Angela Davis et Assa Traoré : regards croisés


Entretien paru dans le numéro 7 de la revue papier Ballast (janvier 2019)

Nous avions orga­ni­sé cette ren­contre à l’oc­ca­sion de notre sep­tième numé­ro papier, paru début 2019. Hier, mar­di 26 mai 2020, un homme répon­dant au nom de George Floyd, Afro-Américain de 46 ans, a été tué, étouf­fé, par un poli­cier dans les rues de Minneapolis — sous le regard com­plice de son col­lègue et les pro­tes­ta­tions des pas­sants. En mémoire de la vic­time, et tan­dis que la ques­tion des vio­lences poli­cières occupe actuel­le­ment le débat public fran­çais, nous publions ici la ver­sion écrite de l’é­change entre les deux femmes : Angela Davis, âgée de 76 ans, est l’une des voix éta­su­niennes de l’an­ti­ra­cisme, du fémi­nisme et de l’an­ti­ca­pi­ta­lisme ; Assa Traoré, 35 ans, milite col­lec­ti­ve­ment pour que jus­tice soit faite depuis la mort de son frère, Adama, tué par des gen­darmes en 2016.


Angela, durant la Marche des femmes, orga­ni­sée en jan­vier 2017 en réac­tion à l’investiture de Trump, vous avez appe­lé à « la résis­tance ». Assa en appelle, quant à elle, à « une révo­lu­tion ». Vous avez connu l’espoir révo­lu­tion­naire des années 1970 : que serait une révo­lu­tion du XXIe siècle ?

Angela Davis : Je ferais une dis­tinc­tion entre la défi­ni­tion que nous avions de la « révo­lu­tion » dans les années 1960 et celle à laquelle nous sommes par­ve­nus au XXIe siècle. Lorsque j’é­tais une jeune acti­viste, nous étions lit­té­ra­le­ment entou­rés de moments révo­lu­tion­naires : il y avait la révo­lu­tion cubaine et tous les mou­ve­ments de libé­ra­tion afri­cains. Nous pen­sions vrai­ment que nous pre­nions part à une révo­lu­tion anti­ra­ciste qui allait ren­ver­ser le capi­ta­lisme. À ce stade, nous n’a­vions pas encore bien sai­si le fac­teur « genre ». Cette révo­lu­tion n’a pas eu lieu, mais notre acti­visme a débou­ché sur de nom­breuses évo­lu­tions. Aujourd’hui, je par­le­rais du besoin de révo­lu­tions au plu­riel, en recon­nais­sant qu’une révo­lu­tion n’est pas à cir­cons­crire dans un moment unique. Il ne s’a­git pas sim­ple­ment de ren­ver­ser l’État ni d’en finir avec le capi­ta­lisme — bien que je sou­haite que nous par­ve­nions à faire les deux ! Nous avons com­pris qu’il était aus­si ques­tion de ren­ver­ser un capi­ta­lisme qui est un capi­ta­lisme racial, et qu’il ne peut y avoir de révo­lu­tion tant que nous ne régle­rons pas la ques­tion du fan­tôme de l’es­cla­vage et du colo­nia­lisme. Le genre est éga­le­ment appa­ru comme un élé­ment cen­tral dans le cadre d’un chan­ge­ment social radi­cal. Il n’y aura aucun chan­ge­ment tant que nous ne recon­naî­trons pas que la vio­lence la plus répan­due dans le monde est la vio­lence gen­rée. Je pense que les objec­tifs d’une révo­lu­tion sont beau­coup plus com­plexes qu’ils ne l’é­taient dans nos concep­tions d’a­lors. Cela inclut évi­dem­ment l’ap­pa­reil répres­sif d’État — et je suis hono­rée de par­ti­ci­per à cet échange aux côtés d’Assa Traoré. La lutte dans laquelle elle est enga­gée dénonce de façon claire la vio­lence poli­cière et le racisme struc­tu­rel comme élé­ments à part entière de la socié­té fran­çaise, comme la vio­lence poli­cière et sa généa­lo­gie avec l’es­cla­va­gisme aux États-Unis d’Amérique. 

« Il ne peut y avoir de révo­lu­tion tant que nous ne régle­rons pas la ques­tion du fan­tôme de l’es­cla­vage et du colo­nia­lisme. » [Angela Davis]

Assa Traoré : Quand nous par­lons de « révo­lu­tion » dans le com­bat pour mon frère, nous fai­sons tou­jours réfé­rence à l’esclavagisme et au colo­nia­lisme. C’est impor­tant aujourd’hui que les gens prennent conscience que la France, ain­si que d’autres pays, ont tué tout un peuple : ce qu’on nous fait subir actuel­le­ment, on peut le com­prendre en réfé­rence à ça. On parle de mai 1967, dont la France ne parle pas : en Guadeloupe, la popu­la­tion noire a été massacrée1. C’est une conti­nui­té. Des per­sonnes se sont bat­tues avant nous, sont mortes avant nous, sont par­ties en pri­son avant nous ; on ne peut lais­ser ce com­bat vain. Ce qu’on a aujourd’hui, on ne l’a pas eu gra­tui­te­ment — on doit être dans cette conti­nui­té. La révo­lu­tion, ça signi­fie ren­ver­ser le sys­tème. Quand on a tué mon frère le 19 juillet 2016 à Beaumont-sur-Oise, ils n’ont pas eu une liste de noms dans leur gen­dar­me­rie disant « On va aller tuer Adama Traoré », « Demain, on va aller vio­ler Théo2 », « On va aller tuer Gaye Camara3 d’une balle dans la tête ». C’est le sys­tème. Toute la vio­lence que ces gen­darmes et ces poli­ciers exercent dans nos quar­tiers, c’est sous cou­vert de ce sys­tème répres­sif, violent et raciste envers nos jeunes frères. On les déshu­ma­nise, on leur crache des­sus, on les tutoie, on les tue. Mes grands-pères se sont bat­tus pour cette France, ils ont fait la guerre de 1939–1945 pour qu’elle récu­père sa liber­té : la République a enle­vé un de leurs petits-fils. Nous, on se lève pour dire qu’on ne veut plus de ça. Une jeu­nesse arrive der­rière, des enfants vont gran­dir. La France va très mal ; nous sommes tous face à ce sys­tème très puis­sant et nous ne pour­rons avan­cer, tous, qu’après l’avoir ren­ver­sé. Prendre exemple sur des per­sonnes comme Angela ne peut que nous don­ner que de la force. (elles sou­rient)

En 1999, vous avez par­lé, Angela, de l’importance d’œuvrer à une « uni­té » de type poli­tique qui ne se fonde pas sur les seuls cri­tères de race ou de genre. Assa, vous convo­quez très régu­liè­re­ment la notion d’« alliance », en lieu et place de la fameuse « conver­gence des luttes ». Comment dépas­ser les contra­dic­tions qui existent entre toutes les luttes à fédé­rer ?

Assa Traoré : Depuis le début, on ne veut pas être récu­pé­rés. C’est très impor­tant : gar­der notre ligne, celle qu’on a tra­cée. J’entends le mot « conver­gence » depuis la mort de mon frère ; il revient très fré­quem­ment, mais j’ai sur­tout l’impression que c’est un mot pour se dédom­ma­ger d’une conduite ou d’un com­por­te­ment qu’on a pu avoir envers nous. Sur le ter­rain, ce n’est pas vrai : beau­coup de per­sonnes emploient ce mot mais n’y sont pas. On ne les voit pas ; elles sont dans la théo­rie, ou viennent écou­ter une inter­ven­tion publique du Comité Adama, et estiment ensuite avoir « conver­gé ». Ce n’est pas ça. Ces per­sonnes doivent être à nos côtés pour com­battre. Ce mot, je n’en veux pas. Mais je parle d’« alliance ». Chaque lutte a sa façon de pen­ser et sa ligne poli­tique qu’il faut res­pec­ter, qu’on soit d’accord ou non, mais nous avons tous le même sys­tème et le même État face à nous. Faisons des alliances, donc, pour les faire plier. On ne veut pas de mots : on a besoin de lut­ter sur le ter­rain.

[Marche organisée par le Comité Adama, juillet 2017 (Nnoman | Fumigène)]

Angela Davis : Il est utile d’a­voir une approche fémi­niste pour com­prendre les rap­ports inter­re­la­tion­nels au sein des mou­ve­ments qui luttent pour la jus­tice sociale et un chan­ge­ment radi­cal. Il n’est pas pos­sible de reven­di­quer la jus­tice dans une sphère, sans la récla­mer par­tout. La lutte pour la jus­tice pour Adama en France est une lutte contre l’ap­pa­reil répres­sif d’État et contre le racisme. C’est un appel pour l’égalité et la jus­tice dans tous les domaines. Cela doit être la base d’une conscience des rap­ports inter­re­la­tion­nels dans les luttes — j’en­tends par là ce qu’on appelle com­mu­né­ment l’in­ter­sec­tion­na­li­té des luttes. Il n’est pas pos­sible de pen­ser le racisme iso­lé­ment des luttes ayant trait à la vio­lence gen­rée. La vio­lence poli­cière est éga­le­ment liée à la vio­lence intime. Si on veut com­prendre pour­quoi les femmes sont la cible de la pire vio­lence, et la plus répan­due à tra­vers le monde, on doit pen­ser l’u­sage de la vio­lence fait par l’État et le mes­sage que cela envoie aux indi­vi­dus. Si une per­sonne ne peut, à l’évidence, pas résoudre tous ces pro­blèmes simul­ta­né­ment, elle peut cepen­dant avoir conscience de leur coexis­tence.

« À tra­vers ma voix de femme, de femme noire et de sœur, je veux dire que nos frères ont aus­si le droit de par­ler. » [Assa Traoré]

J’ai été active pen­dant des décen­nies dans la cam­pagne pour la libé­ra­tion de Mumia Abu-Jamal4, mais on peut éga­le­ment citer Leonard Peltier5, le pri­son­nier poli­tique déte­nu le plus long­temps dans l’his­toire des États-Unis, ou encore Assata Shakur6, en exil à Cuba et dési­gnée par le gou­ver­ne­ment des États-Unis comme l’une des dix plus dan­ge­reux ter­ro­ristes au monde. Quand quel­qu’un réclame jus­tice pour les pri­son­niers poli­tiques et se trouve enga­gé dans ces luttes, il prend conscience du lien qui existe avec celles pour l’accès aux soins de san­té, à l’é­du­ca­tion, bref, avec toutes celles qui visent à chan­ger la socié­té. La prise de conscience de la vio­lence de l’oc­cu­pa­tion israé­lienne en Palestine est un autre indi­ca­teur de la conscience de l’in­di­vi­si­bi­li­té de la jus­tice. Ainsi, un grand nombre des jeunes enga­gés dans Black Lives Matter et dans les mou­ve­ments en faveur des Noirs aux États-Unis sont très enga­gés en faveur de la Palestine. Ils com­prennent com­bien cette lutte est deve­nue un repère pour tous les mou­ve­ments deman­dant jus­tice : qu’il s’a­gisse de ceux contre l’ap­pa­reil répres­sif d’État, contre la vio­lence liée au genre, contre l’ex­ploi­ta­tion éco­no­mique, pour les droits des per­sonnes trans… Le plus enthou­sias­mant dans les nou­veaux mou­ve­ments éta­su­niens aujourd’­hui, c’est ce haut degré de conscience de la jeu­nesse. Voilà qui nous rap­proche plus encore d’un enga­ge­ment révo­lu­tion­naire dans des actions en faveur de la jus­tice sociale. 

De plus en plus de femmes occupent le devant de la scène des luttes anti­ra­cistes. Comment l’expliquez-vous ?

Angela Davis : Il était temps que les femmes prennent la tête des mou­ve­ments de lutte, parce qu’elles en ont tou­jours été la colonne ver­té­brale. J’insiste sans cesse sur le fait que nous n’au­rions pu avoir de mou­ve­ment pour les droits civiques aux États-Unis sans l’ef­fort cru­cial d’or­ga­ni­sa­tion dont les femmes ont fait preuve. Trop sou­vent, nous ne tenons pas compte du tra­vail des per­sonnes dont les noms ne sont pas connus et qui n’ont pas de repré­sen­ta­tion à titre indi­vi­duel, comme les femmes noires pauvres aux États-Unis — tra­vail qui a pour­tant per­mis des avan­cées contre le racisme. C’est, enfin, un domaine où les femmes s’é­lèvent à tra­vers le monde ! Il y a des slo­gans disant que le futur du monde est fémi­nin. Cela ne veut pas dire qu’il s’a­git uni­que­ment des femmes — il faut d’ailleurs employer le terme « femme » dans son accep­tion la plus large pos­sible, incluant toutes les femmes quelles que soient leurs ori­gines eth­niques, natio­nales, sociales, ain­si que les femmes trans. Lorsque les femmes s’é­lèvent, c’est le monde entier qui s’é­lève avec elles. C’est la dif­fé­rence fon­da­men­tale entre le type de lea­der­ship qu’on a connu dans le pas­sé et celui, col­lec­tif et conçu selon une approche fémi­niste, que nous voyons à l’œuvre aujourd’­hui.

[États-Unis, Daniel Leal-Olivas | AFP]

Assa Traoré : Si je peux prendre la parole publi­que­ment et dire ce que je veux libre­ment en tant que femme noire, c’est parce que de nom­breuses femmes se sont bat­tues aupa­ra­vant. C’était un droit que nous n’avions pas. La femme a aujourd’hui une place très impor­tante ; elle porte beau­coup de luttes. Mais nos frères ne peuvent pas par­ti­ci­per à la construc­tion de ce monde, de cette France et de leur propre vie. Ces gar­çons, détruits inté­rieu­re­ment, vont être iso­lés, enfer­més. Adama est deve­nu un sym­bole : on veut que son nom soit por­teur de beau­coup de choses. À tra­vers ma voix de femme, de femme noire et de sœur, je veux dire que nos frères ont aus­si le droit de par­ler. Un jour, on m’a deman­dé ce que je pen­sais de la Journée de la femme7, le 8 mars : c’est une belle jour­née, c’est une lutte qu’il faut conti­nuer pour que toutes les femmes du monde puissent avoir les droits qu’elles méritent mais n’ont pas, ou n’ont jamais eus. Mais j’ai retour­né la ques­tion : « Face à quels hommes devons-nous nous battre ? » Nos frères ne sont pas consi­dé­rés face aux hommes qui ont le pou­voir. Ils sont sous-caté­go­ri­sés. Je dis en tant que femme : « Vous avez tué mon frère et ses rêves, vous avez enle­vé sa voix, mais on va conti­nuer à les faire vivre à tra­vers d’autres noms, d’autres gar­çons à qui vous n’enlèverez pas la voix et qui pour­ront par­ti­ci­per à la construc­tion de leur vie. » La femme noire est un fan­tasme sexuel de l’homme blanc depuis bien long­temps : elle a tou­jours été consi­dé­rée comme étant moins nui­sible que l’homme noir ; elle est exo­tique ; elle est moins atta­quée — du moins, pas de la même façon.

Angela, alors que vous étiez incar­cé­rée, un jour­na­liste vous a deman­dé de vous jus­ti­fier sur « la vio­lence ». Cela vous avait aga­cée. Vous avez répon­du que la pre­mière des vio­lences est celle du sys­tème. Assa, vous faites savoir qu’il faut évi­ter le piège que l’État tend, à savoir répondre vio­lem­ment à sa vio­lence. Comment cana­li­ser, orga­ni­ser la colère popu­laire ?

« Ce ne sont pas seule­ment les indi­vi­dus qui devraient être pour­sui­vis en jus­tice : la vio­lence conti­nue­ra à faire par­tie inté­grante de la struc­ture du sys­tème poli­cier. » [Angela Davis]

Angela Davis : Des luttes radi­cales émergent, en par­ti­cu­lier contre les vio­lences d’État, et la ques­tion de la vio­lence se voit posée à ceux qui résistent. Dans cette vidéo qui date d’un demi-siècle, je réagis­sais à la ques­tion de ce jour­na­liste qui vou­lait que ce soit moi qui parle de l’u­sage de la vio­lence — sans avoir consi­dé­ré que c’est l’État et ses repré­sen­tants qui ont le mono­pole de la vio­lence. C’est tou­jours d’ac­tua­li­té. La vio­lence poli­cière — ces attaques contre les com­mu­nau­tés noires et arabes dont vous faites l’ex­pé­rience ici, en France — s’exerce sans relâche depuis le colo­nia­lisme. Notre ana­lyse de la vio­lence est deve­nue hau­te­ment plus com­plexe et dif­fi­cile. C’est pour­quoi j’ap­pré­cie vrai­ment ce que les jeunes font aujourd’­hui dans les cam­pagnes contre les vio­lences poli­cières, ou contre le com­plexe indus­tria­lo-car­cé­ral. Pendant des décen­nies et des décen­nies, nous n’a­vons ces­sé de deman­der que des indi­vi­dus res­pon­sables de vio­lences poli­cières (ou de la vio­lence des agents de sécu­ri­té, comme ce fut cas avec Trayvon Martin8 et George Zimmerman, qui l’a tué) soient pour­sui­vis.

Le mou­ve­ment récent recon­naît que ce ne sont pas seule­ment les indi­vi­dus qui devraient être pour­sui­vis en jus­tice, car on pour­rait pour­suivre chaque agent un par un : la vio­lence conti­nue­ra à faire par­tie inté­grante de la struc­ture du sys­tème poli­cier. Ce que j’es­time vrai­ment néces­saire, c’est l’analyse struc­tu­relle, le fait d’envisager les per­sonnes dans un contexte plus large. On doit, plu­tôt, envi­sa­ger la démi­li­ta­ri­sa­tion de la police. Aux États-Unis, nous mili­tons pour l’a­bo­li­tion du main­tien de l’ordre public tel que nous l’a­vons connu jus­qu’à pré­sent ; cela, bien sûr, en nous fon­dant sur le modèle uti­li­sé pour exi­ger l’a­bo­li­tion de l’emprisonnement comme modèle puni­tif domi­nant. Ce dont il s’agit, c’est de l’abolition de la police en tant que mode de sécu­ri­té. C’est en cela que je pense que l’analyse struc­tu­relle peut débou­cher sur une voie bien plus radi­cale que de conti­nuer à récla­mer la pour­suite d’individus, encore et encore. Car la vio­lence reste tou­jours inté­grée dans la struc­ture poli­cière : l’abolition du main­tien de l’ordre et l’abolition de l’emprisonnement sont des demandes radi­cales, car elles impliquent que nous réflé­chis­sions à toute une gamme de nou­velles connexions, en sachant que l’éducation, la san­té, l’habitat et le tra­vail sont autant de ques­tions qui pour­ront être réglées si on essaie d’éradiquer de nos socié­tés la vio­lence struc­tu­relle inhé­rente à la police et aux pri­sons. Et ceci est une approche fémi­niste, qui plus est. 

[Hommage à Zyed et Bouna, Clichy-Sous-Bois, 2006 (Sipa)]

Assa Traoré : Dès qu’on me parle de vio­lence, je dis que la pre­mière des vio­lences est celle que mon frère a subie. Il a subi un pla­cage ven­tral — cette tech­nique d’immobilisation est inter­dite dans plu­sieurs États aux États-Unis ain­si que dans des pays euro­péens fron­ta­liers, mais elle conti­nue d’être pra­ti­quée en France. C’est cette vio­lence qu’il faut dénon­cer. Mon frère leur a dit qu’il n’arrivait plus à res­pi­rer et ils ont conti­nué à le com­pres­ser, sans l’emmener à l’hôpital. On va le lais­ser mort comme un chien sans lui appor­ter aucun soin. Ces gen­darmes sont des mili­taires, ils sont cen­sés sau­ver toutes les per­sonnes humaines ; ce jour-là, ils auront pour­tant un droit de mort. La vio­lence appelle la vio­lence. Ce sont eux qui appellent donc à la vio­lence. À leurs yeux, la jus­tice n’était pas un de nos droits. Mais nous leur disons qu’on ne le qué­mande pas, qu’il nous est dû. On subit des vio­lences et de la répres­sion : mes cinq frères sont actuel­le­ment en pri­son. Mais pour­quoi les gen­darmes ne sont-ils tou­jours pas mis en exa­men ? Notre sys­tème est celui d’une jus­tice à deux vitesses. Les frères Traoré sont condam­nés sur-le-champ, mais les gen­darmes, après deux ans, sont tou­jours en liber­té : ils n’ont ni été inquié­tés, ni mis en exa­men, ni condam­nés. Il faut des per­sonnes pour rem­plir les pri­sons ; il faut des cou­pables idéaux : ceux qui n’ont pas la bonne cou­leur ou la bonne reli­gion. Quand on met des sous dans le sys­tème répres­sif mais qu’on n’en met pas dans les soins ou dans l’éducation, ça jus­ti­fie le fait de rem­plir ces pri­sons. Aux États-Unis, on parle de sys­tème « racial » ; en France, on parle uni­que­ment de « social », on masque. D’ailleurs, ce sys­tème social n’est pas le même par­tout, que ce soit dans nos quar­tiers ou dans les villes très pauvres de France. On met des quar­tiers en souf­france quand on ne leur donne pas de moyens, une souf­france ciblée. Maintenant, quand on orga­nise un évè­ne­ment spor­tif avec des enfants en hom­mage à Adama, le sys­tème nous envoie l’armée : des mili­taires, les armes à la main.

Angela, dans une confé­rence avec Judith Butler, vous avez par­lé des attaques et des divi­sions qui minent et blessent, de l’intérieur, les espaces en lutte. Face à cela, vous reven­di­quez la néces­si­té de se gué­rir col­lec­ti­ve­ment : qu’entendez-vous par là ?

« Aux États-Unis, on parle de sys­tème racial ; en France, on parle uni­que­ment de social, on masque. » [Assa Traoré]

Angela Davis : L’une des contri­bu­tions majeures des jeunes acti­vistes aujourd’hui, par­ti­cu­liè­re­ment ceux qui s’impliquent contre la vio­lence — poli­cière, à l’encontre des femmes trans de cou­leur qui subissent des vio­lences ins­ti­tu­tion­nelles, domes­tiques —, c’est d’avoir com­pris l’importance qu’il y a, dans l’en­ga­ge­ment concret, à prendre soin de soi. Car mili­ter peut être très dom­ma­geable. Cela n’a aucun sens de se détruire et de s’user dans un pro­ces­sus visant à se battre pour un monde meilleur. J’apprécie de voir com­ment les per­sonnes de Black Lives Matter, qui ont sou­vent des fémi­nistes noires à leur tête, ont incor­po­ré des rituels de soin de soi dans leur orga­ni­sa­tion. Elles consi­dèrent que la per­sonne dans son inté­gra­li­té doit être impli­quée dans le mou­ve­ment. Nous pen­sions, en tant que mili­tants révo­lu­tion­naires, que nous lais­sions tous nos pro­blèmes de côté lorsque nous rejoi­gnions un col­lec­tif, tous les trau­mas dont nous avions fait l’expérience. Cela ne marche pas : ceux-ci émergent et peuvent entra­ver ou détruire le mou­ve­ment. Nombre d’entre nous font appel à des pra­tiques plus ou moins indi­vi­duelles d’attention à soi.

Personnellement, quand j’étais en pri­son il y a plu­sieurs dizaines d’années, j’ai appris à pra­ti­quer le yoga et la médi­ta­tion — deux pra­tiques qui, au fil des ans, ont conti­nué de m’accompagner. Mais cela ne devraient pas être limi­té à des pra­tiques indi­vi­duelles : il nous faut apprendre à déve­lop­per des approches col­lec­tives. Je n’ai pas de réponse. Je me sou­viens par­fai­te­ment quand, encore jeune mili­tante, nous avions orga­ni­sé des cam­pagnes contre les vio­lences poli­cières et les meurtres de jeunes hommes noirs par la police dans notre com­mu­nau­té : cer­tains lea­ders de sexe mas­cu­lin étaient eux-mêmes vio­lents au sein de leur couple. Ils frap­paient leur com­pagne. Nous n’avions ni les mots, ni le contexte pour com­prendre la connexion entre les deux. Aujourd’hui, nous les avons. 

[Hommage à Trayvon Martin, Miami, 2013 (Wilfredo Lee / AP)]

Assa Traoré : Depuis la mort de mon frère, on subit des pres­sions, des répres­sions, des menaces de mort. Ils ont mis mes frères en pri­son à une vitesse éclair, sans inves­ti­ga­tions pous­sées. On est face à un État et une jus­tice qui nous ont décla­ré la guerre : les deux sys­tèmes les plus puis­sants du monde… Ils ont fait de nous, mal­gré nous, des sol­dats. Mes mamans vivent dans toute cette souf­france. Une ving­taine de jeunes de notre quar­tier a été mise en pri­son. Comment as-tu géré tous ces pro­blèmes ? Comment conti­nuer à lut­ter quand on veut détruire la cel­lule fami­liale ? C’est l’amour qu’il y a entre nous qui fait bloc ; ils n’arrivent pas à le cas­ser, donc ils nous mettent en pri­son. Comment, par ton expé­rience, nous don­ner de la force ?

Angela Davis : C’est une grande ques­tion, mer­ci. (en fran­çais) J’apprécie beau­coup la manière dont tu l’as for­mu­lée. Nous devons pen­ser dans un contexte plus large. Ce qui a carac­té­ri­sé les luttes noires pour la liber­té, où que ce soit sur la pla­nète, n’a pas tant été la vio­lence ou les bles­sures, qui se sont suc­cé­dé conti­nuel­le­ment, que la capa­ci­té à sur­vivre. Il est cru­cial d’insister sur ce point. Nous avons une his­toire com­mune de déve­lop­pe­ment de stra­té­gies, pas seule­ment pour la sur­vie mais éga­le­ment pour ima­gi­ner la liber­té et des mondes nou­veaux. Cela concerne pour une grande part le domaine de la culture, et c’est pour ça que la musique a été si impor­tante dans les luttes noires de par le monde. Aujourd’hui en par­ti­cu­lier, il faut prendre au sérieux ce que l’on pour­rait appe­ler la dimen­sion esthé­tique de nos luttes. Il est impor­tant de recon­naître que les gens créa­tifs — qui créent de la musique, de la poé­sie ou d’autres formes d’art — y jouent un véri­table rôle. Ils sont la capa­ci­té d’imaginer un monde nou­veau, un monde meilleur. Et l’imaginer ensemble, c’est ce qui est au cœur de la pro­duc­tion cultu­relle issue des his­toires des per­sonnes de des­cen­dance afri­caine. J’y ai trou­vé beau­coup d’espoir, de récon­fort et d’inspiration sur le plan pra­tique. Je tra­vaille beau­coup sur le jazz. Je ne suis pas musi­cienne mais je réflé­chis sur les rela­tions qui existent entre le jazz et la jus­tice sociale, sur le fait que les musi­ciens de jazz ont une très longue his­toire, encore mécon­nue, de contes­ta­tion du racisme. La musique nous per­met d’entrevoir de nou­velles com­mu­nau­tés ima­gi­naires qui nous aide­ront à faire face aux formes de vio­lence quo­ti­dienne des­truc­trice, comme celle qui a été exer­cée sur ta famille. Ce n’est pas une réponse, ce n’est qu’un début… (elle sou­rit)


Photographie de ban­nière : Cyrille Choupas | Ballast


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Fatima Ouassak : « Banlieues et gilets jaunes par­tagent des ques­tions de vie ou de mort », juillet 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Omar Slaouti : « Nous orga­ni­ser », novembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec le Comité Adama : « On va se battre ensemble », mai 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Angela Davis : « S’engager dans une démarche d’intersectionnalité », décembre 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « Anarchisme et révo­lu­tion noire », Lorenzo Kom’boa Ervin, décembre 2017

  1. Le 26 mai 1967, à Pointe-à-Pitre, les ouvriers du bâti­ment se mettent en grève pour une aug­men­ta­tion de salaire : le refus patro­nal entraîne une émeute. La répres­sion fera offi­ciel­le­ment huit morts. Le secré­taire d’État char­gé des DOM-TOM, Georges Lemoine, évo­que­ra 87 morts et Christiana Taubira fera état de 100 morts.
  2. En février 2017, Théo Luhaka, 22 ans, est contrô­lé par des agents de police à Aulnay-sous-Bois : une plaie lon­gi­tu­di­nale de 10 cen­ti­mètres du canal anal et une sec­tion du muscle sphinc­té­rien, cau­sés par l’in­ser­tion d’un bâton téles­co­pique, vau­dront à l’un des poli­ciers d’être mis en exa­men pour « viol ». Une exper­tise médi­cale avan­ce­ra cepen­dant que le geste « n’est pas contraire aux règles de l’art ».
  3. Le 17 jan­vier 2018, à Epinay-sur-Seine, un jeune homme de 26 ans est abat­tu : la police l’ac­cuse d’a­voir ten­té de lui échap­per au volant d’une voi­ture signa­lée volée..
  4. Membre du Black Panther Party, il est condam­né en 1982 à la peine de mort pour le meurtre d’un poli­cier de Philadelphie ; en , une cour d’ap­pel fédé­rale annule sa condam­na­tion à mort pour vice de pro­cé­dure mais confirme l’ac­cu­sa­tion. Mumia Abu-Jamal a quant à lui tou­jours plai­dé son inno­cence. Amnesty International appelle à la tenue d’un nou­veau pro­cès.
  5. Membre de l’American Indian Movement, il est incar­cé­ré depuis 1976 et condam­né à deux peines à per­pé­tui­té pour la mort deux agents du FBI. Faits qu’il conti­nue de contes­ter.
  6. Membre du Black Panther Party et de la Black Libération Army, elle est condam­née à per­pé­tui­té pour le meurtre d’un poli­cier lors d’une fusillade ; après s’être éva­dée en 1979, elle a obte­nu l’a­sile poli­tique à Cuba. Elle a tou­jours cla­mé son inno­cence.
  7. Journée inter­na­tio­nale des droits des femmes.
  8. Ce jeune homme de 17 ans, afro-amé­ri­cain, a été tué, non armé, par un agent de sécu­ri­té le 26 février 2012 en Floride : le soup­çon­nant de pré­pa­rer un « mau­vais coup », ce der­nier s’a­van­ça vers Martin ; une alter­ca­tion s’en­sui­vit et l’agent ouvrit le feu, invo­quant la légi­time défense. En juillet 2013, le jury décla­ra Zimmerman non cou­pable des charges rete­nues contre lui.
Sur le même sujet :
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre neuvième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Marie et Thierry : le pain et la terre (Roméo Bondon) ▽ Les ouvriers sacrifiés de l'industrie du verre (Léonard Perrin) ▽ Rencontre avec Aminata Traoré ▽ Émancipation socialiste et religions (avec Stéphane Lavignotte et Nedjib Sidi Moussa) ▽ Le pouvoir chinois en quête du nouvel Homme (Wang Daoxiu) ▽ Une grève de femmes de chambre (Louise Rocabert) ▽ L'eau est si belle que je m'y suis baignée (Magali Cazo) ▽ Animaux de laboratoire : voir la réalité en face (Audrey Jougla) ▽ Quand on sabote la montagne (Élie Marek et Lucas Guazzone) ▽ Suprématie mâle : histoire d'un concept (Francis Dupuis-Déri) ▽ La Nouvelle Métisse : paroles de Gloria Anzaldúa (Maya Mihindou) ▽ Hirak algérien, An I (Awel Haouati) ▽ Drôle de temps, ami (Maryam Madjidi) ▽ Déplacements (Laëtitia Ajanohun) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.