Notre onzième numéro sortira en librairie le 21 mai !
 

Former à l’action non-violente


Texte inédit pour le site de Ballast

Les forces de contes­ta­tion sociale ont du pain sur la planche pour les cinq pro­chaines années. Face à elles, comme de juste, des forces de l’ordre rom­pues à la répres­sion. Des mili­tants, depuis long­temps déjà, réflé­chissent à des parades : com­ment s’op­po­ser sans don­ner ni rendre les coups ? De l’Inde colo­ni­sée aux États-Unis de la ségré­ga­tion, la pra­tique de la déso­béis­sance civile a ses faits d’armes1 ; en France, le col­lec­tif des Désobéissants compte au nombre de ses par­ti­sans — repor­tage, le temps d’une jour­née de for­ma­tion. Par Amélie Boutet


Le col­lec­tif des Désobéissants pro­pose depuis onze ans des stages où des citoyens viennent s’i­ni­tier à l’ac­tion directe non-vio­lente et à la déso­béis­sance civile. Nous avons sui­vi une for­ma­tion orga­ni­sée par le mou­ve­ment alter­mon­dia­liste fran­çais, à L’Attribut de Draveil, dans l’Essonne, pour apprendre à orga­ni­ser des actions visant à défendre des droits sociaux ou l’a­ve­nir de la pla­nète, pour appré­hen­der son rap­port à la police, à la jus­tice, aux médias et à la non-vio­lence. Dans un jar­din encom­bré de chaises mul­ti­co­lores, avec un pou­lailler et des des­sins aux murs qui s’ef­fritent par pans entiers, deux groupes s’af­frontent. Gilets fluo­res­cents pour les uns, bras levés pour les autres, ils veillent à évi­ter tout mou­ve­ment brusque. Le slo­gan « OGM, on n’en veut pas ! » résonne avec exal­ta­tion, tan­dis que des mili­tants hilares tentent de for­cer le bar­rage de « poli­ciers ». Le for­ma­teur, qui prend part à l’ac­tion en tant que « jour­na­liste », range sa camé­ra ima­gi­naire et met fin au jeu de rôle. « Il faut fran­chir le bar­rage en don­nant une bonne image de vous. Si la dis­cus­sion ne suf­fit pas, je vais vous mon­trer une tech­nique pour évi­ter la méthode fron­tale avec les poli­ciers. Il faut vous lais­ser tom­ber sur eux pour per­mettre à vos cama­rades de pas­ser. » Certains mili­tants pâlissent. « Et s’ils ont des bou­cliers et qu’ils ne nous rat­trapent pas ? » Le for­ma­teur explique : « Cette méthode ne fonc­tionne qu’a­vec des poli­ciers de cam­pagne, bien évi­dem­ment ».

« L’utopie n’est pas l’irréalisable, mais l’irréalisé »

Ils sont une ving­taine à par­ti­ci­per à cette jour­née. La cita­tion de l’ex­plo­ra­teur et huma­niste Théodore Monod, écrite sur un pan­neau sus­pen­du entre deux branches, résume leurs ambi­tions : « L’utopie n’est pas l’ir­réa­li­sable, mais l’ir­réa­li­sé. » De nom­breux par­ti­ci­pants entendent pro­tes­ter de manière auto­ri­sée et inof­fen­sive pour se réap­pro­prier l’es­pace poli­tique. Ils sont déjà mili­tants pour dif­fé­rentes causes : anti­cor­rup­tion, ani­ma­liste, fémi­niste… Rémi Filliau, membre du col­lec­tif, dirige la for­ma­tion à prix libre : une par­ti­ci­pa­tion de 20 euros est sug­gé­rée afin de cou­vrir les frais du repas végé­ta­rien pré­vu le midi et de payer les avo­cats du mou­ve­ment lorsque ses membres passent devant les tri­bu­naux pour avoir, par exemple, fau­ché un champ d’OGM. Après avoir fait connais­sance avec les par­ti­ci­pants, qui veulent « connaître les risques sur le plan juri­dique » et amé­lio­rer « leurs tech­niques de résis­tance non-vio­lente », Rémi pro­pose un pre­mier exer­cice. À quatre endroits du jar­din, il dis­pose les écri­teaux « violent », « non violent », « je ferais », « je ne ferais pas ». Les acti­vistes sont invi­tés à se posi­tion­ner dans l’es­pace durant les mises en situa­tion. « Faucher un champ d’OGM la nuit en se mas­quant et en par­tant avant que la police arrive : le feriez-vous ? « Je trouve ça violent, dans la mesure où y a un pré­ju­dice éco­no­mique pour l’a­gri­cul­teur », avance un mili­tant. Certains font la moue, d’autres se repo­si­tionnent dans l’es­pace afin d’ar­gu­men­ter à leur tour. « Je le ferais sans hési­ter ; la vio­lence est de leur côté puis­qu’ils mettent en dan­ger la san­té publique. Par contre, mas­quer mon visage et par­tir comme un délin­quant, c’est hors de ques­tion ! » Entre ceux qui ont par­ti­ci­pé aux cor­tèges et aux assem­blées de Nuit Debout, assu­mant par­fois la confron­ta­tion directe sous l’é­tat d’ur­gence, et les non-vio­lents, la ques­tion de la cagoule fait débat. Rémi tente de convaincre, en expli­quant que les condam­na­tions sont moins fortes pour des luttes à visage découvert.

Ce que désobéir veut dire

« Ces actions paci­fiques, qui consistent à ne pas se sou­mettre à une loi pour des motifs poli­tiques ou idéo­lo­giques, s’ins­crivent dans une longue tra­di­tion de révol­tés adeptes de pra­tiques non-violentes. »

Ces actions paci­fiques, qui consistent à ne pas se sou­mettre à une loi pour des motifs poli­tiques ou idéo­lo­giques, s’ins­crivent dans une longue tra­di­tion de révol­tés adeptes de pra­tiques non-vio­lentes. Depuis Thoreau et son essai fon­da­teur La Désobéissance civile (1849), en pas­sant par Gandhi, Martin Luther King et l’i­cône de la résis­tance bir­mane Aung Sang Suu Kyi, cette contes­ta­tion sociale se per­pé­tue et conduit à l’a­dop­tion de la non-vio­lence comme moyen de résoudre les pro­blèmes d’ordre natio­nal et inter­na­tio­nal. Le réseau des Désobéissants, fon­dé en 2006, s’im­plique lorsque les mili­tants consi­dèrent avoir épui­sé les voies tra­di­tion­nelles d’ex­pres­sion — telles les élec­tions, les péti­tions, les mani­fes­ta­tions ou les grèves. Ils théâ­tra­lisent leurs luttes afin de frap­per les esprits : mes­sages à la craie deman­dant le désar­me­ment nucléaire, fau­chage de chaises dans les agences ban­caires pour pro­tes­ter contre l’é­va­sion fis­cale, clowns acti­vistes orga­ni­sant des hap­pe­nings dans les super­mar­chés, etc. Partant du prin­cipe qu’une socié­té juste ne peut s’ac­com­mo­der de l’as­ser­vis­se­ment des êtres, le col­lec­tif des Désobéissants reven­dique dans son « Manifeste » une dyna­mique alter­mon­dia­liste et l’ac­tion directe afin de rendre « pos­sible la trans­for­ma­tion radi­cale de notre socié­té, et de ce fait notre sur­vie à tous dans un monde rede­ve­nu vivable ».

Tortue, petit train et poids mort

Les ate­liers reprennent après la pause déjeu­ner. « Une fois que vous avez eu recours à tous les moyens légaux (pétitions, demandes de ren­dez-vous avec un ministre, etc.), vous pou­vez ten­ter une action plus déso­béis­sante », lance Rémi. Les mili­tants révisent alors la métho­do­lo­gie d’une action : repé­rage, iden­ti­fi­ca­tion de ses adver­saires, de ses alliés, éla­bo­ra­tion d’un scé­na­rio, recru­te­ment, pré­pa­ra­tion des ban­de­roles et t‑shirts, com­mu­ni­ca­tion au sein du col­lec­tif, avec les médias… S’ensuit un point sur les droits et les devoirs de l’ac­ti­viste en inter­ro­ga­toire et garde à vue. « La véri­fi­ca­tion d’i­den­ti­té peut durer 4 heures. Moins vous en dites, mieux ce sera. Vous n’a­vez aucun inté­rêt à répondre aux ques­tions, ce sera for­cé­ment rete­nu contre vous. Après le contrôle d’i­den­ti­té, votre meilleure stra­té­gie est de répondre Je n’ai rien à décla­rer et de ne pas accep­ter les com­pa­ru­tions immé­diates. » Au pro­gramme des der­niers ate­liers pra­tiques, la tor­tue. En arc de cercle, cinq acti­vistes sont entre­la­cés et recro­que­villés pour com­pli­quer l’in­ter­ven­tion des forces de l’ordre. « Cette tech­nique de résis­tance donne une image non vio­lente », explique Rémi. « Jambe gauche sous jambe droite. Hanche contre hanche. On ne doit plus voir vos bras ! Maintenant, vous devez déci­der d’un mot de passe, comme ça vous com­pren­drez si un mili­tant souffre et sou­haite s’ex­traire du groupe ! », pour­suit-il. Lorsque les acti­vistes se font délo­ger par ceux qui jouent les poli­ciers incon­grus, ils se laissent traî­ner sur le sol ter­reux en se fai­sant les plus lourds pos­sible. Dans le même genre, le petit train consiste à s’asseoir les uns der­rière les autres et le poids mort per­met d’ex­pé­ri­men­ter la tech­nique de l’anguille, où l’on se laisse tom­ber au sol et roule sur le côté. Avant de quit­ter les mili­tants et lorsque les applau­dis­se­ments se taisent, Rémi les invite à s’ins­crire sur une liste pour que cha­cun soit tenu infor­mé des actions des Désobéissants. Les ami­tiés qui se sont consti­tuées durant la for­ma­tion per­met­tront de réac­ti­ver ces réseaux le jour venu, pour don­ner l’éner­gie et la puis­sance d’agir.


  1. Voir, à ce sujet, notre dos­sier « Et la vio­lence, dans tout ça ? » dans notre cin­quième numé­ro papier, avec Serge Quadruppani et Jean-Marie Muller.

REBONDS

☰ Lire notre article « Albert Camus et Miguel Benasayag, regards croi­sés », Rémi Larue, mars 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Issa Bidard : « Un jeune de Neuilly ne va jamais cou­rir s’il est contrô­lé », mars 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Mathieu Rigouste : « Les vio­lences de la police n’ont rien d’accidentel », février 2017
☰ Lire notre article « Trump — Ne pleu­rez pas, orga­ni­sez-vous ! », Richard Greeman, novembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Manuel Cervera-Marzal : « Travail manuel et réflexion vont de pair », mars 2016
☰ Lire notre article « Thoreau, der­rière la légende », Émile Carme, novembre 2015
☰ Lire l’article « Luther King : plus radi­cal qu’on ne le croit ? », Thomas J. Sugrue (tra­duc­tion), février 2015

Amélie Boutet
Amélie Boutet

Fondatrice du webmagazine « Le Castor ».

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro sortira en librairie le 21 mai ! Vous pouvez le précommander dès maintenant. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.