« Nous étions des mains invisibles »


Témoignage inédit pour le site de Ballast

Nous l’avions ren­con­trée une pre­mière fois au mois de mars 2018, lors d’une mani­fes­ta­tion en sou­tien aux che­mi­nots, aux côtés des employé.e.s d’une entre­prise de net­toyage — H. Reiner Onet  en charge des gares d’Île-de-France. « Nous sommes aus­si là pour défendre nos droits : depuis la fin de la grève, Onet n’a pas res­pec­té le pro­to­cole », nous avait dit une de ses col­lègues. Fernande Bagou, la cin­quan­taine, a jus­te­ment été l’une des porte-paroles de cette grève menée tam­bour bat­tant, fin 2017, durant 45 jours : le nou­vel employeur enten­dait dépla­cer les salarié.e.s d’un chan­tier à l’autre selon son bon vou­loir une « clause de mobi­li­té » refu­sée par l’ensemble du per­son­nel. Cette grève, appe­lant en outre au main­tien de tous les postes et à l’égalisation des paniers repas, était une pre­mière pour la plu­part. D’une voix calme, l’agente de net­toyage revient sur son expé­rience de tra­vail au quo­ti­dien et cette bataille rem­por­tée : « L’employeur doit savoir que les sala­riés ne sont pas des robots, pas des esclaves. » Et met en garde la direc­tion, si celle-ci en venait à fou­ler aux pieds ses enga­ge­ments.


Je suis née à Abidjan, j’y ai gran­di ; l’aventure a fait que je suis venue ici, en France. Mon mari et moi sommes par­tis de la Côte d’Ivoire à cause de la guerre : il n’y avait plus de tra­vail. Il est arri­vé avant moi, puis m’a fait venir 18 mois plus tard, en 2002. On a eu notre der­nière fille ici, il y a 15 ans. Je suis mère de six enfants et quatre fois grand-mère. Nous habi­tons à pré­sent à L’Haÿ-les-Roses. Il fal­lait que nous tra­vail­lions pour aider nos enfants res­tés en Afrique. Comme de nom­breux immi­grés, nous avons été héber­gés à notre arri­vée par une amie que je connais­sais. Il me fal­lait du tra­vail, alors un ami du quar­tier avec lequel j’avais sym­pa­thi­sé m’a emme­née sur le chan­tier de net­toyage où il tra­vaillait. Il devait ren­trer en Côte d’Ivoire et m’avait deman­dé de le rem­pla­cer. J’y ai tra­vaillé un an, jusqu’à ce qu’il reprenne sa place. Mon ancien employeur m’a embau­chée pour deux mois. J’ai tra­vaillé avec La Brenne et la SMP [entre­prises de net­toyage et de pro­pre­té, ndlr] .

« Moi, je net­toie d’abord l’extérieur pour les usa­gers : il faut que ce soit propre afin que ceux qui voyagent soient à l’aise. Je net­toie les pou­belles, les bouts de papier, les canettes, les alarmes. »

Au début, à cause de ma timi­di­té, je ne me fai­sais pas voir dans l’entreprise. Pourtant, j’ai été élue délé­guée du per­son­nel puis délé­guée syn­di­cale. Être l’intermédiaire entre l’entreprise et les sala­riés, pour arran­ger ce qui ne va pas : j’ai tou­jours occu­pé ces postes dans l’entreprise, depuis la SMP. Chez nous, les entre­prises changent sou­vent. La pre­mière boîte a duré dix ans, la deuxième cinq ans ; Onet est arri­vé en novembre 2017. Les sala­riés étant les mêmes, je suis res­tée délé­guée. On aurait pu par­tir avec l’ancienne entre­prise mais on pré­fé­rait res­ter sur place, connais­sant les chan­tiers. C’était com­pli­qué car, voyez-vous, quand vous êtes timide, il n’est pas simple de par­ler devant vos col­lègues. Mais on m’avait deman­dé d’assumer cette tâche, alors il fal­lait que j’y arrive. J’avais une équipe géniale au sein de mon chan­tier, qui m’épaulait ; ils m’ont conseillée, m’ont don­né des idées. Il y avait ce délé­gué au temps de La Brenne avec qui j’avais tra­vaillé ; il est par­ti avec l’ancienne boîte mais nous sommes res­tés en contact : on se télé­pho­nait, par­fois on se voyait, je l’appelais quand j’avais des ques­tion­ne­ments… C’était un mili­tant et il était à la CFDT. C’est ain­si que je suis ren­trée à la CFDT.

Je tra­vaille à L’Isle-Adam. J’ai trois gares à gérer. En semaine, je me lève à 4 heures du matin pour être sur mon lieu de tra­vail à 7. Je m’apprête pour prendre mon bus à 5 heures 30, récu­pé­rer mon train à la sta­tion Arcueil – Cachan en direc­tion de la gare du Nord, et de là j’en prends un autre pour L’Isle-Adam. Une fois sur mon lieu de tra­vail, je me change, je récu­père mon maté­riel et je com­mence par les quais. Mon tra­vail, c’est de net­toyer les gares à l’extérieur comme à l’intérieur. Parfois, dans cer­taines gares, on pré­fère que tu com­mences par l’intérieur, par­fois c’est l’inverse. Moi, je net­toie d’abord l’extérieur pour les usa­gers : il faut que ce soit propre afin que ceux qui voyagent soient à l’aise. Je net­toie les pou­belles, les bouts de papier, les canettes, les alarmes. À l’intérieur, c’est la sale­té et la pous­sière à enle­ver. Ensuite je prends un train pour me rendre dans une autre gare. Sur une gare, le temps de tra­vail est varié, ça dépend de son état ; ça peut prendre une heure, par­fois deux. Je suis seule pour faire ce tra­vail. On balaie, on récu­père les pou­belles qui sont lourdes, sans cha­riot — c’est à nous de les por­ter. On répète beau­coup les mêmes gestes. La marche fra­gi­lise les che­villes et les genoux, les poi­gnets aus­si sont tou­chés. Avec ce tra­vail, on a du mal à mar­cher nor­ma­le­ment car on a mal par­tout. C’est dif­fi­cile pour les agents de net­toyage : on doit mon­ter, des­cendre des esca­liers et res­ter debout toute la jour­née.

Par Maya Mihindou

J’ai au total sept heures de tra­vail par jour payées par la socié­té. C’est à moi d’organiser mon temps sur les trois gares. Le tra­jet ne compte pas — s’il comp­tait, je dépas­se­rais les sept heures. Est-ce que je mange ? Le matin, per­son­nel­le­ment, je ne peux pas prendre de petit-déjeu­ner. Je prends juste un café, par­fois dans mon train. Je n’ai pas le temps de man­ger dans ma jour­née. Sur ma ligne, il arrive sou­vent que les trains soient sup­pri­més, ce qui me met en retard et peut faire perdre près de 30 minutes, à attendre dans la gare… Mes jour­nées peuvent ain­si com­men­cer à 7 heures et se ter­mi­ner vers 16 ou 17 heures. Quand je rentre chez moi, je me débar­bouille, je mange, j’ai mon ménage à faire. Je suis maman, je dois prendre soin de mon mari et de ma fille. Je ne dors pas beau­coup. Il arrive que je me couche, quand je suis très fati­guée, à 21 heures. Mais c’est plu­tôt minuit ou 1 heure du matin. Cela fait des nuits de 4 heures. Tous les jours, du lun­di au ven­dre­di.

« Ils ont dû croire, au départ, qu’on s’amusait et qu’on ne tien­drait pas. Le 2 novembre, on s’est réunis à Saint-Denis, notre piquet de grève. »

On a donc appris que notre entre­prise allait par­tir et qu’une autre allait la rem­pla­cer : Onet. On s’est ren­sei­gnés pour com­prendre com­ment ça se pas­sait chez eux ; on s’était dit, entre délé­gués, qu’il nous fal­lait être vigi­lants : on a télé­pho­né à chaque chan­tier pour les pré­ve­nir de faire atten­tion. Il y a eu une réunion nous infor­mant que nos ave­nants de contrat1Un ave­nant au contrat de tra­vail est un apport ou une modi­fi­ca­tion appor­té au contrat ini­tia­le­ment signé entre un employeur et son sala­rié. Cet apport ou cette modi­fi­ca­tion doit être signé par les deux par­ties contrac­tantes. allaient chan­ger parce qu’ils avaient une autre manière de tra­vailler. Ils ont par­lé d’ajouter une « clause de mobi­li­té »… Nous nous sommes oppo­sés à ce qu’ils touchent à nos ave­nants comme à la clause. Pour nous, cette clause, c’était un acquis : on s’était déjà bat­tus pour ne pas l’avoir. On leur a fait com­prendre que s’ils insis­taient, ils allaient nous trou­ver en che­min. (rires) Ils ont alors convo­qué les col­lègues. Les entre­prises pré­cé­dentes avaient pour habi­tude de venir avec les ave­nants pour les dis­tri­buer aux chefs de chan­tier, qui les don­naient eux-mêmes aux délé­gués. On les lisait alors aux sala­riés afin de véri­fier que tout le monde était d’accord. Chacun devait signer son ave­nant et se réunir pour les rap­por­ter à l’entreprise. Mais cette fois-ci, ils ont convo­qué chaque sala­rié indi­vi­duel­le­ment pour se rendre dans un lieu pour lire et signer son ave­nant. Certains délé­gués du per­son­nel se sont dépla­cés avec les employés lors de leur convo­ca­tion. En venant signer, une pre­mière vague de sala­riés a consta­té qu’il y avait encore cette fameuse clause de mobi­li­té. Ils nous l’ont signa­lée, nous ont pré­ve­nus qu’ils avaient refu­sé de signer. On a fait un cour­rier pour leur deman­der de la reti­rer sous peine d’entrer en grève : c’est ain­si que c’est par­ti, car ils ont refu­sé.

Il faut ajou­ter qu’ils n’ont pas invi­té les délé­gués syn­di­caux ni les repré­sen­tants des orga­ni­sa­tions pour ten­ter de trou­ver un accord. Ils ont refu­sé. On leur a dit qu’on ne tra­vaille­rait pas tant que cette clause ne serait pas reti­rée et qu’on n’aurait pas signé un nou­veau pro­to­cole. Ils ont dû croire, au départ, qu’on s’amusait et qu’on ne tien­drait pas. Le 2 novembre [2017], on s’est réunis à Saint-Denis, notre piquet de grève. On a tenu notre pre­mière AG et les 107 sala­riés ont tous voté pour la grève. On a infor­mé l’entreprise. Nous n’avions jamais fait grève, alors nous étions un peu crain­tifs. Mais les repré­sen­tants des orga­ni­sa­tions ont sou­li­gné qu’il était réel­le­ment anor­mal de com­men­cer à tra­vailler sans que le pro­to­cole ne soit signé. Ils nous ont dit que cela ne s’était jamais fait… Ça nous a ras­su­rés. Nous avons fait grève pen­dant 15 jours sans aucune réponse des employeurs. Chaque matin, on se réunis­sait pour la recon­duire. Je ne tenais pas spé­cia­le­ment à prendre la parole, mais mes col­lègues m’y ont encou­ra­gée. Oumou [Gueye, figure de la grève, ndlr] avant tout ! Elle m’a dit « Vas-y ! ». Il fal­lait faire les comptes-ren­dus aux autres. J’étais obli­gée de par­ler dans les AG. Je ne connais­sais pas encore Onet mais je ne m’étais pas lais­sée faire avec la SMP : j’aime quand les choses sont justes. Quand je vois que je suis dans mes rai­sons, je vais jusqu’au bout. Les employeurs ont une auto­ri­té que je res­pecte mais je ne veux pas qu’on en abuse, qu’on abuse de moi. Je ne me laisse pas influen­cer.

Par Maya Mihindou

Au début, on gar­dait nos gares, mais elles étaient trop nom­breuses à sur­veiller, on ne pou­vait pas. Par exemple, il m’aurait été impos­sible de sur­veiller seule « mes » trois gares… Notre stra­té­gie a été d’occuper les gares les plus impor­tantes, celles qui font venir du monde à cause des cor­res­pon­dances : nous avons donc occu­pé des gares sur la ligne B, la K, la H… On a pris la gare de Sarcelles, d’Ermont et de Saint-Denis. On a fait des équipes pour le matin, d’autres pour l’après-midi, et aus­si pour le piquet de nuit. On était 24 heures sur 24 dans les gares. Une semaine après le début de la grève, Onet a fait venir des inté­ri­maires sur les chan­tiers pour faire notre tra­vail à notre place et cas­ser notre grève. C’est entre minuit et 1 heure du matin qu’ils les ont envoyés en nous délo­geant à l’aide la police. Il y a eu des inter­ven­tions de toute la police, et quand je dis « toute la police », je veux dire la police fer­ro­viaire, muni­ci­pale et natio­nale. Même la gen­dar­me­rie est venue, accom­pa­gnée d’huissiers pour nous inti­mi­der. Tout ça sans avoir ini­tié aucun dia­logue. Est-ce que nous avions peur de la police ? Tous les tra­vailleurs Onet ont des papiers en règle. Nous étions sur le piquet pour défendre nos droits, pas pour le plai­sir de res­ter dor­mir dans une gare en pleine nuit. Il s’agissait de ne pas se lais­ser faire. C’est réel­le­ment l’unité qui nous a don­né la force. Quand on se retrou­vait au piquet, on pre­nait toutes les déci­sions ensemble. Nul ne devait contac­ter l’entreprise sans le consen­te­ment des autres. Les trois délé­gués syn­di­caux, dont je fai­sais par­tie, écri­vaient les cour­riers, les lisaient. L’unité et la déter­mi­na­tion nous ont fait gagner cette grève.

« C’est réel­le­ment l’unité qui nous a don­né la force. Quand on se retrou­vait au piquet, on pre­nait toutes les déci­sions ensemble. »

C’est notre res­pect et notre digni­té qui étaient en jeu. Les usa­gers, la SNCF et Onet ont consta­té que sans notre tra­vail, les gares n’étaient pas propres. Avant la grève, nous étions des mains invi­sibles. On ne nous voyait pas. Notre grève nous a fait sor­tir du silence. On a fait des tracts pour les usa­gers. Et puis quand la socié­té a fait venir ces inté­ri­maires pour faire notre tra­vail, Anasse et Laura [syn­di­ca­listes SUD-Rail, ndlr] nous ont rejoints. Laura a com­men­cé à faire des tracts. D’autres col­lègues che­mi­nots de la CGT ont aus­si contri­bué. Onet a vou­lu nous sor­tir de nos locaux le soir et les col­lègues de la CGT sont venus nous sou­te­nir. Des col­lègues de la CFDT éga­le­ment. On est allés dans les gares ensemble pour faire du bruit et dans les mani­fes­ta­tions pour dénon­cer la SNCF et Onet. Parmi mes col­lègues, cer­tains avaient déjà fait grève, mais pas aus­si long­temps… Moi, j’ai appris sur place. Les repré­sen­tants syn­di­caux étaient pré­sents, ils nous assis­taient, nous obser­vaient et nous épau­laient. Mais une fois, à Saint-Denis, on a fait sor­tir tous les repré­sen­tants syn­di­caux pour conti­nuer notre AG : cette grève n’a pas été pour les syn­di­cats mais pour les sala­riés. Ce qui comp­tait, c’était l’avis des sala­riés ! Les repré­sen­tants n’étaient pas en dan­ger ; c’est nous qui étions en train de perdre notre salaire. Nous pre­nions les conseils per­ti­nents, mais l’étiquette syn­di­cale n’avait pas d’importance pour nous.

Cette expé­rience, je ne l’oublierai jamais. Car, voyez-vous, avant, cha­cun était dans ses gares. Dans les petites gares tu es seul, tu ne croises pas les autres. Je connais­sais per­son­nel­le­ment ceux de mon sec­teur, car en qua­li­té de délé­guée je devais leur rendre visite, mais il a fal­lu cette grève pour réa­li­ser que j’avais autant de col­lègues ! On a tis­sé des liens, on s’est fami­lia­ri­sés les uns avec les autres pen­dant un mois et demi : on vivait comme une famille. Le matin on pre­nait notre petit-déjeu­ner ensemble et le midi des femmes fai­saient à man­ger chez elles et nous appor­taient des repas. Le soir, celles et ceux qui pou­vaient ren­traient chez eux quand d’autres res­taient dor­mir sur place — par­fois à même le sol, ce n’était pas un pro­blème. Notre but était de gagner. On dor­mait avec nos chaus­sures aux pieds car cela aurait pris trop de temps de les remettre si ceux qui mon­taient la garde nous appe­laient. « Onet est là ! Onet est là ! » Il fal­lait se lever vite pour conti­nuer à occu­per l’espace ! (rires) Les hommes ont d’abord été au devant de cette grève, mais les femmes étant plus nom­breuses : ils nous ont lais­sées prendre les devants. Ainsi les femmes ont été très pré­sentes.

Par Maya Mihindou

Le per­son­nel d’encadrement gagne 2 000 – 2 500 euros. Moi, je n’ai même pas 1 300 euros. Nous avions dif­fé­rentes reven­di­ca­tions. Il y avait, en plus de la clause de mobi­li­té, une demande d’ajustement de la prime de panier. Avant, ceux qui tra­vaillaient sur la ligne B avaient une prime de panier de 4 euros ; d’autres, comme moi, avions 1,90 euros. C’est-à-dire que nous fai­sions le même tra­vail, avions le même employeur, mais pas la même prime. Aussi, nous avons deman­dé d’augmenter la prime de vacances — ils n’ont pas accep­té, mais ça, on a lâché. Au bout de 15 jours, nous avons reçu un mail pour une pre­mière réunion de négo­cia­tion. Ils nous ont expli­qué qu’il n’y aurait pas d’élection de délé­gués du per­son­nel et que les man­dats en cours ne seraient plus effec­tifs. On a refu­sé et deman­dé que les man­dats soient recon­duits jusqu’à l’élection pré­vue. Sans délé­gués, on ne peut pas tra­vailler cor­rec­te­ment, on ne peut pas négo­cier en cas de pro­blème ! Ça aus­si, on l’a obte­nu : ils ont recon­duit nos man­dats. Le nou­veau gérant de l’entreprise vou­lait impo­ser sa façon de tra­vailler ; on lui a rap­pe­lé qu’on devait avoir nos man­dats syn­di­caux. On nous avait expli­qué, pen­dant la grève, que les sala­riés d’autres chan­tiers, comme ceux de Magenta ou d’Haussmann, n’avaient rien à voir avec nous. Mais grâce à la grève les agents des chan­tiers de Magenta béné­fi­cient main­te­nant de nos vic­toires.

« La grève doit être recon­duite chaque jour. C’est ça qui fait vrai­ment plier un gou­ver­ne­ment ou une entre­prise : une grève conti­nue. »

La SNCF était com­plice d’Onet : ils nous ont menés jusqu’au tri­bu­nal de Montreuil et Pontoise pour occu­pa­tion illé­gale. Mais nous avons gagné ! Quand un col­lègue est venu nous annon­cer que nous avions gagné le pro­cès, les gens ont crié de joie ! Moi, je n’en reve­nais pas ; mes larmes se sont mises à cou­ler. Je ne pou­vais pas croire que c’était vrai, que c’était ter­mi­né. Vous savez, 45 jours de grève avec le tri­bu­nal à gérer, c’était beau­coup trop pour nous ! On avait 12 reven­di­ca­tions et une seule n’a pas été satis­faite : la prime de vacances, comme je l’ai dit. On a reçu beau­coup de monde. Assa Traoré, la des­si­na­trice Emma, l’association Femmes en Lutte et pas mal d’autres asso­cia­tions sont venues ; sans comp­ter les étu­diants, les par­tis… Durant le mou­ve­ment des che­mi­nots, on a tenu à les sou­te­nir parce qu’eux ont été là, à nous aider mora­le­ment et finan­ciè­re­ment. Ils ont mon­té une caisse de grève de 80 000 € ! C’était énorme ! Ça nous a per­mis de ne pas trop sen­tir la dif­fi­cul­té éco­no­mique de la grève. C’est pour ça qu’on a déci­dé d’aller mar­cher avec eux. Les liens sont forts entre nous tous, et face à ces liens, une jour­née de salaire pour sou­te­nir leur grève, ça n’est rien ! Ils ont été là avec nous, nuit et jour, même lorsqu’on avait des dif­fi­cul­tés. Lorsque la police venait nous virer en pleine nuit, on appe­lait les col­lègues che­mi­nots et ils venaient ! Au début du mou­ve­ment des che­mi­nots, on m’avait deman­dé mon avis : je leur avais dit que je ne pen­sais pas qu’une grève per­lée — un jour de grève, un jour sans grève — mar­che­rait vrai­ment. La grève doit être recon­duite chaque jour. C’est ça qui fait vrai­ment plier un gou­ver­ne­ment ou une entre­prise : une grève conti­nue. L’autre conseil, c’est de ne pas pen­ser au salaire ni aux fac­tures… Nous, on ne savait même pas ce qu’était une caisse de grève. Sans comp­ter ce que les gens nous don­naient en espèces ! On s’est conten­tés de peu mais on a assu­ré notre sur­vie pour plus tard.

Le plus dur a été les affron­te­ments avec la police. On avait lais­sé les gares vrai­ment très sales. C’était insa­lubre. Les poli­ciers sont venus pour nous déga­ger et pour net­toyer. On l’a vécu comme un deuil, on était abat­tus, démo­ra­li­sés… On a pen­sé arrê­ter. Heureusement, il y avait des col­lègues qui nous disaient « Ce n’est rien, ça va se salir à nou­veau d’ici ce soir ! ». Ce qui était juste. C’est pour ça que l’unité est impor­tante. Dans un col­lec­tif en grève, il y a des gens qui sont plu­tôt forts, d’autres qui sont plus faibles : les plus forts sou­tiennent les plus faibles. La police est reve­nue : elle était bru­tale. On a dit aux col­lègues de ne pas ren­trer et comme on était nom­breux, la police a dû par­tir. Mais ils sont allés à une autre gare. Alors on a pris nos voi­tures et on a rejoint les cama­rades. Les poli­ciers ont été vio­lents. Il y en a un qui m’a pous­sée, ils ont pris un col­lègue et lui ont tor­du le bras — il n’a plus pu venir sur le piquet de grève pen­dant trois jours. On a peu par­lé de cette bru­ta­li­té, et pour­tant c’était ça le plus dur pour nous.

Par Maya Mihindou

Même après la grève, il reste beau­coup de tra­vail : on a des réunions avec les dif­fé­rents cadres de chan­tier, on doit énu­mé­rer tout ce qui ne va pas sur chaque chan­tier pour faire avan­cer les batailles et s’occuper des sala­riés. Récemment, on a dû aller à l’inspection du tra­vail. C’est un tra­vail en soi, délé­guée. Il faut l’aimer, être vaillant, ne pas pen­ser qu’à soi. Parce que oui, les sala­riés doivent venir tra­vailler, arri­ver à l’heure, mais l’employeur doit savoir que les sala­riés ne sont pas des robots, pas des esclaves. Quand on regarde l’effectif, il est bien moindre qu’avant : la charge de tra­vail est por­tée par les sala­riés. Et puis, quelque temps après, on a consta­té que la direc­tion d’Onet ne res­pec­tait pas le pro­to­cole qu’on avait signé. Par exemple, des col­lègues en CDD devaient ensuite être repris : ils ne l’ont jamais été. On a aus­si le pro­blème des départs en retraite non rem­pla­cés — ces manques d’effectifs sont un pro­blème au tra­vail —, les arrêts mala­dies qui ne le sont pas non plus. Donc si on tombe malade trois ou quatre jours, on doit rat­tra­per tout le tra­vail man­qué… Pourtant, pen­dant la grève, ils ont bien trou­vé les moyens pour embau­cher des gens et nous rem­pla­cer ! Autre élé­ment du pro­to­cole qui n’a pas été res­pec­té : on n’a tou­jours pas reçu nos ave­nants, et cela fait sept mois qu’on tra­vaille sans. Quand on leur en parle, ils nous répondent qu’il fau­drait effec­tuer des demandes indi­vi­duelles. Or, dans l’accord que nous avons signé, il était ques­tion que l’on signe nos ave­nants une semaine après : on n’a pas fait grève pour en arri­ver là ! Si rien n’est fait, on retour­ne­ra en grève.


Photographie de ban­nière : blog Transport Paris
Portrait de Fernande Bagou : Maya Mihindou, pour Ballast


REBONDS

☰ Lire notre témoi­gnage « Montrer que la lutte paie », juillet 2017
☰ Lire notre témoi­gnage « À l’usine », juin 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Prendre soin de nos anciens », mai 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Pas de train aujourd’hui pour qu’il y en ait demain », mai 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Philippe Martinez : « Qui est moderne et qui est rin­gard ? », décembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Claude Poirson : « Des ouvriers en lutte qui relèvent la tête », novembre 2016
☰ Lire notre article « Théâtre social : quand Philippe Durand raconte les Fralib », juin 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Françoise Davisse : « Décider ensemble, c’est tenir ensemble ! », mars 2016

NOTES   [ + ]

1.Un ave­nant au contrat de tra­vail est un apport ou une modi­fi­ca­tion appor­té au contrat ini­tia­le­ment signé entre un employeur et son sala­rié. Cet apport ou cette modi­fi­ca­tion doit être signé par les deux par­ties contrac­tantes.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.