Cisjordanie : la résistance, une affaire de femmes


Le « mar­tyr » est mas­cu­lin, de même que, trop sou­vent, les images véhi­cu­lées autour des résis­tances popu­laires en Palestine occu­pée. Les femmes ont pour­tant leur mot à dire et s’imposent en actrices du chan­ge­ment des normes dans la lutte face aux poli­tiques de spo­lia­tion et de répres­sion menées par Israël. En 2009, un groupe de mères issues d’une même famille lan­çait un mou­ve­ment de contes­ta­tion non-vio­lente dans le vil­lage de Nabi Saleh, au nord de Ramallah. Six ans plus tard, l’une d’elle était bles­sée par balle lors d’une de ces mani­fes­ta­tions. Avec pour espoir de voir leurs enfants gran­dir dans une socié­té paci­fiée, elles conti­nuent de se battre pour leurs droits et ceux de la socié­té pales­ti­nienne. Reportage. ☰ Par Paul Lorgerie


Lire en espa­gnol (español)


« Ils m’appellent le diable pales­ti­nien. » Le diable, ou plu­tôt la « dia­blesse », car ce mot qua­li­fie une femme nom­mée Manal Tamimi. Ce sur­nom, elle s’en amuse. Elle en est même plu­tôt fière. « Ils », ce sont les sol­dats de l’armée israé­lienne, qui lui ont tiré dans la jambe une semaine avant notre visite. Depuis 2009, elle les défie toutes les semaines, dans son vil­lage de Nabi Saleh, au nord-ouest de Ramallah. Des mani­fes­ta­tions non-armées y ont lieu chaque ven­dre­di, après la prière, avec en pre­mière ligne les femmes d’une même famille : « La femme au foyer est la lumière au pla­fond de la famille pales­ti­nienne. Si elle est faible, cela se reflé­te­ra sur la famille tout entière. Si elle est forte, sa famille sera forte. C’est la rai­son pour laquelle les femmes sont en pre­mière ligne de ces mani­fes­ta­tions. Sans femme, la socié­té pales­ti­nienne n’est pas tota­le­ment repré­sen­tée. La femme n’est pas une vic­time, elle est le per­son­nage le plus fort dans ce com­bat », déve­loppe Manal.

« Sans femme, la socié­té pales­ti­nienne n’est pas tota­le­ment repré­sen­tée. La femme n’est pas une vic­time, elle est le per­son­nage le plus fort dans ce com­bat. »

À Nabi Saleh, ce ne sont pas les hommes qui sont les cibles. Contrairement à ce que l’on per­çoit dans la sphère média­tique, les tenan­cières du foyer fami­lial prennent le pas sur les repré­sen­tants du patriar­cat pales­ti­nien. « Je suis son pre­mier sou­tien dans le com­bat », confirme Bilal Tamimi, le mari de Manal. À rebours du mas­cu­li­nisme guer­rier, celles relé­guées au rang de « sexe faible » tirent par­fois offi­cieu­se­ment les ficelles. Un mili­tan­tisme au fémi­nin qui ne date d’ailleurs pas d’hier — l’émergence des mobi­li­sa­tions fémi­nines en Palestine coïn­cide avec la nais­sance de la ques­tion pales­ti­nienne. On relève les pre­mières actions poli­tiques en Terre sainte sous le man­dat bri­tan­nique (1917–1948) : une action notable avait été effec­tuée par les femmes du vil­lage de Baqa Al-Gharbiyeh, proche de Haïfa, qui avaient mani­fes­té en 1938 afin que leurs maris et enfants soient libé­rés — elles avaient obte­nu gain de cause. Aussi, l’une des figures emblé­ma­tiques de l’histoire de la résis­tance popu­laire pales­ti­nienne est Leïla Khaled. Entrée dès son plus jeune âge dans le Front popu­laire de la libé­ra­tion de la Palestine (FPLP), une orga­ni­sa­tion dont la branche armée est qua­li­fiée de « ter­ro­riste » par l’occupant, elle est connue pour ses détour­ne­ments d’avion en 1969 et 1970. Aujourd’hui, un pan du mur de sépa­ra­tion porte son effi­gie dans Bethléem.

À quelques enca­blures de la mai­son de Manal, vit Bushra Tamimi, sa cou­sine. Elle constate, pai­si­ble­ment : « Rester devant la télé toute la jour­née à se lan­guir et se plaindre n’est pas envi­sa­geable. La lutte est le seul choix qui s’offre à nous, tout comme à nos enfants. Nous ne sommes pas dans un super­mar­ché. » — une option qui s’impose à l’ensemble de la famille. Les femmes de la famille Tamimi se sont dres­sées contre l’État israé­lien et ses colo­nies lorsque ces der­niers se sont empa­rés des champs d’oliviers selon la loi dite « des trois années », une règle qui jus­ti­fie la col­lec­ti­vi­sa­tion et donc la colo­ni­sa­tion d’une terre si celle-ci n’a pas été exploi­tée depuis trois ans : une asphyxie éco­no­mique qui empêche les habi­tants d’avoir accès à leurs moyens de sub­sis­tance. La culture des oli­viers repré­sente en effet 25 % du reve­nu de l’agriculture des ter­ri­toires pales­ti­niens occu­pés1« The 2015 olive har­vest sea­son starts amid­st esca­la­ding ten­sion in the oPt », rap­port de l’Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, 11 novembre 2015.. Cette colo­ni­sa­tion est condam­née par la 4e Convention de Genève de 1949, et son illé­ga­li­té énon­cée notam­ment par la Résolution 446 des Nations unies, qui sta­tue que « la poli­tique et les pra­tiques israé­liennes consis­tant à éta­blir des colo­nies de peu­ple­ment dans les ter­ri­toires pales­ti­niens et autres ter­ri­toires arabes occu­pés depuis 1967 n’ont aucune vali­di­té en droit et font gra­ve­ment obs­tacle à l’instauration d’une paix géné­rale, juste et durable au Moyen-Orient2Résolution 446 du Conseil de sécu­ri­té des Nations unies, du 22 mars 1979.. »

Manal Tamimi et son fils, connu comme le « Spiderman de Nabi Saleh ».

Pas de traitement de faveur

Mais la résis­tance a un coût. Si les hommes repré­sentent 99 % des déte­nus et 94 % des mar­tyrs depuis l’année 2000, les femmes ne sont pas épargnées3Sireen Shakhshir, « La vio­lence faite à l’égard des femmes dans la socié­té pales­ti­nienne », Politis n° 48, 2010.. Nariman Tamimi, une autre cou­sine de Manal, recon­naît ne pas se sou­ve­nir com­bien de fois elle a été la cible de l’armée israé­lienne. Manal, allon­gée sur son cana­pé, a été tou­chée à la jambe gauche en avril 2015 — une par­tie du corps fré­quem­ment ciblée par l’armée israé­lienne, afin de para­ly­ser le membre et neu­tra­li­ser l’activiste, pour un temps. Toutes les trois ont été arrê­tées à plu­sieurs reprises. La der­nière arres­ta­tion en date est celle de Manal, le 8 mars 2016, lors de la Journée inter­na­tio­nale des droits des femmes. Bushra et Nariman ont, elles, été inter­pel­lées res­pec­ti­ve­ment deux et cinq fois. Un phé­no­mène en aug­men­ta­tion depuis octobre 2015, mois où l’« inti­fa­da des cou­teaux » a débu­té. Cette même année, l’armée de défense israé­lienne a arrê­té 106 femmes pales­ti­niennes, soit une hausse de 70 % par rap­port à 20134Rapport d’Addameer, « Imprisonment of Women and Girls », Février 2016..

« Nariman Tamimi, une autre cou­sine de Manal, recon­naît ne pas se sou­ve­nir com­bien de fois elle a été la cible de l’armée israé­lienne. »

Les condi­tions de déten­tion outre­passent sou­vent le droit inter­na­tio­nal et se sont dégra­dées suite au non-res­pect des accords d’Oslo de 1993, qui pré­voyait que la sécu­ri­té inté­rieure des ter­ri­toires pales­ti­niens serait assu­rée par l’autorité qui l’administre. Au len­de­main de cet échec et depuis l’explosion de la Seconde inti­fa­da en 2000, l’administration péni­ten­tiaire israé­lienne s’est redé­ployée en dehors du ter­ri­toire pales­ti­nien, dans les pri­sons de Hasharon et Damon. Les per­mis auto­ri­sant l’accès en Israël depuis la Cisjordanie étant dif­fi­ciles à obte­nir, les déte­nues sont loin de leurs proches, et la struc­ture fami­liale est frag­men­tée 5Stéphanie Latte Abdallah, « Incarcération des femmes pales­ti­niennes et enga­ge­ment (1967–2009) », dans Le Mouvement social, « Des enga­ge­ments fémi­nins au Moyen-Orient (XXe-XXIe siècles)», La Découverte, 2010.. Un man­que­ment au droit inter­na­tio­nal qui sti­pule que « les per­sonnes pro­té­gées incul­pées seront déte­nues dans le pays occu­pé6Article IV des Conventions de Genève de 1949. ». Une atteinte à la loi qui n’a pas que des inci­dences ter­ri­to­riales, mais éga­le­ment phy­siques et psy­chiques. Manal nous fait part de sa pre­mière expé­rience en pri­son : « Ils m’ont gar­dée 14 jours. Le pre­mier, ils m’ont mis en cel­lule avec des Israéliens saouls et dro­gués, pen­dant quatre heures. J’étais ter­ri­fiée : vous ne savez jamais com­ment un homme dans cet état peut réagir et j’aurais été inca­pable de me défendre. » Des condi­tions éga­le­ment illé­gales au regard du droit inter­na­tio­nal ; les conven­tions de Genève sti­pulent que les femmes doivent être logées dans des locaux sépa­rés et pla­cées sous la sur­veillance immé­diate de femmes.

De l’émancipation à la libération

Ces der­nières années, la socié­té pales­ti­nienne a connu une hausse de son taux d’accès à l’éducation. Alors que 83,6 % des femmes étaient let­trées en 2000, 94,4 % le sont aujourd’hui7« Taux d’alphabétisation des per­sonnes (15 ans et plus) en Cisjordanie, par groupes d’âges et sexes, 1995, 1997, 2000–2015 », Bureau cen­tral des sta­tis­tiques pales­ti­niennes, 2016.. Par ailleurs, le taux de diplô­més en 2013 était plus impor­tant chez les femmes âgées de 20 à 29 ans que chez les hommes de la même tranche d’âge8« Champs de l’éducation et mar­ché du tra­vail chez les 20–29 ans en 2013 », Bureau cen­tral des sta­tis­tiques pales­ti­niennes, Ramallah, 2 juillet 2014.. Une évo­lu­tion notable, fac­teur d’émancipation pour les femmes, qui leur per­met de déve­lop­per leur force de tra­vail et leur légi­ti­mi­té au sein de la struc­ture fami­liale. Comme c’est le cas pour Manal, Bushra et Nariman, res­pec­ti­ve­ment diplô­mée de droit inter­na­tio­nal, ins­ti­tu­trice et spé­cia­liste dans la com­mu­ni­ca­tion. Manal insiste sur le fait que l’éducation est pri­mor­diale pour pou­voir « jouer de son enne­mi ».

Une semaine avant notre arri­vée, Manal se fai­sait bles­ser par balle à la jambe. 

À tra­vers le mili­tan­tisme, la repré­sen­ta­tion des femmes au sein de la socié­té pales­ti­nienne évo­lue. Alors que leur image était sys­té­ma­ti­que­ment atta­chée à la sphère domes­tique, bien loin du dis­cours de construc­tion natio­nale dif­fu­sé par l’Autorité palestinienne9Christine Pirinolli, « La repré­sen­ta­tion des femmes dans le dis­cours natio­na­liste pales­ti­nien autour de la com­mé­mo­ra­tion du cin­quan­te­naire de la Nakba », Politis n° 48, 2010., leur mobi­li­sa­tion les élève au rang d’actrices du chan­ge­ment social. Manal, la « dia­blesse pales­ti­nienne », est mère de quatre enfants ; édu­qués pour faire face à l’occupation, ils ont appris à « aimer la vie, et la vie, ce n’est pas l’occupation ».

« Refusant de lais­ser leurs terres aux colo­nies envi­ron­nantes, les femmes et leurs façons de pro­cé­der sont mises en avant. À Nabi Saleh, les mani­fes­ta­tions heb­do­ma­daires comptent jusqu’à 150 par­ti­ci­pants. »

Avec la poli­ti­sa­tion du rôle de la mère, se poli­tise alors l’éducation et l’engagement se conjugue au quo­ti­dien. Le devoir de repro­duc­tion de la struc­ture fami­liale, condi­tion­née par l’occupation, devient un acti­visme poli­tique consis­tant à for­mer les géné­ra­tions mili­tantes à venir. Des formes de résis­tance déter­mi­nées par le sexe, donc. La vio­lence est attri­buée aux hommes, et le paci­fisme aux femmes. Mais tan­dis que les jets de pierres per­sistent, l’activisme au fémi­nin tend à impo­ser de nou­veaux réper­toires d’actions col­lec­tives10« Série limi­tée de rou­tines qui sont apprises, par­ta­gées et exé­cu­tées à tra­vers un pro­ces­sus de choix rela­ti­ve­ment déli­bé­ré », Charles Tilly, 1995.. De façon offi­cieuse, la non-vio­lence évince l’agressivité. Cette nor­ma­li­sa­tion amène le lea­der­ship mas­cu­lin à cris­tal­li­ser son dis­cours vers la non-violence11Sophie Richter-Devroe, « Defending their land, pro­tec­ting their men, Palestinian women’s popu­lar resis­tance after the second inti­fa­da » (PDF), International Feminist Journal of Politics n° 14, 2012.. Bassim Tamimi est le mari de Nariman : connu pour son acti­visme, l’Union euro­péenne l’a qua­li­fié de « défen­seur des droits de l’Homme » en 2011. Sans détour, il explique que l’implication des femmes dans la lutte pales­ti­nienne est inhé­rente à leurs devoirs, avant de vali­der leur mode d’action : « Vous connais­sez Gandhi ? On a vou­lu s’inscrire dans sa phi­lo­so­phie de la non-vio­lence pour jus­te­ment décré­di­bi­li­ser la vio­lence. »

La « troisième alternative »

Afin de gagner en légi­ti­mi­té et d’obtenir un sou­tien inter­na­tio­nal, les lea­ders locaux de la résis­tance ont adop­té la non-vio­lence comme stra­té­gie. Ils invoquent l’approche prag­ma­tique du refus de la vio­lence armée et dif­fusent un dis­cours arti­cu­lé autour des droits fon­da­men­taux pour jus­ti­fier leur acti­visme. Bassim Tamimi appelle cela la « troi­sième alter­na­tive ». Refusant de lais­ser leurs terres aux colo­nies envi­ron­nantes, les femmes et leurs façons de pro­cé­der sont mises en avant. À Nabi Saleh, les mani­fes­ta­tions heb­do­ma­daires comptent jusqu’à 150 par­ti­ci­pants. Les Palestiniens, aux côtés d’activistes israé­liens et étran­gers — notam­ment ceux de l’organisation non-gou­ver­ne­men­tale International Solidarity Movement (ISM), qui tra­vaille pour la fin de l’occupation en Cisjordanie —, font régu­liè­re­ment par­ler d’eux dans les médias locaux comme inter­na­tio­naux. Preuve en est, le 30 août 2015 : l’Agence France-Presse publie les pho­tos de l’un de ces défi­lés heb­do­ma­daires durant lequel Mohammed, 11 ans lors de l’incident, fils de Nariman et Bassim Tamimi, est pla­qué contre une pierre par un sol­dat. Dans son témoi­gnage, le jour­na­liste Abbas Momani écrit : « J’ai devant moi un enfant, sur lequel est juché un sol­dat, et par-des­sus ce sol­dat, une famille entière qui s’accroche, grimpe et frappe12Abbas Momani, « À deux doigts de la catas­trophe », Agence France-Presse, 30 août 2015.. » Des cli­chés où, excep­té la pré­sence du sol­dat, les hommes sont absents. Une chaîne YouTube, « No Comment TV », ayant repris la vidéo de l’événement à son compte, n’hésite pas à l’intituler « Girl power ». À l’inverse, les détrac­teurs de la stra­té­gie dénoncent une orches­tra­tion de la part de ces femmes qu’ils consi­dèrent comme étant au ser­vice de la pro­pa­gande pales­ti­nienne. Quoi qu’il en soit, Anshel Pfeffer, édi­to­ria­liste au Haaretz, quo­ti­dien natio­nal israé­lien de gauche, écrit le 31 août 2015 : « Les habi­tants de Nabi Saleh, avec l’aide de volon­taires étran­gers, pro­duisent un show heb­do­ma­daire convain­cant pour les médias, cela marche13Anshel Pfeffer, A Picture of a Headlock That’s Worth a Thousand Words, The Haaretz, 31 août 2015.. » Médiatisées, nou­velles figures de la résis­tance, ces femmes sont les héroïnes de la cause pales­ti­nienne. Leur suc­ces­sion est assu­rée. La fille de Nariman et Bassim, Ahed Tamimi, en est un sym­bole — blonde, les yeux clairs, sa pug­na­ci­té et son jeune âge (16 ans), ont déjà fait par­ler d’elle dans le Guardian et le New York Times. Plus dis­crète, Najy, la fille de Bushra, est étu­diante infir­mière. Grâce à sa for­ma­tion, elle sou­haite prendre la suite de sa mère car son « devoir et ses res­pon­sa­bi­li­tés sont de résis­ter », conclut-elle.

Nagy, fille de Bushra, veut reprendre le flam­beau de sa mère en deve­nant infir­mière


Vignette : Nariman, une cou­sine de Manal Tamimi
Toutes les pho­to­gra­phies sont de Paul Lorgerie.


REBONDS

☰ Lire « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les pri­sons d’Israël », Marwan Barghouti (tra­duc­tion), avril 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Vandana Shiva : « Gandhi est plus per­ti­nent qu’il ne l’a jamais été », février 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Mohammad Bakri : « Le droit en lui-même est un cri », juin 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Michel Warschawski : « Il y a une civi­li­sa­tion judéo-musul­mane », mars 2017
☰ Lire nos articles « Palestine : Naplouse, l’indomptable », JB, octobre 2015
☰ Lire notre article « Israël : la mort vue du ciel », Shimrit Lee, juillet 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Angela Davis : « Nos luttes mûrissent, gran­dissent », mars 2015
☰ Lire notre série « Palestine-Israël, voix de femmes », Shimrit Lee, jan­vier 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Frank Barat : « François Hollande a déci­dé de sou­te­nir l’oppresseur », novembre 2014

NOTES   [ + ]

1.« The 2015 olive har­vest sea­son starts amid­st esca­la­ding ten­sion in the oPt », rap­port de l’Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, 11 novembre 2015.
2.Résolution 446 du Conseil de sécu­ri­té des Nations unies, du 22 mars 1979.
3.Sireen Shakhshir, « La vio­lence faite à l’égard des femmes dans la socié­té pales­ti­nienne », Politis n° 48, 2010.
4.Rapport d’Addameer, « Imprisonment of Women and Girls », Février 2016.
5.Stéphanie Latte Abdallah, « Incarcération des femmes pales­ti­niennes et enga­ge­ment (1967–2009) », dans Le Mouvement social, « Des enga­ge­ments fémi­nins au Moyen-Orient (XXe-XXIe siècles)», La Découverte, 2010.
6.Article IV des Conventions de Genève de 1949.
7.« Taux d’alphabétisation des per­sonnes (15 ans et plus) en Cisjordanie, par groupes d’âges et sexes, 1995, 1997, 2000–2015 », Bureau cen­tral des sta­tis­tiques pales­ti­niennes, 2016.
8.« Champs de l’éducation et mar­ché du tra­vail chez les 20–29 ans en 2013 », Bureau cen­tral des sta­tis­tiques pales­ti­niennes, Ramallah, 2 juillet 2014.
9.Christine Pirinolli, « La repré­sen­ta­tion des femmes dans le dis­cours natio­na­liste pales­ti­nien autour de la com­mé­mo­ra­tion du cin­quan­te­naire de la Nakba », Politis n° 48, 2010.
10.« Série limi­tée de rou­tines qui sont apprises, par­ta­gées et exé­cu­tées à tra­vers un pro­ces­sus de choix rela­ti­ve­ment déli­bé­ré », Charles Tilly, 1995.
11.Sophie Richter-Devroe, « Defending their land, pro­tec­ting their men, Palestinian women’s popu­lar resis­tance after the second inti­fa­da » (PDF), International Feminist Journal of Politics n° 14, 2012.
12.Abbas Momani, « À deux doigts de la catas­trophe », Agence France-Presse, 30 août 2015.
13.Anshel Pfeffer, A Picture of a Headlock That’s Worth a Thousand Words, The Haaretz, 31 août 2015.
Paul Lorgerie
Paul Lorgerie

Jeune journaliste avec un focus sur l'étranger, aime écouter pour raconter.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.