Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Les accidents du travail ne sont pas des faits divers


Entretien inédit pour le site de Ballast

On dénom­brait récem­ment, en France, plus de 800 000 acci­dents du tra­vail dans l’an­née, entraî­nant la mort de plus de 700 tra­vailleurs et tra­vailleuses. Ce fait social mas­sif conti­nue pour­tant d’être trai­té sous l’angle du fait divers et local. Hier, un ouvrier tom­bait d’un toit en Moselle ; il y a cinq jours, un ouvrier était trans­por­té en urgence abso­lue vers un hôpi­tal de Haute-Savoie après avoir été pié­gé sous un cof­frage de béton de 850 kilos ; la veille, un ouvrier ins­tal­lé sur une nacelle était gra­ve­ment bles­sé à Quimper ; quelques jours plus tôt, en Maine-et-Loire, un tech­ni­cien de main­te­nance a eu le bras hap­pé par une machine. On pour­rait pour­suivre cette funeste liste sans fin. C’est, jus­te­ment, ce que Matthieu Lépine, pro­fes­seur d’his­toire et auteur du blog Une Histoire popu­laire, entre­prend depuis 2019 avec son compte Twitter « Accidents du tra­vail : silence des ouvriers meurent ». Un tra­vail aus­si minu­tieux qu’es­sen­tiel, qui s’é­lève contre le silence média­tique et politique.


Les acci­dents du tra­vail sont prin­ci­pa­le­ment abor­dés par la presse locale et régio­nale, et la plu­part du temps dans la rubrique « faits divers ». Pourquoi ?

Je me pose cette ques­tion tous les jours. Il y a de façon qua­si-géné­rale dans les médias une bana­li­sa­tion de la ques­tion des acci­dents du tra­vail. On peut ten­ter d’y répondre à par­tir de dif­fé­rents angles. D’abord, la mécon­nais­sance du sujet chez bon nombre de jour­na­listes : je repense à BFM illus­trant un article par l’image d’une per­sonne mar­chant sur une peau de banane… Ensuite, vient l’i­dée selon laquelle un acci­dent serait une fata­li­té — et donc l’absence de réflexion qui en découle sur les causes et les consé­quences. L’absence, aus­si, tout sim­ple­ment, de volon­té de se pen­cher sur le sujet. Des jour­na­listes m’ont déjà rap­por­té que leur rédac­tion ne trou­vait pas le sujet « assez sexy en plein été » ou « qu’il ne cor­res­pon­dait pas vrai­ment à leur ligne édi­to­riale ». Finalement, face à la satu­ra­tion de l’information et l’appât du buzz, peu de place pour les acci­dents du tra­vail. Le fait qu’une grande par­tie des groupes de presse soient aux mains de quelques indus­triels est un fac­teur qu’il faut peut-être prendre en compte.

Ce n’est pour­tant pas un pro­blème marginal…

« Lorsqu’un poli­cier ou un mili­taire décède dans le cadre de sa mis­sion, l’ensemble de la presse s’empare du sujet. »

C’est même un phé­no­mène d’am­pleur. En 2019, l’Assurance mala­die a recon­nu 880 885 acci­dents du tra­vail, dont 655 715 ayant entraî­nés un arrêt. Parmi les vic­times, 733 sont décé­dées. On arrive même à 1 264 décès si on y ajoute les acci­dents de tra­jet et les mala­dies pro­fes­sion­nelles. Des chiffres qui ne prennent en compte que les tra­vailleurs rele­vant du régime géné­ral… Combien de sui­cides liés au tra­vail, par ailleurs ? Il s’a­git d’un fait social.

Qu’entendez-vous par là ?

Ça ques­tionne l’organisation du tra­vail et, plus glo­ba­le­ment, les poli­tiques menées sur cette ques­tion. Que des jour­na­listes puissent réduire ça à de simples faits divers relève presque, pour moi, d’une faute professionnelle.

L’ouvrier Éric Louis raconte dans le livre On a per­du Quentin le décès de ce cor­diste de 21 ans et le trai­te­ment média­tique qui s’en est sui­vi. Il écrit : « Sous la rubrique faits divers, je me tape le récit très suc­cinct, au milieu duquel brille une publi­ci­té. Le nom de Quentin n’est même pas cité. Contrairement à celui du direc­teur de l’usine. »

Lorsqu’un poli­cier ou un mili­taire décède dans le cadre de sa mis­sion, l’ensemble de la presse s’empare du sujet. Très rapi­de­ment, la pho­to de la vic­time est dévoi­lée ain­si que son nom. Les cir­cons­tances de son décès sont déve­lop­pées et, par­fois, un hom­mage natio­nal lui est même ren­du. Un ouvrier, un agri­cul­teur, un chauf­feur-rou­tier ou un marin-pêcheur n’ont le droit qu’à quelques lignes dans la presse locale. Et encore… Ils construisent nos loge­ments, nous nour­rissent, nous soignent, trans­portent nos mar­chan­dises mais n’ont droit à aucune recon­nais­sance. Les articles de presse sur les acci­dents du tra­vail res­semblent davan­tage à des brèves. En fin de jour­née, les jour­na­listes font sou­vent « la tour­née » des hôpi­taux, com­mis­sa­riats, casernes de pom­piers, pour se ren­sei­gner. C’est ain­si qu’ils glanent notam­ment des infor­ma­tions sur les acci­dents du tra­vail. On connaît ain­si le lieu, par­fois le métier et l’âge de la vic­time, mais peu de détails sur les cir­cons­tances. Et il ne faut pas cher­cher à aller plus loin. Il m’est arri­vé plu­sieurs fois de contac­ter des jour­na­listes par mail ou via les réseaux sociaux pour avoir des com­plé­ments d’informations.

[Vincent Jarousseau | vincentjarousseau.com

Et que vous disent-ils ?

La plu­part du temps, je n’ai eu aucune réponse. Lorsqu’on m’a répon­du, c’est tou­jours pour me dire « On ne sait pas », « On va se ren­sei­gner ». Renseignements que j’attends encore ! Depuis quelque temps, j’interpelle direc­te­ment cer­tains médias locaux lorsqu’une infor­ma­tion est por­tée à ma connais­sance mais qu’au­cun d’entre eux ne s’en est fait le relai. Souvent, si l’accident concerne un chan­tier ou une entre­prise impor­tante, ils s’emparent de la ques­tion rapi­de­ment. J’ai ain­si pu nouer quelques contacts avec cer­tains jour­na­listes. Mais loin de moi l’idée de mettre tout le monde dans le même paquet : c’est aus­si parce qu’il existe ces brèves que je peux faire mon tra­vail de recen­se­ment. Et je remarque que quelques médias, comme par exemple Actu.fr, me servent régu­liè­re­ment de source. Ce qui me désole, c’est de voir que cer­tains semblent pen­ser qu’ils ont rem­pli leur mis­sion en se limi­tant à ça. Je ne dis pas que le sujet des acci­dents du tra­vail doit prendre une place déme­su­rée dans les colonnes des jour­naux ou sur les pla­teaux des chaînes d’information en conti­nu. Mais tout de même, on parle de plus de 800 000 vic­times par an et d’au moins 730 décès. C’est pro­ba­ble­ment moins « ven­deur » qu’un nou­veau débat sur le voile ou la viande hallal…

Avez-vous la pos­si­bi­li­té d’aller au-delà des articles de presse que vous pou­vez trou­ver — en contac­tant l’entreprise, les syn­di­cats, les proches ou la victime ?

« On me répond sou­vent : On ne va pas faire un article dès qu’un ouvrier meurt ! Je crois que tout est dit. »

Malheureusement, entre mon tra­vail, ma vie de famille et le temps pas­sé sur le recen­se­ment, il reste peu de place pour l’in­ves­ti­ga­tion. Le tra­vail de recen­se­ment est déjà une tâche de longue haleine. C’est chro­no­phage, et même mor­bide. Si on venait à faire le tri dans mes recherches sur Google, des entrées comme « mort », « meurt », « décé­dé » ou « tue » seraient assu­ré­ment en tête. Une fois les articles recen­sés, il faut les lire, faire le tri dans les infor­ma­tions don­nées et par­fois même com­pa­rer des sources aux infor­ma­tions contra­dic­toires. Défricher, en somme. J’aimerais pou­voir pous­ser mes recherches. Le tra­vail d’in­ves­ti­ga­tion est cer­tai­ne­ment plus inté­res­sant — c’est jus­te­ment un tra­vail de jour­na­liste. J’ai cepen­dant pu nouer un cer­tain nombre de contacts depuis main­te­nant deux ans et demi. Avec des tra­vailleurs, des for­ma­teurs en pré­ven­tion des risques, des ins­pec­teurs du tra­vail, des méde­cins du tra­vail, des cher­cheurs ou même des avo­cats. Des contacts avec des familles de vic­times ont éga­le­ment pu s’établir. À plu­sieurs reprises j’ai été sol­li­ci­té, notam­ment par des mères de jeunes tra­vailleurs décé­dés. Leur moti­va­tion était tou­jours la même : ne pas voir leur enfant tom­ber dans l’oubli, don­ner de la visi­bi­li­té à son his­toire, lui rendre hom­mage. Se faire le relai de ces his­toires, c’est un devoir qu’on doit aux vic­times mais aus­si à leurs proches. C’est ain­si que j’ai pu faire le por­trait de Romain, Hugo, Ludovic, Adrien, Teddy… Souvent de jeunes, voire de très jeunes vic­times. La digni­té, la com­ba­ti­vi­té de ces mères m’ont tou­jours épous­tou­flées. Leurs témoi­gnages sont poi­gnants et de véri­tables leçons de cou­rage. Il ne faut pas oublier qu’un acci­dent du tra­vail est géné­ra­le­ment un drame, une vie bri­sée, une famille meur­trie à jamais. Pourquoi ces per­sonnes n’auraient pas droit au même trai­te­ment que les poli­ciers ou les mili­taires ? On me répond sou­vent : « On ne va pas faire un article dès qu’un ouvrier meurt ! » Je crois que tout est dit.

Ce tra­vail de recen­sion des acci­dents ne pour­rait-il pas être por­té par les syndicats ?

Ils jouent leur rôle sur le ter­rain. Ils accom­pagnent notam­ment les vic­times ou leurs familles dans les démarches et pro­cé­dures. Solidaires recense par exemple les sui­cides au tra­vail. Mais je crois mal­heu­reu­se­ment qu’ils n’ont pas le temps de se lan­cer dans un tel chan­tier. Entre la casse du code du tra­vail, la réforme des retraites, celle de l’assurance-chômage, les com­bats ne manquent pas ces der­nières années. Il est évident qu’avec les don­nées qui leurs sont remon­tées depuis le ter­rain, leur tra­vail de recen­se­ment serait cer­tai­ne­ment plus exhaus­tif que le mien. Peut-être fau­drait-il créer un col­lec­tif ? D’ailleurs, il existe des obser­va­toires sur tous les sujets en France mais rien ou si peu sur les acci­dents du tra­vail… Est-ce fina­le­ment le rôle des syn­di­cats ? Là où les syn­di­cats ont un rôle impor­tant à jouer, c’est dans les entre­prises, notam­ment auprès des plus jeunes qui manquent par­fois de recul face aux risques. Un tra­vail de pré­ven­tion, de for­ma­tion, qui peut être por­té par les syn­di­cats, mais qui doit l’être aus­si par l’entreprise, me semble impor­tant. Par ailleurs, sans vou­loir faire une fixette sur les médias, je crains mal­heu­reu­se­ment que Solidaires ou la CGT n’aient pas la même audience que BFM ou CNews. Le com­bat se situe aus­si au niveau de la prise de conscience glo­bale. Au final, peu de per­sonnes connaissent l’ampleur du sujet, la réa­li­té des chiffres, la réa­li­té des drames qui se nouent chaque jour sur nos chan­tiers ou dans nos usines. Dans l’imaginaire de beau­coup de gens, et même dans celui de cer­tains poli­tiques, « On ne meurt plus au tra­vail ». Il y a vrai­ment un effort d’é­du­ca­tion à faire auprès du grand public sur ce sujet.

[Vincent Jarousseau | vincentjarousseau.com

Vous avez affir­mé qu’à tra­vers le trai­te­ment média­tique du sujet, ce qui res­sort « c’est le récit de la fata­li­té1 », quand ce n’est pas un sup­po­sé manque de res­pon­sa­bi­li­té de la vic­time qui est mis en cause. Comment mettre en branle ce récit afin de ques­tion­ner la res­pon­sa­bi­li­té des entre­prises et de l’organisation sociale du travail ? 

Selon l’ar­ticle L. 4121–1 du code du tra­vail, « l’employeur est tenu de prendre toutes les mesures néces­saires pour assu­rer la sécu­ri­té et pro­té­ger la san­té phy­sique et men­tale de ses sala­riés. Dans ce cadre, l’employeur ne doit pas seule­ment dimi­nuer le risque, mais doit l’empêcher ». C’est un devoir pour l’employeur d’assurer la san­té et la sécu­ri­té de ses employés. C’est impor­tant de le rap­pe­ler car les gens ont ten­dance à l’oublier, notam­ment avec l’uberisation du tra­vail. À l’évidence, il est plus simple pour cer­tains de se cacher der­rière la fata­li­té, car ça évite d’avoir à se remettre en ques­tion. Mais c’est le rôle de l’employeur de véri­fier la confor­mi­té des machines ou la for­ma­tion de ses employés. Si un ouvrier se met en dan­ger d’une façon ou d’une autre, c’est son rôle de lui rap­pe­ler les règles de sécu­ri­té. Si un jeune employé se retrouve sans enca­dre­ment, c’est son rôle d’y remé­dier. De plus en plus, on entend dire que les sala­riés doivent être acteurs de leur propre sécu­ri­té. Derrière cette idée se cache la volon­té de déres­pon­sa­bi­li­ser les employeurs. Le trai­te­ment inique des livreurs des pla­te­formes comme Uber Eats ou Deliveroo nous apporte un aper­çu de ce que cer­tains rêvent de géné­ra­li­ser à l’ensemble du monde du tra­vail2. On pousse des livreurs à aller tou­jours plus vite en pre­nant tou­jours plus de risque avec un maté­riel qu’ils ont dû se four­nir eux-mêmes sans qu’il n’y ait aucun contrôle des­sus. Et si mal­heu­reu­se­ment un acci­dent sur­vient, la pla­te­forme décline toute res­pon­sa­bi­li­té car le livreur est un tra­vailleur (soi-disant) indé­pen­dant… Voilà en par­tie ce qui se cache der­rière cette pro­mo­tion à tout-va de l’auto-entreprenariat. C’est l’un des enjeux majeurs des années à venir.

Connaît-on les prin­ci­pales causes des acci­dents du travail ?

« C’est tel­le­ment plus simple de se dire qu’il s’agit d’une fata­li­té ! Plus simple pour les entre­prises mais aus­si pour les déci­deurs politiques. »

On les connaît. La sur­charge de tra­vail, le manque de for­ma­tion, les cadences, les contraintes phy­siques, les man­que­ments aux règles de sécu­ri­té… On sait que cer­tains sala­riés comme les jeunes, les inté­ri­maires ou les sous-trai­tants sont plus expo­sés que les autres. Mais c’est tel­le­ment plus simple de se dire qu’il s’agit d’une fata­li­té ! Plus simple pour les entre­prises mais aus­si pour les déci­deurs poli­tiques. Il ne faut tout de même pas oublier que depuis une dizaine d’années, le code du tra­vail, l’inspection du tra­vail ou la méde­cine du tra­vail ont été par­ti­cu­liè­re­ment mis à mal. Comment pen­ser que la sup­pres­sion des Comité d’hy­giène, de sécu­ri­té et des condi­tions de tra­vail (CHSCT) n’a eu aucune consé­quence sur la pré­ven­tion des risques professionnels ?

Un rap­port de 2018 de l’Agence natio­nale pour l’amélioration des condi­tions de tra­vail recen­sait que presque 45 % des acci­dents du tra­vail concer­naient des ouvriers et des ouvrières. Sur les acci­dents graves et mor­tels sur les­quels vous vous pen­chez, êtes vous en mesure de tirer des grandes ten­dances entre acci­den­tés du tra­vail et classes sociales, genre, etc. ?

Après deux ans et demi de recen­se­ment, il y a des ten­dances assez claires qui se dégagent. Le BTP est le sec­teur où les acci­dents graves sont les plus récur­rents. Les ouvriers et arti­sans du bâti­ment repré­sentent par exemple un tiers des vic­times d’ac­ci­dents graves ou mor­tels que j’ai recen­sées en 2020. On retrouve énor­mé­ment de chutes, mais aus­si des chocs avec des engins de chan­tier ou encore des effon­dre­ments de charges diverses. Le monde agri­cole arrive ensuite avec les agri­cul­teurs et les ouvriers agri­coles. Dans ce sec­teur, ce sont les acci­dents de trac­teur ou liés à des machines agri­coles qui sont les plus récur­rents. Un milieu déjà par­ti­cu­liè­re­ment tou­ché par les sui­cides. L’industrie a aus­si son lot de drames. On compte beau­coup d’agents de main­te­nance des machines ou d’ouvriers inté­ri­maires par­mi les vic­times. Les chauf­feurs rou­tiers ne sont mal­heu­reu­se­ment pas en reste. On constate notam­ment beau­coup de malaises car­diaques dans le sec­teur des trans­ports. Le sur­poids ou le taba­gisme touchent tout par­ti­cu­liè­re­ment ces tra­vailleurs du fait de leur séden­ta­ri­té. Les bûche­rons ou les marins-pêcheurs reviennent enfin régu­liè­re­ment. C’est impor­tant de le noter, notam­ment au regard des effec­tifs dans ces sec­teurs. On est sur deux métiers où les risques peuvent être énormes.

[Vincent Jarousseau | vincentjarousseau.com

Vous avez des chiffres en tête ?

Sur les années 2019 et 2020, j’ai recen­sé par­mi les morts au tra­vail 168 ouvriers ou arti­sans du BTP, 106 agri­cul­teurs ou ouvriers agri­coles, 90 chauf­feurs rou­tiers, 76 ouvriers de l’in­dus­trie, 43 mili­taires dont gen­darmes, 32 bûche­rons ou éla­gueurs, 32 marins ou encore 21 agents de police. On parle beau­coup de ces der­niers en ce moment. Loin d’être une pro­fes­sion sans risques, on remarque cepen­dant que les métiers de la police arrivent loin der­rière les sec­teurs du BTP, de l’agriculture ou de l’industrie. Et je ne parle là que des acci­dents les plus graves. Concernant le bâti­ment, le recours aux tra­vailleurs sans-papiers reste impor­tant, notam­ment en Île-de-France où les chan­tiers pul­lulent. Des patrons peu scru­pu­leux pro­fitent de leur pré­ca­ri­té et de leurs situa­tions admi­nis­tra­tives pour les employer dans des condi­tions inhu­maines (absence de maté­riel de pro­tec­tion, prise de risques, non-assis­tance aux bles­sés…). La mort récente de Bary Keita, ouvrier malien de 27 ans, sur un chan­tier à Pantin (Seine-Saint-Denis) est dra­ma­ti­que­ment venue nous le rap­pe­ler. Dans la même veine, le trai­te­ment des livreurs dont j’ai déjà par­lé est tout aus­si insup­por­table. Déjà trois morts depuis le début de l’année : Mohammed (Deliveroo), Ahmed (Uber Eats) et Chahi (Uber Eats). Il n’est d’ailleurs pas rare de trou­ver des sans-papiers par­mi eux.

Vous poin­tiez dans une inter­view que les tra­vailleurs et les tra­vailleuses du sec­teur des ser­vices à la per­sonne sont très tou­chés par les acci­dents du tra­vail, mais encore moins visibles. Comment l’expliquer ?

« Il faut com­prendre que pour une famille qui souffre déjà de perdre un proche, les pro­cé­dures judi­ciaires sont un véri­table che­min de croix. »

C’est même l’un des seuls milieux où les acci­dents du tra­vail sont en constante aug­men­ta­tion. Certes, il ne s’a­git pas de bles­sures graves comme dans le BTP par exemple. Mais là n’est pas la ques­tion. Douleurs arti­cu­laires ou mus­cu­laires sont le quo­ti­dien des sala­riés de ce sec­teur. Venir en aide à des per­sonnes phy­si­que­ment dépen­dantes, parce qu’â­gées ou han­di­ca­pées, est loin d’être une par­tie de plai­sir pour le corps. Ces tra­vailleuses — car ce sont essen­tiel­le­ment des femmes — sont par ailleurs sou­vent iso­lées, ce qui ren­force le risque. En cas d’ac­ci­dent, il faut se débrouiller toute seule. Par ailleurs, les dépla­ce­ments moto­ri­sés sont fré­quents dans une jour­née pour une aide à domi­cile et les acci­dents de la route res­tent l’une des pre­mières causes d’ac­ci­dent du tra­vail. L’isolement joue assu­ré­ment dans l’invisibilité de ces per­son­nels. Si demain une infir­mière à domi­cile se déchire l’épaule en rele­vant un patient, l’information ne fera pas le tour de la presse locale. On ne pense pas à ces tra­vailleuses lorsqu’on pense « acci­dent du tra­vail ». Le trai­te­ment média­tique est de toute façon à deux vitesses. Récemment, Audrey Adam, assis­tante sociale de 36 ans, est morte assas­si­née au domi­cile d’un homme qu’elle accom­pa­gnait au titre de sa mis­sion. Cette infor­ma­tion a été tota­le­ment éclip­sée par le déchai­ne­ment poli­tique et média­tique autour de l’assassinat du poli­cier Éric Masson.

Depuis 1996, dix ouvriers sont morts suite à un acci­dent à l’usine d’ArcelorMittal de Dunkerque. Si l’inspection du tra­vail pointe la res­pon­sa­bi­li­té de l’entreprise, le par­quet de Dunkerque a clas­sé sans suites ces acci­dents. Les condam­na­tions d’entreprises sont rares : sur quel front mener ce com­bat si les employeurs ne sont presque jamais inquiétés ?

Je ne sais pas si ce sont les pro­cès qui sont rares, les condam­na­tions ou les deux. Ce qui est cer­tain c’est que ces der­nières sont déri­soires. La récente condam­na­tion de Renault Cléon à 300 000 euros d’a­mende pour homi­cide invo­lon­taire, après la mort du tech­ni­cien de main­te­nance Jérôme Deschamps en 2016, est assez excep­tion­nelle. À titre de com­pa­rai­son, après la mort d’Hugo Bardel en 2018, un appren­ti bûche­ron de 22 ans, l’entreprise a été recon­nue cou­pable d’ho­mi­cide invo­lon­taire par impru­dence et s’est vue condam­née à un total de 70 000 euros d’a­mendes à ce stade des pro­cé­dures. Amendes assor­ties d’une inter­dic­tion de recru­ter un appren­ti pen­dant une période deux ans. Pourquoi ne pas inter­dire défi­ni­ti­ve­ment à une entre­prise recon­nue cou­pable de la mort d’un de ses appren­tis d’en recru­ter à nou­veau ? La ques­tion judi­ciaire est extrê­me­ment impor­tante. Il faut com­prendre que pour une famille qui souffre déjà de perdre un proche, les pro­cé­dures judi­ciaires sont un véri­table che­min de croix. Elles sont longues et com­plexes et ne débouchent par­fois sur rien ou si peu, comme le montre le cas des ouvriers d’ArcelorMittal (où les vic­times sont d’ailleurs prin­ci­pa­le­ment des inté­ri­maires ou des sous-trai­tants). Sur le site Cristal Union de Bazancourt on dénombre trois cor­distes morts en cinq ans. Sept ans après la mort d’Arthur Bertelli (23 ans) et Vincent Dequin (33 ans) les entre­prises Cristal Union et Carrard ser­vices ont été cha­cune condam­née à 100 000 euros d’amende, leurs diri­geants à huit mois et un an de pri­son avec sur­sis. C’était il y a main­te­nant 9 ans et le pro­cès en appel n’a tou­jours pas eu lieu. Pour les familles c’est un calvaire.

[Vincent Jarousseau | vincentjarousseau.com

Le com­bat est donc à mener sur plu­sieurs fronts. Dans les entre­prises, il n’est pas rare que des sala­riés soient mis sous pres­sion lorsqu’il s’agit de com­plé­ter leur décla­ra­tion d’accident du tra­vail, sur­tout s’ils sont pré­caires ou proches de la retraite. Le tra­vail syn­di­cal d’accompagnement est pri­mor­dial face aux pres­sions patro­nales. Uber Eats et consort ont trou­vé la parade en fei­gnant de ne pas employer les livreurs. Encore une fois, les pla­te­formes ne risquent rien judi­ciai­re­ment si un livreur meurt pen­dant une course, sinon pour leur image — mais un livreur ne pèse pas bien lourd face aux cam­pagnes de naming ou de spon­so­ring menées par Uber Eats (Ligue 1, Top chef…). Le com­bat doit aus­si être poli­tique et média­tique. Malheureusement on a bien com­pris que la ques­tion des acci­dents du tra­vail ne serait pas l’enjeu cen­tral de la pro­chaine cam­pagne pré­si­den­tielle. Je ne revien­drai pas sur tout ce qui a déjà été dit sur l’invisibilisation des vic­times dans les médias… C’est assez incroyable que la prise de conscience sur ce sujet passe notam­ment par un compte Twitter comme le mien.

Fin avril der­nier, vous aviez dif­fu­sé des pho­tos de plaques com­mé­mo­ra­tives et de monu­ments aux morts en hom­mage aux acci­den­tés du tra­vail : quand émergent-ils et sous quelles impulsions ?

« La décon­nexion entre les repré­sen­tants poli­tiques et le monde du tra­vail est importante. »

C’est au hasard de mes recherches que je suis tom­bé un jour sur une plaque ren­dant hom­mage à Hector Loubouta, un jeune de 19 ans employé en contrat d’insertion, décé­dé en 2002 sur un chan­tier à Amiens. De fil en aiguille, j’ai recen­sé un, puis deux, puis à pré­sent un grand nombre d’éléments mémo­riels dans le genre. Il peut s’agir de plaques, de stèles, de noms de rues, de sta­tions de métro ou d’aires d’autoroute, voire d’œuvres ou d’édifices plus impo­sants. On en trouve un peu par­tout sur le ter­ri­toire. Peut-être que tous les jours vous pas­sez devant sans vous en rendre compte. Dans les anciennes cités minières, à l’entrée des fosses, des monu­ments com­mé­mo­ra­tifs ont sou­vent été éle­vés. On y découvre par­fois des infor­ma­tions stu­pé­fiantes comme sur cette stèle à la mémoire des mineurs de Bully, dans le Pas-de-Calais, où, par­mi les vic­times, les noms de Henri (9 ans), Léandre (10 ans), Alexandre (11 ans), Clément (11 ans), Joseph (11 ans), Flore (13 ans) ou Marie-Charlotte (13 ans) ne peuvent lais­ser indif­fé­rents. Dans les cime­tières des villes por­tuaires, une place spé­ciale est aus­si sou­vent dédiée aux marins morts en mer. Il y a un tra­vail immense à faire sur la ques­tion mémo­rielle. En tant qu’historien, j’espère pou­voir avoir un jour le temps de m’y atteler.

Le thème de l’insécurité est de nou­veau por­té par plu­sieurs acteurs poli­tiques. Pourquoi la gauche anti­ca­pi­ta­liste ne s’empare-t-elle pas davan­tage de la ques­tion de la sécu­ri­té au travail ?

La décon­nexion entre les repré­sen­tants poli­tiques et le monde du tra­vail est impor­tante. Inutile de reve­nir sur les pro­pos d’Emmanuel Macron pour qui le tra­vail ne peut pas être pénible ou sur ceux d’Aurore Bergé pour qui on ne meurt plus au tra­vail. D’ailleurs, « dans notre civi­li­sa­tion on ne meurt pas en tra­vaillant », selon Olivier Babeau, ancien conseiller du pre­mier ministre François Fillon. Des absur­di­tés qui nous sont rabâ­chées dès qu’il est ques­tion de reve­nir sur le temps de tra­vail. Fabien Roussel a sur­pris beau­coup de monde en s’engouffrant à son tour sur le thème de la sécu­ri­té. Je n’accuserai cepen­dant pas le Parti com­mu­niste ou encore la France insou­mise de se dés­in­té­res­ser de la sécu­ri­té et de la san­té au tra­vail. En 2017, Jean-Luc Mélenchon était d’ailleurs le seul can­di­dat à évo­quer à cha­cun de ses mee­tings le nombre de morts au tra­vail. À l’évidence, on ne peut pas se limi­ter à ça. Je crois mal­heu­reu­se­ment que tout ce que j’ai évo­qué pré­cé­dem­ment sur la prise de conscience ou même la bana­li­sa­tion s’applique aus­si à une grande par­tie de la gauche.


Photographie de ban­nière : Vincent Jarousseau | vincentjarousseau.com


  1. « Silence, des ouvriers meurent : autour du trai­te­ment média­tique des acci­dents du tra­vail », Acrimed, 2 février 2021.
  2. Voir à ce sujet le repor­tage de Rosa Moussaoui et Loez, « Quand on ubé­rise les livreurs », Ballast, n° 11, 2021.

REBONDS

☰ Lire notre article « La pré­ca­ri­té : une nou­veau­té ? », Juan Sebastian Carbonell, mai 2020
☰ Lire notre témoi­gnage « On veut être res­pec­tés : faire grève en pleine pan­dé­mie », avril 2020
☰ Lire notre entre­tien avec Fabienne Lauret : « Une orga­ni­sa­tion pour se défendre au quo­ti­dien », février 2019
☰ Lire notre témoi­gnage « Nous étions des mains invi­sibles », juillet 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Montrer que la lutte paie », juillet 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « À l’u­sine », juin 2018

Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.