Grèce : pas de démocratie sans désobéissance aux traités


« Nous serons ori­gi­naux, en res­pec­tant après les élec­tions ce que nous disions avant »1, avait annon­cé Alexis Tsípras. Quelques mois plus tard, force est de consta­ter que l’originalité se situe ailleurs : un nou­veau paquet d’austérité est endos­sé par la « gauche radi­cale » élue pour y mettre fin. Pour jus­ti­fier cette muta­tion, toute cri­tique est ren­voyée à cette ques­tion : « Qu’auriez-vous fait à sa place ? » Ce à quoi on peut répondre, sans hési­ta­tion : autre chose, autre­ment.


IMAGE6« Sous les grands espoirs couvent les pro­fondes décep­tions »2 : c’est ce que la débâcle du « gou­ver­ne­ment anti-aus­té­ri­té » vient rap­pe­ler. Certes, la lutte du peuple grec a ceci de posi­tif qu’elle nous oblige à repen­ser nos mobi­li­sa­tions, à consi­dé­rer l’importance de se réap­pro­prier la ques­tion de la mon­naie dans une Europe ver­rouillée par les trai­tés néo­li­bé­raux et dans une euro­zone domi­née par les inté­rêts de l’Allemagne. Mais la trau­ma­ti­sante « pirouette mémo­ran­daire »3 de Syriza entraîne son lot d’impuissance, de pes­si­misme et de para­ly­sie. Il est donc utile d’en tirer les ensei­gne­ments, sans tabous ni fétiches, pour ne pas suc­com­ber au fameux dogme that­ché­rien selon lequel « il n’y a pas d’alternative ». Une série de témoi­gnages nous per­mettent de recons­ti­tuer les négo­cia­tions menées pen­dant cinq mois par Syriza et de com­prendre que sa défaite, certes spec­ta­cu­laire, s’explique davan­tage par les illu­sions de « radi­ca­li­té mou­ve­men­tiste » entre­te­nues envers ce par­ti (pour­tant lar­ge­ment conver­ti à la real­po­li­tik et, désor­mais, au culte du chef), que par l’absence d’alternatives — les­quelles sont trop sou­vent pré­sen­tées comme un choix cari­ca­tu­ral entre mon­naie com­mune ou natio­nale, entre « sta­bi­li­té » et « chaos »…

Pas de choix démocratique contre les traités ?

Syriza est arri­vé au pou­voir le 25 jan­vier, sur une planche savon­née par le gou­ver­ne­ment sor­tant : l’accord de finan­ce­ment avec l’UE se clô­tu­rait juste après les élec­tions. Tsípras et son ministre des Finances pen­saient que l’échec patent des memo­ran­da suf­fi­rait à « convaincre » les créan­ciers (conscients que la dette ne leur serait pas res­ti­tuée de cette manière) de lais­ser « la vraie gauche » mener d’autres poli­tiques. Cet espoir fut vite dou­ché. Le 28 jan­vier, le patron de la Commission euro­péenne Jean-Claude Juncker décla­rait : « Il ne peut y avoir de choix démo­cra­tique contre les trai­tés euro­péens »4. Deux jours plus tard, le pré­sident de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, confir­mait : « Soit vous signez le mémo­ran­dum, soit votre éco­no­mie va s’effondrer. Comment ? Nous allons faire tom­ber vos banques. »5 Face à l’alliance des par­tis conser­va­teurs et sociaux-démo­crates euro­péens vou­lant bri­ser Syriza, « Varoufákis seul, avec ses argu­ments, a entre­pris de ren­ver­ser l’opinion publique en Europe et même en Allemagne »6, espé­rant que tôt ou tard « la rai­son pré­vau­drait dans les négo­cia­tions »7.

« Le cabi­net Tsípras n’était pas déter­mi­né à nouer des alliances fortes qui auraient déplu aux États-Unis et aux Européens. »

Au plan inter­na­tio­nal, la stra­té­gie grecque misait sur « les diver­gences entre les ins­ti­tu­tions et les États : le FMI contre la Commission euro­péenne, les États-Unis contre l’Allemagne, etc. »8 Mais si, au final, le FMI reven­dique bien un « allè­ge­ment » de la dette grecque, c’est en se conten­tant d’une baisse des taux d’intérêts et d’un allon­ge­ment des matu­ri­tés, sans dimi­nu­tion du prin­ci­pal de la dette. Quant à l’activisme diplo­ma­tique états-unien, on sait qu’il a été moti­vé par la volon­té d’éviter une crise de l’euro, par des rai­sons géo­po­li­tiques liées à l’influence russe, à la crise ukrai­nienne9 et à l’appartenance de la Grèce à l’OTAN, son objec­tif étant donc d’empêcher tout chan­ge­ment de cap. Restait aux diplo­mates grecs la pos­si­bi­li­té de trou­ver de nou­veaux bailleurs de fonds. Or, selon le vice-Premier ministre Ioánnis Dragasákis, les approches faites vers des pays tiers (Chine, Russie, Inde et Venezuela) furent infruc­tueuses10. Si ces ten­ta­tives ont bien per­mis de conclure des accords, notam­ment au niveau éner­gé­tique, cer­tains membres de Syriza jugent que le cabi­net Tsípras n’était pas pour autant déter­mi­né à nouer des alliances fortes qui auraient déplu aux États-Unis et aux Européens. « Vis-à-vis de la Russie, en par­ti­cu­lier, l’attitude a été hési­tante : des démarches ont été entre­prises, mais au moment cru­cial, le gou­ver­ne­ment Syriza n’a pas don­né suite. […] Les Russes ne savaient pas, au fond, ce que les Grecs vou­laient. Ils étaient extrê­me­ment méfiants car ils avaient l’impression que ces gestes d’ouverture de la Grèce étaient uti­li­sés comme une carte dans la négo­cia­tion avec les ins­ti­tu­tions euro­péennes, comme un outil de com’. »11

IMAGE1

(DR)

En Grèce, hor­mis quelques mesures redon­nant un peu de carac­tère social à l’État, le peuple ne vit s’accomplir aucun des enga­ge­ments éco­no­miques de Syriza. Et pour cause : le gou­ver­ne­ment s’était pri­vé lui-même de toute marge de manœuvre. Au lieu de rompre avec la logique des memo­ran­da et de la Troïka, comme il l’avait pro­mis, il deman­da aux « ins­ti­tu­tions » de négo­cier un « plan de sau­ve­tage » — ce qui, excep­té la nuance séman­tique, revient au même. Le 20 février, il obtint la pro­lon­ga­tion de l’accord-relais jusqu’au 30 juin. Il jus­ti­fia cette recu­lade comme une façon de gagner du temps pour négo­cier. Mais en échange, il s’était enga­gé à main­te­nir l’application du second mémo­ran­dum et à ne prendre aucune déci­sion sans l’approbation des créan­ciers.

Pas de rapport de force sans plans B !

Pendant que les « négo­cia­tions » s’éternisaient et que les conces­sions grecques s’accumulaient, l’économie plon­geait… Un membre de la délé­ga­tion grecque recon­naît : « Ce n’est qu’au cours de la der­nière semaine [avant l’échéance du 30 juin] que les res­pon­sables grecs ont pris la mesure de ce qui se pas­sait »12, lais­sant adve­nir « une situa­tion qui, d’escalade en esca­lade, se trans­forme en réac­tion en chaîne, une sorte de lente panique ban­caire et d’effondrement […], d’infarctus » qui va virer à la « crise car­diaque » lorsque la Banque cen­trale euro­péenne cou­pe­ra les liqui­di­tés au sys­tème ban­caire grec, au len­de­main de l’annonce du réfé­ren­dum. « Notre prin­ci­pale erreur ? Avoir mal mesu­ré leur volon­té de nous détruire »13, admet un ministre. « M. Tsípras et son entou­rage (prin­ci­pa­le­ment MM. Pappas, Dragasákis et M. Alekos Flambouraris, ministre d’État pour la coor­di­na­tion gou­ver­ne­men­tale) étaient en effet convain­cus qu’ils pour­raient par­ve­nir à un meilleur com­pro­mis avec les ins­ti­tu­tions euro­péennes en créant un rap­port de confiance avec elles »14, résume un obser­va­teur. Un proche de Syriza, plus sévère, estime que Tsípras « a igno­ré le sens com­mun, les aver­tis­se­ments de nous tous, même les aver­tis­se­ments de Lafontaine et des diri­geants de Die Linke qui étaient mieux pla­cés que qui­conque pour pré­voir exac­te­ment ce que feraient Merkel et Schäuble. »15

« Tsípras dis­po­sait d’un éven­tail de pos­si­bi­li­tés per­met­tant de ren­for­cer son pou­voir de négo­cia­tion et de des­ser­rer le « nœud cou­lant » des créan­ciers. Ne recou­rir à aucune d’elles relève du choix ou de l’inconséquence, et méri­te­rait d’ailleurs des expli­ca­tions. »

Le plus inex­pli­cable, c’est que l’état-major grec se lais­sa accu­ler, « un revol­ver sur la tempe », à signer l’accord rava­geur qu’on connaît, sans avoir cher­ché à ren­ver­ser le rap­port de force, ni mis à pro­fit les cinq mois de négo­cia­tions pour éla­bo­rer des plans B, C ou D. La réponse de Tsípras est décon­cer­tante : « D’après ce que je sais, […] des alter­na­tives que nous aurions pré­ten­du­ment igno­rées, n’existent pas ! »16 Pourtant, la situa­tion impo­sait d’être pré­pa­ré à dif­fé­rentes options, et des réponses exis­taient noir sur blanc dans le pro­gramme de Syriza. Le cabi­net Tsípras dis­po­sait d’un éven­tail de pos­si­bi­li­tés per­met­tant de ren­for­cer son pou­voir de négo­cia­tion et de des­ser­rer le « nœud cou­lant » des créan­ciers. Ne recou­rir à aucune d’elles relève du choix ou de l’inconséquence, et méri­te­rait d’ailleurs des expli­ca­tions. Prétendre qu’elles n’existent pas est un men­songe. La com­bi­nai­son de telles mesures aurait bel et bien pu abou­tir à une relance de l’économie et à des conces­sions des ins­ti­tu­tions. Entre jan­vier et juin, « l’autre gauche » a rem­bour­sé fidè­le­ment près de 8 mil­liards d’euros à ses créan­ciers. Ne pou­vant emprun­ter aux banques, elle vida les caisses d’un État au bord de la faillite, empê­chant les finances publiques de jouer leur rôle, notam­ment contre la crise huma­ni­taire. L’alternative consis­tait à faire défaut ou appli­quer un mora­toire sur la dette, afin de sor­tir de la spi­rale infer­nale des emprunts des­ti­nés à rem­bour­ser les emprunts anté­rieurs et leurs inté­rêts. Les tra­vaux de la Commission de véri­té sur la dette publique, salués par les organes com­pé­tents de l’ONU, ont d’ailleurs conclu que cette dette est « illé­gale, odieuse, et insou­te­nable ». Mais « le gou­ver­ne­ment fait comme si tout cela n’existait pas »17, pré­fé­rant ten­ter de ral­lier ses « par­te­naires » à l’idée d’une confé­rence euro­péenne sur la dette — en vain.

IMAGE2

Louisa Gouliamaki/AFP/Getty Images

La menace d’asphyxie finan­cière, patente fin jan­vier, s’est concré­ti­sée en février par une réduc­tion des pos­si­bi­li­tés de finan­ce­ment des banques grecques et par le doute ins­til­lé chez les épar­gnants et les inves­tis­seurs quant au main­tien de la Grèce dans l’euro. Le gou­ver­ne­ment grec n’y a oppo­sé nulle auto-défense : hono­rant son enga­ge­ment de ne prendre aucune déci­sion uni­la­té­rale, il s’est empê­ché de tenir la pro­messe faite aux Grecs de redon­ner du souffle à l’économie (contrôle des capi­taux, aug­men­ta­tion du salaire mini­mum, fin des pri­va­ti­sa­tions, re-natio­na­li­sa­tion des infra­struc­tures essen­tielles pour le pays, etc.). La réqui­si­tion de la Banque cen­trale grecque et la socia­li­sa­tion des banques sys­té­miques (où l’État est majo­ri­taire) était un point-clef de cette bataille, d’ailleurs ins­crit dans le pro­gramme de Syriza et éla­bo­ré en interne par des spé­cia­listes du sec­teur ban­caire. Cela aurait notam­ment per­mis d’éditer des « euros grecs » — ni vrai­ment euros, ni tout à fait drachmes. Mais ç’aurait été un acte de rup­ture, néces­si­tant de déso­béir à la BCE et au méca­nisme euro­péen de sta­bi­li­té moné­taire, et de tenir tête aux banques et à leurs grands action­naires. Difficile, selon Éric Toussaint, dès lors que les prin­ci­paux conseillers de Tsípras (son bras droit Dragasákis et son ministre de l’Économie Geórgios Stathakis) « sont for­te­ment liés au lob­by ban­caire pri­vé et ont pro­mis aux ban­quiers grecs qu’on ne tou­che­rait pas aux banques »18.

L’Exit de gauche, ou le choix de la politique

Syriza (« Coalition de la gauche radi­cale ») est le ras­sem­ble­ment de seize dif­fé­rents mou­ve­ments et cou­rants qui, les évé­ne­ments nous l’ont mon­tré, n’avaient pas de posi­tion com­mune sur l’euro. La dis­cus­sion de son Comité cen­tral19 sui­vant la signa­ture du troi­sième mémo­ran­dum vient le rap­pe­ler. Lorsque la Plateforme de gauche sou­ligne qu’un slo­gan du par­ti fut « Aucun sacri­fice pour l’euro », un membre de l’aile sociale-démo­crate lui rap­pelle la seconde par­tie de la phrase : « Aucune illu­sion envers la drachme ». On retrouve une ambi­va­lence sem­blable chez Varoufákis : autre­fois hos­tile à l’entrée dans l’euro, et très cri­tique sur son modèle, il pré­co­nise de ne pas en sor­tir (car il estime qu’il fau­dra un an pour créer logis­ti­que­ment une nou­velle mon­naie, mais aus­si parce qu’il pense que « l’Europe est un tout indi­vi­sible »)… tout en sou­te­nant la mise en place d’une mon­naie paral­lèle. En réa­li­té, le débat sur la mon­naie n’a jamais véri­ta­ble­ment eu lieu en Grèce. Pourtant, que n’entend-on pas répé­ter que « les Grecs sont très atta­chés à l’appartenance de leur pays à la zone euro. » Un atta­che­ment « prou­vé » par des son­dages et repo­sant en par­tie sur la période faste ayant sui­vi l’entrée dans l’euro, où le pays a vécu au-des­sus de ses moyens… jusqu’à ce qu’éclate la crise. Pourtant, l’opinion semble moins timo­rée que la classe poli­tique : 61,3 % des Grecs ont voté « non » au réfé­ren­dum (dont 85 % des jeunes entre 18 et 24 ans) et ce, mal­gré les diri­geants euro­péens les mena­çant d’un Grexit, le matra­quage média­tique, les son­dages trom­peurs et la fer­me­ture des banques. Si un réfé­ren­dum éta­blis­sait clai­re­ment le lien entre l’euro et les poli­tiques d’austérité, rien ne dit que les Grecs choi­si­raient l’euro à tout prix. Comme l’a rap­pe­lé la Plateforme de gauche, « une option n’existe réel­le­ment que si on la pré­sente. »20 Or, Syriza n’a jamais pré­pa­ré les esprits à l’éventualité d’un Grexit. Le cabi­net Tsípras ne l’a étu­diée qu’en sur­face, pani­qué par l’idée de créer une pro­phé­tie auto-réa­li­sa­trice. Et il s’est lui-même inter­dit d’en uti­li­ser stra­té­gi­que­ment la menace, per­met­tant à l’Allemagne de s’en empa­rer comme arme de négo­cia­tion en der­nière minute. Avec le résul­tat que l’on sait.

Les Tsipriotes21 n’avaient-ils vrai­ment « pas d’autre choix », face à ce qu’ils ont qua­li­fié de « coup d’État » visant à « semer la ter­reur par­mi les peuples […] ten­tés de choi­sir une poli­tique éco­no­mique alter­na­tive »22 ? Ne pou­vaient-ils y oppo­ser le res­pect du man­dat popu­laire, prendre l’opinion euro­péenne à témoin, uti­li­ser les moyens juri­diques à leur dis­po­si­tion (Cour euro­péenne de jus­tice, Conseil de l’Europe, ONU), s’appuyer sur les trai­tés euro­péens qui ne pré­voient pas l’expulsion d’un membre de l’eurozone ni de l’UE… ? Sans oublier les « solu­tions d’urgence »23 étu­diées, certes sur le tard, par Varoufákis « pour créer de la liqui­di­té » : d’une part, un sys­tème de paie­ment paral­lèle (fis­cal et non ban­caire) per­met­tant de « sur­vivre quelques semaines à l’intérieur de la zone euro mal­gré les banques fer­mées, jusqu’à ce que l’on arrive à un accord » ; de l’autre, une mon­naie élec­tro­nique com­plé­men­taire pou­vant coexis­ter à plus long terme avec l’euro. « Malheureusement, le gou­ver­ne­ment n’a pas vou­lu appli­quer ce pro­gramme : on a juste atten­du que le réfé­ren­dum ait lieu pour capi­tu­ler. »24 Et, n’ayant pré­pa­ré aucun scé­na­rio de Grexit de gauche, négo­cié et pré­pa­ré, Tsípras a lais­sé s’opérer le chan­tage au Grexit de droite, impo­sé et pré­ci­pi­té. L’épisode, abon­dam­ment pro­phé­ti­sé avant sa réa­li­sa­tion, devrait aujourd’hui inci­ter tout gou­ver­ne­ment qui sou­haite s’affranchir de la tutelle néo­li­bé­rale euro­péenne à étu­dier sérieu­se­ment des moda­li­tés de sor­tie de l’euro… ne serait-ce que parce qu’elle peut s’imposer à ceux qui ne le veulent pas. Mais cela n’est pas encore encore suf­fi­sant pour Tsípras qui, par convic­tion ou par oppor­tu­nisme, s’est désor­mais ran­gé à la vision selon laquelle la sor­tie de l’euro serait « une catas­trophe indi­cible », ajou­tant que « La drachme n’est pas une option de gauche. »25

« Reconstruire un sys­tème moné­taire est une aven­ture qui per­met­trait de rendre aux Grecs quelque chose de pré­cieux que les mémo­ran­da leur ont dura­ble­ment reti­ré : des pers­pec­tives. »

En réa­li­té, per­sonne ne peut pré­dire exac­te­ment ce que pro­vo­que­rait ce scé­na­rio inédit, bien qu’on en connaisse cer­tains risques (baisse bru­tale du pou­voir d’achat pour les pro­duits impor­tés, attaque des mar­chés, trans­fert des capi­taux à l’étranger…) et avan­tages (déva­lua­tion pro­vo­quant la fonte de la dette et des inves­tis­se­ments mas­sifs per­met­tant de relan­cer l’emploi et la crois­sance…). « Cette sor­tie dimi­nue­ra le pou­voir d’achat des dépôts ban­caires en ce qui concerne les pro­duits impor­tés, mais il dimi­nue­ra aus­si la valeur des emprunts auprès des banques »26, pré­dit Costas Lapavitsas, éco­no­miste et dépu­té Syriza. Un Grexit ne peut être un objec­tif en soi : le choix d’une mon­naie, même natio­nale, repose sur des rap­ports de domi­na­tion. Mais on sait désor­mais que sor­tir de l’euro est un pas­sage obli­gé pour qui veut mener des trans­for­ma­tions sociales sans attendre une hypo­thé­tique « Europe sociale ». Voici la Grèce face à un vrai choix : une voie la main­tient dans l’engrenage de la défla­tion, la réces­sion, la mise sous tutelle, l’asservissement à la dette pour les qua­rante années à venir ; une autre la fait bifur­quer dans le registre de l’inconnu — mais pour­quoi en avoir peur, quand on voit à quoi res­semble le connu ? Certes, recons­truire un sys­tème moné­taire en sor­tant d’une mon­naie unique est une aven­ture, impli­quant une tran­si­tion de plu­sieurs mois ou années très dif­fi­ciles. Faut-il pour autant ne pas en consi­dé­rer les consé­quences posi­tives ? Car elle per­met­trait de rendre aux Grecs quelque chose de pré­cieux que les mémo­ran­da leur ont dura­ble­ment reti­ré : des pers­pec­tives. Une prise en mains de leur des­tin. La pos­si­bi­li­té de recons­truire sur de nou­velles bases la démo­cra­tie, l’économie, l’agriculture, de gar­der la maî­trise des biens com­muns, de retrou­ver la digni­té, de mettre fin à l’exil des jeunes, etc. Bref, de nou­veaux pos­sibles, syno­nymes de libé­ra­tion d’énergies et de dyna­miques sociales dans une popu­la­tion usée par cinq années de res­tric­tions. Voilà à quoi devrait ser­vir une mon­naie aujourd’hui en Grèce. Mais le che­min tor­tueux qui y mène est autant poli­tique qu’économique. Un par­ti vis­sé dans une logique ins­ti­tu­tion­nelle du chan­ge­ment peut-il envi­sa­ger une telle hypo­thèse ?

IMAGE3

Reuters

Parmi les mou­ve­ments sociaux, cer­tains voient en Syriza « le par­ti de la défaite du mou­ve­ment et de l’incapacité de poser en son sein des alter­na­tives viables au cours du cycle de luttes dans la crise », rap­pe­lant que plus il s’est appro­ché « de la pos­si­bi­li­té d’obtenir la pre­mière place de la repré­sen­ta­tion par­le­men­taire, plus il se dis­tan­çait par lui-même des pra­tiques de mou­ve­ment »27. Avant la vic­toire élec­to­rale, Syriza avait déjà ample­ment enta­mé sa « nor­ma­li­sa­tion », adou­cis­sant à plu­sieurs reprises sa « radi­ca­li­té » pro­gram­ma­tique, tenant un dis­cours de plus en plus patrio­tique et atté­nuant les rap­ports de classes, accueillant dans ses rangs des trans­fuges du Mouvement socia­liste pan­hel­lé­nique (le Pasok, hon­ni par la « vraie gauche » et par une bonne par­tie des Grecs), sou­te­nant un conser­va­teur au poste de pré­sident de la République… En l’absence de majo­ri­té abso­lue et d’entente pos­sible avec le très sec­taire Parti com­mu­niste (KKE), Syriza fit alliance avec la for­ma­tion natio­na­liste et sou­ve­rai­niste des Grecs indé­pen­dants (Anel). L’élargissement à droite com­men­ça « le jour même de la for­ma­tion du gou­ver­ne­ment avec la nomi­na­tion comme ministres d’individus dépour­vus de toute assise sociale [dont d’anciens de la Commission euro­péenne – NDLR] et qui non seule­ment n’avaient pas le moindre rap­port avec Syriza mais l’insultaient même publi­que­ment quelques jours avant les élec­tions ! »28 Au pou­voir, Syriza s’est heur­té à sa propre impré­pa­ra­tion de cadres admi­nis­tra­tifs opé­ra­tion­nels. Des cadres res­pon­sables de la crise ont été lais­sés en place, dont l’exemple le plus frap­pant est Yannis Stournaras, gou­ver­neur de la Banque de Grèce, qui « a joué un rôle impor­tant dans le pro­ces­sus d’adhésion de la Grèce à l’euro, cau­tion­nant le maquillage des chiffres qui a empê­ché l’Europe de prendre conscience à temps de l’état réel de son éco­no­mie. »29 L’équipe Tsípras s’est immé­dia­te­ment auto­no­mi­sée du par­ti et cou­pée de sa base sociale et mili­tante. Pendant les négo­cia­tions, pen­sant que leur réus­site en dépen­dait, elle a tout fait pour « évi­ter une mon­tée des ten­sions en Grèce et un embal­le­ment de la base du par­ti »30, au motif d’une néces­saire paix sociale pen­dant ce moment de « lutte natio­nale » (jusqu’au 15 juillet, il n’y eut aucune grève et, au contraire, des mani­fes­ta­tions de sou­tien au gou­ver­ne­ment). Elle a pri­vi­lé­gié une approche uni­que­ment ins­ti­tu­tion­nelle, sans arti­cu­la­tion avec la vague de soli­da­ri­té qui émer­geait spon­ta­né­ment à tra­vers l’Europe et qui aurait pu com­pli­quer la vic­toire des créan­ciers. Sans mobi­li­ser la popu­la­tion grecque, lais­sée sans prise ni expli­ca­tions sur le scé­na­rio qui se jouait et ses consé­quences.

Référendum et mémorandum, ça rime ?

L’annonce du réfé­ren­dum fut l’aveu tar­dif de l’impasse stra­té­gique des Tsipriotes. Bien qu’ils aient affi­ché leur bonne volon­té de pre­miers de classe, consi­dé­rant de bout en bout l’Europe comme la solu­tion et jamais comme le pro­blème, ils n’ont pas réus­si à sor­tir du cadre des dis­cus­sions « tech­niques » : « Il n’y a jamais eu une négo­cia­tion entre l’UE et la Grèce en tant qu’État membre. »31 Précipitée, la consul­ta­tion inter­vien­dra une semaine après l’échéance fati­dique du 30 juin, ne lais­sant aux Grecs que quelques jours de débat, sur fond de « chan­tage à la mort subite de l’économie »32 et sur une ques­tion floue : rédi­gée à moi­tié en anglais, en des termes tech­no­cra­tiques, elle se réfère à un texte négo­cié avec l’UE, qu’ils n’ont pas lu, cha­cun com­pre­nant qu’il s’agit de se pro­non­cer, au choix, pour ou contre l’austérité, la sor­tie de l’euro ou le gou­ver­ne­ment Tsípras…

Un évé­ne­ment par­mi d’autres a semé le doute sur la convic­tion du gou­ver­ne­ment quant à l’issue du réfé­ren­dum : le 30 juin, alors qu’il mène cam­pagne pour dire « « non » à la pour­suite de ces mémo­ran­da », Tsípras écrit aux créan­ciers pour dire… « oui » au nou­veau mémo­ran­dum. Dans son entou­rage, cer­tains (le vice-Premier ministre Dragasákis en tête) jugent la pres­sion insou­te­nable et le pari réfé­ren­daire trop ris­qué. À Athènes, les rumeurs vont bon train : le gou­ver­ne­ment grec se dit prêt à annu­ler ou à « sus­pendre » le réfé­ren­dum, voire à appe­ler à voter « oui », en échange d’un accord. Jean-Claude Juncker joue les entre­met­teurs. Mais l’Allemagne décline toute dis­cus­sion avant la consul­ta­tion et Tsípras finit par la main­te­nir. Sur le ter­rain, toutes sortes de groupes et de par­tis sont mobi­li­sés, tan­dis que le gou­ver­ne­ment se fait plus dis­cret. « Au-delà des inter­ven­tions télé­vi­sées d’Alexis Tsípras, nous n’avons pas fait cam­pagne ! »33, témoigne Varoufákis : « J’avais pré­vu d’intervenir dans plu­sieurs mee­tings à tra­vers le pays en faveur du « non », ceux-ci ont tous été annu­lés ! » Un seul ras­sem­ble­ment est orga­ni­sé par Syriza, le 3 juillet, à trente-six heures du vote. Le faible équi­pe­ment pré­vu (podium, sono­ri­sa­tion, écrans) pour accueillir la foule qui déborde de tous les côtés de la place Syntagma, indique que les orga­ni­sa­teurs n’ont pas pré­vu l’ampleur de la mobi­li­sa­tion. Des proches de Tsípras racontent que celui-ci, pris au dépour­vu par ce suc­cès, pré­fère écour­ter son dis­cours et quit­ter aus­si­tôt le mee­ting. Curieuse atti­tude pour un diri­geant vivant un tel moment de com­mu­nion avec son peuple…

« Ils vou­laient une vic­toire du « oui » pour chan­ger de ligne poli­tique et accep­ter l’offre des créan­ciers sans perdre la face auprès du peuple. »

On connaît la suite : le ver­dict écla­tant pro­voque un séisme poli­tique, un sen­ti­ment de fier­té retrou­vée pour les Grecs, pri­vant le gou­ver­ne­ment du pré­texte de capi­tu­ler au nom du refus de la divi­sion du pays. La for­mu­la­tion vague de la ques­tion per­met tou­te­fois à Tsípras d’en inter­pré­ter la réponse : « J’ai tout à fait conscience que le man­dat que vous m’avez confié n’est pas celui d’une rup­ture avec l’Europe. »34 Il lui suf­fit ensuite d’appeler à l’union natio­nale avec les par­tis pro-mémo­ran­dum et de retou­cher sa lettre de red­di­tion avec un peu de « prag­ma­tisme » fran­çais pour qu’elle soit jugée accep­table… sauf par les Allemands, qui font mon­ter les enchères dans la der­nière ligne droite, arguant avoir « per­du confiance » dans le « gou­ver­ne­ment anti-aus­té­ri­té » et obte­nant qu’il fran­chisse toutes ses « lignes rouges ». Alors, à quoi bon ce réfé­ren­dum ? Selon François Hollande, Tsípras y a eu recours « pour être plus fort, non pas vis-à-vis de ses créan­ciers, mais vis-à-vis de sa propre majo­ri­té. »35 « Il avait besoin de se débar­ras­ser de l’aile gauche de son par­ti et il s’en est don­né les moyens poli­tiques », décrypte le Commissaire euro­péen Pierre Moscovici36. « Pour la Grèce, il n’aura ser­vi à rien »37, dit Varoufákis, « démis­sion­né » au soir du résul­tat pour cause de diver­gences tac­tiques : « Des membres très haut pla­cés de notre équipe gou­ver­ne­men­tale res­treinte m’ont dit « ce réfé­ren­dum, c’est notre issue de secours ». Ils vou­laient une vic­toire du « oui » pour chan­ger de ligne poli­tique et accep­ter l’offre des créan­ciers sans perdre la face auprès du peuple. […] La stra­té­gie de Syriza qui pré­voyait une négo­cia­tion très dure jusqu’au der­nier moment était la seule capable de nous sor­tir de là. Nous ne l’avons pas fait. Les gens qui nous ont crus et ont voté pour nous en jan­vier et tous ceux, plus nom­breux, qui ont ensuite voté « non » au réfé­ren­dum ont été tra­his. »38

« Nous sommes non pas ce que nous disons, mais ce que nous faisons. »39

« Lors de notre arri­vée au pou­voir », pour­suit Varoufákis, « nous nous étions dit deux choses, Alexis Tsípras et moi : pre­miè­re­ment, que notre gou­ver­ne­ment essaie­rait de créer la sur­prise en fai­sant réel­le­ment ce que nous avions pro­mis de faire. Deuxièmement, que […] nous démis­sion­ne­rions plu­tôt que de tra­hir nos pro­messes élec­to­rales. […] Je pen­sais que c’était notre ligne com­mune. »40 Mais l’encre est à peine sèche sur le « plan de sau­ve­tage » que Tsípras impose sa mise en œuvre aux dépens de la démo­cra­tie et du res­pect du man­dat élec­to­ral. Pour rega­gner « la confiance » de ses « par­te­naires » et leur prou­ver son « sérieux », il s’est enga­gé à une série de « pré­re­quis » : appli­quer immé­dia­te­ment des réformes (retraites, TVA, code civil…) qui néces­sitent des années de débats dans d’autres pays. S’ouvre alors une séquence hal­lu­ci­nante : usant de pro­cé­dés qu’il connaît pour les avoir repro­chés à ses pré­dé­ces­seurs, Tsípras fait pas­ser des paquets de lois de cen­taines de pages, sans lais­ser le temps aux dépu­tés de les lire, ni le droit de les amen­der ; lors de trois séances par­le­men­taires (15 et 22 juillet, 14 août), un tiers des élus Syriza votent contre ces lois, adop­tées avec les voix des par­tis pro-aus­té­ri­té ; un rema­nie­ment gou­ver­ne­men­tal écarte les ministres fidèles à leurs prin­cipes et met au pas l’Anel en échange d’un por­te­feuille sup­plé­men­taire ; Tsípras appelle à « l’unité du par­ti » tout en accu­sant ceux qui résistent « de tra­hi­son et de col­la­bo­ra­tion avec l’ennemi »41 et de mettre en péril « le pre­mier gou­ver­ne­ment de gauche depuis la Seconde Guerre mon­diale »42 ; dans la fou­lée, il bafoue ses enga­ge­ments de pré­sident de par­ti et œuvre pour ne pas convo­quer les ins­tances (Secrétariat poli­tique, Comité cen­tral, Congrès)43 qui sou­haitent débattre de ce chan­ge­ment de ligne pour le moins… radi­cal.

« Les élec­tions anti­ci­pées n’ont pas pour but de créer une nou­velle occa­sion de se battre contre le chan­tage bru­tal des créan­ciers ‑ pour cela, il eût fal­lu démis­sion­ner avant de signer l’accord, et ne pas pro­vo­quer l’implosion de Syriza. »

Tsípras n’hésite pas à citer Lénine pour expli­quer que son « com­pro­mis dou­lou­reux » est un « élé­ment de la tac­tique révo­lu­tion­naire » qui « per­met de conti­nuer le com­bat. »44 Ce qu’un membre d’Antarsya (Front anti­ca­pi­ta­liste, révo­lu­tion­naire, com­mu­niste et éco­lo­gique) résume ain­si : « Quand gou­ver­ner devient un but en soi, le men­songe devient chose sainte et la fraude devient ver­tu. »45 Car la démis­sion du Premier ministre, le 20 août, et la convo­ca­tion d’élections anti­ci­pées n’ont pas pour but de créer une nou­velle occa­sion de se battre contre le chan­tage bru­tal des créan­ciers — pour cela, il eût fal­lu démis­sion­ner avant de signer l’accord, et ne pas pro­vo­quer l’implosion de Syriza. « Ils s’efforcent, par le biais des élec­tions, de « réin­ter­pré­ter » le résul­tat du réfé­ren­dum », juge un obser­va­teur grec : « Ils diront que les Grecs ont de nou­veau voté pour des par­tis pro-mémo­ran­dum et, donc, qu’ils sou­tiennent le mémo­ran­dum. »46 En jouant la montre, en plein été, Tsípras veut se faire réélire avant que les Grecs ne réa­lisent l’impact du nou­veau mémo­ran­dum sur leur vie. Ce fai­sant, il court-cir­cuite le Congrès de Syriza pré­vu pour sep­tembre, for­çant son aile gauche à scis­sion­ner et à s’organiser en à peine un mois (ses repré­sen­tants étaient sinon pro­mis à ne plus figu­rer sur les listes élec­to­rales). L’exode est mas­sif : outre les 25 par­le­men­taires par­tis créer l’Unité popu­laire, au moins un tiers des 35 000 adhé­rents de Syriza prennent rapi­de­ment la porte, tout comme son secré­taire géné­ral47, la majo­ri­té de son Comité cen­tral, son orga­ni­sa­tion de jeu­nesse, de nom­breuses sec­tions locales, etc. Zoe Konstantopoulou, la pré­si­dente du Parlement, qui défen­dait encore Tsípras à son retour de Bruxelles, déplore depuis sa déci­sion de « gou­ver­ner sans la socié­té, sans le peuple, en créant une alliance avec les forces les plus anti-popu­laires d’Europe. »48

IMAGE4

© AFP, sur un mur d’Athènes

La nou­velle rhé­to­rique Tsipriote mise sur l’image de l’unique homme poli­tique s’étant bat­tu pour les Grecs, ayant accep­té de « se salir les mains »49 pour sau­ver le pays et qui, inapte à « déchi­rer les mémo­ran­da », est à pré­sent le seul capable d’en « sou­la­ger » la dure­té. Le col­la­bo­ra­teur qui écri­vait les dis­cours de l’ex-Premier ministre cesse dès lors d’être sa plume, ne pou­vant res­pec­ter « l’adoption d’un type d’argumentation et de phra­séo­lo­gie qui appar­tient aux gou­ver­ne­ments pré­cé­dents et à la logique du plan de sau­ve­tage. »50 Ainsi, Dragasákis, numé­ro deux de Syriza, déclare que « la dia­bo­li­sa­tion du terme « mémo­ran­dum » a été une erreur à laquelle mal­heu­reu­se­ment Syriza a par­ti­ci­pé »51, tan­dis que Tsípras n’hésite pas à cla­mer qu’il serait prêt à livrer « terre et eau pour res­ter dans l’euro »52 – ce qui est déjà lit­té­ra­le­ment le cas avec l’actuelle bra­de­rie du patri­moine grec, incluant îles, plages, com­pa­gnies d’eau et d’électricité… Débarrassé d’une grande par­tie de ses argu­ments anti-aus­té­ri­té, le dis­cours du nou­veau Syriza ne dis­pose guère plus que de la lutte contre « le vieux sys­tème », cor­rom­pu et com­plice des pre­miers mémo­ran­da pour pro­fi­ler sa sin­gu­la­ri­té : « Si nous n’avons pas la majo­ri­té abso­lue […], nous n’allons pas coopé­rer avec [les par­tis de] l’ancien sys­tème. Nous n’allons pas faire reve­nir par la fenêtre ceux que le peuple a fait sor­tir par la porte »53, annonce le can­di­dat au début de la cam­pagne. Il ne lui fau­dra qu’une semaine pour se dédire, en se décla­rant ouvert à une coa­li­tion avec le Pasok54, voire avec La Rivière (To Potámi – une for­ma­tion euro­péiste sou­vent pré­sen­tée comme la « créa­ture de Bruxelles »). Tsípras, qui avait sur­es­ti­mé sa popu­la­ri­té, navigue au gré de son­dages qui ont détruit ses espoirs de majo­ri­té abso­lue et contra­rié jusqu’à l’éventualité de recon­duire l’alliance avec l’Anel (ce par­ti « sou­ve­rai­niste », en signant le troi­sième mémo­ran­dum, a per­du toute sa rai­son d’être… et l’essentiel de ses inten­tions de votes). En ne visant plus « un gou­ver­ne­ment de gauche » mais « un gou­ver­ne­ment stable », en appe­lant même au « vote utile », il brise de nou­veaux tabous au sein de Syriza et gomme un peu plus sa dif­fé­rence avec les par­tis sys­té­miques.

« Cette recom­po­si­tion expresse du pay­sage poli­tique grec est l’aboutissement ultime de la stra­té­gie des créan­ciers : fer­mer la « paren­thèse de gauche », non pas en évin­çant Syriza du pou­voir, mais en déclen­chant sa méta­mor­phose par assi­mi­la­tion au régime de gou­ver­nance par la dette. »

Cette recom­po­si­tion expresse du pay­sage poli­tique grec, qui rend ouvertes à peu près toutes les options de coa­li­tion, est l’aboutissement ultime de la stra­té­gie des créan­ciers : fer­mer la « paren­thèse de gauche », non pas en évin­çant Syriza du pou­voir, mais – mieux – en déclen­chant sa méta­mor­phose par assi­mi­la­tion au régime de gou­ver­nance par la dette. François Hollande n’est pas déçu. Celui que Tsípras dési­gnait autre­fois sous le patro­nyme d’« Hollandréou », pour moquer son appar­te­nance au « vieux sys­tème », ne lui en tient pas ran­cune : « Cela valait le coup de [le] sou­te­nir. Tsípras démontre que le lan­gage de Podemos ou de Mélenchon sont des lan­gages vains. »55 D’influents conseillers euro­péens se réjouissent : « Des élec­tions rapides en Grèce peuvent être un moyen d’élargir le sou­tien au pro­gramme [de réformes] »56, « Il y a de bonnes chances qu’elles amènent au pou­voir un gou­ver­ne­ment plus com­pé­tent et davan­tage pro-euro­péen. »57 Tsípras, qui s’était déjà « homme d’étatisé »58 par les miracles d’une nuit d’été à Bruxelles, a même gagné ses galons de « bon poli­tique »59 auprès d’éditorialistes à qui il n’inspirait qu’invectives lors du réfé­ren­dum. Lorsqu’on se remé­more les effets de la cam­pagne menée par ces mêmes diri­geants et médias en faveur du « oui » au réfé­ren­dum, on peut se deman­der si ces flat­te­ries ne s’avèreront pas tôt ou tard être des bai­sers qui tuent… « Les mémo­ran­da sont comme le dieu Moloch, ils demandent des sacri­fices de plus en plus impor­tants. Avant Syriza, [ils] avaient déjà détruit deux gou­ver­ne­ments », rap­pelle un membre démis­sion­naire du par­ti60.

Reste qu’une fois de plus, un véri­table chan­ge­ment ne sor­ti­ra pas des urnes. Le désar­roi a gagné les Grecs, et la grande alliance des par­tis de gauche anti-aus­té­ri­té n’a pas eu lieu. Le KKE, qui a tou­jours été hos­tile envers Syriza et avait même appe­lé à l’abstention lors du réfé­ren­dum (qu’il qua­li­fiait de « super­che­rie »), voit dans les der­niers évé­ne­ments de quoi confor­ter sa poli­tique du « seul contre tous ». Pour sa part, Antarsya n’a pas rejoint l’Unité popu­laire. Celle-ci, cri­ti­quée pour être un « Syriza-bis », ini­tié par le haut, a dis­po­sé de trop peu de temps et de moyens pour s’organiser. Mais elle a au moins le mérite de tirer cer­taines leçons de la déban­dade de Syriza. « La drachme ne résou­dra pas nos pro­blèmes par miracle, mais elle est indis­pen­sable pour envi­sa­ger autre chose que le mou­roir de l’euro, il était temps de le dire ain­si. »61

« À part une confron­ta­tion fron­tale, quelles rela­tions pour­ront encore entre­te­nir les mou­ve­ments sociaux avec ce par­ti qui, pas­sant à côté d’une occa­sion his­to­rique, a signé trois ans d’enfer sup­plé­men­taire pour les Grecs ? »

« Tsípandréou », lui, dans un grand écart élec­to­ral de plus en plus inte­nable, n’a pas oublié de glis­ser quelques paroles à l’oreille des déçus de son par­ti. « Nous savons que gagner les élec­tions ne signi­fie pas, du jour au len­de­main, dis­po­ser de leviers du pou­voir. Mener le com­bat au niveau gou­ver­ne­men­tal ne suf­fit pas. Il faut le mener, aus­si, sur le ter­rain des luttes sociales. »62 Une ana­lyse qui laisse cir­cons­pect sur sa pos­sible appli­ca­tion à la situa­tion grecque : à part une confron­ta­tion fron­tale, quelles rela­tions pour­ront encore entre­te­nir les mou­ve­ments sociaux avec ce par­ti qui, pas­sant à côté d’une occa­sion his­to­rique, a signé trois ans d’enfer sup­plé­men­taire pour les Grecs ? Avec ce lea­der qui a ins­tru­men­ta­li­sé le réfé­ren­dum, joué avec la confiance et les sen­ti­ments du peuple, pris le risque de lais­ser aux néo-nazis d’Aube Dorée le rôle de der­nier rem­part contre les dik­tats euro­péens ? Et qui, sur tous les fronts, donne des signes de sa trans­fi­gu­ra­tion : retour de la répres­sion poli­cière, condam­na­tion de mani­fes­tants anti-aus­té­ri­té, accord mili­taire avec Israël, lâchage des oppo­sants à l’exploitation de la mine d’or de la pénin­sule de Halkidiki, etc.

IMAGE5

Source | MYSA

Pour les mou­ve­ments sociaux, l’accession au pou­voir d’une « gauche radi­cale » avait déjà consti­tué une situa­tion inédite ; la voi­ci pous­sée à son paroxysme : le « par­ti anti-aus­té­ri­té » est deve­nu l’allié pré­fé­ré des créan­ciers, pour qui « l’application de poli­tiques néo-libé­rales à une popu­la­tion résis­tante » ne peut mieux venir « que de la gauche »63, le troi­sième mémo­ran­dum com­pre­nant d’ailleurs des mesures qu’aucun gou­ver­ne­ment de droite n’avait jusqu’à pré­sent osé signer. Mais « ce n’est qu’en ayant le cou­rage de regar­der la réa­li­té en face que l’on peut lut­ter contre elle »64 et il faut bien l’admettre aujourd’hui : Syriza est à ran­ger au rayon des adver­saires les plus per­vers. Son retour­ne­ment, par­ti­cu­liè­re­ment insi­dieux, a mis le moral en berne de ceux qui ont por­té le mou­ve­ment anti-aus­té­ri­té et qui avaient vu en ce par­ti une réponse à leurs aspi­ra­tions de digni­té et de jus­tice sociale. C’est sans doute là l’enjeu prin­ci­pal des luttes sociales aujourd’hui : trans­for­mer le déses­poir en colère, la rési­gna­tion en enga­ge­ment et les plans B en plans A.


Version longue d’un article à paraître dans le jour­nal papier Kairos, n° 21, sep­tembre-octobre 2015.


NOTES

1. « Grèce : La nuit des dupes, une nuit qui dure depuis cinq ans et demi », OkeaNews, 17/8/2015.
2, 27. « Syriza était le par­ti de la défaite du mou­ve­ment », inter­view du Mouvement anti­au­to­ri­taire (AK), Organisation com­mu­niste liber­taire, 10/8/2015.
3. « Vangelis Goulas : Le Non n’est pas vain­cu… on conti­nue », Grèce-France Résistance, 21/8/2015.
4. Interview de Jean-Claude Juncker dans Le Figaro, 28/1/2015.
5, 6, 12. « Un insi­der raconte : com­ment l’Europe a étran­glé la Grèce », Mediapart, 7/7/2015.
7. Yánis Varoufákis à la télé­vi­sion publique grecque ERT, début juillet.
8, 14, 20, 30. « Syriza et les chausse-trapes du pou­voir », Le Monde Diplomatique, sep­tembre 2015.
9. « Pourquoi les États-Unis s’inquiètent-ils tant d’une sor­tie de la Grèce de la zone euro ? », La Croix, 19/6/2015.
10. « Ex depu­ty PM admits Tsipras gov’t was unable to bor­row “from third coun­tries” », Keep Talking Greece, 9/9/2015.
11, 60. « Stathis Kouvelakis : Aucune illu­sion sur le car­can de l’euro », L’Humanité, 27/8/2015.
13, 22, 32. Un ministre grec sous cou­vert d’anonymat, dans L’Humanité, 15/7/2015.
15, 46, 64. « Élections contre démo­cra­tie », Dimitris Konstantakopoulos, OkeaNews, 1/9/2015.
16. Alexis Tsípras au Parlement grec, 14/8/2015.
17, 39, 41. Discours de Zoe Konstantopoulou au par­le­ment grec, 14/8/2015.
18. « Pourquoi la capi­tu­la­tion de Tsípras », témoi­gnage d’Éric Toussaint du Comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde (CADTM), 13/8/2015 à Lasalle.
19, 42. Débat au Comité cen­tral de Syriza, 30/7/2015.
21. Selon l’expression de Panagiotis Grigoriou sur son blog Greek Crisis.
23, 24, 37, 40. « Yánis Varoufákis : Nous avons tra­hi la grande majo­ri­té du peuple grec ! », L’Obs, 20/8/2015.
25, 53. Alexis Tsípras à la chaîne de télé­vi­sion Alpha, 26/8/2015.
26. « La tran­si­tion vers la mon­naie natio­nale », Unité popu­laire, 9/9/2015.
28. « Les consé­quences inter­na­tio­nales catas­tro­phiques de la capi­tu­la­tion annon­cée de Syriza et les res­pon­sa­bi­li­tés cri­mi­nelles de M. Tsípras », Yorgos Mitralias du Comité grec contre la dette, 27/8/2015.
29. Portrait de Yannis Stournaras , Les Échos, 20/7/2015.
31. « Rencontre avec Yánis Varoufákis : Il est temps d’ouvrir les boîtes noires », Mediapart, 30/8/2015.
33, 38. Interview de Yánis Varoufákis, « La Grèce se trouve dans une impasse », L’Écho, 5/9/2015.
34. Alexis Tsípras, dis­cours du 5/7/2015.
35, 55. Le Canard Enchaîné, 26/8/2015.
36. « Tsípras : vu de Bruxelles, un stra­tège à la légère », Libération, 21/8/2015.
43. « Déclaration de sor­tie de membres de la sec­tion locale de Syriza à Paris », 23/8/2015.
44, 62. Interview d’Alexis Tsípras à la radio Sto Kokkino, 29/7/2015.
45. « Les 13 men­songes de Tsípras et la réa­li­té du troi­sième mémo­ran­dum », Panagiotis Mavroeidis, Tlaxcala, 22/8/2015.
47. « Le secré­taire géné­ral de Syriza claque la porte », Le Courrier, 25/8/2015.
48. Déclaration de Zoe Konstantopoulou, 31/8/2015.
49. « Alexis Tsípras speech at the nation­wide SYRIZA confe­rence », Syriza, 1/9/2015.
50. Theodore Kollias cité dans « Even Tsípras’ speech­wri­ter leaves him », Iefimeridia, 30/8/2015.
51. Ioánnis Dragasákis sur les ondes de la radio RealFM, cité par Greek Crisis, 8/9/2015.
52. « Athènes est deve­nu un théâtre de l’absurde », Maria Negreponti-Delivanis, Le Monde, 28/8/2015.
54. Alexis Tsípras à la chaîne de télé­vi­sion Kontra TV, cité par Enikos, 3/9/2015.
56. Martin Selmayr, direc­teur de cabi­net du pré­sident de la Commission euro­péenne Jean-Claude Juncker, sur Twitter, 20/8/2015.
57. Marcel Fratzscher, conseiller du ministre alle­mand de l’Économie Sigmar Gabriel, cité par l’AFP, 21/8/2015.
58. Selon la for­mule de Jean-Claude Juncker, dans Le Soir, 22/7/2015.
59. « Alexis Tsípras, bon poli­tique grec, mau­vais négo­cia­teur euro­péen », Coulisses de Bruxelles, 24/8/2015.
61. « Saison finis­sante », Greek Crisis, 8/9/2015.
63. Selon la cor­res­pon­dante à Athènes du Guardian, Helena Smith, dans « Greek elec­tions : Alexis Tsipras makes a cal­cu­la­ted gamble », 20/8/2015.


REBONDS 

☰ Lire notre entre­tien avec Yánis Varoufákis : « Que vou­lons-nous faire de l’Europe ? », août 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Stathis Kouvélakis, « Le Non n’est pas vain­cu, nous conti­nuons », juillet 2015
☰ Lire notre car­net de route (2), G. Breës, « Grèce : six mois pour rien ? », juillet 2015
☰ Lire notre car­net de route (1), G. Breës, , « L’Europe agit comme si elle était en guerre contre les Grecs », juillet 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Cédric Durand, « Les peuples, contre les bureau­crates et l’ordre euro­péen », juillet 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Sofia Tzitzikou, « La digni­té du peuple grec vaut plus qu’une dette illé­gale, illé­gi­time et odieuse », juillet 2015

Gwenaël Breës
Gwenaël Breës

Auteur de l'essai « Bruxelles-Midi, l'urbanisme du sacrifice et des bouts de ficelle ».

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.