuit et sèment la ter­reur, des civils armés dif­fi­ci­le­ment iden­ti­fiables laissent pla­ner la menace d’une entrée des forces para­mi­li­taires, les­quelles depuis des années, sèment la mort et le chaos dans le pays.

[Dans les rues de Cali (Mikolente)]

Un dialogue en trompe‑l’œil

Pourtant, quelques jours à peine après le début des mani­fes­ta­tions, le gou­ver­ne­ment d’Iván Duque deman­dait au Congrès de reti­rer le pro­jet de réforme fis­cale et de « trai­ter d’urgence un nou­veau pro­jet issu des consen­sus ». Le 5 mai, une pre­mière ren­contre avec les ins­ti­tu­tions de l’État, les cor­po­ra­tions éco­no­miques, des maires, gou­ver­neurs et repré­sen­tants du sec­teur édu­ca­tif se tenait à Bogotá. Quelques jours plus tard, une nou­velle ren­contre, cette fois avec les repré­sen­tants du comi­té natio­nal de grève — com­po­sé de repré­sen­tants de syn­di­cats et d’activistes sociaux —, se tenait éga­le­ment dans la capi­tale colom­bienne. L’objectif était d’obtenir du gou­ver­ne­ment qu’il démi­li­ta­rise les villes, que le droit de mani­fes­ter soit réta­bli et que des enquêtes soient lan­cées sur les vio­lences policières.

« Ils ont appe­lé au dia­logue alors que des citoyens avaient déjà été tués et que la popu­la­tion a peur de mani­fes­ter. »

Une ouver­ture en trompe‑l’œil : tout en appe­lant au dia­logue, le pré­sident colom­bien annon­çait une « assis­tance mili­taire dans les centres urbains ». Résultat : des véhi­cules mili­taires — y com­pris des tanks — ont enva­hi les rues. Les Escadrons mobiles anti-troubles (ESMAD), deve­nus des mer­ce­naires à la solde du pou­voir, sont à l’origine de graves vio­la­tions des droits de l’Homme. « Ils ont appe­lé au dia­logue alors que des citoyens avaient déjà été tués et que la popu­la­tion a peur de mani­fes­ter. En réa­li­té, ça ne peut que conduire à un dia­logue avec des per­sonnes consen­tantes à dia­lo­guer avec un gou­ver­ne­ment qui mas­sacre la République et ruine la démo­cra­tie », résume Johan Mendoza Torres. D’autant que le par­ti du pré­sident Duque, Centre démo­cra­tique, a fait à plu­sieurs reprises appel à l’usage des armes par la force publique pour répri­mer les mani­fes­ta­tions, qu’il qua­li­fie « d’actes de ter­ro­risme et de van­da­lisme ». Ce fut le cas notam­ment avec la publi­ca­tion sur Twitter du tou­jours très influent ancien pré­sident Álvaro Uribe Vélez, qui appe­lait à « sou­te­nir le droit des sol­dats et des poli­ciers d’utiliser leurs armes pour défendre leur inté­gri­té et pour défendre les per­sonnes et les biens de l’action cri­mi­nelle du ter­ro­risme van­dale ».

« Ils veulent la guerre, et ce sont des scènes de guerre qui se déroulent ici. Le Bureau du contrô­leur, le pro­cu­reur, le défen­seur du peuple, le minis­tère public, tout est entre les mains de proches du par­ti au pou­voir », nous assure Mendoza Torres, avant de pré­ci­ser que l’ad­di­tion des ins­ti­tu­tions démo­cra­tiques ne servent à rien si elles sont coop­tées par une seule classe. D’autant qu’un pré­cé­dent en matière de crimes d’État existe : entre 2002 et 2008, 6402 civils ont été assas­si­nés par l’armée natio­nale au cours de la pré­si­dence d’Uribe Vélez4. Face à la recru­des­cence de vio­lence, si une inter­ven­tion inter­na­tio­nale urgente a été deman­dée, elle semble bien loin de se concré­ti­ser : la Cour pénale inter­na­tio­nale ne s’est pas pro­non­cée, pas plus que l’ONU, ni l’organisation des États amé­ri­cains (OEA), comme elles ont pu le faire avec d’autres pays dans la même situa­tion. Mendoza Torrez rap­pelle en outre que le régime uri­biste ne reçoit aucune sanc­tion éco­no­mique ou poli­tique et tant qu’il exis­te­ra en Colombie, il n’y aura pas de paix.

[Bogota (Sergio Verano)]

Quelles perspectives ?

Noyée dans une sur­en­chère répres­sive qui ne laisse que peu d’espoir à une sor­tie de crise rapide, la Colombie semble plus que jamais à la croi­sée des che­mins. Sur les braises de la crise mul­ti­di­men­sion­nelle tra­ver­sée par le pays, et mal­gré la réponse san­gui­naire appor­tée par l’État, des cen­taines de mil­liers de mani­fes­tants conti­nuent de récla­mer qu’une action poli­tique trans­for­ma­trice soit mise en œuvre urgem­ment afin d’établir une démo­cra­tie dans le pays. Mais les dif­fi­cul­tés sont nom­breuses, d’autant que les comi­tés de dia­logue avec l’État ne sont pas per­çus comme légi­times par une grande par­tie de la rue, qui reste méfiante.

« L’atomisation des mou­ve­ments sociaux, qui se sont scin­dés en une mul­ti­tude de col­lec­tifs, favo­rise le pou­voir fas­ciste. »

« L’atomisation des mou­ve­ments sociaux, qui se sont scin­dés en une mul­ti­tude de col­lec­tifs, favo­rise le pou­voir fas­ciste. Il n’y a pas d’agenda ou de feuille de route com­mune. Tout le monde demande quelque chose, et ce qui gran­dit, c’est un indi­vi­dua­lisme qui ne per­met pas d’avancer », déplore par ailleurs Johan Mendoza Torres. De nom­breuses assem­blées popu­laires voient tou­te­fois le jour et les obser­va­teurs espèrent que des idées et des voix émer­ge­ront de ce mou­ve­ment. « Il faut prendre conscience qu’en Colombie, sans lea­ders, il sera impos­sible d’avancer. Les par­tis poli­tiques oppor­tu­nistes conti­nue­ront de récu­pé­rer les mani­fes­ta­tions à leur propre compte », pré­cise le sociologue.

Iván Duque, lui, n’a qu’une obses­sion : obte­nir la faveur des agences de nota­tion inter­na­tio­nales et main­te­nir une situa­tion de dette sou­te­nable. Tenu à l’octroi d’aides par le FMI, il semble déter­mi­né à mener ses réformes, d’autant que la pers­pec­tive de nou­velles élec­tions pré­si­den­tielles, pré­vues pour 2022, se fait de plus en plus pré­sente. Contesté par la droite dure, le centre et la gauche, le pré­sident se trouve, plus que jamais, en mau­vaise pos­ture ; la contes­ta­tion ouvri­ra-t-elle cepen­dant un nou­veau front à gauche ? Rien n’est moins sûr. La défiance vis-à-vis des figures de l’opposition demeure très impor­tante. Définitivement, les semaines à venir vont être cruciales.


Photographie de ban­nière : Bogota, par Ojomorocho


  1. À l’heure qu’il est, les chiffres demeurent incer­tains. Au 25 mai 2021, les ONG colom­biennes ont fait état de 43 décès confir­més et de 18 en cours de confir­ma­tion.
  2. Nicolas Guerrero a été tué lors d’une mani­fes­ta­tion paci­fique de jeunes à Cali. Son meurtre a été retrans­mis en direct par une autre per­sonne qui a par­ta­gé l’é­vé­ne­ment.
  3. Chiffres au 1er juin 2021.
  4. Affaire, plus connue sous le nom de « scan­dale des faux posi­tifs », dans laquelle les forces armées colom­biennes ont été recon­nues cou­pables d’a­voir assas­si­né des mil­liers de civils afin de faire gros­sir le nombre de gué­rille­ros morts au com­bat.

REBONDS

☰ Lire notre article « En Colombie garan­tir le droit à la vie », Ruth Rojas et Laurent Perpigna Iban, octobre 2020
☰ Voir notre port­fo­lio « Bolivie : le retour du socia­lisme », Rosa Moussaoui, octobre 2020
☰ Lire notre entre­tien avec Franck Gaudichaud : « Amérique latine : les gauches dans l’impasse ? », octobre 2020
☰ Lire notre tra­duc­tion d’un entre­tien avec Mônica Francisco : « Bolsonaro et la bar­ba­rie capi­ta­liste », octobre 2019
☰ Lire notre repor­tage « Argentine : un syn­di­ca­lisme de masse », Arthur Brault Moreau, mars 2019

Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban

Journaliste indépendant. Il travaille essentiellement sur la question du Proche et du Moyen-Orient, ainsi que sur les « nations sans État ».

Découvrir d'autres articles de

Ruth Rojas
Ruth Rojas

A suivi un cursus de sociologie et d'études politiques en Colombie. Elle réside actuellement en France.

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.