Alliance électorale ou changement de société ?


Tribune inédite des auteur.e.s d’Un Projet de Décroissance pour le site de Ballast

Les élec­tions pré­si­den­tielles approchent à grands pas et les gauches se ques­tionnent : faut-il s’al­lier, construire une large union pour envi­sa­ger la vic­toire ? Par cette tri­bune, Vincent Liegey, Stéphane Madelaine, Christophe Ondet et Anisabel Veillot, auteurs du Projet de Décroissance, tiennent à nous aler­ter : les cir­cons­tances ne doivent pas enterrer le débat fon­da­men­tal quant au projet com­mun, aux défis nom­breux — lut­ter contre une oli­gar­chie qui se déploie au-delà de nos fron­tières, faire le lien entre des ini­tia­tives épar­pillées sans les étouf­fer, pro­mou­voir une approche paci­fiste des rela­tions inter­na­tio­nales… Dans quelques mois, les élec­tions seront pas­sées et le cadre res­te­ra le même. Il fau­dra tou­jours répondre à cette ques­tion fon­da­men­tale : « Comment chan­ger la socié­té sans prendre le pou­voir, ni le lais­ser ? » Continuer à dis­cu­ter mal­gré les diver­gences, trou­ver de nou­veaux moyens de tra­vailler ensemble, tout cela n’est pos­sible, assurent les auteurs, qu’en dehors des que­relles poli­ti­ciennes : la trans­for­ma­tion de la socié­té pas­se­ra par l’i­dée qu’a­voir rai­son tout seul, c’est avoir tort.


Si la cam­pagne pré­si­den­tielle a débu­té sur fond de peur, de haine, de repli, celle-ci laisse tou­te­fois appa­raître un espoir. En effet, mal­gré l’importance média­tique des « affaires », cer­taines pro­blé­ma­tiques jus­qu’à pré­sent igno­rées ont émer­gé : reve­nu de base, cen­tra­li­té de la valeur tra­vail, non-rem­bour­se­ment de la dette publique, ou encore cri­tique de la Croissance et prise en compte des enjeux envi­ron­ne­men­taux. Ces débats sont riches et intenses mais pas tou­jours des plus construc­tifs. En décembre der­nier, nous évo­quions déjà le fait qu’avec le reve­nu de base, le risque était que cha­cun y pro­jette ses espoirs et ses craintes. Aujourd’hui, nous fai­sons face à une pro­blé­ma­tique simi­laire, aus­si confuse et faus­sée, autour de la recherche d’une large alliance à gauche. Cette ques­tion paraît vrai­ment d’actualité, suite à la per­cée de pro­po­si­tions radi­cales lors des pri­maires du Parti socia­liste (qui ont reçu un fort sou­tien). L’objectif est clair : construire une large union de la gauche, du PS aux décrois­sants, des Verts aux Insoumis, en allant jusqu’à la Primaire citoyenne. Sur le papier, l’enthousiasme semble de mise, sur­tout avec des son­dages qui laissent rêveurs en cas de coa­li­tion et inquiets en cas de can­di­da­tures mul­tiples. En consi­dé­rant la situa­tion poli­tique géné­rale, il sem­ble­rait irres­pon­sable de pas­ser à côté de cette occa­sion. Ainsi, on s’invective, on débat, les uns accu­sant les autres de naï­ve­té, les autres de purisme…

« Notre sys­tème démo­cra­tique, tou­jours plus dis­cré­di­té, se limite à un outil repré­sen­ta­tif. »

Pour autant, il ne faut pas se leur­rer. Les règles du jeu sont biai­sées : notre sys­tème démo­cra­tique, tou­jours plus dis­cré­di­té, se limite à un outil repré­sen­ta­tif — et donc au jeu des appa­reils. L’élection pré­si­den­tielle en ampli­fie les tra­vers en enfer­mant les débats dans un culte de la per­son­na­li­té, quand ce n’est pas l’attente du sau­veur rédemp­teur. C’est pour cela que la recherche d’une alliance à gauche ne doit pas occul­ter les ques­tions essen­tielles. L’important n’est pas de savoir s’il faut être pour ou contre une telle alliance ou sous quelle forme elle doit se faire, mais plu­tôt une alliance pour quoi faire, com­ment, pour quelles échéances et quels pro­jets ? Aujourd’hui, nous iden­ti­fions plu­sieurs défis majeurs à rele­ver et à assu­mer afin d’es­sayer d’envisager demain sous un autre jour, afin de se don­ner un peu d’espoir en dehors des cercles de pen­sée et d’action domi­nants.

Lutter contre l’oligarchie pour contrer les replis identitaires

L’émergence, non sans dif­fi­cul­tés, de nou­velles forces éman­ci­pa­trices et éco­lo­gistes n’est pas une spé­ci­fi­ci­té fran­çaise, comme nous le rap­pellent des mou­ve­ments comme Syriza en Grèce ou Podemos et les listes citoyennes des Indignés en Espagne. Quand elles ne font pas face à des dilemmes internes ou aux tenants du sys­tème, elles se heurtent à la mon­tée de forces réac­tion­naires et déma­go­giques qui prônent des solu­tions sim­plistes, construites autour du repli sur soi et du rejet de l’autre. C’est bien connu : l’enfer, c’est les autres, comme nous l’ont mon­tré les der­nières élec­tions amé­ri­caines ou bri­tan­niques, bien que l’es­poir y revienne aus­si avec la cam­pagne sur­prise de Sanders ou la prise en main com­plexe du par­ti tra­vailliste par Corbyn. Aujourd’hui, la métro­po­li­sa­tion de notre monde, la mon­tée des inéga­li­tés éco­no­miques et cultu­relles, mais éga­le­ment le sen­ti­ment d’insécurité, doivent être ques­tion­nés. Comme le montrent les cartes élec­to­rales des der­nières élec­tions aux États-Unis, en Grande Bretagne, en Autriche ou en Hongrie, nos socié­tés sont divi­sées. L’enjeu n’est pas de ren­for­cer ces cli­vages en oppo­sant des par­ties de la popu­la­tions les unes contre les autres mais, au contraire, de créer des dyna­miques de dia­logue : dans nos quar­tiers, nos zones rurales sou­vent aban­don­nées, nos zones urbaines sur-connec­tées, entre classes popu­laires, classes moyennes et bobos.

(DR)

De même, l’aventure Syriza a mon­tré com­ment un sou­tien popu­laire fort au niveau natio­nal a été insuf­fi­sant pour s’opposer à la Troïka, d’où la néces­si­té de créer des alliances et des dyna­miques larges et ouvertes. Les com­bats poli­tiques n’ont plus de fron­tières et l’idée de bâtir une nou­velle inter­na­tio­nale, ouverte, diverse et décen­tra­li­sée, est encore plus qu’hier d’actualité et néces­saire. Il faut créer des liens entre ces hyper-lieux et les « déserts de la socié­té de crois­sance », pour tendre vers une relo­ca­li­sa­tion ouverte et sou­hai­table. C’est la condi­tion sine qua non pour évi­ter la mon­tée de cli­vages vio­lents et pour être suf­fi­sam­ment forts et soli­daires face à l’o­li­gar­chie finan­cière qui, elle, n’a pas de fron­tières.

Jongler entre des institutions inadaptées et des aspirations en construction

« Il n’y aura pas d’espoir de paix sans remise en ques­tion de nos consom­ma­tions deve­nues insou­te­nables ! »

L’aventure Nuit Debout, comme ses pré­dé­ces­seures des Indignés ou d’Occupy, se heurte à la ques­tion de la gou­ver­nance, inter­roge le fonc­tion­ne­ment de nos démo­cra­ties et notre rap­port au pou­voir. Certes, cette ques­tion n’est pas nou­velle, mais elle n’a tou­jours pas été réso­lue. Comment construire de nou­velles pra­tiques poli­tiques décen­tra­li­sées et par­ti­ci­pa­tives dans des ins­ti­tu­tions qui limitent l’espace démo­cra­tique aux élec­tions ain­si qu’au sys­tème de par­ti, tota­le­ment dis­cré­di­té et incom­pa­tible avec les aspi­ra­tions et pra­tiques nou­velles : dia­logue, écoute, com­mu­ni­ca­tion non-vio­lente, socio­cra­tie, auto­ges­tion et prise de déci­sion au consen­sus ? Ces expé­ri­men­ta­tions sont por­teuses d’espoir, comme le prouvent les listes citoyennes en Espagne ou l’idée de la Primaire en France. En paral­lèle émergent par­tout à tra­vers le monde des dyna­miques de repo­li­ti­sa­tion au niveau local par le faire : jar­dins com­mu­nau­taire, villes en tran­si­tion, mon­naies locales, etc. Malheureusement, ces ini­tia­tives locales et/ou poli­tiques, bien que néces­saires, s’a­vèrent loin d’être suf­fi­santes pour ren­ver­ser le sys­tème et le pou­voir oli­gar­chique. Alors, com­ment trou­ver un équi­libre entre les expé­ri­men­ta­tions à l’extérieur du sys­tème et la néces­si­té d’être dans celui-ci afin d’é­vi­ter un entre-soi dan­ge­reux ? Nous ne pou­vons attendre et espé­rer qu’un pou­voir pro­vi­den­tiel apporte les solu­tions. Au contraire, nous devons nous ques­tion­ner afin que les ins­ti­tu­tions puissent ser­vir de relais et de cata­ly­seur pour une accé­lé­ra­tion de cette trans­for­ma­tion par le bas : quelles inter­ac­tions, quels rap­port de forces, quelles réformes ins­ti­tu­tion­nelles et quelles (re)distributions ?

Éteindre la poudrière internationale en assumant la transparence de nos modes de vie

L’absence de vision paci­fiste au niveau inter­na­tio­nal est une constante depuis des décen­nies. La paix est per­mise si elle per­met à la socié­té de Croissance de se main­te­nir. Il est temps d’avoir une pen­sée juste et res­pon­sable concer­nant la situa­tion géo­po­li­tique mon­diale. Afin de rompre avec le mili­ta­risme ram­pant, le post-colo­nia­lisme, mais aus­si l’arrogant impé­ria­lisme cultu­rel qu’est le déve­lop­pe­ment, nous ne pou­vons plus élu­der les ques­tions de la dette éco­lo­gique et de notre dépen­dance aux res­sources pro­ve­nant de régions stra­té­giques. Ainsi, une réponse géo­po­li­tique effi­cace par­tant d’Europe doit s’appuyer d’une part sur une ana­lyse claire du pas­sé et des res­pon­sa­bi­li­tés, des forces au pou­voir (l’OTAN reste la force mili­taire la plus puis­sante au monde), et d’autre part sur une stra­té­gie qui remet une ONU réfor­mée au cœur des réso­lu­tions des conflits, sur la base d’un dia­logue ouvert. Depuis trop long­temps les forces en pré­sence ont avan­cé en cachant leurs inté­rêts, avec en pre­mier lieu la ques­tion du pétrole et, plus glo­ba­le­ment, des res­sources utiles au capi­ta­lisme. Il n’y aura pas d’espoir de paix sans remise en ques­tion de nos consom­ma­tions deve­nues insou­te­nables ! À par­tir de là, il est pos­sible, en toute trans­pa­rence, de mettre sur la table les véri­tables enjeux géo­po­li­tiques : com­ment orga­ni­ser de manière paci­fique une répar­ti­tion juste des res­sources vers un post-extrac­ti­visme et un arrêt de l’ac­ca­pa­re­ment des terres vers une agri­cul­ture sou­te­nable de proxi­mi­té ?

(DR)

Façonner des projets, mais aussi des chemins et des méthodes

Comment par­ve­nir à unir des forces poli­tiques pour les­quelles l’obtention d’un consen­sus semble dif­fi­cile, non pas à cause de désac­cords de fond, mais sur­tout en rai­son de cultures et de tra­di­tions poli­tiques dif­fé­rentes ? Il y a même de nom­breux points pro­gram­ma­tiques simi­laires et com­plé­men­taires. L’enjeu le plus impor­tant est donc de réus­sir à dia­lo­guer : com­ment invi­ter cha­cune et cha­cun à faire des pas-de-côté et à prendre le temps de l’écoute, sans invec­tive ni pro­cès d’intention ? L’expérience nous montre que les désac­cords sur le pro­jet ne sont pas les plus insur­mon­tables : c’est sou­vent autour de diver­gences, de mal­en­ten­dus sur le che­min et la méthode que se construisent les scis­sions et les clashs ! Ainsi, c’est à nous de nous appro­prier et de déve­lop­per l’idée d’une Constituante, de créer les condi­tions d’un débat construc­tif sur le reve­nu de base. Pour ce faire, il faut dépas­ser ces cli­vages sté­riles et poli­ti­ciens qui nous font pas­ser à côté des vrais enjeux et de la construc­tion d’une réelle stra­té­gie de trans­for­ma­tion à court, moyen et long terme.

Avoir raison tout seul, c’est avoir tort

« Créer une dyna­mique pour une nou­velle Internationale, diverse et décen­tra­li­sée. »

Finalement, cher­cher une alliance à gauche n’est pas for­cé­ment la ques­tion cen­trale. L’enjeu prin­ci­pal est de conti­nuer à construire les bases d’une trans­for­ma­tion cultu­relle pro­fonde de notre socié­té sur les­quelles peuvent émer­ger ces nou­veaux mondes, de créer une dyna­mique pour une nou­velle Internationale, diverse et décen­tra­li­sée. Les enjeux et défis à rele­ver vont bien au-delà de cette union pos­sible et de l’élection qui sui­vra. Mais cette alliance doit être un moment pour se poser la ques­tion sur les chan­ge­ments à envi­sa­ger et à réa­li­ser, en posant la ques­tion : com­ment chan­ger la socié­té sans prendre le pou­voir, ni le lais­ser ? Nous devons dépas­sion­ner ce dilemme de l’alliance pour l’insérer dans un cadre plus com­plexe et regar­der au-delà de l’élection pré­si­den­tielle. Il faut com­prendre et accep­ter qu’il n’y aura pas de Grand Soir mais que chaque levier de trans­for­ma­tion a un rôle à jouer, sans illu­sion ni naï­ve­té. Ces conver­gences en cours, en construc­tion autour d’un pro­jet radi­cal et cohé­rent sont déjà un évé­ne­ment remar­quable, mais un chan­ge­ment de para­digme demande du temps et ne se décrète pas. C’est ce que nous enseigne la vie au sein de ces expé­ri­men­ta­tions concrètes locales, pro­gres­si­ve­ment, pas à pas mais dans l’ouverture à l’autre, non sans radi­ca­li­té et sans oublier nos objec­tifs.

Alors, ren­con­trons-nous, dans le res­pect de la diver­si­té de nos cultures poli­tiques, de nos réseaux, de nos visions, de nos expé­riences et de nos com­pé­tences. Si cette diver­si­té com­plique les coopé­ra­tions dans le cadre d’une élec­tion pré­si­den­tielle, elle est pour­tant fon­da­men­tale pour trans­for­mer paral­lè­le­ment nos socié­tés com­plexes et espé­rer évi­ter ou mini­mi­ser les bar­ba­ries en cours et à venir. Soyons aus­si humbles que pos­sible face à l’im­men­si­té de la tâche, et ne per­dons pas de vue qu’a­voir rai­son tout seul, c’est avoir tort !


Projet de Décroissance – Manifeste pour une Dotation incon­di­tion­nelle d’autonomie, édi­tions Utopia, 2013


Photographie de cou­ver­ture : Chantelle D’mello


REBONDS

☰ Lire notre article « L’écosocialisme, qu’est-ce donc ? », Pierre-Louis Poyau, décembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Lucile Leclair : « Refuser l’agriculture indus­trielle », novembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Hervé Kempf : « On redé­couvre ce qu’est la poli­tique », juillet 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Vincent Liegey : « Avoir rai­son tout seul, c’est avoir tort », avril 2016
☰ Lire notre article « Contre la crois­sance infi­nie », Uri Gordon (tra­duc­tion), février 2016 
☰ Lire notre entre­tien avec Razmig Keucheyan : « C’est à par­tir du sens com­mun qu’on fait de la poli­tique », février 2016 
☰ Lire notre entre­tien avec Paul Ariès : « La poli­tique des grandes ques­tions abs­traites, c’est celle des domi­nants », mars 2015 

Projet de Décroissance
Projet de Décroissance

Vincent Liegey. Avec Stéphane Madelaine, Christophe Ondet et Anisabel Veillot. Co-auteurs de « Projet de Décroissance – Manifeste pour une Dotation inconditionnelle d’autonomie », éditions Utopia, 2013.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.
Nous déménageons notre site ! Les commandes et abonnements sont temporairement indisponibles, nos articles restent accessibles.
+