L’abécédaire de Madeleine Pelletier


Texte inédit pour le site de Ballast

Née en 1874, Madeleine Pelletier fait, en France, figure de pion­nière du fémi­nisme. Mais une figure encore mécon­nue. Celle qui, issue d’une famille modeste, s’est ins­truite par ses propres moyens a conquis, en dépit des obs­tacles, un métier alors émi­nem­ment mas­cu­lin : méde­cin. Première femme interne en psy­chia­trie et fémi­niste « inté­grale », selon son propre mot, Pelletier a ain­si reven­di­qué la pleine et entière éman­ci­pa­tion des femmes. Tour à tour res­pon­sable socia­liste, membre du Parti com­mu­niste et sym­pa­thi­sante anar­chiste, elle n’en eut pas moins à faire face au sexisme des dif­fé­rentes orga­ni­sa­tions qu’elle fré­quen­ta. Auteure de plu­sieurs ouvrages — sur l’a­vor­te­ment, l’é­du­ca­tion ou encore la Russie sovié­tique —, Pelletier, abu­si­ve­ment inter­née à la fin de sa vie, est éga­le­ment l’une des pre­mières à avoir éla­bo­ré ce qui devien­dra le concept de « genre », fai­sant valoir que le « sexe psy­cho­lo­gique » est une construc­tion sociale et non bio­lo­gique.


Anarchistes : « Le gou­ver­ne­ment, disent les anar­chistes, ne sert qu’à pro­té­ger la pro­prié­té contre les sans pro­prié­té ? Cela est vrai, en thèse géné­rale ; mais en socio­lo­gie, il y a, à côte du grand fait géné­ral, quan­ti­té de petits faits qui ont aus­si leur impor­tance et qu’on ne sau­rait négli­ger sous peine de tom­ber dans l’utopie. Le gou­ver­ne­ment, avec son appa­reil légis­la­tif et poli­cier, pro­tège non seule­ment les pro­prié­taires, mais aus­si cha­cun contre tout le monde. » (« Communisme et anar­chie », L’Ouvrière, 24 avril 1924)

Bourgeoisie : « La bour­geoi­sie détient le pou­voir, c’est elle qui a acca­pa­ré la science et se l’est réser­vée à elle seule ; rien d’étonnant à ce que la science, deve­nue la chose d’une classe, gran­disse puis décline avec cette classe. » (« La Bourgeoisie et la science », La Suffragiste, sep­tembre – octobre 1919)

Communiste : « La révo­lu­tion com­mu­niste, loin d’affaiblir l’appareil gou­ver­ne­men­tal, ne fera que le ren­for­cer, car elle devra lut­ter à l’intérieur et à l’extérieur contre un monde d’ennemis qui ne désar­me­ront pas du jour au len­de­main. Il est dési­rable qu’un jour advienne où la simple admi­nis­tra­tion des choses rem­place le gou­ver­ne­ment des hommes ; mais aupa­ra­vant, il fau­dra pas­ser par une longue période de dic­ta­ture du pro­lé­ta­riat. » (« Communisme et anar­chie », L’Ouvrière, 24 avril 1924)

Différences : « Si les femmes sont, au point de vue intel­lec­tuel, dif­fé­rentes des hommes, c’est sur­tout parce qu’on les éduque de manière dif­fé­rente. Si on ne don­nait pas de tam­bours et de fusils de bois au petit gar­çon, il ne pen­se­rait pas à être sol­dat. Si on ne don­nait pas de pou­pées à la petite fille, elle ne son­ge­rait pas à être mère de famille. Les enfants imitent les sol­dats et ne trouvent rien de plus enviable que de les conti­nuer ; le fils veut être le père et la fille, la mère. Lorsqu’on a ouvert aux femmes les portes des Facultés, on a bien vu qu’elles n’étaient pas du tout inaptes à rece­voir l’enseignement supé­rieur. Les étu­diantes éga­laient les étu­diants, par­fois, elles les sur­pas­saient, parce que leur escla­vage social, qui conti­nuait encore, les obli­geait à se pri­ver de dis­trac­tions. Devant toutes ces bache­lières, ces licen­ciées, ces doc­to­resses, l’argument de l’infériorité de la femme aurait dû tom­ber. Mais les objec­tions à la liber­té du sexe fémi­nin ne tombent pas si faci­le­ment, parce qu’au fond de l’anti-féminisme, il n’y a pas la logique, mais l’intérêt des hommes, ou plu­tôt ce que les hommes croient être leur inté­rêt. » (« L’argument de l’infériorité », La Fronde, 21 juillet 1926)

Éducation : « La réelle infé­rio­ri­té de la moyenne des femmes n’est pas une infé­rio­ri­té essen­tielle, mais un manque d’information cau­sé par une édu­ca­tion qui réprime au lieu de sus­ci­ter. La preuve en est que, dès qu’en une forme quel­conque de l’activité intel­lec­tuelle la pro­hi­bi­tion cesse pour lui, l’esprit fémi­nin s’y déve­loppe. » (« La ques­tion du vote des femmes », La Revue socia­liste, sep­tembre – octobre 1908)

Fille-mère : « De quoi donc était cou­pable la fille-mère pour méri­ter un tel châ­ti­ment ? De rien. Ce qu’elle avait fait, les hommes le fai­saient cou­ram­ment et ils appe­laient ça satis­faire à la nature. Et la jeune fille était, si l’on peut dire, moins cou­pable encore, car, le plus sou­vent, son seule tort était de s’être lais­sée trom­per par un homme qui lui avait pro­mis le mariage. […] Il faut réagir contre ces concep­tions péri­mées de l’honneur fémi­nin. L’honneur fémi­nin n’est pas dif­fé­rent de l’honneur mas­cu­lin : ce qui est bien, mal ou indif­fé­rent pour l’homme, le doit être pour la femme. » (« Fille – mère », La Fronde, 15 juillet 1926)

Guerre : « L’homme fait la guerre et la femme ne la fait pas. Tout le mépris du sexe mâle vis-à-vis du nôtre vient de là. Fort heu­reu­se­ment pour nous, le monde est en train de se retour­ner. Il se trouve que c’est le sexe qui fait la guerre qui a tort et celui qui ne la fait pas qui a rai­son. » (« Les femmes et la guerre », L’Éveil de la Femme, 13 octobre 1932)

August Sander

Habits : « La civi­li­sa­tion capi­ta­liste n’a pas encore recon­nu le droit élé­men­taire de cha­cune de s’habiller à sa guise. Dans les rues des plus grandes villes, on se sent encore comme en pays enne­mi et on s’habille comme tout le monde, afin de pas­ser inaper­çu, pour ne pas don­ner prise à la mal­veillance, tou­jours prête à s’exercer. Le vête­ment de la femme reflète son escla­vage social. On habille le petit gar­çon en vue de la com­mo­di­té : bras et jambes libres ; mais de la petite fille, on vise avant tout à faire une jolie pou­pée et la fri­vo­li­té dont on l’imprègne avec les chif­fons lui res­te­ra la plu­part du temps toute sa vie. » (« Comment s’habiller ? », L’Ouvrière, 27 mars 1924)

Individu : « La femme, comme l’homme, est un indi­vi­du. Le pays la connaît pour lui faire payer les impôts ; la loi vaut pour elle comme pour un homme. La voleuse qui se fait prendre va en pri­son comme le voleur. Il y a donc une injus­tice fla­grante à ne lais­ser à la femme que les devoirs et à réser­ver les droits aux hommes. » (« L’argument de l’infériorité », La Fronde, 21 juillet 1926)

Jalousie : « La jalou­sie est un bas ins­tinct ; elle confère à la sexua­li­té la pré­pon­dé­rance, confi­nant par là à l’animalité. Dans la socié­té com­mu­niste, la pri­mau­té pas­se­ra des sens au cer­veau. C’est l’intelligence qui gou­ver­ne­ra l’homme comme l’homme gou­verne la nature. » (« De la jalou­sie », L’Ouvrière, 17 novembre 1923)

Kauffmann : « Caroline Kauffmann […] était pleine d’idées ori­gi­nales et aus­si de cou­rage. Lors de la com­mé­mo­ra­tion du cen­te­naire du Code civil, si dur pour les femmes, comme on sait, elle osa péné­trer seule dans le grand amphi­théâtre de la Sorbonne, et, devant les per­son­nages offi­ciels cha­mar­rés de titres et de déco­ra­tions, elle lâcha des bal­lons en bau­druche sur lequel il y avait écrit : Le code écrase la femme. […] Kauffmann mili­ta toute sa vie, jusqu’à ce que l’âge et la mala­die la retiennent pour jamais dans une chambre. Et, mal­gré les ans accu­mu­lés, son plus pro­fond regret est de ne pou­voir défendre la cause du fémi­nisme, qui, plus que tout au monde, lui est chère. » (« Nos aînées : Caroline Kauffmann », La Fronde, 16 août 1926)

Libre : « Nous reven­di­quons le droit de nous pro­me­ner sans être embê­tées et inju­riées par les vieux et jeunes mar­cheurs, le droit de prendre un bock à la ter­rasse d’un café si nous avons soif, le droit d’aller au théâtre, au concert, sans être obli­gées, sous peine de nous expo­ser à toutes sortes d’avanies, de nous faire accom­pa­gner par un exem­plaire de l’autre sexe, le droit d’aimer et d’enfanter sans maire et sans curé, si cela nous fait envie, le droit de nous inté­res­ser aux affaires de la nation qui sont nos affaires et de por­ter aux pla­teaux de la balance poli­tique, le poids de notre volon­té. En sommes, nous vou­lons une vie libre […]. » (« Une seule morale pour les deux sexes », La Suffragiste, sep­tembre 1910)

Maternité : « La mater­ni­té enchaîne la femme à ses enfants. Une croyance géné­ra­le­ment admise veut que les enfants ne peuvent être lais­sés seuls et que la mère ne peut pas les quit­ter. La venue du pre­mier enfant a donc pour effet de confi­ner la femme au logis. Plus de sor­ties, plus de spec­tacles, plus de visites ; toute la jeu­nesse est sacri­fiée. » (La Désagrégation de la famille, 1920)

Naissances : « La res­tric­tion volon­taire des nais­sances par la pro­phy­laxie anti-concep­tion­nelle ou par l’avortement a des causes qui se repro­duisent, les mêmes par­tout. Dès que l’homme est assez intel­li­gent pour régler ses ins­tincts, il com­prend qu’il a inté­rêt à ne pas être trop pro­li­fique. Quel que soit le pays, l’homme qui a, pour sa femme, d’autres sen­ti­ments qu’un désir bru­tal, se refuse à l’accabler de gros­sesses. La femme, pre­nant conscience de sa per­son­na­li­té, cherche à n’être plus exclu­si­ve­ment une pro­créa­trice. Les avan­tages éco­no­miques d’un enfan­te­ment res­treint dans les familles pauvres se retrouvent en tous pays, aus­si, la dépo­pu­la­tion est-elle la consé­quence inévi­table de la civi­li­sa­tion. » (« Avortement et dépo­pu­la­tion », La Suffragiste, mai 1911)

August Sander

Obstacles : « Les obs­tacles phy­sio­lo­giques signi­fient tout sim­ple­ment que les femmes, tous les mois, ont leurs règles. Belle décou­verte, n’est-il pas vrai ? Lorsqu’il s’agit de faire tra­vailler leurs bonnes, les savants que je cri­tique ne se demandent pas, j’en suis sûre, si elles ont leurs règles ou non. Les patrons qui emploient des ouvrières montrent de même, à cet égard, d’une insou­ciance par­faite. Mais ce qui n’est pas consi­dé­ré comme un obs­tacle au dur tra­vail maté­riel devient, lorsqu’il s’agit non pas de gagner 3 francs par jour, mais 15 000 francs par an, une fin de non-rece­voir abso­lue. » (« Obstacles phy­sio­lo­giques », La Suffragiste, mai 1911)

Paradoxe : « Peut-être me repro­che­ra-t-on de faire un para­doxe, si je dis que la pros­ti­tu­tion a consti­tué un pro­grès. […] Aussi, est-ce un pro­grès lorsque l’homme est fait à l’idée de ne plus impo­ser à la femme l’acte sexuel, mais à le lui payer. C’est déjà un pre­mier degré d’affranchissement de la femme qui n’est plus vio­lable à mer­ci, mais exige de l’argent contre le prêt de son corps. » (« De la pros­ti­tu­tion », L’Anarchie, novembre 1928)

Questions : « [L]es révo­lu­tions sont de puis­sants sti­mu­lants des intel­li­gences et des carac­tères ; l’ouvrier, le com­mer­çant, l’intellectuel même, qui, en temps ordi­naire, lisent à peine un jour­nal et qu’il est si dif­fi­cile d’intéresser aux ques­tions poli­tiques se pas­sionnent alors pour elles. » (« La ques­tion du vote des femmes », La Revue socia­liste, sep­tembre 1908)

Religion : « Dans la reli­gion comme dans les faits socio­lo­giques, il faut recher­cher l’armature qui est tou­jours maté­rielle. Certes, la crainte de la mort est pour quelque chose dans la renais­sance du mys­ti­cisme ; mais il n’en est que la cause seconde. La cause pre­mière est la volon­té de la bour­geoi­sie de détour­ner la classe ouvrière de la pré­pa­ra­tion de la révo­lu­tion sociale. » (L’Ouvrière, 19 jan­vier 1924 )

Servitude : « La ser­vi­tude morale du sexe fémi­nin est plus pro­fonde encore que celle des classes infé­rieures. Le serf, une fois sa besogne accom­plie, vivait en dehors de son sei­gneur, l’ouvrier vit en dehors du patron. […] Entre la femme et l’homme, rien de pareil. L’institution de la famille rend leur vie com­mune : le maître cloître l’esclave dans sa mai­son. […] Les mau­vais trai­te­ments et les humi­lia­tions lui appa­raissent comme le côté désa­gréable d’une situa­tion qui lui est natu­relle. Malheureuse en ménage, oppri­mée d’une manière exces­sive, la femme va bien confier à ses sœurs la révolte de son cœur ; mais, dès que l’orage est pas­sé, elle retourne à l’homme qu’elle admire au fond à l’égal d’un être supé­rieur. » (« La ques­tion du vote des femmes », La Revue socia­liste, sep­tembre – octobre 1908 )

Travail : « L’homme cherche à ban­nir la femme du tra­vail. C’est une concur­rente ; elle tra­vaille à un salaire infé­rieur, même quand son ren­de­ment est égal. Quand il peut la faire chas­ser des ate­liers, il n’y manque pas ; il se moque qu’elle ait ou non à man­ger. Il ne veut pas com­prendre que toutes les femmes ne peuvent pas faire le trot­toir. Mais ce que l’homme refuse comme tra­vailleur, il le per­met comme mari, comme père d’une jeune fille. Vingt francs par jour sont bons à prendre ; avec cela on bouche bien des trous. » ( Le droit au tra­vail pour la femme, 1920 )

Unions : « On s’unira avant tout pour des rai­sons morales. Pour qu’on se plaise en tant que carac­tères, en tant qu’intelligences, l’acte sexuel ne vien­dra qu’après ; com­prises ain­si les unions seront plus har­mo­nieuses et plus durables, elles pour­ront sur­vivre à l’amour et don­ner encore du bon­heur. » (« De la jalou­sie », L’Ouvrière, 17 novembre 1923 )

August Sander

Voter : « De ce que la ges­ta­tion se fait dans l’utérus et non dans la pros­tate, je ne vois pas que l’on puisse conclure à l’impossibilité, pour qui est pour­vu d’un uté­rus, de voter ou d’être élu. » (« La ques­tion du vote des femmes », La Revue socia­liste, sep­tembre – octobre 1908)

Wattwomen : « La guerre a eu besoin de la femme. […] Les femmes ont don­né leur mesure : le long Montrouge-Gare de l’Est, l’énorme : Malakoff-les Halles ont obéi au geste des frêles watt­wo­men, des mains gra­ciles ont sai­si la lourde pince de l’aiguillage, le cro­chet libé­ra­teur de la fameuse panne. Celles qu’on ne croyait bonnes qu’à ravau­der des chif­fons ont tra­vaillé le fer ; elles ont tour­né de lourds obus ; sans peur, elles ont com­bi­né l’acide picrique pour en faire la ter­rible méli­nite, et le pas­sant pou­vait les voir cir­cu­ler toutes jaunes à tra­vers les rues. » (« Le fémi­nisme et la guerre », La Suffragiste, juin 1919)

XXX : « Il y a trois ans, ayant une réunion fémi­niste à orga­ni­ser, je me ren­dis à la Chambre afin d’obtenir quelques concours par­le­men­taires. Je m’adressai à M. XXX, dépu­té connu. Certainement, me dit-il, je suis fémi­niste ; j’ai lu d’ailleurs vos bro­chures et j’en approuve les idées ; mais il m’est impos­sible de m’affirmer publi­que­ment en ce sens. Et pour­quoi donc ? Ah, si vous saviez com­bien il faut peu de chose pour tuer poli­ti­que­ment un homme ! Un mot, un épi­thète et ça y est, on est à jamais ridi­cule et… impos­sible. L’honorable par­le­men­taire dont je parle ne fut pas tué, au contraire, si l’on peut dire, car il devint ministre. Je ne lui en ai pas vou­lu ; car s’il a man­qué en cette occa­sion de dés­in­té­res­se­ment, il n’a pas man­qué de fran­chise. Et com­bien sont encore moins francs que dés­in­té­res­sés ! » (« Le fémi­nisme et les par­tis poli­tiques en France », La Suffragiste, février 1912 )

Yeux : « Dans l’âme de son fils, le père s’efforce de sus­ci­ter l’énergie et le res­sort moral. Pleure-t-il parce qu’il est tom­bé ou s’est fait une égra­ti­gnure, on lui reproche la honte de sa fai­blesse : Tu n’es donc pas un homme ?, Tu pleures comme une petite fille. La fillette, elle, n’est jamais répri­man­dée pour des choses de cet ordre : la peur et la fai­blesse sont, pensent les parents, natu­relles à son sexe, et, loin de les réfré­ner, ils les encou­ragent plu­tôt. Aussi, com­prend-elle très vite que la pusil­la­ni­mi­té, qui fait la honte des hommes, fait au contraire le charme des femmes, et loin donc de s’en cor­ri­ger, elle va jusqu’à la simu­ler pour se rendre inté­res­sante aux yeux des assis­tants. » (« Les fac­teurs socio­lo­giques de la psy­cho­lo­gie fémi­nine », La Revue socia­liste, mai 1907)

Zèle : « La plou­to­cra­tie qui nous régit cor­rompt les plus belles choses. Ces places d’inspectrices, au lieu de les don­ner à des ins­ti­tu­trices, d’en faire le grade supé­rieur venant cou­ron­ner une intel­li­gence remar­quable, de longues années de zèle don­nées à l’enseignement, on pré­fère en doter soit des femmes hau­te­ment appa­ren­tées, soit celles qui, joi­gnant à un joli visage des scru­pules peu encom­brants, ont su se créer des ami­tiés utiles. » (« Pour les ins­ti­tu­trices », La Suffragiste, novembre 1911)


Sur les traces de Madeleine Pelletier — un docu­men­taire est en cours


Tous les abé­cé­daires sont confec­tion­nés, par nos soins, sur la base des ouvrages, articles, cor­res­pon­dances ou entre­tiens des auteur·e·s.
Photographie de ban­nière : August Sander


REBONDS

☰ Lire notre abé­cé­daire de Walter Benjamin, jan­vier 2020
☰ Lire notre abé­cé­daire de James Baldwin, juin 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire de Raoul Vaneigem, avril 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire d’Élisée Reclus, mars 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire de Virginia Woolf, mars 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire de Frantz Fanon, jan­vier 2019

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.