Frustration : « Former un camp majoritaire contre les classes dominantes »

Notre huitième numéro sort le 19 septembre. Abonnez-vous dès maintenant !


Rubrique ENGRENAGES — entretien inédit pour le site de Ballast

La revue Frustration, créée en 2013, campe dans les kiosques de France depuis son neu­vième numé­ro. À l’o­ri­gine ? Quelques amis béné­voles, « un même dégoût du capi­ta­lisme » et « une las­si­tude envers les formes conve­nues de la cri­tique sociale ». Tiré à 10 000 exem­plaires, le tri­mes­triel refuse l’« intel­lec­tua­li­sa­tion à outrance » de la gauche radi­cale et son « jar­gon mili­tant », tonne contre « la macro­nie » et son lea­der — « le pire repré­sen­tant du peuple » — et aspire à écrire « au plus près des expé­riences vécues ».


Vous vous reven­di­quez « du vrai jour­na­lisme citoyen ». Ce qui appelle deux ques­tions : qu’est-ce que le « faux » jour­na­lisme, et que dit le mot, désor­mais très consen­suel, de « citoyen » ?

C’est vrai que « citoyen » est un terme presque aus­si gal­vau­dé que « huma­niste » ou « démo­crate ». Mais l’u­sage de ce terme est une façon pour nous d’insister sur le fait que nous avons pour objec­tif de favo­ri­ser l’expression de points de vue et d’analyses à la por­tée de tou.te.s — et le moins ver­ti­ca­le­ment pos­sible. Nous oppo­sons le « citoyen » à l’« expert » ou au « pen­seur » : deux caté­go­ries d’auteurs sou­vent mobi­li­sées dans le champ de la dif­fu­sion des idées. Les per­sonnes qui écrivent à Frustration ne se sentent ni expertes de leurs sujets, ni plus intel­li­gentes que leurs lec­teurs. Elles ont sim­ple­ment réser­vé des heures de leur temps libre pour se pen­cher sur un sujet à des fins poli­tiques, et ont conçu une démons­tra­tion claire, docu­men­tée, avec des conclu­sions morales et cri­tiques. La dimen­sion « citoyenne » est donc aus­si liée à l’objectif cri­tique de Frustration : on n’écrit pas pour le plai­sir d’écrire et de « dif­fu­ser des idées », mais bien dans un but poli­tique expli­cite d’agitation sociale et de dénon­cia­tion de l’ordre capi­ta­liste.

« Nous pra­ti­quons du jour­na­lisme d’opinion décom­plexé, pas par­ti­san mais poli­ti­sé. »

Cela passe par un cer­tain type de jour­na­lisme, qui ne fait pas sem­blant d’être ce qu’il ne peut pas être, c’est à dire « neutre » — comme le pré­tendent une bonne par­tie des jour­na­listes fran­çais. Nous pra­ti­quons du jour­na­lisme d’opinion décom­plexé, pas par­ti­san mais poli­ti­sé. Le « faux jour­na­lisme », ce serait donc la pra­tique qui consiste à faire croire et se faire croire qu’on se contente de « décrire » le réel, de « trai­ter l’actualité » et de faire du « décryp­tage et de l’analyse ». En pro­cé­dant ain­si, en pen­sant que, par magie, le fait de vou­loir être neutre va vous rendre neutre, vous pro­dui­sez des conte­nus poli­ti­sés et situés, mais qui s’ignorent. Les exemples de ce jour­na­lisme-là sont très nom­breux : du repor­tage de JT, qui s’interroge en deux minutes sur l’opportunité de la « baisse des charges sociales » (en repre­nant sans sou­ci ce terme patro­nal for­gé pour déni­grer les coti­sa­tions sociales) aux « déco­deurs » du Monde, qui veulent carac­té­ri­ser en termes de « vrai » ou « faux » des débats aus­si poli­tiques et socia­le­ment déter­mi­nés que les effets d’une réforme fis­cale ou le pro­gramme d’un can­di­dat à la pré­si­den­tielle (en termes de « réa­liste » ou « irréa­liste »). Le jour­na­lisme de Frustration n’est pas celui-là. Sans doute, l’ex­pres­sion « vrai jour­na­lisme » est un peu pro­mo­tion­nelle : on devrait plu­tôt dire « jour­na­lisme hon­nête ».

« La com­pé­tence poli­tique, ça n’existe pas », avan­cez-vous. Comment faire entendre l’idée, a prio­ri contre-intui­tive, que tout un cha­cun vaut mieux que tous les « experts » en place ?

Attention : nous ne pré­ten­dons pas que, sur tous les sujets, tout un cha­cun vaut mieux que celles et ceux qui pos­sèdent des connais­sances, et ont donc une per­ti­nence et une acui­té jus­ti­fiées par le recueil d’informations et le temps de réflexion. Nous disons cela au sujet de la poli­tique, le lieu où se dis­cute ce qui est juste ou injuste dans la confi­gu­ra­tion d’une socié­té. Nos élites poli­tiques et éco­no­miques ont beau­coup mis en avant, ces trente der­nières années, l’incompétence du peuple à savoir ce qui était bon pour lui, pour jus­ti­fier leurs réformes. D’où leur enthou­siasme à consi­dé­rer qu’une « bonne réforme » est une réforme impo­pu­laire, car elle seule serait en mesure de sai­sir son impé­rieuse néces­si­té pour le bien com­mun (que l’on recon­naît selon elle au fait de « géné­rer de la crois­sance » ou de « créer de l’emploi »). Cette incom­pé­tence tien­drait aux grands défauts de la popu­la­tion fran­çaise : elle serait inculte, « nulle en éco­no­mie » — comme le répètent sou­vent les cadres du MEDEF — et repliée sur elle-même, natio­na­liste et xéno­phobe. Nos élites se targuent, quant à elles, de pos­sé­der une légi­ti­mi­té intel­lec­tuelle et tech­ni­cienne forte, parce qu’elles ont pas­sé cinq ans de leur vie à récu­pé­rer des cartes de visite et chan­ter « Les lacs du Connemara » à HEC, ou qu’elles ont assis­té à des tas de confé­rences pas­sion­nantes à Sciences Po. En plus, elles voyagent : New York, Berlin, Madrid leur sont fami­lières ; elles y ont des « amis de longue date » et y visitent des expos d’art contem­po­rain. Pour toutes ces rai­sons, elles sont « ouvertes sur le monde », contrai­re­ment aux ouvriers fran­çais qui refusent de consi­dé­rer les bien­faits du libre-échange.

Comité HEC Lausanne, 2014 (DR)

On se sou­vient du réfé­ren­dum de 2005, où ce dis­cours de la com­pé­tence tech­nique et morale des élites a atteint son apo­gée. Le « Non » des Français a été expli­qué par les intel­lec­tuels, édi­to­ria­listes et poli­tiques, de deux façons : un vote de « gauche radi­cale » inca­pable de sai­sir l’intérêt éco­no­mique du ren­for­ce­ment de l’intégration euro­péenne et l’impérieuse néces­si­té du libre-échange, et un vote Front natio­nal de la France ouvrière deve­nue réac­tion­naire, qui craint le plom­bier polo­nais. Dernièrement, l’incompétence popu­laire a été l’explication favo­rite pour expli­quer le Brexit. Vexé d’un résul­tat qui allait à l’encontre du sens de l’Histoire que les néo­li­bé­raux de son espèce croyaient avoir enclen­ché depuis des décen­nies, Alain Minc avait ain­si décla­ré : « Le Brexit, c’est la vic­toire des gens peu for­més sur les gens édu­qués. » Après tout, « Hitler n’est-il pas arri­vé au pou­voir démo­cra­ti­que­ment ? », ajoutent les par­ti­sans de l’aristocratie tech­ni­cienne qu’est l’Union euro­péenne. C’est ce per­pé­tuel pro­cès en incom­pé­tence qui a jeté le dis­cré­dit sur le prin­cipe du réfé­ren­dum : mieux vaut élire des repré­sen­tants de la bour­geoi­sie qui vont prendre les « bonnes déci­sions » que de faire confiance à une popu­la­tion peu diplô­mée et aux pul­sions for­cé­ment racistes. Frustration s’inscrit en faux contre cette vision. D’abord en dégom­mant un à un les argu­ments en faveur de la supé­rio­ri­té morale et intel­lec­tuelle de nos « élites », ensuite en rap­pe­lant que leur « gran­deur d’âme » coïn­cide sou­vent avec leurs inté­rêts. Tiens, les diplô­més et les cadres sont ceux qui votent le plus sou­vent en faveur de l’extension des pré­ro­ga­tives de l’Union euro­péenne telle qu’on la connaît : appé­tit insa­tiable pour l’amitié entre les peuples, ou goût pour un modèle éco­no­mique qui favo­rise leurs inté­rêts ?

« Les riches ont un visage, ils ne règnent pas sur nos vies depuis une mys­té­rieuse échelle inter­na­tio­nale qui les ren­drait intou­chables. »

Si l’on consi­dère la poli­tique comme le lieu d’un conflit d’intérêts, où la concep­tion du Juste, du Bien ou de l’Efficacité est lar­ge­ment cor­ré­lée à la posi­tion sociale, alors il n’y a aucune « com­pé­tence » en jeu dans cette arène-là. Mais des inté­rêts dis­cor­dants, très dis­cor­dants, dans le capi­ta­lisme. Le pro­blème, c’est que cela fonc­tionne : beau­coup conti­nuent de pen­ser que la poli­tique n’est pas pour eux, qu’il faut lais­ser ça aux « gens com­pé­tents » — la boucle de la dépos­ses­sion est bou­clée. Nous vou­lons contri­buer à décom­plexer la popu­la­tion ; cela passe très concrè­te­ment par deux choses qui sont essen­tielles à l’écriture de Frustration : dé-tech­ni­ci­ser les sujets, en met­tant à jour le conflit de valeurs et d’intérêts qui se joue autour d’une ques­tion pré­sen­tée à tort par les domi­nants comme pure­ment tech­nique ; décom­plexer le lec­teur face à sa propre incul­ture en mon­trant que non, le monde n’est pas « de plus en plus com­plexe » et que sa confi­gu­ra­tion peut donc bien faire l’objet d’une déli­bé­ra­tion démo­cra­tique.

Votre tout pre­mier numé­ro titrait Pourquoi il faut détes­ter les riches : for­mule pro­vo­ca­trice que vous avez récem­ment reprise dans votre com­mu­ni­ca­tion Internet. Est-ce une manière d’incarner la cri­tique sys­té­mique — sou­vent abs­traite — géné­ra­le­ment por­tée par la gauche radi­cale intel­lec­tuelle ?

Oui, on n’est pas les pre­miers à dire que le ter­rain de la lutte des classes a été aban­don­né ou rin­gar­di­sé dans les années 1990–2000. Avec la crise finan­cière et la remon­tée en flèche des inéga­li­tés sociales, ce thème est heu­reu­se­ment reve­nu au pre­mier plan, mais avec une impor­tante dérive, selon nous : il était trai­té de façon trop théo­rique, trop dés­in­car­née. « Les classes domi­nantes », « les classes supé­rieures » et « la finance inter­na­tio­nale ». À la fin, on se retrouve avec un can­di­dat socia­liste aux pré­si­den­tielles qui parle de cette finance qui « n’a pas de visage » mais qui, pour­tant, gou­verne. Hollande était bien pla­cé pour savoir qu’elle en avait un, de visage, comme celui de son secré­taire géné­ral adjoint Emmanuel Macron. Mais il s’agissait de sur­fer sur la vague de la lutte des classes sans l’incarner ni iden­ti­fier des res­pon­sables. En disant qu’il faut « détes­ter les riches », nous vou­lions par­ler d’eux comme des adver­saires iden­ti­fiés et incar­nés. Ils ont un visage, ils ne règnent pas sur nos vies depuis une mys­té­rieuse échelle inter­na­tio­nale qui les ren­drait intou­chables. Ils sont là, dans nos villes et en par­ti­cu­lier notre capi­tale, avec leurs clubs, leurs res­tau­rants, leurs hôtels par­ti­cu­liers et leurs chauf­feurs. Ils font des choix, sou­tiennent des can­di­dats, tentent d’orienter les lois en leur faveur. Ce sont des gens de chair et d’os, pas des « mar­chés » géné­rés par d’implacables lois immuables de l’économie, ni un petit groupe de dix com­plo­teurs qui se réunissent dans l’ombre pour déci­der de notre des­tin.

Emmanuel Macron et Pierre Gattaz (Reuters)

À l’époque où nous avons sor­ti notre numé­ro inti­tu­lé Pourquoi il faut détes­ter les riches, le dis­cours des Soral et Zemmour bat­tait son plein sur Internet — et celui de l’extrême droite et de la droite en géné­ral. Ces dis­cours disent tous « Votre enne­mi, c’est l’étranger, ou bien les fémi­nistes, ou bien le lob­by LGBT qui vous dévi­ri­lise, ou votre voi­sin qui vit gras­se­ment avec les APL. » Dans ce numé­ro intro­duc­tif, nous avons vou­lu affir­mer une ana­lyse de gauche décom­plexée qui nie ces faux anta­go­nismes et qui redi­rige la frus­tra­tion et la colère, que nombre de gens res­sentent sin­cè­re­ment, vers ceux qui sont res­pon­sables de l’état actuel de la socié­té : pas les profs trop laxistes, ni les créa­teurs de jeux vidéo vio­lents ou les syn­di­ca­listes trop « archaïques » ; mais les riches, ce groupe qui se divise en strates suc­ces­sives entre les 10 % et les 0,1 % les plus for­tu­nés, dont les membres ont pour point com­mun de maî­tri­ser notre éco­no­mie par les res­sources (finan­cières, pro­fes­sion­nelles et sym­bo­liques) qu’ils mono­po­lisent, et qui par­viennent tou­jours à faire triom­pher en poli­tique une vision de la réa­li­té à leur avan­tage. Enfin, il s’agissait, et il s’agit tou­jours, de prendre le total contre­pied du dis­cours qui fait des riches des sau­veurs de l’humanité, des gens méri­tants qui ont « pris des risques » et qui méritent pour cela qu’on les aime et qu’on se plie en quatre pour eux. Or, les riches détruisent la pla­nète et entre­tiennent un sys­tème éco­no­mique violent et injuste. Ils ne sont pas méri­tants, l’immense majo­ri­té d’entre eux a tout eu : c’est le prin­cipe de leur édu­ca­tion que d’éliminer toute pos­si­bi­li­té de déclas­se­ment social de leur pro­gé­ni­ture. Ils n’ont pris aucun risque, si ce n’est de déci­der où inves­tir l’argent dont ils héritent et qu’ils ont obte­nu grâce au tra­vail des autres. Celles et ceux qui prennent des risques dans ce pays, ce sont les ouvriers du bâti­ment qui meurent encore d’une chute mor­telle depuis des toits ou des écha­fau­dages, ce sont les aides-soi­gnantes dans les EHPAD qui tra­vaillent en sous-effec­tifs per­ma­nents, ce sont les livreuses et livreurs à vélo qui sla­loment entre les voi­tures pour que des petits bour­geois puissent rece­voir leur plat japo­nais à dégus­ter devant « Quotidien ». Nous disions dans ce numé­ro « détes­ter les riches, c’est aimer l’humanité », car leur pré­sence et leur pou­voir sont le déno­mi­na­teur com­mun qui nous lient entre gens qui ne vivons pas au même endroit, ne par­lons pas la même langue, ne fai­sons pas le même tra­vail.

Depuis février 2017, on vous trouve en kiosque, en quelque 10 000 exem­plaires. Quels sont les bien­faits d’une exis­tence sur papier, à l’ère du fameux « numé­rique » ?

« Vous pou­vez ne jamais avoir enten­du par­ler du concept de lutte des classes ou de Pierre Bourdieu pour lire Frustration. »

D’abord, l’objet revue papier nous a per­mis de trou­ver une orga­ni­sa­tion de tra­vail qui fonc­tionne pour des gens béné­voles : tous les trois mois nous avons un numé­ro à sor­tir. Il faut y par­ve­nir coûte que coûte, ça oblige à une dis­ci­pline que les sites Web et blogs qu’on ali­mente au fil de nos idées et de nos dis­po­ni­bi­li­tés ne requiert pas. Ce n’est pas pour autant qu’on a pris le par­ti du papier contre le Web, car notre site offre gra­tui­te­ment la majeure par­tie de nos articles, notre page Facebook est active, on y com­mente l’actualité et on s’y énerve (sou­vent), et nous avons même un compte Twitter. Mais le cœur de notre tra­vail, ce sont nos articles. Et si main­te­nant les for­mats varient, au départ ils étaient sou­vent longs, parce qu’à voca­tion très péda­go­gique. Puisque notre poli­tique vise à pro­po­ser des articles dont la lec­ture ne néces­site aucun pré­re­quis (vous pou­vez ne jamais avoir enten­du par­ler du concept de lutte des classes ou de Pierre Bourdieu pour lire Frustration), il faut prendre un peu de temps. Quand on répond à une ques­tion aus­si pié­geuse que « Qui est l’élite au pou­voir ? » ou « Qui contrôle notre ali­men­ta­tion ? », ça ne peut pas être un conte­nu lisible ou visible en trois minutes. Ça néces­site donc des articles assez étof­fés, et pour cela la lec­ture sur écran n’est pas très appro­priée. On en fait régu­liè­re­ment l’expérience quand on publie sur notre site Web les articles des anciens numé­ros : beau­coup de lec­teurs nous disent alors « pour Internet c’est vrai­ment trop long » — effec­ti­ve­ment : ça n’a pas été conçu pour. Il y aus­si le plai­sir et l’intérêt de faire un objet : quelque chose qu’on lit dans les trans­ports (le for­mat de Frustration a vrai­ment été conçu pour ça : allez lire Le Monde diplo­ma­tique dans une rame bon­dée de tram­way ou de RER !), et qui est beau. C’est ce que nous per­met le papier, et qui a tou­jours eu de l’importance pour nous, c’est de faire de la cri­tique sociale esthé­tique, agréable à lire, belle à regar­der. Se battre pour l’égalité, c’est très sexy. C’est impor­tant de le maté­ria­li­ser. Pour finir, faire du papier nous per­met de tra­vailler avec une impri­me­rie coopé­ra­tive, des dizaines de librai­ries et des mil­liers de kios­quiers. C’est chouette de tra­vailler avec ces dif­fé­rents métiers et de contri­buer à la vie de ce sec­teur.

Vous avez un jour écrit que « le contraire de la démo­cra­tie, ce n’est pas une dic­ta­ture mili­taire. Le contraire de la démo­cra­tie, c’est quand ce n’est pas le peuple (le plus grand nombre de la popu­la­tion) qui exerce le pou­voir ». Une idée de plus en plus admise par la popu­la­tion. Pourquoi n’est-elle pas encore deve­nue « une force maté­rielle », pour citer Marx ?

On est en effet, selon nous, de plus en plus dans ce « contraire de la démo­cra­tie » – mais les rai­sons pour les­quelles cela ne débouche pas sur une révo­lu­tion, pas besoin d’être fin ana­lyste pour les com­prendre. Chacun de nous, aus­si éner­vé et frus­tré soit-il, en fait l’ex­pé­rience quo­ti­dienne. On sait tous en notre for inté­rieur pour­quoi nous ne sommes pas tous dans la rue en ce moment même. Quand ça va mal, quand il faut galé­rer pour s’installer quelque part et vivre conve­na­ble­ment, on n’est pas pous­sé vers le col­lec­tif. Mais, sur­tout, les relais de contes­ta­tion manquent. Un mou­ve­ment social ne dépend qu’en par­tie d’initiatives indi­vi­duelles : il a besoin d’être struc­tu­ré par des orga­ni­sa­tions. Or, ce n’est pas la joie de ce côté-là. Les deux tiers des syn­di­cats sont deve­nus des appa­reils tech­no­cra­tiques qui pensent avant tout à sau­ver les meubles dans les entre­prises ou les admi­nis­tra­tions où ils sont implan­tés. Et la CGT et Solidaires n’ont pas à eux seuls le poids pour entrer une grande contes­ta­tion. Malheureusement, cela reste les syn­di­cats qui fixent les jour­nées de manifs, de grèves, qui donnent le top départ à une contes­ta­tion ! Et quand nous vou­lons nous battre, nous sommes tous là à miser sur telle atti­tude de telle confé­dé­ra­tion, et quand ça ne fonc­tionne pas, on dit « C’est à cause des syn­di­cats, ils ont cou­lé le mou­ve­ment ». C’est deve­nu une atti­tude très ration­nelle de ne pas aller perdre une jour­née de salaire pour un mou­ve­ment qui ne mar­che­ra pas. C’est triste, mais c’est ain­si. Il faut donc faire autre­ment.

Philippe Martinez (CGT) et Jean-Claude Mailly (FO), mani­fes­ta­tion contre la loi Travail, 28 juin 2016, Paris (AFP)

On voit bien que la France insou­mise essaie. Mais elle ne dis­pose pas encore du degré d’organisation qui fait qu’elle est capable, comme reste capable un syn­di­cat comme la CGT, de faire des­cendre des dizaines de mil­liers de gens dans la rue le même jour. On n’y est pas encore. Face à ça, on observe plu­sieurs atti­tudes : il y a celles et ceux qui se disent « Il faut conscien­ti­ser les gens, en mul­ti­pliant les vidéos, les ana­lyses, etc., et ils des­cen­dront dans la rue ». Et celles et ceux qui sont dans la stra­té­gie du pire « À force que ça soit la merde, les gens n’en pour­ront plus et ils feront la révo­lu­tion ». La deuxième option est assez ris­quée : plus on pré­ca­rise les gens, moins ils se mobi­lisent. Un inté­ri­maire est bien plus dans la galère et en veut sans doute encore plus à la socié­té qu’un sala­rié en CDI, mais il peut beau­coup moins faci­le­ment se mobi­li­ser. Et pour la pre­mière atti­tude, eh bien, dans un sens, nous nous y ins­cri­vons. Pas pour dévoi­ler aux gens une véri­té qu’ils igno­re­raient, mais pour contri­buer à don­ner confiance en eux-mêmes et défiance envers celles et ceux qui nous dirigent. « La défiance monte », déplore la presse bour­geoise. Par notre part, nous vou­lons y contri­buer, et à la prise de confiance des classes popu­laires et moyennes en elles-mêmes et en leur capa­ci­té à gou­ver­ner sans l’aide d’une armée d’énarques, qu’ils soient de droite ou « de gauche ». Mais ce n’est pas ça qui met­tra les gens dans la rue, c’est le tra­vail d’organisation syn­di­cale et poli­tique. Écrire et convaincre peut aider, mais ne fait pas tout.

Vous insis­tez sur votre désir d’être « acces­sible à tous », au « grand public », et ne recu­lez pas, par­fois, devant un lan­gage fami­lier. Le camp anti­ca­pi­ta­liste compte-t-il trop de théo­ri­ciens et de purs cer­veaux, le doigt sur la cou­ture ?

« À force de jouer sur le folk­lore, le camp anti­ca­pi­ta­liste s’est mis à res­sem­bler davan­tage à un grand groupe de potes qu’à une force sus­cep­tible de ral­lier les salarié.e.s, les pré­caires, les groupes domi­nés. »

Depuis notre créa­tion, les choses ont beau­coup évo­lué dans le camp anti­ca­pi­ta­liste, mais à l’époque (en 2013), nous voyions deux grands défauts à ce camp, qui contri­buaient à le cou­per du plus grand nombre et à en faire le lieu d’un véri­table entre-soi. D’abord, la gauche radi­cale était satu­rée de codes cultu­rels et d’un folk­lore dans lequel ses membres se com­plai­saient trop sou­vent : les nom­breux sym­boles héri­tés du siècle pas­sé sont deve­nus de moins en moins des signes de ral­lie­ment à une classe sociale ou une popu­la­tion, et de plus en plus le mono­pole exclu­sif d’une sorte de « sous-culture » où l’on chante l’Internationale ou La jeune garde pour témoi­gner de son appar­te­nance, plus que pour mobi­li­ser les foules. À force de jouer sur le folk­lore, le camp anti­ca­pi­ta­liste s’est mis à res­sem­bler davan­tage à un grand groupe de potes qu’à une force poli­tique et intel­lec­tuelle sus­cep­tible de ral­lier les salarié.e.s, les pré­caires, les groupes domi­nés. Or, on peut res­sen­tir une pro­fonde révolte envers le sys­tème capi­ta­liste et les logiques hété­ro­sexistes sans por­ter une cas­quette et être bar­dé de Pin’s à mes­sages. À l’inverse de ce qui nous parais­sait une dérive, nous avons conçu Frustration et sa maquette comme un objet que tout le monde peut s’approprier, parce qu’il ne requiert pas la maî­trise de codes et l’identification à des sym­boles. Ce qui compte pour lire Frustration, c’est d’être dégoû­té par des injus­tices vécues et par­ta­gées, et vou­loir que ça change. C’est tout. Aimer le rouge, connaître la vie de Trotsky ou l’histoire de la Révolution fran­çaise n’est pas un pré­re­quis. Ce n’est pas pour autant que l’objet Frustration est neutre esthé­ti­que­ment et cultu­rel­le­ment, mais il vise à faire res­sen­tir des émo­tions poli­tiques et esthé­tiques qui ne cor­res­pondent pas à une iden­ti­té cultu­relle pré­cise.

La folk­lo­ri­sa­tion du camp anti­ca­pi­ta­liste s’est aus­si accom­pa­gnée d’une intel­lec­tua­li­sa­tion à outrance, c’est vrai, qui découle cer­tai­ne­ment du fait que la socio­lo­gie de ses sym­pa­thi­sants s’est éli­ti­sée. Si nous ne trou­vions pas notre compte dans les revues et maga­zines exis­tants, c’est qu’ils se conten­taient sou­vent, de façon très uni­ver­si­taire et avec un biais sco­laire évident, de faire le com­men­taire de théo­ries exis­tantes et de les confron­ter entre elles : « Êtes-vous plu­tôt Lénine ou Trotsky ? », « Est-ce gram­scien ou paso­li­nien ? », « N’est-il pas temps de relire Proudhon ? ». Là encore, ce sont d’importants pré­re­quis qui sont deman­dés, avec une impor­tante vio­lence sym­bo­lique à la clef. Il faut avoir le goût et la dis­po­si­tion d’esprit d’aimer le trai­te­ment d’idées abs­traites et la dis­cus­sion théo­rique. C’est un pro­blème si on veut tou­cher l’ensemble de la popu­la­tion et for­mer un camp majo­ri­taire contre les classes domi­nantes. Car cela ne sert à rien de résoudre des débats en vigueur depuis le XIXe siècle si on ne dif­fuse qu’à une mino­ri­té les idées de base, déjà suf­fi­sam­ment utiles pour pas­ser à l’action, de conflic­tua­li­té de classes, de capi­ta­lisme, d’inégalité sociale, de domi­na­tion mas­cu­line. Les choses se sont arran­gées avec la vague de révé­la­tion « Balance ton porc », mais il faut par exemple se sou­ve­nir de la tech­ni­ci­té qu’ont long­temps eue les gen­der stu­dies… alors que la cri­tique du sexisme et de l’homophobie doit être dif­fu­sée d’urgence !

Harvey Weinstein, 2014, Hollywood (Lucas Jackson / REUTERS)

On ne nie pas l’intérêt des débats de haute volée sur des auteurs et des cou­rants de pen­sée, mais ce n’est pas cela que l’on veut faire : on veut dif­fu­ser des idées, des sché­mas d’analyse et de com­pré­hen­sion de la socié­té qui peuvent ser­vir direc­te­ment aux gens, même s’ils n’ont pas le temps ou l’envie de se plon­ger dans des débats ardus et abs­traits. Ça néces­site d’aller droit au but, de ne pas se perdre en notes de bas de page et en mul­tiples pré­cau­tions métho­do­lo­giques visant à ne frois­ser per­sonne. Il y une règle que nous nous sommes impo­sée et qui maté­ria­lise bien cette volon­té : nous nous auto­ri­sons les notes de bas de page, mais uni­que­ment pour don­ner des sources ou rajou­ter des élé­ments sup­plé­men­taires. Les notes de réfé­rences de type « comme le montre Bourdieu dans La Misère du Monde, cha­pitre tant » ne sont pas auto­ri­sées. D’abord parce que nous ne recon­nais­sons pas de droit de pro­prié­té sur les idées, mais aus­si parce que cela consti­tue un argu­ment d’autorité ain­si qu’un signe de recon­nais­sance pour les sachants qui vont se sen­tir flat­tés de connaître cette réfé­rence, alors qu’elle va para­si­ter la lec­ture de ceux qui n’en savent rien (et qui s’en foutent). Et le plus sou­vent, un tel argu­ment n’apporte rien à la démons­tra­tion, si ce n’est l’aval d’une figure d’autorité. Or l’un de nos prin­cipes est « Ni Dieu ni maître à pen­ser ». Plus concrè­te­ment, nous vou­lons ral­lier les colères, la frus­tra­tion indi­vi­duelle, pour par­ti­ci­per à leur trans­for­ma­tion en frus­tra­tion col­lec­tive poli­ti­que­ment fer­tile. Dans le quo­ti­dien des gens, elles ne s’expriment pas sous la forme d’une inter­ro­ga­tion théo­rique ou d’une réfé­rence à un auteur ou à un cou­rant de pen­sée, mais plu­tôt sur le mode « salaud de patron », « poli­ti­ciens de merde » ou « J’en peux plus de ces gros lourds ». Ce sont ces colères-là qu’on veut ral­lier, pas les per­sonnes déjà infor­mées qui veulent appro­fon­dir théo­ri­que­ment les choses et qui ont tout un tas d’autres publi­ca­tions pour les y aider. Sinon, on se serait appe­lés Réflexion sur la cri­tique sociale, et pas Frustration.

L’un de vos contri­bu­teurs de pre­mier plan tra­vaille en paral­lèle pour la France insou­mise : est-ce une orien­ta­tion par­mi tant d’autres au sein de votre rédac­tion, ou peut-on ima­gi­ner une cer­taine affi­ni­té idéo­lo­gique entre Frustration et les idées et stra­té­gies por­tées par ce mou­ve­ment ?

« Nous vou­lons ral­lier les colères, la frus­tra­tion indi­vi­duelle pour par­ti­ci­per à leur trans­for­ma­tion en frus­tra­tion col­lec­tive poli­ti­que­ment fer­tile. Dans le quo­ti­dien des gens, elles ne s’expriment pas sous la forme d’une inter­ro­ga­tion théo­rique. »

Un peu des deux. Pour repla­cer les choses dans leur contexte pré­cis, par­mi l’é­quipe à l’o­ri­gine de Frustration, deux étaient des déçus du mili­tan­tisme qui avaient fait l’ex­pé­rience des débats qu’ils avaient jugé sté­riles dans des for­ma­tions de gauche radi­cale. Deux autres n’a­vaient jamais mili­té, mais res­sen­taient un besoin d’ex­pli­ca­tion poli­tique aux injus­tices qu’ils vivaient et remar­quaient. Frustration a donc été un mélange de tout ça, et l’est encore : il fal­lait, et il faut, par­ler à ceux qui ne se recon­naissent pas dans « l’é­chi­quier poli­tique » ou dans les formes mili­tantes, et il faut aus­si par­ler aux jeunes qui, comme nous, font la pre­mière expé­rience de la frac­ture qui existe entre les grands dis­cours sur l’é­ga­li­té et la réa­li­té faite des pri­vi­lèges de quelques-uns, ren­tiers qui croient « prendre tous les risques ». Sur les constats comme sur un cer­tain nombre de solu­tions que nous avons déjà pro­po­sées dans nos articles (les unes comme les autres étant le fruit de dis­cus­sions au sein de la rédac­tion), nous retrou­vons en effet des affi­ni­tés avec le pro­gramme por­té par la France insou­mise. Prenons l’exemple de l’a­gri­cul­ture : dans un numé­ro qui doit dater du prin­temps 2016, nous avons dres­sé un état des lieux de la ques­tion en décri­vant la catas­trophe sociale, sani­taire, envi­ron­ne­men­tale et ter­ri­to­riale d’une agri­cul­ture capi­ta­liste sous le contrôle de grands groupes et sous une per­fu­sion publique contrô­lée par et diri­gée vers les gagnants. Quand on parle des solu­tions qui peuvent être appor­tées, on s’ap­puie sur l’exis­tant — sur Terre de liens, qui cherche à mieux par­ta­ger le fon­cier agri­cole, et sur la Confédération pay­sanne — puis on dresse des pers­pec­tives : pro­tec­tion­nisme social et éco­lo­gique, chan­ger les modes de consom­ma­tion (dans les col­lec­ti­vi­tés et par l’é­du­ca­tion), favo­ri­ser le pas­sage à une agri­cul­ture durable (bio, poly­cul­ture), garan­tir les prix ou les reve­nus, redis­tri­buer le fon­cier, déve­lop­per le contrôle et la par­ti­ci­pa­tion démo­cra­tiques, etc. Tout ce qui consti­tue un modèle d’a­gri­cul­ture pay­sanne qui pour­rait créer des cen­taines de mil­liers d’emplois dans un sec­teur agroa­li­men­taire relo­ca­li­sé.

La France insou­mise a les mêmes axes de tra­vail mais elle n’en a pas l’a­pa­nage (on pour­rait citer le NPA), et les per­sonnes qui ont écrit les livrets de son pro­gramme, « L’Avenir en com­mun », ne sont autres que des cher­cheurs et des mili­tants qui se sont retrou­vés dans ce mou­ve­ment. C’est pour­quoi de nom­breuses associations1Amnesty International, Action contre la faim, Action san­té mon­diale, Oxfam, le Secours popu­laire, Greenpeace, One, Care, le Barreau de Paris. avaient signa­lé la qua­li­té de ce pro­gramme. Nous nous trou­vons aus­si des points de conver­gence avec la stra­té­gie affi­chée par la France insou­mise consis­tant à se défaire (ça prend du temps) des ori­peaux de la culture « de gauche » pour par­ler au plus grand nombre. Ceci dit, le fait de se retrou­ver avec un mou­ve­ment poli­tique sur une ligne ne vaut pas sou­tien, et encore moins blanc-seing : notre indé­pen­dance est farouche, et notre objec­tif de remettre dans le débat public de la conflic­tua­li­té de classes ne cor­res­pond pas à l’a­gen­da poli­tique d’un par­ti. Maintenant, l’un des contri­bu­teurs his­to­riques est deve­nu sala­rié de la France insou­mise comme conseiller du groupe par­le­men­taire après avoir, comme d’autres contri­bu­teurs, trou­vé dans l’as­pect « mou­ve­ment » sans enga­ge­ment et sans codi­fi­ca­tion une forme mili­tante lui conve­nant. Il n’y a rien d’in­co­hé­rent à cela. Mais nous pre­nons soin de signa­ler les liens indi­vi­duels des contri­bu­teurs avec un mou­ve­ment poli­tique. Et, sur­tout, la socio­lo­gie de l’é­quipe ne se rédui­ra jamais au mili­tan­tisme : il y a, par­mi les tou­jours plus nom­breux contri­bu­teurs, des étu­diants, des fonc­tion­naires, des tra­vailleurs pré­caires, des cher­cheurs, des « pro­fes­sion­nels » qu’on a pous­sés à déve­lop­per le témoi­gnage qu’ils vou­laient appor­ter sous la forme d’en­quêtes, dans la mis­sion que nous nous sommes assi­gnée de (se) for­mer au jour­na­lisme — et donc à la citoyen­ne­té.

Les dépu­tés de la France insou­mise (AFP)

Dans votre numé­ro 11, vous atta­quez Macron de plein fouet et raillez, dans son sillage, les « fils et filles à papa », les « héri­tiers », les « bandes d’enfoirés » du mana­ge­ment et les « nui­sibles ». La « macro­nie » (vous aviez évo­qué un « putsch légal ») est-elle l’adversaire ou l’ennemi prin­ci­pal pour qui aspire à une alter­na­tive éman­ci­pa­trice ?

Le capi­ta­lisme mon­dia­li­sé est un sys­tème intrin­sè­que­ment dou­lou­reux, frus­trant et insup­por­table pour une grande par­tie de la popu­la­tion, en France comme ailleurs dans le monde. Mais chez nous, des géné­ra­tions de résis­tants et de mili­tants ont réus­si à créer des sys­tèmes comme la Sécurité sociale et le Code du tra­vail, qui limitent son emprise sur nos vies. La classe diri­geante est déta­chée par l’élite capi­ta­liste pour faire le sale bou­lot de nous pri­ver de ces conquêtes, tout en fai­sant en sorte que la conflic­tua­li­té sociale que cela génère ne fasse pas vaciller l’ordre dont elle béné­fi­cie. « Défaire métho­di­que­ment le pro­gramme du Conseil natio­nal de la Résistance », comme disait le PDG Denis Kessler en 2007, n’est pas une mince affaire et néces­site des cou­rants et des figures poli­tiques en per­pé­tuel renou­vel­le­ment pour par­ve­nir à faire croire, ne serait-ce que pen­dant les quelques mois de cam­pagne pré­si­den­tielle, que ce n’est pas la même chose qui se déroule sous nos yeux depuis des décen­nies. En 2007, le cham­pion était Nicolas Sarkozy. Son monde poli­tique et intel­lec­tuel, la « sar­ko­zie », était com­po­sé de fils et filles à papa à pull sur les épaules et col rele­vé, plus « tra­dis » que les rebuts d’école de com­merce qui com­posent les admi­ra­teurs de Macron, mais issus du même milieu social, la classe supé­rieure qui croque la vie capi­ta­liste à pleines dents et adhère à tout un tas d’histoires à dor­mir debout sur son droit à domi­ner le reste de l’univers. Entre les deux, nous avons eu droit à l’intermède « socia­liste », sou­te­nu par des naïfs euro­béats per­sua­dés qu’être « de gauche » néces­si­tait sim­ple­ment de répé­ter le mot le plus sou­vent pos­sible.

« L’ennemi du moment est donc Macron, incar­na­tion par­ti­cu­liè­re­ment détes­table du Français content de lui por­tant un mépris de classe assor­ti à ses cos­tumes. Il a cau­sé en un temps record un nombre incal­cu­lable de dégâts à notre modèle social. »

Macron est une syn­thèse des deux équipes qui l’ont pré­cé­dé. Il n’est pas plus détes­table que Sarkozy, ni plus men­teur que Hollande. Il est l’atout du moment pour nous arra­cher ces insup­por­tables conquêtes sociales. Non pas que les autres aient échoué : Sarkozy est par­ve­nu à limi­ter le droit de grève (le ser­vice mini­mum qu’il a ins­tau­ré dans les trans­ports rend impos­sible tout scé­na­rio de para­ly­sie du pays comme en 1995 — une défaite sociale dont notre classe diri­geante se sou­vient) et a trans­fé­ré 7 mil­liards d’exonérations d’impôts aux riches dès son arri­vée. Hollande et l’affreux Valls ont déré­gu­lé le droit du tra­vail sans trop de dégâts. Mais ils se sont usés vite, et il fal­lait les chan­ger. L’ennemi du moment est donc Macron, incar­na­tion par­ti­cu­liè­re­ment détes­table du Français content de lui por­tant un mépris de classe assor­ti à ses cos­tumes. Il a cau­sé en un temps record un nombre incal­cu­lable de dégâts à notre modèle social, sans même avoir fait vrai­ment sem­blant de le faire pour notre bien. La « macro­nie » est le bras armé de la bour­geoi­sie fran­çaise des années 2020. Mais une fois que Macron sera deve­nu un pré­sident médiocre et majo­ri­tai­re­ment détes­té, comme ont fini ses pré­dé­ces­seurs, un autre atout entre­ra en scène, avec son sto­ry­tel­ling sur une énième rup­ture et un pré­ten­du « pro­fil aty­pique » : il fau­dra le com­battre tout autant.

Vous vous étiez empor­tés contre les leçons de morale « du monde de la culture » contre le FN. Comment pro­duire une cri­tique, à vos yeux audible et per­ti­nente, de ce der­nier ?

Ce qui nous agace avec les grandes décla­ra­tions anti-FN, c’est qu’elles res­semblent de plus en plus à des pos­tures à la mode, sur­tout quand elles viennent du « monde de la culture ». Ce sont des pos­tures car elles ne pensent géné­ra­le­ment pas à leurs effets : leurs auteurs semblent par exemple igno­rer qu’il existe une cer­taine façon de taper sur le FN qui le ren­force, car il se nour­rit des cari­ca­tures qu’on fait de lui pour se don­ner une dimen­sion « anti­sys­tème » et « seul contre tous » qui parle à des gens qui se sentent per­pé­tuel­le­ment à l’écart de la marche du monde. Des acteurs payés des cen­taines de mil­liers d’euros, voya­geant dans le monde et vivant à Paris ou dans une grande capi­tale, pense-t-on vrai­ment que l’expression de leur point de vue va faire « bas­cu­ler » un élec­teur ou une élec­trice FN vivant en péri­phé­rie, payé au SMIC ou chô­meur, assi­gné à rési­dence par le coût de la vie ? Bien sûr que non. L’antifascisme bour­geois est avant tout un mode de recon­nais­sance mutuelle, un non-enga­ge­ment nar­cis­sique qui per­met de se dire qu’on reste du bon côté, mal­gré ses pri­vi­lèges, et de se congra­tu­ler col­lec­ti­ve­ment d’être des gens biens et pro­fonds. Le sublime enga­ge­ment de tout ce petit monde qui s’est ran­gé sans réserve du côté d’Emmanuel Macron aux der­nières pré­si­den­tielles, « pour faire bar­rage aux idées fas­cistes », voit son hypo­cri­sie dévoi­lée en ce moment : pour­quoi tous ces amou­reux des liber­tés publiques et de l’État de droit acceptent-ils que les migrants soient trai­tés ain­si, à Calais comme ailleurs ? Comment peuvent-ils tolé­rer les pos­tures mar­tiales du pré­sident de la République, la façon dont il ver­rouille sa com­mu­ni­ca­tion, et son auto­ri­ta­risme tein­té d’un viri­lisme bien rance ? Eh bien, ils s’en foutent, dans le fond, des liber­tés publiques et de la démo­cra­tie. Tout comme ils se foutent de l’état du monde — et ceux qui ont tapé sur Mélenchon, n’ayant pas de mots assez durs contre ce soi-disant « ami de Poutine et de Bachar el-Assad », ont applau­di le rap­pro­che­ment entre Macron et le pré­sident russe et se dés­in­té­ressent com­plè­te­ment de l’amitié per­sis­tante entre la France et toutes les dic­ta­tures du monde.

Marine Le Pen à un mar­ché de Noël, Paris (Sipa)

Pour pro­duire une cri­tique audible et per­ti­nente du FN, il faut com­men­cer par se dépar­tir de tous les réflexes hypo­crites et inef­fi­caces que la bour­geoi­sie cultu­relle a pu nous insuf­fler. Ce n’est pas en répé­tant « Le FN, c’est la haine » ou en bro­dant des com­pa­rai­sons his­to­riques dou­teuses, qu’on rédui­ra l’attrait qu’il a sur une par­tie de la popu­la­tion. C’est en ana­ly­sant celui-ci et en le détour­nant vers des causes qui en valent la peine. Les fas­cismes se nour­rissent de la frus­tra­tion et de la souf­france bien réelle des classes moyennes et popu­laires, et les retournent contre des caté­go­ries cri­mi­na­li­sées : les allo­ca­taires des mini­ma sociaux, les non-Blancs, les migrants, les femmes, les homo­sexuels. Car tout en pré­ten­dant reprendre à son compte la dis­pa­ri­tion de l’idéal com­mu­niste, le Front natio­nal a tou­jours évi­té de tenir le moindre dis­cours sur la ques­tion sociale, si ce n’est quelques tirades qui ne mangent pas de pain sur la « finance mon­dia­li­sée ». Il n’a rien à dire sur les ordon­nances Travail, rien à dire sur la baisse des APL ; il est en fait inau­dible sur toutes les ques­tions maté­rielles et de redis­tri­bu­tion des richesses ; il pros­père dès que les obses­sions média­tiques du moment tournent autour de « l’identité natio­nale » ou de « Quelle laï­ci­té vou­lons-nous ? ». Sortir de ces débats moi­sis est une pre­mière chose à faire : à Frustration, nous n’avons jamais ergo­té sur « l’esprit Charlie » ou « Qu’est-ce que la Nation ? ». Ensuite, il faut rame­ner la frus­tra­tion et la souf­france sociale à ses vraies causes. Là où l’antifascisme bour­geois répond aux élec­trices et élec­teurs FN « Renoncez à ces idées fausses, défen­dez le vivre-ensemble et la démo­cra­tie libé­rale », nous disons « Renoncez à ces idées fausses, défen­dez-vous contre les riches ».

La grande par­tie de vos paru­tions traitent de la socié­té fran­çaise. Serait-ce un choix édi­to­rial visant à « ancrer » la poli­tique dans des ques­tions natio­nales — voire euro­péennes — au motif que le lec­teur serait impuis­sant quant au reste du monde ?

« Ce n’est pas en répé­tant Le FN, c’est la haine ou en bro­dant des com­pa­rai­sons his­to­riques dou­teuses qu’on rédui­ra l’attrait qu’il a sur une par­tie de la popu­la­tion. »

Si nos articles sont ancrés dans des ques­tions natio­nales, c’est par sou­ci qu’ils soient ancrés dans le quo­ti­dien des lec­teurs. Pour ral­lier leurs colères, il faut les tou­cher, et pour les tou­cher, il faut par­ler ce qui leur est (et ce qui nous est) proche : un por­trait de la ministre du Travail qui a été sur tous les écrans, expli­quer ce que deviennent nos primes d’as­su­rance, rela­ter les rap­ports de classe dans un film qu’ils ont pu voir ou un livre à suc­cès, réflé­chir aux mythes his­to­riques. Quand on fait un article sur la SNCF, il va poin­ter, der­rière les pro­blèmes subis par les usa­gers, le tout-TGV (de luxe), le désen­ga­ge­ment du réseau dit secon­daire, l’ou­ver­ture pro­chaine à la concur­rence, et diri­ger le res­sen­ti­ment par­ta­gé vers les res­pon­sables poli­tiques comp­tables d’une situa­tion dégra­dée qui éloigne chaque jour un peu plus le train de ses mis­sions de ser­vice public et d’é­ga­li­té ter­ri­to­riale, au pro­fit de l’ex­ploi­ta­tion pri­vée et du mou­ve­ment de métro­po­li­sa­tion. Mais nous n’a­vons ni les com­pé­tences, ni les moyens, pour aller enquê­ter sur les effets de la pri­va­ti­sa­tion au Royaume-Uni, alors que cer­tains excellent dans ce domaine.

C’est vrai que ça fait très classe d’avoir des « cor­res­pon­dants à l’étranger », mais cela pose aus­si des pro­blèmes de véri­fia­bi­li­té et de pos­si­bi­li­té de dis­cus­sion démo­cra­tique du conte­nu : la prin­ci­pale dérive de l’article « inter­na­tio­nal », c’est que celui ou celle qui a « vu ce qui se passe là-bas » en fasse un argu­ment d’autorité. La cari­ca­ture de cette dérive, ce sont les jour­na­listes aux indi­gna­tions pué­riles, comme un Hugo Clément qui vient faire la leçon aux gens parce qu’il a vu la guerre de près et qu’il sait de quoi il parle, lui. Mais, plus géné­ra­le­ment, com­bien de fois a‑t-on lu des conclu­sions défi­ni­tives au sujet du suc­cès (ou de l’échec) de Podemos en Espagne, du civisme des citoyens scan­di­naves ou, encore plus ennuyeux, de la réa­li­té du pro­ces­sus révo­lu­tion­naire au Venezuela ? Avec toutes les sim­pli­fi­ca­tions que cela induit, sou­ve­nons-nous des mul­tiples repor­tages bien réduc­teurs sur les phé­no­mènes révo­lu­tion­naires du « Printemps arabe » ou l’Euromaïdan. Les médias qui défendent l’ordre éta­bli usent éga­le­ment en per­ma­nence de la com­pa­rai­son inter­na­tio­nale comme argu­ment d’autorité. Combien de séquences de JT consa­crées à « la réus­site de l’économie alle­mande » ou à la baisse du taux de chô­mage aux États-Unis ? Si l’on veut, comme nous, évi­ter tout argu­ment d’autorité, et écrire sur des thèmes qui n’exercent pas de vio­lence sym­bo­lique sur le lec­teur (et sur le reste de la rédac­tion, qui mène une déli­bé­ra­tion sur le conte­nu des articles) pour qu’il puisse s’approprier le conte­nu et fon­der en rai­son ses per­cep­tions et frus­tra­tions, s’aventurer loin du ter­ri­toire natio­nal est com­pli­qué.

Nicolas Maduro dans l’État de Carabobo, 5 sep­tembre 2014 (DR)

Votre 13e numé­ro paraît aujourd’­hui. Votre revue compte-t-elle s’en prendre aux « élites » et à « leurs médias » et « leurs son­deurs » pour de longues années encore ?

D’abord, notre prin­ci­pal objet d’étude, « la classe diri­geante et ses coups tor­dus », reste en bonne forme, et la hausse per­pé­tuelle des inéga­li­tés montre que la cri­tique sociale a de beaux jours devant elle. Mais, puisque nous défen­dons l’égalité sous toutes ses formes et dans tous les domaines, nous inves­tis­sons aus­si et de plus en plus des ques­tions qui ne sont pas uni­que­ment défi­nies et cau­sées par l’antagonisme entre le capi­tal et le tra­vail. Le dos­sier prin­ci­pal de notre numé­ro 13 contien­dra des articles sur la domi­na­tion mas­cu­line, l’homophobie et l’actualité du com­bat fémi­niste. C’était un défi pour nous d’investir ces sujets qui nous tiennent à cœur, et où un pôle conser­va­teur reste fort et impé­ra­ti­ve­ment à com­battre. Ensuite, nous avons des abonné.e.s fidèles et enga­gés sur la durée. Le plus récent abon­ne­ment se ter­mi­ne­ra en février 2019. Si, à ce moment-là, la grande bour­geoi­sie conti­nue de mener vic­to­rieu­se­ment sa lutte des classes et que le reste du monde perd du ter­rain, ça vou­dra dire que nos nerfs seront tou­jours à vif, que notre volon­té de revanche sera tou­jours aus­si farouche, notre mépris de classe à l’égard des puis­sants conti­nuant d’imbiber nos colonnes.


ENGRENAGES — « dis­po­si­tif de trans­mis­sion d’un mou­ve­ment géné­ra­le­ment cir­cu­laire for­mé par plu­sieurs pièces qui s’engrènent », en méca­nique. Cette rubrique don­ne­ra, au fil des mois, la parole à ceux que l’usage nomme, dans le camp de l’émancipation, l’é­di­tion et les médias « indé­pen­dants » ou « alter­na­tifs » : autant de sites, de revues et de mai­sons d’é­di­tion qui nour­rissent la pen­sée-pra­tique. Si leurs diver­gences sont à l’évidence nom­breuses, reste un même désir d’endiguer les fameuses « eaux gla­cées du cal­cul égoïste » : par­tons de là.


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Le Vent se lève : « « Rester connec­té au sens com­mun » », novembre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Hors-Série : « Il y a une vraie demande de longs for­mats », novembre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Danièle Obono : « Il faut tou­jours être dans le mou­ve­ment de masse », juillet 2017
☰ Lire notre article « Refuser le cli­vage gauche-droite ? », Alexis Gales, décembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Razmig Keucheyan : « C’est à par­tir du sens com­mun qu’on fait de la poli­tique », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Emmanuel Daniel : « L’émancipation ne doit pas être réser­vée à ceux qui lisent », jan­vier 2016
☰ Lire notre article « Mélenchon, de la Gauche au Peuple », Alexis Gales, mars 2015

NOTES   [ + ]

1.Amnesty International, Action contre la faim, Action san­té mon­diale, Oxfam, le Secours popu­laire, Greenpeace, One, Care, le Barreau de Paris.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.