Promenade à travers la foire coloniale de Vincennes — par Daniel Guérin


La rubrique MEMENTO publie des textes introuvables sur Internet

Nous retra­cions dans nos pages l’engagement de Daniel Guérin : « 1927. Daniel Guérin décou­vrit la Syrie, alors sous man­dat fran­çais depuis sept ans. Le jeune homme avait 23 ans. Je vis à l’œuvre les colo­nia­listes, mili­taires, civils, ecclé­sias­tiques, leur racisme, leur bru­ta­li­té, leur cynisme, leur fatui­té, leur sot­tise, écri­vit-il plus tard dans Ci-gît le colo­nia­lisme. Il fit la connais­sance de natio­na­listes arabes puis se ren­dit en Indochine. […] Il ne put sup­por­ter de voir les colons dans les rues, sang­sues agrip­pées aux flancs de ce pays qui ne leur appar­te­nait pas mais dont ils se croyaient pour­tant les maîtres. Il ren­con­tra le lea­der natio­na­liste Huyng Thuc Khang et n’oublia jamais cette entre­vue : tout Blanc qu’il fut, l’indépendantiste le trai­ta comme un frère.» Rentré à Paris en 1931, le mili­tant doit faire face à cet autre pan de la réa­li­té colo­niale : l’Exposition colo­niale se tient dans le bois de Vincennes. Dans ce court texte écrit dans les colonnes du Cri du peuple1Le Cri du Peuple, n° 71, 22/4/1931, pp. 1–2., Guérin s’en prend à l’exotisme affi­ché qui cache la main­mise des empires indus­triels ; avec les sur­réa­listes de l’époque, il dis­tri­bua le tract « Ne visi­tez pas l’Exposition colo­niale »2Le tract « Ne visi­tez pas l’Exposition colo­niale » est repro­duit et com­men­té in Tracts sur­réa­listes et décla­ra­tions col­lec­tives, 1922–1939, tome 1, Paris, Le Terrain Vague, 1980, pp. 194–195 et 451–452.. Aux détours des stands et des pavillons, un appel à l’émancipation des colo­ni­sés.


Dans les pre­miers jours de mai, la Foire colo­niale de Vincennes va ouvrir ses portes. Les der­niers ouvriers qui, pen­dant des mois, ont édi­fié ces palais de car­ton-pâte, de leurs bras et de leur sueur, lais­se­ront la place. Et la meute des jour­na­listes, des thu­ri­fé­raires de l’impérialisme, des snobs bour­geois, des badauds, se pâme­ront devant les réa­li­sa­tions de Lyautey l’Africain. On oublie­ra les mil­lions et les mil­lions arra­chés aux mal­heu­reux contri­buables indi­gènes pour l’édification de cette luxueuse fan­tai­sie. Il y aura des illu­mi­na­tions, des attrac­tions, un petit che­min de fer comme celui du Jardin d’Acclimatation, des par­ties sur le lac, des nègres authen­tiques (oui, ma chère !), des hommes-che­vaux tirant des pousse-pousse3Un quart d’heure de pousse coû­te­ra 5 fr. !. Et pour soixante sous on fera, comme l’annonce l’alléchante publi­ci­té du Peuple, un vrai voyage autour du monde. Mais on oublie­ra le revers de la médaille, les san­glantes conquêtes colo­niales, la domi­na­tion main­te­nue à coups de bottes, à coups de trique, à coups de bombes, l’expropriation des fel­lahs, les mono­poles de l’alcool et de l’opium, le tra­vail for­cé. Aux efforts déses­pé­rés des peuples sous le joug pour recon­qué­rir leur liber­té, l’impérialisme répond par la pro­vo­ca­tion : il expose orgueilleu­se­ment, aux portes de Paris, les richesses de SON « Empire ». Face aux convoi­tises des impé­ria­lismes rivaux, ita­lien et alle­mand, il étale (un nou­veau car­nage dût-il en résul­ter) sa for­mi­dable part de butin. À l’intérieur de l’enceinte cir­cu­laire en palis­sade, ce n’est encore qu’un immense chan­tier. Mais on y res­pire déjà l’atmosphère colo­nia­liste, arti­fi­ciel­le­ment trans­por­tée dans ce pauvre bois de Vincennes, aux mar­ron­niers inno­cents. Les bars des alen­tours s’appellent : Au Petit Colonial, Bar des Colonies. Tout à l’heure, devant le temple d’Angkor, une brute colo­niale, rageuse comme si elle était là-bas, nous fera cir­cu­ler. Un gra­dé maro­cain, armé d’un bâton, fait res­pec­ter la consigne. Et, domi­nant le tout, une immense tour, de style baroque, porte les noms des hommes de l’impérialisme : Marchand, Lyautey, Mangin, Gouraud.

« On oublie­ra le revers de la médaille, les san­glantes conquêtes colo­niales, la domi­na­tion main­te­nue à coups de bottes, à coups de trique, à coups de bombes, l’expropriation des fel­lahs, les mono­poles de l’alcool et de l’opium, le tra­vail for­cé. »

Face à cet admi­rable Angkor Vat, qui n’a rien per­du à être ain­si trans­plan­té, un édi­fice sur­mon­té d’une immense croix, se dresse, inso­lent. Les mis­sion­naires catho­liques, fidèles auxi­liaires du colo­nia­lisme, sont en bonne place. Dans le pavillon du Congo belge, un avion, flam­bant neuf, attend. Probable que ses bombes sont prêtes. Rien ne manque. Rien, si ce n’est la guillo­tine. Mais sans doute, d’ici l’inauguration, sor­ti­ra-t-elle de cet amas de caisses, qu’on n’a pas eu le temps d’ouvrir… Sur une ter­rasse, des gars bron­zés, en pan­ta­lon rouge, battent la semelle, gre­lot­tant sous la neige fon­due de ce vilain dimanche pari­sien. C’est la garde bey­li­cale, arri­vée la veille de Tunisie, encore ahu­rie par ce voyage, demain simple attrac­tion entre les attrac­tions. Un peu plus loin, ce sont les petits tirailleurs ton­ki­nois, qui sou­rient de toutes leurs dents laquées. Un ouvrier a aban­don­né sa tâche, s’est assis à côté de l’un d’eux, tente de lui par­ler de l’adversaire com­mun. Mais la dif­fé­rence de langue leur inter­dit de se com­prendre ; et c’est seule­ment par le regard, par le geste qu’ils fra­ter­nisent… Ailleurs, c’est un Cambodgien, habi­tué à expo­ser sa chair nue au soleil, qui, vêtu d’un sale bour­ge­ron, lave son linge en cla­quant des dents.

Au vil­lage nègre, humbles paillotes au bord d’un bas­sin sans eau, il n’y a pas encore d’habitants. Eux aus­si, sans doute, ne sont pas sor­tis des caisses. Mais leur tour vien­dra. Et, sur la ter­rasse de café qui domine ce faux coin d’Afrique, des élé­gantes vien­dront savou­rer des cock­tails, en les lor­gnant. Même retard, même soli­tude au pavillon de la Guyane : qu’attend-on pour y ins­tal­ler d’authentiques for­çats ?

Exposition colo­niale, Paris, 1931. Jean (Marie) Ribéry – CC BY-SA 3.0

*

Cette Exposition est bien une foire. Le capi­ta­lisme n’accomplit pas de gestes dés­in­té­res­sés. Ce n’est pas pour offrir aux Parisiens un voyage autour du monde qu’il a défon­cé le bois de Vincennes : mais pour faire des affaires. Il ne recule pas même devant la pro­fa­na­tion. Cette petite mos­quée, au mina­ret élan­cé, n’est qu’une bou­tique de l’Amer Picon ; cet édi­fice mau­resque fait illu­sion, mais c’est un temple dédié à la Thomson-Houston. Saviez-vous, dirait Le Peuple à ses lec­teurs, que Félix Potin, Rodi, Corcellet, étaient les joyaux de notre Empire ? En face du pavillon de l’Algérie, un grand écri­teau annonce : chez Jenny. Serait-ce un mau­vais lieu ? Le luxueux palais de la Compagnie du canal de Suez achève de don­ner à cette démons­tra­tion colo­nia­liste son véri­table sens. Partout, des ébauches de bars, de cafés, de simples bis­trots. Des res­tau­rants affichent déjà des cartes pro­met­teuses. En s’en met­tant plein le ventre, on oublie­ra Yen Bay ou le bom­bar­de­ment de Damas. Derrière Angkor (pas très loin des mis­sion­naires), des mon­tagnes russes per­met­tront aux ama­teurs de sen­sa­tions ver­ti­gi­neuses de se satis­faire.

« Plus de foire impé­ria­liste, plus de chi­qué, mais le vrai voyage autour du monde, mais l’occasion de se mieux connaître, de faire tom­ber les bar­rières et les pré­ven­tions absurdes qui séparent les races. »

Des jeux pour le peuple. Il faut bien atti­rer l’honnête « popu­lo » à la Foire impé­ria­liste. D’un bout à l’autre du bois de Vincennes, le même chi­qué. Chiqué, ces énormes salles d’exposition en fer­raille et car­ton-pâte, ces fausses pagodes, ces faux palais mau­resques, ces bas­tions rouge-pourpre qui veulent sym­bo­li­ser la bar­ba­rie nègre, et ces têtes de bêtes à corne, juchées au som­met d’une colonne : tout ce qu’on a trou­vé pour faire connaître aux Français le pays de leurs frères mal­gaches. Ce voyage autour du monde n’est qu’un voyage au maga­sin des acces­soires. Deux excep­tions : une recons­ti­tu­tion fidèle et émou­vante des vieux souks de Tunis : ruelles voû­tées, avec leurs petites bou­tiques, leurs humbles mina­rets, le tout décré­pit, bigar­ré, désor­don­né, vrai. Et la splen­deur d’Angkor. Mais la leçon qui s’en dégage est loin d’être une leçon de colo­nia­lisme. Les souks de Tunis nous font aimer le peuple char­mant qui les a faits et qui y vit, sou­hai­ter le départ de l’étranger qui les pro­fane quand il ne les attaque pas à coups de pioche. Le vieux temple khmer rap­pelle magni­fi­que­ment aux pré­ten­dus « civi­li­sa­teurs » l’antique civi­li­sa­tion des peuples sous leur joug.

*

Ah ! la belle Exposition que nous ferons au bois de Vincennes, le jour où les tra­vailleurs de chez nous et les peuples « colo­niaux » seront maîtres de leurs des­tins ! Plus de foire impé­ria­liste, plus de chi­qué, mais le vrai voyage autour du monde, mais l’occasion de se mieux connaître, de faire tom­ber les bar­rières et les pré­ven­tions absurdes qui séparent les races. Nous confron­te­rons nos peaux. Et fra­ter­ni­se­rons sans arrière-pen­sée, comme tout à l’heure, à l’ombre de cette pagode, l’essayaient le gars du bâti­ment et le petit Tonkinois…


Bannière : cette exhi­bi­tion de Kanak à Paris en 1889 fut la pre­mière d’une longue série (Rouen, Marseille, Nogent-sur Marne…), qui s’acheva en marge de l’Exposition colo­niale de 1931, au Bois de Vincennes, par une exhi­bi­tion de « sau­vages canaques » au Jardin d’Acclimatation.

Archives retrou­vées par Luc Nemeth.


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Survie : « Il n’y a pas de bases mili­taires afri­caines en France », novembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec André Bouny : « Agent orange, le déni reste total », février 2016
☰ Lire notre article « Black Panthers — Pour un anti­ra­cisme socia­liste », Bobby Seale (Memento), décembre 2015
☰ Lire « Journal d’un résis­tant viet­na­mien », Ngo-Van-Chiêu (Memento), juin 2015
☰ Lire notre article « Léo Figuères : d’une résis­tance à l’autre », Alain Ruscio, juin 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Breyten Breytenbach : « On n’a pas net­toyé les caves de l’Histoire ! », juin 2015
☰ Lire notre article « Daniel Guérin, à la croi­sée des luttes », Max Leroy, mars 2015
☰ Lire notre article « Tuer pour civi­li­ser : au cœur du colo­nia­lisme », Alain Ruscio, novembre 2014

NOTES   [ + ]

1.Le Cri du Peuple, n° 71, 22/4/1931, pp. 1–2.
2.Le tract « Ne visi­tez pas l’Exposition colo­niale » est repro­duit et com­men­té in Tracts sur­réa­listes et décla­ra­tions col­lec­tives, 1922–1939, tome 1, Paris, Le Terrain Vague, 1980, pp. 194–195 et 451–452.
3.Un quart d’heure de pousse coû­te­ra 5 fr. !
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.