Antiracisme et lutte contre l’homophobie : retour aux convergences


Traduction inédite, en français, pour le site de Ballast

À l’heure où cer­tains s’interrogent sur la mon­tée de « l’homonationalisme » — « Toutes les Folles ne sont pas au Front », cla­mait très récem­ment, non sans provo­ca­tion, l’affiche de la Gay Pride de Metz — et où le Parti des Indigènes de la République affirme que « les habi­tants des quar­tiers ne sou­haitent pas poli­ti­ser leur sexua­li­té », il n’est peut-être pas inutile de rap­pe­ler les convergences qui ont eu lieu, dans les années 1970, entre les mou­ve­ments anti­ra­cistes, anti­ca­pi­ta­listes, fémi­nistes et par­ti­sans de la lutte contre l’homophobie. Nous avons tra­duit ce texte, paru il y a quelques semaines dans la Socialist Review, sous la plume de Noel Halifax, auteur de l’ouvrage Out, Proud & Fighting. 


En août 1970, le cofon­da­teur du Black Panther Party, Huey Newton, écri­vit dans le jour­nal des Panthers « Une lettre aux frères et sœurs révo­lu­tion­naires à pro­pos de la libé­ra­tion des femmes et des gays ». Il y avan­çait que ces der­niers mou­ve­ments étaient des causes sœurs et enga­geait les Panthers à sou­te­nir la libé­ra­tion homo­sexuelle. Cela s’avérait inha­bi­tuel pour l’époque : dans les années 1970, le sta­li­nisme et le maoïsme domi­naient la gauche et tous deux per­ce­vaient l’homosexualité comme une dévia­tion bour­geoise, un passe-temps de l’élite déca­dente. De quelle façon cela put-il dès lors se pro­duire ?

Au prin­temps 1970, les Black Panthers se trou­vaient en dif­fi­cul­té. Ils s’étaient construits en 1966 dans les quar­tiers noirs et, suite aux troubles poli­tiques de 1968, l’État amé­ri­cain — et le FBI en par­ti­cu­lier — déci­dèrent d’en finir avec eux. Ils furent assas­si­nés, per­sé­cu­tés et har­ce­lés ; le mou­ve­ment fut sur le point de s’effondrer. L’autre fon­da­teur du BPPBobby Seale, atten­dait son second pro­cès : il était incar­cé­ré depuis deux ans. Vingt Panthers furent arrê­tés à New York pour « conspi­ra­tion contre leur pays » avec une cau­tion pla­cée à 2,1 mil­lions de dol­lars.

« Le sta­li­nisme et le maoïsme domi­naient la gauche et tous deux voyaient l’homosexualité comme une dévia­tion bour­geoise, un passe-temps de l’élite déca­dente. »

L’une des figures majeures du BPPEldridge Cleaver, avait fui à Cuba puis en Algérie, de crainte d’être assas­si­né ou arrê­té. Les Panthers durent faire face à des frais de jus­tice fara­mi­neux au moment même où leurs sou­tiens se fai­saient rares. C’est dans ce contexte que l’écrivain fran­çais Jean Genet reçut un coup de fil : David Hilliard, éga­le­ment des Panthers, l’appelait pour sol­li­ci­ter son aide et son sou­tien. La réponse de l’écrivain fut immé­diate : il deman­da ce qu’il pou­vait faire et, dans la semaine, effec­tuait déjà le tour des uni­ver­si­tés amé­ri­caines et des grandes villes afin de lever des fonds. Il repro­cha à la gauche, et sur­tout au SDS [Étudiants pour une socié­té démo­cra­tique — la prin­ci­pale orga­ni­sa­tion étu­diante de gauche], de ne pas se mon­trer plus vigou­reux dans leur sou­tien aux Panthers. Cette tour­née de trois mois fut remar­quable — notam­ment car Genet séjour­nait illé­ga­le­ment aux États-Unis (on lui avait refu­sé son visa d’entrée puisqu’il avait été condam­né pour des délits à plu­sieurs reprises et qu’il était l’homosexuel le plus mon­dia­le­ment célèbre — sans rien dire de ses liens avec la gauche révo­lu­tion­naire fran­çaise…). Il s’était ren­du au Canada, avait tra­ver­sé dis­crè­te­ment la fron­tière pour faire ses appa­ri­tions lors de sa grande tour­née, sous la sur­veillance per­ma­nente du FBI. Sa renom­mée était telle qu’il ne fut jamais arrê­té. Jean Genet était un orphe­lin aban­don­né par une mère pros­ti­tuée et un père incon­nu, éle­vé dans l’horrible sys­tème semi-mili­taire des orphe­li­nats de la France des années 1910. Il gran­dit en voleur, pros­ti­tué tra­ves­ti, cam­brio­leur et vaga­bond, vivant dans les bas-fonds des cités de l’Hexagone et de l’Espagne des années 1930. On peut le dire : il exé­crait la socié­té fran­çaise res­pec­table. 

La prison

En 1948, il se trou­vait en pri­son, condam­né à per­pé­tui­té. Il écri­vait dans les condi­tions les plus affreuses, sou­vent sur du papier toi­lette, mais finit par être lu par Jean-Paul Sartre, et bien d’autres : sa cause fut enten­due. Il fut acquit­té et relâ­ché au terme d’une cam­pagne menée pour sa libé­ra­tion. Son pre­mier roman fut publié juste après la guerre, sui­vi par d’autres, dans les années 1950 et 60, ain­si que des pièces de théâtre. Genet était l’incarnation par­faite de l’écrivain exis­ten­tia­liste et n’éprouvait aucune honte pour son homo­sexua­li­té : il nar­rait des des­crip­tions sexuelles détaillées et des drames émo­tion­nels à une époque où l’homosexualité était illé­gale et, au mieux, consi­dé­rée comme une mala­die (à l’exception des milieux bohèmes). Genet com­men­ça à s’intéresser vive­ment aux Panthers et les sou­tint aus­si­tôt. Il avait écrit Les Nègres en 1958, une pièce à la dis­tri­bu­tion entiè­re­ment noire, met­tant en scène la ven­geance des oppri­més à l’encontre de leurs oppres­seurs — la pre­mière new-yor­kaise se dérou­la en 1961 (et fut jouée jusqu’en 1963, avant de par­tir pour Montréal). Ce fut une pièce cru­ciale pour le déve­lop­pe­ment du théâtre noir aux États-Unis : y figu­rèrent ceux qui devien­dront la crème des acteurs afro-amé­ri­cains, à l’instar de James Earl Jones et Maya Angelou.

« Davis se sou­vien­dra éga­le­ment qu’il ne fit aucun secret de son homo­sexua­li­té ; il pro­vo­qua même déli­bé­ré­ment le débat et se que­rel­la avec les Panthers. »

Ce fut grâce à cette pièce que Genet obtint une cer­taine influence au sein de l’Amérique noire. Angela Davis l’assurera : Les Nègres fit de lui « un allié ». Il était éga­le­ment célèbre pour son sou­tien à l’Algérie indé­pen­dan­tiste, contre son propre pays, ain­si que sa dénon­cia­tion des impé­ria­lismes fran­çais et amé­ri­cain. L’unique autre fois où Genet s’était ren­du aux États-Unis fut en août 1968, lorsqu’il par­ti­ci­pa au ras­sem­ble­ment de la gauche et à l’émeute qui écla­ta lors de la Convention démo­crate de Chicago. Il fut témoin de ces évé­ne­ments, par­la aux côtés d’écrivains tels que William Burroughs et Allen Ginsberg, et ren­con­tra pour la pre­mière fois les Black Panthers. Angela Davis, en tant que tra­duc­trice de Genet lors de la tour­née de 1970, racon­te­ra les pro­blèmes aux­quels les Panthers eurent à faire face en ten­tant de convaincre les Blancs radi­caux, encore hési­tants, de les sou­te­nir. À l’UCLA [Université de Californie à Los Angeles], les affiches men­tion­naient la pré­sence de Genet mais n’indiquaient nul­le­ment qu’il s’exprimait au nom des Panthers. Une foule immense et majo­ri­tai­re­ment blanche vint le voir. Mais lorsqu’il fut clair que l’écrivain ne par­le­rait pas de ses tra­vaux mais uni­que­ment du par­ti afro-amé­ri­cain, plus de la moi­tié du public se leva pour s’en aller. Davis se sou­vien­dra éga­le­ment qu’il ne fit aucun secret de son homo­sexua­li­té ; il pro­vo­qua même déli­bé­ré­ment le débat (une fois, par exemple, en se tra­ves­tis­sant) et se que­rel­la avec les Panthers du fait de leur homo­pho­bie et de l’usage qu’ils fai­saient de cer­tains termes, comme « tapette » [« fag­got »]. Davis esti­me­ra que ce furent ces argu­ments qui pous­sèrent plus tard Huey Newton à écrire son article en faveur de la libé­ra­tion gay. Aujourd’hui, le mou­ve­ment LGBT est hau­te­ment res­pec­table et domi­né par la classe moyenne blanche — les Prides annuelles sont aux mains d’entreprises et lis­sées de presque tout conte­nu poli­tique. Ceci n’a pas tou­jours été le cas. Mais les cou­ra­geux efforts de Genet n’expliquent pas, à eux seuls, l’engagement des Panthers en faveur de la libé­ra­tion homo­sexuelle.

davis3

Angela Davis (DR)

Le mouvement

Une figure cen­trale de l’émeute du bar Stonewall Inn, en 1969, se nom­mait Sylvia Rivera. À lire la des­crip­tion que cette der­nière en fit, on sai­sit mieux ce qui put conduire les Panthers à s’identifier : « Nous avons été jetés hors du bar et ils [les poli­ciers] nous ont ras­sem­blés comme du bétail contre les camion­nettes de police. Les flics nous ont pous­sés contre les grilles et les bar­rières. Les gens ont com­men­cé à jeter des pièces de mon­naie sur les flics. Puis ce furent les bou­teilles… Nous ne pou­vions plus sup­por­ter ces emmer­de­ments. À l’avant se trou­vaient les homos de la rue, les SDF qui vivaient dans le parc de Sheridan Square devant le bar, puis les drag queens der­rière eux et tout le monde der­rière nous. Les lignes télé­pho­niques du Stonewall Inn furent cou­pées et ils sont res­tés dans le noir. » Il est évident que bien des émeu­tiers étaient lati­nos, comme Rivera, ou noirs, comme son amie et cama­rade Marsha P. Johnson. Au len­de­main de l’émeute, le Gay Liberation Front (GLF) émer­gea, avec son propre pro­gramme et ses appels à la révo­lu­tion. Sylvia Rivera et Marsha P. Johnson aidèrent éga­le­ment à la créa­tion du STAR (Street Transvestites Action Revolutionaries), en occu­pant un bâti­ment vide afin d’en faire une base pour les jeunes tra­ves­tis sans domi­cile fixe.

À la Convention révo­lu­tion­naire du Peuple, à Philadelphie, en 1971, Rivera ren­con­tra Huey Newton. Elle racon­te­ra plus tard qu’il recon­nut le GLF et le STAR comme des groupes révo­lu­tion­naires. Alors que les Black Panthers s’engageaient de plus en plus dans le sou­tien à la libé­ra­tion homo­sexuelle, nombre d’autres groupes, d’inspiration sta­li­nienne ou maoïste, voyaient encore le mou­ve­ment gay comme « déca­dent ». La gauche libé­rale tour­nait elle aus­si en déri­sion le GLF. The Village Voice, alors jour­nal de la gauche radi­cale, n’hésita pas à plai­san­ter au sujet des émeutes du Stonewall Inn, notant qu’elles écla­tèrent pro­ba­ble­ment parce que les drag queens étaient tristes d’apprendre la mort de Judy Garland… Les Panthers et les pre­miers mou­ve­ments gays appar­te­naient en réa­li­té à la même classe : ils étaient aus­si, tous deux, des mou­ve­ments de rue — et sou­vent des mêmes rues et des mêmes bars. Avant que Malcolm X ne devînt Malcolm X, il avait été Malcolm Little, l’arnaqueur et le dea­ler qui fré­quen­tait des bars de Boston simi­laires au Stonewall Inn — le futur lea­der se mélan­geait aux drag queens comme aux dea­lers de drogue (il eut même, semble-t-il, des amants gays et un riche petit ami blanc).

« Le mou­ve­ment révo­lu­tion­naire noir des années 1960 et le mou­ve­ment gay avaient un gros point com­mun : la classe, non pas la classe pro­lé­ta­rienne indus­trielle orga­ni­sée, mais le sous-pro­lé­ta­riat urbain désor­ga­ni­sé. »

Le mou­ve­ment révo­lu­tion­naire noir des années 1960 et le mou­ve­ment gay avaient un gros point com­mun : la classe, non pas la classe pro­lé­ta­rienne indus­trielle orga­ni­sée, mais le sous-pro­lé­ta­riat urbain désor­ga­ni­sé. Sylvia Rivera était ain­si active au quar­tier gay Greenwich Village comme à Spanish Harlem, tout en étant membre du STAR, du GLF et du mou­ve­ment natio­na­liste por­to­ri­cain the Young Lords. En appa­rence, il s’agit de mou­ve­ments d’opprimés très dif­fé­rents (s’identifiant au groupe oppri­mé en tant que groupe oppri­mé), mais orga­ni­sés dans les mêmes rues et les mêmes quar­tiers. De la même manière, Marsha P. Johnson mili­tait au sein du GLF et du STAR aus­si bien qu’à Harlem. Par-delà les dif­fé­rences d’oppression, une même simi­la­ri­té de classe.

Sans domicile fixe 

Ces mou­ve­ments furent bâtis depuis la rue et dans la rue, « hors du pla­card et dans la rue », comme cla­mait le slo­gan. Les sans domi­cile fixe, les vaga­bonds et les jeunes qui fuyaient un contexte fami­lial étouf­fant furent rejoints par un grand nombre d’objecteurs de conscience. Les États-Unis pra­ti­quaient encore la conscrip­tion ; des cen­taines de mil­liers de pauvres, qui ne pou­vaient l’éviter, durent fuir — prendre le maquis, en un sens. Existait là une armée poten­tielle de jeunes hommes et femmes insur­gés, dans les grandes villes, en déca­lage par rap­port à la socié­té domi­nante. La poli­tique des mou­ve­ments gays et noirs a depuis long­temps délais­sé cette base ori­gi­nelle, au sein de cette classe révo­lu­tion­naire mais instable. Le capi­ta­lisme rose et la classe moyenne noire dominent leurs ter­rains res­pec­tifs depuis des décen­nies. Récemment, pour­tant, leurs racines révo­lu­tion­naires ont été quelque peu retrou­vées, des troubles qui entou­rèrent les meurtres de jeunes Noirs, par la police amé­ri­caine, aux débats concer­nant la Gay Pride lon­do­nienne de cette année…

glf

(New York Public Library)


Jean Genet, extrait

« Tous étaient au cou­rant de ma vie, et je peux affir­mer que jamais je ne me suis heur­té au moindre soup­çon d’un reproche moral. Au contraire, ma bio­gra­phie me rap­pro­chait d’eux dans la mesure où j’étais moi aus­si un paria mar­gi­na­li­sé par la socié­té. Un homme de la valeur de Jackson écri­vit de sa pri­son qu’il regret­tait de n’avoir pas men­ti, volé ou escro­qué à cause de l’obéissance impli­cite aux canons de la morale occi­den­tale qu’il repré­sen­tait. David Milliard avait dans sa ser­viette un exem­plaire du livre de Sartre et sou­vent il en dis­cu­tait avec moi, pour rire. À mon retour en France, il m’a même deman­dé un article sur l’homosexualité et la révo­lu­tion pour le jour­nal des Panthers. Et cela n’était pas seule­ment dû à mon influence. Avant de me ren­con­trer, Huey Newton avait pré­co­ni­sé l’alliance des Panthers avec les dif­fé­rents groupes oppri­més par la socié­té amé­ri­caine, entre autres les homo­sexuels du Gay Liberation Front. Les Panthers se sont débar­ras­sés de ce puri­ta­nisme casse-pieds, d’essence chré­tienne, que les pays socia­listes avaient copié sur la bour­geoi­sie. »

Entretien entre Genet et Juan Goytisolo, 1971.


Huey P. Newton, extrait

« Quelles que soient vos opi­nions ou insé­cu­ri­tés per­son­nelles quant à l’homosexualité et les dif­fé­rents mou­ve­ments de libé­ra­tion des homo­sexuels et des femmes (et je parle des homo­sexuels et des femmes en tant que groupe oppri­mé), nous devrions essayer de nous unir à eux de manière révo­lu­tion­naire. […] N’oublions pas que nous n’avons pas éta­bli de sys­tème de valeurs révo­lu­tion­naire ; nous sommes seule­ment en train de le mettre en place. Je n’ai pas sou­ve­nir que nous ayons défi­ni des valeurs qui disent qu’un révo­lu­tion­naire doive tenir des pro­pos insul­tants envers les homo­sexuels, ou qu’un révo­lu­tion­naire doive s’assurer que les femmes ne s’expriment pas à pro­pos de leur oppres­sion par­ti­cu­lière. De fait, il s’agit de l’opposé : nous disons que nous recon­nais­sons le droit des femmes à être libres. Nous n’avons presque rien dit à pro­pos des homo­sexuels, mais nous devons nous relier au mou­ve­ment homo­sexuel car il est bien réel. Je sais, de par mes lec­tures, mon expé­rience et mes obser­va­tions que nul dans la socié­té n’accorde de liber­té ou d’autonomie aux homo­sexuels. Ils sont peut-être la popu­la­tion la plus oppri­mée de la socié­té. […] Nous devrions dis­cu­ter volon­tai­re­ment des insé­cu­ri­tés que beau­coup de gens ont envers l’homosexualité. Quand je parle d’insécurités, je parle de la peur qu’ils soient une menace pour notre viri­li­té. Je com­prends cette peur. À cause du long pro­cé­dé de condi­tion­ne­ment qui ins­tille l’insécurité dans le mâle amé­ri­cain, l’homosexualité peut pro­duire cer­tains rejets en nous. J’ai moi-même des rejets vis-à-vis de l’homosexualité mas­cu­line. D’un autre côté, je n’en ai aucun envers l’homosexualité fémi­nine. Cela est déjà un fait en lui-même. Je pense que c’est sans doute car l’homosexualité mas­cu­line est une menace pour moi, alors que l’homosexualité fémi­nine ne l’est pas. Nous devrions être pru­dents lorsque nous employons des termes qui pour­raient bles­ser nos amis. Les mots pédale et salope devraient être éli­mi­nés de notre voca­bu­laire, et nous devrions plus par­ti­cu­liè­re­ment ne pas uti­li­ser de noms attri­bués aux homo­sexuels pour dési­gner les enne­mis du peuple, comme Nixon ou Mitchell. Les homo­sexuels ne sont pas les enne­mis du peuple. »

Discours de Huey Newton, fon­da­teur des Black Panthers, 15 août 1970.


Texte publié en anglais dans la Socialist Review en juin 2015 (sous le titre « When gays and Panthers were uni­ted »), tra­duit pour Ballast, avec l’aimable auto­ri­sa­tion de Noel Halifax, par Farid Belkhatir.


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Almamy Kanouté, « On doit fédé­rer tout le monde », juillet 2015
☰ Lire notre article « Pour un fémi­nisme socia­liste et inclu­sif », Johanna Brenner, juin 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Angela Davis, « Nos luttes mûrissent, gran­dissent », mars 2015
☰ Lire notre article « Daniel Guérin, à la croi­sée des luttes », mars 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Édouard Louis, « Mon livre a été écrit pour rendre jus­tice aux domi­nés », jan­vier 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.