Anarchisme et révolution noire


Semaine « Résistances afro-américaines »

Soldat révo­qué lors de la guerre du Vietnam du fait de son hos­ti­li­té affi­chée puis membre du Black Panther Party, Lorenzo Kom’boa Ervin fut accu­sé d’a­voir vou­lu atten­ter à la vie d’un mili­tant du Klu Klux Klan : il s’exi­la à Cuba et en Tchécoslovaquie, avant d’être cap­tu­ré puis incar­cé­ré durant 15 ans aux États-Unis. Militant liber­taire, il appelle à « sor­tir du ghet­to anar­chiste » afin de bâtir un mou­ve­ment de masse — orga­ni­sé par le bas et décen­tra­li­sé — tout en déplo­rant le cruel manque de prise en compte de la ques­tion raciale — enten­due comme pro­blème sys­té­mique et non indi­vi­duel et moral — au sein de la gauche radi­cale. « Unir la classe ouvrière et vaincre le capi­ta­lisme », pose-t-il comme hori­zon. Nous avons tra­duit un extrait de son livret Anarchism and the Black Revolution, paru au début des années 1990.


Le mou­ve­ment anar­chiste en Amérique du Nord est majo­ri­tai­re­ment blanc, bour­geois et, pour l’es­sen­tiel, paci­fiste. La ques­tion se pose donc : pour­quoi en fais-je par­tie puisque je ne suis rien de tout cela ? Je pense qu’un tel mou­ve­ment, en Amérique du Nord, n’est pas ce qu’il devrait être. Ce que j’i­ma­gine, c’est un mou­ve­ment de masse qui comp­te­rait des cen­taines de mil­liers, peut-être des mil­lions, de tra­vailleurs noirs, his­pa­niques et autres non-blancs. Ce ne sera pas un mou­ve­ment anar­chiste que les tra­vailleurs noirs et les autres oppri­més « rejoin­draient » sim­ple­ment : ce sera un mou­ve­ment indé­pen­dant, doté de sa propre vision sociale, de ses impé­ra­tifs cultu­rels et de son agen­da poli­tique. Tout en se reven­di­quant anar­chiste, il confé­re­ra à l’a­nar­chisme une ampleur qu’au­cun groupe social ou cultu­rel euro­péen n’a jamais atteinte. Je suis cer­tain que nombre de ces tra­vailleurs par­ta­ge­rons avec moi l’i­dée que si l’a­nar­chisme est le moyen le plus démo­cra­tique, effi­cace et radi­cal pour obte­nir notre liber­té, nous devons être libres de nos mou­ve­ments, que nos inten­tions soient com­prises ou non, « approu­vées » ou non par les anar­chistes nord-amé­ri­cains. Nous devons nous battre pour notre liber­té — per­sonne d’autre ne peut nous libé­rer, mais on peut nous y aider.

« L’anarchisme est le moyen le plus démo­cra­tique, effi­cace et radi­cal pour obte­nir notre liber­té. »

Pourquoi cette bro­chure ? Pour ser­vir de source d’ins­pi­ra­tion à une fédé­ra­tion natio­nale anti­ra­ciste et lut­tant contre les vio­lences poli­cières, fédé­ra­tion créée à l’i­ni­tia­tive des anar­chistes — ou qui leur serait au moins lar­ge­ment asso­ciée. Pour créer une coa­li­tion entre les anar­chistes et les orga­ni­sa­tions noires révo­lu­tion­naires, comme le nou­veau mou­ve­ment Black Panther Party des années 1990. Pour sus­ci­ter un nou­veau ferment révo­lu­tion­naire au sein des bien moroses orga­ni­sa­tions afro-amé­ri­caines comme des autres com­mu­nau­tés oppri­mées, où l’a­nar­chisme n’est qu’une curio­si­té, ou à peine. Si un révo­lu­tion­naire liber­taire sérieux et res­pec­té expri­mait ce type d’i­dées, me dis-je, elles seraient davan­tage sus­cep­tibles d’être enten­dues que si elles émanent d’un anar­chiste blanc, aus­si moti­vé soit-il. Je crois que j’ai rai­son là-des­sus. Voici donc pour­quoi je suis un anar­chiste. Dans les années 1960, j’ai fait par­tie d’un cer­tain nombre de mou­ve­ments révo­lu­tion­naires noirs, y com­pris le Black Panther Party, dont je pense qu’il a pour par­tie échoué en rai­son du lea­der­ship auto­ri­taire ins­tau­ré par Huey P. Newton, Bobby Seale et quelques autres membres du Comité cen­tral. Il ne s’a­git pas là d’ac­cu­sa­tions per­son­nelles. Bien des erreurs ont été com­mises parce que les diri­geants natio­naux se sont révé­lés trop éloi­gnés des dif­fé­rentes branches du Parti dans les villes du pays — et, par­tant, tom­bèrent dans le « com­man­disme » ou le tra­vail for­cé. De nom­breuses contra­dic­tions ont éga­le­ment vu le jour du fait de la struc­ture mar­xiste-léni­niste de l’or­ga­ni­sa­tion. Il n’y avait pas beau­coup de démo­cra­tie interne : lorsque des contra­dic­tions sont appa­rues, c’é­tait les lea­ders qui déci­daient de la façon de les résoudre, et non les membres. Les purges sont deve­nues mon­naie cou­rante et bien des bonnes per­sonnes ont été expul­sées du groupe, sim­ple­ment parce qu’elles en contes­taient le lea­der­ship.

Du fait de l’im­por­tance exces­sive du lea­der­ship cen­tral, l’or­ga­ni­sa­tion natio­nale a fina­le­ment été entiè­re­ment liqui­dée, fice­lée comme un paquet ren­voyé à Oakland, en Californie. Il est cer­tain que de nom­breuses erreurs ont été com­mises parce que le Black Panther Party était une jeune orga­ni­sa­tion, confron­tée à une offen­sive vio­lente de la part de l’État. Qu’on me com­prenne bien : je ne veux pas dire que ces erreurs com­mises en interne sont dues aux contra­dic­tions de fond qui détrui­sirent le Parti ; ce sont les attaques de la police qui en sont res­pon­sables — mais s’il avait été meilleur et mieux orga­ni­sé démo­cra­ti­que­ment, peut-être eût-il résis­té à des remous aus­si vio­lents. Il ne s’a­git pas ici d’une cri­tique aveugle ou d’un coup de poi­gnard dans le dos. J’ai ado­ré la fête. Du reste, ni moi ni qui­conque cri­ti­quant le Parti, avec du recul, ne sau­rait faire l’im­passe sur le rôle émi­nem­ment fer­ti­li­sant qu’il eut au sein du Mouvement de libé­ra­tion noir des années 1960. Nous n’en devons pas moins regar­der en face les modes d’or­ga­ni­sa­tion de cette période, afin de ne pas repro­duire les mêmes erreurs. Je pense que mon bref pas­sage chez les Panthers fut très impor­tant en ce qu’il m’a appris les limites — jus­qu’à la faillite même — du lea­der­ship dans un mou­ve­ment révo­lu­tion­naire. Ce n’é­tait pas un pro­blème de per­son­na­li­té de la part de tel ou tel diri­geant, mais plu­tôt la prise de conscience du fait que, bien sou­vent, les diri­geants ont un pro­gramme et les mili­tants un autre.

1943, Baltimore & Ohio Railroad Company (DR)

[…] J’ai aus­si com­men­cé à repen­ser l’en­semble du pro­ces­sus quand, après avoir été contraint de quit­ter les États-Unis, je me suis ren­du à Cuba, en Tchécoslovaquie et dans d’autres pays du « bloc socia­liste », comme on l’ap­pe­lait alors. Ces pays étaient pour l’es­sen­tiel des États poli­ciers, même si l’on tient compte des nom­breuses réformes impor­tantes et des avan­cées signi­fi­ca­tives au regard de ce qui exis­tait aupa­ra­vant qu’ils ont pu appor­ter à leurs peuples. J’ai éga­le­ment pu consta­ter que le racisme exis­tait dans ces pays, sans par­ler du déni des droits démo­cra­tiques fon­da­men­taux et de la pau­vre­té — à une échelle que je n’au­rais pas crue pos­sible. J’ai vu aus­si beau­coup de cor­rup­tion de la part des diri­geants du Parti com­mu­niste et des admi­nis­tra­teurs de l’État, tout bien nan­tis qu’ils fussent, alors que les tra­vailleurs étaient réduits à la condi­tion d’es­claves sala­riés. Je me suis dit « Il doit y avoir un meilleur moyen ! » C’est l’a­nar­chisme ! J’avais com­men­cé à lire à son pro­pos lorsque j’ai été cap­tu­ré en Allemagne de l’Est, et en ai enten­du davan­tage durant mon incar­cé­ra­tion aux États-Unis.

« J’en suis venu à me décou­ra­ger, du fait de l’é­chec du mou­ve­ment anar­chiste à lut­ter contre la supré­ma­tie blanche. »

La pri­son est un lieu où l’on songe conti­nuel­le­ment à son pas­sé, où l’on exa­mine des idées nou­velles ou contraires à ce que l’on croyait ; je me suis mis à repen­ser à ce que j’a­vais vu au sein du mou­ve­ment noir, à l’ar­got à Cuba, à mon arres­ta­tion puis à mon éva­sion en Tchécoslovaquie, et à mon arres­ta­tion défi­ni­tive en Allemagne de l’Est. Je me suis repas­sé le film encore et encore dans ma tête. J’ai été ini­tié à l’a­nar­chisme en 1969, immé­dia­te­ment après avoir été extra­dé aux États-Unis et incar­cé­ré dans la pri­son fédé­rale de New York, où j’ai ren­con­tré Martin Sostre. Sostre m’a par­lé de la façon de sur­vivre en pri­son, de l’im­por­tance de la lutte pour les droits des pri­son­niers, et de l’a­nar­chisme. Ce petit cours d’a­nar­chisme n’a cepen­dant pas por­té ses fruits : je res­pec­tais beau­coup Sostre, à titre per­son­nel, mais ne com­pre­nais pas les concepts théo­riques. Finalement, vers 1973, après envi­ron trois ans d’emprisonnement, j’ai com­men­cé à rece­voir de la lit­té­ra­ture anar­chiste et à cor­res­pondre avec des liber­taires qui avaient enten­du par­ler de mon cas. Ma lente méta­mor­phose vers un anar­chiste invé­té­ré s’est ain­si opé­rée — il me fal­lut quelques années encore pour le deve­nir plei­ne­ment. À la fin des années 1970, j’ai été adop­té par l’Anarchist Black Cross d’Angleterre et par une orga­ni­sa­tion hol­lan­daise du nom de HAPOTOC1Help A Prisoner Oppose Torture Organizing Committee., qui a mis en œuvre une cam­pagne capi­tale pour ma défense, inci­tant des gens du monde entier à écrire au gou­ver­ne­ment amé­ri­cain afin d’exi­ger ma libé­ra­tion.

J’ai écrit une série d’ar­ticles pour la presse anar­chiste. J’étais membre de la Fédération anar­chiste révo­lu­tion­naire sociale, de l’Industrial Workers of the World et d’un cer­tain nombre d’autres groupes anar­chistes aux États-Unis et dans le monde. Mais j’en suis venu à me décou­ra­ger, en rai­son de l’é­chec du mou­ve­ment anar­chiste à lut­ter contre la supré­ma­tie blanche et de ses carences en matière de lutte des classes. En 1979, j’ai donc écrit un pam­phlet, inti­tu­lé L’Anarchisme et la Révolution noire, pour ser­vir de guide dans la dis­cus­sion de ces ques­tions au sein de notre mou­ve­ment. En 1983, j’ai été libé­ré de pri­son, après quinze ans de déten­tion. Cette bro­chure avait influen­cé un cer­tain nombre d’a­nar­chistes qui s’op­po­saient au racisme et aspi­raient tout autant à une approche plus axée sur la lutte de classes. Mais je m’é­tais alors éloi­gné du mou­ve­ment anar­chiste, écœu­ré ; ce n’est qu’en 1992, alors que je tra­vaillais en tant qu’or­ga­ni­sa­teur com­mu­nau­taire anti­ra­ciste dans ma ville natale de Chattanooga, dans le Tennessee, que je suis tom­bé sur un anar­chiste nom­mé John Johnson. Il m’a don­né un numé­ro du jour­nal Love and Rage ; à la suite de quoi j’ai contac­té Chris Day, dudit jour­nal, ain­si que ses cama­rades de la Workers’ Solidarity Alliance à New York. Le reste, comme on dit, appar­tient à l’Histoire. Je suis reve­nu avec une revanche à prendre qui ne m’a pas quit­té.

Black Lives Matter, juillet 2013, Beverly Hills (par Jose Lopez)

Je découvre qu’il existe désor­mais dans le mou­ve­ment des mili­tants qui com­prennent le fonc­tion­ne­ment de la supré­ma­tie blanche ; mieux : ils m’ont encou­ra­gé à réécrire cette bro­chure — ce que j’ai fait, avec recon­nais­sance. Pourquoi suis-je un anar­chiste ? Je déve­loppe une vision alter­na­tive du pro­ces­sus révo­lu­tion­naire. Oui, il existe un meilleur moyen. Laissez-nous nous en occu­per !

Ce que je crois

Tous les anar­chistes ne croient pas aux mêmes choses. Il existe des dif­fé­rences entre eux, mais il y a assez d’es­pace pour qu’elles puissent coexis­ter et être res­pec­tées. Je ne sais pas ce que les autres croient ; je sais seule­ment ce en quoi je crois, et je vais l’é­non­cer sim­ple­ment mais de manière exhaus­tive. Je crois en la libé­ra­tion des Noirs : je suis donc un révo­lu­tion­naire noir. Je crois que les Noirs sont oppri­més à la fois comme tra­vailleurs et comme natio­na­li­té dis­tincte, et ne seront libé­rés que par une révo­lu­tion noire, par­tie intrin­sèque d’une révo­lu­tion sociale. Je crois que les Noirs et les autres natio­na­li­tés oppri­mées doivent avoir leur propre agen­da, leur vision du monde spé­ci­fique et leurs orga­ni­sa­tions de lutte, même s’ils peuvent déci­der d’œuvrer avec tous les tra­vailleurs. Je crois en la des­truc­tion du sys­tème capi­ta­liste mon­dial, je suis donc un anti-impé­ria­liste : tant que le capi­ta­lisme exis­te­ra sur cette pla­nète, il y aura de l’ex­ploi­ta­tion, de l’op­pres­sion et des États-nations. Le capi­ta­lisme est res­pon­sable des grandes guerres mon­diales, de nom­breux conflits régio­naux et des mil­lions de per­sonnes qui meurent de faim pour le pro­fit des pays occi­den­taux riches.

« Tant que le capi­ta­lisme exis­te­ra sur cette pla­nète, il y aura de l’ex­ploi­ta­tion, de l’op­pres­sion et des États-nations. »

Je crois en la jus­tice raciale, je suis donc un anti­ra­ciste : le sys­tème capi­ta­liste est le fruit de l’es­cla­vage et de l’op­pres­sion colo­niale du peuple afri­cain et se main­tient à ses dépens — avant toute révo­lu­tion sociale, la supré­ma­tie blanche devra être vain­cue. Je crois aus­si que les Africains d’Amérique sont colo­ni­sés, des colo­ni­sés internes aux États-Unis, la mère-patrie blanche. Je crois que les tra­vailleurs blancs doivent aban­don­ner leur sta­tut pri­vi­lé­gié, leur « iden­ti­té blanche », et sou­te­nir les tra­vailleurs oppri­més dans leurs luttes pour l’é­ga­li­té et la libé­ra­tion natio­nale. La liber­té ne peut être gagnée en asser­vis­sant et en exploi­tant les autres. Je crois en la jus­tice sociale et à l’é­ga­li­té éco­no­mique : je suis donc un socia­liste liber­taire. Je crois que la socié­té et tous les pans res­pon­sables de la pro­duc­tion devraient par­ta­ger le pro­duit éco­no­mique du tra­vail. Je ne crois ni au capi­ta­lisme, ni à l’État ; je crois que tous deux devraient être ren­ver­sés et abo­lis. Je suis d’ac­cord avec la cri­tique éco­no­mique du mar­xisme, mais pas avec son modèle d’or­ga­ni­sa­tion poli­tique. Je suis d’ac­cord avec la cri­tique anti-auto­ri­taire de l’a­nar­chisme, mais pas avec son rejet de la lutte des classes.

Je crois au contrôle des tra­vailleurs sur la socié­té et l’in­dus­trie : je suis donc un anar­cho-syn­di­ca­liste. Le syn­di­ca­lisme anar­chiste est un syn­di­ca­lisme révo­lu­tion­naire, où des tac­tiques d’ac­tion directe sont déployées afin de com­battre le capi­ta­lisme et de prendre le contrôle de l’in­dus­trie. Je crois que les comi­tés de tra­vailleurs d’u­sine et les orga­ni­sa­tions syn­di­cales devraient être inves­tis comme lieux de tra­vail pour arra­cher le contrôle des mains des capi­ta­listes par une cam­pagne d’ac­tion directe de sabo­tage, de grèves, d’oc­cu­pa­tions d’u­sine, et d’autres actions encore. Je ne crois pas au gou­ver­ne­ment : je suis donc un anar­chiste. Je crois que le gou­ver­ne­ment est l’une des pires formes d’op­pres­sion moderne et qu’il est à l’o­ri­gine de la guerre et de l’op­pres­sion éco­no­mique : il doit être ren­ver­sé. L’anarchisme signi­fie que nous aurons davan­tage de démo­cra­tie, d’é­ga­li­té sociale et de pros­pé­ri­té éco­no­mique. Je m’op­pose à toutes les formes d’op­pres­sion que l’on trouve dans la socié­té moderne : le patriar­cat, la supré­ma­tie blanche, le capi­ta­lisme, le com­mu­nisme d’État, les dic­tats reli­gieux, la dis­cri­mi­na­tion homo­sexuelle…


Extrait de Anarchism and the Black Revolution (1993) — tra­duit de l’an­glais par Ballast.
Photographie de ban­nière : Scott Olson/ Getty Images North American / AFP


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Angela Davis : « S’engager dans une démarche d’intersectionnalité », décembre 2017
☰ Lire notre tra­duc­tion « Femmes, noires et com­mu­nistes contre Wall Street — par Claudia Jones », décembre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Eryn Wise : « Nous vivons un moment his­to­rique », décembre 2016
☰ Lire notre tra­duc­tion « Black Panthers — Pour un anti­ra­cisme socia­liste », Bobby Seale, décembre 2015
☰ Lire notre tra­duc­tion « Antiracisme et lutte contre l’homophobie : retour aux conver­gences », Noel Halifax, juillet 2015
☰ Lire notre tra­duc­tion « Luther King : plus radi­cal qu’on ne le croit ? », Thomas J. Sugrue, mars 2015

NOTES   [ + ]

1.Help A Prisoner Oppose Torture Organizing Committee.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.