Rencontre avec Bruit Noir


Entretien inédit pour le site de Ballast

Allonnes, ban­lieue com­mu­niste de 11 000 habi­tants en péri­phé­rie du Mans. Un lieu aux allures de salle poly­va­lente d’où les pre­mières balances du concert du soir se font entendre. Sur scène, la dis­po­si­tion est simple : Jean-Michel Pirès aux machines, un peu de lumière pour Pascal Bouaziz. À eux deux, ce sont 20 années de rock alter­na­tif fran­çais qui défilent. Du pre­mier album du groupe Mendelson (cinq ont sui­vi depuis 1997) au pré­sent pro­jet Bruit Noir (dont le second opus, II/III, a paru cette année), les deux artistes ne se sont pas quit­tés. Marchant quelque part entre franc pes­si­misme et désir de révolte. Pirès, dis­cret, est aux fûts ou aux pads ; Bouaziz dis­tille ses textes d’une voix qui ne tient que rare­ment du chant. « La route est morte ce soir / Et où elle mène, per­sonne ne s’en sou­vient / Depuis l’embouteillage je regarde ces gens / Et j’attends le soir du sou­lè­ve­ment ». Nous les retrou­vons dans les loges.


Pourquoi ajou­ter du bruit à celui exis­tant, de la noir­ceur à celle qui nous entoure ?

Pascal Bouaziz : J’ai sou­vent dû me par­ler à moi-même parce que je n’ai pas eu beau­coup de public. Il a donc fal­lu que j’en invente un, dans ma tête. Bruit Noir vient de l’im­pres­sion d’un déni géné­ral de la part des gens. À l’é­poque, ils ne sup­por­taient pas ce qu’on fai­sait avec Mendelson parce que ça leur ren­voyait quelque chose de très violent. L’idée était de se mettre dans la peau de quel­qu’un qui trouve que Mendelson est lourd, dépri­mant. Avec ce groupe, j’ai l’im­pres­sion de rendre hom­mage au bruit noir que les gens ont dans leur tête, et d’é­crire des chan­sons réa­listes : ce que vivent les gens. J’ai eu l’im­pres­sion qu’il y a eu un refus, de la part des gens pour les­quels j’é­cri­vais, de se voir, de se recon­naître. Bruit Noir est une ten­ta­tive de des­crip­tion de ce qu’ils pensent quand ils ne se rendent pas compte qu’ils le font. Dans le pre­mier album il y a une chan­son qui l’illustre bien, « L’usine », sur le res­sas­se­ment et l’i­so­le­ment. Quand quel­qu’un est au volant, des mil­liards de choses lui passent par la tête et ne sont pas très belles ou très gaies. C’est ça qui m’in­té­resse et que j’ai envie d’al­ler cher­cher en tant qu’au­teur.

« Il existe une chan­son résis­tante, qui vou­drait s’at­ta­cher à la réa­li­té, et une chan­son col­la­bo­ra­trice qui par­ti­cipe au monde tel qu’on nous le fait man­ger tous les jours. »

Je pense qu’il existe une chan­son résis­tante, qui vou­drait s’at­ta­cher à la réa­li­té, et une chan­son col­la­bo­ra­trice qui par­ti­cipe au monde tel qu’on nous le fait man­ger tous les jours, pour que les gens dansent, soient contents, que la mélo­die leur tourne dans leur tête et qu’ils oublient ain­si le bruit noir. Ils mettent la radio, écoutent France Inter, Rire et Chanson ou Nostalgie et ont leur ritour­nelle. C’est du niveau publi­ci­taire. J’essaie de lut­ter contre ce type de chan­son. Avec Mendelson, pen­dant des années, le pro­jet a été d’é­crire une chan­son qui raconte la « vraie vie », bien que ce soit un cli­ché, main­te­nant, la « vraie vie »… Bruit Noir, c’est une ten­ta­tive pour aller encore plus loin : ne plus seule­ment racon­ter les his­toires des gens mais ce qui tra­verse leur esprit, et donc faire des asso­cia­tions d’i­dées, du flux de conscience, que ce soit par­fois plus méchant, plus cru, plus noir, parce qu’il n’y a pas de filtre, pas de cen­sure, pas de sur­moi, per­sonne pour dire qu’on exa­gère. Évidemment qu’on exa­gère. Seul dans sa tête, on ne peut qu’exa­gé­rer.

Avec Mendelson, vous avez créé des titres très longs, d’une dizaine de minutes à près d’une heure. C’est plus res­ser­ré avec Bruit Noir, plus répé­ti­tif dans le rythme aus­si. Pourquoi ?

Pascal Bouaziz : Il y a très peu de chan­sons de Mendelson ou de Bruit Noir avec un refrain. J’ai beau­coup de mal à répé­ter les choses une fois qu’elles sont dites. S’il y a de la répé­ti­tion, comme dans « Sécurité sociale », c’est parce que ça a du sens par rap­port à ce que j’es­saie de décrire ou de tou­cher. Pour abor­der le monde tel qu’il est décrit dans cette chan­son, j’a­vais besoin d’être dans la répé­ti­tion : on passe son temps à refaire les mêmes gestes, à but­ter contre les mêmes murs, à tom­ber sur des répon­deurs auto­ma­tiques qui disent qu’il faut recom­men­cer. J’évite tou­jours de le faire si c’est pour dire la même chose. C’est vrai qu’on a pu faire des chan­sons allant jus­qu’à 50 minutes avec Mendelson. Même celles de Bruit Noir peuvent être assez éten­dues, mais ce que je trouve très long, pour ma part, ce sont les chan­sons pop. Le mec a deux lignes de cou­plet, deux lignes de refrain et répète en boucle pen­dant trois minutes trente les mêmes deux lignes du refrain. Généralement, j’en peux plus au bout d’une minute vingt, je me dis qu’il faut que ça s’ar­rête, et pour­tant ça dure encore deux minutes pleines ! Ça me fas­cine. Même si j’ai beau­coup d’a­mour pour la chan­son popu­laire, ça me rend dingue (sur­tout quand ça n’est déjà pas inté­res­sant la pre­mière fois).

(Stéphane Burlot)

On n’est pas loin, dans le nom du groupe comme dans l’es­prit des textes, des Idées Noires de Franquin. Dans cet album de bande des­si­née comme dans les vôtres, l’hu­mour, s’il est sombre, est omni­pré­sent. Mais y en a‑t-il autant dans la tête des gens ?

Pascal Bouaziz : J’ai repen­sé à ce livre récem­ment. Je l’ai beau­coup lu étant enfant. Et je pense qu’il y a beau­coup d’hu­mour noir chez les gens, d’au­to­dé­ri­sion… Généralement, ce qu’on vend à cha­cun n’a rien à voir avec soi-même. Il y a très peu de monde de vrai­ment bête. La plu­part sont d’une grande richesse, ils peuvent avoir une sen­ti­men­ta­li­té mul­tiple, pleine d’in­té­rêts dif­fé­rents. Mais ce qui me fas­cine, c’est qu’ils se contentent d’une ver­sion appau­vrie d’eux-mêmes. Il y a quelque chose de très triste dans cette rési­gna­tion. C’est comme si tout le monde cultu­rel était du Caprice des dieux : tout le monde dit d’ac­cord, il n’y a que du bon lait à l’in­té­rieur, ce n’est pas bon mais on en mange quand même. C’est ça, le monde cultu­rel. Je suis tota­le­ment para­noïaque donc je me dis que c’est fait exprès : on n’in­vente pas des mou­ve­ments cultu­rels aus­si énormes, où les gens res­tent devant leurs écrans aus­si addicts pen­dant des heures et des heures, des nuits et des nuits, sans que ce ne soit pas fait exprès. On par­lait de la chan­son « Sécurité sociale » : le texte dit qu’il est fait exprès de nous faire attendre, pour ensuite nous deman­der de reve­nir. Trois ou six mois plus tard, il y a eu une note du minis­tère qui disait tex­to ce que dit la chan­son : « Essayez de décou­ra­ger les gens de se pré­sen­ter au gui­chet, faites en sorte de ne pas appor­ter d’élé­ments de réponse. » Ça me fait dire que, par­fois, la para­noïa n’est pas une mala­die mais une clair­voyance pure. C’est dom­mage que ce soit si décrié : quand c’est mala­dif, c’est han­di­ca­pant, mais pour voir le monde tel qu’il est c’est un mode de lec­ture qui devrait être obli­ga­toire.

Ces mou­ve­ments de masse cultu­rels rejoignent une cer­taine ago­ra­pho­bie, très pré­sente dans votre titre « Manifestation ». Pour autant, un texte comme « Soulèvement », pré­sent sur l’al­bum Sciences poli­tiques, en appelle à un sur­saut col­lec­tif. Ça n’est pas anti­thé­tique ?

« Il faut recon­naître que le sou­lè­ve­ment pas­se­ra néces­sai­re­ment par une phase vio­lente, et qu’il va fal­loir être asso­cié à des gens avec qui on ne par­tage vrai­ment rien. »

Pascal Bouaziz : Le monde n’est pas défi­ni selon une thèse, une anti­thèse et une syn­thèse. C’est bien plus riche et com­pli­qué. Une chan­son comme « Manifestation » est un moment de stu­peur, la colère de se retrou­ver dans une mani­fes­ta­tion en ayant l’im­pres­sion que c’est pour une bonne cause mais où on se rend compte qu’on marche à côté de gens qui défendent un monde que tu ne veux abso­lu­ment pas sou­te­nir. Et pour­tant tu te trouves dans la même mani­fes­ta­tion. Ce sont des moments très trou­blants où on se voit confron­tés à sa propre bonne volon­té, qui est elle-même confron­tée à de très mau­vaises. Ça me met en colère. Dans le même temps, « Soulèvement » est une chan­son pour dire que, mal­heu­reu­se­ment, on ne pour­ra pas se pas­ser de la foule, de la foule vio­lente… Un sou­lè­ve­ment ne se fait jamais avec des fleurs. Je peux donc déve­lop­per une pen­sée sou­li­gnant qu’au­cun mou­ve­ment social n’a réus­si sans agi­ta­tion, sans bous­cu­lade, sans incen­die, mais aus­si dire ma colère de me trou­ver entou­ré de gens qui scandent des slo­gans qui me dégoûtent. Il faut recon­naître que le sou­lè­ve­ment pas­se­ra néces­sai­re­ment par une phase vio­lente, et qu’il va fal­loir être asso­cié à des gens avec qui on ne par­tage vrai­ment rien, en espé­rant que ça débouche sur quelque chose qu’on sou­haite.

On ne peut pas dire, en ter­mi­nant une copie ou à la fin d’une jour­née, que « C’est comme ça ». Ce sont des ins­tants que je tente de cap­ter, qui ne reflètent pas une pen­sée sim­pliste ou unique. Ce sont plein de moments dif­fé­rents qui entrent en col­li­sion dans la tête d’un mec qui pour­rait être moi comme quel­qu’un d’autre. Au lieu de lais­ser pas­ser une idée parce qu’elle n’est pas belle, j’at­trape cette pen­sée et je m’en sers. « Manifestation » est un texte par­ti­cu­liè­re­ment dur et violent, qui me ren­voie une image de moi-même que je n’aime pas. Mais si je l’ai écrite, c’est parce qu’à des moments je suis comme ça. Il y a une autre chan­son de ce genre sur le pre­mier album, « La Province ». On peut l’as­su­mer jus­qu’à un cer­tain point. Mais il y a aus­si des gens qui vivent en pro­vince et qui aiment cette chan­son parce qu’elle dit beau­coup de choses sur leur vie. Je passe d’ailleurs mon temps à me deman­der si je n’i­rai pas vivre en pro­vince. C’est écrit du point de vue d’un connard, mais d’un connard empa­thique. C’est com­pli­qué Bruit Noir, tu ne sais pas bien où tu es.

(Stéphane Burlot)

Le der­nier album de Mendelson offre des chan­sons aux titres nets : « Les peuples », « Le capi­ta­lisme », « Les loi­sirs »… Mais les sources d’ins­pi­ra­tions sont anglo­phones : Public image Limited, Leonard Cohen ou encore Marvin Gaye. Que pro­pose la réécri­ture de textes exis­tants ?

Pascal Bouaziz : Je ne me sou­viens pas bien pour­quoi on a vou­lu faire cet album, mais je l’aime beau­coup. Il y avait à l’o­ri­gine une masse de chan­sons : 30, peut-être 35. Celles qu’on entend sur l’al­bum sont celles qu’on a plus ou moins réus­sies. La réécri­ture est une réac­tua­li­sa­tion des textes — même si j’ai essayé de res­ter fidèle aux ori­gi­naux. Cette démarche vient éga­le­ment d’une cer­taine stu­peur : il y a des mil­lions de gens qui écoutent les chan­sons anglaises ou amé­ri­caines sans bit­ter que dalle aux paroles. D’où une volon­té de trans­mettre : je vais tra­duire cette chan­son qui me plaît pour la racon­ter à cha­cun. Vous l’en­ten­drez telle que je l’en­tends.

On entend faci­le­ment vos influences musi­cales, peu les poé­tiques. Des noms sont cités — on pense à Pasolini

« À une époque, si j’é­cou­tais en boucle Springsteen, lisais Carver et voyais des films de Pasolini, ça fai­sait des sortes de concré­tions qui don­naient une chan­son. »

Pascal Bouaziz : La réponse habi­tuelle à cette ques­tion, « Qu’est-ce que tu lis », était jus­qu’à peu la même qu’à la ques­tion « Qu’est-ce que tu manges » : de tout. Étant deve­nu végé­ta­rien, je ne mange plus de tout, et je ne lis plus de tout éga­le­ment. Ce qui m’in­té­resse en ce moment, c’est la lit­té­ra­ture scien­ti­fique sur le vide : je ne suis pas sûr que ça trouve son che­min dans Bruit Noir. J’ai lu ces der­niers temps beau­coup de poé­sie ira­nienne, ouz­bèke, d’Asie cen­trale… Il n’y a plus de filia­tion directe entre ce que je lis et ce que je fais. Mais à une époque, si j’é­cou­tais en boucle Springsteen, lisais Carver et voyais des films de Pasolini, ça fai­sait des sortes de concré­tions qui don­naient une chan­son de Mendelson. J’avais l’im­pres­sion que ça se par­lait et ça déclen­chait un moment d’é­cri­ture. Je pou­vais reve­nir sur la chan­son en expli­quant d’où elle venait. À un moment, j’é­cou­tais beau­coup Novice de Bashung, et je suis sûr qu’il y a cer­taines phrases sur le pre­mier album de Mendelson, L’avenir est devant, qui se sont construites des­sus. J’étais très influen­cé, je le suis aujourd’­hui beau­coup moins.

Vous avez publié un livre de haï­kus, Passages. La pre­mière par­tie tourne jus­te­ment autour du fait de se laver des influences comme du pas­sé : « Il fau­drait pou­voir pas­ser un bon coup de balai / Dans son cer­veau / Un balai de lames de rasoir ». Est-ce que la forme courte des haï­kus vous a per­mis ça ?

Pascal Bouaziz : Que ce soit avec Mendelson, Bruit Noir ou les haï­kus, c’est à chaque fois une manière de dire des choses très dif­fé­rentes. Il y a très peu de pas­se­relles, c’est comme si c’é­tait des mondes à part qu’une cer­taine forme artis­tique per­met­tait d’ou­vrir et d’é­pu­rer. Si le recueil de poé­sie s’ap­pelle Passages, ça n’est pas pour rien : la pre­mière par­tie mène à un point limite, la deuxième pré­sente une sorte de trou noir et la der­nière une renais­sance. Chaque contrainte d’é­cri­ture ouvre un monde, c’est évident.

(Stéphane Burlot)

Quel que soit le pro­jet, la nos­tal­gie paraît domi­ner votre tra­vail. Un titre, tout par­ti­cu­liè­re­ment : « 1967 ». S’y accu­mulent les noms d’é­cri­vains, réa­li­sa­teurs ou groupes pré­sents à cette date…

Pascal Bouaziz : Culturellement, on est vrai­ment dans un trou. C’est déjà arri­vé dans le pas­sé : pen­dant 50 ans rien ne se passe, et à la Renaissance on trouve 50 génies au kilo­mètre car­ré ! Puis un nou­veau trou. En poé­sie, il y a un début de XXe siècle ver­ti­gi­neux, puis un gouffre. Dans la musique, dans le ciné­ma aus­si, il y a un creux. En musique c’est très lié au mode de pro­duc­tion. Quand on parle des 45 tours, tout le monde men­tionne les grandes chan­sons de trois minutes, mais c’est aus­si parce qu’il y avait un modèle à rem­plir que les gens sont deve­nus géniaux en trois minutes. Ensuite est arri­vé le LP [long play] et Miles Davis a fait des faces entières tota­le­ment géniales ! Aujourd’hui on est dans un modèle de pro­duc­tion de la musique qui est une telle catas­trophe pour les artistes… Personne ne sait com­ment ça marche. Bientôt, on va peut-être retrou­ver des choses très dif­fé­rentes : j’i­ma­gine que ça va être une révo­lu­tion comme avec l’ar­ri­vée du 78 tours. Il n’y a pas de créa­tion sans outil. Pour l’heure, les musi­ciens sont un peu pau­més, plus per­sonne n’a­chète de disque — ou quelques rares per­sonnes en concert, et encore, ceux qui sortent en concert et ne res­tent pas devant Internet… Mais c’est une queue de comète.

Est-ce que vous auriez aimé faire de la musique ailleurs ou à une autre époque ?

« Culturellement, on est vrai­ment dans un trou. C’est déjà arri­vé dans le pas­sé : pen­dant 50 ans rien ne se passe, et à la Renaissance on trouve 50 génies au kilo­mètre car­ré ! »

Jean-Michel Pirès : Il me semble qu’un artiste fran­çais est davan­tage pris au sérieux main­te­nant que dans les années 1980–1990. Dans le genre de musique qu’on écoute, le déclic a pour moi été dEUS, dans les années 1990. Auparavant, tout était — et ça le reste — très domi­né par les Anglais et les Américains. Il y a une ving­taine d’an­nées, il y a eu une démo­cra­ti­sa­tion de cette musique, une scène belge, une espa­gnole… En France, on nous a alors moins pris pour des rigo­los qui essayaient de faire de la musique anglo-saxonne. Peut-être aus­si parce qu’on l’a­vait digé­rée et repro­duite avec nos spé­ci­fi­ci­tés. Je n’au­rais pas aimé vivre à une autre époque. Avant, il y avait plus de filtres que main­te­nant ; je ne sais pas si on aurait réus­si à les pas­ser pour pou­voir sor­tir des disques. Dans les années 1960–1970 il y avait des direc­teurs artis­tiques, c’é­tait très bali­sé… Je ne crois pas qu’il y ait eu des indé­pen­dants qui pou­vaient exis­ter.

Pascal Bouaziz : Si, regarde Saravah par exemple…

Jean-Michel Pirès : Tu ne m’en cites qu’un ! Dans les années 1990 il y avait des dizaines de labels indé­pen­dants, avec des artistes qui arri­vaient à exis­ter. On est reve­nu de tout ça parce que le modèle s’est cas­sé la gueule, mais je ne suis pas sûr que Bruit Noir aurait pu vivre en 1967. Peut-être en 1977, aux côtés de Métal Urbain ou de groupes dans ce genre, sur cette scène-là.

Dans « Les ani­maux sau­vages », vous alter­nez entre réfé­rences savantes — Plutarque et Tarkovski — et popu­laires — La Planète des singes, Fantastique Mr. Fox et Le Surfeur d’argent. Quel rap­port entre­te­nez-vous entre ces dif­fé­rents régimes cultu­rels ?

Pascal Bouaziz : Cette chan­son, et quelques autres, sont des por­traits assez proches du per­son­nage pas très sym­pa­thique que je suis au quo­ti­dien. Je me sou­viens net­te­ment de la planche de bande des­si­née où le Surfeur d’argent est sous un arbre en train de par­ler aux ani­maux sau­vages. Galactus arrive alors en disant : « Je vais man­ger la Terre. » Non, ne mange pas la Terre, ils sont tel­le­ment gen­tils les ani­maux sau­vages. C’est un peu ridi­cule dit comme ça. Mais ça, ajou­té au reste, fait une sorte de choc. On peut ajou­ter que « Silver Rider » est une chan­son de Low, un groupe que j’ai beau­coup écou­té ces cinq der­nières années. Et puis c’est Bruit Noir : dans Mendelson je ne me serai pas per­mis de faire des réfé­rences aus­si directes, ça m’au­rait peut-être même sem­blé de mau­vais goût. Là, on s’en fout. Comme le dit Jean-Michel, la règle dans Bruit Noir c’est qu’il n’y en a pas. J’ai moins peur de pas­ser pour un sale con ou un mec un peu tei­gneux.

(Stéphane Burlot)

Vous par­liez de résis­tants et de col­la­bo­ra­teurs dans la chan­son. Il y a déjà ce titre, « Collabos », dans le der­nier album. Et dans « Les ani­maux sau­vages », vous allez jus­qu’à com­pa­rer les humains aux fran­quistes — on sai­sit en creux que les ani­maux sont les répu­bli­cains espa­gnols…

Pascal Bouaziz : La chan­son per­met de dire des choses qui, dans une conver­sa­tion, sor­ties de leur contexte, ne peuvent être dites. Dans le monde réel, dire « Philippe Manoeuvre a assas­si­né le rock fran­çais », c’est com­plè­te­ment ridi­cule. Dans le monde de la chan­son, c’est la véri­té. On ne peut pas le dépla­cer d’un pan à l’autre. Dans la réa­li­té, on peut avoir l’im­pres­sion d’être les résis­tants d’un monde qui s’en fout. C’est comme si on fai­sait par­tie d’une armée qui n’a­vait pas de pays, l’ar­mée de libé­ra­tion d’un pays que ne tient abso­lu­ment pas à être libé­ré. Mais ça n’est pas sérieux. On ne peut pas se dire résis­tant : c’est orgueilleux et ridi­cule ! Pourtant, si on pour­suit la méta­phore mili­taire, le fait est que l’ar­mée, avec son énorme pou­voir finan­cier et média­tique, n’est pas de notre côté. Mais il y a un réseau de dis­quaires, de pro­gram­ma­teurs, de salles de concerts et d’ar­tistes qui résistent et s’or­ga­nisent dans un monde paral­lèle. Ça devait être la même chose pen­dant la guerre : il y avait les col­la­bo­ra­teurs actifs, les résis­tants actifs, et puis la majo­ri­té des gens qui atten­daient que ça se passe et espé­raient man­ger un peu mieux à la fin de la semaine. C’est comme les humains fran­quistes dans « Les ani­maux sau­vages » : dans Bruit Noir, on peut pous­ser le bou­chon et reprendre le No pasarán que fait le renard au loup dans Fantastique Mr. Fox avec son poing levé. C’est une image qui me choque, me bou­le­verse, et j’es­saie de com­prendre pour­quoi. Je me dis qu’ils sont effec­ti­ve­ment en lutte contre le monde des humains et, si je dois prendre par­tie dans cette lutte ima­gi­naire entre les ani­maux sau­vages et les êtres humains je suis évi­dem­ment du côté des pre­miers. Mais c’est peut-être parce que ce sont les per­dants. Il est évident qu’ils sont en train de perdre. Reste peut-être encore les cafards, les rats et les four­mis.


Photographie de ban­nière : Simon Gosselin


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Kate Tempest : « Pourtant on nous a ven­du du rêve », novembre 2019
☰ Lire notre article « Bashung, l’angoisse en délice », Julien Chanet, jan­vier 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Vîrus : « Je sais qu’il reste des résis­tants ! », avril 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Marc Nammour : « S’ériger contre la divi­sion », jan­vier 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Serge Teyssot-Gay : « Les mar­chands ont pris tout l’es­pace », octobre 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.