« Castaner, ma mère est morte à cause de vos armes ! »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Yeux cre­vés, mains arra­chées, jour­na­listes matra­qués : c’est le bilan, en à peine deux ans, d’un pré­sident élu pour « faire bar­rage à l’ex­trême droite ». Et quand le pou­voir ne cogne pas, il ment. Il ment par la voix de son ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. Lorsqu’un audi­teur l’in­ter­pelle un jour de mars 2019, sur France Inter, et lui demande ce qu’il en est de Zineb Redouane — morte à Marseille le 1er décembre 2018 des suites d’un tir de gre­nade lacry­mo­gène en plein visage —, le ministre répond : « Je ne vou­drais pas qu’on laisse pen­ser que les forces de l’ordre ont tué Zineb Redouane, parce que c’est faux. Elle est morte d’un choc opé­ra­toire après […] avoir, semble-t-il, reçu une bombe lacry­mo­gène qui avait été envoyée et qui est arri­vée sur son bal­con. » Puis il conclut : « Il faut arrê­ter de par­ler des vio­lences poli­cières. » À Marseille, nous ren­con­trons sa fille, Milfet Redouane. Avec d’autres, elle se bat pour que toute la lumière soit faite sur le décès de sa mère, qui fer­mait les volets de sa fenêtre pour se pré­ser­ver des gaz que la police répan­dait sur les habi­tants, rejoints par des gilets jaunes et des syn­di­ca­listes, révol­tés par la mort de huit per­sonnes dans l’é­crou­le­ment de deux immeubles de la rue d’Aubagne.


Vous étiez au télé­phone avec votre mère lors­qu’elle a reçu la gre­nade en plein visage…

J’ai assis­té en direct à tout ça. On se par­lait, on riait ensemble au télé­phone ; elle m’a dit : « Attends, je vais fer­mer les fenêtres, il y a trop de gaz. » En ten­dant sa main vers la fenêtre, elle a croi­sé le regard de deux poli­ciers armés — ça, elle me l’a racon­té après. Et un d’eux a tiré vers elle. Le tir l’a atteint en plein visage, la gre­nade a explo­sé, ça l’a défi­gu­rée et fait sai­gner abon­dam­ment. Par voie de consé­quence, ça a cau­sé sa mort. Elle a vu le poli­cier par­tir avec son col­lègue. Moi, j’étais au télé­phone sans pou­voir rien faire, sans pou­voir lui por­ter secours. J’ai enten­du ses cris… Heureusement, son amie Imen a pu l’ai­der par télé­phone en appe­lant les pom­piers, et la voi­sine est mon­tée. Les pom­piers ne sont pas inter­ve­nus tout de suite à cause de la mani­fes­ta­tion — il a fal­lu les rap­pe­ler plu­sieurs fois pour leur dire que ma mère per­dait du sang, que c’était urgent, qu’ils devaient venir à pied. Ils sont arri­vés plus d’une heure après. Imen a atten­du à l’hô­pi­tal de la Timone jusque 22 heures, avant qu’on lui per­mette de la voir, des points de suture à la mâchoire, tumé­fiée de partout.

Elle par­lait encore ?

« La manière dont elle est décé­dée, tout le silence qui règne autour de cette his­toire, ce n’est pas nor­mal. Ce silence est com­plice à mes yeux. »

Oui. Sans la voir de face, il n’é­tait pas pos­sible, d’a­près Imen, de s’i­ma­gi­ner la vio­lence reçue : elle avait le visage défor­mé, je l’ai vu en pho­to. Les infir­mières ont expli­qué à Imen qu’ils étaient en attente d’un ver­dict du chi­rur­gien pour une opé­ra­tion. À 4 heures du matin, elle a été trans­fé­rée à l’hôpital de la Conception pour se faire opé­rer. Jusqu’au len­de­main midi, elle était consciente. Imen a par­lé avec le chi­rur­gien, qui lui a expli­qué la néces­si­té de l’o­pé­ra­tion : il y avait des risques d’é­touf­fe­ment, un dépla­ce­ment de son maxil­laire : son palais était en train de des­cendre. Elle est entrée au bloc à 14 heures. C’est Imen qui m’a appris son décès. Je n’ai pas pu le croire, jusqu’à ce que je la vois mise en cer­cueil… Ta tête n’accepte pas. Elle était consciente jusqu’à la der­nière minute ! Et en colère contre les poli­ciers. Elle se deman­dait quoi faire ! À son amie, elle a dit être capable de recon­naître le visage du tireur. Ma mère avait une très bonne vue. À 80 ans, elle ne por­tait pas de lunettes. Je suis arri­vée en France en février [2019] : je veux vrai­ment savoir la véri­té, mettre la lumière sur le décès de ma mère. Je n’ai rien contre per­sonne, mais je crois que c’est un droit de savoir la véri­té. Son décès m’a cho­qué, je n’arrive tou­jours pas à réa­li­ser. La manière dont elle est décé­dée, tout le silence qui règne autour de cette his­toire, ce n’est pas nor­mal. Ce silence est com­plice à mes yeux.

Comment était-elle, votre mère ?

Elle ne pas­sait pas inaper­çue, tout le monde l’aimait. Elle était très géné­reuse, et pré­sente pour son entou­rage, ses voi­sins. En venant à Marseille, j’ai décou­vert beau­coup de choses que je ne savais pas sur elle, sur ses liens, ses ami­tiés ici. Je ne réa­li­sais pas qu’ici aus­si, en France, elle était res­pec­tée. Ma mère était une per­sonne très aimée, culti­vée. Elle par­lait volon­tiers de poli­tique, de reli­gion, de socié­té. Elle aimait même le foot ! C’était une bonne vivante, elle aimait beau­coup rire. On avait pro­gram­mé beau­coup de choses pour cette année. La façon dont elle est par­tie est anor­male. Elle avait long­temps tra­vaillé ici, avec mon père ; ils étaient arri­vés dans les années 1980, ils avaient tra­vaillé dans des hôtels, des librai­ries. Quand mon père est mort à Marseille, ma mère a géré l’Hôtel Européen plu­sieurs années après. Puis elle a tout ven­du, et loué un appar­te­ment. Elle avait un sta­tut de rési­dente en France et fai­sait des aller-retours entre la France et l’Algérie, pour des soins. Ça fai­sait cinq ans qu’elle habi­tait cette adresse. Elle était reve­nue en France en sep­tembre 2018 pour des ren­dez-vous, et devait ren­trer à Alger le 7 décembre : elle a dû res­ter à cause d’un sou­ci d’électricité à gérer dans sa maison.

NnoMan, 29 décembre 2018

Comment êtes vous entrée en contact avec le Collectif du 5 novembre, qui lutte aux côtés des habi­tants délo­gés1 ?

Quand j’ai créé la page de sou­tien, Flora Carpentier — de Révolution Permanente — m’a contac­tée dès le pre­mier jour. Ils ont été les pre­miers à par­ler du sujet sur leur page. Elle m’a beau­coup aidée et m’a pré­sen­tée à des per­sonnes du col­lec­tif à Marseille, qui nous sou­tiennent aujourd’­hui incon­di­tion­nel­le­ment dans ce com­bat. Nous avons aus­si eu beau­coup de sou­tien de gilets jaunes et de per­sonnes muti­lées pen­dant les mani­fes­ta­tions. J’étais très émue à la Bourse du Travail de Paris2.

Un « com­bat », c’est désor­mais le mot…

Je com­mence à réa­li­ser que ça va être un long che­min, pas facile. Il va fal­loir avoir du cou­rage et de la force. Elle me manque : j’essaie de tenir, mais par­fois je flanche.

Qu’espérez-vous, vous et ceux qui vous épaulent ?

« Si un citoyen fran­çais était tou­ché de la même façon, et mort en Algérie dans le cadre d’une mani­fes­ta­tion, il y aurait des réactions ! »

Nous vou­lons la recon­nais­sance du crime qui a eu lieu. Il est indigne de par­ler de la « san­té fra­gile3 » de ma mère. Bavure ou tir volon­taire : ce doit être recon­nu. Ma mère a croi­sé le regard de celui qui a tiré, je le redis. Je ne vais pas la démen­tir. Elle n’avait aucun inté­rêt à mentir.

Santé ou non, ce n’est pas la ques­tion : la police doit être la seule à assu­mer sa mort.

C’est en effet une affaire de res­pon­sa­bi­li­té à assu­mer. Il faut des démen­tis, de la lumière sur tout ça. On n’a reçu aucune excuse de per­sonne. Aucunes condo­léances pour une citoyenne de natio­na­li­té algé­rienne rési­dente à Marseille, qui a tra­vaillé presque 40 ans ici en payant ses impôts… Si un citoyen fran­çais était tou­ché de la même façon, et mort en Algérie dans le cadre d’une mani­fes­ta­tion, il y aurait des réac­tions ! L’Europe exi­ge­rait des excuses, comme le Maroc a dû le faire dans le cadre de la mort de deux jeunes Européennes sur son sol !4 Ma mère était quel­qu’un, elle avait une place dans la socié­té. Comment fer­mer les yeux ? Elle n’était pas dans la mani­fes­ta­tion mais chez elle. Personne n’a cher­ché à savoir ce qui était arri­vé à cette dame. Mais les condo­léances, nous les avons reçues de mil­liers de Français, de toutes les régions du pays : des mes­sages, des témoignages.

La mort de votre mère s’ins­crit, en plus, en pleine répres­sion du mou­ve­ment des gilets jaunes. On ne compte plus les bles­sés, les ébor­gnés, les mutilés…

En Algérie, les répres­sions poli­cières existent depuis des années, mais c’est peut-être la pre­mière fois que ça se passe ain­si, en France… Il n’y a aucune sagesse, aucune digni­té dans les décla­ra­tions qui sortent de la bouche des res­pon­sables. Ils n’ont aucune empa­thie, aucune honte. Ils conti­nuent de dire que la police ne touche per­sonne. Quand j’entends ça, j’ai envie de mon­ter sur la tour Eiffel et de lui dire : Castaner, ma mère est morte à cause de vos armes ! Vous faites semblant !

Photo du Comité Vérité, justice et dignité pour Zineb Redouane

Vous avez fait le choix de chan­ger d’a­vo­cat. Quelle tour­nure prend l’enquête, avec Yacine Bouzrou5 à vos côtés ?

On a com­men­cé par démen­tir les pre­mières décla­ra­tions du pro­cu­reur, affir­mant que la mort de ma mère n’a­vait aucun lien avec le tir reçu au visage. L’avocate pré­cé­dente n’a­vait rien fait : aucune plainte n’avait été dépo­sée, aucune enquête enga­gée. Je l’ai su par le juge. Le corps de ma mère autop­sié a été lais­sé pen­dant 22 jours à la morgue, sans aucun motif, sans for­mu­ler de demande de rapa­trie­ment. Si je n’avais pas fait une demande par lettre, elle y serait encore. L’autopsie avait été faite. C’est une négli­gence de notre ancienne avo­cate. J’ai bon espoir en ce chan­ge­ment d’a­vo­cat. Je vou­drais que l’histoire de ma mère per­mette de faire avan­cer l’interdiction de l’usage de ces armes. Quand on se ren­seigne, on voit que ce sont des armes vrai­ment dan­ge­reuses. Les uti­li­ser sur des per­sonnes qui mani­festent sans rien dans leurs mains… D’autres habi­tants ont vu les poli­ciers tirer sur les façades, alors que le tir doit nor­ma­le­ment for­mer une cloche6, ne pas viser les habi­ta­tions ! Ils n’ont pas le droit de tirer vers les façades et les fenêtres. Ce n’était pas un hasard.

Une der­nière chose à dire ?

L’histoire de ma mère n’est pas com­pli­quée, elle est même très claire. Celui qui veut vrai­ment le voir a juste à ouvrir les yeux. On va essayer de les ouvrir à ceux qui les ferment.


Photographie de ban­nière : NnoMan
Photographie de vignette : Les Squales


  1. Le Collectif du 5 novembre agit dans le but d’in­ter­pel­ler les pou­voirs publics : il orga­nise des ren­contres avec les habitant·e·s et les délogé·e·s de Marseille afin de les infor­mer sur leurs droits, de dénon­cer les vio­lences poli­cières, d’ac­com­pa­gner des démarches juri­diques. Plus d’in­for­ma­tions sur le site Internet du Collectif.
  2. Le 9 avril 2019.
  3. Le Procureur de Marseille avait décla­ré que Zineb Redouane avait été « vic­time d’un arrêt car­diaque sur la table d’opération », et que « le décès [résul­tait] d’un choc opé­ra­toire et non d’un choc facial ». Aussi, il avait fait état de la « san­té fra­gile » de l’oc­to­gé­naire.
  4. Louisa Vesterager Jespersen, une étu­diante danoise de 24 ans, et Maren Ueland, une Norvégienne de 28 ans, ont été retrou­vées mortes, assas­si­nées par des mili­tants de Daech, le 17 décembre 2018 : elles séjour­naient en vacances au Maroc.
  5. Yacine Bouzrou est éga­le­ment l’a­vo­cat de la famille Traoré.
  6. Les gre­nades lacry­mo­gènes doivent être tirées « en cloche », c’est-à-dire en tirant vers le haut pour que les pro­jec­tiles se dis­persent avant de retom­ber au sol ; ceci en oppo­si­tion au « tir ten­du ».

REBONDS

☰ Lire notre entretien avec le collectif Désarmons-les : « 2018, année de la mutilation », janvier 2019
☰ Lire notre carnet : « Gilets jaunes : carnet d’un soulèvement », décembre 2018
☰ Lire notre témoignage « Violences policières, un élu raconte », décembre 2018
☰ Voir notre portfolio : « Jaune rage », novembre 2018
☰ Lire notre entretien avec Issa Bidard : « Un jeune de Neuilly ne va jamais courir s’il est contrôlé », mars 2017
☰ Lire notre entretien avec Mathieu Rigouste : « Les violences de la police n’ont rien d’accidentel », février 2017
☰ Lire notre entretien avec Assa Traoré : « Allions nos forces », décembre 2016

Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.