L’abécédaire de Madeleine Pelletier


Née en 1874, Madeleine Pelletier fait, en France, figure de pion­nière du fémi­nisme. Mais une figure encore mécon­nue. Celle qui, issue d’une famille modeste, s’est ins­truite par ses propres moyens a conquis, en dépit des obs­tacles, un métier alors émi­nem­ment mas­cu­lin : méde­cin. Première femme interne en psy­chia­trie et fémi­niste « inté­grale », selon son propre mot, Pelletier a ain­si reven­di­qué la pleine et entière éman­ci­pa­tion des femmes. Tour à tour res­pon­sable socia­liste, membre du Parti com­mu­niste et sym­pa­thi­sante anar­chiste, elle n’en eut pas moins à faire face au sexisme des dif­fé­rentes orga­ni­sa­tions qu’elle fré­quen­ta. Auteure de plu­sieurs ouvrages — sur l’a­vor­te­ment, l’é­du­ca­tion ou encore la Russie sovié­tique —, Pelletier, abu­si­ve­ment inter­née à la fin de sa vie, est éga­le­ment l’une des pre­mières à avoir éla­bo­ré ce qui devien­dra le concept de « genre », fai­sant valoir que le « sexe psy­cho­lo­gique » est une construc­tion sociale et non biologique.


Anarchistes : « Le gou­ver­ne­ment, disent les anar­chistes, ne sert qu’à pro­té­ger la pro­prié­té contre les sans pro­prié­té ? Cela est vrai, en thèse géné­rale ; mais en socio­lo­gie, il y a, à côte du grand fait géné­ral, quan­ti­té de petits faits qui ont aus­si leur impor­tance et qu’on ne sau­rait négli­ger sous peine de tom­ber dans l’utopie. Le gou­ver­ne­ment, avec son appa­reil légis­la­tif et poli­cier, pro­tège non seule­ment les pro­prié­taires, mais aus­si cha­cun contre tout le monde. » (« Communisme et anar­chie », L’Ouvrière, 24 avril 1924)

Bourgeoisie : « La bour­geoi­sie détient le pou­voir, c’est elle qui a acca­pa­ré la science et se l’est réser­vée à elle seule ; rien d’étonnant à ce que la science, deve­nue la chose d’une classe, gran­disse puis décline avec cette classe. » (« La Bourgeoisie et la science », La Suffragiste, sep­tembre – octobre 1919)

Communiste : « La révo­lu­tion com­mu­niste, loin d’affaiblir l’appareil gou­ver­ne­men­tal, ne fera que le ren­for­cer, car elle devra lut­ter à l’intérieur et à l’extérieur contre un monde d’ennemis qui ne désar­me­ront pas du jour au len­de­main. Il est dési­rable qu’un jour advienne où la simple admi­nis­tra­tion des choses rem­place le gou­ver­ne­ment des hommes ; mais aupa­ra­vant, il fau­dra pas­ser par une longue période de dic­ta­ture du pro­lé­ta­riat. » (« Communisme et anar­chie », L’Ouvrière, 24 avril 1924)

Différences : « Si les femmes sont, au point de vue intel­lec­tuel, dif­fé­rentes des hommes, c’est sur­tout parce qu’on les éduque de manière dif­fé­rente. Si on ne don­nait pas de tam­bours et de fusils de bois au petit gar­çon, il ne pen­se­rait pas à être sol­dat. Si on ne don­nait pas de pou­pées à la petite fille, elle ne son­ge­rait pas à être mère de famille. Les enfants imitent les sol­dats et ne trouvent rien de plus enviable que de les conti­nuer ; le fils veut être le père et la fille, la mère. Lorsqu’on a ouvert aux femmes les portes des Facultés, on a bien vu qu’elles n’étaient pas du tout inaptes à rece­voir l’enseignement supé­rieur. Les étu­diantes éga­laient les étu­diants, par­fois, elles les sur­pas­saient, parce que leur escla­vage social, qui conti­nuait encore, les obli­geait à se pri­ver de dis­trac­tions. Devant toutes ces bache­lières, ces licen­ciées, ces doc­to­resses, l’argument de l’infériorité de la femme aurait dû tom­ber. Mais les objec­tions à la liber­té du sexe fémi­nin ne tombent pas si faci­le­ment, parce qu’au fond de l’anti-féminisme, il n’y a pas la logique, mais l’intérêt des hommes, ou plu­tôt ce que les hommes croient être leur inté­rêt. » (« L’argument de l’infériorité », La Fronde, 21 juillet 1926)

Éducation : « La réelle infé­rio­ri­té de la moyenne des femmes n’est pas une infé­rio­ri­té essen­tielle, mais un manque d’information cau­sé par une édu­ca­tion qui réprime au lieu de sus­ci­ter. La preuve en est que, dès qu’en une forme quel­conque de l’activité intel­lec­tuelle la pro­hi­bi­tion cesse pour lui, l’esprit fémi­nin s’y déve­loppe. » (« La ques­tion du vote des femmes », La Revue socia­liste, sep­tembre – octobre 1908)

Fille-mère : « De quoi donc était cou­pable la fille-mère pour méri­ter un tel châ­ti­ment ? De rien. Ce qu’elle avait fait, les hommes le fai­saient cou­ram­ment et ils appe­laient ça satis­faire à la nature. Et la jeune fille était, si l’on peut dire, moins cou­pable encore, car, le plus sou­vent, son seule tort était de s’être lais­sée trom­per par un homme qui lui avait pro­mis le mariage. […] Il faut réagir contre ces concep­tions péri­mées de l’honneur fémi­nin. L’honneur fémi­nin n’est pas dif­fé­rent de l’honneur mas­cu­lin : ce qui est bien, mal ou indif­fé­rent pour l’homme, le doit être pour la femme. » (« Fille – mère », La Fronde, 15 juillet 1926)

Guerre : « L’homme fait la guerre et la femme ne la fait pas. Tout le mépris du sexe mâle vis-à-vis du nôtre vient de là. Fort heu­reu­se­ment pour nous, le monde est en train de se retour­ner. Il se trouve que c’est le sexe qui fait la guerre qui a tort et celui qui ne la fait pas qui a rai­son. » (« Les femmes et la guerre », L’Éveil de la Femme, 13 octobre 1932)

[August Sander]

Habits : « La civi­li­sa­tion capi­ta­liste n’a pas encore recon­nu le droit élé­men­taire de cha­cune de s’habiller à sa guise. Dans les rues des plus grandes villes, on se sent encore comme en pays enne­mi et on s’habille comme tout le monde, afin de pas­ser inaper­çu, pour ne pas don­ner prise à la mal­veillance, tou­jours prête à s’exercer. Le vête­ment de la femme reflète son escla­vage social. On habille le petit gar­çon en vue de la com­mo­di­té : bras et jambes libres ; mais de la petite fille, on vise avant tout à faire une jolie pou­pée et la fri­vo­li­té dont on l’imprègne avec les chif­fons lui res­te­ra la plu­part du temps toute sa vie. » (« Comment s’habiller ? », L’Ouvrière, 27 mars 1924)

Individu : « La femme, comme l’homme, est un indi­vi­du. Le pays la connaît pour lui faire payer les impôts ; la loi vaut pour elle comme pour un homme. La voleuse qui se fait prendre va en pri­son comme le voleur. Il y a donc une injus­tice fla­grante à ne lais­ser à la femme que les devoirs et à réser­ver les droits aux hommes. » (« L’argument de l’infériorité », La Fronde, 21 juillet 1926)

Jalousie : « La jalou­sie est un bas ins­tinct ; elle confère à la sexua­li­té la pré­pon­dé­rance, confi­nant par là à l’animalité. Dans la socié­té com­mu­niste, la pri­mau­té pas­se­ra des sens au cer­veau. C’est l’intelligence qui gou­ver­ne­ra l’homme comme l’homme gou­verne la nature. » (« De la jalou­sie », L’Ouvrière, 17 novembre 1923)

Kauffmann : « Caroline Kauffmann […] était pleine d’idées ori­gi­nales et aus­si de cou­rage. Lors de la com­mé­mo­ra­tion du cen­te­naire du Code civil, si dur pour les femmes, comme on sait, elle osa péné­trer seule dans le grand amphi­théâtre de la Sorbonne, et, devant les per­son­nages offi­ciels cha­mar­rés de titres et de déco­ra­tions, elle lâcha des bal­lons en bau­druche sur lequel il y avait écrit : Le code écrase la femme. […] Kauffmann mili­ta toute sa vie, jusqu’à ce que l’âge et la mala­die la retiennent pour jamais dans une chambre. Et, mal­gré les ans accu­mu­lés, son plus pro­fond regret est de ne pou­voir défendre la cause du fémi­nisme, qui, plus que tout au monde, lui est chère. » (« Nos aînées : Caroline Kauffmann », La Fronde, 16 août 1926)

Libre : « Nous reven­di­quons le droit de nous pro­me­ner sans être embê­tées et inju­riées par les vieux et jeunes mar­cheurs, le droit de prendre un bock à la ter­rasse d’un café si nous avons soif, le droit d’aller au théâtre, au concert, sans être obli­gées, sous peine de nous expo­ser à toutes sortes d’avanies, de nous faire accom­pa­gner par un exem­plaire de l’autre sexe, le droit d’aimer et d’enfanter sans maire et sans curé, si cela nous fait envie, le droit de nous inté­res­ser aux affaires de la nation qui sont nos affaires et de por­ter aux pla­teaux de la balance poli­tique, le poids de notre volon­té. En sommes, nous vou­lons une vie libre […]. » (« Une seule morale pour les deux sexes », La Suffragiste, sep­tembre 1910)

Maternité : « La mater­ni­té enchaîne la femme à ses enfants. Une croyance géné­ra­le­ment admise veut que les enfants ne peuvent être lais­sés seuls et que la mère ne peut pas les quit­ter. La venue du pre­mier enfant a donc pour effet de confi­ner la femme au logis. Plus de sor­ties, plus de spec­tacles, plus de visites ; toute la jeu­nesse est sacri­fiée. » (La Désagrégation de la famille, 1920)

Naissances : « La res­tric­tion volon­taire des nais­sances par la pro­phy­laxie anti-concep­tion­nelle ou par l’avortement a des causes qui se repro­duisent, les mêmes par­tout. Dès que l’homme est assez intel­li­gent pour régler ses ins­tincts, il com­prend qu’il a inté­rêt à ne pas être trop pro­li­fique. Quel que soit le pays, l’homme qui a, pour sa femme, d’autres sen­ti­ments qu’un désir bru­tal, se refuse à l’accabler de gros­sesses. La femme, pre­nant conscience de sa per­son­na­li­té, cherche à n’être plus exclu­si­ve­ment une pro­créa­trice. Les avan­tages éco­no­miques d’un enfan­te­ment res­treint dans les familles pauvres se retrouvent en tous pays, aus­si, la dépo­pu­la­tion est-elle la consé­quence inévi­table de la civi­li­sa­tion. » (« Avortement et dépo­pu­la­tion », La Suffragiste, mai 1911)

[August Sander]

Obstacles : « Les obs­tacles phy­sio­lo­giques signi­fient tout sim­ple­ment que les femmes, tous les mois, ont leurs règles. Belle décou­verte, n’est-il pas vrai ? Lorsqu’il s’agit de faire tra­vailler leurs bonnes, les savants que je cri­tique ne se demandent pas, j’en suis sûre, si elles ont leurs règles ou non. Les patrons qui emploient des ouvrières montrent de même, à cet égard, d’une insou­ciance par­faite. Mais ce qui n’est pas consi­dé­ré comme un obs­tacle au dur tra­vail maté­riel devient, lorsqu’il s’agit non pas de gagner 3 francs par jour, mais 15 000 francs par an, une fin de non-rece­voir abso­lue. » (« Obstacles phy­sio­lo­giques », La Suffragiste, mai 1911)

Paradoxe : « Peut-être me repro­che­ra-t-on de faire un para­doxe, si je dis que la pros­ti­tu­tion a consti­tué un pro­grès. […] Aussi, est-ce un pro­grès lorsque l’homme est fait à l’idée de ne plus impo­ser à la femme l’acte sexuel, mais à le lui payer. C’est déjà un pre­mier degré d’affranchissement de la femme qui n’est plus vio­lable à mer­ci, mais exige de l’argent contre le prêt de son corps. » (« De la pros­ti­tu­tion », L’Anarchie, novembre 1928)

Questions : « [L]es révo­lu­tions sont de puis­sants sti­mu­lants des intel­li­gences et des carac­tères ; l’ouvrier, le com­mer­çant, l’intellectuel même, qui, en temps ordi­naire, lisent à peine un jour­nal et qu’il est si dif­fi­cile d’intéresser aux ques­tions poli­tiques se pas­sionnent alors pour elles. » (« La ques­tion du vote des femmes », La Revue socia­liste, sep­tembre 1908)

Religion : « Dans la reli­gion comme dans les faits socio­lo­giques, il faut recher­cher l’armature qui est tou­jours maté­rielle. Certes, la crainte de la mort est pour quelque chose dans la renais­sance du mys­ti­cisme ; mais il n’en est que la cause seconde. La cause pre­mière est la volon­té de la bour­geoi­sie de détour­ner la classe ouvrière de la pré­pa­ra­tion de la révo­lu­tion sociale. » (L’Ouvrière, 19 jan­vier 1924 )

Servitude : « La ser­vi­tude morale du sexe fémi­nin est plus pro­fonde encore que celle des classes infé­rieures. Le serf, une fois sa besogne accom­plie, vivait en dehors de son sei­gneur, l’ouvrier vit en dehors du patron. […] Entre la femme et l’homme, rien de pareil. L’institution de la famille rend leur vie com­mune : le maître cloître l’esclave dans sa mai­son. […] Les mau­vais trai­te­ments et les humi­lia­tions lui appa­raissent comme le côté désa­gréable d’une situa­tion qui lui est natu­relle. Malheureuse en ménage, oppri­mée d’une manière exces­sive, la femme va bien confier à ses sœurs la révolte de son cœur ; mais, dès que l’orage est pas­sé, elle retourne à l’homme qu’elle admire au fond à l’égal d’un être supé­rieur. » (« La ques­tion du vote des femmes », La Revue socia­liste, sep­tembre – octobre 1908 )

Travail : « L’homme cherche à ban­nir la femme du tra­vail. C’est une concur­rente ; elle tra­vaille à un salaire infé­rieur, même quand son ren­de­ment est égal. Quand il peut la faire chas­ser des ate­liers, il n’y manque pas ; il se moque qu’elle ait ou non à man­ger. Il ne veut pas com­prendre que toutes les femmes ne peuvent pas faire le trot­toir. Mais ce que l’homme refuse comme tra­vailleur, il le per­met comme mari, comme père d’une jeune fille. Vingt francs par jour sont bons à prendre ; avec cela on bouche bien des trous. » ( Le droit au tra­vail pour la femme, 1920 )

Unions : « On s’unira avant tout pour des rai­sons morales. Pour qu’on se plaise en tant que carac­tères, en tant qu’intelligences, l’acte sexuel ne vien­dra qu’après ; com­prises ain­si les unions seront plus har­mo­nieuses et plus durables, elles pour­ront sur­vivre à l’amour et don­ner encore du bon­heur. » (« De la jalou­sie », L’Ouvrière, 17 novembre 1923 )

[August Sander]

Voter : « De ce que la ges­ta­tion se fait dans l’utérus et non dans la pros­tate, je ne vois pas que l’on puisse conclure à l’impossibilité, pour qui est pour­vu d’un uté­rus, de voter ou d’être élu. » (« La ques­tion du vote des femmes », La Revue socia­liste, sep­tembre – octobre 1908)

Wattwomen : « La guerre a eu besoin de la femme. […] Les femmes ont don­né leur mesure : le long Montrouge-Gare de l’Est, l’énorme : Malakoff-les Halles ont obéi au geste des frêles watt­wo­men, des mains gra­ciles ont sai­si la lourde pince de l’aiguillage, le cro­chet libé­ra­teur de la fameuse panne. Celles qu’on ne croyait bonnes qu’à ravau­der des chif­fons ont tra­vaillé le fer ; elles ont tour­né de lourds obus ; sans peur, elles ont com­bi­né l’acide picrique pour en faire la ter­rible méli­nite, et le pas­sant pou­vait les voir cir­cu­ler toutes jaunes à tra­vers les rues. » (« Le fémi­nisme et la guerre », La Suffragiste, juin 1919)

XXX : « Il y a trois ans, ayant une réunion fémi­niste à orga­ni­ser, je me ren­dis à la Chambre afin d’obtenir quelques concours par­le­men­taires. Je m’adressai à M. XXX, dépu­té connu. Certainement, me dit-il, je suis fémi­niste ; j’ai lu d’ailleurs vos bro­chures et j’en approuve les idées ; mais il m’est impos­sible de m’affirmer publi­que­ment en ce sens. Et pour­quoi donc ? Ah, si vous saviez com­bien il faut peu de chose pour tuer poli­ti­que­ment un homme ! Un mot, un épi­thète et ça y est, on est à jamais ridi­cule et… impos­sible. L’honorable par­le­men­taire dont je parle ne fut pas tué, au contraire, si l’on peut dire, car il devint ministre. Je ne lui en ai pas vou­lu ; car s’il a man­qué en cette occa­sion de dés­in­té­res­se­ment, il n’a pas man­qué de fran­chise. Et com­bien sont encore moins francs que dés­in­té­res­sés ! » (« Le fémi­nisme et les par­tis poli­tiques en France », La Suffragiste, février 1912 )

Yeux : « Dans l’âme de son fils, le père s’efforce de sus­ci­ter l’énergie et le res­sort moral. Pleure-t-il parce qu’il est tom­bé ou s’est fait une égra­ti­gnure, on lui reproche la honte de sa fai­blesse : Tu n’es donc pas un homme ?, Tu pleures comme une petite fille. La fillette, elle, n’est jamais répri­man­dée pour des choses de cet ordre : la peur et la fai­blesse sont, pensent les parents, natu­relles à son sexe, et, loin de les réfré­ner, ils les encou­ragent plu­tôt. Aussi, com­prend-elle très vite que la pusil­la­ni­mi­té, qui fait la honte des hommes, fait au contraire le charme des femmes, et loin donc de s’en cor­ri­ger, elle va jusqu’à la simu­ler pour se rendre inté­res­sante aux yeux des assis­tants. » (« Les fac­teurs socio­lo­giques de la psy­cho­lo­gie fémi­nine », La Revue socia­liste, mai 1907)

Zèle : « La plou­to­cra­tie qui nous régit cor­rompt les plus belles choses. Ces places d’inspectrices, au lieu de les don­ner à des ins­ti­tu­trices, d’en faire le grade supé­rieur venant cou­ron­ner une intel­li­gence remar­quable, de longues années de zèle don­nées à l’enseignement, on pré­fère en doter soit des femmes hau­te­ment appa­ren­tées, soit celles qui, joi­gnant à un joli visage des scru­pules peu encom­brants, ont su se créer des ami­tiés utiles. » (« Pour les ins­ti­tu­trices », La Suffragiste, novembre 1911)


[Sur les traces de Madeleine Pelletier : un docu­men­taire est en cours, signé Florence Sitoleux]


Tous les abé­cé­daires sont confec­tion­nés, par nos soins, sur la base des ouvrages, articles, entre­tiens ou cor­res­pon­dance des auteur·es.
Photographie de ban­nière : August Sander


REBONDS

☰ Lire notre abécédaire de Walter Benjamin, janvier 2020
☰ Lire notre abé­cé­daire de James Baldwin, juin 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire de Raoul Vaneigem, avril 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire d’Élisée Reclus, mars 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire de Virginia Woolf, mars 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire de Frantz Fanon, jan­vier 2019

Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.