Notre dixième numéro vient de sortir !
 

Jean-Marc Gancille : « Sixième extinction de masse et inégalités sociales sont liées »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Le Danemark, pre­mier expor­ta­teur mon­dial de peaux de vison, vient d’an­non­cer que la tota­li­té des visons de ses éle­vages vont être abat­tus. Soit 15 à 17 mil­lions de vies. En cause : une muta­tion du Covid-19 — lequel, à l’o­ri­gine, a pro­ba­ble­ment tran­si­té via un mar­ché fai­sant com­merce d’a­ni­maux — obser­vée dans ces lieux entiè­re­ment liés à la pro­duc­tion de four­rure. Le titre du der­nier livre de Jean-Marc Gancille, Carnage, ne sau­rait mieux réson­ner. Son sous-titre, Pour en finir avec l’an­thro­po­cen­trisme, est une invi­ta­tion à la lutte : tant que les socié­tés humaines conti­nue­ront d’ex­ploi­ter les ani­maux, et avec quelle vio­lence quo­ti­dienne, rien ne pour­ra fon­da­men­ta­le­ment chan­ger. Et parce que la cause ani­male est éga­le­ment « la cause de l’hu­ma­ni­té », estime l’au­teur, le mili­tant éco­lo­giste qu’il est invite le mou­ve­ment ani­ma­liste à s’en­ga­ger d’un même élan contre le sys­tème capi­ta­liste mondialisé.


L’an der­nier, Christophe Castaner, alors ministre de l’Intérieur, a fait savoir que l’an­tis­pé­cisme devait être « un des axes prio­ri­taires du ren­sei­gne­ment ». La notion, jusqu’à peu incon­nue du grand public, inquiète désor­mais l’appareil d’État : que doit-on en conclure ?

La dia­bo­li­sa­tion de l’antispécisme est pro­por­tion­nelle à sa popu­la­ri­té crois­sante dans l’opinion. En ce sens, c’est un mar­queur impor­tant qui confirme que ce mou­ve­ment est pris au sérieux dans sa capa­ci­té à consti­tuer une menace pour l’ordre éta­bli, à être un contre-pou­voir poten­tiel­le­ment puis­sant au modèle de mar­chan­di­sa­tion inten­sive du vivant, qui dénie aux ani­maux leur simple droit à l’existence. Que le pou­voir mette la gen­dar­me­rie au ser­vice de l’agro-industrie est révé­la­teur tant de l’idéologie domi­nante que des inté­rêts par­ti­cu­liers bien com­pris. Cela confirme qu’aucune alter­na­tive au modèle pro­duc­ti­viste, qui épuise les sols et les éco­sys­tèmes, qui asser­vit et mas­sacre les ani­maux par mil­liards, ne sau­rait être tolé­rée. La cri­mi­na­li­sa­tion des anti­spé­cistes en est la consé­quence logique. Comme tou­jours se confirme l’adage selon lequel la léga­li­té est une affaire de pou­voir, pas de jus­tice — laquelle sup­pose néces­sai­re­ment un com­bat, un rap­port de force. Celui-ci est clai­re­ment enclenché.

Vous rap­pe­lez, chiffres à l’appui, l’ampleur du car­nage quo­ti­dien : éle­vage, expé­ri­men­ta­tion scien­ti­fique, chasse, pêche… Sur le même mode, on ne cesse d’égrainer les drames liés au dérè­gle­ment cli­ma­tique, et rien ne bouge mas­si­ve­ment : auriez-vous, là, davan­tage confiance en la ver­tu des faits ? 

« Que le pou­voir mette la gen­dar­me­rie au ser­vice de l’agro-industrie est révé­la­teur tant de l’idéologie domi­nante que des inté­rêts par­ti­cu­liers bien compris. »

La lutte contre le dérè­gle­ment cli­ma­tique et celle contre l’exploitation des ani­maux dénoncent une même matrice sys­té­mique de domi­na­tion. En retour, elles se heurtent aux mêmes puis­sances conser­va­trices et aux mêmes déter­mi­nants cultu­rels, ins­ti­tu­tion­nels, éco­no­miques, qui forment une consi­dé­rable résis­tance au chan­ge­ment. Le sys­tème spé­ciste dans lequel nous évo­luons s’organise en effet depuis des lustres pour invi­si­bi­li­ser la cruau­té indes­crip­tible envers les ani­maux et légi­ti­mer les com­por­te­ments qui en découlent. Cette vio­lence est ins­ti­tu­tion­na­li­sée au tra­vers de lois qui léga­lisent l’exploitation et la souf­france ani­male, et orga­nisent l’impunité de ceux qui la pra­tiquent. Cette vio­lence est même finan­cée par des sub­ven­tions publiques pour qua­si­ment toutes les filières d’élevage, aides sans les­quelles leur modèle éco­no­mique ne serait pas viable. Mais, sur­tout, l’asservissement d’êtres vivants sen­sibles est ren­du accep­table par la sédi­men­ta­tion de toute une série de repré­sen­ta­tions cultu­relles qui le pré­tendent néces­saire, natu­rel, voire juste. C’est une norme sociale inté­grée depuis le plus jeune âge. Il est impen­sable de sor­tir du spé­cisme sans décons­truire ce condi­tion­ne­ment cultu­rel. Et pour ce faire, le recours aux connais­sances scien­ti­fiques, l’appel au rai­son­ne­ment cri­tique et la mise en visi­bi­li­té de la réa­li­té des faits s’avèrent indis­pen­sables. Si l’exigence est la même en matière de dérè­gle­ment cli­ma­tique, le fait que la menace appa­raisse encore comme dis­tante, dif­fuse et impal­pable favo­rise la contro­verse sur la réa­li­té des faits, ouvre la porte à tous les rela­ti­vismes et génère un recours mas­sif à la sub­sti­tu­tion cau­sale : cha­cun se dédouane sur l’autre de sa propre res­pon­sa­bi­li­té… Mais sur la ques­tion ani­male, en revanche, pour peu qu’on par­vienne à les rendre visibles, les faits sont géné­ra­le­ment acca­blants et à très forte charge émo­tion­nelle. La puis­sance des images les rend objec­ti­ve­ment injus­ti­fiables et sus­cite l’indignation. C’est un avan­tage consi­dé­rable que les ani­ma­listes ne se privent pas de sai­sir. Quiconque éprouve un mini­mum de com­pas­sion peut consta­ter — ne serait-ce que dans son assiette — sa part inalié­nable de cruau­té. Ça fait une dif­fé­rence notable. « On peut tout fuir, sauf sa conscience », disait à juste titre Stefan Zweig.

Vous assu­rez que « l’homme est bien un pri­mate par­mi d’autres » et, dans le même temps, que le refus de la consom­ma­tion d’animaux est un « choix poli­tique déli­bé­ré ». Faut-il réins­crire l’humain-roi dans le règne ani­mal ou insis­ter sur sa sin­gu­la­ri­té — être un agent moral — pour tra­vailler à la fin de l’anthropocentrisme ?

Un pri­mate par­mi d’autres ne signi­fie pas un pri­mate comme les autres. Admettre notre appar­te­nance bio­lo­gique au règne ani­mal per­met de com­prendre nos simi­li­tudes mais n’interdit pas non plus de recon­naître nos spé­ci­fi­ci­tés. L’humain dis­pose d’une capa­ci­té pro­ba­ble­ment unique à ana­ly­ser ses propres actes, à déve­lop­per une conscience et une réflexion sur lui-même, à en recher­cher le sens et la véri­té. Ces ques­tions exis­ten­tielles peuvent le conduire à deve­nir ce qu’il choi­sit d’être en ver­tu de consi­dé­ra­tions morales, éthiques, phi­lo­so­phiques. En ce sens nous sommes des agents moraux et nos actions peuvent être éva­luées en termes de bien et de mal. Lorsque nous avons une rela­tion avec un ani­mal, nous avons à son égard une res­pon­sa­bi­li­té sur la manière dont nous le trai­tons, qui peut être carac­té­ri­sée comme bonne ou mau­vaise. En ver­tu de ces prin­cipes de l’éthique, notre digni­té ne peut plus se conce­voir indé­pen­dam­ment du sort que nous réser­vons à ceux qui sont tota­le­ment à notre mer­ci. L’exercice d’une véri­table huma­ni­té sup­pose de sor­tir de cet anthro­po­cen­trisme sécu­laire qui, en les consi­dé­rant comme infé­rieurs, inflige aux ani­maux une souf­france per­ma­nente et injus­ti­fiée. Cette issue s’imposera d’autant plus que l’exploitation des ani­maux n’est plus vitale à une immense majo­ri­té d’humains et qu’elle contri­bue mas­si­ve­ment à dévas­ter les condi­tions d’habitabilité de cette planète.

[Kenojuak Ashevak]

Vous par­lez de « res­pon­sa­bi­li­té » — et vous écri­vez d’ailleurs : « Nous sommes res­pon­sables de la nature et des êtres vivants ». En quoi cette pro­po­si­tion n’est-elle pas anthropocentrique ?

Sortie de son contexte, cette phrase peut effec­ti­ve­ment prê­ter à confu­sion ! J’ai vou­lu signi­fier que notre res­pon­sa­bi­li­té est enga­gée dans notre rap­port sys­té­ma­ti­que­ment uti­li­ta­riste au vivant qui découle de cette vision anthro­po­cen­trique. La nature n’est pas un garde-man­ger à notre dis­po­si­tion, pas plus que les ani­maux (voire la flore) des stocks de res­sources à exploi­ter comme de vul­gaires objets inertes. Les autres êtres vivants non-humains ont une valeur intrin­sèque indé­pen­dam­ment des « ser­vices » qu’ils nous rendent. En dis­po­ser comme bon nous semble, en niant leurs inté­rêts propres, leur porte non seule­ment gra­ve­ment pré­ju­dice mais contri­bue éga­le­ment à fra­gi­li­ser cette toile du vivant dont nous sommes un maillon tota­le­ment inter­dé­pen­dant. Comme le disait par­fai­te­ment Romain Gary : « Dans un monde où il n’y a de la place que pour l’Homme, il n’y a plus de place, même pour l’Homme. »

Vous décri­vez la cause ani­male comme un « mou­ve­ment de jus­tice sociale ». Pourtant, de part et d’autre, d’aucuns ne l’entendent pas ain­si : des ani­ma­listes voient d’un bon œil l’appui de grands capi­ta­listes et des par­ti­sans de l’émancipation voient la ques­tion ani­male comme secon­daire, sinon ridi­cule. Comment ren­for­cer l’idée que l’émancipation des humains est indis­so­ciable de la libé­ra­tion des animaux ?

« La sixième extinc­tion de masse et l’augmentation des inéga­li­tés sociales sont liées à une his­toire de domi­na­tion qui se per­pé­tue sur les peuples, les ani­maux et les plantes. Et qui atteint aujourd’hui son paroxysme avec le capi­ta­lisme mondialisé. »

Il est vrai que cer­tains mili­tants des droits des ani­maux ne subor­donnent pas la libé­ra­tion ani­male à un pro­fond chan­ge­ment de modèle éco­no­mique et social. De la même façon que cer­tains éco­lo­gistes militent pour la crois­sance verte ou pour un Green New Deal qui fait la part belle aux logiques indus­trielles. Sans doute les uns et les autres n’ont-ils pas pris conscience que les risques d’effondrement de notre socié­té, que cette sixième extinc­tion de masse et que l’augmentation des inéga­li­tés sociales sont toutes inti­me­ment liées à une longue his­toire de domi­na­tion et de pré­da­tion qui se per­pé­tue depuis des siècles sur les peuples, les ani­maux et les plantes. Et qui atteint aujourd’hui son paroxysme avec le capi­ta­lisme mon­dia­li­sé. Les racines de l’oppression qui s’exerce sur les ani­maux humains et les ani­maux non-humains sont les mêmes. La sou­mis­sion de classes, les dis­cri­mi­na­tions liées à la cou­leur de peau, au genre ou à l’appartenance à une espèce par­ti­cipent du même sys­tème de domi­na­tion qui ne pro­fite qu’à une mino­ri­té en assu­rant le contrôle de tous les autres et en rava­geant la Terre. C’est la rai­son pour laquelle ce com­bat ne peut-être que radi­cal (au sens où il s’attaque aux racines mêmes d’une logique sys­té­mique) et poli­tique (pour défi­nir une autre matrice cultu­relle, ins­ti­tu­tion­nelle et éco­no­mique ren­dant pos­sible l’émancipation de tous, ani­maux compris).

Ce qu’il faut viser, écri­vez-vous, c’est l’interdiction d’attenter à la vie des ani­maux. Mais face à l’énormité de la tâche, quels leviers mobi­li­ser : l’éducation, les pro­po­si­tions de loi, l’action directe ?

Tout cela à la fois. Il faut faire feu de tout bois et comp­ter ici aus­si sur une diver­si­té des tac­tiques, de la plus paci­fique à la plus agres­sive. L’enjeu, comme tou­jours, est de lacé­rer cette chape cultu­relle, ce voile d’invisibilité, qui « tient le sys­tème » et par­ve­nir pro­gres­si­ve­ment à délé­gi­ti­mer les lois, les acti­vi­tés, les pra­tiques, les com­por­te­ments qui se fondent sur l’exploitation ani­male et la font per­du­rer. Chacun n’étant pas sen­sible aux mêmes sti­mu­li, autant mul­ti­plier les méthodes pour maxi­mi­ser les chances de sus­ci­ter la réflexion et d’enclencher l’action.

[Kenojuak Ashevak]

Les médias aiment à par­ler de la « vio­lence » de cer­tains mili­tants ani­ma­listes — vio­lence plus que minime, en réa­li­té, sur­tout lorsqu’on la com­pare à celle que subissent chaque jour les ani­maux. Quelle posi­tion portez-vous ?

Effectivement, il est tota­le­ment dis­pro­por­tion­né de par­ler de « vio­lence » pour un bris de vitrine lorsqu’on y exhibe chaque jour des quan­ti­tés phé­no­mé­nales d’animaux morts « pour le plai­sir », alors qu’on sait per­ti­nem­ment aujourd’hui que leur chair ne nous est plus indis­pen­sable. Il n’est pas illé­gi­time que cette vio­lence indes­crip­tible du sys­tème spé­ciste — 140 mil­liards d’animaux sont éle­vés chaque année dans le monde pour être abat­tus — sus­cite une contre-vio­lence, qui reste d’ailleurs à ce stade pure­ment sym­bo­lique. Je com­prends bien que ces formes d’activisme choquent ceux qui ne voient même plus l’ignominie de ce qu’ils cau­tionnent à force de pro­pa­gande, d’habitudes et de tra­di­tions. Certains ani­ma­listes dénoncent d’ailleurs ces agis­se­ments mili­tants car ils les consi­dèrent contre-pro­duc­tifs à la cause. Personnellement, je pense que c’est une façon indis­pen­sable de rendre visible la bana­li­té du mal qui s’exerce tout au long de la chaîne, y com­pris chez l’artisan-boucher qui en est un maillon et a sa part de res­pon­sa­bi­li­té. Rappelons une nou­velle fois que ces actions directes n’attentent à la vie de per­sonne, contrai­re­ment aux actes qu’elles dénoncent.

Dans un entre­tien, vous par­lez de « créer des réserves inté­grales ». Une manière concrète et rapide de « réen­sau­va­ger » le monde, pour reprendre votre terme ?

« Les ani­maux sau­vages n’ont pas besoin des hommes ; ren­dons-leur de quoi vivre en paix loin de nos turpitudes. »

Indiscutablement, c’est une piste d’avenir qui ne fait plus débat dans la com­mu­nau­té scien­ti­fique. Le natu­ra­liste mon­dia­le­ment répu­té qu’est Edward O. Wilson, père de la notion de bio­di­ver­si­té, en a fait son che­val de bataille en appe­lant au réen­sau­va­ge­ment de 50 % de la pla­nète pour assu­rer à long terme une conser­va­tion de la nature et le main­tien des fonc­tion­na­li­tés éco­sys­té­miques indis­pen­sables à tous ses habi­tants. Les espaces sau­vages ne repré­sentent plus que 23 % de la sur­face ter­restre (hors Antarctique), contre 85 % il y a un siècle. En cause, la démo­gra­phie humaine, l’étalement urbain, les infra­struc­tures, la défo­res­ta­tion, l’exploitation agri­cole… Il est urgent de sanc­tua­ri­ser de vastes zones où les ani­maux sau­vages res­tants (ils ne repré­sentent plus que 4 % des mam­mi­fères pour ce qui est des ani­maux ter­restres) puissent être pro­té­gés de l’expansion humaine et de la des­truc­tion éco­lo­gique. Seules les réserves bio­lo­giques inté­grales des parcs natio­naux ou leurs équi­va­lents pri­vés, qui éli­minent toutes les acti­vi­tés déran­geantes comme la chasse, l’exploitation fores­tière et l’agriculture, per­mettent aux ani­maux de reve­nir et de se déve­lop­per en har­mo­nie avec leur milieu. Ces espaces repré­sentent aujourd’hui moins de 0,2 % de la sur­face fores­tière française.

Comment une telle sanc­tua­ri­sa­tion des terres pour­rait-elle se faire sans dépla­cer des popu­la­tions humaines ancrées sur ces ter­ri­toires, vivant de ses res­sources ? Ne risque-t-on pas de rejouer la néga­tion des popu­la­tions amé­rin­diennes par les envi­ron­ne­men­ta­listes éta­su­niens à la fin du XIXe siècle ?

Il n’est évi­dem­ment pas ques­tion de trai­ter une injus­tice en en pro­vo­quant une autre, mais de tout faire pour garan­tir les condi­tions d’habitabilité de cette pla­nète pour tous ceux qui y vivent. C’est un impé­ra­tif vital. Et cet enjeu passe néces­sai­re­ment par un par­tage plus équi­table des espaces aujourd’hui acca­pa­rés par l’élevage et son corol­laire : la mono­cul­ture inten­sive des­ti­née au bétail, prin­ci­pale source de défo­res­ta­tion et de des­truc­tion des habi­tats. Cette ambi­tion n’exclut pas les peuples autoch­tones, bien au contraire. L’Union inter­na­tio­nale pour la conser­va­tion de la nature (UICN) recon­naît leur rôle essen­tiel pour pro­té­ger les terres et encou­rage les États à les consi­dé­rer plei­ne­ment dans leurs stra­té­gies de conser­va­tion. Mais cette ques­tion demeure anthro­po­cen­trée. À par­tir du moment où on exerce une consi­dé­ra­tion égale pour les besoins essen­tiels des ani­maux non-humains et humains, ces der­niers — quand bien même cer­tains se sont avé­rés un peu moins cruels vis-à-vis des ani­maux — ne peuvent inces­sam­ment reven­di­quer des droits prio­ri­taires sur l’usage des terres. Les ani­maux sau­vages n’ont pas besoin des hommes ; ren­dons-leur de quoi vivre en paix loin de nos tur­pi­tudes. Une cer­taine façon d’honorer notre dette à leur égard. Il est plus que temps.

[Kenojuak Ashevak]

Dans son ouvrage L’Invention du colo­nia­lisme vert, l’his­to­rien Guillaume Blanc reproche jus­te­ment aux orga­ni­sa­tions comme l’UICN, l’Unesco et WWF de per­pé­tuer l’i­dée d’un « Éden » afri­cain qui n’a en réa­li­té « jamais exis­té », et, au nom de l’i­dée de « conser­va­tion de la nature », d’a­voir dépla­cé au moins un mil­lion d’Africains…

Guillaume Blanc a le mérite de rele­ver les dérives de cer­tains acteurs de la conser­va­tion qui ouvrent des bou­le­vards à la finan­cia­ri­sa­tion de la nature, qui est un risque majeur. Mais il fait aus­si nombre d’a­mal­games fâcheux avec une vision assez datée de ce qu’est la conser­va­tion, en met­tant toutes les orga­ni­sa­tions et démarches « dans le même sac » pour appuyer son argu­men­taire à charge. Plus embar­ras­sant, sur­tout à mes yeux, il nour­rit un mythe tenace (y com­pris dans le milieu de la conser­va­tion !) : celui d’une coha­bi­ta­tion har­mo­nieuse pos­sible entre éle­veurs et faune sau­vage. Cela n’a jamais exis­té et cela n’exis­te­ra jamais, a for­tio­ri dans un monde de presque 8 mil­liards d’hu­mains. Il faut avoir la fran­chise d’ad­mettre que les inté­rêts des humains et ceux des ani­maux, sau­vages ou domes­tiques, sont anta­go­nistes. L’élevage, quand bien même est-il géré à petite échelle et par des peuples autoch­tones, n’est jamais déve­lop­pé dans un quel­conque sou­ci du bien-être ani­mal : il vise son exploi­ta­tion. De même qu’il ne pré­serve pas des espaces ou des éco­sys­tèmes mais les appau­vrit. Avec son plai­doyer impor­tant à l’en­droit des peuples oppri­més par le capi­ta­lisme, je crains que l’ar­gu­men­taire de Guillaume Blanc ne contri­bue fina­le­ment à ali­men­ter la bonne conscience de ceux pour qui les droits humains vau­dront tou­jours davan­tage que ceux des ani­maux non-humains. Perpétuant ain­si une injus­tice fondamentale.

Vous abor­dez dans votre livre les conflits pro­fonds qui existent jus­te­ment entre cer­taines franges des éco­lo­gistes et des ani­ma­listes. De quelle façon peut-on tra­vailler à la « récon­ci­lia­tion » que vous appe­lez de vos vœux ?

C’est un sujet impor­tant et je ne suis pas cer­tain d’y contri­buer moi-même posi­ti­ve­ment tant cer­tains éco­lo­gistes m’exaspèrent lorsqu’ils bran­dissent leurs oxy­mores d’élevage éthique ou de pêche durable, lorsqu’ils refusent d’admettre qu’une agri­cul­ture sans exploi­ta­tion ani­male est pos­sible ou encore lorsqu’ils se foca­lisent exces­si­ve­ment sur le cli­mat, quitte à uti­li­ser les ani­maux comme de simples variables d’ajustement de stra­té­gies niant tota­le­ment leur droit à vivre indé­pen­dam­ment de nos besoins. J’ai, il faut le dire aus­si, beau­coup de mal à com­prendre la ten­dance RWAS1 chez les ani­ma­listes. En théo­rie, il fau­drait qu’il y ait des conces­sions de part et d’autre sur les sujets les plus cli­vants, quitte à les abor­der plus tard, lorsque les com­bats essen­tiels sur les­quels on peut se ras­sem­bler auront été gagnés. Une alliance entre éco­lo­gistes et ani­ma­listes est objec­ti­ve­ment envi­sa­geable pour lut­ter contre l’agro-industrie, la pêche indus­trielle ou le busi­ness de la cap­ti­vi­té qui portent la plus grande part de res­pon­sa­bi­li­té dans le car­nage actuel. Mais dans les for­ma­tions poli­tiques ou les ONG éco­lo­gistes clas­siques, l’animalisme est mar­gi­na­li­sé. Alors que dans les cou­rants anti­spé­cistes, l’écologie n’est clai­re­ment pas une prio­ri­té. C’est la rai­son pour laquelle je m’intéresse à des mou­ve­ments nou­veaux comme la REV (Révolution éco­lo­gique pour le vivant), dont la pla­te­forme idéo­lo­gique est une syn­thèse inté­res­sante. Tant qu’on n’au­ra pas com­pris qu’écologie et anti­spé­cisme se ren­forcent mutuel­le­ment bien davan­tage qu’ils ne s’opposent, voire qu’ils sont abso­lu­ment indis­so­ciables, on ne consti­tue­ra pas une force véri­ta­ble­ment motrice pour sor­tir de l’anthropocentrisme.


Illustration de ban­nière : Kenojuak Ashevak


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Jérôme Segal : « Qui sont les ani­maux ? », avril 2020
☰ Lire notre entre­tien avec Dalila Awada : « Si la jus­tice exclut les ani­maux, elle demeure par­tielle », décembre 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Pierre Rigaux : « Gagner contre la chasse », sep­tembre 2019
☰ Lire notre article « Féminisme et cause ani­male », Christiane Bailey et Axelle Playoust-Braure, jan­vier 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Sue Donaldson et Will Kymlicka : « Zoopolis — Penser une socié­té sans exploi­ta­tion ani­male », octobre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec 269 Libération ani­male : « L’antispécisme et le socia­lisme sont liés », décembre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Audrey Jougla : « Les expé­riences sur les ani­maux seront inter­dites », mai 2017

  1. Reducing Wild-Animal Suffering. Ce cou­rant de pen­sée sus­cite de nom­breuses polé­miques au sein du mou­ve­ment ani­ma­liste : il aspire à réduire la souf­france au sein du monde sau­vage, c’est-à-dire à amé­lio­rer les condi­tions de vie des ani­maux non domes­ti­qués. Ce cou­rant pro­meut dès lors l’in­ter­ven­tion humaine (« faire la police dans la nature », peut ain­si écrire Tyler Cowen) sous diverses formes : pro­tec­tion ou soin (en cas de feux de forêts ou de mala­dies, par exemple), assis­tance aux proies, réduc­tion de cer­taines espèces, modi­fi­ca­tion géné­tique, voire mise à mort des pré­da­teurs. Pour mieux sai­sir les enjeux de ce débat, on lira, par exemple, le livret d’Estiva Reus inti­tu­lé Éliminer les ani­maux pour leur bien : pro­me­nade chez les réduc­teurs de la souf­france dans la nature (2018) et la réponse pro­duite par la revue L’Amorce [ndlr].
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 10

Notre dixième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Joëlle, dos cassé, coeur révolté (Rémi Larue) ▽ Une papeterie en sursis (Roméo Bondon) ▽ Rencontre avec Pınar Selek ▽ Que faire de la police ? (avec Ugo Bernalicis et Elsa Dorlin) ▽ L’argent ne tombe pas des oliviers (Rosa Moussaoui) ▽ “Si personne ne m’écoute, je n’ai plus rien à dire” ▽ À donner, volcan en éruption, pneus neufs (Marion Jdanoff) ▽ Partout la mer est libre (Maya Mihindou) ▽ Casamance : résister au sel et attendre la pluie (Camille Marie et Prosper Champion) ▽ Quand la littérature justifie la domination (Kaoutar Harchi) ▽ Ernest Cœurderoy : souvenirs d’un proscrit (Tristan Bonnier) En la línea del frente : sur la ligne de front (Laurent Perpigna Iban) ▽ Tout ce qui vit (Élie Marek et Élias Boisjean) ▽ Les foyers ont brûlé (Paul Fer) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.