Pierre Carles : « Ma démarche propagandiste, je l’assume »


Entretien inédit pour le site de Ballast
Paris, Belle­ville, Café aux Folies. Les troquets viennent à peine de lever leurs rideaux lorsque Pierre Carles débarque. Accoudés au zinc, il nous rejoint ; le réa­li­sa­teur est en plein tour­nage et nous accorde cet entre­tien, envi­sa­gé de longue date, entre deux prises. Expres­sos, poli­tesses d’usage, le ton est don­né : « Pour l’interview, déso­lé, mais mes images parlent d’elles-mêmes. » Sourire taquin, il conclut : « Allez, fin. » Pierre Carles, ou l’ex-importun du PAF limo­gé dans les années 1990 pour ses cri­tiques un peu trop acides des médias… D’Ardisson à « l’impertinente Canal », tous l’ont pous­sé au bord du ring de l’audiovisuel. Il a dès lors gagné les salles ombra­gées des ciné­mas, un Bourdieu dans les bagages. De Pas vu, pas pris (1998) à On revient de loin (2016), Carles s’échine à faire vivre ses docu­men­taires à charge : des tirs de bar­rage contre les repré­sen­ta­tions domi­nantes. Mais com­ment ne pas s’essouffler après plus de deux décen­nies de créa­tion radi­cale, com­ment res­ter mili­tant sans virer mili­taire, être alter­na­tif en plus d’indépendant ? Rencontre sans gants avec celui qui sou­tient que « les films peuvent par­fois chan­ger le monde » et qu’il fau­drait « inter­dire les son­dages ».

Dans vos pre­miers films, vous met­tez à nu les struc­tures média­tiques en mon­trant les cou­lisses des médias domi­nants, des images « volées » ou « pas vues »…

Je vous arrête. En réa­li­té, il y a peu d’images « volées » dans mes films ; par contre, ce que j’ai poin­té du doigt, dans mes premiers repor­tages ou enquêtes, c’est l’hypocrisie d’une télé­vi­sion soi-disant trans­pa­rente et indé­pen­dante du poli­tique. À l’origine de Pas vu pas pris, il y a une dis­cus­sion off entre Étienne Mougeotte et François Léotard — cen­su­rée, et c’est un comble, par la chaîne dite « inso­lente » du pay­sage audio­vi­suel fran­çais Canal+ — qui donne à voir une proxi­mi­té de fait entre un magnat des médias et un homme poli­tique influent. En revanche, aucun pro­blème pour fil­mer en camé­ra cachée les tra­fics des petits dea­lers, les pau­més des sectes, aucun pro­blème pour éta­ler l’intimité des faibles, des pauvres et des domi­nés dans cer­tains repor­tages. Faut-il tout mon­trer à l’écran ? Je n’en suis pas cer­tain. Mais si l’on sur­va­lo­rise les cou­lisses ou si l’on affirme que rien ne doit res­ter hors-champ, il faut aller jusqu’au bout de cette logique — au nom de la cohé­rence. Pour autant, dans mes films, il n’y a pas une phi­lo­so­phie du off qui ferait coïn­ci­der réa­li­té et image car l’image est sou­vent pauvre et réduc­trice. Lorsque la camé­ra cesse de tour­ner, les gens res­tent en repré­sen­ta­tion : leurs masques ne tombent pas. Il n’y a donc pas de véri­té nichée dans le hors-camé­ra qu’on réus­si­rait à obte­nir à l’aide de ruses ou de sub­ter­fuges.

Peut-on par­ler de votre tra­vail de créa­tion comme d’un tra­vail de contre-image ? 

« Si la pro­pa­gande revient à pro­pa­ger des idées mino­ri­taires et des points de vue de domi­nés, il n’y a aucun scru­pule à avoir à en faire. »

J’assume le terme « contre », qui peut à la fois signi­fier « en oppo­si­tion » mais aus­si « tout près de ». J’ai fait des films « contre » Pierre Bourdieu ou « contre » Georges Bernier [alias le pro­fes­seur Choron, ndlr], c’est-à-dire au plus près d’eux. Mais j’ai aus­si fait des films « contre » des repré­sen­ta­tions domi­nantes, pour com­battre ce qui me sem­blait être des cli­chés dans tout un tas de domaines. Quand, avec Georges Minangoy, on a réa­li­sé un film sur Action directeNi vieux, ni traîtres, on vou­lait sor­tir de la ver­sion ins­tal­lée et res­sas­sée par la télé­vi­sion. Que racon­tait cette ver­sion à tra­vers une tri­po­tée de repor­tages télés ? Des fous furieux décé­ré­brés avaient com­mis d’ignobles assas­si­nats dans les années 1980 en France. Pire, ils assu­maient sans repen­tance ni demandes de par­don. Sans adhé­rer à leur posi­tion sur la lutte armée, on a pris le contre-pied du son de cloche offi­ciel en pariant sur le fait qu’ils étaient des êtres doués de rai­son capables d’exposer des moti­va­tions inau­dibles jusque-là. On a ame­né le spec­ta­teur à inter­ro­ger, voire à remettre en cause ses repré­sen­ta­tions sur ce phé­no­mène. Certains des « ter­ro­ristes » d’AD y expliquent qu’ils n’ont pas com­mis d’attentats aveugles en ciblant le siège du FMI ou le CNPF (l’ancêtre du MEDEF) ou en reven­di­quant deux assas­si­nats : celui d’un géné­ral res­pon­sable de ventes d’armes1René Audran. et celui d’un patron de l’automobile2Georges Besse. qui avait lan­cé un plan de réduc­tion des effec­tifs. Faire entendre leur point de vue est indis­pen­sable si on veut com­prendre un tant soit peu cette his­toire. Autre exemple : le docu­men­taire que je tente de réa­li­ser depuis plu­sieurs années sur l’histoire du conflit armé en Colombie. Il s’agit de racon­ter le com­bat des FARC, le plus vieux maquis com­mu­niste de la pla­nète, sans pour autant condam­ner d’emblée, là aus­si, le recours aux armes, ni ver­ser dans le cli­ché du gué­rille­ro assi­mi­lé au nar­co-ter­ro­riste. Dans les années 2000, en France, les FARC étaient irré­mé­dia­ble­ment réduits à des monstres et des cri­mi­nels ayant enle­vé la « sainte » Ingrid Betancourt. Limiter cette gué­rilla à cela, c’est mécon­naître qu’au départ les FARC forment un maquis d’autodéfense pay­san, une orga­ni­sa­tion poli­ti­co-mili­taire qui se bat depuis les années 1960 pour une meilleure répar­ti­tion des terres dans ce pays très inéga­li­taire qu’est la Colombie. Ce petit rap­pel his­to­rique per­met de mieux com­prendre pour­quoi, depuis plus d’un demi-siècle, des hommes et ces femmes ont rejoint le maquis, sou­vent au prix de leur vie ou de lourds sacri­fices. Il fau­drait aus­si par­ler d’eux comme des résis­tants, des maqui­sards, des insur­gés, des rebelles…

Nous sommes confron­tés, d’un côté, à des images de masse des­ti­nées à convaincre le plus de per­sonnes et, de l’autre, à vos images. Vos films ont eu un impact : est-ce qu’on ne peut pas dire que vous faites éga­le­ment de la pro­pa­gande ? 

Oui, j’ai mis du temps à com­prendre, mais il ne faut pas le nier ! Le cinéaste Bruno Muel, auteur de grands films enga­gés, que ce soit pour don­ner la parole aux ouvriers exploi­tés de Peugeot (Avec le Sang des autres), aux vic­times du coup d’État mili­taire du géné­ral Pinochet (Septembre chi­lien) ou aux résis­tants colom­biens (Rio Chiquito, Longues marches), a tou­jours reven­di­qué le terme de « pro­pa­gande » pour qua­li­fier son tra­vail. Si la pro­pa­gande revient à pro­pa­ger des idées mino­ri­taires et des points de vue de domi­nés, il n’y a aucun scru­pule à avoir à en faire. Toutefois, j’espère que nos films laissent une liber­té au spec­ta­teur en étant quand même moins contrai­gnants que des films mili­tants, des œuvres pro­pa­gan­distes tra­di­tion­nelles ou tout sim­ple­ment des pro­grammes de télé­vi­sion. Ce serait ter­rible qu’après avoir vu mon der­nier film, On revient de loin, on remise son esprit cri­tique en se disant « Il faut pen­ser comme ceci et pas comme cela ». Dans Attention dan­ger tra­vail, les dis­cours de « déser­teurs du mar­ché du tra­vail », comme on les qua­li­fiait, divul­guaient eux aus­si une forme de pro­pa­gande : ils « pro­pa­geaient » un dis­cours sans qu’il ne puisse être contes­té. Ces contes­ta­taires de la guerre éco­no­mique devaient pou­voir expri­mer leur point de vue sans qu’on la redonne der­rière — sérieu­se­ment, du moins — à ceux qui l’ont tou­jours comme les repré­sen­tants du patro­nat, le Medef, les chro­ni­queurs éco­no­miques de la radio ou du petit écran… Propager la parole des domi­nés n’est pas infamant, c’est même un tra­vail de salu­bri­té publique ! En réa­li­sant un por­trait plu­tôt admi­ra­tif du socio­logue Pierre Bourdieu ou du Professeur Choron (avec Éric Martin), on ne se pré­oc­cupe pas de don­ner la parole à leurs détrac­teurs. Il faut déjà que la voix de ces deux-là porte. Rien ne s’oppose à ce que, dans un deuxième temps, d’autres se livrent à un tra­vail cri­tique, voire contestent notre bou­lot. D’autant plus que nos films n’ont pas du tout la même expo­si­tion que les JT ou les émis­sions de Pujadas, Hanouna et com­pa­gnie ; ils ne passent pas à la télé­vi­sion et n’ont donc pas la même influence. Dans ces condi­tions, notre point de vue ne risque pas d’être hégé­mo­nique. En fait, le fond du pro­blème, c’est l’hégémonie d’un point de vue : celui du pou­voir poli­tique, la plu­part du temps sous influence du pou­voir éco­no­mique, et dont les médias se font les porte-paroles. Si les points de vue de AD avaient été hégé­mo­niques, si leurs dis­cours reven­di­quant la lutte armée — pas dji­ha­diste, mais de trans­for­ma­tion du monde selon des idéaux com­mu­nistes ou liber­taires — étaient les seuls dis­cours audibles dans le champ média­tique, ça aurait été pro­blé­ma­tique. De fait, nous n’aurions pas fait ce film. On aurait plu­tôt don­né la parole aux gens oppo­sés à l’idée de lutte armée.

(Par Cyrille Choupas, pour Ballast)

Mais vous consi­dé­rez-vous comme un cinéaste « mili­tant » ?

L’étiquette « mili­tant » per­met de nous déni­grer et de rela­ti­vi­ser notre tra­vail pour, au final, jus­ti­fier sa non-dif­fu­sion à la télé­vi­sion (puisque don­né comme par­ti­san). Mais qui n’est pas mili­tant ou par­ti­san ? Ceux qui pré­sentent le jour­nal télé­vi­sé ne militent-ils pas pour impo­ser une vision du monde, la leur ? Ils matraquent une doxa néo­li­bé­rale ou néo­sé­cu­ri­taire — quand ce n’est pas les deux à la fois. Ils imposent leurs idées sur la mon­dia­li­sa­tion, le libre-échange éco­no­mique, l’extension du domaine de la pri­son et de la police pour régler des problèmes qui sont avant tout sociaux. C’est un com­por­te­ment de mili­tant. David Pujadas est un par­ti­san ! C’est un mili­tant de l’ordre éta­bli ; un ordre injuste, il n’est pas inutile de le pré­ci­ser. Que demande-t’il à des ouvriers en colère, vic­times de délo­ca­li­sa­tion, prêts même à sabo­ter leur outil de tra­vail ou qui finissent par séques­trer leur patron ? Il les somme d’abandonner la bataille ! Son com­bat ? Qu’on ne se révolte pas dans les usines ! C’est regret­table que dans son jour­nal télé­vi­sé ne figure pas un ban­deau en sur­im­pres­sion sur l’écran indi­quant : « David Pujadas émarge à X mil­liers d’euros par mois et défend ici le point de vue du pou­voir poli­tique qui se confond avec le point du vue du pou­voir éco­no­mique. » Au moins les choses seraient claires pour le télé­spec­ta­teur. On pour­rait aus­si indiquer : « Tel jour­na­liste vedette gagnant tant n’est pas for­cé­ment qua­li­fié pour racon­ter le monde social au regard de ses ori­gines sociales » — qua­si­ment aucun des res­pon­sables de l’information n’est issu des classes popu­laires en France. On va me rétor­quer que je verse moi aus­si dans le mili­tan­tisme, et qu’il fau­drait éga­le­ment le mar­quer, le signa­ler : oui mais moi, ma démarche pro­pa­gan­diste, je l’assume. Pour finir sur le terme « mili­tant », on peut dire que les films sont mili­tants, mais il y a gros­so modo deux types de films mili­tants : les films « mili­tants-mili­taires » fai­sant mar­cher les spec­ta­teur au pas en leur disant quoi pen­ser et com­ment voir les choses. C’est le cas des films de Michael Moore. J’espère que les films que je réa­lise ou coréa­lise avec d’autres com­pa­gnons ne sont pas de ce type. On essaie de fabri­quer des films « liber­taires » plu­tôt qu’« auto­ri­taires ».

Merci Patron, de Ruffin, c’est un film « mili­tant-mili­taire » ? 

« David Pujadas est un par­ti­san ! C’est un mili­tant de l’ordre éta­bli ; un ordre injuste, il n’est pas inutile de le pré­ci­ser. »

Oui : il laisse assez peu de place au spec­ta­teur. Il a d’autres qua­li­tés : c’est un film assez jubi­la­toire car on ne peut qu’être ravi de cette revanche sociale, de ce remake de David contre Goliath. Pas vu, pas pris, mon premier film, déve­lop­pait un scé­na­rio simi­laire. Film jubi­la­toire, donc ; mais on voit tout de suite qui sont les méchants et qui sont les gen­tils. Ce genre de film fabrique selon moi un spec­ta­teur plu­tôt pas­sif. Il a fait beau­coup d’entrées mais on n’en res­sort pas en se posant un cer­tain nombre de ques­tions, en cogi­tant. Merci patron !, Pas vu pas pris, Les Nouveaux Chiens de garde, ce sont plu­tôt des films où l’on vient com­mu­nier — pour­quoi pas ? J’en ai fait. Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire de films uti­li­sant ces res­sorts nar­ra­tifs, sus­cep­tibles de ras­sem­bler beau­coup de monde. Mais il me semble que ce n’est pas le plus inté­res­sant pour le spec­ta­teur, ça ne favo­rise pas for­cé­ment son esprit cri­tique. Mais peut-être que pour atti­rer du public, il faut faire ce genre de films, des « films com­mu­nions » : Demain, par exemple. C’est un film éco­lo qui nous raconte qu’il suf­fit d’étendre les expé­riences alter­na­tives et éco­lo­giques pour sau­ver la pla­nète, comme s’il n’y avait pas de rap­ports de force dans le monde et nos socié­tés, comme s’il n’y avait pas de mul­ti­na­tio­nales prêtes à tout pour faire du pro­fit, comme si celles-ci n’allaient pas dire : « Mais vous rigo­lez ou quoi ? Nous, Exxon, Total, Microsoft, Amazon, Facebook… On n’en veut pas de votre monde, on a du busi­ness à faire, les gars ! C’est bien gen­til votre truc… » Ça, c’est le hors-champ du film ! Cette croyance selon laquelle tout irait mieux dans le meilleur des mondes grâce à l’extension d’expériences sym­pa­thiques et alter­na­tives à l’ensemble de l’humanité, sans qu’il y ait des résis­tances, est d’une naï­ve­té conster­nante.

Votre ciné­ma est donc lui aus­si un « sport de com­bat » ? 

Oui, pour Annie Gonzalez — la pro­duc­trice de la plu­part de nos docu­men­taires — la pro­duc­tion s’apparente bien à cela car il faut à chaque fois batailler ferme pour dégo­ter les res­sources néces­saires pour sor­tir nos films avec ce niveau de pro­fes­sion­na­lisme. Mais ce n’est pas un sport de com­bat : c’est un com­bat tout court. On se bat en ce moment pour finan­cer notre prochain film, pour trou­ver le moyen de payer un mini­mum les cadreurs, les ingé­nieurs du son, les mon­teurs avec qui on tra­vaille. C-P Productions, la struc­ture que nous avons créée avec des tra­vailleurs de l’audiovisuel et du ciné­ma à l’époque de Pas vu pas pris a depuis pro­duit et/ou dis­tri­bué une dizaine de longs-métrages en une ving­taine d’années, les miens et ceux d’autres réa­li­sateurs. Et on rame tou­jours pour gar­der la tête hors de l’eau. Mais ça n’a rien d’exceptionnel, nous ne sommes pas les seuls dans cette situa­tion. Nous ne nous plai­gnons pas. Plein de gens se battent à leur échelle, dans tout un tas de domaines — et ce sont sou­vent des com­bats bien plus cou­ra­geux que celui qui consiste à aller trou­ver de l’argent pour faire des films.

(Par Cyrille Choupas, pour Ballast)

Revenons sur Bourdieu. Il a for­cé­ment influen­cé votre pen­sée, mais a-t-il influen­cé vos images ?

Une anec­dote : j’ai réa­li­sé un court-métrage docu­men­taire, Pizza Americana, qui figure en par­tie dans Attention Danger Travail. Quand je l’ai tourné, en 1994 à Strasbourg dans un maga­sin Domino’s Pizza qui venait d’ouvrir, je tra­vaillais avec un camé­ra­man belge que je ne connais­sais pas et que la pro­duc­tion m’avait envoyé. On était en train de fil­mer la for­ma­tion des livreurs, sou­mis à la culture d’entreprise nord-amé­ri­caine, états-unienne, et le came­ra­man n’en voyait pas bien l’intérêt. Il trou­vait cela somme toute « nor­mal ». De mon côté, ce que je per­ce­vais, c’étaient des rap­ports de domi­na­tion. Je dis­po­sais d’une grille de lec­ture bour­dieu­sienne et voyais com­ment, de manière douce, plu­tôt sub­tile, les contre­maîtres leur fai­saient ren­trer dans la tête l’idée selon laquelle « On doit bos­ser comme ça et pas autre­ment », avec l’obsession de l’hygiène comme vec­teur de dis­ci­pline et de nor­ma­li­sa­tion. L’objectif était de fabri­quer des sala­riés pré­caires inter­chan­geables, sous cou­vert de confor­mi­té aux normes sani­taires. Les for­ma­teurs disaient : « Ce n’est pas nous qui vous impo­sons de vous cou­per les che­veux, il faut juste se confor­mer aux normes. » Je voyais bien ce qui était en train de se jouer sous nos yeux ; mais le came­ra­man, lui, ne per­ce­vait pas la même chose. Il voyait plu­tôt une entre­prise qui créait des emplois — quelque chose de sur­va­lo­ri­sé par les grands médias à l’époque — et peu lui impor­tait la nature des emplois en ques­tion. Conclusion : la réa­li­té n’est pas pré­exis­tante à notre regard. Elle convoque tout un tas de connais­sances, d’expériences, d’outils d’analyse. Ma manière de cadrer, de fil­mer ou de mon­ter n’est pas direc­te­ment ins­pi­rée par le tra­vail de Bourdieu, mais sa fré­quen­ta­tion, ses ana­lyses du moins, m’ont été très utiles pour com­prendre le monde social et les rap­ports de force à l’œuvre dans notre socié­té. Ça m’a beau­coup aidé, même si en 1994, au moment du tour­nage de Pizza Americana, je ne le connais­sais pas encore. J’avais cepen­dant eu l’occasion de décou­vrir son tra­vail de socio­logue cri­tique en pre­mière année de fac de socio­lo­gie dans les années 1980, à Bordeaux.

Lors des der­niers évé­ne­ments (le Brexit, Trump), les médias ont parié sur un résul­tat qui s’est par la suite révé­lé erro­né. Sommes-nous aujourd’hui confron­tés à une faillite des médias vis-à-vis de la popu­la­tion, à une méfiance géné­ra­li­sée à leur endroit ? 

« Comment les gens pour­raient-ils voter pour un can­di­dat prô­nant la décrois­sance éco­no­mique s’ils ne savent pas que ce cou­rant de pen­sée existe ? »

Ça, c’est ce qu’on entend : « Les médias n’auraient plus d’influence. » C’est aus­si ce que veulent nous faire croire les patrons de presse. Ils nous disent : « Regardez, nous n’avons pas ce pou­voir puisque, lors du refe­ren­dum sur le Traité consti­tu­tion­nel euro­péen en 2005, les gens n’ont pas voté pour le oui — que la presse sou­te­nait. Ils n’ont pas non plus voté pour Hillary Clinton, la can­di­date favo­rite des médias aux USA, etc. » Lors de la der­nière élec­tion pré­si­den­tielle amé­ri­caine, les médias n’ont pas for­cé­ment per­du la bataille. Ils ont tout de même réus­si, en déni­grant Bernie Sanders, le can­di­dat le plus à gauche, à écar­ter la seule can­di­da­ture un peu pro­gres­siste. Et l’image de Trump pré­sen­tée comme « can­di­dat anti­sys­tème », c’est une image véhi­cu­lée… par ces mêmes grands médias. Donc atten­tion à ne pas se lais­ser avoir lorsqu’on entend que le sys­tème média­tique n’aurait plus aucun pou­voir ! Certes, les grands médias n’ont pas la pos­si­bi­li­té de faire élire untel ou untel, mais ils ont tou­jours la pos­si­bi­li­té d’écarter celui ou celle qui ne leur convient pas. C’est même ce qui est arri­vé à Martine Aubry lors de la pri­maire du PS en 2011. Les chaînes de télé­vi­sion et les sta­tions de radio la trou­vaient trop à gauche, sim­ple­ment parce qu’elle était à l’origine de la loi sur les 35 heures. Hollande, en revanche, ne leur posait pas de pro­blèmes, il était suf­fi­sam­ment à droite pour eux, tout comme Strauss-Kahn, bien enten­du. Autre exemple : Jean-Luc Mélenchon en 2012, dans les son­dages effec­tués à quelques semaines du 1er tour de la pré­si­den­tielle, était à 15 % des inten­tions de vote, devant Marine Le Pen et François Bayrou. Certains médias comme Libération et son direc­teur de l’époque, Nicolas Demorand, qui était pro-Hollande, se sont ser­vis de l’épouvantail Le Pen pour favo­ri­ser leur pou­lain. Ils ont donc appe­lé les élec­teurs de Mélenchon à voter Hollande dès le 1er tour. Comment ? Ils n’ont pas hési­té à mani­pu­ler un son­dage pour arri­ver à leurs fins. Ils ont fait croire que Le Pen était à 30 % dans les inten­tions de vote pour faire peur aux élec­teurs de Mélenchon et ain­si les pous­ser à « voter utile », en l’occurrence Hollande. C’est ce qui s’est pas­sé. Mélenchon est des­cen­du à 11 %. Au final, Le Pen n’a fait « que » 18 %. Beaucoup de gens savent à peu près pour qui ils vont voter quelques semaines avant l’élection, alors que trois mois avant, leur choix n’est pas encore défi­ni­tif. À qui se fient-ils pour se déter­mi­ner ? En grande par­tie aux son­dages et à la prime de noto­rié­té qu’ils confèrent.

En fait, il fau­drait inter­dire les son­dages, sauf le der­nier jour de l’élection. C’est seule­ment ce jour-là qu’ils mesureraient quelque chose d’à peu près exis­tant, et qu’ils n’influenceraient pas trop le vote. L’isoloir a été créé pour que les pauvres ne soient pas influen­cés par les riches, les sala­riés par les patrons, les pay­sans par les gros pro­prié­taires ter­riens, lorsqu’ils allaient voter. Aujourd’hui, les son­dages remettent en ques­tion cette indé­pen­dance en fai­sant pres­sion sur nous. Comment les gens pour­raient-ils voter pour un can­di­dat prô­nant la décrois­sance éco­no­mique s’ils ne savent pas que ce cou­rant de pen­sée existe ? Comment peuvent-ils aller voter pour un can­di­dat récla­mant le droit de vote pour les étran­gers et la pos­si­bi­li­té pour eux de se pré­sen­ter aux élec­tions, quand on ne leur dit pas que cela existe dans cer­tains pays, comme l’Équateur ? Comment peuvent-ils ima­gi­ner qu’un gou­ver­ne­ment puisse pra­ti­quer des natio­na­li­sa­tions, alors qu’on ne les informe pas que la Bolivie gou­ver­née par Evo Morales l’a fait ces der­nières années ? Ou encore que l’Argentine de Cristina Kirchner a natio­na­li­sé Repsol, la com­pa­gnie pétro­lière espa­gnole ? En ne met­tant pas en lumière ces expé­riences, ces pos­sibles, nos grands médias orientent de fait le choix des élec­teurs. Ils décident de ce qui est pos­sible et de ce qui ne l’est pas, rédui­sant ain­si l’espace des pos­sibles.

Les médias indé­pen­dants, tel Médiapart, tentent pré­ci­sé­ment de don­ner une visi­bi­li­té à ces pos­sibles. Seriez-vous prêt à lais­ser une seconde chance à des jour­na­listes des grands médias pas­sés à des espaces plus cri­tiques, des « repen­tis », à l’instar d’Edwy Plenel ?

Repenti ? À ma connais­sance, Plenel ne s’est jamais repen­ti. Il se garde bien de rap­pe­ler qu’à l’époque où il exer­çait de hautes res­pon­sa­bi­li­tés au Monde, il avait, si mes sou­ve­nirs sont bons, confié à un pseu­do-phi­lo­sophe comme BHL le soin de racon­ter dans ce qui se pas­sait en Afghanistan. Il avait propul­sé ce char­la­tan grand repor­ter au Monde alors qu’il exis­tait dans le jour­nal de vrais spé­cia­listes de ces ques­tions. Edwy Plenel ne s’est jamais expli­qué là-des­sus ! De même, je ne l’ai jamais enten­du faire le moindre mea culpa sur le pro­jet d’introduction du jour­nal Le Monde en bourse, pro­jet dont il était chaud par­tisan, avec Alain Minc et Jean-Marie Colombani. Si vous avez enten­du par­ler d’un mea culpa de Plenel à ce sujet, dites-moi où ! Il a créé un média indé­pen­dant, de qua­li­té : c’est indé­niable. Le pro­blème, c’est la fia­bi­li­té de son fon­dateur, qui n’a jamais fait la moindre auto­cri­tique sur ses éga­re­ments passés.

(Par Cyrille Choupas, pour Ballast)

Certaines figures média­tiques, comme Élise Lucet de France 2, tentent de dénon­cer dans le cadre qui est le leur les pra­tiques des mul­ti­na­tio­nales. Comment voyez-vous ça ? 

Ce que fait Élise Lucet aujourd’hui est plu­tôt bien. Le sou­ci, c’est qu’elle a long­temps été par­ti­sane de l’ordre éta­bli en pré­sen­tant les JT à France 3 et France 2, qui n’ont jamais été par­ti­cu­liè­re­ment révo­lu­tion­naires, c’est le moins que l’on puisse dire… Je ne me sou­viens pas d’avoir vu Lucet ouvrir un JT par un repor­tage sur un acci­dent du tra­vail mor­tel, par exemple dans le domaine du BTP, où pour­tant ils sont fré­quents. Depuis quelque temps, après avoir aban­don­né la pré­sen­ta­tion du JT, elle ne se com­porte plus comme une mili­tante de l’ordre éta­bli mais comme une dénon­cia­trice de cer­tains abus des pou­voir, en allant inter­pel­ler des diri­geants d’entreprise, etc. C’est en fait le mini­mum syn­di­cal pour quelqu’un qui se pré­tend jour­na­liste. Il serait inté­res­sant qu’elle ne s’arrête pas en si bon che­min et révèle dans son émis­sion « Cash inves­ti­ga­tion » les mani­pu­la­tions com­mises par les grands médias — notam­ment France 2 — pour faire élire cer­tains can­di­dats et en dis­cré­di­ter d’autres. Souvenons-nous de la pro­pa­gande qu’ils ont faite pour Sarkozy à l’époque où il était ministre de l’Intérieur. Ou plus tard pour Strauss-Kahn et Hollande. Aujourd’hui pour Macron. Ce serait bien qu’elle enquête sur son propre milieu. On attend un « Cash Investigation » où elle irait inter­pel­ler le direc­teur ou la direc­trice de l’information de France Télévision avec la même pug­na­ci­té qu’elle affiche face à cer­tains diri­geants d’entreprise. Qu’elle leur demande, par exemple, pour­quoi il n’y a pas un seul res­pon­sable de l’information dans le pay­sage audio­vi­suel fran­çais défen­dant une vision du monde com­mu­niste ou mar­xiste, alors que toutes les com­po­santes de droite sont repré­sen­tées. Dans les sphères dans les­quelles évo­lue Lucet, des termes comme « natio­na­li­sa­tion » et « col­lec­ti­vi­sa­tion » sont consi­dé­rés comme des gros mots. Professer ce type d’idées, c’est pas­ser pour un fou. Pourtant, on oublie de rap­pe­ler qu’en 1981, Mitterand l’avait fait pour les banques fran­çaises. Ça ne se pas­sait pas il y a un siècle. Or aujourd’hui per­sonne n’ose lan­cer le débat sur une rena­tio­na­li­sa­tion du sec­teur ban­caire français : pour­quoi ? Pour en reve­nir à Élise Lucet, qu’elle aille enquê­ter sur l’absence de cer­tains débats de socié­té sur le petit écran et qu’elle fasse aus­si une sin­cère auto­cri­tique du rôle néfaste qu’elle jouait à l’époque où elle pré­sen­tait le JT. Là, elle com­men­ce­rait à être inté­res­sante…

Élise Lucet a de l’audience. Votre réac­tion n’est-elle pas aus­si le résul­tat d’une forme de « jalou­sie » ? Vos films qui ont fait le plus d’entrées sont Pas vu, pas pris et La socio­lo­gie est un sport de com­bat : ne sont-ils pas des coups d’épée dans l’eau ? Vous consi­dé­rez-vous, face à des per­son­na­li­tés plus « grand public », comme un che­va­lier blanc ?

Bien sûr, j’aimerais que plus de spec­ta­teurs viennent voir nos films parce que ça nous per­met­trait d’avoir plus de moyens pour faire d’autres films — notam­ment d’autres films que les miens. Vendre aus­si nos films à la télé­vi­sion afin d’avoir plus de res­sources pour en finan­cer d’autres, ce à quoi elle se refuse pour l’instant. Ce n’est pas faute de lui pro­po­ser : peut-être que nos films, selon ses stan­dards, sont mal conçus ? En tout cas, elle n’en veut pas !

Elle ne veut pas de ces films ou elle ne veut pas de vous ?

« Si on mul­ti­plie les coups d’épée et qu’ils se déroulent au même moment, cela peut engen­drer un… raz-de-marée. »

Je pense que c’est de nos films que la télé­vi­sion ne veut pas. Il ne faut pas être para­no ni méga­lo : tous les gens de la télé­vi­sion ne me connaissent pas. Ça fait vingt ans que j’ai quit­té la télé­vi­sion : la plu­part d’entre eux ne savent pas qui je suis. Ils ont peut-être vague­ment enten­du par­ler de mon tra­vail de cri­tique des médias, et encore… Une anec­dote contre­dit peut-être ce que je viens de dire : Les Ânes ont soif, le pre­mier volet de Opération Correa, a été vu par Hélène Risser, la res­pon­sable des docu­men­taires de la chaîne Public Sénat. Pour jus­ti­fier le non-achat du docu­men­taire, elle nous a écrit : « Nous n’allons, fina­le­ment, pas prendre le film. En effet, même si la pro­blé­ma­tique nous semble inté­res­sante, le docu­men­taire traite deux angles à la fois, l’attitude des médias fran­çais et la réus­site éco­no­mique de l’Équateur, ce qui nous semble trop vaste pour un seul film. » Or si Public Sénat, qui passe des choses par­fois inté­res­santes, n’est pas capable de pas­ser ce 52 minutes, ne par­lons même pas des autres chaînes. On aime­rait avoir plus d’audience mais ça ne dépend pas que de nous, c’est lié en grande par­tie du sys­tème de dis­tri­bu­tion et de dif­fu­sion des docu­men­taires à la télé­vi­sion et au ciné­ma. Alors oui, on est tou­jours un peu jaloux quand cer­tains ont plus de suc­cès, font plus d’audience. Toutefois, je n’envie pas ceux qui tra­vaillent pour la télé­vi­sion car c’est sou­vent au prix d’importantes conces­sions : pour rien au monde je ne céde­rais ma place ici pour retour­ner tra­vailler pour le petit écran. Fabriquer des films indé­pen­dants et sin­gu­liers, comme on arrive tant bien que mal à le faire avec Annie Gonzalez, Nina Faure et d’autres com­parses, c’est une chance incroya­ble. On béné­fi­cie de peu de moyens, certes, mais on se donne du temps pour réflé­chir et être à même de reve­nir sur nos à prio­ris de départ. Notre mode de fabri­ca­tion est très arti­sa­nal, au sens noble du terme. Mais il est vrai que l’audience de nos docu­men­taires est rela­ti­ve­ment limi­tée, même si pas mal de jeunes gens découvrent notre tra­vail sur Internet.

Transformer le pou­voir média­tique : cela doit-il selon vous se faire de l’intérieur ou plu­tôt de l’extérieur, quitte à se cou­per de toute une par­tie de la popu­la­tion ?

Vous par­liez de coups d’épée dans l’eau. Si on mul­ti­plie les coups d’épée et qu’ils se déroulent au même moment, cela peut engen­drer un… raz-de-marée. Il faut savoir syn­chro­ni­ser les coups en ques­tion. Ça, ce n’est pas facile.

Justement, il existe de plus en plus de médias alter­na­tifs qui se créent…

Comme l’a expli­qué François Ruffin, il n’existe pas de médias réel­le­ment alter­na­tifs en France. On aura des médias alter­na­tifs lorsqu’ils repré­sen­te­ront une véri­table alter­na­tive aux médias domi­nants. Et, ce n’est pour l’instant pas le cas. FakirCQFDLà-bas si j’y suis, Mediapart, Arrêt sur images, L’HumanitéLa CroixLe Monde diplo­ma­tiqueSilenceLa Décroissance ou Ballast ne consti­tuent pas une alter­na­tive aux médias domi­nants. Ce sont des médias indé­pen­dants, ce qui n’est déjà pas mal, mais pas des médias alter­na­tifs. Où voyez-vous des médias indé­pen­dants qui seraient les équi­va­lents de TF1, France 2, RTL ou France Inter ?

Mais de plus en plus de per­sonnes se dirigent vers l’information sur Internet…

Oui, mais que vont-elles voir sur Internet — les jeunes notam­ment ? Ils vont voir ce qu’on voit déjà sur à la télé­vi­sion (des pro­grammes de télé­réa­li­té), les vidéos de ceux qui aspirent à faire de la télé ou de la scène (les Youtubeurs) ou bien des artistes indé­pen­dants comme PNL. Mais est-ce que PNL repré­sente une infor­ma­tion alter­na­tive ? D’un point de vue musi­cal, PNL n’est pas for­cé­ment quelque chose d’inintéressant, mais les repré­sen­ta­tions du monde relayées par les clips de PNL sont de sacrés cli­chés. On retrouve sou­vent les mêmes images cari­ca­tu­rales que celles véhi­cu­lées par les grands médias.

(Par Cyrille Choupas, pour Ballast)

Cette alter­na­tive est-elle pos­sible ? 

Sur le papier, oui. On peut conce­voir des médias de masse qui raconteraient ce qui se passe réel­le­ment dans notre socié­té : les rap­ports de force, la lutte de classes, les rela­tions de domi­na­tion à l’œuvre dans toute une série de domaines… Idéalement, des chaînes publiques, indé­pen­dantes du pou­voir poli­tique et éco­no­miques, vues par des mil­lions de per­sonnes, feraient ce bou­lot dans des émis­sions d’information comme dans des émis­sions de varié­tés, dans les séries ou les télé­films. On ne s’interdirait pas d’ouvrir un JT par un acci­dent du tra­vail : pour­quoi cet ouvrier est-il tom­bé d’un écha­fau­dage sur un chan­tier de BTP ? qui est res­pon­sable de sa mort ? que fait donc le gou­ver­ne­ment pour que ça ne se repro­duise pas ? On pour­rait ouvrir une rubrique « Délinquance finan­cière » ou « Banditisme en col blanc » aus­si régu­lière que celle des faits divers. Or, c’est le genre de choses qu’on n’est pas près de voir dans un média tra­di­tion­nel. 

Sans pou­voir et sans argent, on fait com­ment ?

« Il ne faut pas se leur­rer : sur Internet, ceux qui ont le plus d’audience, ce ne sont pas les dis­si­dents. On y retrouve les mêmes posi­tions de domi­na­tion que dans les médias tra­di­tion­nels. »

La solu­tion que je pré­co­nise va paraître coer­ci­tive : pour per­mettre à d’autres sons de cloche de s’exprimer, il faut limi­ter l’influence des médias qui véhi­culent des idées reçues. On tien­dra compte aus­si de la pro­pa­gande néo­li­bé­rale et/ou néo­sé­cu­ri­taire qui passe par les pro­grammes de fic­tion ou par la télé-réa­li­té : « Attention, cette fic­tion pré­sente les phé­no­mènes de cri­mi­na­li­té comme indé­pen­dants des pro­blèmes sociaux, c’est une contre-véri­té. » Ou encore : « Attention, ce pro­gramme de télé-réa­li­té pro­meut l’ultra-individualisme et la loi de la jungle : il est conforme au sys­tème de valeur du capi­talisme sau­vage. » Aussi, je serais d’avis qu’on dise à ceux qui matraquent les mêmes idées depuis dix, vingt ou trente ans : « Stop, tai­sez-vous ! TF1, c’est fini. M6, France 2, RTL, France Inter… Dorénavant, on va per­mettre à d’autres visions du monde, à des opi­nions dis­si­dentes, à des points de vues non-ortho­doxes de s’exprimer. » Les médias indé­pen­dants pren­dront la place des grands médias actuels pen­dant une dizaine ou une quin­zaine d’années, le temps de rat­tra­per leur retard. Nous lais­se­rons alors la place à d’autres voix, celles qui sont inau­dibles. C’est seule­ment une fois qu’elles auront été enten­dues que l’on auto­ri­se­ra le retour de ceux qui nous asphyxient depuis des années, nous « pompent l’air », que l’on auto­ri­se­ra à nou­veau TF1, France 2, Canal+, France Inter à reprendre leurs émis­sions. Même les clips de PNL seront ré-auto­ri­sés ! (rires) Mais dans un pre­mier temps : stop aux repré­sen­ta­tions domi­nantes. Voilà ma pro­po­si­tion. Cela peut paraître irréa­liste, mais ce n’est pas grave. Peut-être que, dans un futur proche, des cir­cons­tances poli­tiques et his­to­riques per­met­tront l’adoption d’une telle poli­tique de régu­la­tion média­tique. Des per­sonnes arri­ve­ront peut-être au pou­voir qui régu­le­ront le spectre audio­vi­suel ain­si que le Web, afin d’éviter que les puis­sants n’imposent leurs points de vue. Parce ce qu’il ne faut pas se leur­rer : sur Internet, ceux qui ont le plus d’audience, ce ne sont pas les dis­si­dents. On y retrouve les mêmes posi­tions de domi­na­tion que dans les médias tra­di­tion­nels.

Pensez-vous que la fic­tion peut avoir le même pou­voir de contre-image que le docu­men­taire ? Comme ça pour­rait être le cas de Moi, Daniel Blake de Ken Loach ?

Je suis plu­tôt pes­si­miste là-des­sus. Il me semble que l’on cherche trop sou­vent à vivre par pro­cu­ra­tion, en tant que spec­ta­teurs — y com­pris dans mes films, d’ailleurs — des choses qu’on ne peut pas vivre dans la vraie vie. Après avoir vu un film irri­gué d’un dis­cours social, on se dira « Super, j’ai com­pa­ti au sort de ces ouvriers anglais » ou bien « Je me suis ven­gé de ces salauds de capi­ta­listes grâce à la famille Klur et à Ruffin dans Merci patron ! ». Mais est-ce qu’en sor­tant de la salle de ciné­ma, on va prendre des déci­sions radi­cales dans notre vie ? Dans quelle mesure n’a t-on pas ten­dance, dans notre monde mar­chand, dans notre socié­té de sur­con­som­ma­tion, à être aus­si des consom­ma­teurs de films « de gauche », de pro­duc­tions enga­gées ? Le spec­ta­teur-consom­ma­teur de nos films peut pas­ser deux heures au ciné­ma puis emprun­ter dans la fou­lée un taxi low coast type Uber et ren­trer chez lui sans pro­blème — soit être en contra­dic­tion totale avec les valeurs qu’il est cen­sé avoir par­ta­gées pen­dant deux heures devant un écran.

Si vous pen­sez de cette manière, à quoi peuvent ser­vir vos films ?

J’espère qu’ils contri­buent à fabri­quer un spec­ta­teur pas trop pas­sif, un spec­ta­teur qui est incité à exer­cer son esprit cri­tique, y com­pris à l’égard de nos réa­li­sa­tions. Je n’en suis pas cer­tain mais je l’espère. Ces films peuvent aus­si per­mettre de se sen­tir moins seuls. Après avoir vu Attention dan­ger tra­vail et Volem rien foutre al Pais, cer­taines per­sonnes se sont dit : « Je ne suis pas com­plè­te­ment fou d’imaginer les choses ain­si. » Ces films ont bou­le­ver­sé la vie de cer­tains spec­ta­teurs. Ça leur a don­né des argu­ments pour rompre avec le sala­riat et la socié­té de consom­ma­tion, quelque chose de pas tou­jours facile à défendre devant leurs proches, leurs amis, leur famille… Dans une période de chô­mage éle­vé, cla­mer haut et fort « Je veux déser­ter le sala­riat » ou « Je ne veux plus tra­vailler car je n’ai plus envie de perdre ma vie à la gagner », ça peut être com­pli­qué. Ces deux films ont per­mis d’argumenter et géné­ré ain­si un effet libé­ra­teur. Ils pro­po­saient ce qui man­quait à cer­taines per­sonnes pour sau­ter le pas et refaire leur vie ! Est-ce que ce chan­ge­ment de vie s’est avé­ré sub­ver­sif ou révo­lu­tion­naire ? Je n’en sais rien, mais les films peuvent par­fois chan­ger le monde.

(Par Cyrille Choupas, pour Ballast)

Peu à peu, dans votre fil­mo­gra­phie, vous dis­pa­rais­sez de l’image : on a plu­sieurs points de vue qui ne sont plus binaires (les gen­tils d’un côté, les méchants de l’autre). Dans On revient de loin, on a l’impression que vous jouez un per­son­nage… Est-ce parce que vous n’assumez pas votre posi­tion pro-Corréa ? Qu’en est-il, d’ailleurs, de votre pen­sée poli­tique : Nina Faure serait liber­taire et vous éta­tiste ?

En réa­li­té, la ver­sion finale de On revient de loin cari­ca­ture un peu nos posi­tions et ce, pour les besoins scé­na­ris­tiques du film (qui est aus­si un spec­tacle). Elles ne sont pas tou­jours fidèles à ce que nous pen­sions réel­le­ment au moment du tour­nage ; nous sommes donc des per­son­nages. Les docu­men­taires s’écrivent en grande par­tie au mon­tage. Le tour­nage n’est qu’une phase, et pas for­cé­ment la plus impor­tante. Dans les rushs, on s’aperçoit que j’étais par­fois plus cri­tique que Nina Faure, notam­ment en ce qui concerne les rela­tions de Correa avec le peuple : il a un rap­port au peuple qui me sem­blait un peu pro­blé­ma­tique dans la mesure où il a esti­mé, une fois élu par 57 % des élec­teurs au pre­mier tour en 2013, qu’il n’avait peut-être pas de compte à rendre, notam­ment à ceux qui, du côté des orga­ni­sa­tion sociales ou des syn­di­cats, contes­taient sa poli­tique. Cette réflexion que j’ai eu sur place à l’époque du tour­nage, nous l’avons gom­mé au mon­tage, avec les mon­teurs, on s’est dit qu’on allait tirer la posi­tion de Nina Faure vers une cer­taine défiance à l’égard de la poli­tique de Correa et accen­tuer chez moi le dis­cours pro-Correa, car ce n’était pas trop cohé­rent avec le per­son­nage plu­tôt pro-Correa que j’incarne (tan­dis que Nina Faure appa­raît comme plus scep­tique, voire même car­ré­ment hos­tile à la figure d’homme pro­vi­den­tiel). Ce que vous voyez, c’est un spec­tacle, pas un expo­sé didac­tique — mais il faut tout de même que les per­son­nages aient des pro­prié­tés cohé­rentes du début à la fin. Notre point de vue per­son­nel au final n’a pas grande impor­tance ; ce qui importe, c’est la jus­tesse de ce regard à deux, et non l’exactitude. Il nous semble que nous res­ti­tuons la réa­li­té de notre par­cours par ce biais. Néanmoins, le point de vue des réa­li­sa­teurs du film est per­cep­tible : en convo­quant untel ou untel pro­ta­go­niste dans le film, en fil­mant et rete­nant telle ou telle séquence au mon­tage (et pas telle autre), nous déli­mi­tons l’espace de la dis­cus­sion.

« Est-ce rétro­grade que de pen­ser que les PME à taille humaine, ne pra­ti­quant pas for­cé­ment les cadences infer­nales, pour­raient être des exemples à suivre ? »

Nous disons impli­ci­te­ment « Voilà, d’après nous, ce sur quoi il peut y avoir débat, ce sur quoi la cri­tique nous semble per­ti­nente ». Mais ce qui nous sem­blait le plus impor­tant, c’est que le spec­ta­teur puisse navi­guer entre dif­fé­rents points de vue, car il n’y a pas que ceux por­tés par nos deux per­son­nages dans le film. À vous, spec­ta­teurs, de vous débrouiller avec tout cela. Nous avons com­mis une erreur tou­te­fois : nous avons don­né la parole, sans la décons­truire, à des repré­sen­tants de com­mu­nau­tés indi­gènes véhi­cu­lant quelques cli­chés sur le mode de vie amé­rin­dien, sur l’aspiration à la vie dans la nature, etc. Or ça ne devrait pas être notre bou­lot de les repro­duire. Quand un spec­ta­teur va voir un film, les idées reçues sont déjà dans sa tête au moment où démarre la pro­jec­tion : on essaie de les décons­truire ; mais là, nous n’avons pas réus­si… Sur cette ques­tion des indi­gènes et de l’extractivisme, on a repro­duit le dis­cours domi­nant de l’indigène proche de la Pachamama, chas­sant et pêchant pour se nour­rir… Malheureusement, tout autre dis­cours sur le monde indien est inau­dible dans le film. L’indigène devient for­cé­ment le gen­til, la vic­time, tan­dis que le gou­ver­ne­ment de Correa, qui accorde des conces­sions à des com­pa­gnies minières sur leurs ter­ri­toires, repré­sentent le méchant, le bour­reau. Certes cette vision de l’« indi­gène-Pachamama » cor­res­pond à un mode de vie qui existe encore dans cer­tains coins d’Amazonie, mais il est ultra-mino­ri­taire. La plu­part des indi­gènes équa­to­riens — là-bas, on dit « indi­gène » car « indien » est un terme péjo­ra­tif — uti­lisent des télé­phone por­tables, aspirent à avoir de l’électricité 24 heures sur 24, etc. Il nous arrive de ne pas être bons dans la contre-pro­pa­gande. (rires)

Il y a quelques semaines, des pro­pos du réa­li­sa­teur liber­taire Yannis Youlountas ont fait polé­mique autour de votre nou­veau film sur Jean Lassalle, Un ber­ger à l’Élysée ? Vous sem­blez pré­sen­ter le dépu­té comme por­té par des idées révo­lu­tion­naires, de « gauche », comme le tenant d’une com­mon decen­cy popu­laire qui défie le sys­tème. Youlountas assure que Lassalle est « un réac­tion­naire », un impos­teur…

Jean Lassalle n’est pas un réac­tion­naire au sens « retour à des valeurs rétro­grades », plu­tôt un conser­va­teur. Conservateur dans la mesure où cet ancien ber­ger, ce fils de petit pay­san pyré­néen, veut conser­ver en l’état un cer­tain modèle de pro­duc­tion, celui, pour sim­pli­fier, de cer­tains pay­sans de moyenne mon­tagne, des petites ou moyennes exploi­ta­tions agri­coles comme celle que dirige son frère Julien, éle­veur de bre­bis et pro­duc­teur de fro­mages AOP Ossau-Iraty. Lassalle milite aus­si pour que les ser­vices publics, notam­ment la mater­ni­té d’Oloron-Sainte-Marie, ne ferment pas. Même chose pour une gen­dar­me­rie de mon­tagne. Enfin, il a effec­tué une grève de la faim de 39 jours pour évi­ter qu’une usine de la val­lée d’Aspe ne soit délo­ca­li­sée. Est-ce rétro­grade que de se battre pour le main­tien de l’activité au pays, sur des terres par­fois dévas­tés par l’exode rural ? Est-ce rétro­grade que de pen­ser que les PME à taille humaine, ne pra­ti­quant pas for­cé­ment les cadences infer­nales, pour­raient être des exemples à suivre ? Il n’est pas inutile de se poser la ques­tion, me semble t-il. Dans cer­taines cir­cons­tances his­to­riques, on peut pen­ser que ce conser­va­tisme-là est moins nui­sible voire plus révo­lu­tion­naire que la moder­ni­té van­tée par Macron et Cie. Mais tout ce que je raconte là devrait figu­rer dans le film Un ber­ger à l’Élysée ?, coréa­li­sé par Philippe Lespinasse. Ou alors c’est que nous avons raté notre coup.


Toutes les pho­to­gra­phies sont de Cyrille Choupas, pour Ballast.


REBONDS

Lire notre abé­cé­daire de Pierre Bourdieu, jan­vier 2017
Lire notre entre­tien avec François Ruffin : « Camping est un bon film poli­tique », mars 2016
Lire notre entre­tien avec Tancrède Ramonet : « Faire entendre des voix inau­dibles », décembre 2016
Lire notre entre­tien avec Jean-Claude Poirson : « Des ouvriers en lutte qui relèvent la tête », novembre 2016
Lire notre entre­tien avec Olivier Rousset : « Kassovitz dérange ; il met les poli­tiques en pre­mière ligne », octobre 2015

☰ Lire notre entre­tien avec Carmen Castillo : « Comment se mettre en mou­ve­ment, être actif, acteur ? », février 2015


NOTES   [ + ]

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.