Raoul Vaneigem : « Sauver les acquis sociaux ? Ils sont déjà perdus »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Auteur d’une qua­ran­taine d’ou­vrages, le phi­lo­sophe et médié­viste belge n’en démord pas : il ne tient qu’à nous de chan­ger la donne. Figure de l’Internationale situa­tion­niste (IS) — qui, de 1957 à 1972, s’op­po­sa au règne de la mar­chan­dise et du « tra­vail alié­nant » pour mieux louer « l’au­to­ges­tion géné­ra­li­sée1 » —, Vaneigem s’est tenu, sa vie durant, à dis­tance des grands médias. Celui qui publia il y a quelques décen­nies de cela un appel à la grève sau­vage et au sabo­tage sous le nom de Ratgeb observe aujourd’­hui le sou­lè­ve­ment des gilets jaunes et les ZAD avec un enthou­siasme non dis­si­mu­lé ; hors de l’Europe, c’est au Chiapas et au Rojava qu’il per­çoit les formes d’une alter­na­tive éman­ci­pa­trice. Persuadé que les urnes ne sont d’au­cun secours, son der­nier livre enfonce le clou ; la frappe est opti­miste : tour­ner la page de l’Homo œco­no­mi­cus et défendre l’en­semble du vivant, cela se peut encore. Nous nous sommes entre­te­nus avec lui.


[lire en persan]


Vous avez écrit au début des années 2000 que les mots « com­mu­nisme », « socia­lisme » et « anar­chisme » ne sont plus que des « embal­lages vides et défi­ni­ti­ve­ment obso­lètes ». Ces trois noms ont pour­tant per­mis aux humains de rendre pen­sables l’émancipation et la fin de l’exploitation. Par quoi les remplacer ?

En 2000, cela fai­sait pas mal de temps que l’i­déo­lo­gie, dont Marx dénon­çait le carac­tère men­son­ger, avait vidé de sa sub­stance des concepts qui, issus de la conscience pro­lé­ta­rienne et for­gés par la volon­té d’é­man­ci­pa­tion, n’é­taient plus que les ori­flammes bran­dis par les pro­ta­go­nistes d’une bureau­cra­tie syn­di­cale et poli­tique. Les luttes de pou­voir avaient très vite sup­plan­té la défense du monde ouvrier. On sait com­ment le com­bat pour le pro­lé­ta­riat a viré à une dic­ta­ture exer­cée contre lui et en son nom. Le com­mu­nisme et le socia­lisme en ont fait la preuve. L’anarchisme de la révo­lu­tion espa­gnole n’y a pas échap­pé — je pense aux fac­tions de la CNT et de la FAI com­plices de la Généralité cata­lane2. Communisme, socia­lisme, anar­chisme étaient des concepts confor­ta­ble­ment déla­brés quand le consu­mé­risme a réduit à néant jus­qu’à leur cou­ver­ture idéo­lo­gique. L’activité poli­tique est deve­nue un clien­té­lisme, les idées n’ont plus été que ces articles dont les pros­pec­tus de super­mar­ché sti­mulent la vente promotionnelle.

« Comment ne pas remer­cier les gilets jaunes, au nom de l’hu­ma­ni­té qu’ils ont réso­lu d’af­fran­chir de toute barbarie ? »

Les tech­niques publi­ci­taires l’ont empor­té sur la ter­mi­no­lo­gie poli­tique, emmê­lant, comme on sait, gauche et droite. Quand on voit d’un côté le ridi­cule d’é­lec­tions acca­pa­rées par une démo­cra­tie tota­li­taire qui prend les gens pour des imbé­ciles, et d’autre part le mou­ve­ment des gilets jaunes qui se moque des éti­quettes idéo­lo­giques, reli­gieuses, poli­tiques, refuse les chefs et les repré­sen­tants non man­da­tés par la démo­cra­tie directe des assem­blées et affirme sa déter­mi­na­tion de faire pro­gres­ser le sens humain, on a rai­son de se dire que tout ce fatras idéo­lo­gique, qui a fait cou­ler tant de sang, obte­nant au mieux des acquis sociaux désor­mais envoyés à la casse, déci­dé­ment, oui, nous n’en avons plus rien à foutre !

Votre der­nier livre se conclut jus­te­ment sur ce mou­ve­ment. Un « bon­heur », un « immense sou­la­ge­ment », dites-vous. Que char­rie plus pré­ci­sé­ment cet enthousiasme ?

Il n’ex­prime rien de plus et rien de moins que ce que je pré­cise dans l’Appel à la vie : « Cela fait, depuis le Mouvement des occu­pa­tions de mai 1968, que je passe — y com­pris aux yeux de mes amis — pour un indé­ra­ci­nable opti­miste, à qui ses propres ren­gaines ont tour­né la tête. Faites-moi l’a­mi­tié de pen­ser que je me fous super­be­ment d’a­voir eu rai­son, alors qu’un mou­ve­ment de révolte (et pas encore de révo­lu­tion, loin s’en faut) affer­mit la confiance que j’ai tou­jours accor­dée à ce mot de liber­té, si gal­vau­dé, si cor­rom­pu, si sub­stan­ti­fi­que­ment pour­ri. Pourquoi mon atta­che­ment vis­cé­ral à la liber­té s’en­com­bre­rait-il de rai­son et de dérai­son, de vic­toires et de défaites, d’es­poirs et de décon­ve­nues, alors qu’il s’a­git seule­ment pour moi de l’ar­ra­cher à chaque ins­tant aux liber­tés du com­merce et de la pré­da­tion, qui la tuent, et de la res­ti­tuer à la vie dont elle se nour­rit ? » Ce moment, j’en rêve depuis ma loin­taine ado­les­cence. Il a ins­pi­ré, il y a plus de 50 ans, le Traité de savoir-vivre à l’u­sage des jeunes géné­ra­tions. On ne m’ô­te­ra pas le bon­heur de saluer ces gilets jaunes, qui n’ont guère eu besoin de lire le Traité pour illus­trer sa mise en œuvre poé­tique. Comment ne pas les remer­cier, au nom de l’hu­ma­ni­té qu’ils ont réso­lu d’af­fran­chir de toute barbarie ?

[Guillaume Amat | www.guillaumeamat.com]

À la démo­cra­tie par­le­men­taire, vous oppo­sez la démo­cra­tie directe fon­dée sur des assem­blées. On pense à Murray Bookchin — que l’IS l’avait qua­li­fié de « cré­tin confu­sion­niste ». Mais deux points, au moins, vous séparent : le prin­cipe majo­ri­taire et le pou­voir. Bookchin affir­mait que seule la loi majo­ri­taire per­met la démo­cra­tie et que la recherche du consen­sus induit un « auto­ri­ta­risme insi­dieux ». Il esti­mait éga­le­ment qu’a­bo­lir le pou­voir est « absurde » et qu’il faut seule­ment lui « don­ner une forme ins­ti­tu­tion­nelle concrète d’émancipation »…

Ce fut une erreur de sous-esti­mer Bookchin et l’im­por­tance de l’é­co­lo­gie. Ce ne fut pas ma seule erreur ni la seule de l’IS. Mais cette erreur a une cause. Elle réside dans la confu­sion (dont le Traité n’est pas exempt) entre l’in­tel­lec­tua­li­té et la prise de conscience du moi et du monde, entre l’in­tel­li­gence de la tête et l’in­tel­li­gence sen­sible du corps. Les récents évé­ne­ments aident à cla­ri­fier la notion d’in­tel­lec­tua­li­té. Les gilets jaunes qui scandent obs­ti­né­ment à la face de l’État « On est là, on est là » font fré­mir les élites intel­lec­tuelles de tous bords, celles qui, pro­gres­sistes ou conser­va­trices, s’at­tri­buent la mis­sion de pen­ser pour les autres. Quoi d’é­ton­nant si les sec­ta­teurs du gau­chisme et de la critique-critique3 se sont empres­sés de les railler du haut de leur condes­cen­dance ! Qu’est-ce que ces rus­tauds qui battent le pavé ? Ils ont la tête vide, pas de pro­gramme, pas de pen­sée. Holà ! Ces ouvriers, pay­sans, petits com­mer­çants, arti­sans, entre­pre­neurs, retrai­tés, ensei­gnants, chô­meurs, tra­vailleurs haras­sés par la quête d’un salaire, déshé­ri­tés sans abris, éco­liers sans école, auto­mo­bi­listes à taxes et à péages, avo­cats, cher­cheurs scien­ti­fiques ; en somme, toutes celles et tous ceux qui sont sim­ple­ment révol­tés par l’in­jus­tice et par l’ar­ro­gance des morts-vivants qui nous gou­vernent. Hommes et femmes de tout âge ont brus­que­ment ces­sé de s’ag­glu­ti­ner en une masse gré­gaire : ils ont quit­té les bêlants trou­peaux de la majo­ri­té silen­cieuse. Ce ne sont pas des gens de rien, ce sont des gens réduits à rien et ils en prennent conscience. Ils ont un projet.

Que vous résu­me­riez comment ?

« Il s’est trou­vé, dans un pas­sé récent, des ouvrié­ristes assez sots ou assez retors pour glo­ri­fier le sta­tut de prolétaire. »

Instaurer la pré­émi­nence de la digni­té humaine en bri­sant le sys­tème de pro­fit qui dévaste la vie et la pla­nète. Leur ter­rain, c’est la réa­li­té vécue, la réa­li­té d’un salaire, d’une maigre allo­ca­tion, d’une retraite insuf­fi­sante, d’une exis­tence de plus en plus pré­caire, où la part de vraie vie se raré­fie. Elle se heurte, cette réa­li­té, à une gym­nas­tique de chiffres pra­ti­quée en haut lieu. Si la sub­ti­li­té des cal­culs a de quoi éga­rer l’en­ten­de­ment, en revanche le résul­tat final est d’une sim­pli­ci­té exem­plaire et alar­mante : conten­tez-vous de l’au­mône consen­tie par les pou­voirs publics (que vous finan­cez) et empres­sez-vous de mou­rir, en citoyens res­pec­tueux des sta­tis­tiques comp­ta­bi­li­sant le nombre exces­sif de vieux, de vieilles et autres maillons qui fra­gi­lisent la chaîne du ren­table. Cet écart entre la vie et sa repré­sen­ta­tion abs­traite per­met de mieux com­prendre aujourd’­hui ce qu’est l’in­tel­lec­tua­li­té. Loin de consti­tuer un élé­ment inhé­rent à la nature de l’Homme, elle est un effet de sa déna­tu­ra­tion. Elle résulte d’un phé­no­mène his­to­rique, le pas­sage d’une socié­té, fon­dée sur une éco­no­mie de cueillette, à un sys­tème, prin­ci­pa­le­ment agraire, pra­ti­quant l’ex­ploi­ta­tion de la nature et de l’Homme par l’Homme. L’apparition de Cités-États et le déve­lop­pe­ment de socié­tés struc­tu­rées en classe domi­nante et classe domi­née a sou­mis le corps à la même divi­sion. Le carac­tère hié­rar­chique du corps social, com­po­sé de maîtres et d’es­claves, va de conserve, au fil des siècles, avec une scissiparité4 qui affecte le corps de l’homme et de la femme. La tête — le chef — est appe­lée à gou­ver­ner le reste du corps, l’Esprit, céleste et ter­restre, dompte, contrôle, réprime les pul­sions vitales de même que le prêtre et le prince imposent leur auto­ri­té à l’es­clave. La tête assume la fonc­tion intel­lec­tuelle — pri­vi­lège des maîtres — qui dicte ses lois à la fonc­tion manuelle, acti­vi­té réser­vée aux esclaves. Nous en sommes encore à payer les frais de cette uni­té per­due, de cette rup­ture qui livre le corps indi­vi­duel et char­nel à une guerre endé­mique avec lui-même. Nul n’é­chappe à cette aliénation.

Depuis que la nature, réduite à un objet mar­chand, est deve­nue (à l’ins­tar de la femme) un élé­ment hos­tile, effrayant, mépri­sable, nous sommes tous en proie à cette malé­dic­tion que seule est capable d’é­ra­di­quer une évo­lu­tion rena­tu­rée, une huma­ni­té en sym­biose avec toutes les formes de vie. Avis à celles et ceux qui en ont assez des fadaises de l’é­co­lo­gisme ! Il s’est trou­vé, dans un pas­sé récent, des ouvrié­ristes assez sots ou assez retors pour glo­ri­fier le sta­tut de pro­lé­taire, comme s’il n’é­tait pas mar­qué au sceau d’une indi­gni­té dont seule une socié­té sans classe per­met­trait de s’é­man­ci­per. Qui voit-on s’in­fa­tuer aujourd’­hui de cette fonc­tion intel­lec­tuelle qui est une des rai­sons majeures de la misère exis­ten­tielle et de l’in­com­pré­hen­sion de soi et du monde ? Des reni­fleurs aux aguets d’un pou­voir à exer­cer, des can­di­dats à un poste de che­faillon, des aspi­rants au rôle de gou­rou. Quand un mou­ve­ment reven­dique un refus radi­cal des chefs et des repré­sen­tants non man­da­tés par les indi­vi­dus qui com­posent une assem­blée de démo­cra­tie directe, il n’a que faire de ces intel­lec­tuels fiers de leur intel­lec­tua­li­té. Il ne tombe pas dans le piège de l’an­ti-intel­lec­tua­lisme pro­fes­sé par les intel­lec­tuels du popu­lisme fas­ci­sant (« Quand j’en­tends le mot culture, je sors mon revol­ver5 » ne fait que tra­duire le par­ti-pris intel­lec­tuel de l’obs­cu­ran­tisme et de l’i­gno­rance mili­tante, si pri­sés par l’in­té­grisme reli­gieux comme par le camp des néo­na­zis). Ce n’est pas de la dénon­cia­tion des chefs gre­nouillant dans les assem­blées d’au­to­ges­tion que nous avons besoin, c’est de la pré­émi­nence accor­dée à la soli­da­ri­té, au sens humain, à la prise de conscience de notre force poten­tielle et de notre ima­gi­na­tion créa­trice. Certes, la mise en œuvre déli­bé­rée d’un pro­jet plus vaste est encore tâton­nante et confuse, mais au moins est-elle déjà l’ex­pres­sion d’une saine et tran­quille colère qui décrète : plus per­sonne ne me don­ne­ra des ordres, plus per­sonne ne m’a­boie­ra dessus !

[Guillaume Amat | www.guillaumeamat.com]

Quant à la ques­tion de la majo­ri­té et de la minorité…

Je me suis plus d’une fois expli­qué à ce sujet. Selon moi, le vote en assem­blée auto­gé­rée ne peut se réduire à du quan­ti­ta­tif, à du méca­nique. La loi du nombre s’ac­corde mal avec la qua­li­té du choix. Pourquoi une mino­ri­té devrait-elle s’in­cli­ner devant une majo­ri­té ? N’est-ce pas retom­ber dans la vieille dua­li­té de la force et de la fai­blesse ? Passe pour les situa­tions où l’ur­gence pres­crit d’é­vi­ter les dis­cus­sions et ter­gi­ver­sa­tions sans fin, mais même s’il s’a­git de déci­der d’une brou­tille sans consé­quence dom­ma­geable, la concer­ta­tion, la palabre, la conci­lia­tion, l’har­mo­ni­sa­tion des points de vue, autre­ment dit le dépas­se­ment des contraires, sont indé­nia­ble­ment pré­fé­rables à la rela­tion de pou­voir qu’im­plique la dic­ta­ture des chiffres. Essayons de n’a­voir pas à « tra­vailler dans l’ur­gence. » A for­tio­ri, j’es­time que, serait-elle adop­tée à une large majo­ri­té, une déci­sion inhu­maine — un châ­ti­ment, une peine de mort par exemple — est irre­ce­vable. Ce ne sont pas des Hommes qu’il faut mettre hors d’é­tat de nuire, c’est un sys­tème, ce sont les machines de l’ex­ploi­ta­tion et du pro­fit. Le sens humain d’un seul l’emportera tou­jours sur la bar­ba­rie de beaucoup.

Quiconque s’identifie à un ter­ri­toire ou à une langue, écri­vez-vous, se dépouille de sa vita­li­té et de son huma­ni­té. Mais être hors-sol et sans langue mater­nelle, n’est-ce pas là le des­tin des seuls robots ?

« Sauver les acquis sociaux ? Ils sont déjà per­dus. Trains, écoles, hôpi­taux, retraites sont pous­sés à la casse par le bull­do­zer de l’État. »

Curieuse alter­na­tive qu’a­voir à choi­sir soit l’ap­par­te­nance à une enti­té géo­gra­phique, soit l’er­rance de l’exi­lé. Pour ma part, ma patrie c’est la Terre. M’identifier à l’être humain en deve­nir — ce que je m’ef­force d’être — me dis­pense de ver­ser dans le natio­na­lisme, le régio­na­lisme, le com­mu­nau­ta­risme eth­nique, reli­gieux, idéo­lo­gique, de suc­com­ber à ces pré­ju­gés archaïques et mor­bides que per­pé­tue la robo­ti­sa­tion tra­di­tion­nelle des com­por­te­ments. Vous invo­quez l’in­ter­na­tio­na­lisme mafieux de la mon­dia­li­sa­tion. Je mise sur une inter­na­tio­nale du genre humain et j’ai sous les yeux la per­ti­na­ci­té d’une insur­rec­tion paci­fique qui la concrétise.

Vous appe­lez à ne plus col­la­bo­rer avec l’État, ce valet « des banques et des entre­prises mul­ti­na­tio­nales ». En clair : à ne plus payer ses impôts. Beaucoup d’an­ti­ca­pi­ta­listes conti­nuent de pen­ser que ce que Bourdieu nom­mait « la main gauche » de l’État — les ser­vices publics, par exemple — mérite encore d’être sau­vé. Nous devons lui tran­cher les deux mains sans hésiter ?

Sauver les acquis sociaux ? Ils sont déjà per­dus. Trains, écoles, hôpi­taux, retraites sont pous­sés à la casse par le bull­do­zer de l’État. La liqui­da­tion conti­nue. La machine du pro­fit, dont l’État n’est qu’un banal engre­nage, ne fera pas marche arrière. Les condi­tions idéales seraient pour lui d’en­tre­te­nir une atmo­sphère de guerre civile, de quoi effrayer les esprits et ren­ta­bi­li­ser le chaos. Les mains de l’État ne mani­pulent que l’argent, la matraque et le men­songe. Comment ne pas faire plu­tôt confiance aux mains qui dans les car­re­fours, les mai­sons du peuple, les assem­blées de démo­cra­tie directe, s’ac­tivent à la recons­truc­tion du bien public ?

Vous vous êtes dit favo­rable à une « allo­ca­tion men­suelle » — ce que d’autres appellent le reve­nu de base ou le reve­nu uni­ver­sel. Sans État, com­ment l’instituer ?

Le prin­cipe d’ac­cor­der à tous et toutes de quoi ne pas som­brer sous le seuil de la misère par­tait d’une bonne inten­tion. Je l’ai aban­don­né devant l’é­vi­dence. C’était là s’illu­sion­ner sur l’in­tel­li­gence qui à l’é­poque n’a­vait pas déser­té la tête des gou­ver­nants. Un cer­tain Tobin avait pro­po­sé d’ef­fec­tuer sur la bulle finan­cière, mena­cée d’a­po­plexie, une ponc­tion salu­taire de quelque 0,001 % qui eût per­mis d’é­vi­ter l’im­plo­sion finan­cière et d’in­ves­tir le mon­tant de la taxe dans la pré­ser­va­tion des acquis sociaux. Le décer­ve­lage accé­lé­ré des « élites » éta­tiques exclut désor­mais une mesure que, au reste, les der­niers rési­dus du socia­lisme n’a­vaient pas osé adop­ter. L’État n’est plus désor­mais qu’un Leviathan réduit à la fonc­tion grand-gui­gno­lesque de gen­darme. Tout reprend racine à la base. C’est là que nous allons apprendre à nous pré­mu­nir contre les retom­bées de la grande Baliverne éta­tique et le des­sein de nous entraî­ner dans son effon­dre­ment. Si l’on voit sor­tir de leurs trous tant de socio­logues, de poli­to­logues, de nul­li­tés phi­lo­so­phiques, n’est-ce pas que le bateau coule ? Tout est à rebâ­tir, voire à réin­ven­ter : ensei­gne­ment, thé­ra­pies, sciences, culture, éner­gie, per­ma­cul­ture, trans­ports. Que les débats, les palabres, les réflexions se situent sur ce ter­rain-là, non dans les sphères éthé­rées de la spé­cu­la­tion éco­no­mique, idéo­lo­gique, intel­lec­tuelle ! N’est-ce pas à nous de réin­ven­ter une mon­naie d’é­change et une banque soli­daire qui, en pré­pa­rant la dis­pa­ri­tion de l’argent, per­met­traient d’as­su­rer à cha­cune et à cha­cun un mini­mum vital ?

[Guillaume Amat | www.guillaumeamat.com]

Vous met­tez en avant le Chiapas zapa­tiste et le Rojava com­mu­na­liste. Ces expé­riences se fondent en par­tie sur une armée : l’EZLN et les YPG/J. Comment votre appel à « fon­der des ter­ri­toires » affran­chis du pou­voir et du mar­ché mon­dial appré­hende-t-il la ques­tion de l’autodéfense, puisque l’État enver­ra, tôt ou tard, ses flics ou son armée ?

Il va de soi que chaque situa­tion pré­sente une spé­ci­fi­ci­té qui exige un trai­te­ment appro­prié. Notre-Dame-des-Landes n’est pas le Rojava. L’EZNL n’est pas un pro­duit d’ex­por­ta­tion. À chaque ter­ri­toire en voie de libé­ra­tion, ses propres formes de lutte. Les déci­sions appar­tiennent à celles et ceux qui sont sur le ter­rain. Cependant, il est bon de le rap­pe­ler : la façon d’ap­pré­hen­der les êtres et les choses varie selon la pers­pec­tive adop­tée. L’orientation don­née à la lutte exerce une influence consi­dé­rable sur sa nature et sur ses consé­quences. Le com­por­te­ment dif­fère du tout au tout si l’on com­bat mili­tai­re­ment la bar­ba­rie avec les armes de la bar­ba­rie ou si l’on oppose comme un fait accom­pli ce droit irré­pres­sible à la vie, qui par­fois régresse mais n’est jamais vain­cu et recom­mence sans cesse. La pre­mière option est celle de la gué­rilla. Le gau­chisme para­mi­li­taire a démon­tré par ses défaites qu’en­trer sur le ter­rain de l’en­ne­mi c’é­tait se plier à sa stra­té­gie et subir sa loi. La vic­toire des affron­te­ments pré­ten­du­ment éman­ci­pa­teurs a fait pire encore. Le pou­voir insur­rec­tion­nel a tour­né ses fusils contre celles et ceux qui lui avaient per­mis de triom­pher. Dans L’État n’est plus rien, soyons tout, j’ai hasar­dé la for­mule « Ni guer­riers ni mar­tyrs ». Elle n’ap­porte aucune réponse, elle pose seule­ment la ques­tion : com­ment faire de la volon­té de vivre et de sa conscience humaine une arme qui ne tue pas, une arme abso­lue ? L’énergie que les cas­seurs mili­tants gas­pillent en feux de pou­belles et bris de vitrines ne serait-elle pas plus judi­cieuse dans la défense des ZAD en lutte contre l’im­plan­ta­tion de nui­sances et d’i­nu­ti­li­tés ren­tables ? Une inter­ro­ga­tion simi­laire vaut pour les mani­fes­tants qui épi­so­di­que­ment pro­mènent l’illu­sion d’ob­te­nir des mesures en faveur du cli­mat. Qu’attendre d’États qui sont les com­mis-voya­geurs de l’é­co­no­mie pol­luante ? La pré­sence mas­sive des pro­tes­ta­taires serait mieux venue là où cette éco­no­mie empoi­sonne une région, un ter­ri­toire. La ren­contre d’une vio­lence aveugle et d’une volon­té pai­sible mais réso­lue n’au­rait-elle pas quelque chance de fon­der une manière de paci­fisme insur­rec­tion­nel dont l’obs­ti­na­tion bri­se­rait peu à peu le joug de l’État de profit ?

Vous évo­quez les « cas­seurs ». Vous avez effec­ti­ve­ment, plus d’une fois, avan­cé que la « casse » ne sert pas l’affranchissement mais « res­taure » l’ordre. Le sou­lè­ve­ment des gilets jaunes a trans­for­mé de nom­breuses per­sonnes « non-vio­lentes » en sym­pa­thi­santes des Black Blocs : seule la « casse », disent-elles en sub­stance, a fait réagir le pou­voir, seul le feu a fait trem­bler Macron. Est-ce faux ?

« La valse à mille temps des pavés et des lacry­mo­gènes fait du sur-place. Les ins­tances gou­ver­ne­men­tales y trouvent leur compte. »

La belle vic­toire que de faire trem­bler un tech­no­crate qui a le cer­veau d’un tiroir-caisse ! L’État n’a rien cédé, il ne le peut, il ne le veut. Sa seule réac­tion a consis­té à sur­éva­luer les vio­lences, à recou­rir au matra­quage phy­sique et média­tique pour détour­ner l’at­ten­tion des véri­tables cas­seurs, ceux qui ruinent le bien public. Comme je l’ai dit, les bris de vitrines, si chers aux jour­na­listes, sont l’ex­pres­sion d’une colère aveugle. La colère se jus­ti­fie, l’a­veu­gle­ment non ! La valse à mille temps des pavés et des lacry­mo­gènes fait du sur-place. Les ins­tances gou­ver­ne­men­tales y trouvent leur compte. Ce qui va l’emporter c’est le déve­lop­pe­ment de la conscience humaine, c’est la réso­lu­tion de plus en plus ferme, mal­gré la las­si­tude et les doutes comp­ta­bi­li­sés par la peur et par la veu­le­rie média­tiques. La puis­sance de cette déter­mi­na­tion ne ces­se­ra de s’accroître parce qu’elle ne se sou­cie ni de vic­toire ni de défaite. Parce que, sans chefs ni repré­sen­tants récu­pé­ra­teurs, elle est là et assume à elle seule — et pour toutes et tous — la liber­té d’ac­cé­der à une vie authen­tique. Soyez-en assu­rés : la démo­cra­tie est dans la rue, pas dans les urnes.

En 2003, avec Le Chevalier, la Dame, le Diable et la mort, vous consa­criez de belles pages à la ques­tion ani­male. Elle s’est depuis impo­sée de façon quo­ti­dienne dans le « débat public ». Vous avez par­lé, plus récem­ment, d’une « nou­velle civi­li­sa­tion » à créer : pour­ra-t-elle tour­ner la page des mas­sacres jour­na­liers d’animaux sur les­quels s’érigent encore nos sociétés ?

Les bio­topes dévas­tés, les pes­ti­cides, le mas­sacre des abeilles, des oiseaux, des insectes, la faune marine étouf­fée par le déver­se­ment des plas­tiques, l’élevage concen­tra­tion­naire des bêtes, l’empoisonnement de la terre, de l’air, de l’eau, autant de crimes que l’é­co­no­mie de pro­fit per­pé­tue impu­né­ment, en toute léga­li­té pré-fabri­quée. Aux indi­gnés qui clament « Il faut sau­ver l’hu­ma­ni­té du désastre », les cadavres qui nous gou­vernent opposent le spec­tacle des pro­messes inte­nables. Ils réitèrent cyni­que­ment le carac­tère irré­vo­cable de leur décret : il faut sau­ver l’é­co­no­mie, la ren­ta­bi­li­té, l’argent et payer, pour ce noble idéal, le prix de la misère et du sang. Leur monde n’est pas le nôtre. Ils le savent, il s’en moquent. À nous de déci­der de notre vie et de notre envi­ron­ne­ment. À nous de nous moquer de leurs contraintes bureau­cra­tiques, juri­diques, poli­cières, en bri­sant leur emprise à la base, là où nous sommes, là où elle nous étouffe. Comme disaient les sans-culottes de 1789 : « Vous vous fou­tez de nous ? Vous ne vous en fou­trez plus long­temps ! » Nous nous ache­mi­nons vers un style de vie fon­dé sur une nou­velle alliance avec le milieu natu­rel. C’est dans une telle pers­pec­tive que le sort des bêtes sera abor­dé, non dans un esprit cari­ta­tif ou com­pas­sion­nel mais sous l’angle d’une réha­bi­li­ta­tion : celle de l’a­ni­ma­li­té qui nous consti­tue et que nous exploi­tons, tor­tu­rons, répri­mons de la même façon que nous mal­trai­tons, répri­mons, mal­trai­tons ces frères infé­rieurs qui sont aus­si nos frères intérieurs.

[Guillaume Amat | www.guillaumeamat.com]

Vous faites sou­vent men­tion de « la pré­émi­nence de l’humain ». Comment assu­mer la sin­gu­la­ri­té de l’Homo Sapiens tout en lui rap­pe­lant qu’il devrait en rabattre un peu, lui qui ne repré­sente que 0,01 % de la biomasse ?

Il serait grand temps que le Ya Basta !, il y en a marre, c’en est assez !, s’ap­plique à ce dogme fabri­qué par un sys­tème d’ex­ploi­ta­tion qui, en fai­sant la part belle aux maîtres, pro­pa­geait la croyance en la débi­li­té et en la fai­blesse native de l’être humain. On n’a ces­sé de le rabattre, ce pauvre hère. Il n’a été pen­dant long­temps qu’une déjec­tion des dieux, tri­tu­rée au gré de leurs caprices. On l’a affu­blé d’une malé­dic­tion onto­lo­gique, d’une mal­for­ma­tion natu­relle, d’un état de pué­ri­li­té per­ma­nente, qui néces­si­tait la tutelle d’un maître. Il finit aujourd’­hui dans une pou­belle, où il est réduit à un objet, à un chiffre, à une sta­tis­tique, à une valeur mar­chande. Tout sauf à lui recon­naître une créa­ti­vi­té, une richesse poten­tielle, une sub­jec­ti­vi­té qui aspire à s’ex­pri­mer libre­ment. Vous conti­nuez à prê­cher l’an­goisse des espaces infi­nis du jan­sé­niste Pascal, alors qu’une révo­lu­tion de la vie quo­ti­dienne pri­vi­lé­gie l’in­di­vi­du et l’i­ni­tie à une soli­da­ri­té capable de le libé­rer du cal­cul égoïste et de l’in­di­vi­dua­lisme où l’en­fer­mait la socié­té gré­gaire. Alors que des hommes et des femmes jettent les bases d’une socié­té éga­li­taire et fra­ter­nelle, le ser­mon qu’in­las­sa­ble­ment rabâchent les pro­pa­gan­distes de la ser­vi­tude volon­taire trouve donc encore des porte-voix ! Les seuls espaces infi­nis qui me pas­sionnent sont ceux que l’im­men­si­té d’une vie à décou­vrir et à créer ouvre devant nous. On criait hier « À la niche les gla­pis­seurs de rois et de curés ! ». Ce sont les mêmes, aujourd’­hui recon­ver­tis. À la niche les gla­pis­seurs de marché !


Photographie de ban­nière : Guillaume Amat | http://www.guillaumeamat.com


  1. Internationale situa­tion­niste, n° 11, octobre 1967, p. 39.
  2. En sep­tembre 1936, deux mois après le sou­lè­ve­ment natio­na­liste, plu­sieurs mili­tants de la CNT, syn­di­cat anar­chiste, entrent dans le gou­ver­ne­ment de la Généralité de Catalogne.
  3. En 1845, Marx et Engels ont publié le pam­phlet La Sainte famille, sous-titré Critique de la Critique cri­tique contre Bruno Bauer et consorts.
  4. Multiplication par la divi­sion.
  5. Phrase ins­pi­rée par l’acte 1, scène 1, de la pièce de théâtre Schlageter, de Hanns Johst : « Quand j’en­tends par­ler de culture… je relâche la sécu­ri­té de mon Browning ! » Elle sera par la suite régu­liè­re­ment attri­buée aux cadres nazis Goebbels et Göring.

REBONDS

☰ Lire notre article « Dire le monde à défendre », Roméo Bondon, juin 2019
☰ Lire notre article « 25 ans plus tard : le zapatisme poursuit sa lutte », Julia Arnaud, mai 2019
☰ Lire notre abécédaire de Raoul Vaneigem, avril 2019
☰ Lire notre reportage « Contre le mal-vivre : quand la Meuse se rebiffe », Djibril Maïga et Elias Boisjean, janvier 2019
☰ Lire notre entretien avec Benoît Borrits : « Casser le carcan de la démocratie représentative », septembre 2018
☰ Lire notre dossier consacré au Kurdistan

Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.