Rojava, sous le feu [portfolio]


Photoreportage inédit pour le site de Ballast

L’accord de Sotchi, conclu le 22 octobre entre la Turquie et la Russie après 13 jours de com­bats, rati­fie l’an­nexion d’une part impor­tante du ter­ri­toire du Rojava. Si Erdoğan a sus­pen­du son offen­sive meur­trière, ses auxi­liaires de l’Armée natio­nale syrienne conti­nuent de frap­per les com­bat­tants et les civils de l’Administration auto­nome. La jeune révo­lu­tion confé­dé­ra­liste et com­mu­na­liste, lour­de­ment ampu­tée, sera-t-elle en mesure de sur­vivre à la dés­in­té­gra­tion que Damas envi­sage, en outre, tôt ou tard ? Elham Ahmed, copré­si­dente du Conseil démo­cra­tique syrien au Rojava, ne semble pas désar­mer : « [Le régime d’Assad va] pro­ba­ble­ment essayer de nous miner et d’ar­rê­ter les diri­geants de notre région, mais nous avons confiance dans notre force », vient-elle de décla­rer à la presse éta­su­nienne. Deux de nos auteurs, sur place, livrent ici quelques images d’un Rojava endeuillé : la popu­la­tion fuit ou met en terre ses maqui­sards. ☰ Par Laurent Perpigna Iban et Sylvain Mercadier


Le 9 octobre 2019, Erdoğan a lancé l'opération "Source de paix" : l'invasion d'une partie de la Syrie aux côtés de l'armée rebelle de l'opposition au régime de Bachar el-Assad, l'ANS. Son objectif ? Détruire l'expérience révolutionnaire de l'Administration autonome du Nord et de l'Est de la Syrie (ou Rojava) et vider le territoire de sa population kurde, dont il juge la présence "inappropriée". Le 16 octobre, plusieurs centaines de réfugiés, majoritairement kurdes, traversent la frontière entre la Syrie et l'Irak.

Les réfugiés sont pris en charge par l'OIM (Organisation internationale pour les migrations) et conduits, en car, vers le camp de Bardarash, dans le Kurdistan irakien voisin.

De nombreux enfants patientent à l'intérieur des véhicules ; des femmes et des personnes âgées, aussi. C'est environ 300 000 civils que l'invasion jettera sur les routes. Seulement une poignée d'entre eux parviendront à entrer en Irak.

En Irak, une première vague de réfugiés rejoint le camp de Domiz, déjà saturé depuis la guerre contre Daech.

Le 21 octobre, des milliers de personnes viennent assister aux obsèques de six combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition essentiellement kurde, arabe et assyrienne. Tous ont été tués lors de l’offensive turco-rebelle, dans le district de Serê Kaniyê (Ras al-Ayn, en arabe), au nord du pays. Les trois couleurs de l'Administration autonome battent au vent.

Sous les applaudissements d’une foule compacte, les familles et les proches des combattants s'avancent.

« Nos drames sont également une fierté. Il n’y a pas de liberté sans sacrifices », témoigne un habitant de la région de Dêrik (Al-Malikiyah, en arabe).

Les cercueils vont être mis en terre.

L'Administration autonome a fait état, le 17 octobre, de 218 civils assassinés par les envahisseurs depuis le début de l'opération. Cinq jours plus tard, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) comptabilisera au moins 275 morts du côté des FDS.

Seule, à quelques mètres de la cérémonie d'enterrement, une jeune femme se recueille en silence devant la tombe de son compagnon, membre des FDS. Il a été tué quelques jours plus tôt.

Presque chaque famille kurde compte des martyrs. Dans le village de Jarudiyah, une femme nous reçoit dans le salon de sa maison puis nous montre le portrait de sa fille, tuée au front contre Daech. Le village se trouve à quelques centaines de mètres de la frontière avec la Turquie : le chemin qui y mène est périlleux, proximité avec les positions turques oblige.

« Nous sommes complètement désemparés face aux frappes aériennes comme celles qui ont déjà frappé le village », reconnaît Mohamad Khalil, un habitant de Jarudiyah qui nous accueille avec sa compagne. « Mais les forces du village sont prêtes à réagir et le comité de surveillance est opérationnel jour et nuit. »

Tous deux, originaires d’un village arabe situé non loin de Baghouz, ont fui Daech voilà bientôt deux ans. « Nous ne savons pas ce que nous allons faire si la situation se dégrade encore », confient-ils.

À quelques kilomètres de Dêrik, des femmes kurdes, montant la garde, promettent de ne pas arrêter le combat.


Photographies : Laurent Perpigna Iban | Hans Lucas ; légendes : Sylvain Mercadier


REBONDS

☰ Voir notre port­fo­lio « Commercy : le pou­voir au peuple », Stéphane Burlot, jan­vier 2019
☰ Voir notre port­fo­lio « Acte X : Liberté, Égalité, Flash-Ball », Stéphane Burlot, jan­vier 2019
☰ Voire notre port­fo­lio « Accéder à la Cité », Maxence Emery, jan­vier 2019
☰ Voir notre port­fo­lio « Jaune rage », Cyrille Choupas, novembre 2018

Sur le même sujet :
Sylvain Mercadier
Sylvain Mercadier

Journaliste indépendant ayant vécu dans plusieurs pays du Moyen-Orient. En privilégiant l'immersion dans ces sociétés souvent incomprises, il essaie de donner un visage nuancé et désorientalisé de la réalité des hommes et femmes qui y vivent.

Découvrir d'autres articles de

Laurent Perpigna Iban
Laurent Perpigna Iban

Journaliste indépendant et blogueur. Travaille essentiellement sur la question du Proche et du Moyen-Orient, ainsi que sur les « nations sans État ».

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre neuvième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Marie et Thierry : le pain et la terre (Roméo Bondon) ▽ Les ouvriers sacrifiés de l'industrie du verre (Léonard Perrin) ▽ Rencontre avec Aminata Traoré ▽ Émancipation socialiste et religions (avec Stéphane Lavignotte et Nedjib Sidi Moussa) ▽ Le pouvoir chinois en quête du nouvel Homme (Wang Daoxiu) ▽ Une grève de femmes de chambre (Louise Rocabert) ▽ L'eau est si belle que je m'y suis baignée (Magali Cazo) ▽ Animaux de laboratoire : voir la réalité en face (Audrey Jougla) ▽ Quand on sabote la montagne (Élie Marek et Lucas Guazzone) ▽ Suprématie mâle : histoire d'un concept (Francis Dupuis-Déri) ▽ La Nouvelle Métisse : paroles de Gloria Anzaldúa (Maya Mihindou) ▽ Hirak algérien, An I (Awel Haouati) ▽ Drôle de temps, ami (Maryam Madjidi) ▽ Déplacements (Laëtitia Ajanohun) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.