Grèce : six mois pour rien ?


Texte inédit pour le site de Ballast

Syriza est arri­vé au pou­voir en Grèce le 25 jan­vier. Six mois plus tard, le par­ti de la « gauche radi­cale » est au bord de l’implosion. Le 15 juillet, son Premier ministre Alexis Tsipras a fait pas­ser au Parlement, avec les voix de l’opposition, un accord avec l’Union euro­péenne qui renie à la fois son propre pro­gramme élec­to­ral et le résul­tat popu­laire du réfé­ren­dum du 5 juillet. Toutes les « lignes rouges » ont été fran­chies. De plus, les lois votées par Syriza depuis jan­vier doivent être pure­ment et sim­ple­ment reti­rées. Six mois de la vie poli­tique d’un pays sont ain­si balayés. Les « négo­cia­tions » ont fina­le­ment ren­for­cé l’emprise des créan­ciers sur ce qui s’apparente désor­mais à un pro­tec­to­rat. Que retiennent les Grecs de cette période ? Comment com­prendre le bas­cu­le­ment ful­gu­rant qui s’est dérou­lé entre le 5 et le 15 juillet, du réfé­ren­dum au mémo­ran­dum ? Une hal­lu­ci­na­tion col­lec­tive ? Suite du car­net de route de Gwenaël Breës, d’Athènes à Bruxelles.


gw1Le 5 juillet, je publiais dans la pré­sente revue le récit des neufs jours ayant pré­cé­dé le réfé­ren­dum grec. J’y consi­gnais des paroles recueillies au gré de mes déam­bu­la­tions et de mes ren­contres en Grèce, durant cette semaine qui fut un intense moment de démo­cra­tie, mais aus­si un révé­la­teur de l’état de l’Europe, de la com­ba­ti­vi­té et par­fois du déses­poir du peuple grec. Des paroles expri­mant tan­tôt la satis­fac­tion qu’une déci­sion de cette impor­tance revînt au peuple, tan­tôt des cri­tiques sur l’organisation tar­dive de cette consul­ta­tion ; tan­tôt des ques­tion­ne­ments sur les mul­tiples inter­pré­ta­tions que la ques­tion posée lais­sait ouvertes, tan­tôt sur le temps trop court alloué à l’information et au débat. Des paroles dou­tant de l’issue même de ce pro­ces­sus : moment his­to­rique, épi­sode condam­né à ne débou­cher sur aucune amé­lio­ra­tion signi­fi­ca­tive, pré­mices à une guerre civile ou à la mon­tée en puis­sance des néo-nazis d’Aube Dorée… ? Des paroles décri­vant en tout cas l’état de fatigue et d’hallucination des Grecs face au trai­te­ment de choc qui leur est admi­nis­tré depuis cinq ans — telle cette phrase, qui titra l’article : « L’Europe agit comme si elle était en guerre contre les Grecs. »

Depuis l’issue désas­treuse des « négo­cia­tions » qui sui­virent le réfé­ren­dum, ces paroles résonnent à n’en plus finir. Parfois tris­te­ment lucides et pré­mo­ni­toires : « Les créan­ciers se fichent de la démo­cra­tie ; ils ne veulent que nous main­te­nir dans un état de colo­nie endet­tée et, par la même occa­sion, tuer dans l’œuf toute alter­na­tive pro­gres­siste en Europe. Le réfé­ren­dum inter­vient trop tard : le gou­ver­ne­ment a le cou­teau sous la gorge et n’a pas pré­pa­ré de plan B. Le pire serait qu’une majo­ri­té pour le « non » abou­tisse fina­le­ment au même accord que celui qui était sur la table la semaine der­nière. » Je reprends ce car­net de route où je l’avais lais­sé : au 5 juillet, jour du réfé­ren­dum. Jusqu’au 15 du même mois, jour du vote du troi­sième mémo­ran­dum au Parlement grec, où s’acheva l’ahurissant retour­ne­ment du pou­voir grec.

L’honneur retrouvé

Dimanche 5 juillet. C’est le jour du vote. À l’ombre d’un arbre, dans la cour d’une école du quar­tier de Peristeri où défilent depuis ce matin des mil­liers d’Athéniens, des femmes pen­sion­nées et une pro­fes­seure d’allemand dis­cutent… L’une d’elles est très remon­tée ; elle trouve ce réfé­ren­dum stu­pide et arri­vé trop tar­di­ve­ment. Comme beau­coup, elle ne voit pas la réelle dif­fé­rence entre les deux choix pro­po­sés. Jetant ner­veu­se­ment sa ciga­rette par terre, elle avoue avoir voté « oui » à contre­cœur. À ses côtés, les autres dames ne voient guère la situa­tion plus posi­ti­ve­ment, mais elles ont toutes voté « non », ne fût-ce que pour le sym­bole démo­cra­tique que porte cet acte, pour signi­fier leur désap­pro­ba­tion des poli­tiques de l’Europe et leur sou­tien à la coa­li­tion entre Syriza et Anel (les Grecs indé­pen­dants) — qu’elles consi­dèrent comme la pre­mière, depuis très long­temps, à agir dans l’intérêt du peuple grec. Aucune ne s’aventure à un pro­nos­tic : « Beaucoup de gens pensent « non » mais votent « oui » par peur. »

« Vu de plus près, c’est un vote de classe : envi­ron 70 % pour le « non » dans les quar­tiers ouvriers et 70 % pour son contraire dans les quar­tiers de la classe supé­rieure. »

Le sen­ti­ment de satis­fac­tion des Athéniens n’en est que plus grand, quelques heures plus tard, lorsque tombent les résul­tats : le « non » l’emporte dans la tota­li­té des dis­tricts élec­to­raux (même dans ceux qui tra­di­tion­nel­le­ment penchent à droite). 61,3 % dans le pays ! Vu de plus près, c’est un vote de classe : envi­ron 70 % pour le « non » dans les quar­tiers ouvriers et 70 % pour son contraire dans les quar­tiers de la classe supé­rieure. Malgré le chan­tage des ins­ti­tu­tions euro­péennes, la fer­me­ture des banques, la puis­sante pro­pa­gande des médias pri­vés grecs, la défer­lante des son­dages trom­peurs et même les menaces de repré­sailles faites par cer­tains employeurs, la majo­ri­té des Grecs n’a pas suc­com­bé à la peur du « saut dans l’inconnu » qui leur a tant été pro­phé­ti­sé par la plu­part des gou­ver­nants et des édi­to­ria­listes de toute l’Europe. Dès avant que les résul­tats ne com­mencent à tom­ber, la place Syntagma res­semble à un stu­dio de télé­vi­sion géant. Des jour­na­listes du monde entier sont en pleine effer­ves­cence, à l’affût de la moindre réac­tion. Une dame d’une cin­quan­taine d’années, munie d’icônes de l’Église ortho­doxe, en pro­fite pour s’imposer dans le cadre en hur­lant : « Orthodoxie ! Orthodoxie ! » Un clin d’œil au gou­ver­ne­ment alle­mand et à sa sacro-sainte reli­gion de l’orthodoxie… bud­gé­taire.

Parmi la foule qui afflue spon­ta­né­ment face au Parlement, c’est la fier­té qui prime. Celle d’avoir confir­mé le résul­tat des élec­tions de jan­vier qui ont ren­voyé au pla­card une classe poli­tique cor­rom­pue et por­té au pou­voir, pour la pre­mière fois en Europe, un par­ti anti-aus­té­ri­té. Celle d’avoir rame­né de la poli­tique et de la démo­cra­tie dans cette Europe tech­no­cra­tique. Malgré la vic­toire, seuls les membres de l’Epam, petit par­ti prô­nant la rup­ture avec l’Europe, dansent sur des chan­sons grecques. Pour le reste, pas d’écran géant, ni de concerts, ni de mee­ting. Juste un mou­ve­ment de foule pour accla­mer Zoé Konstantopoulou, la pré­si­dente du Parlement (Syriza) qui tra­verse la place sans gardes du corps. Mais l’heure n’est pas vrai­ment à la fête. Tout le monde, ici, est conscient que le plus dif­fi­cile reste à venir. Les pre­mières réac­tions, très dures, des res­pon­sables poli­tiques alle­mands — sociaux-démo­crates en tête — le confirment.

Zoé Konstantopoulou, au soir du 5 juillet. Par Stéphane Burlot

Le plus dur commence demain

Lundi 6 juillet. Le résul­tat reten­tis­sant du réfé­ren­dum pro­voque une onde de choc en Europe. Et semble être bien accueilli au sein de la popu­la­tion grecque, la nette majo­ri­té du vote n’étant pas pro­pice à la divi­sion. Un conduc­teur de bus me dit être à la fois sur­pris et ras­su­ré par l’importance du « non »… ayant lui-même voté l’inverse, « pas par amour de cette Europe-là, mais parce que je n’imagine pas la Grèce se débrouiller toute seule pour l’instant. Pourquoi pas, sor­tir de l’euro ? Mais dans quelques années, quand notre éco­no­mie sera plus forte. » Parmi les pre­miers élé­ments de lan­gage assé­nés ce matin par les diri­geants euro­péens revient en boucle l’argument selon lequel une démo­cra­tie de la zone euro ne peut impo­ser ses vues à dix-huit autres démo­cra­ties. « Sauf que, dans aucun de ces pays, la popu­la­tion n’a eu l’occasion de se pro­non­cer par réfé­ren­dum sur les poli­tiques d’austérité », sou­ligne-t-il, nar­quois.

« Je pense que Tsipras a une stra­té­gie », me dit par ailleurs une amie grecque. Une opi­nion lar­ge­ment par­ta­gée ici, et qui veut qu’un « com­pro­mis hono­rable » est attei­gnable, comme l’a annon­cé le Premier ministre. « C’est un jeu », ajoute-t-elle pour résu­mer ces obs­cures et inter­mi­nables trac­ta­tions bruxel­loises dans les­quelles la Grèce tente d’imposer un rap­port de force depuis presque six mois. Les décla­ra­tions exas­pé­rées du pré­sident du Conseil euro­péen (« The game is over. »), du Premier ministre belge (« La récréa­tion est finie. ») et avant eux de la direc­trice géné­rale du FMI (« L’urgence est de réta­blir le dia­logue, avec des adultes dans la pièce. »), confirment l’incapacité des créan­ciers, en par­ti­cu­lier les gar­diens du « pro­jet euro­péen », à dépas­ser l’horizon du « gou­ver­ne­ment par les ratios » (selon l’expression de l’économiste Frédéric Lordon) et à voir toute ten­ta­tive d’y rame­ner du poli­tique comme autre chose qu’une lubie d’adolescents. Un jeu dans lequel la popu­la­tion grecque ne voit pas clair. Et encore moins lorsque l’on passe en revue les signes contra­dic­toires émis par ses diri­geants. Depuis la vic­toire de Syriza aux élec­tions de jan­vier, l’équipe Tsipras n’a pas pro­cla­mé de mora­toire sur la dette, dont elle a au contraire payé les dif­fé­rentes échéances — conti­nuant à vider les caisses d’un État au bord de la faillite (et notam­ment les bud­gets sociaux). En signant un pre­mier accord-cadre avec ses créan­ciers, le 20 février, elle n’a pas non plus res­pec­té son enga­ge­ment de rompre avec la logique des mémo­ran­dums et de la Troïka : tout au plus a-t-elle obte­nu que l’on change le nom de « mémo­ran­dum » en « plan d’aide », de « Troïka » en « Institutions » et de « créan­ciers » en « par­te­naires ».

« Ce réfé­ren­dum a chan­gé la donne, les posi­tions se sont cris­tal­li­sées, des masques sont tom­bés. Plus rien ne sera comme avant, la poli­tique et la volon­té popu­laire ont repris le des­sus. »

« Il ne faut pas sous-esti­mer le fait que ce gou­ver­ne­ment est tout jeune et inex­pé­ri­men­té. Ça ne fait même pas six mois qu’ils sont là. Ils ont été naïfs face aux créan­ciers et c’est la rai­son de ces cir­con­vo­lu­tions », insiste une libraire du quar­tier d’Illissia qui affiche un grand « oxi » (« non ») dans sa vitrine. « Mais pas besoin d’être sta­tis­ti­cien ou socio­logue pour com­prendre que le « non » exprime sur­tout un refus caté­go­rique de nou­velles mesures d’austérité ! » Et d’ajouter que l’organisation du réfé­ren­dum en elle-même, comme l’a d’ailleurs décla­ré Tsipras, « est l’aveu que son approche trop douce ne menait à rien, que les négo­cia­tions n’étaient qu’une farce, un exer­cice de chan­tage. Maintenant, ce réfé­ren­dum a chan­gé la donne, les posi­tions se sont cris­tal­li­sées, des masques sont tom­bés. Plus rien ne sera comme avant, la poli­tique et la volon­té popu­laire ont repris le des­sus. » Mais les pre­miers actes du gou­ver­ne­ment donnent l’étrange sen­sa­tion qu’il a inter­pré­té la vic­toire du « non » comme une consé­cra­tion du « oui ». Hier soir, Tsipras s’est expri­mé tar­di­ve­ment à la télé­vi­sion après l’annonce des résul­tats, sou­li­gnant n’avoir pas reçu de man­dat pour sor­tir de l’euro, que telle n’était pas la ques­tion posée, mais (para­doxa­le­ment) qu’il avait enten­du la réponse du peuple : « pas de rup­ture » avec l’Europe. Dans la fou­lée, le pré­sident fran­çais l’a appe­lé pour lui dire : « Aide-moi à t’aider. » Et, ce matin, Tsipras s’est réuni avec les lea­ders de l’opposition grecque, ceux qui ont défen­du le « oui », pour esquis­ser une sorte d’union natio­nale avant de ten­ter la relance d’un round de négo­cia­tions avec les ins­ti­tu­tions euro­péennes.

Enfin, on apprend ce matin la « démis­sion » du ministre des Finances Yanis Varoufakis, connu pour être détes­té des créan­ciers et pour avoir écrit de tran­chants articles sur la ques­tion de l’euro. Une déci­sion éton­nante : Varoufakis avit décla­ré qu’il quit­te­rait ses fonc­tions en cas de vic­toire du… « oui ». La ver­sion offi­cielle veut que sa démis­sion ait été deman­dée par les créan­ciers, qui ne le sup­por­taient plus. « Beaucoup de gens appré­cient Varoufakis, mais il en énerve beau­coup d’autres et ne fait pas l’unanimité au sein du par­ti : c’est un aty­pique, un élec­tron libre », me dit un mili­tant de Syriza. « Sa démis­sion est plus une affaire interne à Syriza qu’un cadeau fait aux créan­ciers », croit-il savoir. On appren­dra, quelques jours plus tard, que son départ s’est joué sur une diver­gence entre lui et Tsipras quant à l’approche à avoir dans les nou­velles négo­cia­tions. Varoufakis racon­te­ra être arri­vé gal­va­ni­sé par le résul­tat du réfé­ren­dum dans le bureau du Premier ministre, où ses col­la­bo­ra­teurs et lui-même affi­chaient, au contraire, de bien sinistres mines.

Attentisme

Mardi 7 juillet. Dans la presse fran­çaise, un conseiller du gou­ver­ne­ment grec sort de sa réserve et lance un cri d’alarme : « Il faut faire savoir au monde entier que l’eurozone est en train de com­mettre un crime contre l’humanité. » Sous cou­vert d’anonymat, il témoigne de la stra­té­gie d’étouffement éco­no­mique mise en place métho­di­que­ment par l’Eurogroupe depuis le début des négo­cia­tions, en jan­vier, mais aus­si de ses désac­cords sur la façon dont le gou­ver­ne­ment grec a négo­cié, pri­vi­lé­giant tou­jours la voie de la rai­son et de la dis­cus­sion avec les Européens. « Mais dans ces dis­cus­sions, c’était tou­jours le gou­ver­ne­ment qui fai­sait les conces­sions, qui se rap­pro­chait de la Troïka, sans qu’eux [les Européens] ne fassent le moindre mou­ve­ment vers nous. » Et c’est par­ti pour un nou­veau round de négo­cia­tions, pré­sen­té, une nou­velle fois, comme celui de la der­nière chance… « Le gou­ver­ne­ment veut ame­ner l’Europe à une véri­table négo­cia­tion poli­tique, pas seule­ment une dis­cus­sion éco­no­mique ou tech­nique », me dit le tenan­cier d’un kiosque de la place Omonia pour expli­quer l’arrivée du nou­veau ministre des Finances à la réunion de l’Eurogroupe sans nou­velle pro­po­si­tion écrite, contrai­re­ment aux demandes émises hier soir par le duo Hollande-Merkel.

À Exarcheia, Yannis Youlountas, réa­li­sa­teur du film Ne vivons plus comme des esclaves et ani­ma­teur d’un blog sur la Grèce, estime pour sa part que « la stra­té­gie du gou­ver­ne­ment grec est com­plexe, donc pas tou­jours com­pré­hen­sible, d’autant qu’ils ne com­mu­niquent pas suf­fi­sam­ment. Il y a ce qui est dit et ce qui n’est pas dit. » Il n’a pas com­pris, par exemple, la lettre envoyée la semaine der­nière par Tsipras aux créan­ciers, dans laquelle il deman­dait un nou­veau prêt tout en accep­tant leurs condi­tions… et cela, au moment même où il menait cam­pagne pour dire « non » à ces pro­po­si­tions (ce jour-là, la rumeur cir­cu­la que Tsipras allait annu­ler le réfé­ren­dum). « Il s’agissait peut-être de prou­ver la mau­vaise foi des créan­ciers », se demande Yannis. « La prise de risques fait par­tie de ce gou­ver­ne­ment. Mais Syriza n’a jamais beau­coup inves­ti les quar­tiers, à part leur contri­bu­tion au déve­lop­pe­ment des dis­pen­saires médi­caux (il en existe cin­quante, en Grèce). Et c’est vrai que depuis qu’ils sont au gou­ver­ne­ment, ils ont fait moins de débats et d’assemblées. »

« Il faut bien se rendre compte qu’il n’y a pas eu autant de forces contre un gou­ver­ne­ment en Europe depuis 1945. »

Youlountas fait par­tie de ces liber­taires qui ont voté au réfé­ren­dum (« parce qu’il s’agissait d’un vote non élec­tif, qu’on n’était pas pié­gés entre deux solu­tions et que le résul­tat était pro­pice à créer un trouble dans le capi­ta­lisme ») et sont favo­rables aux rela­tions avec la « vraie gauche ». « Je suis convain­cu que le pou­voir cor­rompt, mais pas for­cé­ment que tous les gens qui ont du pou­voir sont immé­dia­te­ment cor­rom­pus. Syriza n’est pas un par­ti de gauche radi­cale ; ils repré­sentent sim­ple­ment une vraie gauche » à laquelle on n’est plus habi­tué dans d’autres pays parce qu’elle a été rem­pla­cée par les sociaux-démo­crates. Une vraie gauche sur laquelle il porte un regard cri­tique mais bien­veillant. « Au niveau éco­no­mique, ils n’ont encore eu ni le temps ni les marges de manœuvre néces­saires pour appli­quer quoi que ce soit. Il faut bien se rendre compte qu’il n’y a pas eu autant de forces contre un gou­ver­ne­ment en Europe depuis 1945. Leurs pre­mières mesures sont maigres, mais vont dans le bon sens : la gra­tui­té de l’eau, l’aide médi­cale d’urgence, le réta­blis­se­ment de l’électricité pour ceux qui n’y avaient plus accès, l’aide aux réfu­giés, l’abolition des pri­sons de haute sécu­ri­té, l’amélioration des condi­tions de déten­tion des pri­son­niers poli­tiques, même si la plu­part de cela a été obte­nu grâce à des luttes, par­fois intenses, sur­tout le fait des anar­chistes d’Athènes qui ont occu­pé les locaux de Syriza et qui ont même orga­ni­sé une action au par­le­ment.… C’est un État moins puni­tif, plus social qu’avant, qui fout un peu la paix aux gens… pour l’instant ! »

L’arrivée d’une « vraie gauche » au pou­voir a créé une situa­tion inédite pour les mou­ve­ments sociaux, et notam­ment dans le quar­tier d’Exarcheia (qui se trouve être, de longue date, l’épicentre des sou­lè­ve­ments popu­laires). C’est ici que les étu­diants de l’Université poly­tech­nique, rejoints par les ouvriers, s’étaient sou­le­vés contre la dic­ta­ture des colo­nels en 1973 ; ici qu’ont démar­ré les émeutes de 2008, après la mort d’Alexis Grigoropoulos, un ado­les­cent tué par la police ; ici que fleu­rissent les ini­tia­tives d’autogestion, de démo­cra­tie directe et de soli­da­ri­té pour résis­ter à la crise. « Depuis l’élection de Syriza en jan­vier, c’est moins un moment d’action qu’un moment pour regar­der, expé­ri­men­ter, ana­ly­ser… »

Mercredi 8 juillet. Quelques jours après l’effervescence popu­laire liée au réfé­ren­dum, la poli­tique semble être rede­ve­nue uni­que­ment affaire de poli­ti­ciens. Plus d’assemblées, de mani­fes­ta­tions, de dis­tri­bu­tions de tracts, ni même de dis­cours télé­vi­sés. C’est l’attentisme : « On ver­ra » et « On attend » sont des mots qui reviennent régu­liè­re­ment dans la bouche des Athéniens, mi-confiants mi-dubi­ta­tifs, avec qui j’échange… Comme si tout se pas­sait désor­mais à Bruxelles et à Strasbourg, où Tsipras fait aujourd’hui un dis­cours devant le Parlement euro­péen et y tient des pro­pos qui semblent assu­rer les Grecs que leur « oxi » est désor­mais por­té au sein des ins­ti­tu­tions euro­péennes.

« Pendant les pre­mières années qui ont sui­vi l’entrée dans la zone euro, on a vécu au-des­sus de nos moyens. Chacun pen­sait à avoir sa voi­ture et son petit bureau. Maintenant, les gens sont moins car­rié­ristes, moins maté­ria­listes. La poli­tique est sur toutes les lèvres. »

Retour à Exarcheia. Marietta me fait visi­ter Nosotros, un centre social où se retrouve le mou­ve­ment anti-auto­ri­taire créé suite au contre-som­met du G8 de Gênes, en 2001. Ici se mul­ti­plient les ini­tia­tives d’organisation alter­na­tive de luttes et de soli­da­ri­té : assem­blées, cours de langues pour réfu­giés, cui­sine à bas prix, débats, concerts… « Avant la crise, les Grecs ne voyaient pas leurs voi­sins, ils étaient plus auto-cen­trés, moins patients. Les fonc­tion­naires ne s’intéressaient pas à ser­vir le public. Depuis, les gens sont deve­nus moins égoïstes. » La crise a pro­vo­qué un chan­ge­ment de men­ta­li­té, comme le disait hier mon amie Elisavet en ren­trant du pota­ger auto­gé­ré auquel elle par­ti­cipe : « Pendant les pre­mières années qui ont sui­vi l’entrée dans la zone euro, on a vécu au-des­sus de nos moyens. Chacun pen­sait à avoir sa voi­ture et son petit bureau. Maintenant, les gens sont moins car­rié­ristes, moins maté­ria­listes. La poli­tique est sur toutes les lèvres. Il y a davan­tage d’ouverture d’esprit et d’intérêt pour l’autonomie éner­gé­tique, l’économie soli­daire ou pour la décrois­sance, par exemple. » Marietta acquiesce. Depuis que son salaire d’interprète a été rabo­té et ne lui a plus per­mis d’assurer un mini­mum vital, elle-même a fait le choix de dimi­nuer ses besoins et de cher­cher une autre manière de vivre, en s’impliquant dans des pro­jets col­lec­tifs et auto­gé­rés. « Avec la crise, le taux de sui­cide a for­te­ment aug­men­té. Il y a même eu un pen­sion­né de 70 ans qui s’est tué à coup de revol­ver sur la place Syntagma. Quand on voit ça, on ne peut qu’être plus conscient de la dou­leur des autres. Alors quand Syriza a émer­gé, c’était une occa­sion his­to­rique. Beaucoup de gens, même par­mi les anar­chistes, vou­laient voir la dif­fé­rence et ont voté pour eux. On les connaît bien : cer­tains membres de Syriza habitent Exarcheia ou y mili­taient avant d’entrer au gou­ver­ne­ment. On a des liens avec eux, on dis­cute, mais on reste très cri­tiques. Ils tra­vaillent beau­coup en faveur de la jus­tice sociale, mais ils ne veulent pas d’une vraie rup­ture avec le sys­tème, pas même avec les mul­ti­na­tio­nales. Ils ont une ten­dance à vou­loir tout contrô­ler et sont gui­dés par la peur de tout perdre. Et parce qu’ils ont peur, ils ne sor­ti­ront pas de l’euro. Nous, on a appe­lé à voter « non » au réfé­ren­dum, mais à nos yeux la ques­tion n’est pas de choi­sir entre l’euro et la drachme. On est contre la mon­naie comme moyen de régir les échanges ; on est pour le troc, les réseaux d’échange. On a dit « non » à la vente des biens com­muns, à la dégra­da­tion de nos vies. On veut prendre le contrôle de nos vies, pas l’assigner à quelqu’un d’autre. »

Un oui pour un non

Jeudi 9 juillet. Un tra­duc­teur poly­glotte et fran­co­phile qui, mal­gré son âge, ne béné­fi­cie plus d’aucune pen­sion depuis une déci­sion du pré­cé­dent gou­ver­ne­ment, est atta­blé dans une petite taverne bul­gare de Metaxourgio, un quar­tier popu­laire du centre d’Athènes. Il n’a pas voté dimanche, du fait de ses dif­fi­cul­tés à se dépla­cer, mais suit la situa­tion de près et se délecte de la vic­toire du « non ». Il vient d’entendre à la radio que la France est en train d’aider la Grèce à rédi­ger les pro­po­si­tions qui seront dis­cu­tées ce week-end à Bruxelles. Des fonc­tion­naires de Bercy sont arri­vés à Athènes hier soir. Il y voit l’espoir qu’un rap­port de force favo­rable à la Grèce se des­sine enfin : « La France a une tra­di­tion démo­cra­tique. C’est l’un des seuls pays qui a dit qu’il fal­lait tenir compte du choix des Grecs. » Dans la cha­leur étouf­fante et le vacarme urbain, je ne sais plus que pen­ser. Un peu las de la situa­tion, je décide de quit­ter la Grèce, non sans prendre d’abord l’après-midi pour visi­ter le Musée de l’Acropole. En tra­ver­sant le quar­tier immi­gré de Psiri, j’ai sou­dain la sen­sa­tion d’être dans une ville pauvre d’Asie. À deux pas de là, Monastiraki offre le visage d’un tout autre Athènes, rem­pli de tou­ristes, de bou­tiques de sou­ve­nirs, de res­tau­rants et de cafés bran­chés, dans lequel la crise refait tou­te­fois irrup­tion par le biais d’une dis­tri­bu­tion de nour­ri­ture pour les sans-logis.

« « Tout ça pour ça !», s’étrangle un chauf­feur de taxi qui a décou­vert avec stu­pé­fac­tion ce matin le conte­nu des pro­po­si­tions sou­mises hier soir par leur Premier ministre aux créan­ciers de la Grèce. »

Vendredi 10 juillet. « Tout ça pour ça ! », s’étrangle un chauf­feur de taxi qui a décou­vert avec stu­pé­fac­tion ce matin le conte­nu des pro­po­si­tions sou­mises hier soir par leur Premier ministre aux créan­ciers de la Grèce. C’est la volte-face. Les pro­po­si­tions sont sen­si­ble­ment iden­tiques à celles que Tsipras avait refu­sées le 26 juin, parce qu’elles dépas­saient les « lignes rouges » de Syriza, et contre les­quelles il a orga­ni­sé le réfé­ren­dum ! La césure appa­raît désor­mais clai­re­ment entre le « oxi » popu­laire et ce qu’en a fait le gou­ver­ne­ment. Voilà donc en quoi consis­tait l’aide fran­çaise à la Grèce : aider Tsipras à s’asseoir sur le résul­tat du réfé­ren­dum pour rendre ses demandes euro-com­pa­tibles. À la radio, des diri­geants euro­péens saluent « le sérieux » des pro­po­si­tions. Sur les pla­teaux des télé­vi­sions pri­vées grecques (celles qui avaient mené cam­pagne sans ver­gogne pour le « oui »), les com­men­ta­teurs applau­dissent. Entre les dis­cours de Tsipras pen­dant la cam­pagne du réfé­ren­dum et ce qu’il pro­pose, l’écart est abys­sal.

Soudain, les pièces du puzzle com­mencent à s’assembler et à faire sens… Le réfé­ren­dum n’était-il donc qu’un acte déses­pé­ré dont les ini­tia­teurs n’avaient pas anti­ci­pé la réac­tion féroce qu’il pro­vo­que­rait chez « les par­te­naires » (la cou­pure des liqui­di­tés et donc la fer­me­ture des banques) ? Un vul­gaire coup de poker, une tac­tique visant à confé­rer plus de poids aux négo­cia­teurs grecs et qui s’est fait dépas­ser par l’élan popu­laire ? Un son­dage géant dont l’intention n’a jamais été de faire res­pec­ter le choix de la popu­la­tion ? Le cour­rier de Tsipras aux créan­ciers en pleine cam­pagne réfé­ren­daire était-il une sin­cère pro­po­si­tion de red­di­tion que ses homo­logues euro­péens n’ont pas vou­lu sai­sir ? Tsipras aurait-il pré­fé­ré une courte vic­toire du non, voire une vic­toire du oui, qui lui aurait per­mis de se poser en ras­sem­bleur du peuple et de ne pas avoir à faire de grands écarts — ce qui expli­que­rait les visages sombres décrits par Varoufakis au soir des résul­tats ? Dans une inter­view, celui-ci dira d’ailleurs : « Le réfé­ren­dum nous a don­né une impul­sion for­mi­dable, qui aurait jus­ti­fié le type de réponse éner­gique que je pré­co­ni­sais contre la BCE, mais (…) le gou­ver­ne­ment a déci­dé que la volon­té du peuple, ce ‘non’ reten­tis­sant, ne devrait pas consti­tuer l’impulsion pour adop­ter cette approche éner­gique. » En tra­ver­sant Athènes vers la gare rou­tière de Kifissos, des cen­taines d’affiches et de graf­fi­tis défilent sous mes yeux, recou­vrant la ville du vic­to­rieux oxi. Dans le bus vers le port de Patras, je repense à toutes ces paroles enten­dues qui poin­taient le flou de la ques­tion posée, la dif­fi­cul­té de per­ce­voir un réel choix. Je repense à ce sen­ti­ment de digni­té, de confiance et d’honneur que les Grecs sem­blaient avoir com­men­cé à retrou­ver depuis l’élection de Syriza, et mal­gré une situa­tion éco­no­mique dont ils savent qu’elle n’est pas prête de s’améliorer. Quel gâchis. Je quitte la Grèce sur un bateau rem­pli de groupes de tou­ristes alle­mands et ita­liens. La crise grecque ne fait pas par­tie des dis­cus­sions.

gw6

Par Stéphane Burlot

Chute vertigineuse

Samedi 11 & dimanche 12 juillet. Entre deux gares ita­liennes, je tente de suivre ce qui se passe au som­met de Bruxelles. Mais, entre l’annonce d’un accord immi­nent et les annonces de pro­bable rup­ture des négo­cia­tions, les médias sont dépas­sés par les évé­ne­ments. Au retour­ne­ment de Tsipras s’est ajou­té celui de l’Allemagne, qui semble à pré­sent favo­ri­ser une sor­tie de la Grèce de la zone euro, sous pré­texte de ne plus faire confiance aux Grecs depuis le réfé­ren­dum. Sur une radio fran­co­phone, j’entends fur­ti­ve­ment l’interview d’une res­pon­sable de To Potami (La Rivière, par­ti cen­triste d’opposition) qui parle telle une porte-parole de Tsipras dont elle loue « le réa­lisme ». Au sein même de Syriza, de son groupe par­le­men­taire et des membres du gou­ver­ne­ment, la crise est ouverte. Sur les réseaux sociaux, dif­fé­rents groupes de sou­tien à Syriza affichent un encé­pha­lo­gramme plat. Sonnés par la red­di­tion de Tsipras, que beau­coup consi­dé­raient comme une sorte de héros, les inter­nautes res­tent cois.

Lundi 13 juillet. Les diri­geants et édi­to­ria­listes qui trai­taient, il y a une semaine encore, Alexis Tsipras de « déma­gogue », « pyro­mane », « popu­liste » et autre « maître chan­teur », l’ont éri­gé aujourd’hui en « homme d’État », « res­pon­sable » et « cou­ra­geux ». Que fal­lait-il donc faire pour gagner ces galons et entrer par la grande porte dans le petit club des Grands de l’Europe ? Se dédire, tout sim­ple­ment. Mais pas qu’un peu… Renoncer, tota­le­ment, plus fort et plus vite qu’aucun gou­ver­ne­ment ne l’a peut-être jamais fait en temps de paix. Le « tour­nant de la rigueur » de Mitterrand en 1983 (deux ans après l’arrivée des socia­listes au pou­voir en France) n’est rien à côté de ce fran­chis­se­ment de toutes les « lignes rouges » de Syriza : réduc­tion des retraites, limi­ta­tion des impôts des entre­prises, tra­vail du dimanche, détri­co­tage des droits syn­di­caux, mesures concer­nant la pro­prié­té des phar­ma­cies ou la concur­rence entre bou­lan­ge­ries… Sans oublier l’augmentation de la TVA sur des pro­duits ali­men­taires et de pre­mière néces­si­té (îles com­prises, jusqu’alors épar­gnées pour com­pen­ser le coût de trans­port des mar­chan­dises) — au hasard : la TVA pas­se­ra de 13 à 23 % sur les pré­ser­va­tifs, le sel et l’eau de mer, la viande de bœuf (mais pas le porc), les bro­chettes (mais pas sans sel), le sucre (mais pas les yaourts sucrés), les huiles (mais pas d’olive), le fro­mage râpé (mais pas au kilo)… Bref, tout ce que la gou­ver­nance euro­péenne sait pro­duire de plus ubuesque et indi­geste. Elle va appli­quer à la socié­té grecque, après cinq ans de chô­mage mas­sif et de coupes bud­gé­taires sociales, une nou­velle dose de che­val de ses « remèdes » qui ont pour­tant déjà lar­ge­ment prou­vé leur carac­tère inepte et néfaste. En for­çant le gou­ver­ne­ment grec à prendre des déci­sions qui ne sont pas seule­ment « impo­pu­laires » mais inhu­maines, injustes, déses­pé­rantes et rava­geuses dans un pays déjà rui­né par six années de réces­sion.

« Le « tour­nant de la rigueur » de Mitterrand en 1983 (deux ans après l’arrivée des socia­listes au pou­voir en France) n’est rien à côté de ce fran­chis­se­ment de toutes les « lignes rouges » de Syriza. » 

Les « par­te­naires » euro­péens étaient d’emblée assu­rés de leur vic­toire. Par leur supé­rio­ri­té, leur chan­tage au Grexit désor­don­né et leur stra­té­gie d’asphyxie finan­cière de la Grèce. Mais ils ont aus­si béné­fi­cié de la volon­té sans faille de Tsipras de res­ter dans le car­can de l’euro. Ils ne se sont pas conten­tés des conces­sions faites de son plein gré par le Premier ministre grec, et qui sus­ci­taient déjà la colère et le désar­roi dans sa popu­la­tion : ils ont pous­sé l’humiliation et la sou­mis­sion à des extrêmes que per­sonne n’avait osé ima­gi­ner. Obliger le gou­ver­ne­ment Syriza à appli­quer un pro­gramme situé aux anti­podes de celui qui l’a fait élire, mais aus­si à renier et annu­ler les lois qu’il a votées depuis six mois. Dépecer l’État grec en relan­çant les pri­va­ti­sa­tions et la qua­si -expro­pria­tion des biens publics (îles, plages, sources ther­males, aéro­ports, che­mins de fer, ports, stades…). Organiser sa mise sous tutelle comme un pro­tec­to­rat, trans­for­mant le gou­ver­ne­ment en simple fon­dé de pou­voir des créan­ciers et le par­le­ment en chambre d’entérinement de déci­sions prises dans d’autres capi­tales. Et en échange ? La Grèce reçoit, du bout des lèvres, une vague pro­messe de dis­cu­ter de sa dette. Plus tard.

Voilà, en résu­mé, à quoi res­semble le « com­pro­mis d’accord » signé dans la nuit de dimanche à lun­di, après plus de trente heures de dis­cus­sions au sein de l’Eurogroupe, puis du som­met des chefs d’État. Il fal­lait faire payer aux Grecs le réfé­ren­dum et son résul­tat. Se ser­vir d’eux comme exemple pour mon­trer qu’aucune alter­na­tive poli­tique n’est envi­sa­geable dans le cadre euro­péen. Voilà à quoi nos chers diri­geants, fiers d’avoir « sau­vé l’euro », ont pas­sé leur week-end.

Par Stéphane Burlot

TINA is back ?

Mardi 14 juillet. Il y a deux semaines, une habi­tante de l’île d’Ikaria à qui j’expliquais m’apprêter à rejoindre Athènes pour suivre de plus près la cam­pagne du réfé­ren­dum, me lan­ça avec un grand sou­rire : « Tu vas vivre un évé­ne­ment aus­si impor­tant que la chute du Mur de Berlin. » Tu parles. En terme d’accélération des rap­ports de force, elle n’avait pas tort sur la por­tée de l’événement. Ni elle ni moi, cepen­dant, ne pou­vions ima­gi­ner qu’il débou­che­rait sur un déni de démo­cra­tie et de sou­ve­rai­ne­té aus­si patent, sur une vic­toire aus­si étour­dis­sante de TINA (« There is no alter­na­tive. »). En repen­sant à l’esprit qui ani­mait les Grecs il y a encore quelques jours, je com­mence à mesu­rer l’ampleur du retour­ne­ment de situa­tion qui vient de se pro­duire. Je télé­phone à Pandelli, un Athénien avec qui j’ai eu de longues dis­cus­sions, dans l’espoir qu’il m’aide à com­prendre. Mais, encore aba­sour­di, il n’a pas de mots. Cauchemar, douche froide, coup de mas­sue à vous lais­ser KO debout, décon­fi­ture abso­lue… com­ment qua­li­fier l’effet que nous fait ce qui vient de se pro­duire ? Pour une fois, Pandelli n’est même pas sar­cas­tique. Il dit qu’il ne s’agit plus seule­ment de dik­tats et de chan­tage, mais de coup d’État. « Ce qu’ils ont fait à Bruxelles, c’est une ten­ta­tive d’assassinat poli­tique contre Syriza. Ils ont mena­cé notre éco­no­mie d’une mort subite ; on n’y aurait pas sur­vé­cu. Tsipras n’avait pas d’autres choix que d’accepter leurs condi­tions. Il faut conti­nuer à le sou­te­nir, sinon ils gagnent sur toute la ligne et on referme, comme ils le sou­haitent, la « paren­thèse de gauche ». » Pandelli doit rac­cro­cher ; je n’ai pas le temps de lui répondre mais je crains qu’il m’ait répé­té qua­si mot pour mot l’argumentaire déployé depuis hier par le cabi­net Tsipras. S’il n’y avait pas d’alternative, pour­quoi s’être pré­sen­té aux élec­tions pour en por­ter une et pour­quoi avoir deman­dé aux Grecs de se pro­non­cer par réfé­ren­dum ?

« Comme si le réfé­ren­dum avait été une sorte d’hallucination col­lec­tive qui, sou­dai­ne­ment, avait pris fin, nous lais­sant pour­suivre ce que nous fai­sions aupa­ra­vant. »

Tout le monde ne rejoint pas l’avis de Tsipras, notam­ment dans les rangs de Syriza et de sa Plateforme de gauche. Stathis Kouvelakis, membre du Comité cen­tral de Syriza, écrit : « Comment un « non » fra­cas­sant au mémo­ran­dum de la poli­tique de l’austérité peut-il être inter­pré­té comme un feu vert à un nou­veau mémo­ran­dum ? […] Le sen­ti­ment d’absurdité n’est pas le simple pro­duit de ce retour­ne­ment inat­ten­du. Il est avant tout pro­vo­qué par le fait que tout ceci se déroule sous nos yeux ‘comme s’il ne s’était rien pas­sé’, comme si le réfé­ren­dum avait été une sorte d’hallucination col­lec­tive qui, sou­dai­ne­ment, avait pris fin, nous lais­sant pour­suivre ce que nous fai­sions aupa­ra­vant. […] Mais le réfé­ren­dum a bien eu lieu. Il ne s’agissait pas d’une hal­lu­ci­na­tion dont cha­cun serait reve­nu depuis. L’hallucination, au contraire, règne plu­tôt du côté de ceux qui tentent de rava­ler le réfé­ren­dum à une sorte de « défou­loir » pro­vi­soire n’ayant inter­rom­pu qu’un temps l’avancée vers un troi­sième mémo­ran­dum. »

« Notre prin­ci­pale erreur ? Avoir mal mesu­ré leur volon­té de nous détruire », déclare un ministre grec. Mais, en agis­sant comme si le « oui » l’avait empor­té, puis en signant l’accord avec l’Union euro­péenne qui trans­forme une majo­ri­té poli­tique anti-aus­té­ri­té en che­val de Troie du mémo­ran­dum le plus vio­lem­ment aus­tè­ri­taire, Tsipras pou­vait-il igno­rer qu’il scel­lait en même temps l’éclatement de son propre camp, pré­ci­pi­tant son gou­ver­ne­ment dans les bras du centre et de la social-démo­cra­tie ? Pour d’aucuns, le ras­sem­bleur de la gauche grecque est deve­nu son fos­soyeur. « J’avais sur­es­ti­mé la puis­sance du juste droit d’un peuple », confesse-t-il en soi­rée à la télé­vi­sion publique grecque. « J’ai cru que cette Europe pou­vait être chan­gée, que le droit pou­vait pri­mer sur les inté­rêts des banques. Nous étions seuls, face à tout le sys­tème finan­cier mon­dial. La véri­té, c’est que cet accord a été impo­sé de manière cruelle. Mais c’est pour eux une vic­toire à la Pyrrhus, qui fini­ra par se retour­ner contre eux. Durant cinq mois, nous avons semé des graines de démo­cra­tie et de digni­té, elles fini­ront par fleu­rir. Les fis­sures dans le mur de l’austérité sont là, il ne résis­te­ra pas. »

« Les négo­cia­teurs grecs se sont mis eux-mêmes la corde autour du cou en se ren­dant à Bruxelles, six mois durant, avec pour seules armes des argu­ments ration­nels, de bonnes inten­tions et une volon­té affi­chée de res­ter dans l’euro à tout prix. »

On aime­rait y croire. Mais, même pour ceux qui gardent confiance en Tsipras, tou­jours lar­ge­ment consi­dé­ré en Grèce comme quelqu’un d’honnête et sin­cère, l’impréparation et la naï­ve­té de son équipe sont appa­rues au grand jour. Les négo­cia­teurs grecs se sont mis eux-mêmes la corde autour du cou en se ren­dant à Bruxelles, six mois durant, avec pour seules armes des argu­ments ration­nels, de bonnes inten­tions et une volon­té affi­chée de res­ter dans l’euro à tout prix — et de n’avoir donc pas pré­pa­ré de plan B. « Persuader » et « convaincre », telle était l’ambition de Tsipras. Cette démarche par­fai­te­ment res­pec­table sur le plan moral ne tenait tou­te­fois pas compte des réa­li­tés poli­tiques et des rap­ports de force au sein de l’Europe. Et plu­tôt que de se retrou­ver à dis­cu­ter avec des « par­te­naires » par­ta­geant des valeurs démo­cra­tiques com­munes, les négo­cia­teurs se sont confron­tés à de froids cal­cu­la­teurs aux méthodes pré­da­trices qui les ont (mal)traités comme de mau­vais élèves n’ayant pas res­pec­té les règles ins­crites dans le marbre des trai­tés, aus­si absurdes et inéga­li­taires soient-elles. Varoufakis dira avoir été stu­pé­fait par cette « absence totale de scru­pules démo­cra­tiques, […] d’avoir des per­son­nages très puis­sants qui vous regardent dans les yeux et disent : « Ce que vous dites est vrai, mais nous allons vous broyer quand même. » » Le plus incom­pré­hen­sible reste que, pen­dant six mois, l’équipe Tsipras a ain­si encais­sé les coups sans jamais les rendre ni chan­ger de stra­té­gie. Un inter­naute se risque à cette sen­tence : « Si l’on se place stric­te­ment du point de vue du résul­tat, mieux valait signer direc­te­ment les pro­po­si­tions de la Troïka qui étaient sur la table en jan­vier. Elles étaient très mau­vaises, mais bien moins pire que le nou­vel accord. Et, au moins, on aurait évi­té ces mois d’incertitudes éco­no­miques, à voir le piège moné­taire se refer­mer sur nous et à subir aujourd’hui cette ven­geance pour avoir orga­ni­sé le réfé­ren­dum. »

Nouvelles de la colonie…

Mercredi 15 juillet. Tout juste ren­tré à Bruxelles, je me rends à la mani­fes­ta­tion orga­ni­sée (comme dans de nom­breuses villes euro­péennes) contre « l’accord » entre la Grèce et ses créan­ciers. L’ambiance est plom­bée. Colère, incom­pré­hen­sion et tris­tesse règnent par­mi les quelques cen­taines de mani­fes­tants. Des engueu­lades éclatent entre ceux qui dénoncent une tra­hi­son sans pré­cé­dent et ceux qui affirment qu’il s’agit plus que jamais de sou­te­nir Syriza. Mais quel Syriza sou­te­nir ? Le par­ti de la « gauche radi­cale » res­semble désor­mais à un conglo­mé­rat de ten­dances divi­sées entre celles qui appellent à « la res­pon­sa­bi­li­té » et celles qui refusent le chan­tage euro­péen. Ce soir, le Parlement grec doit vali­der l’accord. Ou, plus exac­te­ment, cette nuit : les diri­geants euro­péens ont aus­si condi­tion­né leur aide au fait que le pre­mier paquet de mesures soit voté dans les trois jours. Un temps record, qui ne per­met évi­dem­ment pas que les par­le­men­taires prennent cor­rec­te­ment connais­sance des textes signés à Bruxelles, ni qu’un débat de fond ait lieu. D’autres pays euro­péens ont pris des années pour faire pas­ser de telles mesures. Par exemple, la révi­sion du Code de pro­cé­dure civile, qui signi­fie­ra notam­ment la mul­ti­pli­ca­tion des expul­sions de ménages n’ayant pas pu s’acquitter de leur taxe d’habitation, doit être adop­tée la semaine sui­vante (ce jour-là, les dépu­tés rece­vront les 970 pages de lois vingt-quatre heures avant le vote). Une pro­cé­dure d’urgence que Syriza a tou­jours ver­te­ment cri­ti­quée lorsqu’elle était uti­li­sée par les pré­cé­dents gou­ver­ne­ments et qui des­ti­tue d’autant plus le par­le­ment de son rôle et de sa fonc­tion qu’elle se déroule doré­na­vant « sans la pos­si­bi­li­té d’introduire le moindre amen­de­ment ».

« Colère, incom­pré­hen­sion et tris­tesse règnent par­mi les quelques cen­taines de mani­fes­tants. Des engueu­lades éclatent entre ceux qui dénoncent une tra­hi­son sans pré­cé­dent et ceux qui affirment qu’il s’agit plus que jamais de sou­te­nir Syriza. »

À quelques heures du vote, les manœuvres vont bon train entre l’équipe Tsipras et les élé­ments de sa majo­ri­té appe­lant à voter contre l’accord. Les cas de conscience se mul­ti­plient. Deux ministres ont annon­cé leur démis­sion. La majo­ri­té des sec­tions locales de Syriza et des membres de son Comité cen­tral s’oppose à la déci­sion du Premier ministre. Celui-ci, après avoir renié la tota­li­té de son pro­gramme et ava­lé toutes les cou­leuvres euro­péennes, s’accroche au pou­voir. Il refuse de reti­rer son plan et même de réunir le Comité cen­tral de Syriza avant l’accord (comme il s’y était pour­tant enga­gé), mena­çant au contraire de convo­quer des élec­tions s’il n’obtient pas le sou­tien des par­le­men­taires de son par­ti, d’exclure les « fron­deurs » qui ose­raient voter « non ». Bien loin des pos­tures roo­se­vel­tiennes prises il y a une semaine à peine, le chef d’État qui s’affichait comme l’un des der­niers défen­seurs de la démo­cra­tie se montre sous un autre jour. « La liber­té demande de la ver­tu et de l’audace. […] Quoi qu’il arrive, nous sommes vic­to­rieux. Nous serons vic­to­rieux. La Grèce a vain­cu. La démo­cra­tie a vain­cu. Le chan­tage et les menaces ont été défaits. » Ainsi s’adressait Tsipras, le 5 juillet, à 100 000 per­sonnes réunies devant la Vouli (le Parlement). Aujourd’hui, une par­tie de ceux-là sont redes­cen­dus en rue pour mani­fes­ter leur colère. Pour la pre­mière fois depuis l’arrivée de Syriza au pou­voir, les ser­vices publics sont en grève. Aux alen­tours de Syntagma, des affron­te­ments éclatent. Les forces spé­ciales de police (MAT), que Syriza avait pro­mis de dis­soudre et qu’on ne voyait plus en rue depuis jan­vier, refont leur appa­ri­tion et chargent bru­ta­le­ment les mani­fes­tants.

À l’intérieur de la Vouli en état de siège, le débat res­semble à un psy­cho­drame. Le nou­veau ministre Finances, Euclide Tsakalotos, se prend la tête dans les mains. « Je ne sais pas si nous avons fait le bon choix », dit-il pour convaincre ses col­lègues de voter l’accord. La pré­si­dente du par­le­ment, Zoé Konstantopoulou, a refu­sé de pré­si­der la séance afin de retrou­ver son sta­tut de simple dépu­tée et de pro­non­cer un long plai­doyer contre l’accord : « Il n y a aucun doute que le gou­ver­ne­ment agit sous la contrainte, que le Premier ministre a subi le chan­tage le plus cruel et le plus impi­toyable, avec, comme outil de chan­tage, la sur­vie de son peuple. Et il n’y a aucun doute que si ce chan­tage est rati­fié ce soir, rien n’empêchera sa répé­ti­tion, non seule­ment contre nous, mais aus­si contre d’autres peuples et d’autres gou­ver­ne­ments. » Dans la nuit, l’accord est approu­vé avec les voix des par­tis de droite et du centre, qui exultent. Un inter­naute grec note que les 61,31 % de la popu­la­tion qui a voté « non » au réfé­ren­dum n’a été repré­sen­tée que par 21,40 % des dépu­tés : 38 « fron­deurs » de Syriza (ils étaient 17, ven­dre­di, à voter contre la pro­po­si­tion de Tsipras), les com­mu­nistes du KKE et les néo-nazis d’Aube Dorée. Il n’a échap­pé à per­sonne que, dans leurs inter­ven­tions, les élus d’Aube Dorée se sont empa­rés d’un dis­cours éco­no­mique de gauche que le gou­ver­ne­ment aura doré­na­vant bien du mal à tenir.

Par Stéphane Burlot

Été réactionnaire, automne révolutionnaire ?

Commentaires, cri­tiques, ana­lyses et spé­cu­la­tions : c’est l’heure de tirer des leçons. L’abondante lit­té­ra­ture qui sur­git de toutes parts (éco­no­mistes, poli­tiques, mili­tants, citoyens ou orga­ni­sa­tions du monde entier) contri­bue à la com­pré­hen­sion de ce qui s’est pas­sé et marque des posi­tion­ne­ments, par­fois hâtifs et émo­tion­nels. Certains refusent de par­ler de capi­tu­la­tion, déve­lop­pant notam­ment des théo­ries selon les­quelles il ne s’agirait que d’un épi­sode d’une stra­té­gie cachée visant à sor­tir in fine de l’euro. D’autres fus­tigent « les don­neurs de leçons » qui affirment que tout était pré­vi­sible — la cri­tique est trop facile depuis un fau­teuil. « Les ana­lystes non-grecs de la crise grecque » sont appe­lés à être plus humbles, sur­tout ceux qui se sou­cient davan­tage de l’importance sym­bo­lique d’une vic­toire de la gauche en Europe que de la sur­vie concrète des Grecs et de leur éco­no­mie. L’espoir mis en Syriza était mani­fes­te­ment énorme, y com­pris à tra­vers toute l’Europe, où les mou­ve­ments de soli­da­ri­té ont été impor­tants (même si les Grecs n’en ont eu connais­sance que via Internet, la télé­vi­sion publique et quelques jour­naux pro-gou­ver­ne­ment) et sans doute pro­pices à gran­dir. La leçon n’est pas seule­ment bonne à prendre pour qui s’était lais­sé prendre à un espoir de chan­ge­ment par les urnes, elle nous rap­pelle aus­si quelque chose d’essentiel, pro­pice à dépas­ser le sen­ti­ment d’impuissance que cette défaite a com­men­cé à répandre : c’est le peuple grec et son com­bat qu’il s’agit de sou­te­nir, pas un par­ti ni un gou­ver­ne­ment.

Ces der­niers mois, des lignes ont bou­gé et une mise à nu du sys­tème s’est opé­rée. Bien au-delà des cercles ini­tiés, l’opinion publique euro­péenne a pu tour à tour cer­ner le carac­tère ins­ti­tu­tion­nel­le­ment néo­li­bé­ral et intrin­sè­que­ment non démo­cra­tique de l’Union euro­péenne ; voir la Banque cen­trale euro­péenne dépas­ser lar­ge­ment son man­dat pour faire de la poli­tique (en l’occurrence un chan­tage finan­cier) ; com­prendre que l’Eurogroupe n’a non seule­ment aucune légi­ti­mi­té démo­cra­tique mais qu’en outre il est dépour­vu d’existence juri­dique et de toute trans­pa­rence ; ouvrir les yeux sur les méca­nismes d’asservissement de la dette ou encore sur les rai­sons de la domi­na­tion alle­mande de la zone euro

Dès sa divul­ga­tion, l’accord a été des­cen­du en flammes, qua­li­fié de toutes parts de néfaste et d’impraticable. Quelques jours après sa signa­ture, il est deve­nu qua­si impos­sible d’en trou­ver le moindre défen­seur, hor­mis par­mi les socia­listes fran­çais et quelques obs­curs tech­no­crates bruxel­lois. Pas le moindre obser­va­teur qui ne soit convain­cu des effets cala­mi­teux de cet épi­sode pour l’Europe, ni de l’évidence que le nou­veau mémo­ran­dum est un évident déni de sou­ve­rai­ne­té popu­laire, gui­dé par une sévère volon­té de punir ceux qui vou­draient s’écarter des dogmes euro­péens. Hors de toute ratio­na­li­té éco­no­mique. Hors sol… N’en déplaise à Jean-Claude Juncker, qui se désole que les Grecs se sentent humi­liés alors que lui n’a que motif à se réjouir puisque, dit-il, « Tsipras s’est « homme d’étatisé », parce que, sou­dain, il a eu l’impression que s’il allait au bout de sa pen­sée, ce serait la fin pour la Grèce ». Cela en dit long sur le rou­leau com­pres­seur euro­péen, machine à broyer les alter­na­tives nais­santes, mais aus­si sur les mœurs poli­tiques « bruxel­loises » et la qua­li­té des déci­sions qui s’y prennent. Rien n’est réglé, les occa­sions de s’affronter vont être nom­breuses.

« « Généralement, l’été est réac­tion­naire et conser­va­teur », avait pré­ci­sé Yannis Youlountas. « L’automne sera déci­sif. C’est tou­jours à cette période que sur­viennent les grands mou­ve­ments sociaux. » »

Et la rue va reprendre ses droits, au fur et à mesure du vote et de l’application des nou­velles mesures d’austérité. En Grèce, on m’a aver­ti : « Ici, on vit beau­coup du tou­risme. Pendant l’été, on fait des petits bou­lots sur les îles ou chez les pay­sans, on s’occupe des tou­ristes. Cette année c’est dif­fé­rent, on s’occupe moins des tou­ristes, des vacances : on parle sur­tout poli­tique. » « Généralement, l’été est réac­tion­naire et conser­va­teur », avait pré­ci­sé Yannis Youlountas. « L’automne sera déci­sif. C’est tou­jours à cette période que sur­viennent les grands mou­ve­ments sociaux. » C’est aus­si à l’automne que Tsipras convo­que­ra pro­ba­ble­ment des élec­tions anti­ci­pées, le temps pour lui d’essayer de débar­ras­ser le par­ti de la « gauche radi­cale » de son aile gauche. Cela aus­si, les créan­ciers l’ont obte­nu, sans qu’il ait été besoin de le mar­quer dans l’accord. Si le Premier ministre a jusqu’à pré­sent réus­si à pré­ser­ver sa côte de popu­la­ri­té suite à la signa­ture de l’accord, c’est en par­tie grâce à l’image de celui qui a osé résis­ter, seul contre tous, au bras de fer avec les diri­geants euro­péens. Mais s’il par­vient à se main­te­nir au pou­voir, ce n’est que pour mieux appli­quer la poli­tique contre laquelle il a été élu, cou­per Syriza de ses racines his­to­riques et envoyer dans l’opposition ceux qui conti­nuent à sou­te­nir qu’une alter­na­tive est pos­sible.

Le « Waterloo de Syriza » (comme l’appelle l’ethnologue Panagiotis Grigoriou sur son blog Greek Crisis) aura démon­tré l’impasse dans laquelle mène la double volon­té de faire par­tie de la zone euro et d’y mener des poli­tiques anti-aus­té­ri­té. Il aura été un accé­lé­ra­teur de muta­tions : muta­tion expresse du pou­voir grec, muta­tions de la socié­té et de l’opinion. Car il n’est pas du tout cer­tain qu’après avoir pré­sen­té ce choix si cru­ment, le peuple grec et d’autres qui sont en appa­rence atta­chés à l’Europe pré­fèrent res­ter à tout prix dans son union moné­taire. Ce chiffre impres­sion­nant vient nous le rap­pe­ler : 85% des Grecs de 18 à 24 ans ont voté non au réfé­ren­dum, ce qui indique com­bien cette géné­ra­tion sacri­fiée est loin de par­ta­ger l’européanisme béat de ses diri­geants.

De là à faire sau­ter le tabou de l’euro au sein de la « vraie gauche », le pas reste à fran­chir. Le net résul­tat du réfé­ren­dum laisse pen­ser que l’opinion grecque est à ce sujet bien moins timo­rée qu’on ne le dit. Plusieurs diri­geants euro­péens avaient mena­cé d’un Grexit en cas de vic­toire du « non », avec l’effet qu’on sait… Mais les par­tis au pou­voir, y com­pris Syriza, entre­tiennent davan­tage le fétiche de l’euro. Bien qu’on ignore encore cer­tains des­sous des trac­ta­tions ayant mené la Grèce à ce cui­sant échec (et notam­ment le rôle pré­cis de la diplo­ma­tie amé­ri­caine ou la nature des dis­cus­sions entre la Grèce et la Russie), le chan­tage de l’Union euro­péenne n’explique pas tout. La délé­ga­tion grecque s’est mise dans une posi­tion où elle n’avait aucun levier, aucune échap­pa­toire. De nom­breuses voix se sont éle­vées pour reje­ter l’idée selon laquelle Tsipras n’avait « pas le choix ». Au sein de la socié­té civile, de Syriza et même du gou­ver­ne­ment grec, les argu­ments ne manquent pas, depuis des mois, pour sou­te­nir des mesures redon­nant à la fois un peu de souffle éco­no­mique à la Grèce et de force poli­tique dans les négo­cia­tions : natio­na­li­ser les banques, taxer les grosses for­tunes, aug­men­ter le salaire mini­mum, répu­dier la dette, envi­sa­ger une mon­naie paral­lèle voire une sor­tie de l’euro,… Mais Tsipras et son cercle de conseillers et ministres proches (domi­né par le vice-Premier ministre Giannis Dragasakis et l’aile droite du gou­ver­ne­ment) n’ont rien vou­lu entendre de ces pro­po­si­tions.

« La per­son­na­li­sa­tion de la poli­tique et la concen­tra­tion des pou­voirs dans les struc­tures pyra­mi­dales d’un par­ti et d’un gou­ver­ne­ment ont contri­bué à un iso­le­ment des diri­geants, à un manque d’anticipation des rap­ports de force, à une absence de réflexion col­lec­tive. »

Et c’est là un autre ensei­gne­ment de cet épi­sode : la per­son­na­li­sa­tion de la poli­tique et la concen­tra­tion des pou­voirs dans les struc­tures pyra­mi­dales d’un par­ti et d’un gou­ver­ne­ment ont contri­bué à un iso­le­ment des diri­geants, à un manque d’anticipation des rap­ports de force, à une absence de réflexion col­lec­tive, de débat avec la socié­té (et même avec la base et les ins­tances de Syriza), d’information sur les consé­quences des choix à prendre et donc de pré­pa­ra­tion des esprits. L’ancien ministre Yanis Varoufakis a don­né une illus­tra­tion de ce cloi­son­ne­ment du pou­voir : au détour de son témoi­gnage, on a appris que seules six per­sonnes ont par­ti­ci­pé à la réunion où s’est déci­dée la stra­té­gie du gou­ver­ne­ment grec pour les der­nières négo­cia­tions bruxel­loises, et au cours de laquelle l’option qu’il défen­dait a été mise en mino­ri­té par quatre voix contre deux. Il a donc suf­fi de quatre per­sonnes pour vali­der une déci­sion aus­si lourde de consé­quences… En ce sens, l’échec à mener une autre poli­tique résulte aus­si de l’incapacité à faire de la poli­tique autre­ment, c’est-à-dire col­lec­ti­ve­ment ; à par­tir de la base popu­laire et mili­tante plu­tôt qu’en impo­sant des déci­sions d’en haut ; en pro­vo­quant des débats dans la socié­té sur les choix impor­tants à prendre ; en impli­quant les forces sociales qui ne manquent pas en Grèce (notam­ment celles qui s’organisent depuis des années pour contrer les effets de la crise en expé­ri­men­tant d’autres formes de soli­da­ri­té et d’économie) ; en mobi­li­sant non seule­ment l’importante dia­spo­ra grecque qui ne cesse de gran­dir avec la crise, mais aus­si les nom­breux mou­ve­ments soli­daires à l’étranger, qui pour­raient sou­te­nir concrè­te­ment (dans tous les domaines, y com­pris éco­no­mique) la recons­truc­tion de la Grèce sur des bases plus justes, éga­li­taires et éco­lo­giques que celles impo­sées par la Troïka.

Malgré les dégâts de l’austérité, et peut-être jus­te­ment à cause de la déter­mi­na­tion très forte de la popu­la­tion à y mettre fin, on peut pen­ser qu’un pays comme la Grèce, avec ses res­sources, a toutes les chances d’y arri­ver. À condi­tion de dépas­ser cette « peur » que Tsipras conjure si sou­vent dans ses dis­cours et qui a pour­tant « per­mis l’accord », si l’on en croit Jean-Claude Juncker. Cette peur de « l’inconnu » qui n’a cepen­dant pas atteint la popu­la­tion grecque, dont la « ver­tu » et « l’audace » ont lar­ge­ment dépas­sé celles du gou­ver­ne­ment.


REBONDS

☰ Lire notre article « L’Europe agit comme si elle était en guerre contre les Grecs », pre­mière par­tie de ce car­net de route, en Grèce, juillet 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Sofia Tzitzikou, phar­ma­cienne béné­vole et vice-pré­si­dente de l’UNICEF, à Athènes, juillet 2015
☰ Lire notre tra­duc­tion de l’entretien de Pablo Iglesias : « Faire pres­sion sur Syriza, c’est faire pres­sion sur Podemos, pour mon­trer qu’il n’y a pas d’alternative », mai 2015
☰ Lire notre tra­duc­tion de l’article « Assassiner l’espoir », Slavoj Zizek, avril 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Joëlle Fontaine, « Difficile pour la Grèce d’être sou­ve­raine suite aux menaces de l’Union euro­péenne », février 2015

Gwenaël Breës
Gwenaël Breës

Auteur de l'essai « Bruxelles-Midi, l'urbanisme du sacrifice et des bouts de ficelle ».

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.