Nous ne sommes pas encore assez populistes — en réponse à Iñigo Errejón


Tribune publiée sur le site de la revue CTXT et traduite pour le site de Ballast

Faute de majo­ri­té au Parlement, l’Espagne se dirige vers de nou­velles élec­tions le 26 juin pro­chain. La base d’Izquierda Unida (coa­li­tion de gauche radi­cale) a voté pour une liste com­mune avec Podemos. Si un nou­veau cycle élec­to­ral est per­çu comme une oppor­tu­ni­té par la direc­tion de Podemos pour pas­ser devant le Parti socia­liste ouvrier espa­gnol, des voix, en interne, s’in­quiètent que la machine élec­to­rale n’é­touffe défi­ni­ti­ve­ment la colère sociale du pays. En réponse à la tri­bune d’Íñigo Errejón, Emmanuel Rodríguez, his­to­rien et essayiste, et Brais Fernández, membre du par­ti Anticapitalistas, font état de leur désac­cord dans les pages de la revue espa­gnole CTXT. Selon eux, Errejón fait erreur lors­qu’il met au centre de la bataille poli­tique les dis­cours, les récits, les réfé­rents cultu­rels ou les mythes fédé­ra­teurs. Les indi­vi­dus deviennent des sujets poli­tiques — c’est-à-dire des acteurs poli­tiques conscients d’ap­par­te­nir à une même iden­ti­té col­lec­tive — à tra­vers, nous disent-ils, l’ex­pé­rience du conflit ouvert contre les groupes sociaux domi­nants : mani­fes­ta­tions, grèves, occu­pa­tions, boy­cotts, etc. Ils craignent que les per­cées élec­to­rales à répé­ti­tion ne cachent, en réa­li­té, une défaite poli­tique : à trop cana­li­ser les forces sociales vers les élec­tions, ce sont les mobi­li­sa­tions à l’o­ri­gine même de Podemos qui s’é­teignent len­te­ment. Nous avons tra­duit ces échanges pour infor­mer le lec­to­rat fran­co­phone des débats et réflexions de nos voi­sins et cama­rades.


Il y a quelques jours à peine, dans cette même revue, Íñigo Errejón publiait un article fouillé de mise en pers­pec­tive de l’expérience Podemos et de ses défis immé­diats. La contri­bu­tion est, sans aucun doute, béné­fique pour le débat poli­tique au sein du « bloc du chan­ge­ment » où règnent les rumeurs et par­fois le manque de dia­logue. Dans le but d’élargir l’échange, la rédac­tion de CTXT nous a per­mis d’esquisser une réponse au texte du stra­tège de Podemos. Dans sa démons­tra­tion en trois temps, Errejón démarre avec ce qui consti­tue le cœur de sa pen­sée : les inté­rêts concrets — lisez « inté­rêts de classe » — n’ont jamais de tra­duc­tion immé­diate en poli­tique. La construc­tion d’un sujet poli­tique, nous dit-il, requiert un « sur­plus de sens », un excé­dent sym­bo­lique. La poli­tique est, de ce fait, d’abord une acti­vi­té de « construc­tion de sens » (com­pre­nez de dis­cours) ; le ter­rain de com­bat fon­da­men­tal est celui-ci — et pas un autre. Le dis­cours est au centre, son résul­tat est une iden­ti­té qui se nour­rit prin­ci­pa­le­ment de maté­riaux cultu­rels. Errejón nous parle de mythes, de chan­sons, de séries, de romans, de cou­leurs, de dra­peaux, comme les fans d’un groupe pop.

On trouve la preuve et la démons­tra­tion que les vieux inté­rêts de classe n’opèrent plus — s’ils ont exis­té un jour en tant que tels — dans l’immensité et la plu­ra­li­té du social (sa dis­per­sion) qui sautent aux yeux d’Errejón dans des expé­riences aus­si quo­ti­diennes que faire ses courses. L’article com­mence par les ren­contres récentes du « pode­mos­sien » [tra­duc­tion de pode­mis­ta, terme qui signi­fie « membre de Podemos », ndlr] au super­mar­ché du coin : un bou­cher qui lui demande de s’occuper du quar­tier de Chueca dans Madrid (la Mecque gay de la capi­tale) et une cliente qui réclame plus d’attention aux droits des ani­maux. Dans les deux cas, Errejón inter­prète la demande faite à Podemos comme une attente pour repré­sen­ter le « nou­veau » face aux élites.

« Alors que cer­tains d’entre nous voient le dis­cours comme une arme au sein d’un mou­ve­ment de sub­ver­sion des rela­tions d’oppression et d’exploitation, dans l’hypothèse d’Errejón, le dis­cours est le but. »

Il va de soi que, dans le super­mar­ché post-clas­siste d’Errejón, le conflit est seule­ment pos­sible dans la sphère de la repré­sen­ta­tion, et non dans l’affrontement maté­riel avec les pou­voirs poli­tique et éco­no­mique. Ainsi, alors que cer­tains d’entre nous voient le dis­cours comme une arme au sein d’un mou­ve­ment de sub­ver­sion des rela­tions d’oppression et d’exploitation, dans l’hypothèse d’Errejón, le dis­cours est le but. Il ne fait aucun doute que, depuis l’irruption de Podemos, le lan­gage, les codes, les expres­sions de l’agenda poli­tique ont chan­gé. Il est signi­fi­ca­tif de voir, par exemple, com­ment cer­tains sec­teurs de l’esta­blish­ment ont adop­té le cadre dis­cur­sif « pode­mos­sien » ; en témoigne le père cool qui appelle son fils « mon pote » (oui, avec la honte que pro­voque ce genre d’expression dépla­cée). La ques­tion est : cela suf­fit-il ? Si la bataille se concentre sur la sphère dis­cur­sive et ne s’étend pas à d’autres sphères de la vie, sommes-nous en train de gagner ? Avec ce diag­nos­tic trop opti­miste, trop réduc­tion­niste de l’idée d’hégémonie, Errejón semble igno­rer la seconde par­tie de l’affirmation gram­scienne : « Si l’hégémonie est éthi­co-poli­tique, elle doit être éga­le­ment éco­no­mique, elle doit avoir son fon­de­ment dans la fonc­tion déci­sive que le groupe diri­geant exerce sur le noyau déci­sif de l’activité éco­no­mique. »

En dépit de la beau­té asep­ti­sée du énième tour­nant lin­guis­tique d’Errejón, l’histoire s’entête obs­ti­né­ment à nous mon­trer qu’il a fal­lu autre chose que des mots et des dis­cours pour la construc­tion de ces sujets dits poli­tiques. Les mani­fes­ta­tions, les révoltes, les grèves, les insur­rec­tions, les orga­ni­sa­tions de base : les sujets naissent dans l’opposition col­lec­tive à d’autres col­lec­tifs sociaux. C’est ce que nous appe­lons des conflits. Il ne s’agit pas seule­ment d’expériences de dou­leur et de souf­france dont parle Errejón, mais aus­si de leur sub­ver­sion. La grande trou­vaille qui consiste à dire que les « inté­rêts » ne parlent pas d’eux-mêmes — une évi­dence à ce niveau de géné­ra­li­té — doit être com­plé­tée par le fait que sans expé­rience, sans l’expérience du conflit, il n’y a pas de sujet. Le récit en soi n’est signi­fi­ca­tif que s’il rend compte de la construc­tion d’un col­lec­tif comme sujet en oppo­si­tion à d’autres. Malheureusement, la socié­té et la poli­tique sont des choses plus sales et bru­tales que l’affrontement de dis­cours.

IEG1

Íñigo Errejón, Pablo Iglesias, Alberto Garzón (© Nicolás Pérez | El Español)

Le 15M nous four­nit un exemple récent de ce qui a ren­du pos­sible Podemos. Le mou­ve­ment des places a été une insur­rec­tion paci­fique contre une situa­tion de crise éco­no­mique vécue comme une arnaque, et contre une situa­tion de dété­rio­ra­tion poli­tique vécue comme une spo­lia­tion. Le 15M a été sui­vi d’une séquence de mou­ve­ments concen­trés sur la défense de la san­té et de l’é­du­ca­tion publique, ain­si qu’en oppo­si­tion au gou­ver­ne­ment de la dette et de la dépos­ses­sion du peu qui res­tait à une grande majo­ri­té de la popu­la­tion espa­gnole : un loge­ment. Il devrait être évident que ce cycle de mobi­li­sa­tions a été poli­tique en rai­son de son dérou­le­ment même — une longue série de conflits. Si Podemos a pu se pré­sen­ter comme l’aboutissement de quelque chose ayant trait à un pro­ces­sus contre-hégé­mo­nique — le terme est dou­teux —, c’est parce que depuis 2011, une rup­ture des masses s’est pro­duite, liée à une esca­lade du conflit qu’on n’avait plus connue depuis les années 1970. En fin de compte, le 15M n’a pas repré­sen­té un mou­ve­ment de conti­nui­té avec la « culture » de son époque mais, au contraire, une mani­fes­ta­tion concrète de rup­ture avec elle.

« Les mani­fes­ta­tions, les révoltes, les grèves, les insur­rec­tions, les orga­ni­sa­tions de base : les sujets naissent dans l’opposition col­lec­tive à d’autres col­lec­tifs sociaux. »

Le deuxième point de l’article d’Errejón est moins théo­rique. Il concerne « l’hypothèse Podemos » dont le suc­cès se mesure à nou­veau par la capa­ci­té de dis­pu­ter le récit aux élites ; on reste dans le champ dis­cur­sif. Toutefois, il est inté­res­sant de consi­dé­rer qu’ici Errejón révèle le fon­de­ment de son hypo­thèse, laquelle, comme nous ver­rons, pro­cède de l’État pour reve­nir à l’État. Sortons de la séman­tique pure pour consi­dé­rer un terme dépas­sé et appar­te­nant à une tra­di­tion com­mu­niste par­ti­cu­lière : le slo­gan de la construc­tion « natio­nale-popu­laire ». La dif­fé­rence avec le modèle théo­rique du nou­veau popu­lisme de Podemos, c’est que, pour les vieux com­mu­nistes, la « révo­lu­tion démo­cra­tique » était pos­sible à par­tir d’une alliance sociale incluant les classes moyennes et les pay­sans, mais qui aurait été menée par la classe ouvrière contre l’oligarchie ou contre la grande bour­geoi­sie finan­cière. Or, dans le modèle théo­rique d’Errejón, il n’y a ni classes ni sujets sociaux, il n’y a que le vieux pro­blème de la conquête de l’État. Dans cette conquête, il ne s’a­git pas d’en­cou­ra­ger une orga­ni­sa­tion sociale ou de construire des alliances ; la seule façon de la mener à bien, c’est de gal­va­ni­ser « le social », de tou­cher avec les mots quelque chose qui s’est déjà pro­duit dans la réa­li­té de façon « mas­sive et désor­don­née ». Ici, au moins, on recon­naît que Podemos n’a pas tout inven­té.

Quoi qu’il en soit, Errejón nous assure que son par­ti à voca­tion gou­ver­ne­men­tale ne se réduit pas à la vieille for­mule élec­to­rale du par­ti « attrape-tout ». Face à la vieille poli­tique et au mar­ke­ting, la preuve d’authenticité de Podemos est sa capa­ci­té à sus­ci­ter des émo­tions, à nous faire vibrer. Pour y arri­ver, les élé­ments essen­tiels d’économie poli­tique et de struc­ture sociale comme, par exemple, le fait que nous soyons entrés dans une longue phase de stag­na­tion éco­no­mique ou l’a­na­lyse que nous fai­sons de l’impact de la crise sur les dif­fé­rentes sec­teurs sociaux, et le fait que que nous sachions au pas­sage com­ment s’organisent leurs résis­tances, sont sans impor­tance. En fin de compte, il suf­fit de séduire, d’émouvoir et de loca­li­ser les petits récits de gens aus­si dif­fé­rents que ceux qu’Errejón trouve dans la supé­rette de son quar­tier : la cliente qui défend les droits des ani­maux et le bou­cher qui s’amuse à Chueca. Voilà en quoi consiste fon­da­men­ta­le­ment construire un peuple, construire un pays.

ERREJON1

Íñigo Errejón (© EFE)

Errejón énonce quelques autres remarques. Ainsi, il dit que lorsque les dému­nis se révoltent, leur pré­ten­tion reven­di­ca­tive n’est pas d’être « la par­tie d’un tout », mais de construire « une nou­velle tota­li­té ». Même si cette affir­ma­tion est mani­fes­te­ment fausse — il suf­fit de consi­dé­rer le mou­ve­ment pour les droits civils ou les récents mou­ve­ments sociaux pour se convaincre que la dyna­mique du conflit moderne en Occident s’est concen­trée sur la pro­duc­tion des droits et sur l’intégration démo­cra­tique de nou­velles exi­gences, et non sur la « construc­tion d’un peuple » via son accès au gou­ver­ne­ment —, on cible ici l’objectif poli­tique. Si, pour Errejón, la tac­tique c’est le dis­cours, la stra­té­gie c’est l’État. On observe ain­si une curieuse symé­trie entre l’autonomie du dis­cours et l’autonomie du poli­tique ; l’unique levier poli­tique fon­da­men­tal est la conquête de l’État, le reste (les pou­voirs éco­no­miques, la crise, l’Europe) est acces­soire. Prenez l’État, et vous aurez un nou­veau pays. C’est ce qu’il appelle : faire le « saut » d’un « pro­jet mas­sif à un pro­jet majo­ri­taire » et, au pas­sage, construire une volon­té géné­rale (et voi­là Rousseau !) ; ou, ce qui est la même chose, que Podemos rem­porte les élec­tions.

« Si, pour Errejón, la tac­tique c’est le dis­cours, la stra­té­gie c’est l’État. »

Le der­nier point n’a rien de théo­rique. Si on lui ôte son ver­nis rhé­to­rique, il appa­raît comme une pure inter­ven­tion dans le débat de posi­tions [poli­tiques internes de Podemos, ndlr]. Mais il n’est pas aisé de com­prendre ce qu’il veut dire. En prin­cipe, il éta­blit un champ de « deux voies » — trou­vaille poli­tique inté­res­sante — : la voie élec­to­rale qui cor­res­pond à Podemos et sa capa­ci­té à émou­voir et « dis­cou­rir » ; et la voie cultu­relle iden­ti­fiée à une nou­veau­té concep­tuelle, après le suc­cès ou l’échec rela­tif de la machine élec­to­rale — ce qu’il appelle « mou­ve­ment popu­laire ». Notez-bien qu’un mou­ve­ment popu­laire n’organise ni résis­tances, ni conflits, ni de socia­bi­li­té alter­na­tive, mais pro­duit sur­tout des récits. La dif­fé­rence entre ces deux voies est un genre de ver­sion erre­jo­nienne de la vieille divi­sion léni­niste entre par­ti et syn­di­cat : pour le pre­mier, l’État, pour le second, la culture. Mais au-delà de ces deux voies et du mou­ve­ment popu­laire, il semble que l’objectif d’Errejón soit de figer les posi­tions dans une bataille beau­coup plus pro­saïque. Une nou­velle élec­tion approche ou, du moins, tout paraît l’indiquer. Et sur­git, à nou­veau (comme avant le 20D [les élec­tions géné­rales du 20 décembre 2015, ndlr]), un faux débat entre gauche et droite, ou entre gauche et trans­ver­sa­li­té. Il faut évi­dem­ment dire, comme Errejón, que si le 15M n’a pas été ouvrié­riste, ni même anti­ca­pi­ta­liste, le mou­ve­ment a reven­di­qué la démo­cra­tie, et il l’a fait avec une radi­ca­li­té inouïe. Mais cela est évident ; et les consé­quences poli­tiques en sont mul­tiples.

Ce qui est inté­res­sant, c’est qu’Errejón débat, sans l’assumer clai­re­ment, de l’opportunité d’un accord avec Izquierda Unida afin d’absorber les quatre ou cinq points de pour­cen­tage qui lui ont échap­pé là où il n’y avait pas eu de conver­gence (dans la région de Madrid, il a man­qué six points à Podemos). Le pro­blème est que « l’hypothèse popu­liste », avec les dépla­ce­ments qu’elle induit vers des posi­tions plus modé­rées et trans­ver­sales, est entrée en crise, non seule­ment à cause des pro­blèmes internes à Podemos, mais parce que, même avec toutes ses contra­dic­tions, Podemos se nour­rit d’un sub­strat social contes­ta­taire qui a besoin de s’élargir pour ne pas s’assécher. Et ce sub­strat ne s’étend pas uni­que­ment au moyen du dis­cours, mais sur­tout par l’élargissement du conflit qui, dans la phase élec­to­rale actuelle du cycle poli­tique, semble être en sus­pens. 

I4

Pablo Iglesias (© Dani Pozo | El Español)

C’est pour­quoi ces der­niers jours, la frac­tion popu­liste redouble d’efforts dans le manié­risme des « camps poli­tiques » [en réfé­rence au mou­ve­ment artis­tique ita­lien en rup­ture avec les codes de la Renaissance, ndlr], selon lequel la construc­tion d’un « nous » peut être large et dif­fuse, et en même temps lais­ser dehors les « gau­chistes » ; tan­dis que le « eux » est si étroit qu’il laisse entrer une par­tie des élites, par exemple, celles du PSOE, avec les­quelles ils ont essayé de négo­cier à plu­sieursIl s’agit, sans aucun doute, de tac­tiques com­plexes qui s’expriment à tra­vers les caprices sophis­ti­qués de la théo­rie. Si on le lit à l’aune de la conjonc­ture, l’article d’Errejón appa­raît comme une ultime ten­ta­tive de main­te­nir une hypo­thèse désor­mais très affai­blie dans l’organisation. Incapable de refu­ser l’alliance avec IU, Errejón per­siste à affir­mer, comme les néo­li­bé­raux après le col­lapse de 2007 pro­vo­qué en grande par­tie par leurs idées, « Nous gagne­rons… mais seule­ment si nous sommes suf­fi­sam­ment popu­listes ».


Texte ori­gi­nal : « Todavía no somos sufi­cientes popu­lis­tas. En respues­ta a Íñigo Errejón », www.ctxt.es, 26 avril 2016 — tra­duit de l’es­pa­gnol par Pablo Castaño Tierno, Luis Dapelo, Walden Dostoievski et Alexis Gales, avec l’ai­mable auto­ri­sa­tion de la revue CTXT.


REBONDS

☰ Lire la tri­bune d’Iñigo Errejón, « Podemos à mi-che­min », (tra­duc­tion), mai 2016
☰ Lire notre article « #AlertaPatio : le squat madri­lène sonne l’alerte », Arthur Moreau, octobre 2015
☰ Lire l’en­tre­tien avec Pablo Iglesias : « Faire pres­sion sur Syriza, c’est faire pres­sion sur Podemos, pour mon­trer qu’il n’y a pas d’alternative », (tra­duc­tion), mai 2015
☰ Lire notre série d’ar­ticles sur Podemos, « Que pense Podemos ? », Alexis Gales, avril 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.
Nous déménageons notre site ! Les commandes et abonnements sont temporairement indisponibles, nos articles restent accessibles.
+