La révolte des cheminots


Entretien inédit pour le site de Ballast

Plus de six mois de grèves, de jour­nées d’action et de mani­fes­ta­tions pour s’opposer à la « réforme fer­ro­viaire » du gou­ver­ne­ment Macron-Philippe : mal­gré le sou­tien de l’opinion, la loi a été adop­tée en juin 2018. Nous retrou­vons Anasse Kazib, syn­di­ca­liste SUD Rail, à la ter­rasse d’un fast-food. Des pas­sants l’interpellent pour le remer­cier ou l’encourager — « Vous êtes au top ! », « On n’a jamais été aus­si fier de quelqu’un ! ». Il faut dire que ses vidéos Internet et ses inter­ven­tions à la télé­vi­sion ont bous­cu­lé le récit média­tique domi­nant : une audience rare pour un syn­di­ca­liste révo­lu­tion­naire. Le tren­te­naire, né à Sarcelles, revient à nos côtés sur son par­cours et appelle à rendre au syn­di­ca­lisme ses lettres de noblesses ouvrières.


Mon tra­vail, c’est d’aiguiller les trains. Quand il y a des tra­vaux de main­te­nance, il faut faire des coupes pour pro­té­ger les sala­riés sur les voies. On a huit heures de ser­vice sans pause — on peut se res­tau­rer tant que ça ne dérange pas le ser­vice. Au quo­ti­dien, on est seul ou à deux ; au total, il y a une cen­taine d’aiguilleurs sur Le Bourget. Mon his­toire avec la SNCF ? Elle remonte à long­temps : c’est une his­toire de famille. Ma femme est che­mi­note et mon père est un chi­ba­ni1« Vieil homme », en arabe. En février 2018, 848 chi­ba­nis ont gagné leur pro­cès pour dis­cri­mi­na­tion face à la SNCF.. Mon pre­mier contact s’est fait à 18 ans : je tra­vaillais à la SNCF comme sai­son­nier, puis j’y suis ren­tré pour de bon en 2012 en tant que « tech­ni­cien trans­port mou­ve­ment », c’est-à-dire agent de cir­cu­la­tion maî­trise. Avant ça, j’avais fait un BTS et plu­sieurs bou­lots, sur­tout dans l’événementiel — j’ai gran­di dans la cité Rose à Sarcelles, une des cités les plus chaudes de France. Pour être sin­cère, j’étais alors un peu libé­ral, sur le modèle « le cœur à gauche et le por­te­feuille à droite ». Je devais orga­ni­ser des soi­rées à Paris : on ne fai­sait que par­ler d’oseille, de bou­teilles, de bagnoles…

« Ça fonc­tionne comme ça : dès qu’il y a un syn­di­cat, il y a pres­sion et la direc­tion panique. »

Ma pre­mière expé­rience mili­tante à la SNCF s’est faite très tôt. À mon arri­vée, j’ai fait une for­ma­tion de deux ans, j’avais d’assez bons résul­tats. Mais au pas­sage d’un exa­men en cours d’année, il y a eu un raté : le sujet n’était pas le bon, nous n’étions pas pré­pa­rés. Le centre d’examens n’en a pas tenu compte, alors on a pes­té. J’ai décou­vert la méthode SNCF très rapi­de­ment : si tu l’ouvres, on te réprime. Du jour au len­de­main, je suis pas­sé de bon élève à cancre : ils me bais­saient sys­té­ma­ti­que­ment les notes, j’ai tout lâché et je suis retour­né à mon poste au Bourget. Là, ils m’ont dit que je devais aller à Amiens. Impossible : j’étais marié avec des enfants, je ne pou­vais pas par­tir. Je com­men­çais à déses­pé­rer, à me rési­gner. J’en parle à un col­lègue syn­di­qué à SUD, il trouve ça bizarre et en parle à un délé­gué SUD Rail. Le len­de­main matin, à 7 heures, sur mon poste de tra­vail, je les vois débar­quer ; ils me disent : « Te prends pas la tête, la boîte fait de l’intimidation, mais tu as un contrat de tra­vail avec un lieu d’affectation. Ils ont besoin de ton accord par ave­nant pour te déga­ger. On va régler ça tout de suite. » Peu de temps après, mon chef vient me voir : « Vous allez être content, on a trou­vé une solu­tion ! » Bien sûr, il fai­sait mine que la pres­sion syn­di­cale n’avait rien à voir avec ça. À par­tir de là je me suis dit que ça fonc­tion­nait comme ça : dès qu’il y a un syn­di­cat, il y a pres­sion et la direc­tion panique. Par prin­cipe, j’ai pris ma carte à SUD. Pendant plus de six mois, je ne fai­sais rien, je ne lisais même pas les mails. Puis, en 2014, arrivent les élec­tions pro­fes­sion­nelles, et le syn­di­cat me pro­pose de me pré­sen­ter. C’était sim­ple­ment pour faire une liste — en prin­cipe je n’étais pas éli­gible puisque SUD ne fai­sait pas de voix au Bourget. Mais les mecs du Bourget me connais­saient et m’appréciaient, et on a fina­le­ment gagné une place au CHSCT2Le Comité d’hygiène, de sécu­ri­té et des condi­tions de tra­vail, sup­pri­mé par les ordon­nances Macron.. Ils m’ont for­mé, et c’est comme ça que je suis entré dans le mili­tan­tisme. Aujourd’hui on a trois membres SUD Rail au CHSCT, sur quatre au total. On a été capables de mener une grève vic­to­rieuse : on fai­sait des grèves de 59 minutes aux heures de pointe, c’était un cal­vaire pour les patrons ! En un mois, ils ont lâché : on a eu les primes.

Le mou­ve­ment de l’été der­nier [2018], on l’appelle « la bataille du rail ». C’est une lutte assez emblé­ma­tique où pen­dant trois mois on a assis­té à un vrai élan de fier­té chez les che­mi­nots. Au-delà de la ques­tion finan­cière, il y avait une guerre psy­cho­lo­gique à mener contre le « che­mi­not-bashing ». Les che­mi­nots avaient la volon­té de dire « On est là, on existe ». C’est fina­le­ment une « révolte du rail » : quoi qu’on en dise, les che­mi­nots se sont révol­tés. Après, le résul­tat, on le connaît… Dès le rap­port Spinetta3Rapport conduit par Jean-Cyril Spinetta sur l’avenir de la SNCF, ren­du le 15 février 2018. Commandé par le gou­ver­ne­ment, ce rap­port recom­man­dait, entre autres choses, la fer­me­ture de 9 000 kilo­mètres de lignes fer­ro­viaires., j’ai vu que cer­taines direc­tions syn­di­cales bégayaient. Le rap­port est sor­ti le 15 février [2018], la pre­mière inter­syn­di­cale s’est tenue le 15 mars. Ça sen­tait le manque d’envie d’y aller. Pendant ce temps, je voyais mes potes che­mi­nots se défendre comme ils pou­vaient, à balan­cer leurs fiches de paie sur les réseaux, à se fil­mer sous la neige à dénei­ger des aiguilles… Puis on a vu Laurent Brun [secré­taire géné­ral de la CGT Cheminots, majo­ri­taire dans le sec­teur, ndlr] arri­ver avec sa grille de Loto, sa grève per­lée. Je suis tom­bé des nues ! Je me deman­dais : com­ment c’est pos­sible ? Je ne suis ni à la CGT, ni anar­chiste — je suis trots­kyste —, mais je res­pecte la Charte d’Amiens. Et même si j’ai quelques diver­gences, ce texte nous dit qu’une des solu­tions pour la révo­lu­tion, c’est la grève géné­rale. On ne peut pas gagner avec une grève per­lée, on n’a jamais gagné comme ça. C’est aux gré­vistes de déci­der de leur stra­té­gie, et ce, en AG. Mais là, nous n’avions pas le choix : la CGT avait déjà choi­si la stra­té­gie et ne lais­sait pas de marge. Elle n’avait dépo­sé de pré­avis de grève que pour son propre calen­drier. Alors les AG ne pou­vaient qu’être faibles : pas besoin de se réunir et, de toute façon, il n’y avait pas grand-chose à déci­der ! Il fal­lait juste suivre le calen­drier. Cette stra­té­gie a été déci­dée au som­met mais tous les cégé­tistes que je connais deman­daient la recon­duc­tible !

Par Cyrille Choupas

À SUD, la ligne était simple : grève recon­duc­tible avec pré­avis dépo­sé par le syn­di­cat, puis l’AG sou­ve­raine décide ce qu’elle en fait. Tu ne peux pas te chauf­fer avec ton patron le lun­di puis le mar­di pour te poin­ter au bou­lot le mer­cre­di ! Le patron ne va pas lâcher, il te rem­pla­ce­ra ou te sur­veille­ra jusqu’à ce que tu fasses la moindre petite erreur. La plu­part des entre­tiens dis­ci­pli­naires se font comme ça : sur des gré­vistes qui reprennent le tra­vail. On savait que la grève per­lée ne mar­che­rait pas. Dans mon métier, on est sou­mis à ce qu’on appelle les décla­ra­tions d’intention de faire grève : on doit pré­ve­nir 48 heures avant. Si on doit faire ça pour deux jours, ça avan­tage le patron : il a le calen­drier des trois mois de grève, donc il ne compte même pas sur toi. Une col­lègue me disait : « De toute façon, votre grève c’est gra­tos pour la boîte parce qu’elle ne compte pas sur vous, elle prend d’autres per­sonnes et vous paie pas. C’est pareil pour elle ! » C’est seule­ment une ques­tion logis­tique. La grève per­lée, c’est la double arnaque.

« On savait que la grève per­lée ne mar­che­rait pas. C’est la double arnaque. »

L’autre pro­blème, c’est la com­mu­ni­ca­tion. Laurent Brun expli­quait que la grève recon­duc­tible ne marche pas. Tu ne peux pas dire ça ! Comment tu fais après, dans 5 ans, dans 10 ans ? Comment tu fais si tu perds ? Si la recon­duc­tible ne marche pas, et que la per­lée non plus, tu amènes à l’idée que c’est la grève en elle-même qui ne marche pas et qu’il fau­drait se conten­ter de dis­cu­ter, de négo­cier. Il y a une phrase de Brun dans un film d’Yvan Le Bolloch, où il dit en gros : « Avec cette grève per­lée, ils sont obli­gés de répondre à nos ques­tions toutes les semaines. » Va dire ça devant une AG de che­mi­nots ! Les gens font grève pour reti­rer la réforme et pour amé­lio­rer le sys­tème fer­ro­viaire, pas pour que tu ailles poser tes ques­tions ! Ils ont eu trente ren­dez-vous avec la ministre des Transports : rien n’a bou­gé. C’est ça qui est extra­or­di­naire dans cette lutte : c’est la plus longue bataille de la SNCF, et c’est sans doute la seule où rien n’a été concé­dé ! Et je dis ça en toute tran­quilli­té : par­tout en France, il y a des mili­tants CGT hon­nêtes et com­ba­tifs qui se sont bat­tus corps et âmes contre cette réforme fer­ro­viaire. Ce ne sont pas les mili­tants CGT qu’on cri­tique, c’est le choix d’une stra­té­gie qui ne nous a pas per­mis de gagner — il faut le recon­naître.

La plus grosse erreur qu’ils ont faite, ce n’est même pas le choix de la grève per­lée, c’est le délai de trois mois posé. Brun pen­sait que Macron allait être téta­ni­sé par trois mois de grève, mais ça n’a eu aucun impact. En avril, Macron voyait que le pays tenait mal­gré la grève, il savait que les che­mi­nots ne feraient pas mieux : il n’y a eu aucun rebon­dis­se­ment, il était tran­quille. Pourquoi Brun n’a pas chan­gé de stra­té­gie ? L’orgueil… Quand tu as ven­du la grève per­lée comme la hui­tième mer­veille du monde mais que ça ne marche pas, le mieux c’est que tu la fermes et que tu ne dises pas que c’est un fias­co. Maintenant, leur truc dans la bureau­cra­tie syn­di­cale, c’est de dire que si les agents l’avaient vou­lu, ils auraient fait autre chose… Comme si les agents pou­vaient se pas­ser des struc­tures syn­di­cales alors que c’é­taient les orga­ni­sa­tions syn­di­cales qui allaient dans les négo­cia­tions et qui ont por­té cette poli­tique…

Par Cyrille Choupas

La bureau­cra­tie est un pro­blème clé. Un bureau­crate c’est une per­sonne qui fait pas­ser un inté­rêt per­son­nel ou d’ap­pa­reil avant l’in­té­rêt géné­ral et qui veut avoir le contrôle sur les choses. Toutes les actions et les outils que le mou­ve­ment ouvrier avait construits dis­pa­raissent : la grève géné­rale, la grève recon­duc­tible, les caisses de grève, les comi­tés de grève. Quand tu viens dans un sec­teur pour dire que tu veux faire un comi­té de grève, les « buros » [bureau­crates, ndlr]. te regardent avec de ces yeux ! « Quoi, comi­té de grève ? T’es malade, c’est l’intersyndicale qui décide ! » Ils te boy­cottent, ils te fument ! C’est ce que dit Trotsky : la bour­geoi­sie a sa police, ses patrons et ses médias, mais elle a aus­si sa bureau­cra­tie syn­di­cale qui te dit quand tu dois faire grève et quand tu dois arrê­ter. Enfin vient la ques­tion cen­trale du rap­port à la négo­cia­tion. Laurent Brun s’est concen­tré sur la négo­cia­tion, sauf qu’il n’a pas com­pris la poli­tique de Macron. C’est un bull­do­zer, il avance vite, il est là pour faire des réformes. Nous avons essuyé une défaite, la réforme est bel et bien pas­sée, mais ça n’est pas la défaite qu’aurait vou­lu Macron : il vou­lait être le Thatcher à la fran­çaise, il vou­lait asseoir son auto­ri­té, plier les che­mi­nots en trois mois — là où les autres gou­ver­ne­ments trem­blaient. La popu­la­ri­té de la grève, la caisse de grève, les sou­tiens, la durée, les son­dages qui n’ont jamais ces­sé d’être en faveur des che­mi­nots, tout ça, ça lui a fait mal.

« C’est ce que dit Trotsky : la bour­geoi­sie a sa police, ses patrons et ses médias, mais elle a aus­si sa bureau­cra­tie syn­di­cale qui te dit quand tu dois faire grève et quand tu dois arrê­ter. »

Toute l’histoire du syn­di­ca­lisme des der­nières années, c’est qu’on est sur la défen­sive en per­ma­nence : il n’y a rien d’offensif. On parle sou­vent de la Charte d’Amiens : on n’en retient que la sépa­ra­tion du poli­tique et du syn­di­cat, mais ça n’est pas seule­ment ça. Les anar­chistes, à l’époque, posaient ce prin­cipe par peur du bureau­cra­tisme poli­tique et par crainte qu’un par­ti poli­tique récu­père et s’immisce dans le syn­di­cat. Il y avait les trip­tyques PCF-CGT-Huma et PS-CFDT-FSU, et c’est eux qui aujourd’hui nous disent de ne pas faire de poli­tique ! On me le reproche au quo­ti­dien : « Toi, tu ne fais pas du syn­di­ca­lisme, tu fais de la poli­tique. » Mais la Charte d’Amiens ne dit pas de ne pas faire de poli­tique. La loi Travail, c’est poli­tique, le par­tage du temps de tra­vail, c’est poli­tique ! À l’inverse, qu’on nous dise qu’il ne faut pas de par­tage des richesses, que c’est nor­mal qu’il y ait des pauvres, c’est poli­tique aus­si. Avec cette concep­tion, tu laisses la poli­tique aux bour­geois et tu aban­donnes le sort des pro­los entre les mains de la bureau­cra­tie syn­di­cale qui, elle, sert des inté­rêts poli­tiques. C’est d’ailleurs cette bureau­cra­tie qui finit géné­ra­le­ment par tra­hir : comme Nicole Notat, François Chérèque et les autres. Avec les lois Travail sont appa­rus les Comités sociaux éco­no­miques [CSE]4Les ordon­nances « Travail » du gou­ver­ne­ment Macron ont fusion­né les Comités d’hygiène, de sécu­ri­té et des condi­tions de tra­vail avec d’autres ins­tances, pour créer le Comité social et éco­no­mique., et la bureau­cra­tie syn­di­cale va conti­nuer d’exister. Le CSE ne tue pas les « buros », qui n’ont pas bos­sé depuis 15 ou 20 ans, mais bien le mili­tan­tisme de ter­rain et les CHSCT.

Je ne crois pas du tout au réfor­misme ni au par­le­men­ta­risme. Je ne pense pas que ça change quoi que ce soit. Le syn­di­ca­lisme est issu de la Commune de Paris, il y a rien de réfor­miste là-dedans. L’autre pro­blème, selon moi, c’est l’idéologie du dia­logue social avec le patron. Un dia­logue est pos­sible ; mais un dia­logue « social », non. Lorsque tu as tous les pou­voirs d’un côté, c’est pas un dia­logue social. Des réunions, on peut en avoir quand on veut et autant qu’on veut en tant que syn­di­ca­liste. On peut se réunir quatre heures avec la DRH, mais, en défi­ni­tive, c’est le patron qui décide. On n’obtiendra jamais une réduc­tion du temps de tra­vail ou une baisse de l’âge de départ à la retraite comme ça. C’est un dia­logue sans social. C’est l’une des plus grosses super­che­ries du sys­tème : faire croire qu’on peut obte­nir des choses en se met­tant autour d’une table. En disant ça, on éloigne les gens des mani­fes­ta­tions et des grèves. On gagne qu’à tra­vers la rue et le blo­cage de l’économie.

Par Cyrille Choupas

Il faut un par­ti ouvrier : tout ne se gère pas au niveau éco­no­mique ni au niveau du syn­di­cat. Dans des syn­di­cats comme FO, on tolère que les adhé­rents soient au FN comme au NPA — tu finis par cas­ser ton syn­di­cat parce que tu vas évi­ter de par­ler de cer­tains sujets (les ques­tions de genre, par exemple), pour te concen­trer sur les ticket res­tau… Tu ne parles plus de ren­ver­ser le gou­ver­ne­ment. Quel type de syn­di­ca­lisme on veut ? Au Bourget, on est par­ve­nus à faire une grève en recon­duc­tible, on avait des AG où on dis­cu­tait et on choi­sis­sait notre stra­té­gie. Bien sûr, on n’est pas obli­gés à chaque grève de vou­loir faire la révo­lu­tion ; bien sûr, il faut des luttes par­tielles, mais il faut les mener conve­na­ble­ment, sinon les gens se démo­tivent. Pourquoi on ne retrouve pas le mil­lion de mani­fes­tants contre la loi Travail sous Hollande le 14 juin 2016, contre la loi Travail sous Macron ? Parce qu’ils ont été convain­cus par le pro­jet du gou­ver­ne­ment ? Bien sûr que non. C’est parce qu’ils se disent que s’ils font grève, ils perdent de l’argent, ils prennent des sanc­tions dis­ci­pli­naires, et puis plus rien : les gens étaient dégoû­tés. Dès lors qu’on a un plan de bataille offen­sif avec une pos­si­bi­li­té pour les tra­vailleurs de déci­der, on par­vient à mobi­li­ser.

« Avec les cama­rades, on a fait une pro­po­si­tion : une SNCF entiè­re­ment gra­tuite. On a la carte Vitale pour la san­té, on pro­pose la carte vitale fer­ro­viaire. »

Ce qu’il nous manque, ce sont des pro­po­si­tions, c’est réus­sir à être audibles sur nos pro­jets posi­tifs. On ne peut pas être juste des gueu­lards. Quand je vois des cama­rades pas­ser à la radio et défendre la retraite des che­mi­nots en disant « Dans quel état on est, à 54 ans, à conduire un train ? », ce mes­sage n’est pas audible pour des gens qui tra­vaillent dans le bâti­ment jusqu’à 64 ans. Nous, on se bat pour que le régime des che­mi­nots soit celui de tous les sala­riés : on est pour que les gens partent tôt en retraite pour lais­ser embau­cher les jeunes. Ça, c’est un dis­cours qui touche plus. Avec les cama­rades, on a fait une pro­po­si­tion : une SNCF entiè­re­ment gra­tuite. On a la carte Vitale pour la san­té, on pro­pose la carte vitale fer­ro­viaire. Les dépenses en frais de san­té et en dom­mages éco­lo­giques du tra­fic rou­tier, c’est pra­ti­que­ment 100 mil­liards d’euros par an. Le chiffre d’affaires de la SNCF, c’est 38 mil­liards, et les spé­cia­listes chiffrent à 20 ou 25 mil­liards d’euros le fait de pas­ser à la gra­tui­té totale de la SNCF. J’en rajoute une couche : le CICE5Crédit d’impôt pour la com­pé­ti­ti­vi­té et l’emploi. Instaurée en 2013, cette réduc­tion fis­cale coûte en moyenne 20 mil­liards d’euros par an. L’objectif affi­ché est de réduire les impôts des entre­prises pour favo­ri­ser l’embauche., c’est presque 100 mil­liards d’euros depuis sa créa­tion, et ça n’a pas fait bais­ser le chô­mage. Face à ça, tu as la pos­si­bi­li­té de prendre le TGV et les trans­ports en com­mun à n’importe quelle heure, avec une grande qua­li­té et gra­tui­te­ment. On aurait juste à mon­ter dans le train et il y aurait des gens qui le feraient avan­cer, qui entre­tien­draient la voie, qui inves­ti­raient pour de nou­velles voies. C’est un pro­gramme qui plaît aux sala­riés, et qui est audible pour les usa­gers. Si tu leur dis qu’on se met en grève pour que les conseils d’administration soient com­po­sés à 50 % de sala­riés et à 50 % d’usagers, pour qu’on décide nous-mêmes des finan­ce­ments, là, tu ramasses avec toi tous les usa­gers de France, du pro­lo au cadre sup’ ! Et si tu leur dis « Par contre, on va avoir besoin de vous », la caisse de grève, tu la finances en moins de deux avec cette pro­po­si­tion ! Les gens payent, mais ne décident de rien. Qui a déci­dé que Guillaume Pepy [diri­geant de la SNCF, ndlr] devait tou­cher 450 000 euros ? Les gens voient bien qu’on nous prend pour des cons.

Notre deuxième pro­po­si­tion, ça a été l’intergare : une ren­contre avec des che­mi­notes et des che­mi­nots, syn­di­qués ou non, de dif­fé­rentes gares pari­siennes. L’intergare, c’est l’avenir de la lutte. Ces ren­contres étaient fon­dées sur une stra­té­gie : mettre au centre la ques­tion de la démo­cra­tie ouvrière. On le voyait, les gens déser­taient de plus en plus les mee­tings syn­di­caux — il faut dire que venir pour écou­ter des syn­di­ca­listes te résu­mer ce que tu entends en boucle à la télé, ça ne fait rêver per­sonne… Dans les ren­contres inter­gares, les che­mi­nots avaient des réac­tions de base, mais excel­lentes : « Qui t’autorise à diri­ger l’AG ? », « Qui t’autorise à par­ler pen­dant 20 minutes ? », « Qui t’autorise à nous dire quand et com­ment se ter­mine notre AG ? », « Pourquoi tu nous dis ce qu’on doit faire dans tes tracts ? », etc. L’intergare est décon­nec­tée des direc­tions syn­di­cales : syn­di­qués ou non, tout le monde s’exprime, il y a un micro, le prend qui veut. Et puis on tour­nait, de gare en gare, de sec­teur en sec­teur. La CGT a gar­dé la main­mise sur l’ensemble du mou­ve­ment, mais l’intergare a été une réus­site et une décou­verte.

Par Cyrille Choupas

Une autre décou­verte, pour moi, ça a été la rela­tion aux médias. Je ne suis pas un pro de la vidéo, mais quand le rap­port Spinetta est tom­bé, imbu­vable avec ses 120 pages, j’ai déci­dé de le lire pour le vul­ga­ri­ser et pour le démon­ter. Je démarre comme ça sur Révolution per­ma­nente, et la pre­mière vidéo fait 100 000 vues : c’est énorme. La force de RP, c’est qu’ils sont bien sui­vis chez les che­mi­nots. Si tu fais 10 000 vues, tu peux être sûr qu’il y aura 2 000 che­mi­nots devant leur écran. Et c’est pas rien. Quand tu es syn­di­ca­liste, pour voir 2 000 per­sonnes dans ta car­rière, bon cou­rage ! Quand je fais des tour­nées syn­di­cales, par­fois, en une semaine, je vois même pas 50 che­mi­nots. Et j’en ai vu direc­te­ment l’impact. Les che­mi­nots me connaissent presque tous, et ça, c’est inouï pour un syn­di­ca­liste. J’ai mis des mots devant des faits. En paral­lèle, j’ai com­men­cé à être invi­té sur des pla­teaux télé. Je suis pas­sé chez Bourdin, puis j’ai été invi­té aux « Grandes gueules » pour par­ler 30 minutes. Au départ, je devais inter­ve­nir sur la SNCF, mais c’est par­ti en clash. Ça leur a plu, j’ai été invi­té d’autres fois, main­te­nant je suis un habi­tué. Au-delà du carac­tère réac’ des « Grandes Gueules », il faut voir que c’est la seule émis­sion de télé où tu peux t’exprimer. Sur trois heures, tu as des sujets où tu peux mettre du conte­nu poli­tique. Je ne suis pas par­ti­san du dis­cours du type « Ce sont des réac’, ils attaquent nos droits alors on n’y va pas, on n’a rien à faire là-dedans. »

On conforte cette image de gauche jamais contente, de radi­caux… et, à l’ar­ri­vée, nous, on n’est jamais dans les médias. Quand tu as la chance d’avoir un cama­rade de lutte qui peut s’exprimer et repré­sen­ter un peu une pen­sée et des idées poli­tiques pro­gres­sistes, tu vas pas lui dire « Non, on parle pas avec eux ». Les « GG », c’est deux mil­lions et demi d’auditeurs. Récemment, j’y étais : on par­lait de Macron qui conseille aux chô­meurs de « tra­ver­ser la rue » pour trou­ver un emploi ; j’interviens et je dis : « Ça, c’est du mépris de classe. » Tu peux allu­mer toutes les chaînes de France et de Navarre, en dehors des périodes élec­to­rales où Olivier Besancenot ou Nathalie Arthaud passent un peu, à aucun moment tu n’entends ce genre de dis­cours ! Ils m’ont pro­po­sé de conti­nuer avec eux — je ver­rai com­bien de temps ça dure, com­bien de temps je peux le faire. Ma seule limite, c’est la grève : je ne veux rater aucune AG, aucun piquet de grève. Les col­lègues et le ter­rain passent avant les médias. Car tu peux tom­ber très rapi­de­ment dans ce milieu : les médias n’attendent qu’une chose, c’est de te retrou­ver dépu­té du PS. Soit tu finis chez Hanouna, soit tu finis Manuel Valls. Pour eux, tu ne peux pas avoir un pro­pos de classe, ren­trer chez toi et jouer avec tes enfants.


Photographie de ban­nière et de vignette : Cyrille Choupas


REBONDS

☰ Lire notre témoi­gnage « Montrer que la lutte paie », juillet 2018
☰ Litre notre témoi­gnage « Récit de grève : une vic­toire à l’hôpital du Rouvray », juillet 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Nous étions des mains invi­sibles », juillet 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « À l’usine », juin 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Prendre soin de nos anciens », mai 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Théo Roumier : « On a les moyens de défaire Macron », mai 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Pas de train aujourd’hui pour qu’il y en ait demain », mai 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Philippe Martinez : « Qui est moderne et qui est rin­gard ? », décembre 2016

NOTES   [ + ]

1.« Vieil homme », en arabe. En février 2018, 848 chi­ba­nis ont gagné leur pro­cès pour dis­cri­mi­na­tion face à la SNCF.
2.Le Comité d’hygiène, de sécu­ri­té et des condi­tions de tra­vail, sup­pri­mé par les ordon­nances Macron.
3.Rapport conduit par Jean-Cyril Spinetta sur l’avenir de la SNCF, ren­du le 15 février 2018. Commandé par le gou­ver­ne­ment, ce rap­port recom­man­dait, entre autres choses, la fer­me­ture de 9 000 kilo­mètres de lignes fer­ro­viaires.
4.Les ordon­nances « Travail » du gou­ver­ne­ment Macron ont fusion­né les Comités d’hygiène, de sécu­ri­té et des condi­tions de tra­vail avec d’autres ins­tances, pour créer le Comité social et éco­no­mique.
5.Crédit d’impôt pour la com­pé­ti­ti­vi­té et l’emploi. Instaurée en 2013, cette réduc­tion fis­cale coûte en moyenne 20 mil­liards d’euros par an. L’objectif affi­ché est de réduire les impôts des entre­prises pour favo­ri­ser l’embauche.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.