Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Sauver Rosa Luxemburg de son icône


Traduction d’un article de Jacobin pour le site de Ballast

Un spec­tacle musi­cal, des lec­tures de sa cor­res­pon­dance au théâtre et une œuvre théo­rique trop sou­vent éclip­sée par le roma­nesque d’une vie tra­gique : Luxemburg, assas­si­née en 1919 par le régime social-démo­crate alle­mand, est curieu­se­ment deve­nue un pré­nom, « Rosa ». Cette réduc­tion bio­gra­phique et psy­cho­lo­gique, l’his­to­rien et jour­na­liste irlan­dais Daniel Finn, auteur d’un ouvrage sur l’IRA, l’a dénon­cée le mois der­nier dans les colonnes de la revue éta­su­nienne Jacobin. Et l’au­teur d’en pro­fi­ter pour réha­bi­li­ter, en ces temps de péril éco­lo­gique, son célèbre mot d’ordre « Socialisme ou barbarie ».


Le XXe siècle aimait pla­cer les grands révo­lu­tion­naires sur un pié­des­tal, voire dans un pan­théon tape-à-l’œil. Notre époque pré­fère les voir comme le genre de per­sonnes avec les­quelles vous pour­riez aller boire un verre. C’est le pro­grès, en quelque sorte. Tout le monde connaît l’histoire de Karl Marx se pre­nant une cuite dans les rues de Londres, pour­sui­vi par les flics pour hooliganisme1 — il y a même eu une expo­si­tion dédiée à Marx et Engels au Wetherspoons2 de Charing Cross Road à Londres. Les bio­gra­phies récentes de Trotsky com­binent au récit de sa lutte contre Staline les détails les plus hauts en cou­leur de sa liai­son avec Frida Kahlo. Si le per­son­nage de Lénine se prête mal à ce jeu, les nom­breuses pho­tos du diri­geant sovié­tique cares­sant des chats lui assurent au moins une place dans les der­nières ten­dances d’Internet. Les Irlandais se réjouissent quant à eux de l’af­fir­ma­tion selon laquelle il par­lait anglais avec l’ac­cent chic de Dublin, qu’il aurait acquis d’un tuteur à Londres.

« Il ne sert à rien de libé­rer les icônes révo­lu­tion­naires du Panthéon pour les confi­ner dans un jar­din de fleurs par­fai­te­ment entretenu. »

Il n’est pas de meilleur exemple de cette mode que celle qui popu­la­rise la figure de Rosa Luxembourg. Les der­niers tra­vaux à son sujet tendent à se concen­trer sur sa cor­res­pon­dance et ses rela­tions amou­reuses, condam­nant à l’ar­rière-plan ses réflexions sur le capi­ta­lisme et le moyen d’y mettre un terme — ou dépei­gnant celles-ci seule­ment comme des rami­fi­ca­tions de sa vie émo­tion­nelle. Dans une cer­taine mesure, cette ten­dance est com­pré­hen­sible et bien inten­tion­née : elle répond cer­tai­ne­ment à une attente publique. Il n’est guère sur­pre­nant que la réédi­tion des lettres de Luxemburg chez Verso ait sus­ci­té des cri­tiques dans le Guardian, mais aus­si les jour­naux Nation, New Republic et le London Review of Books — contrai­re­ment à ses écrits éco­no­miques, plus abs­cons. Si cette approche incite cer­taines per­sonnes à lire l’œuvre de Luxemburg et à prendre en compte l’époque dans laquelle elle a vécu, cela en vaut la peine. Mais, pous­sé trop loin, cette pers­pec­tive a pour effet de bana­li­ser son héri­tage plu­tôt que de l’hu­ma­ni­ser. Il ne sert à rien de libé­rer les icônes révo­lu­tion­naires du Panthéon pour les confi­ner dans un jar­din de fleurs par­fai­te­ment entretenu.

Vie privée

Tout com­mence par le nom. Il est dif­fi­cile d’imaginer qui­conque par­ler de « Vladimir », de « Léon » ou de « Nikolaï » lorsqu’ils dis­cutent de la révo­lu­tion d’Octobre. À ma connais­sance, per­sonne n’a jamais qua­li­fié Rudolf Hilferding de « Red Rudi », ni don­né à sa cor­res­pon­dance pri­vée plus de poids qu’à ses ouvrages théo­riques, comme par exemple Finance Capital. Luxemburg, en revanche, appa­raît fré­quem­ment sous les traits de « Rosa » — un petit détail révé­la­teur de la façon dont elle est per­çue. Bien sûr, cette fami­lia­ri­té super­fi­cielle, indé­nia­ble­ment gen­rée, n’a rien d’u­nique dans le monde de la poli­tique. Une autre Polonaise de génie, née dans l’empire tsa­riste quelques années avant Luxemburg, a récem­ment ins­pi­ré un roman gra­phique inti­tu­lé Radioactif : Marie et Pierre Curie, une his­toire d’a­mour et de retom­bées radio­ac­tives3 (aujourd’­hui adap­té en film). Ainsi que l’in­dique le texte de pré­sen­ta­tion de l’é­di­teur : « Ils sont tom­bés amou­reux. Ils sont par­tis en lune de miel à vélo. Ils ont élar­gi le tableau pério­dique des élé­ments… » Aucun homme scien­ti­fique d’im­por­tance com­pa­rable ne se ver­rait rece­voir le même trai­te­ment : pour le meilleur ou pour le pire, il en est ainsi.

[Erich Buchholz]

Luxemburg n’était pas seule­ment une grande pen­seuse et mili­tante socia­liste : elle menait éga­le­ment une vie tré­pi­dante et ses écrits sont tout à la fois lyriques et théo­ri­que­ment poin­tus. Si un auteur uti­li­sait à des­sein ce pan de son his­toire pour atti­rer le lec­to­rat, il serait gros­sier de s’en plaindre. Il est plus pro­blé­ma­tique d’u­ti­li­ser sa per­son­na­li­té comme une sorte de clé passe-par­tout pour expli­quer sa pen­sée poli­tique. Cette pers­pec­tive empiète fré­quem­ment sur un aspect impor­tant de l’hé­ri­tage théo­rique de Luxemburg : sa cri­tique du bol­che­visme. Les débats autour de cette cri­tique donnent sou­vent l’im­pres­sion qu’elle se mon­trait plus démo­crate que Lénine ou Trotsky parce qu’elle était plus douce et plus com­pa­tis­sante, dotée d’une ima­gi­na­tion fer­tile qui fai­sait défaut aux mar­xistes russes. Passant en revue ses lettres tra­duites, Vivian Gornick et Jacqueline Rose ont lar­ge­ment nour­ri ce sté­réo­type, lais­sant entendre que les désac­cords de Luxemburg avec le diri­geant bol­che­vik n’é­taient que le pro­lon­ge­ment, sur la scène his­to­rique mon­diale, de sa rela­tion tumul­tueuse et mal­heu­reuse avec Leo Jogiches. Cette ver­sion des évé­ne­ments a un immense attrait lit­té­raire, mais cela ne rend pas jus­tice à l’his­toire, ni même aux visions poli­tiques de Luxemburg. Il n’y a aucune rai­son de pen­ser que Lénine ait agi comme il l’a fait après 1917 parce qu’il était un indi­vi­du impi­toyable ayant le goût de la vio­lence ou l’exer­cice du pou­voir pour son seul plai­sir. Le suc­ces­seur de Lénine à la tête de L’État sovié­tique fai­sait montre de tous ces vices — ou du moins les avait-il acquis en cours de route —, mais cela ne suf­fi­ra jamais à expli­quer le stalinisme.

« Il est pro­blé­ma­tique d’u­ti­li­ser la per­son­na­li­té de Rosa Luxemburg comme une sorte de clé passe-par­tout pour expli­quer sa pen­sée politique. »

Si Luxemburg avait rai­son et Lénine tort — et il y a de bonnes rai­sons de le pen­ser, mais pas à pro­pos de tout —, ce n’é­tait pas parce qu’elle était plus gen­tille que lui. Pour ce que ça vaut, Luxemburg et Lénine semblent avoir été en bons termes, et même par­ta­gé un amour pour les chats. Leurs échanges polé­miques montrent que Lénine n’a­vait pas le mono­pole des invec­tives et qu’ils se res­pec­taient. Son juge­ment à elle s’ap­puyait sur une com­pré­hen­sion supé­rieure de cer­taines ques­tions poli­tiques fon­da­men­tales devant se trou­ver au cœur du pro­jet socia­liste. Voilà qui est émi­nem­ment plus impor­tant que de savoir si nous trou­vons que Luxemburg est une figure plus sédui­sante et atta­chante que Lénine.

Démocratie et socialisme

Au court essai de Luxembourg sur la Révolution russe et les pré­mices de la domi­na­tion sovié­tique, se sont agré­gés de nom­breux autres écrits, com­pi­lés depuis sa mort. Une édi­tion en langue anglaise, influente, publiée dans les années 1960 par l’Université du Michigan Press, com­bi­nait son essai de 1918 avec une cri­tique anté­rieure de Lénine, qui por­tait le titre accro­cheur « Léninisme ou mar­xisme ? ». Luxemburg lui avait pour­tant don­né un nom beau­coup moins accro­cheur — « Questions d’or­ga­ni­sa­tion de la social-démo­cra­tie russe » — et elle n’a jamais pré­ten­du que ce texte por­tait en germe ses ques­tion­ne­ments ulté­rieurs sur le bol­che­visme. Cette édi­tion com­por­tait éga­le­ment une intro­duc­tion de Bertram Wolfe, ancien com­mu­niste deve­nu libé­ral pen­dant la Guerre froide : il tra­vailla dans l’or­bite du dépar­te­ment d’État et de la Hoover Institution4. Dans ce pam­phlet, Luxemburg se réfé­rait avec dédain aux « socia­listes du gou­ver­ne­ment » alle­mands qui avaient sou­te­nu non sans enthou­siasme l’ef­fort de guerre (et son propre empri­son­ne­ment pour s’y être oppo­sée). On ima­gine faci­le­ment ce qu’elle aurait pu dire à pro­pos du « gou­ver­ne­ment libé­ral » amé­ri­cain qui essayait alors de reprendre son image à son compte.

[Erich Buchholz]

Une telle pein­ture de Luxemburg ne lui rend pas jus­tice, ni aux diri­geants bol­che­viks qu’elle cri­ti­quait. Sur cer­tains points impor­tants — la réforme agraire, les natio­na­li­tés non russes —, ses posi­tions étaient irréa­li­sables et auraient néces­si­té une coer­ci­tion plus cen­tra­li­sée encore pour les mettre en œuvre. Sur la ques­tion de l’au­to­dé­ter­mi­na­tion natio­nale, Lénine a tou­jours été beau­coup plus pers­pi­cace que Luxemburg, capable de diluer l’i­mage qu’il don­nait d’un mar­xiste pro­fon­dé­ment dog­ma­tique tout en échap­pant aux pièges du réduc­tion­nisme de classe et du déter­mi­nisme éco­no­mique. Cependant, Luxemburg a avan­cé un argu­ment brillant et péné­trant sur le lien néces­saire entre socia­lisme et démo­cra­tie, qui peut encore frap­per le lec­to­rat aujourd’­hui. La phrase la plus célèbre de ce court texte — « la liber­té n’est tou­jours que la liber­té pour ceux qui pensent dif­fé­rem­ment » — appa­raît sou­vent iso­lé­ment, comme un man­tra libé­ral passe-par­tout, digne d’in­té­rêt, mais à peine dis­cer­nable des vues d’un John Stuart Mill. Elle devrait être lue dans son contexte d’o­ri­gine, dans le cadre d’une argu­men­ta­tion rigou­reu­se­ment pen­sée contre l’i­dée d’une dic­ta­ture tuté­laire vue comme la seule solu­tion à même de jeter les bases d’une éco­no­mie socialiste.

« Sur la ques­tion de l’au­to­dé­ter­mi­na­tion natio­nale, Lénine a tou­jours été beau­coup plus pers­pi­cace que Luxemburg. »

Pour Luxemburg, la nature même du socia­lisme ren­dait cela impossible :

Loin d’être une agré­ga­tion de pres­crip­tions toutes faites qui doivent sim­ple­ment être appli­quées, la réa­li­sa­tion pra­tique du socia­lisme en tant que sys­tème éco­no­mique, social et juri­dique est un évé­ne­ment qui n’ap­par­tient qu’à un ave­nir encore incon­nu. Ce que nous pos­sé­dons dans notre pro­gramme ne se résume qu’à quelques grandes indi­ca­tions mon­trant la direc­tion géné­rale des mesures à prendre, et celles-ci sont majo­ri­tai­re­ment à carac­tère négatif.

Dans le tra­vail créa­tif de construc­tion d’un sys­tème socia­liste, la liber­té poli­tique était l’in­gré­dient essentiel :

L’expérience seule est capable de pro­po­ser des cor­rec­tions et d’ou­vrir de nou­velles voies. L’effervescence de la vie façonne mille nou­velles formes et impro­vi­sa­tions et contient une puis­sance créa­trice qui cor­rige toutes les erreurs. Dans les États où la liber­té est res­treinte, la vie publique y est si maigre, si misé­rable, si sché­ma­tique et si sté­rile, pré­ci­sé­ment parce qu’en excluant la démo­cra­tie, elle occulte la source vivante de toute richesse intel­lec­tuelle et progrès.

Après un siècle d’expériences d’États mono­li­thiques post-révo­lu­tion­naires, com­mu­nistes ou autres, per­sonne ne peut sérieu­se­ment contes­ter à quel point Luxemburg avait vu juste concer­nant leur déve­lop­pe­ment. « La vie publique tombe peu à peu dans le som­meil, quelques dizaines de chefs de par­ti à l’éner­gie inépui­sable et mus par un idéa­lisme sans bornes dirigent et gou­vernent. Parmi ces der­niers, une dizaine d’es­prits remar­quables sont en réa­li­té ceux qui dirigent, et une élite de la classe ouvrière est par­fois mobi­li­sée pour applau­dir les dis­cours des diri­geants et mani­fes­ter une appro­ba­tion una­nime des réso­lu­tions rédi­gées par eux. » Il n’y a qu’une réserve à ajou­ter ici : au fil du temps, les « quelques dizaines de chefs de par­ti » ont eu eux aus­si ten­dance à som­brer dans le som­meil, comme en témoi­gne­ra qui­conque a vécu les années Brejnev en Union soviétique.

[Erich Buchholz]

La prophète paria

Vivian Gornick sug­gère que Luxemburg était « l’une des socia­listes les plus intel­li­gentes sur le plan émo­tion­nel de l’his­toire moderne » et « savait ins­tinc­ti­ve­ment que si les socia­listes se repliaient sur eux-mêmes, ils devien­draient le genre de per­sonnes qui, dépour­vues de sen­ti­ments de cama­ra­de­rie, pro­dui­raient un socia­lisme d’é­tat poli­cier ». Peut-être est-ce vrai, mais cela serait réduc­teur d’en res­ter là. De toute évi­dence, Luxemburg a vécu une vie d’en­ga­ge­ments poli­tiques intenses et de luttes, au prix d’é­normes sacri­fices per­son­nels pour la cause en laquelle elle croyait, ni plus ni moins que n’im­porte quel diri­geant bolchevik.

« Si Luxemburg voyait plus loin que Lénine et Trotsky, ce n’était pas sim­ple­ment parce qu’elle était plus empathique. »

Lénine et Trotsky, pour leur part, étaient des hommes pro­fon­dé­ment culti­vés, ama­teurs d’art et de lit­té­ra­ture et doués pour la poli­tique. Si Luxemburg voyait plus loin qu’eux, ce n’était pas sim­ple­ment parce qu’elle était plus empa­thique : c’é­tait aus­si parce que, à bien des égards, elle était plus intel­li­gente, plus pers­pi­cace et plus créa­tive. Luxemburg a fait tout son pos­sible pour être juste envers les bol­che­viks, sug­gé­rant qu’il aurait été « sur­hu­main » de par­ve­nir à une démo­cra­tie socia­liste épa­nouie dans la situa­tion dif­fi­cile que connais­sait la Russie à l’époque :

Par leur atti­tude réso­lu­ment révo­lu­tion­naire, leur éner­gie sans exemple et leur fidé­li­té inébran­lable au socia­lisme inter­na­tio­nal, ils ont vrai­ment fait tout ce qu’il était pos­sible de faire dans des condi­tions si ter­ri­ble­ment dif­fi­ciles. Le dan­ger com­mence là où, fai­sant de néces­si­té ver­tu, ils créent une théo­rie de la tac­tique que leur ont impo­sée ces condi­tions fatales, et veulent la recom­man­der au pro­lé­ta­riat inter­na­tio­nal comme le modèle de la tac­tique socialiste.

C’était après un an de règne bolchevik.

On peut se deman­der si elle serait allée plus loin encore si elle avait vécu jus­qu’à ce que Paul Levi publie pour la pre­mière fois son texte en 1922, date à laquelle la direc­tion sovié­tique avait plei­ne­ment ins­ti­tu­tion­na­li­sé un État à par­ti unique. En ce qui concerne la suite des évé­ne­ments, il n’y a aucune rai­son de remettre en ques­tion le juge­ment de Staline lui-même : il a dénon­cé à titre post­hume Luxemburg comme une héré­tique idéo­lo­gique, recon­nais­sant d’emblée qu’elle aurait été son enne­mie achar­née. Les sociaux-démo­crates actuels opposent sou­vent les deux sys­tèmes éta­blis en Allemagne pen­dant la Guerre froide, pré­sen­tant la liber­té et la pros­pé­ri­té plus grandes dans la zone occi­den­tale comme une jus­ti­fi­ca­tion rétros­pec­tive de la ten­dance réfor­miste du socia­lisme euro­péen. Il y a un cer­tain nombre de pro­blèmes au sein de ce débat, dont le plus frap­pant est le sui­vant : en appe­lant les esca­drons de la mort pro­to­fas­cistes à répri­mer la Ligue spar­ta­kiste en 1919, les diri­geants de la social-démo­cra­tie alle­mande ont fait de l’é­li­mi­na­tion de la pen­seuse révo­lu­tion­naire — et avec elle, de son enga­ge­ment impla­cable en faveur des droits démo­cra­tiques — la condi­tion néces­saire à l’é­la­bo­ra­tion d’un régime socia­liste. De ce fait, ils portent une large part de res­pon­sa­bi­li­té dans l’é­vo­lu­tion du com­mu­nisme alle­mand dans les années qui ont pré­cé­dé sa prise de pou­voir à Berlin après la Seconde Guerre mondiale.

[Erich Buchholz]

Une énergie révolutionnaire impitoyable

La cri­tique que Luxemburg fai­sait du socia­lisme auto­ri­taire était d’au­tant plus impor­tante qu’elle éma­nait du camp révo­lu­tion­naire. On a par­fois ten­dance à mini­mi­ser cet aspect de sa pen­sée en sou­li­gnant son aver­sion prin­ci­pielle pour les effu­sions de sang inutiles — comme en témoigne sa fameuse phrase, énon­cée quelques semaines avant son assas­si­nat, selon laquelle qui­conque, sur la voie du socia­lisme, mar­chant sans rai­son sur un « pauvre ver de terre » serait cou­pable de crime. C’était là un beau sen­ti­ment. Autrement pré­fé­rable à la rhé­to­rique machiste quant à la néces­si­té de cas­ser des œufs si l’on tient à faire une ome­lette. Toutefois, lorsque Luxemburg évo­quait, dans le même dis­cours, la néces­si­té de com­bi­ner « l’éner­gie révo­lu­tion­naire la plus impi­toyable alliée à l’hu­ma­ni­té la plus bien­veillante », elle pen­sait chaque mot — y com­pris l’im­pi­toya­bi­li­té. L’idée d’une voie paci­fique vers le socia­lisme lui sem­blait tota­le­ment invraisemblable :

C’est pure folie que de s’i­ma­gi­ner que les capi­ta­listes pour­raient se plier de bon gré au ver­dict socia­liste d’un Parlement, d’une Assemblée natio­nale, qu’ils renon­ce­raient tran­quille­ment à la pro­prié­té, au pro­fit, aux pri­vi­lèges de l’ex­ploi­ta­tion. Toutes les classes domi­nantes ont lut­té jus­qu’au bout pour leurs pri­vi­lèges, avec l’éner­gie la plus tenace. Les patri­ciens de Rome tout comme les barons féo­daux du moyen âge, les gent­le­men anglais, tout comme les mar­chands d’es­claves amé­ri­cains, les boyards de Valachie, tout comme les soyeux lyon­nais — tous ont ver­sé des tor­rents de sang, ont mar­ché sur des cadavres, au milieu des incen­dies et des crimes, ils ont déchaî­né la guerre civile et tra­hi leur pays, pour défendre leur pou­voir et leurs pri­vi­lèges. Dernier reje­ton de la caste des exploi­teurs, la classe capi­ta­liste impé­ria­liste sur­passe en bru­ta­li­té, en cynisme, la bas­sesse de toutes celles qui l’ont précédée.

« La cri­tique que Luxemburg fai­sait du socia­lisme auto­ri­taire était d’au­tant plus impor­tante qu’elle éma­nait du camp révolutionnaire. »

Afin de rele­ver ce défi, insis­tait-elle, à « la vio­lence de la contre-révo­lu­tion bour­geoise, il faut oppo­ser le pou­voir révo­lu­tion­naire du pro­lé­ta­riat ». Au regard du consen­sus poli­tique actuel, de telles vues suf­fi­raient à dire que Luxemburg outre­passe les limites. La sagesse ordi­naire condamne autant la vio­lence révo­lu­tion­naire, quelle qu’en soit la forme, que celle du « ter­ro­risme » — même lors­qu’un peuple sans État y a recours contre une armée d’oc­cu­pa­tion bru­tale, comme c’est le cas en Palestine et au Kurdistan —, ceci tout en sou­te­nant la vio­lence inter­éta­tique, per­çue comme l’es­sence même d’une pra­tique poli­tique responsable.

Il convient de répé­ter qu’il a fal­lu 30 ans de guerre, de révo­lu­tion et de contre-révo­lu­tion pour faire de la démo­cra­tie libé­rale le sys­tème poli­tique domi­nant en Europe occi­den­tale — sans par­ler du socia­lisme. Luxemburg aurait sans doute chan­gé ses opi­nions, à cer­tains égards, si elle avait vécu assez long­temps pour voir la démo­cra­tie capi­ta­liste se conso­li­der dans de vastes par­ties du monde : un déve­lop­pe­ment qu’elle tenait pour incon­ce­vable, au début du XXe siècle. Mais cela ne signi­fie pas qu’elle serait deve­nue paci­fiste ou qu’elle aurait oublié l’a­ver­tis­se­ment qu’elle avait for­mu­lé quant aux limites que les classes diri­geantes sont prêtes à fran­chir lorsque leurs pri­vi­lèges sont en jeu.

[Erich Buchholz]

La liste interdite

On peut trou­ver des échos à Luxemburg dans des endroits sur­pre­nants. Dans les années 1970, le phi­lo­sophe poli­tique bri­tan­nique Norman Geras a publié un excellent livre, The Legacy of Rosa Luxemburg, qui a joué un rôle dans le regain d’in­té­rêt pour sa pen­sée. Geras a ensuite écrit un article sur l’é­thique de la vio­lence révo­lu­tion­naire, « Our Morals », qui s’a­vé­rait être tout à fait dans l’es­prit de Luxemburg : il sou­li­gnait la néces­si­té d’ex­clure les non-com­bat­tants de la liste des « cibles légi­times », peu importe l’im­por­tance de la lutte. En 2018, des res­pon­sables de l’u­ni­ver­si­té de Reading ont signa­lé « Our Morals » comme un texte dan­ge­reux à la lumière du pro­gramme anti­ter­ro­riste du gou­ver­ne­ment bri­tan­nique, Prevent. Ainsi que le rap­porte The Guardian :

Les étu­diants en troi­sième année de licence de sciences poli­tiques ont reçu pour aver­tis­se­ment de ne pas y accé­der via leurs appa­reils per­son­nels, de ne le lire que dans un cadre sécu­ri­sé et de ne pas le lais­ser traî­ner là où il pour­rait être repé­ré par inad­ver­tance, ou autre­ment, par ceux qui ne sont pas pré­pa­rés à le voir.

« Cette capa­ci­té de crois­sance appa­rem­ment illi­mi­tée se heurte aux limites natu­relles du sys­tème ter­restre, don­nant une nou­velle actua­li­té au célèbre mot d’ordre Socialisme ou bar­ba­rie. »

Stephen De Wijze, qui avait tra­vaillé avec Geras à l’u­ni­ver­si­té de Manchester, a décla­ré qu’il avait « du mal à ima­gi­ner sur quels cri­tères sen­sés pou­vaient se fon­der une pre­mière lec­ture aus­si néga­tive », puisque les argu­ments avan­cés par Geras étaient « tout le contraire des idéo­lo­gies hai­neuses que Prevent cherche à com­battre ». De fait, les res­pon­sables de l’u­ni­ver­si­té de Reading avaient sai­si par inad­ver­tance le véri­table esprit de pro­grammes tels que Prevent : ils confon­daient le ter­ro­risme aveugle avec d’autres formes de résis­tance armée, et même de déso­béis­sance civile non-vio­lente. Dans un manuel publié en 2020 par la police anti­ter­ro­riste, les acti­vistes du chan­ge­ment cli­ma­tique sont clas­sés dans la caté­go­rie « extré­misme », aux côtés des néo­na­zis et des fon­da­men­ta­listes isla­miques ; les poli­ciers et les ensei­gnants sont invi­tés à sur­veiller toute per­sonne qui s’ex­prime en « termes forts ou émo­tifs sur des ques­tions envi­ron­ne­men­tales, telles que le chan­ge­ment cli­ma­tique, l’é­co­lo­gie, l’ex­tinc­tion des espèces, le fra­cking [la frac­tu­ra­tion hydrau­lique], l’ex­pan­sion des aéro­ports ou la pol­lu­tion ». En l’es­pace de quelques mois, la ministre bri­tan­nique de l’Intérieur, Priti Patel, a mena­cé de clas­ser Extinction Rebellion comme un groupe cri­mi­nel organisé.

Si elle était vivante, il y a fort à parier que Luxemburg par­le­rait effec­ti­ve­ment en « termes forts ou émo­tifs » de la menace de l’ef­fon­dre­ment éco­lo­gique. À son époque, elle affir­mait que le capi­ta­lisme se heur­te­rait à un mur lors­qu’il man­que­rait d’es­paces non capi­ta­listes sur les­quels empié­ter ; la capa­ci­té du sys­tème à s’é­tendre en termes pure­ment éco­no­miques l’au­rait donc sur­prise. Mais cette capa­ci­té de crois­sance appa­rem­ment illi­mi­tée se heurte de nos jours aux limites natu­relles du sys­tème ter­restre, don­nant une nou­velle actua­li­té au célèbre mot d’ordre « Socialisme ou bar­ba­rie ». Luxemburg était cer­tai­ne­ment une per­sonne sym­pa­thique et cha­leu­reuse dans sa vie pri­vée. Elle était aus­si une femme dan­ge­reuse, une hors-la-loi qui vou­lait abattre l’ordre éta­bli. Elle pou­vait écrire des lettres affec­tueuses à ses amis autant que des polé­miques cin­glantes contre ses enne­mis. Dans le monde d’au­jourd’­hui, son nom se devrait de figu­rer sur une liste de per­sonnes recher­chées ou d’être mis à l’in­dex — et non dans un album aux pho­tos cou­leur sépia. La gauche moderne peut apprendre de sa com­pas­sion, mais elle peut éga­le­ment tirer quelques leçons de sa déter­mi­na­tion impitoyable.


Illustration de ban­nière : Erich Buchholz
Traduit de l’an­glais par Cihan Gunes, Camille Marie et Elias Boisjean, pour Ballast | Daniel Finn, « We Need to Rescue Rosa Luxemburg From the Soap Opera Treatment », Jacobin, 3 mars 2021


  1. Le mot désigne, dans ce contexte, le com­por­te­ment de jeunes voyous pour­sui­vis pour troubles à l’ordre public.
  2. Célèbre chaîne d’hô­tels et de pubs anglais.
  3. Titre ori­gi­nal : Radioactive: Marie and Pierre Curie, A Tale of Love and Fallout.
  4. Bibliothèque et labo­ra­toire d’i­dées créé en 1946 et éma­nant du Parti répu­bli­cain.

REBONDS

☰ Lire notre article « Rosa Luxemburg et l’ombre de la Commune », Émile Carme, mars 2021
☰ Lire « Des égales dans la lutte des classes — par Clara Zetkin », février 2021
☰ Lire notre abé­cé­daire de Clara Zetkin, sep­tembre 2020
☰ Lire notre abé­cé­daire de Rosa Luxemburg, octobre 2016
☰ Lire notre article « Rosa Luxemburg, une vie », Léon Mazas, mars 2015

Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.