Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Cartouches (69)


La Saint-Barthélemy revue et cor­ri­gée, les ani­maux et l’an­thro­po­lo­gie, la construc­tion d’un pont, la phi­lo­so­phie depuis la Chine, des révoltes pay­sannes, la pro­prié­té requa­li­fiée, une vie à l’a­bri d’un phare, la France en cartes et en gra­phiques, les vies ardentes de trois peintres, des témoi­gnages ouvriers : nos chro­niques du mois d’octobre.


Tous ceux qui tombent — Visages du mas­sacre de la Saint-Barthélemy, de Jérémie Foa

Détournant le regard des intrigues et des res­pon­sa­bi­li­tés au som­met de l’État monar­chique, Jérémie Foa mène une enquête minu­tieuse dans les archives pour retrou­ver les traces, par­fois infimes, de ces vies minus­cules qui com­posent le tableau des mas­sacres, afin de pro­po­ser une his­toire « par le bas » de la Saint-Barthélemy. Redonner un visage aux acteurs des tue­ries met à mal l’image d’un mas­sacre per­pé­tré par une foule déchaî­née. Les meneurs sont pour la plu­part de « bons bour­geois » appar­te­nant à des groupes sou­dés par des ami­tiés anciennes, des affi­lia­tions com­munes au sein de la milice et de confré­ries reli­gieuses, ain­si que par des années de par­ti­ci­pa­tion active aux exac­tions com­mises à l’encontre des protestant·es. Établir les res­pon­sa­bi­li­tés, ce n’est pas réfu­ter la dimen­sion col­lec­tive du mas­sacre, mais refu­ser l’idée d’un déchaî­ne­ment de vio­lence ano­nyme frap­pant aveu­glé­ment. La Saint-Barthélemy est « un crime des inter­con­nais­sances ». Les tueurs sont les voi­sins des vic­times, et de longues années de per­sé­cu­tions et d’identification des protestant·es ont per­mis de connaître des visages, de dres­ser des listes, qui seront déci­sives au moment des mas­sacres : on ne tue pas au hasard. Foa montre ain­si que, sans avoir été pré­mé­di­tés, les mas­sacres sont le fruit d’une longue pré­pa­ra­tion des corps et des esprits. L’événement sur­git sur fond d’une décen­nie de vio­lences. Nommer les res­pon­sables donc, mais aus­si et peut-être avant tout retrou­ver le nom des mort·es, de celles et ceux qui ont sur­vé­cu, de celles et ceux qui par un geste ou une parole ont aidé à sous­traire un·e voisin·e au pogrom. En pro­po­sant une micro­his­toire de la Saint-Barthélemy, en s’acharnant à retrou­ver des bribes de vies oubliées et en les arra­chant à l’anonymat du mas­sacre, l’au­teur assume une dimen­sion répa­ra­trice de l’histoire. Un livre remar­quable qui fait écho aux tra­vaux d’Hélène Dumas sur le géno­cide des Tutsi ou aux réflexions de Christopher Browning sur les méca­nismes par les­quels des hommes ordi­naires deviennent des meur­triers de masse pen­dant la Shoah. [B.G.]

La Découverte, 2021

Machiavel chez les babouins, de Tim Ingold

« Pourquoi les anthro­po­logues, plus que toute autre caté­go­rie d’êtres humains, finissent-ils tou­jours par s’in­té­res­ser davan­tage aux ani­maux qu’à leurs congé­nères ? » La ques­tion aurait eu de quoi sur­prendre voi­ci vingt ans, tant on s’é­tait échi­né jus­qu’a­lors à défi­nir le social comme l’a­pa­nage de l’es­pèce humaine et son étude le pré car­ré de l’an­thro­po­lo­gie. Aujourd’hui, alors que les ani­maux sont entrés de plain-pied dans les sciences sociales, la ques­tion n’é­tonne plus guère. Mais est-elle seule­ment bien for­mu­lée ? Depuis ses pre­miers ter­rains auprès d’é­le­veurs de rennes en Finlande jus­qu’aux syn­thèses qu’ap­pellent les fins de car­rière uni­ver­si­taire, Tim Ingold n’a ces­sé de faire varier les termes pour rejouer la ques­tion. Par exemple : « Pourquoi pen­ser que les rela­tions sociales sont limi­tées à des indi­vi­dus de la même espèce ? » À la jonc­tion de la bio­lo­gie, de l’é­co­lo­gie et des sciences sociales, l’an­thro­po­logue tente d’é­la­bo­rer une méthode com­mune qui ne résu­me­rait pas humains et non-humains à des êtres mus par leurs inté­rêts, en quête des stra­té­gies les plus effi­caces pour sur­vivre, ni n’en ferait des agents sociaux iden­tiques, capables seule­ment de nouer des liens entre sem­blables. Si l’on recon­naît que la vie est un tis­su tou­jours remis sur le métier, où s’en­tre­mêlent des indi­vi­dus et des col­lec­tifs, quelle que soit leur espèce, la notion même d’es­pèce pour­rait bien se révé­ler caduque. C’est, du moins, ce qu’en­vi­sage Ingold dans le der­nier texte de ce recueil ras­sem­blant des contri­bu­tions sur près de trente années. S’il conclut en défi­nis­sant ce que serait une « anthro­po­lo­gie au-delà de l’hu­main », c’est toute l’an­thro­po­lo­gie qu’il embarque conco­mi­tam­ment, en tant qu’elle « ne se défi­nit pas par son objet, comme si l’on met­tait en lumière les humains en lais­sant tout le reste dans l’ombre, mais par sa méthode de tra­vail qui consiste à apprendre des choses en par­ti­ci­pant à la vie d’autres per­sonnes ». [R.B.]

Asinamali, 2021

Naissance d’un pont, de Maylis de Kerangal

Au com­men­ce­ment était une plaine de Russie : une mine de dia­mants, des trous à forer dans la terre. Puis ce fut le tour de chan­tiers comme en cha­pe­let, les uns à la suite des autres et tout cela qui recom­mence quand les perles ont toutes été égrai­nées. La corde qui retient les perles est un homme au nom étrange : Georges Diderot. Il fait des tra­vaux par­tout dans le monde et, paraît-il, il les fait très bien. À tel point que c’est à lui qu’on a deman­dé de diri­ger ceux d’un pont qu’on pro­jette de faire à Coca, ville dont il n’a jamais enten­du par­ler — mais il s’en fiche : le béton et la tôle, voi­là ce qui l’oc­cupe. Il s’en tient « au ras du ter­rain, à la culotte des choses » et laisse le reste à d’autres. Les autres, ce sont celles et ceux embar­qués avec lui dans un ouvrage colos­sal, depuis l’ar­chi­tecte jus­qu’au sou­deur qui scel­le­ra la der­nière plaque ; ce sont des poli­ti­ciens véreux, for­cé­ment, et for­cé­ment sai­sis d’une ambi­tion à la hau­teur des construc­tions qu’ils pro­jettent — celles-là déme­su­rées, clin­quantes, criardes. En contant la Naissance d’un pont, Maylis de Kerangal se penche sur la mon­dia­li­sa­tion de la main‑d’œuvre, qu’elle soit à bord d’une grue, au chaud dans un pré­fa­bri­qué ou à cali­four­chon sur une poutre métal­lique. Se des­sine, aus­si, la fabrique de villes en concur­rence, quelles que soient leur taille et leur inser­tion dans le tis­su mon­dial — elles veulent toutes en être, faire le jeu du capi­tal à l’é­chelle de la pla­nète. Pour Coca, ce serait l’af­faire d’un pont. Un simple pont, et la ville s’en trou­ve­rait chan­gée. Elle le sera pour sûr, mais pour la finance comme pour les natifs du pays qui vivent sur les rives du fleuve bien­tôt enjam­bé, pour les inves­tis­seurs comme pour la forêt proche dans laquelle on pro­jette de construire une auto­route. Pour cer­tains, une manne ; pour les gru­tiers, manu­ten­tion­naires ou conduc­trices d’en­gins, un emploi sup­plé­men­taire avant un autre, à l’autre bout du pays. Un pont ou un fos­sé qu’on ne cesse de creu­ser. [E.M.]

Folio, 2011

Penser d’un dehors (la Chine), de François Jullien et Thierry Marchaisse

François Jullien fait par­tie de ces rares sino­logues ani­més d’une ambi­tion réso­lu­ment phi­lo­so­phique, à l’écart de toute spé­cia­li­sa­tion léni­fiante dans l’étude de tel auteur ou telle période de l’histoire chi­noise. Car si nous devions tirer un ensei­gne­ment de la lec­ture de l’œuvre de Jullien, par-delà toutes ses failles ren­dues inévi­tables par la déme­sure du pro­jet ini­tial — reve­nir « en amont de la phi­lo­so­phie » —, c’est que la sino­lo­gie, si elle veut se consti­tuer en dis­ci­pline rigou­reuse, ne peut se pas­ser de l’élaboration de ques­tions. Dans ce livre d’entretiens qui a déjà plus de vingt ans, Jullien explique donc sa démarche, ou plu­tôt sa « stra­té­gie » sino­lo­gique. Il revient sur son iti­né­raire intel­lec­tuel et répond aux nom­breuses objec­tions de ses col­lègues sino­logues. Au cours de ce long dia­logue, qui consti­tue para­doxa­le­ment l’un de ses ouvrages les plus volu­mi­neux, Jullien ne cesse de répé­ter que la sino­lo­gie occi­den­tale doit tirer pro­fit de son exté­rio­ri­té vis-à-vis de la tra­di­tion de pen­sée chi­noise, afin de réin­ter­ro­ger l’impensé qui gît au cœur de notre propre tra­di­tion phi­lo­so­phique. L’opération pour­ra sem­bler arti­fi­cielle, mais l’artifice théo­rique est assu­mé : comme la « pen­sée chi­noise » et la « phi­lo­so­phie occi­den­tale » se sont long­temps igno­rées, et sont en ce sens non pas « dif­fé­rentes » mais « indif­fé­rentes », le dia­logue doit néces­sai­re­ment être construit et résul­ter de ce que Jullien nomme un tra­vail de « mon­tage ». Ainsi, c’est en retour la tra­di­tion phi­lo­so­phique elle-même qui, abor­dée depuis l’extérieur, peut être décou­verte, mise à nue dans ses par­tis-pris et son étran­ge­té. L’entreprise est certes périlleuse et dépasse les moyens d’un seul homme, tant les deux bords sont mas­sifs, et l’on peut par­fois à bon droit dou­ter de la pré­ci­sion des oppo­si­tions concep­tuelles qui découlent des ana­lyses de Jullien. Mais il faut au moins lui recon­naître un talent de lec­teur, notam­ment des textes chi­nois, et une cer­taine capa­ci­té à ren­con­trer des ques­tions et à for­mu­ler des ana­lyses locales ingé­nieuses, notam­ment sur le maoïsme et les stra­té­gies du sens en Chine. [A.C.]

Seuil, 2000

La Guerre des pauvres, d’Éric Vuillard

On a dit que la Jacquerie, la grande, la pre­mière, ce fut celle de Jacques Bonhomme — c’est-à-dire celle de tout le monde. Puis le terme s’im­po­sa et on le res­sort depuis régu­liè­re­ment pour par­ler d’un sou­lè­ve­ment lors­qu’on ne sait trop quoi en dire. Dans toute l’Europe, avant et après le XIVe siècle, des reli­gieux réfor­més déci­dèrent peu ou prou de suivre l’exemple de Jacques, le verbe et l’é­ru­di­tion en plus. Ce furent Wat Tyler, John Ball, Jack Cade qui mirent bout à bout des ver­sets de la Bible où il était dit qu’on pou­vait défaire les puis­sants de leur richesse, pour les par­ta­ger ensuite. Ce fut, aus­si, John Wyclif dont on exhu­ma le cadavre pour lui brû­ler les os, qua­rante ans après sa mort et Jan Hus, le pré­di­ca­teur de Bohême qu’on brû­la éga­le­ment après qu’il eût prê­ché la déso­béis­sance. Ce fut, enfin, Thomas Müntzer. Lui, « sa pre­mière guerre est d’é­cri­ture », la deuxième ora­toire et la troi­sième — la der­nière — avec des armes plus maté­rielles : « les faux, les palis, les pieux, les lances ». C’est la vie de ce der­nier que relate Éric Vuillard en une soixan­taine de pages aux mots vifs. Les mots ou cette « autre convul­sion des choses », voi­ci un objet par quoi le pou­voir s’ex­prime et par­fois se gagne. Thomas Müntzer a essayé et la vic­toire ne fut pas loin. Il a essayé en chan­geant la langue de la messe et son voca­bu­laire : « Dans l’é­glise d’Allstedt, Dieu parle alle­mand. » Il a essayé, aus­si, en chan­geant de paroisse, en prê­chant auprès des pauvres quand les évêques coif­fés de mitres pré­fé­raient les bour­geois et les princes. Il a essayé, enfin, en jurant que les humains étaient égaux devant la vie, sur terre aus­si bien qu’au ciel — alors à quoi bon attendre. Ainsi, « à la place du bon peuple de Dieu […] Müntzer en intro­duit un autre, plus enva­his­sant, plus tumul­tueux, un peuple pour de vrai, les pauvres laïcs et pay­sans ». [E.M.]

Actes Sud, 2019

La Propriété de la terre, de Sarah Vanuxem

Qui ne connaît du droit que quelques grands prin­cipes défi­ni­rait la pro­prié­té comme un acca­pa­re­ment mar­qué par son carac­tère exclu­sif et abso­lu d’un mor­ceau de conti­nent, d’une œuvre, d’une inven­tion ou d’un objet. Par de savants détours his­to­riques, Sarah Vanuxem nous apprend qu’il n’en est rien et dévoile une réa­li­té plus com­plexe et conflic­tuelle. La pro­prié­té peut ain­si deve­nir une res­source dès lors qu’elle se trouve défi­nie « au regard des usages auto­ri­sant l’ap­pro­pria­tion de et à la terre ». Car, rap­pelle-t-elle, la pro­prié­té est réci­proque : le milieu acquis s’empare de l’ac­qué­reur, se trans­forme et s’a­dapte à ce der­nier. La juriste démontre que l’ap­pré­hen­sion contem­po­raine et quo­ti­dienne de la pro­prié­té est récente et, sur­tout, sans cesse amen­dée par des limites posées à la jouis­sance sou­ve­raine d’un bien. L’autrice nous emmène aus­si bien dans le droit romain et médié­val que dans le code napo­léo­nien, dans la juris­pru­dence euro­péenne comme dans les plus récents décrets concer­nant le droit de pro­prié­té. Cette généa­lo­gie n’est pas vaine puis­qu’il s’a­git, ni plus ni moins de « pro­po­ser une figure pro­prié­taire au sou­tien d’une poli­tique éco­lo­gique ». Et, alors, tout change : les choses deviennent des milieux, l’ap­pro­pria­tion est rem­pla­cée par l’ha­bi­ta­tion ou la coha­bi­ta­tion, la nature n’est plus dis­so­ciée du droit mais y retrouve une place de choix. Discutant la théo­rie clas­sique et la théo­rie renou­ve­lée du droit, l’au­trice offre des outils juri­diques à la valo­ri­sa­tion des rela­tions entre les humains et leurs ter­ri­toires, entre les humains et les non-humains, dans la pen­sée poli­tique actuelle. Plutôt que de sin­ger un éco­sys­tème ou une espèce en lui accor­dant une parole humaine, il s’a­gi­rait de recon­naître que la pro­prié­té échoit à un lieu plus qu’à une per­sonne ; que l’u­sage d’un milieu se renou­velle avec l’u­sa­ger, tan­dis que le milieu, lui, garde son inté­gri­té. Le lieu ou le ter­ri­toire, en ce sens, s’ap­par­tien­drait. En fai­sant du juriste un poten­tiel diplo­mate, Sarah Vanuxem ajoute le droit à l’é­ven­tail des dis­ci­plines à mobi­li­ser pour repen­ser les liens entre les humains et la terre qu’ils habitent. [R.B.]

Wildproject, 2018

Un feu sur la mer — Mémoires d’un gar­dien de phare, de Louis Cozan

« Aujourd’hui, alors que j’é­cris ces lignes, ce métier n’existe plus, mais conti­nue d’a­li­men­ter l’i­ma­gi­naire col­lec­tif. » Qu’ils soient clas­sés en tant que monu­ments his­to­riques et abritent des musées, ou qu’ils soient aban­don­nés à la rouille et au temps, les phares fas­cinent. C’est cette fas­ci­na­tion-là qui a conduit Louis Cozan à deve­nir gar­dien, voi­ci plus de cin­quante ans, après avoir été méca­ni­cien dans le ventre de pétro­liers et de paque­bots — une « course insen­sée » où lui ont man­qué « des pay­sages, des rivages, des odeurs, des ren­contres et du temps pour aimer ». Dans ces mémoires, il revient sur les rai­sons qui l’ont pous­sé à reprendre un flam­beau fami­lial qu’il avait d’a­bord refu­sé. S’asseoir en pleine mer, écrit-il en sub­stance, voi­là qui pour­rait fina­le­ment s’a­vé­rer agréable ! Cette mer, c’est celle d’Iroise, la bande d’eau qui sépare la pointe du Finistère et les îles du Ponant, par­mi les­quelles Ouessant et Molène. Un ter­ri­toire où se trouvent les cou­rants par­mi les plus vio­lents d’Europe. Sous la plume de Louis Cozan, on est loin des récits écu­lés exal­tant le dur emploi de gar­dien. « Sa noblesse tient en sa constance rigou­reuse et soli­taire. Si je tiens abso­lu­ment à y trou­ver une gran­deur, je devrai la cher­cher dans le silence de son ano­ny­mat. » Si le bon fonc­tion­ne­ment dépend ain­si de l’ab­sence d’é­vé­ne­ment, ces der­niers sont tou­te­fois nom­breux. Les relèves semblent ne jamais se faire par temps calme ; les tem­pêtes font cla­quer des vagues jus­qu’à recou­vrir la lan­terne ; le fra­cas des lames fait trem­bler les murs au point qu’on craint pour leur tenue. Que ce soit à la Jument, à Kéréon, à Sein, au Stiff ou au Créac’h, l’au­teur a eu à subir les affres de la météo comme l’hu­meur de ses cama­rades, sou­vent dépen­dante de celle-ci. « Travailleurs iso­lés » mais « soli­de­ment reliés au monde » : en somme, des gar­diens à l’i­mage de leurs gîtes. Alors que les auto­mates se sont impo­sés dans les phares, ces mémoires jouent leur rôle de deux manières : comme trace d’une vie à son faîte ; comme trace d’un métier qui semble déjà bien ancien. [R.B.]

Les iliennes, 2019

La France sous nos yeux Économie, pay­sages, nou­veaux modes de vie, de Jérôme Fourquet et Jean-Laurent Cassely

Après L’Archipel fran­çais publié en 2019, Jérôme Fourquet conti­nue son tra­vail d’a­na­lyse des muta­tions pro­fondes qui ont bou­le­ver­sé la France d’a­près les Trente Glorieuses. Quasi dis­pa­ri­tion des agri­cul­teurs, dés­in­dus­tria­li­sa­tion, ter­tia­ri­sa­tion et métro­po­li­sa­tion… autant de pro­ces­sus bien docu­men­tés ailleurs mais qui prennent une autre dimen­sion avec la méthode aty­pique pro­po­sée. Les don­nées sta­tis­tiques sur la fré­quen­ta­tion du zoo de Beauval ou le nombre de res­tau­rants O’Tacos ain­si que les car­to­gra­phies des flux logis­tiques d’Amazon ou des go fast du tra­fic de can­na­bis illus­trent avec habi­le­té des dyna­miques éco­no­miques et cultu­relles. Mais la grande force de l’ou­vrage réside dans ses mono­gra­phies de ter­ri­toires sur plu­sieurs pages : La Ciotat tro­quant ses acti­vi­tés por­tuaires pour le tou­risme de luxe ou encore la Gironde des gilets jaunes mani­fes­tant dans un Bordeaux qui s’embourgeoise tou­jours plus avec l’ins­tal­la­tion récente des CSP+ pari­siens. La thèse de la moyen­ni­sa­tion de la socié­té fran­çaise — énon­cée par le socio­logue Henri Mendras dans les années 1980 — est défi­ni­ti­ve­ment enter­rée. La pola­ri­sa­tion des emplois entre sala­riés diplô­més et peu qua­li­fiés accouche d’une pola­ri­sa­tion des styles de vie (vague néo-rurale, per­sis­tance de l’i­déal pavillon­naire et péri­ur­bain, centre-ville des classes inno­vantes, coha­bi­ta­tion de la ban­lieue ghet­toï­sée avec celle « boboï­sée »). En dres­sant des cor­ré­la­tions toutes plus per­cu­tantes et pit­to­resques les unes que les autres — entre le nombre de voi­tures pos­sé­dées par ménage et le vote aux élec­tions muni­ci­pales à Paris ou encore entre la fré­quence des com­mandes pas­sées sur Amazon et les inten­tions de vote pour le Rassemblement natio­nal et pour EELV —, les auteurs concluent à une poli­ti­sa­tion gran­dis­sante des modes de consom­ma­tion et des lieux habi­tés, ter­reau des cli­vages poli­tiques contem­po­rains. [A.G.]

Seuil, 2021

Maîtres et ser­vi­teurs, de Pierre Michon

Ce sont là trois peintres, trois hommes qui donnent leur vie au « métier de pein­ture », à la toile des châs­sis, à la boue brune des lavis, aux études et aux esquisses. Comme il l’a fait aupa­ra­vant de Van Gogh dans Vie de Joseph Roulin, comme il le fera ensuite du Lorrain dans Le Roi du bois puis de Corentin, artiste ima­gi­naire, dans Les Onzes, Pierre Michon dresse le por­trait d’un art par devers, par le tru­che­ment de figures consa­crées ou par l’en­tre­mise de leurs auxi­liaires, dis­ciples, amis. « [C]e qui est sérieux, ce qu’est peindre, c’est tra­vailler comme sur la mer un galé­rien rame, dans la fureur, dans l’im­puis­sance ». Là, deux défi­ni­tions de l’ins­pi­ra­tion s’en­tre­mêlent et on aurait peine à choi­sir la plus juste pour l’at­tri­buer à l’au­teur. Trimer, il le faut pour recons­ti­tuer une vie datant de plu­sieurs siècles, pour lui appli­quer la patine qui convient sans abu­ser de celle-ci ; mais à trop tri­mer, le souffle de la lit­té­ra­ture échappe — alors faut-il se lais­ser ber­cer par le vent pour sai­sir un geste, un éclat, et les retrans­crire. Trois peintres, donc. Le pre­mier, c’est Goya, qui s’en­quiert de com­mandes assis sur un mulet, d’une bour­gade à une autre de l’Espagne. Le deuxième, c’est Watteau : « Tout lui était ate­lier » écrit de lui Michon ; tout jus­qu’à la mort, et au seuil de cette der­nière le peintre deman­de­ra de brû­ler cela, de foutre le feu à ces toiles qui furent pour­tant son exis­tence. Le troi­sième, c’est Lorentino, obs­cure élève de Piero del­la Francesca, qui se pique d’un chef‑d’œuvre en échange d’un petit cochon. Ce sont là trois peintres au ser­vice de leur art tout comme des puis­sants de leur temps ; ce sont là trois peintres sou­ve­rains, aus­si, le temps d’une toile pour l’un, d’une œuvre entière pour les autres. [E.M.]

Verdier, 1990

Ceux qui trop sup­portent, de Arno Bertina

Entre 2017 et 2021, Arno Bertina ren­contre régu­liè­re­ment les ouvriers en lutte de l’u­sine Creusoise GM&S, fabri­cante d’é­qui­pe­ments auto­mo­biles qui a fait l’ob­jet de plu­sieurs « plans sociaux » rava­geurs. Sur la base d’en­tre­tiens avec les salarié·es et syn­di­ca­listes, de docu­men­ta­tion et d’ob­ser­va­tions, l’au­teur res­ti­tue ce que fut cette lutte — et com­ment se tra­ma sa défaite. Digressions, paren­thèses, « contre­points » et notes en bas de pages per­mettent d’y voir un peu plus clair : com­ment le rap­port de force s’est-il négo­cié ? quelle sont les méthodes du capi­ta­lisme finan­cier qui orga­nise ces rap­ports ? et sur­tout, qu’est-ce que le « lean manu­fac­tu­ring », les « Plans de Sauvegarde de l’Emploi », les délo­ca­li­sa­tions et autres rachats sym­bo­liques induisent concrè­te­ment sur la vie des tra­vailleurs et tra­vailleuses ? Ces vies nous sont pré­sen­tées sous la forme d’é­mou­vants por­traits en poin­tillé, où la fier­té de par­ti­ci­per à une aven­ture ouvrière col­lec­tive côtoie l’a­mer­tume qui suit les tra­hi­sons (le traître étant ici l’État fran­çais) et l’u­sure des négo­cia­tions infruc­tueuses. Car, pour par­ler stra­té­gie, si les coups bas ont été l’af­faire de ceux d’en face, les ex-GM&S, eux, ont fait montre d’un res­pect obs­ti­né du cadre légal, qui témoigne d’une convic­tion que les prin­cipes de la République sont justes, et qu’il doit être pos­sible de reven­di­quer l’in­tel­li­gence et le bien com­muns pour sau­ver des dizaines d’emplois. Mais comme le sug­gère Bertina : tout à leur hon­neur, cela fut peut-être aus­si à leurs dépens. Du blo­cage d’u­sines ou d’a­ve­nues célèbres à la rédac­tion d’un pro­jet de loi rela­tif à la sous-trai­tance, les GM&S ont en effet « vite fait le tour du ter­rain où aurait lieu l’af­fron­te­ment avec ceux qui pré­ten­daient les écra­ser, les balayer » — et qui n’y ont pas man­qué. Ce livre dévoile donc les res­sorts d’une machine infer­nale (où les divi­dendes règnent en maîtres), avec en ligne de mire l’i­dée qu’« on ne sau­rait lais­ser la des­crip­tion du monde à ceux qui nous dirigent ». [L.M.]

Verticales, 2021


Photographie de ban­nière : Lora Webb Nichols


REBONDS

Cartouches 68, sep­tembre 2021
Cartouches 67, juillet 2021
Cartouches 66, juin 2021
Cartouches 65, mai 2021
Cartouches 64, avril 2021

Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.