« Castaner, ma mère est morte à cause de vos armes ! »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Yeux cre­vés, mains arra­chées, jour­na­listes matra­qués : c’est le bilan, en à peine deux ans, d’un pré­sident élu pour « faire bar­rage à l’extrême droite ». Et quand le pou­voir ne cogne pas, il ment. Il ment par la voix de son ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. Lorsqu’un audi­teur l’interpelle un jour de mars 2019, sur France Inter, et lui demande ce qu’il en est de Zineb Redouane — morte à Marseille le 1er décembre 2018 des suites d’un tir de gre­nade lacry­mo­gène en plein visage —, le ministre répond : « Je ne vou­drais pas qu’on laisse pen­ser que les forces de l’ordre ont tué Zineb Redouane, parce que c’est faux. Elle est morte d’un choc opé­ra­toire après […] avoir, semble-t-il, reçu une bombe lacry­mo­gène qui avait été envoyée, qui arri­vait sur son bal­con. » Puis il conclut : « Il faut arrê­ter de par­ler des vio­lences poli­cières. » À Marseille, nous ren­con­trons sa fille, Milfet Redouane. Avec d’autres, elle se bat pour que toute la lumière soit faite sur le décès de sa mère, qui fer­mait les volets de sa fenêtre pour se pré­ser­ver des gaz que la police répan­dait sur les habi­tants, rejoints par des gilets jaunes et des syn­di­ca­listes, révol­tés par la mort de huit per­sonnes dans l’écroulement de deux immeubles de la rue d’Aubagne.


Vous étiez au télé­phone avec votre mère lorsqu’elle a reçu la gre­nade en plein visage…

J’ai assis­té en direct à tout ça. On se par­lait, on riait ensemble au télé­phone ; elle m’a dit : « Attends, je vais fer­mer les fenêtres, il y a trop de gaz. » En ten­dant sa main vers la fenêtre, elle a croi­sé le regard de deux poli­ciers armés — ça, elle me l’a racon­té après. Et un d’eux a tiré vers elle. Le tir l’a atteint en plein visage, la gre­nade a explo­sé, ça l’a défi­gu­rée et fait sai­gner abon­dam­ment. Par voie de consé­quence, ça a cau­sé sa mort. Elle a vu le poli­cier par­tir avec son col­lègue. Moi, j’étais au télé­phone sans pou­voir rien faire, sans pou­voir lui por­ter secours. J’ai enten­du ses cris… Heureusement, son amie Imen a pu l’aider par télé­phone en appe­lant les pom­piers, et la voi­sine est mon­tée. Les pom­piers ne sont pas inter­ve­nus tout de suite à cause de la mani­fes­ta­tion — il a fal­lu les rap­pe­ler plu­sieurs fois pour leur dire que ma mère per­dait du sang, que c’était urgent, qu’ils devaient venir à pied. Ils sont arri­vés plus d’une heure après. Imen a atten­du à l’hôpital de la Timone jusque 22 heures, avant qu’on lui per­mette de la voir, des points de suture à la mâchoire, tumé­fiée de par­tout.

Elle par­lait encore ?

« La manière dont elle est décé­dée, tout le silence qui règne autour de cette his­toire, ce n’est pas nor­mal. Ce silence est com­plice à mes yeux. »

Oui. Sans la voir de face, il n’était pas pos­sible, d’après Imen, de s’imaginer la vio­lence reçue : elle avait le visage défor­mé, je l’ai vu en pho­to. Les infir­mières ont expli­qué à Imen qu’ils étaient en attente d’un ver­dict du chi­rur­gien pour une opé­ra­tion. À 4 heures du matin, elle a été trans­fé­rée à l’hôpital de la Conception pour se faire opé­rer. Jusqu’au len­de­main midi, elle était consciente. Imen a par­lé avec le chi­rur­gien, qui lui a expli­qué la néces­si­té de l’opération : il y avait des risques d’étouffement, un dépla­ce­ment de son maxil­laire : son palais était en train de des­cendre. Elle est entrée au bloc à 14 heures. C’est Imen qui m’a appris son décès. Je n’ai pas pu le croire, jusqu’à ce que je la vois mise en cer­cueil… Ta tête n’accepte pas. Elle était consciente jusqu’à la der­nière minute ! Et en colère contre les poli­ciers. Elle se deman­dait quoi faire ! À son amie, elle a dit être capable de recon­naître le visage du tireur. Ma mère avait une très bonne vue. À 80 ans, elle ne por­tait pas de lunettes. Je suis arri­vée en France en février [2019] : je veux vrai­ment savoir la véri­té, mettre la lumière sur le décès de ma mère. Je n’ai rien contre per­sonne, mais je crois que c’est un droit de savoir la véri­té. Son décès m’a cho­qué, je n’arrive tou­jours pas à réa­li­ser. La manière dont elle est décé­dée, tout le silence qui règne autour de cette his­toire, ce n’est pas nor­mal. Ce silence est com­plice à mes yeux.

Comment était-elle, votre mère ?

Elle ne pas­sait pas inaper­çue, tout le monde l’aimait. Elle était très géné­reuse, et pré­sente pour son entou­rage, ses voi­sins. En venant à Marseille, j’ai décou­vert beau­coup de choses que je ne savais pas sur elle, sur ses liens, ses ami­tiés ici. Je ne réa­li­sais pas qu’ici aus­si, en France, elle était res­pec­tée. Ma mère était une per­sonne très aimée, culti­vée. Elle par­lait volon­tiers de poli­tique, de reli­gion, de socié­té. Elle aimait même le foot ! C’était une bonne vivante, elle aimait beau­coup rire. On avait pro­gram­mé beau­coup de choses pour cette année. La façon dont elle est par­tie est anor­male. Elle avait long­temps tra­vaillé ici, avec mon père ; ils étaient arri­vés dans les années 1980, ils avaient tra­vaillé dans des hôtels, des librai­ries. Quand mon père est mort à Marseille, ma mère a géré l’Hôtel Européen plu­sieurs années après. Puis elle a tout ven­du, et loué un appar­te­ment. Elle avait un sta­tut de rési­dente en France et fai­sait des aller-retours entre la France et l’Algérie, pour des soins. Ça fai­sait cinq ans qu’elle habi­tait cette adresse. Elle était reve­nue en France en sep­tembre 2018 pour des ren­dez-vous, et devait ren­trer à Alger le 7 décembre : elle a dû res­ter à cause d’un sou­ci d’électricité à gérer dans sa mai­son.

NnoMan, 29 décembre 2018

Comment êtes vous entrée en contact avec le Collectif du 5 novembre, qui lutte aux côtés des habi­tants délo­gés1Le Collectif du 5 novembre agit dans le but d’interpeller les pou­voirs publics : il orga­nise des ren­contres avec les habitant·e·s et les délogé·e·s de Marseille afin de les infor­mer sur leurs droits, de dénon­cer les vio­lences poli­cières, d’accompagner des démarches juri­diques. Plus d’informations sur le site Internet du Collectif. ?

Quand j’ai créé la page de sou­tien, Flora Carpentier — de Révolution Permanente — m’a contac­tée dès le pre­mier jour. Ils ont été les pre­miers à par­ler du sujet sur leur page. Elle m’a beau­coup aidée et m’a pré­sen­tée à des per­sonnes du col­lec­tif à Marseille, qui nous sou­tiennent aujourd’hui incon­di­tion­nel­le­ment dans ce com­bat. Nous avons aus­si eu beau­coup de sou­tien de gilets jaunes et de per­sonnes muti­lées pen­dant les mani­fes­ta­tions. J’étais très émue à la Bourse du Travail de Paris2Le 9 avril 2019..

Un « com­bat », c’est désor­mais le mot…

Je com­mence à réa­li­ser que ça va être un long che­min, pas facile. Il va fal­loir avoir du cou­rage et de la force. Elle me manque : j’essaie de tenir, mais par­fois je flanche.

Qu’espérez-vous, vous et ceux qui vous épaulent ?

« Si un citoyen fran­çais était tou­ché de la même façon, et mort en Algérie dans le cadre d’une mani­fes­ta­tion, il y aurait des réac­tions ! »

Nous vou­lons la recon­nais­sance du crime qui a eu lieu. Il est indigne de par­ler de la « san­té fra­gile3Le Procureur de Marseille avait décla­ré que Zineb Redouane avait été « vic­time d’un arrêt car­diaque sur la table d’opération », et que « le décès [résul­tait] d’un choc opé­ra­toire et non d’un choc facial ». Aussi, il avait fait état de la « san­té fra­gile » de l’octogénaire. » de ma mère. Bavure ou tir volon­taire : ce doit être recon­nu. Ma mère a croi­sé le regard de celui qui a tiré, je le redis. Je ne vais pas la démen­tir. Elle n’avait aucun inté­rêt à men­tir.

Santé ou non, ce n’est pas la ques­tion : la police doit être la seule à assu­mer sa mort.

C’est en effet une affaire de res­pon­sa­bi­li­té à assu­mer. Il faut des démen­tis, de la lumière sur tout ça. On n’a reçu aucune excuse de per­sonne. Aucunes condo­léances pour une citoyenne de natio­na­li­té algé­rienne rési­dente à Marseille, qui a tra­vaillé presque 40 ans ici en payant ses impôts… Si un citoyen fran­çais était tou­ché de la même façon, et mort en Algérie dans le cadre d’une mani­fes­ta­tion, il y aurait des réac­tions ! L’Europe exi­ge­rait des excuses, comme le Maroc a dû le faire dans le cadre de la mort de deux jeunes Européennes sur son sol !4Louisa Vesterager Jespersen, une étu­diante danoise de 24 ans, et Maren Ueland, une Norvégienne de 28 ans, ont été retrou­vées mortes, assas­si­nées par des mili­tants de Daech, le 17 décembre 2018 : elles séjour­naient en vacances au Maroc. Ma mère était quelqu’un, elle avait une place dans la socié­té. Comment fer­mer les yeux ? Elle n’était pas dans la mani­fes­ta­tion mais chez elle. Personne n’a cher­ché à savoir ce qui était arri­vé à cette dame. Mais les condo­léances, nous les avons reçues de mil­liers de Français, de toutes les régions du pays : des mes­sages, des témoi­gnages.

La mort de votre mère s’inscrit, en plus, en pleine répres­sion du mou­ve­ment des gilets jaunes. On ne compte plus les bles­sés, les ébor­gnés, les muti­lés…

En Algérie, les répres­sions poli­cières existent depuis des années, mais c’est peut-être la pre­mière fois que ça se passe ain­si, en France… Il n’y a aucune sagesse, aucune digni­té dans les décla­ra­tions qui sortent de la bouche des res­pon­sables. Ils n’ont aucune empa­thie, aucune honte. Ils conti­nuent de dire que la police ne touche per­sonne. Quand j’entends ça, j’ai envie de mon­ter sur la tour Eiffel et de lui dire : Castaner, ma mère est morte à cause de vos armes ! Vous faites sem­blant !

Photo du Comité Vérité, jus­tice et digni­té pour Zineb Redouane

Vous avez fait le choix de chan­ger d’avocat. Quelle tour­nure prend l’enquête, avec Yacine Bouzrou5Yacine Bouzrou est éga­le­ment l’avocat de la famille Traoré. à vos côtés ?

On a com­men­cé par démen­tir les pre­mières décla­ra­tions du pro­cu­reur, affir­mant que la mort de ma mère n’avait aucun lien avec le tir reçu au visage. L’avocate pré­cé­dente n’avait rien fait : aucune plainte n’avait été dépo­sée, aucune enquête enga­gée. Je l’ai su par le juge. Le corps de ma mère autop­sié a été lais­sé pen­dant 22 jours à la morgue, sans aucun motif, sans for­mu­ler de demande de rapa­trie­ment. Si je n’avais pas fait une demande par lettre, elle y serait encore. L’autopsie avait été faite. C’est une négli­gence de notre ancienne avo­cate. J’ai bon espoir en ce chan­ge­ment d’avocat. Je vou­drais que l’histoire de ma mère per­mette de faire avan­cer l’interdiction de l’usage de ces armes. Quand on se ren­seigne, on voit que ce sont des armes vrai­ment dan­ge­reuses. Les uti­li­ser sur des per­sonnes qui mani­festent sans rien dans leurs mains… D’autres habi­tants ont vu les poli­ciers tirer sur les façades, alors que le tir doit nor­ma­le­ment for­mer une cloche6Les gre­nades lacry­mo­gènes doivent être tirées « en cloche », c’est-à-dire en tirant vers le haut pour que les pro­jec­tiles se dis­persent avant de retom­ber au sol ; ceci en oppo­si­tion au « tir ten­du »., ne pas viser les habi­ta­tions ! Ils n’ont pas le droit de tirer vers les façades et les fenêtres. Ce n’était pas un hasard.

Une der­nière chose à dire ?

L’histoire de ma mère n’est pas com­pli­quée, elle est même très claire. Celui qui veut vrai­ment le voir a juste à ouvrir les yeux. On va essayer de les ouvrir à ceux qui les ferment.


Photographie de ban­nière : NnoMan
Photographie de vignette : Les Squales


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec le col­lec­tif Désarmons-les : « 2018, année de la muti­la­tion », jan­vier 2019
☰ Lire notre car­net : « Gilets jaunes : car­net d’un sou­lè­ve­ment », décembre 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Violences poli­cières, un élu raconte », décembre 2018
☰ Voir notre port­fo­lio : « Jaune rage », novembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Issa Bidard : « Un jeune de Neuilly ne va jamais cou­rir s’il est contrô­lé », mars 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Mathieu Rigouste : « Les vio­lences de la police n’ont rien d’accidentel », février 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Assa Traoré : « Allions nos forces », décembre 2016

NOTES   [ + ]

1.Le Collectif du 5 novembre agit dans le but d’interpeller les pou­voirs publics : il orga­nise des ren­contres avec les habitant·e·s et les délogé·e·s de Marseille afin de les infor­mer sur leurs droits, de dénon­cer les vio­lences poli­cières, d’accompagner des démarches juri­diques. Plus d’informations sur le site Internet du Collectif.
2.Le 9 avril 2019.
3.Le Procureur de Marseille avait décla­ré que Zineb Redouane avait été « vic­time d’un arrêt car­diaque sur la table d’opération », et que « le décès [résul­tait] d’un choc opé­ra­toire et non d’un choc facial ». Aussi, il avait fait état de la « san­té fra­gile » de l’octogénaire.
4.Louisa Vesterager Jespersen, une étu­diante danoise de 24 ans, et Maren Ueland, une Norvégienne de 28 ans, ont été retrou­vées mortes, assas­si­nées par des mili­tants de Daech, le 17 décembre 2018 : elles séjour­naient en vacances au Maroc.
5.Yacine Bouzrou est éga­le­ment l’avocat de la famille Traoré.
6.Les gre­nades lacry­mo­gènes doivent être tirées « en cloche », c’est-à-dire en tirant vers le haut pour que les pro­jec­tiles se dis­persent avant de retom­ber au sol ; ceci en oppo­si­tion au « tir ten­du ».
Sur le même sujet :
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.