Algérie : appel à un Mouvement pour l’autogestion sociale


Texte inédit pour le site de Ballast

« J’ai vu des ouvriers, dont cer­tains étaient anal­pha­bètes, conti­nuer la pro­duc­tion de chaus­sures, répa­rer les machines, orga­ni­ser la dis­tri­bu­tion pour la vente », raconte ici le dra­ma­turge et cinéaste algé­rien Kadour Naimi. C’est fort de cette brève expé­rience, née dans le sillage de l’in­dé­pen­dance, qu’il aspire aujourd’­hui à réha­bi­li­ter l’i­déal auto­ges­tion­naire en Algérie… pour mieux, qui sait, l’ins­tau­rer col­lec­ti­ve­ment.


Concernant les par­tis poli­tiques, l’essentiel a été dit voi­là long­temps — depuis le socio­logue Robert Michels, en 19141Robert Michels, Les Partis poli­tiques, essai sur les ten­dances oli­gar­chiques des démo­cra­ties (1914), Éditions de l’université de Bruxelles, 2009. — sur leur ten­dance à for­mer une oli­gar­chie. Et cela quelle que soit leur cou­leur idéo­lo­gique. De l’ancien par­ti bol­che­vik à l’actuel par­ti « démo­crate » états-unien, nul n’échappe à cette « loi d’airain » — disons à cette logique. L’analyse de Michels suit, d’une cer­taine manière, celles éla­bo­rées au siècle pré­cé­dent par des mili­tants et théo­ri­ciens anar­chistes : Joseph Proudhon, Michel Bakounine et Errico Malatesta — pour ne citer que ces trois noms. Seule l’ignorance (ou la naï­ve­té, sœur de la pre­mière), peuvent por­ter à dou­ter de ce phé­no­mène. Et seul·e·s les dirigeant·e·s des par­tis occultent ce pro­ces­sus. Il atteint même les par­tis dont les fon­da­teurs agissent avec la meilleure des inten­tions, la plus démo­cra­tique, la plus révo­lu­tion­naire : son­geons au par­ti fon­dé par Nelson Mandela… Pour employer une méta­phore, un par­ti poli­tique obéit à la même loi qu’un microbe : il lui est impos­sible de ne pas dégé­né­rer. Concernant le microbe, il s’agit de loi bio­lo­gique ; le par­ti poli­tique est quant à lui affaire de loi sociale humaine : la cause de la dégé­né­res­cence, dans le der­nier cas, réside dans trois aspects.

« Leur carac­té­ris­tique com­mune est la sui­vante, par-delà l’idéologie pro­cla­mée : tous veulent le bien-être du peuple. Qu’en est-il dans les faits ? Leur contact avec ledit peuple est très limi­té. »

D’abord, dans l’existence inévi­table d’un indi­vi­du tor­tu­ré par son ego, à tel point qu’il consacre toute son éner­gie et son intel­li­gence (dont le machia­vé­lisme est l’aspect inavoué) à jouer au chef. Ensuite, dans la com­plai­sance d’un groupe qui l’entoure et lui per­met de par­ve­nir à ce rôle de chef en assu­mant les rôles de sous-chefs. Enfin, dans l’aliénation de la grande majo­ri­té des mili­tants qui croient « natu­rel », au regard de leur « igno­rance », d’obéir à celles et ceux qui « savent ». Cette struc­tu­ra­tion est, et ne peut être, que hié­rar­chique — donc auto­ri­taire. Avec le temps, elle pro­duit inévi­ta­ble­ment des pri­vi­lèges au béné­fice du groupe « diri­geant » : le chef et son groupe. Des pri­vi­lèges jus­ti­fiés par mille excuses : les plus évi­dentes sont la néces­si­té d’un cer­tain confort maté­riel (pour, soi-disant, « bien » réflé­chir et conce­voir les actions à entre­prendre) et l’exigence de voir exé­cu­tés les ordres impar­tis par la « base », selon la fameuse « dis­ci­pline » de par­ti. La preuve du contraire est don­née, par exemple, par le diri­geant Buonaventura Durruti : pen­dant la guerre civile espa­gnole, il par­ta­geait les mêmes condi­tions de vie que ses com­pa­gnons mili­ciens et les actions à entre­prendre étaient déci­dées de manière éga­li­taire et démo­cra­tique — à l’opposé d’un Trotsky, alors chef de l’Armée « rouge ».

En Algérie

Venons-en aux par­tis poli­tiques algé­riens actuels. Leur carac­té­ris­tique com­mune est la sui­vante, par-delà l’idéologie pro­cla­mée : tous veulent le bien-être du peuple. Qu’en est-il dans les faits ? Leur contact avec ledit peuple est très limi­té. La caste éta­tique use de tous les obs­tacles pos­sibles et ima­gi­nables pour empê­cher ces par­tis d’établir des rela­tions avec lui — le moyen le plus uti­li­sé reste l’exigence d’une auto­ri­sa­tion admi­nis­tra­tive afin de tenir une réunion, laquelle auto­ri­sa­tion n’est pas accor­dée. Si le par­ti passe outre et entend bel et bien la tenir, l’administration le consi­dère comme agis­sant dans l’« illé­ga­li­té » et les ser­vices répres­sifs inter­viennent pour l’en empê­cher. L’autre moyen employé est le tra­di­tion­nel tra­fi­co­tage des résul­tats des élec­tions. Jusqu’à pré­sent, et à notre connais­sance, les diri­geants des par­tis se contentent de se plaindre de ces atteintes aux règles démo­cra­tiques, pour­tant pro­cla­mées dans la Constitution ; ils déclarent du reste que le pou­voir éta­tique, les empê­chant d’accomplir leur mis­sion socio-poli­tique, pro­vo­que­ra lui-même les révoltes popu­laires puisque les citoyen·ne·s ne dis­posent pas de moyens légaux — un par­ti — pour pré­sen­ter leurs reven­di­ca­tions légi­times.

Abdelaziz Bouteflika, 23 novembre 2017, Alger (RYAD KRAMDI/AFP)

Ces deux obs­tacles ne suf­fisent pas à expli­quer la fai­blesse élec­to­rale des par­tis d’opposition. La cause réside prin­ci­pa­le­ment dans la carence de leur implan­ta­tion en milieu popu­laire — une carence qui s’explique par la concep­tion même de ces par­tis : la prio­ri­té (quoiqu’ils en disent) accor­dée au « som­met » et aux jeux de pou­voir (qu’ils croient déci­sifs), au détri­ment de l’action popu­laire. C’est dire que le chan­ge­ment réel­le­ment vou­lu par ces orga­ni­sa­tions par­ti­daires est moins une démo­cra­ti­sa­tion de la socié­té qu’une conquête du pou­voir éta­tique pour, ensuite, éta­blir la poli­tique qui leur convient — d’abord comme oli­gar­chie de par­ti. Pourquoi l’intelligence des diri­geants de par­ti ne trouve-t-elle pas de solu­tion à leur fai­blesse élec­to­rale ? Leurs connais­sances devraient pour­tant ser­vir pré­ci­sé­ment à régler ce genre de pro­blèmes. S’ils en sont inca­pables, pour­quoi demeurent-ils à la tête de leur par­ti ? Dans toute orga­ni­sa­tion sociale, on laisse pour­tant la place à d’autres quand on est inca­pable de trou­ver la solu­tion

Solutions démagogiques

Comment les par­tis algé­riens ont-ils affron­té les inter­dic­tions éta­tiques ? La pre­mière voie est l’action clan­des­tine. Les par­tis la rejettent à pré­sent clai­re­ment (quoiqu’il ne soit pas sûr que cer­tains d’entre eux n’y aient jamais recours, d’une manière ou d’une autre) et les ser­vices de sécu­ri­té sont, quoi qu’il en soit, là pour les décou­vrir et les neu­tra­li­ser. La seconde, sans rele­ver de la clan­des­ti­ni­té, en est assez proche : elle consiste à « tra­vailler au corps à corps » les citoyens à tra­vers leur famille, leur tra­vail, leur voi­si­nage, leurs ami­tiés, etc. En voi­ci quelques exemples.

« Ainsi, l’idéologie des Frères musul­mans s’introduisait, se déve­lop­pait, se conso­li­dait. On connaît le résul­tat. »

Saint Internet — L’un des leviers de la vic­toire d’Obama aux élec­tions pré­si­den­tielles fut l’immense cam­pagne orches­trée à tra­vers Internet en recou­rant à une masse de sym­pa­thi­sants, acquis par le déma­go­gique (et mal­heu­reu­se­ment effi­cace) « Yes, we can ! » (« Oui, nous pou­vons ! »). En tant que sym­pa­thi­sant d’un mou­ve­ment états-unien oppo­sé à la guerre, je fus moi-même sys­té­ma­ti­que­ment bom­bar­dé de mes­sages de sou­tien à Obama et d’action en sa faveur. Comment ses par­ti­sans ont trou­vé mon cour­riel, je l’ignore. Je n’ai tou­te­fois pas blo­qué l’arrivée des mes­sages : ils m’instruisaient sur cette méthode de « tra­vail » sur « les gens ». Ainsi, en Algérie, où l’expression libre est gra­ve­ment limi­tée par l’autorité éta­tique, d’au­cuns croient à la toute-puis­sance des réseaux sociaux sur Internet. En la matière, les par­tis algé­riens ont visi­ble­ment encore tout à apprendre. S’il est vrai, depuis quelques années, que ces réseaux ont explo­sé, cela n’en est pas moins le fait, essen­tiel­le­ment, d’intellectuels et de jeunes ins­truits : les tra­vailleurs manuels des villes et des cam­pagnes, ain­si que les chô­meurs, en sont exclusEn outre, à sup­po­ser que ces der­niers sachent lire et se ser­vir effi­ca­ce­ment d’Internet, il n’empêche qu’ils ne pos­sèdent pas d’ordinateurs par manque de moyens finan­ciers. Quant à l’influence du Web sur la vie sociale, le jour­na­liste Salim Chait écrit, dans Le Matin d’Algérie : « Les der­nières élec­tions locales ont signé l’échec de l’opposition vir­tuelle. Malgré les mil­lions de sui­veurs des pages de ces blo­gueurs pré­ci­tés, une grande par­tie de la popu­la­tion est allée voter, non­obs­tant les soup­çons de fraude et les appels inces­sants de la blo­go­sphère à boy­cot­ter ces échéances élec­to­rales. » Ces consta­ta­tions rela­ti­visent l’influence du vir­tuel sur le réel, sans tou­te­fois lui enle­ver de son impor­tance. Les par­tis sont-ils capables de des­cendre dans l’arène ? Jusqu’ici, leur absence est déso­lante. On les trouve dans les allées du pou­voir en place, à la télé­vi­sion, sur leur page Facebook, dans des publi­ca­tions jour­na­lis­ti­ques et dans quelques rares locaux de par­tis, plus rares encore dans les quar­tiers popu­laires, pour ne pas par­ler des vil­lages…

Saint peuple — Avant l’arrivée de Mohammed Morsi à la tête de l’État, en Égypte, et avant le « prin­temps » qui l’y a por­té, les Frères musul­mans tra­vaillaient à leur manière les citoyen·ne·s les plus dému­nis du pays. Ils allaient les trou­ver pour s’informer sur leurs condi­tions de vie très pénibles. « Au moins, décla­raient les gens, ces Frères viennent nous voir et enquê­ter sur nous ! » Un moyen plus convain­quant consis­tait, pour les mili­tants Frères musul­mans, à four­nir, dans la mesure du pos­sible, des aides maté­rielles des­ti­nées à amé­lio­rer leur niveau de vie — le Qatar et autres monar­chies pétro­lières four­nis­saient l’argent néces­saire. Les gens du peuple appré­ciaient natu­rel­le­ment cette aide concrète, même si ce n’é­taient que des miettes : en situa­tion de pau­vre­té, tout est bien­ve­nu. L’idéologie des Frères musul­mans s’introduisait, se déve­lop­pait, se conso­li­dait : on connaît le résul­tat. En Algérie, les par­ti­sans de l’ex-FIS (Front isla­mique du Salut) ont employé des pro­cé­dés simi­laires, per­met­tant ain­si de favo­ri­ser leur vic­toire aux élec­tions légis­la­tives de décembre 1991 : elle ne fut sur­pre­nante que pour les per­sonnes qui igno­raient les condi­tions réelles du peuple et la mobi­li­sa­tion de ces mili­tants le tra­vaillant « au corps-à-corps ». En découle que les par­tis poli­tiques algé­riens sont contraints, afin de béné­fi­cier d’une légi­ti­mi­té citoyenne réelle, de trou­ver les moyens d’entrer en contact direct avec le peuple et de l’aider concrè­te­ment.

Front isla­mique du salut (DR)

L’autonomie manquée

Mais le veulent-ils ? Leurs diri­geants, cadres et mili­tants devraient aller sur le ter­rain — ce qui implique de dépas­ser les inter­dic­tions des auto­ri­tés d’État et de dépen­ser une éner­gie phy­sique consis­tante, cer­tai­ne­ment éprou­vante. Aller dans les quar­tiers les plus dému­nis, dans les bidon­villes, dans les vil­lages et les douars n’est pas une entre­prise tou­ris­tique. Ce genre d’action peut entraî­ner l’adhésion au par­ti d’éléments nou­veaux, de la « base » réelle du peuple. Or, a prio­ri, ceux-là sont moins mani­pu­lables par les diri­geants que les cadres et mili­tants « nan­tis » : ils se montrent plus exi­geants, plus cri­tiques ; ils veulent des résul­tats concrets qui amé­liorent leur vie.

« Là où l’autogestion a exis­té, y com­pris en Algérie, elle fut l’expression du meilleur ordre social pos­sible et d’un pro­grès éco­no­mique consis­tant. »

Les diri­geants des par­tis sont-ils capables de consen­tir à cette réelle démo­cra­ti­sa­tion de leur orga­ni­sa­tion, laquelle risque de mettre en ques­tion le lea­der­ship du chef et de rem­pla­cer ses « cadres » par d’autres, plus sen­sibles et plus repré­sen­ta­tifs du peuple ? Ces inter­ro­ga­tions mettent en évi­dence un fait : le plus grand dan­ger que court un par­ti « démo­cra­tique » est pré­ci­sé­ment sa réelle démo­cra­ti­sa­tion ! Cela nous amène tout près de l’organisation auto­gé­rée — autre­ment dit, le contraire d’un par­ti ! Si la « loi » de ce der­nier est la pro­duc­tion d’une oli­gar­chie qui le gère (hété­ro-ges­tion), l’autogestion, à l’opposé, a comme « loi » l’élimination de toute forme d’oligarchie au béné­fice d’un fonc­tion­ne­ment non pas ver­ti­cal — hié­rar­chique, auto­ri­taire — mais hori­zon­tal — éga­li­taire, avec déli­bé­ra­tion col­lec­tive pour la prise des déci­sions : se trouve ici l’impossibilité pra­tique pour un par­ti « démo­cra­tique » de l’être réel­le­ment. Et pour qu’une orga­ni­sa­tion soit réel­le­ment au ser­vice du peuple, elle doit l’être, démo­cra­tique.

Le modèle auto­ges­tion­naire est le seul qui, jusqu’à pré­sent, a répon­du à cette condi­tion. On com­prend que cette forme d’organisation a mal­heu­reu­se­ment tou­jours été déni­grée, calom­niée, com­bat­tue, occul­tée par tous les par­tis, sans aucune excep­tion, dans tous les pays et à toutes les époques. Qu’ils soient « libé­raux » ou « révo­lu­tion­naires », leur argu­ment est iden­tique : l’autogestion, c’est l’« anar­chie », c’est-à-dire le désordre social et l’inefficacité éco­no­mique. Absolument faux ! Là où l’autogestion a exis­té, y com­pris en Algérie, elle fut l’expression du meilleur ordre social pos­sible et d’un pro­grès éco­no­mique consis­tant. L’examen des expé­riences réelles le démontre indé­nia­ble­ment, notam­ment en Russie (1917–1921) et en Espagne (1936–1939). Paraphrasant Galilée, il faut conve­nir : et, pour­tant, elle tourne (l’autogestion), bien que toutes les auto­ri­tés du monde le nient ! Qui se sou­vient du sur­gis­se­ment des comi­tés d’autogestion agri­coles et indus­triels en Algérie ? Sitôt l’indépendance natio­nale décla­rée, les fermes et les usines furent aban­don­nées par leurs pro­prié­taires et cadres tech­niques colo­niaux — le nou­vel État autoch­tone n’existait pas encore de manière signi­fi­ca­tive, ni son corps de bureau­crates et de tech­no­crates. Les tra­vailleurs ont réagi de manière tota­le­ment auto­nome, libre et soli­daire. Ils sont par­ve­nus non seule­ment à assu­rer la pro­duc­tion indus­trielle et agri­cole, et l’ont même amé­lio­rée. Le cas ne fut pas spé­ci­fique, mais il n’y a pas à s’en éton­ner : quand des tra­vailleurs n’exercent plus sous le joug du sala­riat exploi­teur mais comme pro­duc­teurs libre­ment auto­gé­rés, il est nor­mal qu’ils s’efforcent et par­viennent à faire mieux, parce qu’ils tra­vaillent pour eux-mêmes. On objec­te­ra : et les cadres admi­nis­tra­tifs, ain­si que les cadres tech­niques ? Les tra­vailleurs ont prou­vé qu’ils savaient pro­duire sans ces « cadres », démon­trant ain­si leur aspect para­si­taire. Au point que le poète Jean Sénac écri­vit cette expres­sion inou­bliable : « Tu es belle comme un comi­té d’autogestion ! »

« Le socialisme ? l’automobile pour toi et l’âne pour moi. »

« J’ai vu des ouvriers, dont cer­tains étaient anal­pha­bètes, conti­nuer la pro­duc­tion de chaus­sures, répa­rer les machines, orga­ni­ser la dis­tri­bu­tion pour la vente. »

J’eus le bon­heur, ado­les­cent, de vivre direc­te­ment cette auto­ges­tion dans l’entreprise de chaus­sures où tra­vaillait mon père, à Oran, quar­tier Saint Eugène. Alors, moi, enfant de pauvre, de « zou­fri » (défor­ma­tion algé­rienne de « ouvrier »), comme on disait avec mépris, j’ai vu des ouvriers, dont cer­tains étaient anal­pha­bètes, conti­nuer la pro­duc­tion de chaus­sures, répa­rer les machines, orga­ni­ser la dis­tri­bu­tion pour la vente. Et tout cela dans une atmo­sphère de coopé­ra­tion éga­li­taire et soli­daire. Les tra­vailleurs manuels mon­traient leur capa­ci­té intel­lec­tuelle de ges­tion de leur entre­prise, sans patron, ni contre­maître, ni tech­ni­ciens. Ce qui, sous le sala­riat, était plus-value et pro­fi­tait au pro­prié­taire était désor­mais inves­ti afin d’a­mé­lio­rer les condi­tions de pro­duc­tion ou la répar­ti­tion entre tra­vailleurs. Hélas !… Cette auto­ges­tion ouvrière et pay­sanne réus­sie ne fut pas de l’agrément de ceux qui voyaient leurs inté­rêts mena­cés : les déten­teurs de l’État « socia­liste », leurs fonc­tion­naires, leurs tech­ni­ciens, les pro­prié­taires pri­vés et ceux qui pro­je­taient de s’emparer des soi-disant « biens vacants » aban­don­nés par leurs pro­prié­taires colo­niaux.

Boumediene accueille Fidel Castro à Alger en 1972 (DR)

En Russie puis en Espagne, l’autogestion fut éli­mi­née par l’armée. Dans le pre­mier pays, Lénine ordon­na et Trotsky com­man­da l’Armée « rouge » : elle mas­sa­cra les par­ti­sans des Soviets libres de Kronstadt et d’Ukraine. Dans le second pays, le mas­sacre fut com­mis par l’armée fas­ciste de Franco, l’aviation nazie, les sup­plé­tifs fas­cistes de l’armée ita­lienne et les « com­mu­nistes » (les agents envoyés par Staline et le Parti « com­mu­niste » d’Espagne). À ces auto­ri­taires, ver­sion « com­mu­niste » et fas­ciste, il était into­lé­rable que des tra­vailleurs démontrent qu’une révo­lu­tion sociale authen­tique puisse se réa­li­ser sans « Guide suprême infaillible », sans « Parti d’avant-garde pro­fes­sion­nel », sans « com­mis­saires poli­tiques » tout-puis­sants, sans col­lec­ti­vi­sa­tion for­cée, sans pri­vi­lé­gier une couche bureau­cra­tique, sans armée de galon­nés et d’exécutants. En Algérie, l’élimination de l’autogestion se fit par des décrets « socia­listes » : elle fut accu­sée de « désordre », d’« inef­fi­ca­ci­té » et d’« anar­chie », comme en Russie et en Espagne. Pour résoudre ces pro­blèmes, l’État algé­rien « orga­ni­sa » l’autogestion. Technique employée : embras­ser pour étouf­fer. À la tête des entre­prises auto­gé­rées, l’État ins­tal­la un « direc­teur » : il repré­sen­tait l’État, lequel était cen­sé incar­ner le « peuple » et les « tra­vailleurs » — ce fonc­tion­naire aurait donc été le défen­seur des tra­vailleurs des comi­tés d’autogestion. En réa­li­té, ce « direc­teur » com­man­dait, don­nait des ordres, selon le « plan » éta­tique. Son salaire éle­vé, ses condi­tions de tra­vail très confor­tables et les pri­vi­lèges qui lui étaient accor­dés par l’État consti­tuaient, du reste, une injus­tice scan­da­leuse au regard du salaire et des condi­tions de tra­vail des gens sous ses ordres.

« Toute résis­tance des tra­vailleurs ou de leurs authen­tiques repré­sen­tants pour défendre et main­te­nir les acquis de l’autogestion réelle fut répri­mée, d’une manière ou d’une autre : licen­cie­ment, arres­ta­tion, tor­ture, assas­si­nat. »

Les tra­vailleurs com­prirent immé­dia­te­ment que les déci­sions de ce com­mis de l’État contre­di­saient les inté­rêts réels des tra­vailleurs. Ils se sont trou­vés devant une forme inédite de patron : il n’était plus un indi­vi­du pri­vé, mais l’incarnation en chair et en os de l’État. Et celui-ci se com­por­tait exac­te­ment en patron. Seule dif­fé­rence, très grave : le sys­tème n’était plus capi­ta­liste-colo­nial, mais capi­ta­liste-éta­tique-indi­gène. Les tra­vailleurs n’avaient plus comme enne­mis des patrons, sous forme d’individus dif­fé­rents, mais un seul et unique patron omni­po­tent, qui dis­po­sait de son « syn­di­cat » de contrôle et de ges­tion sur les tra­vailleurs — et de ses ser­vices de répres­sion en cas de contes­ta­tion. Surgit alors la fameuse phrase popu­laire algé­rienne : « Lichtirâkiyâ ? L’auto lîk wal hmâr liyâ. » (« Le socia­lisme ? l’automobile pour toi et l’âne pour moi. ») Si, au temps du capi­ta­lisme-colo­nial en Algérie, le syn­di­cat était per­mis comme ins­tru­ment de défense des tra­vailleurs, avec l’État « socia­liste », « démo­cra­tique et popu­laire », le syn­di­cat était deve­nu simple cour­roie de trans­mis­sion des impé­ra­tifs l’État : l’officielle Union géné­rale des tra­vailleurs algé­riens était deve­nue Union géné­rale de l’État contre les tra­vailleurs algé­riens…

Comme en Russie, en Algérie, les déten­teurs de l’État avan­cèrent ce sophisme : l’État étant celui des tra­vailleurs, il n’y a pas lieu d’avoir des syn­di­cats pour les défendre, comme cela existe dans les pays capi­ta­listes : vou­loir un syn­di­cat auto­nome dans un pays « socia­liste », c’est être « contre-révo­lu­tion­naire ». En Russie, naquit la Nouvelle poli­tique éco­no­mique (NEP) de Lénine, ouvrant l’économie à une forme de capi­ta­lisme ; en Algérie appa­rut l’« auto­ges­tion éta­tique ». Toute résis­tance des tra­vailleurs ou de leurs authen­tiques repré­sen­tants pour défendre et main­te­nir les acquis de l’autogestion réelle fut répri­mée, d’une manière ou d’une autre : licen­cie­ment, arres­ta­tion, tor­ture, assas­si­nat. Bien enten­du, au nom du « socia­lisme » et du « peuple ». Depuis lors, en Russie, en Espagne comme en Algérie, les expé­riences auto­ges­tion­naires réus­sies furent tota­le­ment occul­tées, calom­niées, par tous ceux qui conçoivent l’organisation sociale uni­que­ment de manière auto­ri­taire et hié­rar­chique : mili­taires, « libé­raux » capi­ta­listes, clé­ri­caux, fas­cistes, mar­xistes.

Trotsky parle avec un groupe de sol­dats de l’Armée rouge (DR)

Quelques années après le « redres­se­ment révo­lu­tion­naire » — en fait le coup d’État mili­taire du 19 juin 1965 — vinrent les « réformes », dites aus­si, évi­dem­ment, « révo­lu­tions » : la « révo­lu­tion agraire » et celle de la « ges­tion socia­liste des entre­prises ». On par­la même d’une « révo­lu­tion cultu­relle » pour sin­ger celle qui se dérou­lait en Chine. Le peu qu’il res­tait de l’autogestion fut défi­ni­ti­ve­ment sup­pri­mé ; le capi­ta­lisme éta­tique conso­li­dé, per­met­tant la for­ma­tion d’une bour­geoi­sie éta­tique : les tra­vailleurs se sont trou­vés devant le pire des patrons et le pire des asser­vis­se­ments. J’en ai connu les méfaits, ayant été secré­taire d’une sec­tion syn­di­cale de tra­vailleurs, en 1972–73, à Alger. Je le fus juste assez long­temps pour que la hié­rar­chie syn­di­cale com­prenne que je ne me prê­tais pas au rôle de lar­bin mais défen­dais réel­le­ment l’intérêt des tra­vailleurs : je fus arbi­trai­re­ment sus­pen­du, accu­sé d’« agi­ta­tion sub­ver­sive ». Suite à la révolte popu­laire de 1989, à Alger, appa­rut une démo­cra­ti­sa­tion très rela­tive ; elle a per­mis la nais­sance de syn­di­cats auto­nomes. Leurs acti­vi­tés ne sont pas semées de roses, d’autant plus que l’État favo­rise l’émergence d’un capi­ta­lisme pri­vé, lié de manière clien­té­liste à celui de l’État. État, syn­di­cat offi­ciel (UGTA) et orga­ni­sa­tion patro­nale pri­vée se sont unis pour domi­ner le pays de manière à ser­vir leurs inté­rêts de castes.

Appel à un Mouvement pour l’autogestion sociale

« Il est pour­tant des uto­pies qui ne le sont que parce qu’elles n’ont pas encore trou­vé les moyens de se concré­ti­ser ou de durer. »

Le pro­jet auto­ges­tion­naire semble, à pre­mière vue, rele­ver de quelque uto­pie irréa­li­sable. Il est pour­tant des uto­pies qui ne le sont que parce qu’elles n’ont pas encore trou­vé les moyens de se concré­ti­ser ou de durer. Combien de temps a‑t-il fal­lu pour détruire le sys­tème escla­va­giste et le rem­pla­cer par le sys­tème féo­dal ? Combien de temps fut néces­saire pour anéan­tir ce der­nier au béné­fice du sys­tème capi­ta­liste, pri­vé puis éta­tique ? Il en fau­dra pour l’instauration de l’autogestion. L’essentiel est d’y contri­buer cha­cun selon ses pos­si­bi­li­tés : que rien ne nous garan­tisse de vivre immé­dia­te­ment en socié­té auto­gé­rée n’est pas un pro­blème, ni une rai­son de nous décou­ra­ger. Considérer l’autogestion comme une expé­rience à mener, contri­buer à sa concré­ti­sa­tion, par les mots et les actes, même les plus appa­rem­ment insi­gni­fiants, faire connaître les expé­riences menées aupa­ra­vant, les motifs de leurs suc­cès et de leurs échecs, ins­tau­rer le débat sur le thème « Pourquoi pas l’autogestion ? », c’est déjà semer des graines pour per­mettre à la belle et géné­reuse plante de ger­mer.

Reste à poser une ques­tion : dans l’Algérie actuelle, pour­quoi n’existe-t-il pas de mou­ve­ment favo­rable à l’autogestion sociale ? Je parle de mou­ve­ment et non de par­ti. Il nous est indis­pen­sable de nous libé­rer de cette men­ta­li­té tra­di­tion­nelle, lar­ge­ment dif­fuse : « Ilâ anta mîr wanâ mîr, ach­koun issoug alh­mîr ? » (« Si tu es maire et je suis maire, qui condui­ra les ânes ? ») D’abord, les citoyens ne sont pas des ânes. Ensuite, s’ils se révèlent tels, c’est parce que quelqu’un les y a réduits pour en tirer avan­tage. Œuvrons plu­tôt pour une socié­té sans ânes, où tous pour­raient être maires, à tour de rôle et pour réa­li­ser le man­dat pour lequel ils sont élus : satis­faire les inté­rêts de toute la com­mu­nau­té ! Mais s’il est, en fran­çais, sou­hai­table de par­ler de « mou­ve­ment », le mot, en arabe algé­rien, s’a­vère par trop fâcheux : « hara­ka » — on songe à « har­ka », « har­ki », ces sup­plé­tifs indi­gènes de l’armée colo­niale durant la guerre de libé­ra­tion natio­nale algé­rienne. Le mot « nid­hâm » (ordre, orga­ni­sa­tion) convient mieux et offre l’avantage d’affirmer l’autogestion sociale comme ordre, ou orga­ni­sa­tion, au sens le plus noble du terme : l’or­ga­ni­sa­tion démo­cra­tique et paci­fique. Appelons donc à la nais­sance d’un « Nidhâm Attassyîr Adhâtî Alijtimâ’î », un Mouvement pour l’autogestion sociale.


Photographie de ban­nière : Oran (DR)
Photographie de vignette : Durruti (DR)


REBONDS

☰ Lire notre article « Sahara algé­rien — des essais nucléaires aux camps de sûre­té », Awel Haouati, juin 2017
☰ Lire notre article « Assia Djebar — la mémoire est une voix de femme », Jonathan Delaunay, avril 2017
☰ Lire notre article « L’émancipation comme pro­jet poli­tique », Julien Chanet, novembre 2016
☰ Lire notre article « L’abstention ou l’agonie démo­cra­tique », Pierre-Louis Poyau, novembre 2016
☰ Lire notre article « Mohamed Saïl, ni maître ni valet », Émile Carme, octobre 2016
☰ Lire notre article « Serge Michel — amour, anar­chie et Algérie », Émile Carme, février 2015
☰ Lire notre article « Jean Sénac, poète assas­si­né », Éric Sarner, novembre 2014

NOTES   [ + ]

1.Robert Michels, Les Partis poli­tiques, essai sur les ten­dances oli­gar­chiques des démo­cra­ties (1914), Éditions de l’université de Bruxelles, 2009.
Kadour Naimi
Kadour Naimi

Né le 4 novembre 1945, à Sidi Bel Abbès ; il est producteur, dramaturge, cinéaste et écrivain. Pour le contacter : kad-n@email.com

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.