Handicap et féminisme : luttes contre le validisme


Politiser la ques­tion du han­di­cap : les voix se mul­ti­plient pour bri­ser le consen­sus moral qui l’en­toure. Pour, autre­ment dit, en finir avec le pater­na­lisme, le misé­ra­bi­lisme ou l’é­mo­tion cari­ta­tive. Une notion per­met ain­si de pen­ser le sys­tème d’op­pres­sion qui infé­rio­rise les per­sonnes han­di­ca­pées et fait des per­sonnes valides la norme à atteindre : le vali­disme. Dans l’ou­vrage col­lec­tif Feu ! Abécédaire des fémi­nismes pré­sents, coor­don­né par la phi­lo­sophe Elsa Dorlin et récem­ment paru aux édi­tions Libertalia, la géo­graphe, cher­cheuse et mili­tante fémi­niste Mélina Germes revient sur l’his­toire des mou­ve­ments de luttes anti­va­li­distes. Et, dans le même temps, pointe l’« impen­sé des col­lec­tifs et des mani­fes­ta­tions » œuvrant pour l’é­man­ci­pa­tion. Nous publions son texte.


Qu’est-ce que le validisme ?

Le vali­disme ou capa­ci­tisme désigne une forme de domi­na­tion envers les per­sonnes han­di­ca­pées. Au-delà de l’archétype du « han­di­ca­pé », le terme per­sonnes han­di­ca­pées (ou handi·es) inclut ici les malades chro­niques, per­sonnes aveugles, sourdes, neu­roa­ty­piques, neu­ro­di­ver­gentes, dis­mor­phiques… sans dis­tinc­tion de diag­nos­tic. Le vali­disme est l’idéologie selon laquelle la norme de l’existence humaine est l’absence de mala­die et d’infirmité. La capa­ci­té à être productif·ve est la condi­tion pour méri­ter de (bien) vivre. Les ensei­gne­ments et pra­tiques médi­cales sont cen­traux dans la caté­go­ri­sa­tion et la (dé)valorisation des exis­tences han­dies. La méde­cine occi­den­tale s’est don­née pour but de répa­rer les corps (et esprits) qu’elle consi­dère comme défaillants, avec la fina­li­té de leur (re)mise au tra­vail. En même temps, les fic­tions et dis­cours bien­veillants parent les per­sonnes handi·es de ver­tus excep­tion­nelles, par­mi les­quelles le cou­rage d’exister, les valo­ri­sant en tant que sources d’inspiration pour les per­sonnes valides. Le vali­disme est, comme toute oppres­sion, à double tran­chant : il peut se faire bien­veillant, tout en conser­vant son pou­voir de nuire. Cette notion révèle le carac­tère socia­le­ment et his­to­ri­que­ment construit de l’assignation des handi·es à une condi­tion dominée.

Réémergence récente de mouvements antivalidistes

« Le vali­disme est, comme toute oppres­sion, à double tran­chant : il peut se faire bien­veillant, tout en conser­vant son pou­voir de nuire. »

Dans les années 1970 émergent aux États-Unis, en Europe et au-delà des mou­ve­ments pour la recon­nais­sance des droits des per­sonnes han­di­ca­pées, repré­sen­tées en France par le Comité de lutte des han­di­ca­pés, créé en 1973 et qui édi­te­ra la revue Handicapés méchants jusqu’en 1980. Dans ce contexte, la notion de vali­disme (ableism) appa­raît grâce à l’alliance d’activistes et de rechercheur·ses dans les pays anglo­phones et sert de fon­de­ment aux Critical Disability Studies (dont Mike Oliver est une pierre d’angle avec son ouvrage The Politics of Disablement, 1990). Alors que les ques­tions liées au han­di­cap et à la san­té men­tale étaient aupa­ra­vant com­prises comme des pro­blèmes sociaux rele­vant de la méde­cine, les Critical Disability Studies montrent que ces ques­tions sont poli­tiques. Elles prônent le « modèle social » du han­di­cap : c’est l’inaccessibilité, l’exclusion et la dis­cri­mi­na­tion des per­sonnes han­di­ca­pées qui sont le pro­blème, et non pas leur exis­tence à elles.

En France, mal­gré la publi­ca­tion dès 2004 d’un texte de Zig Blanquer « La culture du valide (occi­den­tal) », il fau­dra attendre les années 2010 pour voir réémer­ger des mobi­li­sa­tions poli­tiques col­lec­tives ancrant leurs dis­cours et leur réper­toire d’action dans la pers­pec­tive des luttes d’émancipation des mino­ri­tés domi­nées. Les réseaux sociaux jouent un rôle déci­sif dans la réémer­gence de ces mou­ve­ments en France, par­tiel­le­ment via la com­mu­nau­té fran­co­phone (Québec). Ainsi fleu­rissent les blogs (Elisa Rojas, Elena Chamorro), vlogs (Vivre Avec), les groupes, les réseaux affi­ni­taires infor­mels d’activistes de cla­vier. Grâce à cela appa­raissent de nou­veaux col­lec­tifs mili­tants se récla­mant de la lutte anti­va­li­diste, à l’instar du Collectif lutte et han­di­caps pour l’égalité et l’émancipation (CLHEE) créé en 2016, de l’asso­cia­tion Handi-Queer (2018), des Dévalideuses ou encore du Collectif pour la liber­té d’expression des autistes (CLE Autistes), nés tous deux en 2019. Ils s’emploient à accli­ma­ter la notion de vali­disme dans le champ fémi­niste, mili­tant et dans l’opinion publique.

[Joaquim Rodrigo]

Ces acti­vistes rompent d’une part avec la tié­deur reven­di­ca­tive des grandes asso­cia­tions struc­tu­rant le champ du han­di­cap, sou­vent orga­ni­sées en asso­cia­tions regrou­pant les per­sonnes en fonc­tion de leur diag­nos­tic et (par­fois avant tout) leurs familles, d’autre part, avec les asso­cia­tions ges­tion­naires d’institutions où sont pla­cés des enfants et des adultes han­di­ca­pés. Ces der­nières, à qui l’État fran­çais a mas­si­ve­ment délé­gué la prise en charge des handi·es depuis la seconde moi­tié du XXe siècle, inter­viennent publi­que­ment dans les ques­tions tou­chant au han­di­cap. Ces asso­cia­tions sont dénon­cées pour leur infan­ti­li­sa­tion des per­sonnes han­di­ca­pées, consi­dé­rées comme d’éternelles mineur·es ne pou­vant ni déci­der ni par­ler pour ils et elles-mêmes et pour leurs pra­tiques vali­distes (dont la par­ti­ci­pa­tion au Téléthon, évé­ne­ment for­te­ment critiqué).

L’épicentre des luttes antivalidistes

« Lutter contre le vali­disme implique de le com­prendre comme un rap­port de pou­voir structurel. »

Ces nou­veaux mou­ve­ments placent en effet au cœur de leurs reven­di­ca­tions une reprise du contrôle de la parole sur eux-mêmes, en s’appuyant sur l’avancée des débats et légis­la­tions inter­na­tio­nales et par­ti­cu­liè­re­ment sur la Convention des Nations unies rela­tive aux droits des per­sonnes han­di­ca­pées rati­fiée par la France en 2010. Celle-ci recon­nais­sant le droit de chacun·e de vivre de façon auto­nome et avec qui il ou elle l’entend ; mais aus­si la néces­saire par­ti­ci­pa­tion durable de représentant·es des per­sonnes han­di­ca­pées aux comi­tés ges­tion­naires de toutes les struc­tures qui leur sont des­ti­nées. Ces acti­vistes militent en faveur de la dés­ins­ti­tu­tion­na­li­sa­tion, c’est-à-dire de la fin du pla­ce­ment des adultes et enfants han­di­ca­pés en ins­ti­tu­tions spé­cia­li­sées, qu’ils asso­cient à des lieux de ségré­ga­tion juri­dique, sociale et spa­tiale — alors même que cette Convention désigne ces pla­ce­ments comme des pri­va­tions de liber­tés contraires aux droits de l’homme1.

Les mouvements handis parmi les mouvements de lutte contre les oppressions

Plusieurs col­lec­tifs nés dans les années 2010 s’inscrivent d’ailleurs dans une pers­pec­tive inter­sec­tion­nelle, tout en ques­tion­nant les fémi­nismes contem­po­rains. Le vali­disme y est trop sou­vent igno­ré. La ques­tion de l’accessibilité de ces mou­ve­ments aux per­sonnes à mobi­li­té réduite, neu­roa­ty­piques, neu­ro­di­ver­gentes ou malades chro­niques, reste sou­vent un impen­sé des col­lec­tifs et des mani­fes­ta­tions, qui conduit à une sélec­tion de militant·es en majo­ri­té valides. Lutter contre le vali­disme implique de le com­prendre comme un rap­port de pou­voir struc­tu­rel — qui tra­verse nos socié­tés, dans l’histoire, l’idéologie, la culture, les ins­ti­tu­tions, l’économie, et qui s’inscrit dans nos corps. De plus, la ques­tion de l’invalidation fait sys­tème avec celle de la race, de la classe et du sexe. Les per­sonnes raci­sées, les per­sonnes exploi­tées dans le monde du tra­vail ou usées par l’impossibilité de trou­ver un tra­vail sont plus expo­sées à l’apparition de mala­dies chro­niques, phy­siques et psy­chiques et aux acci­dents inva­li­dants, alors même que les biais racistes et clas­sistes de notre sys­tème de san­té conduisent à sous-esti­mer l’intensité de leurs symp­tômes. Le thème de la repro­duc­tion, qui fait l’objet des para­graphes sui­vants, montre quels sont les fos­sés qui séparent les fémi­nismes contem­po­rains des pers­pec­tives handiféministes.

[Joaquim Rodrigo]

Quand les objets du care prennent la parole

Les fémi­nistes se sont beau­coup inté­res­sées au « tra­vail du soin » (care en anglais). Elles ont oublié cepen­dant de trai­ter les objets du tra­vail du soin comme sujets de la repro­duc­tion d’ils et elles-mêmes. Lorsque le tra­vail du soin se fait assis­tance (et non domes­ti­ci­té), il concerne la grande cohorte des dépendant·es — enfants les plus jeunes, per­sonnes âgées malades, handi·es de tous âges — qui ne peuvent pas faire les gestes du quo­ti­dien. Ces per­sonnes « dont on s’occupe » de manière béné­vole ou rému­né­rée ont pour­tant un droit fon­da­men­tal à l’autonomie, et devraient être sys­té­ma­ti­que­ment consi­dé­rées comme sujets par les approches fémi­nistes du soin. Car la rela­tion d’assistance est une rela­tion de pou­voir, où l’on peut exer­cer la contrainte, des vio­lences et même don­ner la mort : les enfants han­di­ca­pés sont plus sou­vent mal­trai­tés que les autres, plus sou­vent aban­don­nés après la nais­sance — allant jusqu’à la mini­mi­sa­tion du meurtre d’un enfant han­di­ca­pé par sa mère, comme l’a mon­tré l’affaire Anne Ratier2. Les mères elles aus­si peuvent être mal­trai­tantes, par­ti­cu­liè­re­ment vis-à-vis des enfants han­di­ca­pés. Ces faits montrent l’importance pour le fémi­nisme de repen­ser la ques­tion des vio­lences domes­tiques et fami­liales avec une grille de lec­ture plus com­plexe que celle du seul sexisme : adul­tisme, vali­disme, racisme (en par­ti­cu­lier envers les enfants adop­tés), clas­sisme… sont des clés de lec­ture néces­saires. Féminin ne doit pas être impli­ci­te­ment syno­nyme d’innocence. Le sexisme que les femmes mal­trai­tantes subissent ne les excuse ni n’explique leur com­por­te­ment : elles exercent bien un pou­voir situé, qui ne peut être sub­su­mé sous la seule men­tion d’un effet col­la­té­ral du sexisme.

La médecine entre soin et blessure

« Ces per­sonnes dont on s’occupe de manière béné­vole ou rému­né­rée ont pour­tant un droit fon­da­men­tal à l’autonomie. »

Grâce aux mobi­li­sa­tions fémi­nistes, de patient·es et au sou­tien de soignant·es, les « vio­lences gyné­co­lo­giques et obs­té­tri­cales » sont de mieux en mieux dévoi­lées et expli­quées. Désinformation, non-res­pect du consen­te­ment, déni de souf­france et de symp­tômes, gestes médi­caux inutiles, trai­te­ments for­cés, mais aus­si attou­che­ments et agres­sions sexuelles sont dénonces à juste titre — les tra­vaux his­to­riques et socio­lo­giques montrent com­ment la méde­cine occi­den­tale est née à l’aube de l’époque moderne et conti­nue d’exister comme un outil de contrôle de ce que doivent être le corps fémi­nin et la maternité.

Cette lutte est néces­saire, mais son arti­cu­la­tion est tron­quée ; car ces vio­lences ne sont pas si spé­ci­fiques que cela. La méde­cine est un lieu ambi­va­lent de soin et de vio­lence pour de nom­breuses autres caté­go­ries de per­sonnes : les handi·es, neurodivergent·es et malades chro­niques, gros·ses, celles qui ne sont pas répa­rables ou celles qui ne se conforment pas à la norme dya­dique (non inter­sexe), cis­genre (non trans­genre) et hété­ro­sexuelle. Pour elles aus­si, patho­lo­gi­sa­tion et déni médi­cal vont de pair. Notre sys­tème de soin est clas­siste. Tant l’histoire que les théo­ries, l’enseignement et les pra­tiques médi­cales mul­ti­plient les exemples de racisme. De nom­breux tra­vaux montrent com­ment les dys­fonc­tion­ne­ments de la méde­cine reposent sur les concep­tions nor­ma­tives étroites et sur le mépris trop fré­quent de la parole des patient·es. Ce que les mou­ve­ments fémi­nistes contem­po­rains redé­couvrent, d’autres groupes le savent dans leur chair depuis long­temps : il s’agit ici d’un pro­blème struc­tu­rel de la méde­cine occi­den­tale contem­po­raine qui concerne tous les groupes domi­nés de la socié­té : les femmes n’en sont qu’une caté­go­rie par­mi d’autres. L’exceptionnalisation gyné­co­lo­gique des vio­lences médi­cales est une invi­si­bi­li­sa­tion des autres groupes subis­sant des vio­lences médi­cales struc­tu­relles — la lutte serait plus effi­cace si elle était menée de concert, en béné­fi­ciant des expé­riences décen­nales de l’antivalidisme.

[Joaquim Rodrigo]

À la recherche de l’autonomie sexuelle

Les corps han­di­ca­pés sont désexua­li­sés : de jeunes han­di­ca­pés inter­prètent l’acceptation fré­quente par leurs familles de leur coming-out les­bien ou trans­genre sans aucune ques­tion comme un signe de la désexua­li­sa­tion de leurs corps. Les femmes han­dies sont pen­sées comme non dési­rables, leur sexua­li­té serait inexis­tante et leur repro­duc­tion impen­sable. En même temps, la fémi­ni­té han­die est féti­chi­sée par le regard (mas­cu­lin) valide. Les vio­lences de genre touchent les femmes han­di­ca­pées de façon plus fré­quente que les femmes valides, depuis le har­cè­le­ment de rue jusqu’aux agres­sions sexuelles et vio­lences domes­tiques. Il n’existe pas à notre connais­sance de don­nées spé­ci­fiques pour les per­sonnes LGBTIQA handi·es en France. Par ailleurs, les vio­lences domes­tiques sont par­ti­cu­liè­re­ment com­plexes à résoudre pour les per­sonnes à mobi­li­té réduite à cause de la rare­té des loge­ments acces­sibles (rare­té crois­sante, orga­ni­sée par la loi Elan de 2018). Le cal­cul de l’allocation adulte han­di­ca­pé, octroyée à celles et ceux dont le mar­ché du tra­vail ne veut pas, est basé sur les reve­nus des couples, pri­vant de nombreux·ses handi·es d’un reve­nu garan­tis­sant leur auto­no­mie quo­ti­dienne, y com­pris leur accès aux soins 3.

« Les femmes han­dies sont pen­sées comme non dési­rables, leur sexua­li­té serait inexis­tante et leur repro­duc­tion impensable. »

L’autonomie sexuelle est donc un enjeu han­di­fé­mi­niste majeur. Elle néces­site la pos­si­bi­li­té d’une vie sociale indé­pen­dante, au sein de laquelle flirts, ren­contres, sexua­li­té, conju­ga­li­té et/ou paren­ta­li­té peuvent prendre forme. Le choix du lieu de vie et des cohabitant·es ain­si que le recours à des assistant·es de vie sont fon­da­men­taux — le main­tien en ins­ti­tu­tion rend cette auto­no­mie sexuelle impos­sible. Le tabou de la sexua­li­té han­di­ca­pée conduit à une sur­veillance des per­sonnes en ins­ti­tu­tion aux­quelles le droit à une vie sexuelle auto­nome et consen­tie est dénié. Les femmes sont par­ti­cu­liè­re­ment sur­veillées pour évi­ter à tout prix les gros­sesses. Aussi, de nom­breuses han­di­fé­mi­nistes s’opposent à la for­ma­li­sa­tion de « l’assistance sexuelle » telle qu’elle est reven­di­quée par des hommes hété­ro­sexuels, cis et han­di­ca­pés, au nom d’un « droit à la sexua­li­té » que la socié­té (ou ses ins­ti­tu­tions) aurait pour devoir d’assurer envers des individu·es. L’enjeu n’est pas la léga­li­sa­tion ou l’interdiction du tra­vail du sexe. Il est double : d’une part l’affirmation fémi­niste qu’il n’y a pas de « droit à la sexua­li­té », même au nom du han­di­cap, d’autre part le constat que cette socié­té et ses ins­ti­tu­tions n’assurent pas de véri­table auto­no­mie des handi·es. 

Normalisation d’une « race valide »

Nos socié­tés ont une longue his­toire de sté­ri­li­sa­tions for­cées, d’avortements contraints et de retraits d’enfants aux handi·es (qui rap­pelle l’histoire des femmes noires), consi­dé­rées comme inca­pables de ce tra­vail de repro­duc­tion-là, car ayant elles-mêmes besoin d’assistance humaine — ce qui est démen­ti par les nom­breux parents han­dis ayant recours à l’assistance humaine. La ques­tion du diag­nos­tic pré­na­tal brûle de mal­en­ten­dus entre han­di­fé­mi­nistes et fémi­nistes — alors qu’elle est pour­tant cru­ciale. Est-il nor­mal que selon les diag­nos­tics posés sur un fœtus, l’accès à l’avortement soit faci­li­té et encou­ra­gé pour cer­taines gros­sesses ou bien com­pli­qué et plein d’embûches pour les autres ? Les han­di­fé­mi­nistes ne remettent pas en cause le droit à l’avortement, elles militent pour l’extension des délais (elles aus­si avortent !), tout comme elles militent pour que les familles han­dies existent et soient assis­tées à la hau­teur de leurs besoins. Elles s’opposent par contre à la récu­pé­ra­tion de cette ques­tion par les mou­ve­ments anti-choix, car leur lutte à eux n’est pas anti­va­li­diste, mais bien sexiste.

[Joaquim Rodrigo]

Nous vous attendons

En conclu­sion, on ne peut qu’espérer que le fémi­nisme qui fait le pro­jet d’une inter­sec­tion­na­li­té intègre plei­ne­ment les ques­tions posées par le vali­disme et s’attelle à dis­si­per les mal­en­ten­dus avec les mou­ve­ments han­di­fé­mi­nistes et vienne à leurs côtés. On ne peut aus­si qu’espérer que la recherche en France s’empare de la ques­tion du vali­disme et fasse une place plus impor­tante aux chercheur·ses handicapé·es. Au fil du temps, les Critical Disability Studies ont évo­lué : le modèle social s’est com­plexi­fié et diver­si­fié (voir Dan Goodley en Grande-Bretagne). Alison Kafer pro­pose par exemple un modèle rela­tion­nel dans son ouvrage Feminist, Queer, Crip (2013) tout en mon­trant com­ment les pen­sées fémi­nistes, les­biennes ou queers aux États-Unis peuvent être vali­distes. En Allemagne, un ouvrage col­lec­tif inti­tu­lé Gendering Disability fut publié en 2010, il y a déjà dix ans4.

En France, le bilan uni­ver­si­taire est maigre mais pro­met­teur : les tra­vaux très récents de Charlotte Puiseux et Noémie Aulombard-Arnaud ain­si que la créa­tion d’un tout nou­veau Réseau d’études han­dies-fémi­nistes (REHF) sont en ce sens fon­da­men­taux — il reste à voir la place que la for­te­resse aca­dé­mique fran­çaise peut faire à des chercheur·ses qui ont besoin d’accessibilité tout en por­tant des recherches cri­tiques du sta­tu quo des rap­ports de pouvoir.


Illustrations de ban­nière et de vignette : Joaquim Rodrigo


  1. ONU, rap­port de la rap­por­teuse spé­ciale sur les droits des per­sonnes han­di­ca­pées, A/HRC/40/54/Add.1, 8 jan­vier 2019.
  2. Voir la tri­bune « Nous, handi(e)s, nous vou­lons vivre ».
  3. Voir la tri­bune « Découpler l’allocation aux adultes han­di­ca­pés des reve­nus du conjoint », Libération, 5 février 2021.
  4. La tra­duc­tion via le Québec des réflexions anglo­phones est tou­jours d’actualité (voir Laurence Parent « Ableism/disablism, on dit ça com­ment en fran­çais ? » publié dans le Canadian Journal of Disability Studies en 2017.

REBONDS

☰ Lire notre traduction "Pour une lutte de classes intersectionnelle", Michael Beyea Reagan, octobre 2021
☰ Lire notre témoignage "Lisa Çalan — le cinéma est un devoir", juillet 2021
☰ Lire notre entretien "Les accidents du travail ne sont pas des faits divers", juin 2021
☰ Lire notre échange "Les Pontonnier face à la Justice : pot de terre contre pot de fer", janvier 2021
☰ Voir notre portfolio « Accéder à la Cité », Maxence Emery, janvier 2019

Mélina Germes

Chercheure CNRS en Géographie et Études urbaines. Elle est également militante féministe et antivalidiste.

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.