Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Winstanley, chrétien et précurseur du socialisme


Traduction d’un article de Tribune pour le site de Ballast

« Je vous le dis encore, il est plus facile à un cha­meau de pas­ser par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’en­trer dans le royaume de Dieu », rap­por­tait en son temps le pre­mier des quatre Évangiles — celui de Matthieu. Du chris­tia­nisme au socia­lisme, il n’é­tait donc qu’un pas à fran­chir. Le Britannique Gerrard Winstanley a fait, avec d’autres, office de trait d’u­nion. Né au début du XVIIe siècle, ce pro­tes­tant s’est ins­pi­ré du Nouveau Testament pour cofon­der les Diggers en l’an­née 1649. En fran­çais, les Bêcheux. En rup­ture avec l’i­déo­lo­gie de la pro­prié­té indi­vi­duelle, le groupe a prô­né le par­tage des terres, l’ex­pro­pria­tion des sei­gneurs et la construc­tion d’une socié­té démo­cra­tique et éga­li­taire. Les pro­prié­taires ter­riens locaux ont, bien sûr, mis un terme à l’ex­pé­rience. La révo­lu­tion bol­che­vik gra­ve­ra le nom de Winstanley sur un obé­lisque afin de saluer le pré­cur­seur qu’il a été, puis, au mitan des années 1960, un col­lec­tif anar­chiste repren­dra à son compte celui des Diggers aux États-Unis. L’historien John Gurney revient sur la dif­fu­sion de la pen­sée de Winstanley au sein du mou­ve­ment pour l’émancipation.


Été 1918 : alors qu’ap­proche le pre­mier anni­ver­saire de la révo­lu­tion d’Octobre, des mesures sont prises à Moscou pour mettre en œuvre l’un des pro­jets phares de Lénine, son plan de pro­pa­gande de masse. D’après un décret daté du 12 avril, tout sym­bole encore exis­tant du régime tsa­riste doit être sys­té­ma­ti­que­ment sup­pri­mé, tan­dis que l’on éri­ge­ra des monu­ments dédiés aux pen­seurs et mili­tants révo­lu­tion­naires du pas­sé le long des grands axes de la métro­pole. Des plans simi­laires sont éla­bo­rés pour Petrograd. Parmi les anciens sym­boles tsa­ristes mena­cés de des­truc­tion, un grand obé­lisque de gra­nit récem­ment éri­gé — en 1913, pour com­mé­mo­rer les trois cents ans du règne des Romanov — se dresse dans les jar­dins d’Alexandre, près du Kremlin. C’est Lénine qui a pris la déci­sion de sau­ver l’o­bé­lisque : lui confé­rer un nou­vel usage pou­vait fina­le­ment s’es­ti­mer pré­fé­rable à sa démolition.

« L’aigle à deux têtes des Romanov est reti­ré de l’o­bé­lisque des jar­dins d’Alexandre et les noms des tsars sont effa­cés ; on ins­crit à leur place les noms de dix-neuf grands pen­seurs révolutionnaires. »

Alors que la guerre civile s’in­ten­si­fie en Russie, la construc­tion de nou­veaux monu­ments semble chaque jour une tâche plus dif­fi­cile. Il s’a­vère que très peu d’entre eux seront ache­vés à temps pour les célé­bra­tions dudit anni­ver­saire. Il paraît alors logique de réuti­li­ser un monu­ment plus ancien, quitte à sus­ci­ter l’a­ga­ce­ment des artistes et des sculp­teurs de l’a­vant-garde mos­co­vite. L’aigle à deux têtes des Romanov est reti­ré de l’o­bé­lisque des jar­dins d’Alexandre et les noms des tsars sont effa­cés ; on ins­crit à leur place les noms de dix-neuf grands pen­seurs révo­lu­tion­naires. Comme on peut s’y attendre, ceux de Karl Marx et de Friedrich Engels figurent en tête de liste, mais le hui­tième nom est celui de « Uinstenli », ou Gerrard Winstanley (1609–1676), mieux connu comme le chef des Diggers anglais du XVIIe siècle. En avril 1649, ils avaient occu­pé des ter­rains en friche à St George’s Hill, dans le Surrey, et semé des panais, des carottes et des hari­cots ; ils avaient éga­le­ment décla­ré qu’ils espé­raient que la Terre devien­drait bien­tôt « un tré­sor com­mun pour tous, qui que l’on soit ».

Pourquoi Lénine et ses par­ti­sans choi­sissent-ils Winstanley comme l’un des pen­seurs dont les tra­vaux ont pu contri­buer à ouvrir la voie aux sou­lè­ve­ments mas­sifs d’oc­tobre 1917 ? Qu’est-ce qui fait entrer Winstanley dans ce Panthéon des grands révo­lu­tion­naires et peut tis­ser un lien, même ténu, entre les révo­lu­tions anglaise et russe ? À pre­mière vue, la men­tion de son nom peut dérou­ter. Winstanley n’a pas été par­ti­cu­liè­re­ment connu de son vivant, pas plus qu’il n’a été une figure domi­nante de son époque.

[Manisha Parekh, Tangled Foot, 2016]

Winstanley n’a guère mili­té publi­que­ment que pen­dant quatre ans, de 1648 à 1652, tan­dis que les Diggers ont été actifs durant un peu plus d’un an, avant que leurs colo­nies du Surrey et d’ailleurs ne soient déman­te­lées, leurs récoltes pié­ti­nées et leurs mai­sons incen­diées. Au cours des deux siècles qui ont sui­vi la mort de Winstanley, ses écrits ne seront lus que par un petit nombre. Ce ne fut qu’aux alen­tours de 1890 que l’on connut mieux sa vie et ses œuvres, et que les socia­listes redé­cou­vrirent une figure qui sem­blait anti­ci­per bon nombre de leurs propres convic­tions. Si les char­tistes du milieu du siècle connais­saient et louaient le lea­der des Levellers [Niveleurs, en fran­çais, ndlr] John Lilburne, ils étaient pas­sés à côté de Winstanley. La redé­cou­verte de ses idées est arri­vée très tar­di­ve­ment ; trop, même, pour Marx et Engels qui en igno­raient tout. Quant à William Morris, le socia­liste anglais dont l’ou­vrage News from Nowhere parais­sait pour­tant indi­quer une connais­sance des écrits de Winstanley, rien ne prouve qu’il en ait jamais lu un seul mot. Ce fut Eduard Bernstein qui, en 1895, four­nit la pre­mière ana­lyse sys­té­ma­tique des pen­sées de Winstanley dans sa contri­bu­tion aux Précurseurs du socia­lisme moderne de Karl Kautsky, per­met­tant ain­si aux intel­lec­tuels mar­xistes d’en appré­cier pour la pre­mière fois la portée.

« Il y avait un monde entre lui et les mar­xistes de la fin du XIXe siècle. On peut néan­moins com­prendre que ces der­niers se soient inté­res­sés à Winstanley et aient vu en lui un pré­cur­seur, même loin­tain, de Marx. »

Winstanley a été un pen­seur reli­gieux, un vision­naire for­te­ment influen­cé par les écrits mys­tiques, par­ti­cu­liè­re­ment popu­laires par­mi les per­son­nages les plus radi­caux de la Révolution anglaise. Son œuvre était lar­ge­ment impré­gnée de cita­tions bibliques et il par­ta­geait plei­ne­ment l’en­thou­siasme mil­lé­na­riste de l’é­poque. À bien des égards, il y avait un monde entre lui et les mar­xistes de la fin du XIXe siècle. On peut néan­moins com­prendre que ces der­niers se soient inté­res­sés à Winstanley et aient vu en lui un pré­cur­seur, même loin­tain, de Marx. Les idées défen­dues par Winstanley avaient cela d’u­nique qu’il choi­sit d’u­ti­li­ser le mot « Raison » à la place de « Dieu » ; qu’il insis­ta sur ce qui avait cor­rom­pu la créa­tion dans son entier — la convoi­tise, la mise en com­pé­ti­tion et les rap­ports (de pou­voir) ins­tru­men­ta­li­sés. Il a éga­le­ment anti­ci­pé un futur où beau­coup en vien­draient à recon­naître ce qu’il y a de ver­tueux dans l’a­ban­don de la pro­prié­té pri­vée et dans le tra­vail collectif. 

Les mar­xistes pour­raient trou­ver dans les écrits de Winstanley cer­taines des cri­tiques les plus acerbes à l’en­contre des rela­tions sociales contem­po­raines qui furent rédi­gées par un auteur du XVIIe siècle. Ils pour­raient aus­si saluer la per­ti­nence de son intui­tion, selon laquelle seule une trans­for­ma­tion pro­fonde de la socié­té — por­tée par des indi­vi­dus bien infor­més, tra­vaillant main dans la main — débar­ras­se­rait l’hu­ma­ni­té de la souf­france et de l’ex­ploi­ta­tion. Tous les pro­blèmes aux­quels la Terre et la socié­té devaient faire face étaient liés, semble-t-il, à l’es­sor de la pro­prié­té pri­vée et des échanges moné­taires ; la créa­tion d’une socié­té sans argent et sans pro­prié­té était non seule­ment sou­hai­table, mais inévi­table. La trans­for­ma­tion à venir — la « res­tau­ra­tion de toutes choses » — serait libé­ra­trice pour tous, riches comme pauvres.

[Manisha Parekh, Tangled Foot, 2016]

Pour les lec­teurs de Marx de la fin du XIXe siècle, la vision de la « com­mu­nau­té » éta­blie par Winstanley pou­vait sem­bler cohé­rente avec leur com­pré­hen­sion du com­mu­nisme, un mot tout juste inven­té au cours de leur propre siècle. En lisant atten­ti­ve­ment Winstanley, ils pou­vaient éga­le­ment, comme Eduard Bernstein et Georgi Plekhanov, repé­rer des ten­ta­tives rudi­men­taires de for­mu­la­tion de concepts mar­xistes qui devien­draient fami­liers, tels que l’a­lié­na­tion et la théo­rie de la valeur-tra­vail. Il n’est pas éton­nant que Bernstein, qui a tant œuvré pour faire connaître les écrits de Winstanley, ait décrit dès 1895 l’a­vance qu’a­vait ce der­nier sur ses contem­po­rains, et qu’il ait loué l’ha­bi­le­té avec laquelle celui-ci avait éta­bli des liens entre les condi­tions sociales de son temps et leurs causes. L’attrait des mar­xistes pour Winstanley réside non seule­ment dans l’a­cui­té de sa cri­tique sociale, mais aus­si dans sa recon­nais­sance de l’im­por­tance de la capa­ci­té d’a­gir de cha­cun et de l’auto-émancipation.

« Alors que cer­tains radi­caux pré­co­ni­saient une assis­tance cha­ri­table pour les pauvres, Winstanley insis­tait pour que ce soient ces der­niers qui prennent la res­pon­sa­bi­li­té de la libé­ra­tion de leur fardeau. »

Comme de nom­breux pen­seurs radi­caux du XVIIe siècle, Winstanley affir­mait sa pré­fé­rence pour l’ac­tion plu­tôt que pour les dis­cours. Mais alors que cer­tains radi­caux pré­co­ni­saient une assis­tance cha­ri­table pour les pauvres, Winstanley insis­tait pour que ce soient ces der­niers qui prennent la res­pon­sa­bi­li­té de la libé­ra­tion de leur far­deau. C’est en tra­vaillant la terre en com­mun et en refu­sant de tra­vailler pour le compte d’au­trui qu’ils pour­raient mar­quer des chan­ge­ments sociaux immi­nents, et seraient à même de les accom­pa­gner. Les lec­teurs mar­xistes de Winstanley, enga­gés dans les luttes poli­tiques de leur époque, n’ont eu sans doute aucune dif­fi­cul­té à sous­crire à l’ob­ser­va­tion de Winstanley selon laquelle « l’ac­tion est au cœur de la vie, et si vous n’a­gis­sez pas, vous ne faites rien ». Dans ses écrits reli­gieux, on peut consi­dé­rer que, là aus­si, Winstanley est allé plus loin que nombre de ses contem­po­rains. Son pro­fond anti­clé­ri­ca­lisme était diri­gé non seule­ment contre les ins­ti­tu­tions et le per­son­nel de l’Église angli­cane, mais aus­si contre toutes les reli­gions orga­ni­sées, y com­pris les sectes radi­cales. Les mar­xistes ren­con­trant la pen­sée de Winstanley pour la pre­mière fois ont accueilli favo­ra­ble­ment sa cri­tique féroce des fonc­tions sociales de la reli­gion, et celle d’une chré­tien­té uni­que­ment tour­née vers le salut indi­vi­duel. Pour Winstanley, ce sont les actions ici-bas, plus que la pro­messe d’un salut futur, qui consti­tuent l’es­sence de la vraie reli­gion ; la ques­tion de l’exis­tence du Ciel ou de l’Enfer l’in­té­resse donc moins.

Alors que la plu­part des his­to­riens asso­cie­raient aujourd’­hui la pos­ture reli­gieuse de Winstanley à l’exemple extrême d’une croyance basée prio­ri­tai­re­ment sur les agis­se­ments, on com­prend aisé­ment pour­quoi les mar­xistes du tour­nant du siècle ont pu le per­ce­voir — ain­si que beau­coup de ses contem­po­rains — comme un athée dans l’âme qui uti­li­sait un lan­gage reli­gieux pour mas­quer des posi­tions laïques. En cela, comme de tant d’autres manières, Winstanley a pu appa­raître comme l’un des pré­cur­seurs les plus inté­res­sants du socia­lisme scien­ti­fique moderne. Le véri­table tableau est, bien sûr, plus com­plexe. Même dans les pre­mières années qui ont sui­vi sa redé­cou­verte popu­laire, l’at­trait de Winstanley semble avoir été aus­si grand pour les anar­chistes et les liber­taires que pour les mar­xistes orthodoxes.

[Manisha Parekh, Tangled Foot, 2016]

Dès 1899, le jour­na­liste radi­cal et mili­tant agrarien1 Morrison Davidson décri­vait Winstanley comme « notre Tolstoï du XVIIe siècle ». Il n’a été que le pre­mier de ceux qui ont cher­ché à asso­cier le Digger à une tra­di­tion anar­chiste plu­tôt que mar­xiste. La lutte entre mar­xistes et anar­chistes pour reven­di­quer l’hé­ri­tage de Winstanley s’est pour­sui­vie durant une grande par­tie du XXe siècle. Alors qu’à la fin des années 1940, les intel­lec­tuels du Parti com­mu­niste défen­daient Winstanley en tant que maté­ria­liste et par­ti­san de l’ac­tion de l’État, George Woodcock l’i­den­ti­fia, dès 1944, comme le pen­seur qui avait anti­ci­pé l’i­dée de Kropotkine sur l’aide mutuelle « comme il anti­ci­pait l’a­nar­chisme de tant d’autres manières ». George Orwell esti­mait lui aus­si que la pen­sée de Winstanley « se rat­tache à l’a­nar­chisme plu­tôt qu’au socia­lisme ».

« La lutte entre mar­xistes et anar­chistes pour reven­di­quer l’hé­ri­tage de Winstanley s’est pour­sui­vie durant une grande par­tie du XXe siècle. »

Rapidement, les uni­ver­si­taires en sont éga­le­ment venus à le consi­dé­rer comme une figure d’une impor­tance par­ti­cu­lière. L’intérêt aca­dé­mique crois­sant pour Winstanley, à l’é­poque moderne, est sou­vent asso­cié, à juste titre, aux tra­vaux du mar­xiste et his­to­rien d’Oxford Christopher Hill (1912–2003), dont la contri­bu­tion à notre com­pré­hen­sion du phé­no­mène Digger demeure pour le moins influente. Mais de nom­breux autres his­to­riens pro­fes­sion­nels, aux opi­nions poli­tiques très diverses, ont enri­chi au fil des ans notre connais­sance de la vie et des idées de Winstanley — comme l’ont fait d’é­mi­nents spé­cia­listes en lit­té­ra­ture, en théo­lo­gie et en his­toire du droit en poli­tique. Des voix dis­si­dentes se font encore entendre de temps à autre, et l’at­ten­tion accor­dée par les uni­ver­si­taires aux Diggers ain­si qu’aux autres radi­caux de la guerre civile est encore par­fois qua­li­fiée d’« extrê­me­ment dis­pro­por­tion­née ». De tels com­men­taires peuvent sem­bler plu­tôt étranges et démo­dés aujourd’­hui ; ils ren­voient aux années 1950, lors­qu’il était encore pos­sible d’é­tu­dier, au niveau uni­ver­si­taire, l’his­toire bri­tan­nique du milieu du XVIIe siècle sans jamais men­tion­ner le nom de Winstanley. Mais il appa­raît clai­re­ment que dans les cercles uni­ver­si­taires, l’in­té­rêt pour Winstanley n’a jamais été l’a­pa­nage de la gauche. Les grands his­to­riens de l’é­poque vic­to­rienne, S.R. Gardiner et C.H. Firth, ont tous deux prê­té atten­tion aux écrits de Winstanley, tan­dis que Perez Zagorin, qu’on ne pour­rait en aucun cas qua­li­fier de mar­xiste, pou­vait dans les années 1950 dire de Winstanley qu’il était un « génie » et l’un « des plus émi­nents pen­seurs poli­tiques de son temps ». Même le redou­table G.M. Trevelyan n’a pu s’empêcher de décla­rer que Winstanley comp­tait par­mi les « types les plus attrayants et les plus nobles jamais pro­duits par notre île » et était une figure qui valait d’être sau­vée de l’obs­cu­ri­té dans laquelle les pré­ju­gés du pas­sé l’a­vaient scan­da­leu­se­ment jeté.

Winstanley était deve­nu écri­vain et mili­tant à la fin des années 1640, au len­de­main des guerres civiles en Angleterre ; il ne peut être cor­rec­te­ment com­pris que dans le contexte de la crise poli­tique, éco­no­mique et reli­gieuse de l’a­près-guerre. La période de 1640 à 1660 — qui englobe la guerre civile entre le roi et le Parlement, la défaite et l’exé­cu­tion de Charles Ier et les expé­riences de règne sans roi qui ont sui­vi — est le plus com­mu­né­ment appe­lée aujourd’­hui la Révolution anglaise. Christopher Hill a défen­du l’i­dée que ces deux décen­nies ont été les témoins de la révo­lu­tion bour­geoise la plus impor­tante de l’Angleterre ; il a axé une grande par­tie de ses tra­vaux sur la nature et la dyna­mique de cette révo­lu­tion. Très tôt, cepen­dant, il a éga­le­ment recon­nu l’exis­tence d’une révo­lu­tion radi­cale inache­vée, laquelle pour­rait être pla­cée à côté de celle qui avait réus­si : celle, donc, que Winstanley a ten­té de mener.

[Manisha Parekh, Tangled Foot, 2016]

Quand Hill en est venu à écrire son livre révo­lu­tion­naire Le Monde à l’en­vers, publié en 1972, son inté­rêt s’é­tait réso­lu­ment tour­né vers cette « révolte au sein de la Révolution ». Parmi la mul­ti­tude de figures radi­cales abor­dées dans le livre, Winstanley se démar­quait comme le véri­table héros, l’au­then­tique révo­lu­tion­naire. Le Monde à l’en­vers a été réédi­té en livre de poche en 1975, ce qui a per­mis que les idées de Winstanley, issues de l’ef­fer­ves­cence radi­cale des décen­nies révo­lu­tion­naires, atteignent un lec­to­rat plus large que jamais. Les tra­vaux de Winstanley eux-mêmes sont éga­le­ment deve­nus dis­po­nibles pour la pre­mière fois sous une forme rela­ti­ve­ment bon mar­ché et acces­sible, via la réédi­tion, par Hill, de son livre The Law of Freedom and Other Writings — ceci en 1973, chez Pelican Classics. Ces deux ouvrages ont eu une influence consi­dé­rable, et c’est en par­tie à eux que l’on peut attri­buer la renom­mée excep­tion­nelle dont Winstanley a fini par jouir. L’auteur-com­po­si­teur-inter­prète Leon Rosselson se sou­vient avoir été « rem­pli d’en­thou­siasme en décou­vrant Winstanley » dans Le Monde à l’en­vers ; après l’a­voir lu et avoir fait d’autres recherches à son sujet, il a écrit sa chan­son « The World Turned Upside Down : Part 2 », deve­nue, depuis, l’un des hymnes des mani­fes­ta­tions les plus connus de ces der­nières années. Les livres de Hill ont éga­le­ment été lar­ge­ment lus par les étu­diants des nou­velles uni­ver­si­tés bri­tan­niques créées dans les années 1960 — où les idées radi­cales figu­raient en bonne place dans les ensei­gne­ments option­nels de la Révolution anglaise mis en place par des admi­ra­teurs et d’an­ciens étu­diants de Hill — et à Oxford, où son influence est res­tée impor­tante même après sa retraite.

« Ses idées comme ses suc­cès sont désor­mais consi­dé­rés comme par­ti­cu­liè­re­ment per­ti­nents pour les mili­tants modernes. »

À l’u­ni­ver­si­té de Sussex, qui s’est rapi­de­ment impo­sée comme un centre de pre­mier plan pour les études sur la Révolution anglaise, deux étu­diants issus de ces spé­cia­li­tés, dans les années 1970, auraient cher­ché à suivre l’exemple de Winstanley et seraient par­tis fon­der leur propre com­mu­nau­té. C’est en dehors du milieu uni­ver­si­taire que les livres de Hill ont eu l’im­pact le plus direct et que l’in­té­rêt pour Winstanley s’est déve­lop­pé le plus rapi­de­ment. Au cours des der­nières décen­nies, Winstanley est deve­nu l’une des figures les plus célé­brées de la période de la Révolution anglaise — peut-être plus célèbre encore aujourd’­hui que les lea­ders des Levellers. Des pièces de théâtre, des séries télé­vi­sées, des romans, des chan­sons lui ont été consa­crés, ain­si que Winstanley, un film impor­tant de Kevin Brownlow et Andrew Mollo [en 1975, ndlr]. Et les poli­ti­ciens de gauche de le citer volon­tiers comme une figure inspirante.

Ses idées comme ses suc­cès sont désor­mais consi­dé­rés comme par­ti­cu­liè­re­ment per­ti­nents pour les mili­tants modernes et les Diggers sont l’un des groupes his­to­riques aux­quels ceux-ci sont les plus sus­cep­tibles de s’i­den­ti­fier. Des Haight-Ashbury Diggers des années 1960 aux Hyde Park Diggers et au Digger Action Movement bri­tan­niques, des mili­tants pour la terre du XXIe siècle aux mani­fes­tants du G20 Meltdown, en pas­sant par les acti­vistes du mou­ve­ment Occupy, tous ces mou­ve­ments sociaux modernes font écho aux écrits de Winstanley. Nous ne savons pas com­ment les géné­ra­tions futures consi­dé­re­ront les Diggers, pas plus que nous ne savons si Winstanley res­te­ra l’ob­jet d’é­loges comme c’est le cas de nos jours dans la tra­di­tion radi­cale et révo­lu­tion­naire. Mais, pour le moment du moins, les paroles de la chan­son de Leon Rosselson (dans la plus opti­miste de ses nom­breuses ver­sions) tiennent bon : les Diggers « ont été dis­per­sés — mais la vision per­siste ».


Traduit de l’anglais par la rédac­tion de Ballast | John Gurney, « Gerrard Winstanley’s Christian Communism », Tribune, 25 décembre 2020.
Illustrations de ban­nière : Willi Baumeister

  1. Partisan du par­tage des terres entre ceux qui les cultivent.

REBONDS

☰ Lire notre article « Marx au vif de la Commune », Rosa Moussaoui, mars 2021
☰ Lire notre article « Orwell : faire front, puis la révo­lu­tion », Elias Boisjean, novembre 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Bernard Friot : « Je pra­tique à la fois chris­tia­nisme et com­mu­nisme », juin 2019
☰ Lire notre entre­tien : « Socialisme et Évangiles : quelles conver­gences ? », mars 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Alain Gresh : « On peut être croyant et révo­lu­tion­naire », novembre 2016
☰ Lire notre article « S’inspirer des révoltes pré-capi­ta­listes ? », François D’Agostino, novembre 2015

Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.