Grèce — « L’Europe agit comme si elle était en guerre contre les Grecs »


Texte inédit pour le site de Ballast

Tandis que les por­teurs d’eau de la Troïka et les petits domes­tiques de la finance — la cama­rilla des Quatremer, des Apathie, des Leparmentier, des Minc (qui jure que le « non » trans­for­me­rait la Grèce en Libye) et autres Bernard-Henri Lévy (qui, s’il devrait se flat­ter de la com­pa­rai­son de Minc, assi­mile Tsípras à un allié du néo­na­zisme) — bavent et bavardent de leurs bureaux, nous nous sommes ren­dus en Grèce (Gwenaël Breës au sty­lo, Stéphane Burlot à la pho­to­gra­phie) : ces notes, prises ces der­niers jours, ques­tionnent auprès de la popu­la­tion le réfé­ren­dum — dont nous connaî­trons le résul­tat dans quelques heures. Moment his­to­rique ou épi­sode qui ne débou­che­ra sur aucun chan­ge­ment signi­fi­ca­tif ? Les avis recueillis sont par­ta­gés. Mais une chose est sûre, si cer­tains craignent la guerre civile et d’autres la pour­suite sans fin de l’austérité, beau­coup — à part Nikos Aliagas, ancien ani­ma­teur de Star Academy, éga­le­ment sur place — s’accordent à pen­ser qu’il est grand temps de stop­per l’Union euro­péenne.


burlot12Vendredi 26 juin

Arrivée au port de Patras. Première vision esto­ma­quante d’un pays sinis­tré : très nom­breux maga­sins en faillite, mai­sons vides, routes inachevées ou non entre­te­nues, chan­tiers aban­donnés… Pas besoin de dis­cours pour com­prendre l’ampleur du désastre des « plans de relance » imposés par l’Europe.

Samedi 27 juin

La rup­ture des négocia­tions entre la Grèce et ses créanciers est offi­cielle, le gou­ver­ne­ment Tsípras annonce un référen­dum sur les der­nières pro­po­si­tions qui sont sur la table. Trois jeunes Athéniennes, de pas­sage sur l’île d’Ikaria, s’enthousiasment de ce choix : « On ne peut pas lais­ser les poli­ti­ciens décider de choses si impor­tantes pour nos vies. Il faut dire stop à cette Europe qui pro­met un ave­nir pour nos enfants… dans 1 000 ans. C’est main­te­nant qu’on vit ! On ne demande pas grand-chose, on veut juste avoir nos vies entre nos mains ». Lorsque je réponds à des habi­tants locaux que je viens de Bruxelles, les dis­cus­sions s’animent. Bruxelles, n’est-ce pas cette tour d’ivoire où des euro­crates non élus prennent des décisions qui s’appliquent à toute l’Europe ? Certains Grecs se sentent alors obligés de préciser qu’ils ne sont ni voleurs, ni fainéants. « Ceux qui ont du tra­vail ici cumulent sou­vent deux ou trois bou­lots. Et on n’a jamais vu la cou­leur de l’argent que l’Europe a « prêté » à la Grèce : il a ali­menté les banques alle­mandes et fran­çaises, et les poches de nos poli­ti­ciens. Est-ce de notre faute ? Est-ce au peuple grec seul de payer ? »

Dimanche 28 juin

Dans une taverne du port d’Evdilos, au nord de l’île, une urne en car­ton avec la men­tion « Exit Poll » [« Sondage à la sor­tie des urnes »] trône sur le bar. À côté, une col­lec­tion d’anciens billets de drachme. Le patron m’explique : « C’est un jeu. On rem­plit l’urne pen­dant la semaine avec des bul­le­tins de vote qu’on dépouille­ra same­di soir et si le « non » l’emporte, on fera la fête à la veille du référen­dum ». Un client ajoute, en mon­trant un billet de 10 000 drachmes : « Avant, avec ça je pou­vais ache­ter un sand­wich, un café, une bou­teille d’eau et un fruit. Aujourd’hui, avec l’euro, ça ne vaut plus que l’équi­va­lent d’un café. »

Par Stéphane Burlot

Lundi 29 juin

« Rendez-vous dimanche pour le Grexit » : ain­si se saluent deux couples âgés à la sor­tie d’une paniyi­ri [une fête] dans le vil­lage de Platanos. Sur Ikaria, même si l’avenir semble incer­tain quelle que soit l’issue du réfé­ren­dum, le « non » aux mesures d’austérité semble l’emporter très lar­ge­ment. Il faut dire qu’Ikaria fait par­tie des zones où la popu­la­tion a la plus grande espé­rance de vie au monde : un habi­tant sur trois atteint les 90 ans, « avec un taux de can­cer 20 % plus bas et un taux de mala­dies car­diaques 50 % plus bas — et pra­ti­que­ment aucune démence ». Pas fous, les Ikariens, donc : « On a des chèvres, des poules, des légumes, de l’eau, du pois­son, on se débrouille­ra bien sans l’euro », me dit un ingé­nieur de 40 ans, expli­quant qu’ici, on n’a pas per­du le sens de la débrouille et de la soli­da­ri­té. Aucune panique per­cep­tible, même quand les banques sont fer­mées pour une semaine et que les dis­tri­bu­teurs auto­ma­tiques rationnent le cash à 60 euros par jour : les habi­tants réagissent avec flegme, patience et phi­lo­so­phie, et ne paraissent pas prêts à se lais­ser inti­mi­der par l’Union euro­péenne. « Revenir 100 ans en arrière, s’il le faut, ça ne nous fait pas peur », conclut un tenan­cier de taverne. Mais on est loin des grandes villes, où la sur­vie s’avère bien plus dif­fi­cile…

Mardi 30 juin

Un réfé­ren­dum, oui, mais sur quoi exac­te­ment ? Jean-Claude Juncker pose les termes du débat en décla­rant qu’un « non » signi­fie­rait une sor­tie de la zone euro, tan­dis qu’Aléxis Tsípras demande aux Grecs de voter « non »… pour mieux pou­voir conti­nuer a négo­cier avec l’UE. Ici, à Ikaria, où les com­mu­nistes sont nom­breux (depuis que l’île fut un haut lieu de la dépor­ta­tion d’opposants lors de la guerre civile), on regarde les agis­se­ments du gou­ver­ne­ment Tsípras avec de plus en plus de cir­cons­pec­tion — il se dit même que le réfé­ren­dum n’aura pas lieu ou ne sera que poudre aux yeux. C’est d’ailleurs l’une des rai­sons (offi­cielles, du moins) pour les­quelles le KKE, le Parti com­mu­niste grec, appelle à s’abstenir lors du réfé­ren­dum. « Quel que soit le résul­tat, la situa­tion sera la même », estime un habi­tant du vil­lage de Christos, élec­teur habi­tuel du KKE (il me pré­cise qu’il a voté Syriza aux der­nières élec­tions).

« Sur la plage de Gialiskari, deux tren­te­naires dis­cutent du référen­dum. « Je ne vois pas d’issue à cette situa­tion », dit l’un. « J’ai peur que dans les villes, cela se ter­mine en guerre civile. » »

Une par­tie de la base de Syriza s’inquiète ain­si de la pro­ba­bi­li­té que Tsípras capi­tule dans les pro­chaines heures ou jours. « Ce serait non seule­ment la mort annon­cée de Syriza, mais aus­si celle d’une alter­na­tive poli­tique en Europe, comme avec Podemos en Espagne. Et ce serait une aubaine pour les néo-nazis d’Aube Dorée ». Sur la plage de Gialiskari, deux tren­te­naires dis­cutent du référen­dum. « Je ne vois pas d’issue à cette situa­tion », dit l’un. « J’ai peur que dans les villes, cela se ter­mine en guerre civile. » Son ami pour­suit : « Moi, je vis ma vie. J’ai une femme et deux enfants, je m’occupe de ma famille et je n’écoute plus les poli­ti­ciens. J’ai voté pour Syriza, mais ils ne sont pas arrivés à chan­ger la situa­tion. Et moins je regarde la télé, mieux mon esprit se porte. On a déjà subi un pre­mier plan d’austérité, or, au bout de six ans, il est évident que ça n’a pas fonc­tionné. Et main­te­nant, ils veulent nous en col­ler un second ! Ils se com­portent avec nous comme si on était des cobayes. Alors, bien sûr, je vote­rai « non » au réfé­ren­dum, mais je crois que ça ne chan­ge­ra rien ».

Mercredi 1er juillet 

Rumeurs : à l’heure ou la Grèce est qua­si­ment en défaut de paie­ment, il est de moins en moins en moins cer­tain que le réfé­ren­dum ait bien lieu dimanche et, s’il est main­te­nu, sur quoi il por­te­ra. Beaucoup de Grecs sont heu­reux que, pour une fois, la déci­sion leur revienne. S’il s’avère que ce n’est pas le cas, que le réfé­ren­dum n’était qu’un moyen de pres­sion dans des négo­cia­tions biai­sées d’avance, et que les pro­po­si­tions dénon­cées comme inac­cep­tables il y a quelques jours par Syriza sont ava­li­sées aujourd’hui par les mêmes, l’épisode lais­se­ra des traces. Une lettre de Tsípras montre qu’il est prêt à accep­ter la plu­part des mesures d’austérité en échange d’une restruc­tu­ra­tion de la dette. S’il est vrai­sem­blable que les créan­ciers vont soit refu­ser un accord pré-réfé­ren­dum, soit faire durer les négo­cia­tions jusqu’à la der­nière minute afin de pié­ger le Premier ministre grec, cer­tains consi­dèrent ici que Tsípras a déjà vir­tuel­le­ment capi­tu­lé — accen­tuant ain­si le sen­ti­ment d’impuissance des poli­tiques natio­naux face à l’Union euro­péenne. Mais cette der­nière ne va pas s’en conten­ter : ce qu’elle cherche, ce n’est pas un accord, c’est la peau du gou­ver­ne­ment Syriza et l’humiliation de la popu­la­tion grecque.

Finalement, Tsípras main­tient le réfé­ren­dum.

Arrivée à Athènes : le centre-ville est truf­fé de repor­ters en quête de la moindre file d’attente devant un dis­tri­bu­teur auto­ma­tique. « Vous avez peur ? », inter­rogent-ils. Et de s’en don­ner à cœur joie avec des plans ser­rés, his­toire d’accentuer l’effet « pays de l’Est d’avant la chute du Mur ».

Par Stéphane Burlot

Jeudi 2 juillet 

Les médias grecs relaient la sor­tie de Martin Schulz, qui rêve tout haut de l’éviction du gou­ver­ne­ment Tsípras dès lun­di et de l’arrivée d’un « gou­ver­ne­ment de tech­no­crates » à Athènes, « pour que nous puis­sions conti­nuer à négo­cier ». Ce serait tel­le­ment plus simple, en effet, de gérer l’Europe sans devoir se sou­cier des peuples, en pre­nant les déci­sions avec des agents acquis au néo-libé­ra­lisme. Quelle belle décla­ra­tion de la part de celui qui pré­side ce « phare de la démo­cra­tie » qu’est le Parlement euro­péen… Elle a le mérite d’éclairer la nature fon­da­men­ta­le­ment non démo­cra­tique du pro­jet euro­péen actuel, mais il n’est pas sûr qu’elle pro­voque l’effet escomp­té sur les Grecs. Dans le centre d’Athènes, dif­fi­cile de trou­ver une seule affiche en faveur du « oui ». Les murs sont cou­verts d’affiches prô­nant son contraire. La plu­part sont édi­tées par des par­tis poli­tiques. À l’exception de ce pos­ter ano­nyme repre­nant une pho­to de Wolfgang Schaüble, ministre fédé­ral des Finances alle­mand : « Ça fait 5 ans qu’il suce votre sang, main­te­nant dites non ! » Autre excep­tion : des anar­chistes ont com­men­cé à appe­ler au boy­cott du réfé­ren­dum, bien qu’il ne s’agisse pas d’un vote élec­tif, car ils pensent que, dans tous les cas, l’accord avec l’Europe sera le même. À l’inverse, des anar­cho-com­mu­nistes pré­co­nisent de voter « non ». Ce soir, après les mani­fes­ta­tions du « non » lun­di et du « oui » mar­di, c’est au tour du Parti com­mu­niste grec de mani­fes­ter sur la place Syntagma, en nombre et dans la dis­ci­pline, pour prô­ner son oppo­si­tion au réfé­ren­dum (et sur­tout à Syriza) et appe­ler à l’abstention. Contraste, quelques rues plus loin, où l’ancien Premier ministre du Pasok, Georges Papandréou, tient un mee­ting à l’américaine en faveur du « oui » devant un public clair­se­mé, mais à grand ren­fort de camé­ras — et béné­fi­ciant même d’une retrans­mis­sion en direct à la télé­vi­sion. Il y en a qui ont de la chance. Et c’est pas fini : demain, les par­ti­sans du « oui » mani­fes­te­ront en même temps que ceux de Syriza… les­quels défi­le­ront au même endroit que l’Epam, petit par­ti sou­ve­rai­niste qui se targue de ras­sem­bler des citoyens de gauche et de droite et qui veut, lui, une sor­tie de la zone euro et de l’Union euro­péenne. Un beau bor­del en pers­pec­tive. Devinette : à qui les médias pri­vés don­ne­ront-ils de l’écho ?

Vendredi 3 juillet

Il ne faut pas croire les médias qui, se réfé­rant notam­ment à l’AFP, annoncent le chiffre de 25 000 par­ti­ci­pants ven­dre­di soir, au der­nier mee­ting pour le « non » au réfé­ren­dum. En réa­li­té, la place Syntagma ne pou­vait conte­nir toute la foule qui ten­tait de s’amasser dans une cohue indes­crip­tible. Le podium où se suc­cé­daient concerts et dis­cours et la sono­ri­sa­tion se sont avé­rés trop modestes et toutes les ave­nues aux alen­tours débor­daient de monde. J’ai rare­ment vu autant de gens dans un ras­sem­ble­ment poli­tique : ils étaient au bas mot 100 000. Un public bigar­ré, dis­cu­tant poli­tique, agi­tant des ban­de­roles, dis­tri­buant des écrits de toutes sortes et réser­vant un accueil plus que cha­leu­reux à Alexis Tsípras, qui offrit un dis­cours opti­miste, appe­lant à chan­ger l’Europe, à ne pas céder à la peur, mais aus­si à évi­ter la divi­sion du pays et à res­pec­ter le résul­tat du réfé­ren­dum, quel qu’il soit.

« Beaucoup d’émotion dans le public, notam­ment lorsqu’est enton­né un chant de résis­tance contre la dic­ta­ture des colo­nels. »

Il y a beau­coup d’émotion dans le public, notam­ment lorsqu’est enton­né un chant de résis­tance contre la dic­ta­ture des colo­nels. Un couple de Grecs et leur fils m’expliquent la signi­fi­ca­tion de ce chant et le paral­lèle avec la situa­tion actuelle : « Aujourd’hui, on subit la dic­ta­ture des banques, de l’Allemagne et des tech­no­crates euro­péens. On veut retrou­ver notre liber­té et notre indé­pen­dance. Un exemple : avant, il y avait cinq usines de sucre en Grèce. Elles ont toutes été fer­mées et, désor­mais, on importe le sucre. L’Europe nous inter­dit de culti­ver des pommes de terre, alors qu’on a des terres pro­pices à cette culture. On nous oblige à impor­ter citrons et oranges, alors que ces fruits poussent sur ces arbres, là, juste devant nous. L’alcool ou le gaz, idem : on ne peut pas les ache­ter direc­te­ment aux pays pro­duc­teurs, on doit les ache­ter à un tarif supé­rieur à d’autres pays de l’Union euro­péenne. Notre éco­no­mie est asphyxiée. Et tout le monde sait que les mesures pré­co­ni­sées par les créan­ciers auront des effets encore plus catas­tro­phiques. » De l’autre côté du National Garden, les par­ti­sans du « oui » étaient pro­ba­ble­ment 20 000 : un public socia­le­ment plus homo­gène, bien habillé et par­fu­mé, venu défendre ses pri­vi­lèges dans une mise-en-scène par­fai­te­ment hui­lée, avec musique amé­ri­caine, écrans géants, dra­peaux euro­péens et intro­duc­tion par l’animateur de TF1 Nikos Aliagas, qui, mal­gré son salaire men­suel de 80 000 euros, n’a pas hési­té à défendre des mesures d’austérité pour ses com­pa­triotes. À la tri­bune, les dis­cours ont invo­qué la démo­cra­tie per­due de la Grèce (ce qui est tout de même curieux dans un moment où ce sont les banques et la Troïka qui imposent leur dik­tats) et ce gou­ver­ne­ment tant conspué qui orga­nise un réfé­ren­dum pour don­ner la parole au peuple, y com­pris aux par­ti­sans du « oui ».

« Tsípras a agi avec trop de naï­ve­té dans les négo­cia­tions avec l’Europe, il a cru en leur bonne foi, mais c’est un homme sin­cère et hon­nête, il est le pre­mier à s’attaquer réel­le­ment à la situa­tion. »

Comme on pou­vait s’y attendre, la cou­ver­ture média­tique de ces deux ras­sem­ble­ments n’a pas été pro­por­tion­nelle au nombre de par­ti­ci­pants : les télé­vi­sions pri­vées ont retrans­mis en direct celui du « oui » alors qu’elles ont à peine par­lé de l’autre. Seule la chaine publique, récem­ment rou­verte par le gou­ver­ne­ment Tsípras, a fait preuve d’un trai­te­ment équi­li­bré. Mais mal­gré la pro­pa­gande anti-Tsípras, d’une vio­lence inouïe, le Premier ministre grec garde une grande sym­pa­thie dans la popu­la­tion : « On a voté pour lui parce qu’il était nou­veau, pas cor­rom­pu, idéa­liste. Il a agi avec trop de naï­ve­té dans les négo­cia­tions avec l’Europe, il a cru en leur bonne foi, mais c’est un homme sin­cère et hon­nête, il est le pre­mier à s’attaquer réel­le­ment à la situa­tion catas­tro­phique dans laquelle on se trouve. Il a tout le monde contre lui : les médias pri­vés et l’Église qui veulent conti­nuer à ne pas payer d’impôts, l’Union euro­péenne qui veut empê­cher une alter­na­tive poli­tique… Mais il est encore en vie », s’étonne presque un Athénien de 60 ans.

Par Stéphane Burlot

Samedi 4 juillet

Après les der­niers mee­tings, voi­ci le moment de l’attente et du sus­pense. Un récent son­dage donne le « oui » gagnant de jus­tesse. Vu d’ici, une chose semble évi­dente : la par­ti­ci­pa­tion sera forte, les Grecs sont lar­ge­ment mobi­li­sés, conscients et écœu­rés du chan­tage qui s’exerce sur eux. « L’Europe agit comme si elle était en guerre contre les Grecs ; elle se fiche de la démo­cra­tie. Ce qui se trame est aus­si grave que ce qu’on a vécu pen­dant le régime des colo­nels , s’emporte le concierge de nuit de l’auberge de jeu­nesse d’Athènes, proche de la retraite, dans laquelle je séjourne. Il ajoute : « On est fati­gués des coupes dans les salaires et les retraites, du chô­mage, des pri­va­ti­sa­tions, de la pau­vre­té, d’être traî­nés dans la boue… Ils nous punissent pour l’exemple, ils sont en train de nous tuer. On est fati­gués de devoir se battre. » Le résul­tat de dimanche ne sera pas seule­ment l’expression d’une opi­nion sur une ques­tion poli­tique (plus ou moins pré­cise), il dira aus­si quelque chose de l’état du peuple grec et de sa capa­ci­té de résis­tance après des années de pri­va­tions, six mois de pro­pa­gande et de matra­quage média­tique, et une semaine de fer­me­ture des banques.

« Syriza a fait une autre erreur, celle de s’éloi­gner de sa base popu­laire dès son acces­sion au pou­voir. Le référen­dum est une manière de reve­nir vers le peuple. »

C’est aus­si l’heure de pen­ser à l’après-référendum, qui com­mence dès lun­di matin. Et per­sonne n’y voit très clair, m’explique un cinéaste grec. « Avant les élec­tions de jan­vier, ces par­tis avaient tout fait pour préparer un échec de Syriza en fai­sant en sorte que Tsípras n’ait aucune marge de manœuvre et qu’il ne s’agisse, comme ils disent, que d’une paren­thèse de gauche. Tsípraest tombé dans le piège en croyant à la volon­té de négocia­tion des créanciers. Ils lui ont fait miroi­ter la pos­si­bi­li­té d’un accord en le pous­sant jusqu’au bout à faire des conces­sions, tout seul. Ceux qui prétendent que la volonté de négocia­tion est nulle du côté grec sont de grands men­teurs : il suf­fit de com­pa­rer l’accord dis­cuté la semaine der­nière avec le pro­gramme ini­tial de Syriza pour s’en rendre compte. Les créanciers se fichent de la démocra­tie ; ils ne veulent que nous main­te­nir dans un état de colo­nie endettée et, par la même occa­sion, tuer dans l’œuf toute alter­na­tive pro­gres­siste en Europe. Syriza a fait une autre erreur, celle de s’éloi­gner de sa base popu­laire dès son acces­sion au pou­voir. Le référen­dum est une manière de reve­nir vers le peuple, mais il inter­vient trop tard : le gou­ver­ne­ment a le cou­teau sous la gorge et n’a pas préparé de plan B. »

En effet, rien n’empêchera les créanciers, dès lun­di, de refu­ser d’alimenter les banques grecques en mon­naie. Quant à l’option d’une sor­tie de l’euro, elle paraît impos­sible à court terme : « Non seule­ment Syriza n’a pas préparé les esprits a cette éven­tua­lité », regrette mon inter­lo­cu­teur, « mais, de plus, au moment d’entrer dans la zone euro, la Banque cen­trale grecque a dû se défaire de ses équi­pe­ments per­met­tant d’éditer de la mon­naie ». Comme beau­coup d’autres Grecs que j’ai pu ren­con­trer, il vote­ra « non » ce dimanche — mais en gar­dant à l’esprit que, quel que soit le résul­tat, la situa­tion actuelle res­semble à une voie sans issue. « Le pire serait peut-être qu’une majo­rité pour le « non » abou­tisse fina­le­ment au même accord que celui qui était sur la table la semaine der­nière. » Quant au concierge de nuit de l’auberge de jeu­nesse, à défaut d’entrevoir la sor­tie du tun­nel, il en vient à por­ter ses der­niers espoirs en la nature humaine : « Platon a écrit que la vie est trop courte pour connaître plei­ne­ment l’amour et qu’on n’a donc pas le temps pour la haine. Regardez Wolfgang Schaüble, le ministre alle­mand : il a 73 ans. Il pour­rait au moins faire quelque chose de bon, une fois dans sa vie. Il en a l’occasion, c’est le moment ! » Le début de la suite, d’ici quelques heures…

burlot11

Par Stéphane Burlot


REBONDS

☰ Lire la suite de ce car­net de bord (du 5 au 15 juillet), « Grèce : six mois pour rien ? », juillet 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Sofia Tzitzikou, phar­ma­cienne béné­vole et vice-pré­si­dente de l’UNICEF, à Athènes, juillet 2015
☰ Lire notre tra­duc­tion de l’entretien de Pablo Iglesias : « Faire pres­sion sur Syriza, c’est faire pres­sion sur Podemos, pour mon­trer qu’il n’y a pas d’alternative », mai 2015
☰ Lire notre tra­duc­tion de l’article « Assassiner l’espoir », Slavoj Zizek, avril 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Joëlle Fontaine : « Difficile pour la Grèce d’être sou­ve­raine suite aux menaces de l’Union euro­péenne », février 2015

Gwenaël Breës
Gwenaël Breës

Auteur de l'essai « Bruxelles-Midi, l'urbanisme du sacrifice et des bouts de ficelle ».

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.